Des pays récompensés pour leurs économies d’énergie

A l’occasion de l’édition 2011 des prix de l’efficacité énergétique, un événement organisé par le Centre commun de recherche (CCR), l’organe scientifique interne de la Commission européenne, 25 lauréats provenant de 14 pays ont été récompensés cette année dans les trois catégories.

La remise de ces prix s’inscrit dans trois programmes du CCR ayant pour objet d’inciter les organismes tant publics que privés à réduire leur consommation d’énergie au moyen de technologies innovantes et économes en énergie.

Parmi les lauréats du programme GreenLight, la chaîne de supermarchés Delhaize (Belgique), qui a réduit au total de plus de 20 000 mégawatts-heure (MWh), c’est-à-dire de 60 %, la quantité d’énergie consommée annuellement pour l’éclairage de plus de 130 supermarchés. À titre de comparaison, un ménage consomme en moyenne 4 MWh par an.

En ce qui concerne le programme GreenBuilding, l’un des meilleurs projets de réaménagement, porté par Alfred Arnold Verladesysteme (Allemagne), a permis de réduire de plus de 78 % la consommation énergétique du bâtiment qui abrite les bureaux et l’atelier de l’entreprise.

L’immeuble de bureaux «Riga 2» de la société Vasakronan AB (Suède), récemment sorti de terre, ne consomme quant à lui que 40 % de la limite de consommation autorisée.

Dans la troisième catégorie, Motor Challenge, le groupe SATA Fiat (Italie) a réalisé des économies d’énergie de près de 15 000 MWh sur ses sites de production (peinture de voitures). Ensemble, les trois programmes entraînent une économie d’électricité annuelle de plus de 837 000 MWh, ce qui correspond plus ou moins à la consommation énergétique de la totalité des ménages luxembourgeois.

« Je félicite les lauréats. Leur utilisation de technologies innovantes pour accroître l’efficacité énergétique est bénéfique pour eux comme pour la société en général. Si elle joue un rôle essentiel dans la lutte contre le changement climatique, l’efficacité énergétique est aussi indispensable pour créer de la croissance et des emplois durables, réduire la dépendance aux importations de pétrole et de gaz et passer progressivement aux énergies renouvelables. Elle représente de ce fait l’une des grandes priorités des programmes actuels et futurs de l’Union en faveur de la recherche et de l’innovation. Je suis fière du travail qu’accomplit le CCR en matière d’efficacité énergétique, dans le cadre non seulement de ce système d’attribution de prix, mais aussi de ses nombreuses initiatives destinées à informer les entreprises et les consommateurs à propos des meilleures technologies disponibles dans ce domaine, ou encore de ses évaluations des politiques en faveur de l’efficacité énergétique, qui apportent une contribution inestimable au processus décisionnel européen » a déclaré Máire Geoghegan-Quinn, membre de la Commission européenne responsable de la recherche, de l’innovation et de la science.

Plus d’un millier de participants à travers l’Europe se sont investis dans ces trois programmes. Les critères d’attribution des prix reposent aussi bien sur l’innovation que sur l’efficacité énergétique (c’est-à-dire les technologies utilisées pour réaliser des économies d’énergie et le secteur dont elles relèvent: bâtiments publics, commerce de détail, bureaux, etc.).

Des pays récompensés pour leurs économies d'énergie

GreenLight encourage les partenaires à installer des technologies et des dispositifs d’éclairage économes en énergie, tandis que l’initiative GreenBuilding a pour objet de promouvoir l’amélioration de l’efficacité énergétique à travers un certain nombre de mesures, telles que l’isolation thermique, un chauffage et une climatisation efficaces, des systèmes de commande intelligents, des panneaux (solaires) photovoltaïques, etc.

Des pays récompensés pour leurs économies d'énergie

Le programme Motor Challenge encourage les économies d’énergie axées sur une plus grande efficacité des systèmes à moteur électrique (pompes, compresseurs, ventilateurs, variateurs de vitesse, etc.). Ces systèmes sont actuellement responsables de quelque 60 % de la consommation d’électricité industrielle.

** Le jury était composé de Barbara Cuniberti, architecte spécialisée dans l’efficacité énergétique des bâtiments, Marion Elle, spécialiste de l’efficacité énergétique, et Paolo Bertoldi, gestionnaire de programmes du CCR.

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
8 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
jl06

Bel exemple et résultats convaincants, non? Alors comment propager ce genre de démarche qui, au lieu de progresser par tranches arbitraires (par exemple, “x% de réductions sur telle durée”) s’attaque aux limites du possible (“allons jusqu’au bout de ce que nous pouvons pratiquement réaliser aujourd’hui”)? Mais je suis curieux de savoir quelles sont les économies d’énergie cumulées de tous les participants? (j’en ai fait la demande aux services du CCR). Car si les lauréats ont obtenus des résultats admirables, 1000 projets ça ne doit pas être mal du tout! Puisqu’il y a des solutions dans l’échelle d’application, qu’est-ce qui pourrait bien motiver des copropriétaires, un quartier, une collectivités à agir dans ce sens? Des avantages financiers, oui bien sûr et c’est toujours bon à prendre. Mais ce n’est sans doute pas ce qui a motivé les 1000 et quelques participants de ce prix-là? Je me demande si l’on pourrait imaginer un prix (ou autre chose) similaire impliquant les particuliers au niveau des communes, des départements, des régions… Peut-être que c’est déjà en place? Bon, ben je m’y mets avec mes voisins!

gp

en augmentant le prix de l’énergie peut-être non? Bizarrement de tous les pays cités, la France est celui où l’électricité est la moins chère ramenée au pouvoir d’achat. Y a peut-être un lien de cause à effet non? Pour un industriel ou une entreprise, quel intérêt à faire des travaux d’économie d’énergie avec un TRI > 7 ans alors qu’avec un prix de l’énergie double, ce même TRI tombe à 3,5? Faut pas toujours chercher des raisons culturelles inexplicables ou un manque de savoir faire franco-français dans le domaine de l’EE. Le jour ou le kWh d’électricité vaudra 40% plus cher qu’actuellement, vous verrez que de très nbx électriciens et autres plombiers deviendront “experts” du sujet en moins de temps qu’il ne faut pour le dire… En France, le prix de l’électricité est un vrai boulet en matière d’innovation, d’efficacité énergétique et d’emploi (cf. le nb d’emploi par GWh (nucléaire) produit = une misère). Du changement vite, la France en a grand besoin!

Reivilo

Il existe un championnat des collectivités pour l’utilisation du soleil et du bois.

erwann-29

GP à parfaitement raison ! ce qui fait qu’en france on est à la traine…voir même à la ramasse , c’est le très mauvais signal/prix incitant à ne pas se remettre en question et donc à ne pas préparer l’avenir! Ce qui est fort c’est qu’on à réussi à nous faire gober depuis 30 ans que c’est la stratégie du tout nucléaire qui nous procure le kwh élec le moin cher d’europe ..alors que c’est totalement faux !D’une lafrance n’a pas l’élec la moins cher d’europe et de deux .. il y’a une grande part de choix politique dans ce prix ! Mais en plus de ça on confond trop facilement maitrise de l”énergie (Sobriété+ efficacité) avec énergies renouvelables… du coup, en mettant quasi systématiquement la charrue avant les boeuf  on se retrouve avec des devis explosifs et démobilisateurs en matière d’Enr ..alors même que les premiers Mwh ( voir même le plus gros du paquet) sont très faciles à économiser par de simple changement de comportement et mode d’utilisation + des amélioration assez simple (surtotu vis à vis de la maitrise de l’atome !! sic ! ) en terme d’efficacité de nos équipements et service sont bien plus abordable, fiable , durable et créateur d’emplois qualifié que ne le sont les Enr ….elles mêmes déjà plus intéressante sur tous ces aspect que la logique actuelle. D’ailleurs c’est seulement comme cela qu’on crédibilisera les Enr ! Donc avant de faire des concours ENR  les collectivité/décideurs/consommateurs feraient mieux de changer de disque car le disque ENR VS  Fossile+fisile ” est rayé depuis bien longtemps! L’homme préfère consommer toujours lus de technologie que de réduire son besoin d’énergie. Dans notre société de consommation , l”énergie est comme une drogue , plus ça va mal et plus on augmente la dose ! Changer nos technologies, ne changera rien à la bêtise humaine… il faut d’abord changer de paradigme … et éviter à tout prix les individualismes guerrier ou risque fort de nous conduire très rapidement la crise énergétique. Les solutions premières sont, le réalisme, l’entraide et la synergie positive !

Reivilo

Tout à fait d’accord pour le changement de paradigme qui est très logiquement le premier échelon de la démarche négaWatt et s’enchaine ensuite naturellement avec la recherche des “technologies” (pour moi ce n’est pas un gros mot et ça peut être des choses effectivement très simples) efficaces et l’utilisation des EnR qui arrive effectivement en dernier. Mais ce premier échelon est aussi le plus difficile à franchir car il s’agit de modifier en profondeur des comportements et d’accepter du “moins” de quelquechose ce qui n’est pas naturel d’emblée. Pour pas mal de monde l’électricité sort de la prise quand on branche quelquechose, et l’eau sort si on ouvre le robinet point final. De plus La production centralisée déresponsabilise totalement le “consommateur” c’est vrai aussi pour l’alimentation par exemple. La mise en place d’EnR décentralisées sur des installations plus proches et plus visibles a l’avantage de faire réfléchir aux questions d’énergie, de montrer leurs limites et peut donc être un levier de prise de conscience pour les comportements. Le fait de le concours concerne des collectivités peut aussi contribuer à lancer la “synergie positive” auprès des habitants par l’effet de modèle.

gp

@reivilo sûr que la production hyper-centralisée depuis plus de 30 ans à fait un mal fou en terme d eprise de conscience et de “culture énergie”, totalement absente chez nombre de nos concitoyens! Le constat vaut hélas avec l’alimentation désormais, où nombre d’habitants des villes ne savent même plus comment fonctionne “le système” (faut dire que son fonctionnement actuel est tellement dénué de bon sens que ca n’arrange rien…). Encore un exemple qui vaut ce qui vaut mais qui a le mérite d’être parlant : “amusez-vous” comme il m’arrive de le faire régulièrement (en été) à collecter de l’huile de friture usagée dans le but de réduire votre dépendance pétrolière. Vous constaterez rapidement qu’il est plus aisé de rouler à vélo ou en trottinette en ville pour les trajets < 5km et qu'il est également plus aisé de réduire volontairement sa vitesse de 110 à 90km/h sur la voie express plutôt que de récupérer ici et là le précieux fluide avant de le filtrer – même grossièrement – pour le verser dans le réservoir d'une (vieille) voiture Diesel… La démarche Négawatt, rien de plus.

Papi 12

je suis très content de voir des résultats plus qu’efficaces en matière d’efficacité énergétique. D’autant plus que ces nouveaux équipements permettent une réduction des maintenances (nottament sur les luminaires) et si c’est bien fait une meilleure qualité et un meilleur confort pour les utilisateurs… Je pense aussi que GP a partiellement raison : des TRI voisins de 3 ans sont bien plus incitatifs quand il faut convaincre un directeur financier pour réaliser les investissements. par contre je persiste à croire que les solutions pour lutter contre le changement climatique passent par des EnR, de l’efficacité énergétique et des modifications de comportement…

jihemnet

Si c’est bien ce que j’ai cru comprendre dans la conclusion, pour ma part, en plus d’être vouée à l’échec, je crois que c’est le comble de l’égoisme. La solution qui reviendrai à dire à 4.5 milliard de terriens, qu’après avoir bien profité de leurs ressources (pétrolières, minières…) les occidentaux voudraient leur interdire le confort qu’il leur ont fait miroité. Si ce changement de paradigme doit avoir lieu, il passe par une évolution, voir une révolution industrielle, selon l’urgence, une révision complète des processus de production. Elle est déjà en marche dans les bureaux d’étude aux USA, débute en Chine, elle consiste à redéfinir l’intégralité du cahier des charges, éco-conception, éco-design et s’étend du choix des matériaux (pollution, toxicité, consommation, recyclage) a l’impact direct et indirect sur l’environnement, la santé publique. Associées aux mesures qui sont citées, économies d’énergie, ENR, transition intelligente, elles offres des réponses crédibles. A titre indicatif, la majorité des produits commercialisés dans les années 60-70-80 ne recevraient pas l’autorisation de mise sur le marché si ils devaient répondre aux normes actuelles, à nous de veiller à ce que ces normes soient conformes à nos éxigences!

8
0
Laissez un commentairex