Solaire : les USA exportateurs nets 2010 de 1,8 milliards $

Alors que la Chine domine outrageusement le secteur manufacturier du solaire photovoltaïque (PV), les Etats-Unis ont réalisé une belle remontée dans l’exportation de produits solaires en 2010.

En effet, les USA sont devenus exportateurs nets dans le secteur à hauteur de 1,880 milliard de dollars (Mds), soit une augmentation de 1 milliard de dollars par rapport à l’année précédente (723 millions de dollars en 2009).

D’après un rapport publié par GTM Research et l’association des industries de l’énergie solaire (SEIA), les Etats-Unis ont même enregistré un excédent commercial avec la Chine de l’ordre de 247 millions de dollars.

Plus précisément, les importations américaines en 2010 ont été estimées à $ 1,4 Mds, tandis que les exportations étaient évaluées entre $ 1,7 et 2,0 milliards de dollars sur la base des données disponibles concernant la vente des biens d’équipement. Les Etats-Unis sont donc exportateurs nets de produits solaires avec la Chine de 247 à 539 millions de dollars. Les importations provenaient principalement de modules solaires ($ 1,2 mds), tandis que les exportations ont privilégié les biens d’équipement (708 millions de dollars à 1 Mds) et le polysilicium (873 millions de dollars).

Solaire USA : exportateurs nets 2010 de 1,8 milliards $
 
[ Cliquez sur l’image pour zoomer ]

Cette hausse est en partie à mettre en corrélation avec les subventions et autres garanties de prêts accordées par le Trésor américain. Les entreprises ont ainsi pu se développer et surtout financer de nouvelles usines de fabrication.

Le photovoltaïque à destination du marché des particuliers a également contribué grandement à l’économie américaine. Selon un rapport d’évaluation du commerce, environ 73% de la valeur de l’installation d’un système solaire (équipement, main d’œuvre, maintenance du site) est créé localement. La part du solaire photovoltaïque représente environ 82% de la valeur domestique contre 8% pour les systèmes solaires à concentration et la climatisation solaire.

            

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
11 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
renewable

on a réussi, sous pretexte du (réel) démarrage importateur à casser tout avenir pour le développement d’une filière nationale. Au lieu de faire reprendre le marché une fois cassé la bulle financière (ce qui était plus que nécessaire), le “redémarrage” est minable, contraint par un appel d’offre aussi ambitieux que le fait de vouloir alimenter l’île de Groix en énergie propre pour les 3 prochaines années. Comme d’habitude quand une énergie autre que le nucléaire essaie de se développer en France elle trouve sur son chemin toute la puissance du lobby nucléaire pour l’écraser.

rouget

Puisque les USA importe plus de modules qu’ils n’en fabriquent, où en est la production française et européenne de solicium et autres produits de base de l’industrie PV ?

gp

la France n’a pas d’argent à investir durablement dans la filière solaire PV. La France a fait le choix (enfin, un tout petit nb de technocrate français pardon) d’alimenter un puit sans fond localisé à Flamanville. Aux dernières nouvelles, malgré les milliards déjà engloutis, il faudra encore y déverser l’équivalent de plusieurs dizaines de milliers d’hectares de panneaux solaires afin que le bébé ne produise ses premiers kWh. Sans compter les 300 M€ nécessaires à la construction de la THT cotention-maine qui va avec et qui contribuera à enlaidir encore un peu plus le paysage. Le futur est une question de choix.

Dan1

“Sans compter les 300 M€ nécessaires à la construction de la THT cotention-maine qui va avec et qui contribuera à enlaidir encore un peu plus le paysage.” A ce que je vois, il faut bien dissocier les lignes qui transportent les électrons nucléaires des autres lignes qui transportent les électrons des EnR. Que pensez-vous des centaines km de lignes haute tension qui vont être construites pour permettre aux électrons EnR de voyager ? Est-ce que les lignes THT qui transportent les électrons d’éole sont plus belle que les autres ? Et que dire de la beauté d’une ligne THT qui transporte à la fois des électrons nucléaires et éoliens ? Elle est à moitié belle ?!

js

Vous noterez qu’aux Etats Unis, on a subventionné directement les entreprises américaines au lieu des consommateurs. Là bas pas de tarif à 0,60 € le Kwh !! Nous on a surtout encourager les constructeurs chinois !! 🙁

Soleil

pour le ENR il n’y a pas de THT. De la HT tout au plus. Sans compter que l’avantage de certaines sources (photovoltaique apr exemple) est de pouvoir être implanté au plus près des points de consommation. Donc peu de perte de transport et pas de lignes hautes tension.

Bachoubouzouc

“il faudra encore y déverser l’équivalent de plusieurs dizaines de milliers d’hectares de panneaux solaires afin que le bébé ne produise ses premiers kWh.” Dis autrement : un seul EPR évite de devoir installer environ 13000 hectares de PV (calcul pour une production électrique annuelle équivalente). Je me demande quelle est la surface totale de toiture orientée à peu près au sud en France… Cela représenterait par ailleurs un coût à l’installation d’en gros 65 milliards € (j’ai pris 500€ du m2 pour calculer cet ordre de grandeur, dites moi si vous avez de meilleurs chiffres). Juste 10 fois plus cher… Et encore c’est sans compter le prix des moyens de stockage (à mettre au point) et du renforcement du réseau… “Sans compter les 300 M€ nécessaires à la construction de la THT cotention-maine qui va avec et qui contribuera à enlaidir encore un peu plus le paysage.” Cette ligne serait d’autant plus nécessaire avec des ENR…

Bachoubouzouc

@ js : C’est pas faux… @ Soleil : Pour l’instant les ENR sont marginales et sont branchés sur le réseau de distribution, mais si elles venaient à se développer ça ne pourrait plus être le cas (par exemple pour l’éolien offshore). En ce qui concerne le PV, ce que vous dites est vrai si vous utilisez cette électricité pour alimenter (partiellement) votre maison de campagne. Ca l’est moins si vous voulez alimenter une grande agglomération ou des usines. Ne pas oublier que la France ne se limite pas à ses campagnes.

Teredral

N’oublions pas qu’un transport d’électricité en HT (63 kV) induit toutes choses égales par ailleurs une perte d’énergie 36 fois plus grande qu’en THT (380 kV).

Dan1

” pour le ENR il n’y a pas de THT. De la HT tout au plus.” Avez-vous lu le document dont je donne le lien ? Le problème n’est pas uniquement le mode de raccordement initial, mais le transfert d’énergie du lieu de production vers les lieux de consommation. Il faut donc un réseau de transport très robuste pour intégrer les EnR et équilibrer le réseau. Là il faut des lignes THT et si les Allemands l’ont déjà écrit, l’ENTSOE aussi s’en préoccupe et nous l’vons déjà dit sur Enerzine :

Lionel_fr

La grosse différence entre l’électricité solaire et les moyens classiques est la simplicité de déploiement. La production électrique est majoritairement consommée dans le voisinage proche (ce qui est impossible avec les centrales) En fait la production solaire locale est “soustraite” à la production centralisée dans la logique cartésienne française. Le réseau continuera à être déployé pour favoriser les centrales pour plusieurs raisons dont la politique de monopole plus facile à imposer sur des mega-bunkers que sur des millions de toits. On a pu constater dans une discussion précédente que personne ici ne comprend très bien le réseau (je ne fais pas exception) mais on peut dire qu’actuellement la politique française ne prévoit absolument pas de convertir le courant continu des panneaux solaires en MT, HT ou THT. Tous les onduleurs du marché convertissent en 230 AC et il faudrait effectivement de grandes surfaces loin des lieux de consommation pour justifier de passer en moyenne tension. Je pense que la France a zappé cette éventualité pour l’instant en pariant plutôt sur “l’effacement” La production solaire convertie en 230v est soustraite à la production des centrales qui alimente les mêmes segments 230v quand il fait nuit par exemple. (ou quand la production est insuffisante) Je ne dis pas que ce calcul est idiot, il ne l’est pas , par contre il dénote un manque d’ambition manifeste pour la production solaire. La question que j’amerais poser à un spécialiste est : que se passe-t-il quand la production solaire d’un quartier dépasse sa consommation ? Mais je crains de connaitre la réponse : on sacrifie le reliquat sur des résistances car cela coûte infiniment moins cher que d’installer un transfo régulateur vers la MT ou la HT, Il faudrait que la production le justifie vraiment mais aucune mention de ces problèmes dans la littérature de nos gestionnaires de réseau, il faut aller chercher l’info aux USA ou en Allemagne La France “attend” que les prix PV baissent encore pour planifier un dépoiement massif qui se substitura alors aux centrales classiques dans les plans décennaux.. Ce jour arrivera bien plus tôt que ne le pensent les partisans du nuke, mais il ne faut pas trop compter sur eux pour le dire. Ils le vivent comme une angoisse .. Ce ne sont pas les seuls d’ailleurs. Attendre une baisse de prix est angoissant et les très fortes croissances d’une techno au détriment d’une autre sont angoissants pour tout le monde et c’est encore pire si ces phénomènes sont aléatoires , or c’est exactement le cas du solaire. Imaginez un instant qu’un pays du moyen orient décide de passer au 100% solaire … cela frait monter le prix des panneaux pour des années… Ces aléas sont d’après moi un des obstacles au développement du solaire à court terme

11
0
Laissez un commentairex