La Ford Fusion Hydrogène, vers un record de vitesse ?

En août prochain, Ford va tenter de battre son propre record du monde de vitesse avec une voiture fonctionnant à l’hydrogène.

La tentative aura lieu sur le Lac Salé de Bonneville aux Etats-Unis dans l’Etat de l’Utah. Le constructeur américain est lui même détenteur depuis 2004 du record, avec 506 km/h.

Le premier modèle présenté, la Ford Fusion Hydrogène 999, est équipé d’un moteur électrique de 770 chevaux, alimenté par une pile à combustible à hydrogène.

Le second modèle est également équipé d’une pile à combustible, mais possède des caractéristiques différentes du premier comme la carrosserie qui est composé de fibre de carbone.

Actuellement, Ford travaille sur la Edge HySeries, un véhicule hybride entre la batterie et la pile à combustible pour une autonomie d’environ 400 kilomètres.

      

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Philippe

…Ce qui prouve une fois de plus que cette motorisation est au point depuis fort longtemps (Le principe de la pile à Hydrogène est démontré depuis le milieu du 19è siècle!). Depuis toujours, nous savons très bien faire du non-polluant et du renouvelable. Cela révèle encore l’équation tragique qui suit: Zéro pollution = Zéro profit = Zéro décision Les pétroliers et leurs descendants, ont de beaux jours devant eux. Quant à nous, à part un tour de manège à 500 km/heure, sur un lac salé, on attend toujours des moteurs intelligents et bon marché! On repassera dans 1000 ans… Philippe

Yves LUBRANIECK

Bonjour, Oui, Philippe, c’est au point, il y a bien longtemps que l’on sait aussi faire fonctionner un moteur à explosion avec de l’hydrogène. Et c’est zéro pollution en fonctionnement. Les deux questions auxquelles on n’est pas près de savoir répondre, c’est : 1 – comment fabrique-t-on l’hydrogène ? et 2 – comment fait-on pour distribuer ce gaz de façon sécure au grand public ? L’hydrogène est la matière la plus répandue dans l’univers, mais elle n’existe pas sur Terre à l’état naturel et, en l’état actuel des techniques et à perte de vue, pour la fabriquer, on utilise davantage d’énergie que si l’on utilisait celle-ci directement. Donc, pas d’intérêt, ni économique ni environnemental… Comme il est constitué de la molécule la plus simple sur le plan atomique, il se faufile partout, c’est-à-dire qu’il fuit facilement et, mélangé à l’oxygène, il est aussi explosible que le gaz naturel. Ce serait infiniment plus simple de mettre sur le marché des moteurs diesel adaptés à un fonctionnement à l’huile végétale non modifiée (on dit “pure”). Ils ne seront ni plus ni moins compliqués à fabriquer que les actuels moteurs diesel, tandis que le système de production d’énergie à partir de l’hydrogène coûte, aujourd’hui et à perte de vue, une fortune car cela reste très complexe. Bien à vous. YL.

2
0
Laissez un commentairex