Le quartier des affaires de Londres fait appel à la pile à combustible

La compagnie allemande FuelCell Energy Solutions (FCES), a annoncé mercredi avoir remporté un contrat pour équiper un complexe de bureaux à Londres, d’une centrale électrique à pile à combustible fixe.

L’immeuble de 38 étages et d’une superficie de 64.000 mètres carrés, est actuellement en cours de construction. La conception originale du bâtiment, qui s’élargit vers le haut, permet de réduire la superficie au sol, et donc d’augmenter les espaces publics au niveau de la rue, tout en proposant davantage d’espace à louer aux étages supérieurs.

La centrale électrique ‘Direct FuelCell‘ (DFC) fournira à la fois de l’électricité et de la chaleur (CCE). Elle produira une chaleur à température élevée qui sera redirigée vers un refroidisseur à absorption afin d’obtenir des températures utilisable pour le chauffage des bureaux et l’eau chaude.

La pile à combustible aura une capacité de production électrique de 300 kilowatts (kW), ce qui permettra d’alimenter en électricité presque 800 logements de taille moyenne, alors que sa puissance thermique sera de plus de 300 kW.

"Le rendement élevé de la centrale électrique à pile à combustible fixe est très important pour ce bâtiment, à la fois sur le plan économique et du point de vue de la durabilité", a déclaré Paul Mutti, directeur de Canary Wharf Contractors. "La conception et la construction du bâtiment réunissent les dernières avancées en termes de rendement et de conservation d’énergie permettant de réduire au minimum l’impact environnemental du complexe, y compris le recyclage des matériaux récupérés lors de la démolition de l’ancien bâtiment, l’utilisation de solutions de protection solaire et de vitrage permettant une conservation efficace de l’énergie, ainsi que la production rentable d’électricité et de chaleur sans pratiquement aucune émission", a-t-il ajouté.

"La centrale électrique à pile à combustible est au coeur de la stratégie de développement durable du bâtiment et représentera la première installation de ce type dans le quartier des affaires de la City de Londres", a expliqué Neil Pennell, directeur du développement durable et de l’ingénierie, Land Securities. "La possibilité d’exploiter la centrale et d’assurer son fonctionnement quotidien au sein de ce complexe phare nous offrira un bon aperçu du futur potentiel de cette technologie, permettant de réduire les émissions de carbone et d’éliminer en quasi-totalité l’émission de polluants, destinée à des applications dans la construction de complexes commerciaux de bureaux", a-t-il spécifié.

Comparé aux systèmes conventionnels de production d’électricité par combustion, sur une année, le système permettra de réduire les émissions de polluants de plus de 18 tonnes, y compris d’oxyde d’azote (NOx), de dioxyde de soufre (SOx) et de particules fines (PF). Il pourra également réduire les émissions de CO2 de plus de 1.800 tonnes sur un an, par rapport aux systèmes conventionnels de production d’électricité par combustion.

La production d’énergie à l’aide de piles à combustible a pour objectif de contribuer à l’assainissement de l’air et de permettre à la ville de Londres d’atteindre ses objectifs en matière de réduction des émissions de carbone de 60% d’ici à 2025.


Quelques mots sur la centrale DFC300-EU

Elle sera installée au sein même du complexe de bureaux, étant donné que le fonctionnement silencieux et l’absence quasi-totale de polluants des piles à combustible sont particulièrement adaptés aux zones densément peuplées.

Le processus de production énergétique de la pile à combustible dépend d’une réaction électrochimique plutôt que d’une combustion, et permet de convertir efficacement le combustible en électricité ‘propre’ et en chaleur pouvant générer de la vapeur. Puisque les piles à combustible n’ont pas recours à un processus de combustion, l’énergie générée ne contient quasiment aucun polluant. Ce processus de production énergétique électrochimique est silencieux et exempt de vibrations.

Le fait de produire de l’électricité et de la chaleur à partir de la même unité permet selon ses promoteurs de réduire les coûts associés aux combustibles et favorise un meilleur rendement.

Les piles à combustible peuvent atteindre un rendement de 90% lorsque la chaleur est utilisée en configuration CCE. La chaleur générée par cette pile à combustible sera utilisée pour le chauffage et le refroidissement des bureaux, et permettra un rendement optimal en matière d’efficacité énergétique et des économies liées à la réduction des coûts, l’estimation de l’efficacité globale étant supérieure à 85%.

La centrale électrique à pile à combustible sera installée en 2013 et mise en service en 2014 lorsque l’immeuble sera achevé.

** FCES est née d’une alliance entre Fraunhofer IKTS et FuelCell Energy.

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
8 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Rickobotics

question bête, mais quelle est la source d’energie au final ? De l’hydrogene ? Faut il alors des camions qui en apportent chaque jour ? Et comment et ou l’hydrogene est il produit ?

De passage

qu’ils utliseront de l’alcool bio. Mais ce qui n’est pas dit reste le principal: La City brasse des milliards par minute et se moque du coût de l’électricité. Sa priorité est la présence garantie de puissance électrique pour faire tourner l’informatique donc les transactions financières: un arrêt d’une minute est catastrophique en termes de manque à gagner. Bien que le réseau urbain soit très fiable, il ne peut éviter la panne en cas de black-out régional comme il y en a de teps en temps. ça reste une décision de fric et on en profite pour intoxiquer encore plus les écolos en caressant dans le sens du poil les girouettes et politiciens.

Lionel_fr

Ah nos français anti-fric …. C’est un bon projet de demo pour une production en centre ville qui met en valeur l’aspect non polluant des fuel-cells ou piles à combustible.. Le genre de projet VIP qui permet d’étalonner et populariser une technologie alors qu’elle n’est pas prète pour la production en volume.. Ensuite , c’st quand même un banc de test pour la chaine d’approvisionnement.. AH : Direct Fuel cell , ça n’existe pas mais si j’avais eu l’enveloppe galbée du maitre d’oeuvre, j’aurais sans doute fait un saut en Californie pour acheter une Bloom Box , un bonne SOFC largement déployée justement auprès des ISP pour assurer la dispo des serveurs Monsieur de passage , il n’y a pas que les traders baveux qui ont besoin de serveurs : vous même appréciez de cliquer le submit sur Enerzine et constater avec satisfaction que votre message n’a pas été perdu ! Bon si vous perdez votre messge , votre vie ne changera pas vraiment admettons mais c’est le genre de contrariété qui vous pourrit un bout de la journée, vous décourage d’intervenir en forum voire de revenir sur le site… La disponibilité des serveurs fait vivre les fabricants de fuel-cells depuis 3-4 ans, finance des parcs éoliens dans le nord de la France et c’est tant mieux. Dans le même genre , on a eu Toyota qui a hybridé son haut-de-gamme (Prius, Lexus) et qui finalement fabrique en France les Yaris Hybrides , merci les cadres sup’s d’avoir financé l’hybride Toyota par des voies commerciales sans réclamer des milliards au gouvernment et en créant de l’emploi au pied de votre porte…

Tech

oui effectivement manque le nom du combustible. à rockobotics mais les Piles à combustible(s) ne fonctionnet pas qu’à l’hydrogène. par exemple au gaz de ville!

Lionel_fr

Oui, c’est justement le cas des SOFC et à leur membrane de silice (à la place du platine) chauffent relativement fort (600-800°) et ne craignent pas la contamination au carbone qui affecte des métaux précieux La SOFC est vendue par Bloom comme une génératrice au gaz (minier) ayant le même rendement qu’une CCC sans piece mécanique en mouvement silencieuse et fiable. Bloom en vend beaucoup aux datacenters (Google, Apple, fujitsu…) Pour qui la sécurité d’approvisionnement est quantifiable en termes de revenu immédiat. Revenus assez confortables et garantis par le boom de l’internet Mais les VIP de mountain view ont finalement opté pour l’alimentation de leur siège social : Le projet londonien ressemble à celui de Google Le courant produit coûte à peu près le même prix que celui du réseau .. La valeur ajoutée est donc à trouver dans la sécurité mais le point de vue américain est très différent de l’européen (pas de forte taxe sur l’énergie, gaz pas cher)

Luis

. Le combustible utilisé se promène déjà dans les tuyaux du quartier. C’est simplement du gaz naturel (méthane CH4). Facilities managers are drawn to DFC fuel cell power plants primarily due to their highly efficient use of natural gas and inherent Low Heating Value (LHV) efficiency. DFC’s offer clear efficiency advantages in comparison to other forms of distributed power generation. DFC power plants are 47% efficient in the generation of electrical power and, depending on the application, up to 90% efficient overall in Combined Heat and Power (CHP) applications when the byproduct heat is used. Au passage, cela émet autant de CO2 que pour la même quantité de gaz utilisée dans une CCG. Pour ceux qui s’intéressent au CO2 et aux GES.

Lionel_fr

DMC est un néologisme issu du marketing dont les britaniques raffolent mais qui prète à confusion avec les DMFC (direct methanol FC). Bon, il y a deux façons de bruler le gaz dans une FC 1. le reformage, filtrage et nettoyage pour obtenir de l’H2 compatible avec une PEMFC à membrane platine 2. la SOFC (solide oxide FC) qui fait un peu tout ça grâce à sa T° de fonctionnement en plus d’une membrane en céramique “peinte” de réactifs spéciaux sous brevet NASA (où M Bloom a travaillé avant de monter sa boite) J’ignore si fuelcellenergy a licencié le brevet nasa (2) ou reforme le gaz (1) car leur site ne dit pas quelles patentes ils exploitent mais je suppose que leurs propres brevets sont prometteurs puisque la city y croit suffisament pour investir : les brevets relatifs au FC sont susceptibles de rapporter des trilliards dans les 20 années qui viennent ! Cela dit, l’utilisation en CHP signifie quand même qu’on exploite l’énergie du gaz au maximum ce qui n’est pas vraiment le cas d’une CCCG. En l’occurrence, les fuel cells sont à l’intérieur des batiments à chauffer (absence de bruit, de produits de combustion.. CO) ce qui lui donne un rendement meilleur que les centrales. Pour revenir à l’amérique , la Bloombox coute 800k$ pour une puissance de 100kW electrique , c’est peu pour un datacenter mais beaucoup pour un batiment du tertiaire, et brûle n’importe quelle hydrocarbure pas trop lourde ni solide à sa T° de travail

Sicetaitsimple

800k$ pour 100kW electrique? Ca fait 8000$/kW si je ne me trompe pas, non? Avec un combustible qui vaut forcément un peu d’argent, même du gaz et même aux US, faut vraiment aimer, non?

8
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime