Guyane : Mise en service d’une centrale solaire innovante avec stockage

EDF Energies Nouvelles a annoncé la mise en service de la centrale photovoltaïque de Toucan (5 MWc), en Guyane, qui a la particularité d’être dotée d’un dispositif de stockage de l’énergie et être équipée d’un système innovant de pilotage de ses équipements électriques, l’une des premières de ce type en France et dans le monde.

Située sur la commune de Montsinéry-Tonnégrande sur le littoral guyanais, la centrale solaire de Toucan représente une puissance installée de 5 MWc.

La technologie installée sur Toucan propose une meilleure prévision de la production d’énergie délivrée et un service fiable à destination du gestionnaire de réseau :

► Les équipements électriques de l’installation sont pilotés à distance par des logiciels innovants développés par EDF Store & Forecast et EDF Energies Nouvelles, qui fournissent au gestionnaire de réseau des prévisions très précises de production journalière ;

► Les batteries installées participent à la stabilité du réseau électrique guyanais notamment en absorbant le surplus d’énergie solaire produit et en le restituant en fonction des besoins du réseau. Les équipes de Sunzil, filiale locale à 50% d’EDF Energies Nouvelles, étaient en charge du générateur solaire et le système de stockage a été réalisé par le consortium FIAMM-NIDEC.

Le projet de Toucan a été attribué à EDF Energies Nouvelles en 2012, dans le cadre d’un appel d’offres photovoltaïque national du gouvernement français qui incluait un volet stockage pour les Zones Non Interconnectées (ZNI). Conforme au cahier des charges exigeant, le caractère innovant du projet réside dans l’amélioration de la gestion de la production d’électricité pour pallier la relative fragilité du réseau électrique des ZNI.

Guyane : Mise en service d'une centrale solaire innovante avec stockage

( Cliquez sur l’image pour zoomer )

"La centrale solaire de Toucan, pourvue d’un système innovant de stockage à échelle commerciale, marque une nouvelle avancée technologique pour le développement de la filière. Elle représente également l’aboutissement d’un important travail de recherche accompli par les équipes d’EDF Energies Nouvelles et celles du Groupe EDF qui n’aurait certainement pas pu se réaliser sans le soutien, depuis plusieurs années, des collectivités locales et de l’Etat dans le cadre de la mise en œuvre concrète de la Transition énergétique" a déclaré Antoine Cahuzac, Directeur Général d’EDF Energies Nouvelles à l’occasion de la mise en service de l’installation.

La production de la centrale est équivalente à la consommation électrique annuelle de plus de 4 000 foyers guyanais avec plus de 55 000 panneaux solaires First Solar de technologie couche mince. L’électricité est vendue à EDF dans le cadre d’un contrat d’achat sur 20 ans.

Durant sa phase de construction, la centrale solaire de Toucan a mobilisé sur site jusqu’à une cinquantaine d’intervenants. En ce qui concerne la phase d’exploitation, EDF EN Services, filiale dédiée d’EDF Energies Nouvelles, assure le pilotage de l’exploitation-maintenance de la centrale en lien avec les équipes de Sunzil et de FIAMM-NIDEC opérant sur site.

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
35 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Herve

Bonne idée d’installer ça la bas. On aurait aimé avoir plus de détails sur ce qui est présenté comme innovant . Je suppose que ça va au dela de la prévision de conso?

Tech

alors là je dis bravo EDF EN comme quoi ça va en étonner qquns ;o)) des ENR et du stockage ya que ça de vrai! le stockage progresse ! si cela n’a pas changé depuis l’annonce de 2013, qq infos sur le stockage de cette centrale Les batteries SoNick de Fiamm Comme l’a annoncé EDF EN, les batteries de stockage de la société italienne Fiamm seront reliées à la centrale photovoltaïque de Montsinery. Ces accumulateurs Sodium-chlorure de Nickel (« SoNick ») permettront de stocker 4.500 KWh d’électricité, soit une quantité équivalente à ce que produit la centrale entre une et trois heures de fonctionnement. Ces batteries permettront de couvrir les besoins en électricités des Guyanais lorsque la centrale ne sera pas en mesure de le faire (la nuit ou en cas de mauvais temps). En plus de résister à des températures extèmes, les batteries SoNick sont garanties 100% écologiques. Entièrement recyclables (grâce à l’acier, l’inox, le nickel, le fer, le sel et la céramique qui entrent dans sa composition), elles ne provoquent aucune émission dans l’atmosphère et n’utilisent aucun produit toxique pour fonctionner. En savoir plus sur

Tech

alors là je dis bravo EDF EN comme quoi ça va en étonner qquns ;o)) des ENR et du stockage ya que ça de vrai! le stockage progresse ! si cela n’a pas changé depuis l’annonce de 2013, qq infos sur le stockage de cette centrale Les batteries SoNick de Fiamm Comme l’a annoncé EDF EN, les batteries de stockage de la société italienne Fiamm seront reliées à la centrale photovoltaïque de Montsinery. Ces accumulateurs Sodium-chlorure de Nickel (« SoNick ») permettront de stocker 4.500 KWh d’électricité, soit une quantité équivalente à ce que produit la centrale entre une et trois heures de fonctionnement. Ces batteries permettront de couvrir les besoins en électricités des Guyanais lorsque la centrale ne sera pas en mesure de le faire (la nuit ou en cas de mauvais temps). En plus de résister à des températures extèmes, les batteries SoNick sont garanties 100% écologiques. Entièrement recyclables (grâce à l’acier, l’inox, le nickel, le fer, le sel et la céramique qui entrent dans sa composition), elles ne provoquent aucune émission dans l’atmosphère et n’utilisent aucun produit toxique pour fonctionner. En savoir plus sur

Papijo

Merci à Tech pour les précisions apportées (mais rien ne dit la profondeur de décharge ou la durée de vie attendues de ces 4,5 MWh de batteries) Une question: Est-ce que EDF EN pourrait nous indiquer comment ils pensent alimenter 4000 foyers avec cette seule centrale ? Combien de gens à la lecture de cette annonce (et d’autres tout aussi trompeuses) vont continuer à ignorer que la majorité du temps, ces “4000 foyers” s’éclairent avec l’électricité fournie par un groupe électrogène diésel ? Si nous dénonçons la propagande des régimes dictatoriaux, il n’y a pas de raison de tolérer une quelconque “propagande verte” !

zoziau

Quand on dit qu’une centrale a une “production équivalente à la consommatioin de annuelle de 4 000 Foyers” que ce soit pour de l’éolien, du solaire du diesel ou quoi que ce soit d’autre, ça ne veut pas dire que les 4 000 foyers vont être alimentés et totalement dépendants de cette seule centrale. Ce sujet à fait mainte fois l’objet de commentaires sans fins et totalements vains. Le calcul d’équivalence permet d’indiquer la production de la centrale sous une forme compréhensible par tous et de comparer des productions entre sur une même base. Otez vos oeillères et relisez l’article avant de parler de propagande ou de dictateurs de façon insensée.

Papijo

Pourquoi des commentaires totalement vains ? Combien de Français ont été trompés par ce genre de propagande (le 100% ENR, c’est possible – et en plus c’est pas cher et c’est mieux …). Dernier exemple, il y a une heure sur France-Inter, le journaliste (spécialisé dans la promotion des organisations écolos…) demande ingénuement au président d’une association de producteurs photovoltaïques individuels ” … et parmi vos membres, il y en a beaucoup qui sont autonomes ?”(cité de mémoire). Le président en question a eu l’honnêteté de répondre, un peu gêné, que non … tous ses membres étaient raccordés à EDF car le 100% photovoltaïque ce n’est pas possible ! Mais si un journaliste spécialisé dans le domaine le croyait, combien de personnes moins informées le pensent aussi ?

Verdarie

C’esy vrai qu’a chaqu’une de ses réalisation EDF nous la présente comme LA solution alors que ce qu’ils font n’est que la continuité de l’existant. Même si les batteries présentées dans cet exemple sont plus écologiques, il n’en demeure pas moins que sur nos véhicules ces équipements existent depuis belle lurette et l’on ne se réveille pas le matin en criant “J’ai inventé un nouveau système de stockage !” qui mérite une publication dans Enerzine. Pour ma part je propose un nouveau sytème de stockage mais n’ayant pas les moyens de cette entreprise, on me prens plus pour un illuminé que pour un véritable inventeur. Cherchez l’erreur ?

Herve

Merci Tech pour les détails complémentaires. Je suis quand même surpris de la faible capacité du stockage qui semble plus destiné à gérer le pic de conso insulaire plutot qu’un eventuel lissage du PV. Pour une application à dominante ENR PV (avec Backup fossile ne represantant qu’une petite partie de la conso) , il faut un stockage de l’ordre de la journée sous des climats excessivement beau, de la semaine par chez nous.

Dan1

Dites, une batterie au sodium à plus de 200°C dans la nature, c’est pas dangereux ? Je m’alarme peut être pour rien car à mon avis c’est du sodium VERT: Pas simple l’écologie !

Sicetaitsimple

Ce projet a déjà été discuté. Je me permets de recopier ce que je disais à l’époque (03/2014): Pv pilotable Rappelons les objectifs de ce projet, tels qu’au moins ils étaient définis dans l’AO de la CRE: – une installation pilotable, avec une pente de prise de charge, une pente de baisse de charge, et une production constante dans la journée (variable selon l’ensoleillement du jour bien sûr), mais pas supérieure à 40% de la puissance crête. – des capacités de services système, fréquence et tension. Cf l’annexe 4 du cahier des charges disponible ici: … -a-250-kwc Bref, du PV+batteries qui bien entendu ne peut pas faire plus que ce que l’ensoleillement permet, mais qui est pilotable. Dans une ZNI à mon avis il n’y a pas d’autre solution pour atteindre une forte pénétration. Combien ça coute? Je ne sais pas, mais “l’état des lieux” ( même lien) montre un prix moyen des offres de 440,3€/MWh….Pas donné….

Sicetaitsimple

Car un seul lien autorisé, c’était ici:

Sicetaitsimple

de Chelya entre la Guyane ( 140MW à la pointe) et la Californie (plus de 60000MW à la pointe et des interconnexions avec d’autres états). Même Hawai (plus comparable), ça fait près de 2000MW à la pointe….

Sicetaitsimple

Je ne suis pas familier d’Hawai, mais c’est quoi vos arguments? Parce que si j’en crois ce site parfaitement officiel, le renouvelable à Hawai en 2013 c’est pas énorme si on exclue la géothermie.L’éolien compte un peu.Et en tous cas le PV c’est peanuts.

Sicetaitsimple

C’est là:

Tech

certains oublient éffectivement la géographhie et les habitudes locales. en guyane et dans beaucoup de ZNI pour certains la seule électricité consommée, c”est une lampe, une télé, au mieux un frigo ce qui n’est pas le standard continental! très peu de lave vaisselle ;o) et vouloir stocker une semaine est une aberration d’autre part certains utilisent aussi chez eux pour stockage en local des simples batteries de voiture ou de camion! ce qui vient se rajouter au stockage de masse et comme le dit 6CT le but de ce stockage est aussi le lissage et la régulation en même temps que la prolongation et le prix comparé à la pollution des petits générateurs et aux coûts et conséquences du pétrole importé ça se discute! tout ça c’est incomparable à Hawai ou la Californie où rêgnent les climatiseurs mais le niveau de vie étant plus élevé le solaire a beaucoup de sens!

Tech

à 6CT après avoir lu le lien sur hawai, je ne partage pas votre avis, la tendance est forte à l’augmentation des ENR. une ile (celle du gros volcan en activité!) “fonctionne ” avec 40% d’ENR! le taux d’ENR continue de grimper en eolien en solaire en biomasse , etc. il est certains qu’avec l’appétit des américains pour les machines à glaçons il faut faire tourner le thermique petrole charbon!

Dan1

A Tech “certains oublient éffectivement la géographhie et les habitudes locales” Je veux bien que la climatisation soit moins développée en Guyane que dans un territoire des USA (la Guyane étant malgré tout américaine !). Cependant, la Guyane Française (car il y en a deux autres sur le vaste plateau des Guyanes) n’est quand même pas le Mali ou Tchad (ou la climatisation se développe aussi). C’est un département français où la climatisation ne date pas d’hier (les fameux Airwell windows). En ville la climatisation est largement répandue. Et dès que le niveau de vie, le réseau électrique (suppléé souvent par un GE) et les revenus le permettent, on devient vite accro à la climatisation, ce qui se constate très souvent en Afrique. Le rempart contre la climatisation (est-ce souhaitable ?) serait, dans un premier temps le maintien de la pauvreté (pas les sous pour payer l’électricité réservée aun plus riches). Dans un deuxième temps, on peut tenter les constructions bioclimatiques. Mais de toute façon avec le photovoltaïque il faut trouver des débouchés quand le soleil cogne et en France métropolitaine ou en Guyane Française, la climatisation c’est pas mal. En revanche en pleine saison des pluies, il fait moins chaud (mais très nettement plus humide) et on a moins besoin de refroidir l’air (mais plus de l’assécher… surtout dans les placards). Finalement, ça tombe bien, quand il pleut pendant trois jours, le photovoltaïque ne produit pas grand chose.

Sicetaitsimple

sauf que ce n’est ni le même contexte, ni la même finalité, ni les mêmes organisations de marché et conditions de rémunération. La seule chose sur laquelle je suis d’accord, c’est qu’il est effectivement dommage ( si on en croit les termes de l’AO) que la batterie ne fournisse a priori pas de services système la nuit, en étant éventuellement rechargée par le réseau et non par la centrale PV.

Sicetaitsimple

dont 24% de géothermie sur l’ile d’Hawai, parfaitement stable et éventuellement dispatchable, ça fait toute le différence…

Herve

A moins d’avoir une ambition trés limitée sur la part de PV dans le mix, 10 à 30mn de stockage paraissent trés inssufisants pour passer la nuit, dumoins pour une forme de conso “actuelle”. Je suppose que dans les cas que vous citez, il y a un appui nocturne autre qui assure le fonctionnement du froid artificiel. Concernant l’emplacement des stockages, c’est trés dépendant de la façon dont est faite la conso. A grande échelle vous avez plutôt raison, bien que le compromis idéal soit certainement d’en disposer d’une partie au pieds de la production et d’une autre partie à proximité des lieux de conso. Sur un réseau de faible dimentions, c’est de toute façon pas trés important.

Tech

A DAN1 c’est exactement ce que je dis, pour Hawai et ses climatiseurs le solaire fait sens pour l’humidité de guyane il n’y a qu’a s’en servir! les ENR c’est tout, pas seulement le solaire ou l’éolien! il existe de petites turbines hydrauliques à brancher sur les goutières! je sais c’est une prooduction très faible, mais souvent suffisant pour charger une batterie et/ou alimenter une lampe spécialement si celle-ci est à LED. et à 6CT pourquoi saucissonner les ENR , oui il en existe des dispatchable et c’est tant mieux, mais elle restent des ENR!

Herve

@ Tech: Quand vous en arrivez à pouvoir produire votre jus avec l’eau qui descend du toit, il est effectivement inutile de se raccorder au réseau. Mais dans ce cas il y a bien plus simple et ça marche partout, (y compris ici en metropole): Vous achetez une batterie de camping car que vous chargez une fois par semaine chez le voisin, et l’affaire est réglée. J’ai eu un voisi gitan qui a fonctionné comme ça pendant plus de 10ans. Je suis bien placé pour le savoir, c’est chez moi qu’il venait recharger! Bon aprés faut pas avoir de gros besoins…

Dan1

A Tech Là, c’est vrai que j’avais pas pensé à la turbine de gouttière et j’en suis resté bêtement au contrat d’abonnement à EDF. Bon, en Guyane, il n’y a pas que la grande saison des pluies, mais également la ou les saisons sèches. Et puis la gouttière n’échappe pas à la loi de l’hydraulique ou E = m g h Pour que m soit grand, il faut un grand toit collecteur et pour h soit grand il faut un immeuble de plusieurs étages. Pour g, c’est plus difficile car quand on se rapproche de l’équateur, il diminue (9,83 aux pôles contre 9,78 à l’équateur). Donc en Guyane à 5° de latitude nord, la turbine de gouttière est légèrement moins rentable qu’à Paris. J’ai pas l’impression que les Guyanais aient installé beaucoup de turbine de gouttière, malgré une pluviométrie favorable (de 3 à 5 mètres d’eau par an soit plus de 5 fois la France métropolitaine). Bon Tech, prenez votre baton de pèlerin et allez vendre vos turbines à Cayenne.

Sicetaitsimple

“et à 6CT pourquoi saucissonner les ENR , oui il en existe des dispatchable et c’est tant mieux, mais elle restent des ENR!” A votre avis? Parce que c’est quand même le thème de l’article, simplement. En Norvège ou en Islande pour ne prendre que des pays relativement proches, l’électricité est quasiment à 100% ENR (et très largement utilisée) sans qu’on se pose beaucoup de questions de batteries et d’intermittence….

plouc73

Les énergies “renouvelables” c’est un problème à deux contraintes. 1) le taux de production d’EnR fixé par Bruxelles 2) le montant des subventions qu’il faut se partager pour atteindre ce taux. Si on construit des ouvrages hydauliques significatifs, avec des prix d’achat obligé très faibles on arrive très vite aux objectifs de production d’EnR, mais les subventions à verser aux lobbyistes de l’éolien et du PV en serait fortement diminuées. C”est la raison pour laquelle, les verts bien-pensants au nom de la défense de la faune et de la flore empêchent systématiquement la construction ou l’exension des ouvrages hydrauliques. A partir de ce postulat “pas d’hydraulique” (allez voir la pages 57 et 58 du SRCAE de la Réunion) on installe des production d’énergies par essence aléatoires. (éolien et surtout PV) Et dès lors, il faut à nouveau augmenter le niveau des subventions pour remédier aux aléas. Toute l’astuce est là : comment fragiliser un système électrique pour vendre au prix fort une solution censée diminuer cette fragilité. Dans les DOM, la mécanique à subventions est particulièrement bien au point avec les productions PV. Pour l’éolien, il n’y a pas beaucoup de polices d’assurances qui garantiraient le risque cyclonique, et l’expérience des parcs actuels n’encourage pas de développement d’éoliennes de grandes dimensions. La production PV avec stockage par batteries est rémunérée aux environs de 400 € le MW/h. Bien évidemment, la Guyane (comme les autres DOM) regorge d’usines de recyclage des batteries en fin de vie ??? !!! J’ignorais que des tonnes d’électrolytes, dont certains plutôt nocifs et dont on ne sait pas vraiment s’ils seront recyclés consituaient le must du “green washing” . Mais l’écolo business n’est pas à une contradiction près. Le fait que ce soit EDF EN au lieu d’un autre investisseur ne change rien au problème; Mais le groupe EDF se dit qu’il serait bien bête de ne pas profiter de la manne des subventions vertes.

plouc73

Les énergies “renouvelables” c’est un problème à deux contraintes. 1) le taux de production d’EnR fixé par Bruxelles 2) le montant des subventions qu’il faut se partager pour atteindre ce taux. Si on construit des ouvrages hydauliques significatifs, avec des prix d’achat obligé très faibles on arrive très vite aux objectifs de production d’EnR, mais les subventions à verser aux lobbyistes de l’éolien et du PV en serait fortement diminuées. C”est la raison pour laquelle, les verts bien-pensants au nom de la défense de la faune et de la flore empêchent systématiquement la construction ou l’exension des ouvrages hydrauliques. A partir de ce postulat “pas d’hydraulique” (allez voir la pages 57 et 58 du SRCAE de la Réunion) on installe des productions d’énergies par essence aléatoires. (éolien et surtout PV). Et dès lors, il faut à nouveau augmenter le niveau des subventions pour remédier aux aléas. Toute l’astuce est là : comment fragiliser un système électrique pour vendre au prix fort une solution censée diminuer cette fragilité. Dans les DOM, la mécanique à subventions est particulièrement bien au point avec les productions PV. Pour l’éolien, il n’y a pas beaucoup de polices d’assurances qui garantiraient le risque cyclonique, et l’expérience des parcs actuels n’encourage pas de développement d’éoliennes de grandes dimensions. La production PV avec stockage par batteries est rémunérée aux environs de 400 € le MW/h. Bien évidemment, la Guyane (comme les autres DOM) regorge d’usines de recyclage des batteries en fin de vie ??? !!! J’ignorais que des tonnes d’électrolytes, dont certains plutôt nocifs et dont on ne sait pas vraiment s’ils seront recyclés constituaient le must du “green washing”. Mais l’écolo business n’est pas à une contradiction près. Le fait que ce soit EDF EN au lieu d’un autre investisseur ne change rien au problème; Mais le groupe EDF se dit qu’il serait bien bête de ne pas profiter de la manne des subventions vertes.

etehiver

“quantité équivalente à ce que produit la centrale entre une et trois heures de fonctionnement”. Pourtant on peut stocker des mois en thermique !! Une solution simple fonctionnelle pour ne plus faire de CO2 du tout sans aucune inconnue technologique majeure, 100%solaire, sans aucun problème d’intermittence, car contrôlable pour les pics de nuit, et consommant rien du tout après installation, et sans aucune limitation de puissance, et à usage gratuit et perpétuel vu sa simplicité !!. Le soleil envoie utilisable en chaleur environ 500kWh/m2an à 30% de rendement du capteur en région parisienne et donc 60m2 de toit donne 30000kWh/an par pavillon utilisable !! Plus du double en PACA. Le solaire à concentration ou avec tour solaire peut être conservé sous terre (en chaleur à des centaines de degrés ) comme renouvellement de géothermie profonde, qui autrement s”épuise irrémédiablement !!! Cela permet d’avoir une énergie électrique solaire fonctionnant 24h sur 24 et 365 jours par an, sans aucun CO2, sans inconnue technologique (la géothermie et le solaire à concentration fonctionnent bien ) en combinant les deux, solaire à concentration et stockage souterrain un peu profond !! Il est effarant qu’aucun projet même simple ne combine les deux, alors que c’est une source d’énergie solaire renouvelable sans aucun problème d’intermittence contrairement au photovoltaïque ou le vent et sans aucune inconnue technologique majeure, sans aucun CO2. Sans aucune pompe à chaleur, on peut se chauffer en conservant la chaleur solaire sur les toits en été, sous terre, pour se chauffer l’hiver, comme fonctionnel depuis 2007 à ww w.dlsc.ca expliqué sur http :// fr.wikipedia.org/wiki/Communaut_solaire_de_Drake_Landing chauffage solaire de l’été pour l’hiver à 1000m d”altitude et des -30°C en hiver !! A l’usage c’est gratuit, perpétuel, sans la moindre pollution, pas même de pompe à chaleur à énergie nucléaire, très utilisée en France. Cela ressemble à une géothermie solaire, mais c’est plutôt la forte chaleur solaire d’été stockée sur 4 à 6 mois à faible profondeur sous terre géothermiquement, avec juste des fins tuyaux enfilés sous terre à 2 m de distance. La principale différence est qu’au lieu de refroidir la terre (de 10°C à 0°C environ) en hiver avec une pompe à chaleur, on chauffe la terre en été (50°C) avec des capteurs solaires pas chers ( simples tuyaux sous membranes transparentes ), pour utiliser cette chaleur conservée dans la terre pour se chauffer en hiver avec échangeur sans aucune pompe à chaleur. Il est absurde d’ignorer cette solution de chauffage, gratuite, sans aucun CO2 ou pollution nucléaire, inusable, car sans aucune pompe à chaleur à durée de vie finie et à électricité nucléaire, utilisable sur des vieilles maisons impossibles à reconstruire, juste avec la surface suffisantes de capteurs solaires sur les toits, garages et parkings. Les professionnels sont bien placés pour la développer et l’adapter en France, mais ils semblent l’ignorer totalement, alors que les forages sont similaires. Je refuse les pompes à chaleur qui sont des pompes à fric, à changer souvent, en plus d’être des pompes à énergie nucléaire, jusqu’au prochain Fukushima en France, inévitable tôt ou tard, vidant toute une région inhabitable, où alors il n’y aura plus d’électricité du tout pour se chauffer !! Le solaire thermique peut être conservé sur des mois en terre avec un simple tuyau plastique pas cher (30€ les 100m ) enfilé dans la terre, tous les 2m (100m2=10×10 avec 5×5=25 tuyaux fins enfilés à 12m de profondeur tous les 2m ) Le même type de tuyau noir sur le toit sous un plastique en été va chauffer cette terre qui redonne sa chaleur en hiver dans un tuyau dans la maison, dans un échangeur usuel. On peut faire plus simple qu’à dlsc.ca ou pour une serre https ://intraweb.stockton.edu/eyos/energy_studies/content/docs/FINAL_PAPERS/4A-2.pdf sans stockage dans un tampon d’eau. voir : en .wiki pedia.org/wiki/Seasonal_thermal_energy_storage complètement ignoré par la France nucléaire. Au lieu de pompe à chaleur on utilise de simples circulateurs et thermostats. Je ne fais que mentionner ce qui existe et fonctionne. Le principe est très ancien, car les romains, d’il y a 2000ans, conservaient la glace de l’hiver pour l’été, sans aucune consommation d’énergie ni CO2, dans des caves en terre. On peut climatiser ainsi sans énergie avec le froid de l’hiver conservé pour l’été, aussi !! J’aimerais installer cela dans mon pavillon ancien !!

plouc73

D’abord, les systèmes électriques insulaires ne sont pas tous identiques; Entre le groupe des 3 (Martinique, Guadeloupe, Réunion) et la Guyane, le nombre d’habitants, la densité de la population et leurs besoins sont très différents. De là découlent des conceptions de réseau et de disponibilité des moyens de production forts différents. Pour la Guyane, ce sont les groupes du centre spatial de Kourou qui viennent en complément de l’hydraulique. Mais en cas de lancement, le centre spatial se découple du réseau et fonctionne sur ses propres groupes. Mais le problème du stockage est moins aigu car pour l’instant il y a peu de production PV. La Réunion connaît et connaîtra encore plus les pb de stockage pour deux raisons qui se combinent : le parc PV constitue plus de 20 % des puissances installées (180 MW à fin 2014 pour 818 MW totaux) et les réserves hydrauliques sont faibles : l’usine de Rivière de l’Est a un peu plus de 4 heures d’autonomie à pleine puissance (4 réservoirs de 25 000 m3 chacun pour un débit maximum de 6.4 m3/s à l’usine de Sainte Rose) et Takamaka quelques jours en raison de la faible différence de cote entre les niveaux max et min du lac de retenue. Il est a préciser que pour des raisons de sûreté, l’exploitant veille à ne pas “fatiguer” trop le barrage; mais ceci est vrai pour tous les barrages du monde. Mais 1/2 heure de stockage ne veut pas dire grand’chose si on ne connaît pas les durées de remises en service des installations de production. D’autre part, dans les 3 DOM peuplés, la différence des courbes de charge entre la nuit et le jour est de 1.8; Pour la Réunion, c’est environ 220 MW la nuit pour 400 MW sur le pic 8H /10 H lorsque les clims des bureaux redémarrent. Donc soit vous avez des moyens de production qui tournent la nuit, soit vous stockez théoriquement 220 *12 = 2 640 MWh, c’est à dire plus de 3 heures de la totalité du parc de production. Une remarque en passant; j’ai manifesté à l’occasion mes désaccords avec M. Chelya. Mais je rejoins totalement son opinion sur les possibilités d’énergie renouvelables dans les DOM. Par exemple, l’agence de Bassin de la Réunion a évalué site par site les possibilités de production hydraulique et détermine un potentiel de 121 MW réalisables techniquement et juridiquement. ci joint le lien de la page Web Seulement la région Réunion, très infiltrée par les partisans du PV a décidé de bloquer tout développement hydraulique (page 57 et 58 du SRCAE Schema Régional Climat Air Energie) Quant aux turbines de goutières, il faudrait autre chose que les goutières actuelles pour devenir de mini conduites forcées; et le coût du dispositif de régulation (à supposer que la turbine soit bon marché) serait hors de proportion avec le gain de la production réalisée du moins tant que celle ci est valorisée au prix actuel de l’hydraulique. Bien sûr si demain l’eau des goutières est valorisée au prix du Roederer 1953, tout est possible, du moment que le consommateur paye via la CSPE. Pour ceux qui n’aime pas le Champagne, on peut prendre comme référence la Romanée Conti.

Herve

“il y a plein d’autres énergies renouvelables que le solaire dans les iles…” Lesquelles? “Cette obsession de vouloir faire du solaire la nuit plutot que le jour au moment ou il y a du soleil est vraiment étrange…” Disons qu’il y a des gens qui aiment regarder la TV le soir, ou se chauffer une tisane avant d’aller ce coucher. On aime bien aussi que le réfrigerateur fonctionne la nuit, que le service des urgences des hopitaux soit ouvert… “En pratique une demi heure de stockage batterie est amplement suffisant. ” C’est marrant parceque sur une install autonome que j’ai réalisée (une vraie, elle marche, et alimente une maison habitée par des vrais gens, pas de la théorie), le stockage de 24 h s’avère inssufisant. C’est quand même curieux.

Herve

Pour compléter les remarques de Plouc73 avec lesquelles j’adhère à 100%, il est intéressant de calculer le potentiel maximal d’une turbine de goutière telle que la propose Tech. Si on prends pour exemple un toit de 200m2, et une hauteur de toiture – sol de 3m (exemple qui corresponds à un logement d’une famille) avec 3m de pluviometrie annuelle (on est sur une ile trés bien arrosée), ça fait 200*3 =600m3 d’eau turbinée sous 3m de chute soit 18MJ ou encore 5Kwh bruts annuel. Donc le revenu généré par une telle installation dans l’hypothèse ou on valoriserait l’ensemble de la production serait d’environ 1€ par an pour la famille équipée. Pour des trés faibles besoins, un panneau solaire de 20cm sur 20cm doit produire à peu prés autant et coutera bien moins cher. On y associe une batterie de camping car (au regard de la production ça fait un mois de stockage) et l’affaire est gagnée! ça doit permettre de faire marcher une led d’éclairage, ou charger un téléphone.

Sicetaitsimple

Ce que vous êtes rabat-joie! J’ai la solution: que dans les DOM les gens aient des maisons avec plus de 200m2 de toiture…..Pas de problèmes, des solutions! N’est-ce pas Tech? Les grandes maisons font les grandes gouttières, qui font les petits ruisseaux, etc…. Depuis la roue à aube chère à un intervenant qui n’intervient plus, on avait rarement vu plus débile.

Dan1

Non mais il faut prendre un peu de hauteur, SVP. Sachant que la turbine de gouttière est assujettie à la fameuse règle E = m x g x h, il faut bâtir de très hautes maisons sur pilotis. Bon avec 200 m2 à 3 mètres, on a 5 kWh par an ! Mais si on a besoin de 500 kWh/an (10 fois moins que le métropolitain moyen) on peut très bien construire une maison de 300 mètres de haut et mettre la turbine en bas des pilotis, il faut juste prévoir le câble électrique de 300 m de long pour remonter l’électricité dans la maison. Mais avec une maison de 300 mètres de haut, je choisirai plutôt une éolienne sur le toit. Ceci dit, on peut très bien laisser la maison au ras du sol si elle a un toît de 20 000 m2. Et sinon on peut très bien habiter une région où il pleut 300 mètres d’eau par an… suir une autre planète sans doute, car sur terre, il semble bien que l’on ait jamais atteint 30 m/an (15 m en France à la Réunion). Enfin, la Guyane n’est pas une île, même si on pouvait la considérer comme telle dans le passé compte tenu de son isolement au sein de la forêt amazonienne.

sunny

Pour ceux que cela intéresse. L’INES CEA organise une conférence sur le stockage. Beaucoup de choses à apprendre, j’en suis sûr

Marcelinepineau

Bonsoir. Je m’appelle Marceline PINEAUD, commerçante de nationalité française et en ce moment j’ai une très grande joie qui m’anime, une joie que je veux vous faire partager. Etant à la recherche de prêt d’argent entre particulier depuis plus de 4 mois, j’ai été beaucoup de fois dupée sur des site de prêt entre particulier en voulant fait un prêt entre particulier chez plusieurs personnes. Mais chaque fois je me suis faire avoir par des faux prêteurs et au finish je ne reçois rien sur mon compte. Mais heureusement je suis tombé sur Mme STÉPHANIE VALLEE vraiment c’est une femme simple et aimable qui m’a aider à trouver mon prêt de 75.000€ que j’ai reçu sur mon compte 72 heures après sans trop de protocoles. Hier soir j’ai reçu la confirmation que le virement du montant de ma demande de 75.000€ m’a été envoyé sur mon compte et ayant consulté très tôt mon compte-en-banque ce matin, A ma grande surprise le virement est bien arrivé. Alors mon conseil est de ne plus vous trompez de personne. Vous qui êtes dans le besoin comme moi vous pouvez lui écrire et lui expliquer votre situation il pourrait vous aide : Son mail:

Anicreille

J’ai été très agréablement surpris par le sérieux, la rigueur et le professionnalisme de son offre. J’ai demandé un crédit pour l’achat d’un d’une voiture et pour mes frais d’hospitalisation j’ai obtenu les fonds 3 jours après la signature du contrat. Si le personnel est très pointilleux sur la conformité du dossier à instruire, il est aussi très efficace sur son suivi et le respect des délais. Je trouve le système de fonctionnement de votre offre très ingénieux, et très compétitif au niveau des taux d’intérêt. J’en profite très sincèrement Mme BOUTRAND pour son soutien et toute sa volonté auprès des particuliers! Grâce à vous j’ai pu enfin me payer cette magnifique voiture dont je rêvais depuis longtemps. Mille merci Son adresse mail:

35
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime