Quand la demande mondiale en énergie fait augmenter les émissions de CO2 (+1,7%)

La demande mondiale en énergie a augmenté de 2,3 % l’an dernier, soit le rythme le plus rapide de la décennie, une performance singulière tirée par une économie mondiale “robuste” et des besoins accrus “en chauffage et climatisation” dans certaines régions a précisé l’Agence International de l’Energie.

Le gaz naturel s’est imposé comme un combustible de choix et représentant 45 % de l’augmentation de la consommation d’énergie. La croissance de la demande de gaz a été particulièrement forte aux États-Unis et en Chine.

La demande de tous les combustibles a augmenté. Les combustibles fossiles représentant près de 70 % de la croissance pour la deuxième année consécutive. La production solaire et éolienne a progressé à un rythme à deux chiffres, le solaire seul augmentant de 31 %. Cela n’a toutefois pas été assez rapide pour répondre à la hausse de la demande d’électricité dans le monde, qui a également entraîné une augmentation de la consommation de charbon.

En conséquence, les émissions mondiales de CO2 liées à l’énergie ont augmenté de 1,7 % pour atteindre 33 gigatonnes (Gt) en 2018. La consommation de charbon pour la seule production d’électricité a dépassé 10 Gt, ce qui représente un tiers de l’augmentation totale. La plupart d’entre eux provenaient de nouvelles centrales à charbon dans les pays en développement d’Asie. La majeure partie de la capacité de production d’électricité au charbon se trouve aujourd’hui en Asie, avec des centrales de 12 ans en moyenne, soit des décennies de moins qu’une durée de vie moyenne d’environ 50 ans.

Ces conclusions font partie de la dernière évaluation de l’Agence internationale de l’énergie sur la consommation énergétique mondiale et les émissions de CO2 liées à l’énergie pour 2018. Le “Global Energy & CO2 Status Report” fournit une vue d’ensemble des marchés de l’énergie, y compris les dernières données disponibles sur le pétrole, le gaz naturel, le charbon, l’énergie éolienne, solaire, nucléaire, l’électricité et l’efficacité énergétique.

L’électricité continue de se positionner comme le “combustible” de l’avenir, la demande mondiale d’électricité augmentant de 4 % en 2018 pour atteindre plus de 23 000 TWh. Cette croissance rapide pousse l’électricité à atteindre 20% de la consommation finale totale d’énergie. L’augmentation de la production d’électricité a été responsable de la moitié de la croissance de la demande d’énergie primaire.

Les énergies renouvelables ont largement contribué à cette expansion de la production d’électricité, représentant près de la moitié de la croissance de la demande d’électricité. La Chine reste le leader des énergies renouvelables, tant pour l’éolien que pour le solaire, suivie par l’Europe et les États-Unis.

Nous avons assisté à une augmentation extraordinaire de la demande mondiale d’énergie en 2018, dont le rythme de croissance a été le plus rapide de cette décennie “, a déclaré le Dr Fatih Birol, directeur exécutif de l’AIE. “L’année dernière peut également être considérée comme une autre année dorée pour le gaz, qui a représenté près de la moitié de la croissance de la demande mondiale d’énergie. Mais malgré la forte croissance des énergies renouvelables, les émissions mondiales continuent d’augmenter, ce qui prouve une fois de plus qu’il est urgent d’agir sur tous les fronts : développer toutes les solutions énergétiques propres, réduire les émissions, améliorer l’efficacité énergétique et stimuler les investissements et l’innovation, notamment en matière de capture, d’utilisation et de stockage du carbone“.

Près d’un cinquième de l’augmentation de la demande mondiale d’énergie provient d’une hausse de la demande de chauffage et de climatisation, les températures moyennes hivernales et estivales dans certaines régions ayant approché ou dépassé les records historiques. Les vagues de froid ont stimulé la demande de chauffage et, surtout, les températures estivales plus chaudes ont fait grimper la demande de climatisation.

Ensemble, la Chine, les États-Unis et l’Inde ont représenté près de 70 % de l’augmentation de la demande d’énergie dans le monde. Les États-Unis ont connu la plus forte augmentation de la demande de pétrole et de gaz au monde. Sa consommation de gaz a bondi de 10 % par rapport à l’année précédente, l’augmentation la plus rapide depuis le début des records de l’AIE en 1971. L’augmentation annuelle de la demande américaine l’an dernier était équivalente à la consommation actuelle de gaz du Royaume-Uni.

La demande mondiale de gaz a augmenté à son rythme le plus rapide depuis 2010, avec une croissance annuelle de 4,6 %, la deuxième année consécutive de forte croissance, tirée par une demande accrue et la substitution du charbon. La croissance de la demande a été tirée par les États-Unis. La demande de gaz en Chine a augmenté de près de 18 %.

La demande mondiale de pétrole a augmenté de 1,3 %, les États-Unis étant à nouveau en tête de la hausse mondiale pour la première fois en 20 ans grâce à une forte expansion de la pétrochimie, à une production industrielle en hausse et aux services de camionnage.

La consommation mondiale de charbon a augmenté de 0,7 %, avec des hausses observées uniquement en Asie, en particulier en Chine, en Inde et dans quelques pays d’Asie du Sud et du Sud-Est.

Le nucléaire a également progressé de 3,3 % en 2018, la production mondiale atteignant les niveaux d’avant Fukushima, principalement grâce à de nouveaux ajouts en Chine et au redémarrage de quatre réacteurs au Japon. Au niveau mondial, les centrales nucléaires ont répondu à 9 % de l’augmentation de la demande d’électricité.

Partagez l'article

 



[ Traduction Enerzine ]

Articles connexes

avatar
  Souscrire  
Me notifier des