Stockage de CO2: les associations alertent JL Borloo

Inauguré hier par Total à Lacq dans les Pyrénées-Atlantiques, le site de captage et de stockage de CO2 (CSC) provoque des remous parmi les associations environnementales qui le juge "dangereux, coûteux, inutile" et le qualifie de "simple greenwashing".

A ce titre, 9 associations signataires ont adressé une lettre au Ministre de l’écologie, Jean-Louis Borloo et lui demandent notamment "de ne cautionner en aucune manière cette manifestation, que ce soit par (sa) présence ou celle de (sa) secrétaire d’Etat".

Selon les signataires, la technologie du CSC fait l’objet d’une controverse et présente de "très grandes incertitudes, des risques et une inutilité publique". Ils s’appuient également sur l’Institut National de l’environnement industriel et des risques ( INERIS ) qui demande une étude plus approfondie des risques de la technique avant toute mise en œuvre.

Les associations dénoncent l’aspect risqué du projet pour les riverains du projet : "le CO2 est mortel à 5% de concentration dans l’air, et est absolument indétectable et inodore. Total n’a pas réussi à identifier des bio-indicateurs qui pourraient révéler une fuite de ce gaz stocké. En outre, les sondes sismiques de fond du puits sensées avertir en cas de mouvements de terrain sont aujourd’hui hors service, avant même le démarrage de l’injection".

Elles alertent également le ministre sur un autre site d’injection du CO2 à Jurançon, situé sous les vignobles qui à long terme, provoquerait "une acidification des terrains liée à des remontées du CO2 par les micro-fissures des terrains".

Par conséquent, elles annoncent avoir déposé un recours devant le tribunal administratif de Pau.

Liste des signataires :

ASE- Association Santé-Environnement Bassin de Lacq
CJE – Coteaux de Jurançon Environnement
SEPANSO-Béarn
Fédération SEPANSO
FNE -France Nature Environnement
Les Amis de la Terre
RAC – Réseau Action Climat
CLER – Comité de Liaison des Energies Renouvelables
Aquitaine Alternatives

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
18 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Pastilleverte

Oui, nous sommes bien d’accord,  le stockage du CO c’est inutile, coûteux et potentiellement dangereux (si on multiplie par 129 la concentration actuelle du CO2 dans l’atmosphère, ce que les modèles du GIEC prévoient le15 avril 23.444, si rien n’est fait pour limiter nos émissions.)

marcob12

Nos “amis” écolos sont, on le voit, toujours en pleine forme. Il paraît a priori évident qu’un gisement de gaz qui l’a contenu durant des dizaines de millions d’années sans fuite notable (la preuve par l’existence de celui-ci à notre époque) doit être troué comme une passoire, le sous-sol aussi poreux que de la “pierre ponce” et comme bien sûr le CO2 est dangereux et inodore… Depuis quand le méthane est-il bon pour la santé et a-t’il une quelconque odeur ? Si on y colle du méthylmercaptan c’est justement qu’il est également inodore et de plus explosif. On n’aurais logiquement jamais dû forer un puit à Lacq pour exploiter le méthane enfouis. Où étaient les écolos de l’époque pour protéger les riverains de ce danger incroyable ? Comment a-t’on pu tolérer des habitations à proximité d’un gisement de gaz ? J’ai un gros doute que sur un projet pilote, le pétrolier ait choisis de faire ça “à la Raoul” et je doute que les pouvoirs publics (voire “H1N1”) laissent faire n’importe quoi. Le choix de l’oxycombustion est par contre un vrai problème. On ne fera de l’oxycombustion que sur de nouvelles centrales or le but n’est pas d’en construire de nouvelles mais d’équiper les anciennes pour limiter la casse. On sait pouvoir obtenir de bons résultats en “post-combustion” et le seul intérêt de la construction de nouvelles centrales fonctionnant sur le principe de l’oxycombustion c’est de brûler de la biomasse (sous une forme ou une autre). Là seulement,au lieu d’extraire du carbone du sol pour le retourner partiellement (idéalement à 80%, donc on émet encore), on extraierait du CO² de l’air pour l’injecter dans le sous-sol (que ça plaise aux écolos ou non). Dans ce cas on aurait des centrales à contre-émissions de CO2 (bien moins de CO2 émis sur tout le cycle que de CO2 capturé), d’authentiques pompes à CO2, bien plus efficaces pour gérer le CO² atmosphérique que le nucléaire ou les éoliennes. Je doute que Total songe à ça. Les “écolos” feraient mieux de se documenter sérieusement avant de réagir au quart de tour sur des bases qui ne sont pas les bonnes. Ils gagneraient en crédibilité. Ceci dit l’idéal est un aquifère salin sous-marin. Dans ce cas on a ceinture et bretelle, la mode actuelle.

Teredral

Voilà enfin des associations (signataires) qui se déclarent ouvertement en faveur du réchauffement climatique ! 

Sourdoreille

pouvez-vous me donner une indication  plus détaillée sur ce que vous appelez “pompes à CO²” ? merci

Edc

Cycle du Calcium …  Existe-t-il des solutions pour recréer du calcaire avec le CO2 sortant des centrales ? (je me souviens du test en 5ème à l’eau de chaux Ca(OH)2… en soufflant dans le liquide, on apporte du CO2 qui recrée du calcaire …). Même mieux: fabriquer de l’eau de chaux est fortement exothermique, cette énergie pourrait même servir à produire de l’énergie ? Merci pour votre réponse ..

bmd

La technique d’injection du CO2 dans les gisements pétroliers date d’au moins 30 ans. Au Canada par exemple, il y a longtemps que l’on injecte dans certains gisements de pétrole du CO2 provenant d’un gisement naturel (eh oui, çà existe, par exemple pour l’Europe en Allemagne du Nord et en Hongrie).Cette injection facilite l’extraction du pétrole en en diminuant la viscosité (le CO2 se dissout dans le pétrole, comme un solvant dans la peinture). Il est vraiment comique de voir ces associations s’agiter comme elles le font, alors que le gisement où le CO2 va être injecté contenait avant d’être vidé par les pétroliers environ 10 % de CO2 associé au méthane, et que çà n’a dérangé personne pendant 40 ans. De même, les stations thermales du coin rejettent souvent du CO2, et çà ne dérange personne non plus.  Alors, pourquoi cette levée de boucliers alors que cette injection se fera avec des garanties bien supérieures à ce qu’elles étaient du temps de l’exploitation du gisement? Faut-il y voir un fantasme de plus des mouvements écologiques, qui ne sont pas à un fantasme près:cf la peur  de la radioactivité alors que la mortalité due à la radioactivité est tellement négligeable que l’OMS ne l’a même pas signalée dans son hit-parade des risques sanitaires (mais y a mis en premier lieu la tabagie,qui est encore et toujours un sport national, y compris chez les soi-disant écologistes) et en 8ème place les particules issues de la combustion des combustibles solides, charbon, mais aussi bois).

Guerin

Rien à voir avec le lac Nyos dont les conditions naturelles souterraines de présence du CO2 n’étaient ni connues ,ni surveillées, ni controlées par personne .Qui n’avaient strictement aucun rapport avec un gisement de gaz naturel(CH4,CO2) comme celui de Lacq qui l’a contenu durant des dizaines de millions d’années sans fuite notable (la preuve par l’existence de celui-ci à notre époque).Comme dit Marcob12:”Depuis quand le méthane est-il bon pour la santé et a-t’il une quelconque odeur ? Si on y colle du méthylmercaptan c’est justement qu’il est également inodore et de plus explosif. On n’aurais logiquement jamais dû forer un puit à Lacq pour exploiter le méthane enfouis. Où étaient les écolos de l’époque pour protéger les riverains de ce danger incroyable ? Comment a-t’on pu tolérer des habitations à proximité d’un gisement de gaz ? J’ai un gros doute que sur un projet pilote, le pétrolier ait choisis de faire ça “à la Raoul” et je doute que les pouvoirs publics (voire “H1N1″) laissent faire n’importe quoi”.   Et aussi BMD:” Pourquoi cette levée de boucliers alors que cette injection se fera avec des garanties bien supérieures à ce qu’elles étaient du temps de l’exploitation du gisement? “. Réponse: Pour des raisons purement politiques de propagandes électorales pro-verts, les “écolos” pour faire parler d’eux a tous prix(élections régionales en vues)activent leurs réseaux de protestataires et sont prêts à tous les amalgames,à toutes les confusions ,à promouvoir toutes les peurs et psychoses possibles,en prétendant tirer des sonnettes d’alarmes à n’importe qu’elles occasions.Ces gens sont pires que malhonnêtes.Ce sont des sectaires et des imposteurs.CQFD.

marcob12

Je pensais mon explication claire. Peut-être un schéma le sera-t’il plus ? Sinon bien sûr que la minéralisation du CO2 a été envisagée sous de nombreuses formes, dans des produits industriels le stockant plus ou moins longtemps, dans des formations en sous-sol. On peut même tout simplement planter des forêts à pousse rapide, pyrolyser le bois et broyer le charbon de bois pour le stocker en sous-sol à l’abri des conditions d’oxydation. On sait qu’en surface il se dégrade très lentement alors en sous-sol (anciennes mines à combler par ex) on peut là aussi compter sur des millénaires de répit et surtout une transformation très lente. On envisage d’ailleurs de mélanger le charbon de bois broyé aux terres agricoles dont il améliore les rendements tout en résistant durablement (décennies semble-t’il) à l’oxydation en CO2. On doit émettre moins de CO2, on peut aussi écoper pour aller plus vite. Une façon pour les riches d’épurer leur passé de gros  émetteurs depuis des décennies ? Pour nous sortir le cas de Nyos il faut vraiment avoir envie de taquiner…

De passage

car bien entendu toute solution qui évite du CO² ne peut être acceptée qui SI ell est à partir du vent, soleil et biomasse ! Otez de mes yeux toute autre solution, cele ne pourraît être que diablerie. Bel exemple soutenu d’aveuglement idéologique. Pensent-ils seulement un instant, ceux là, qu’à force d’outrances ils se décrédibilisent vis à vis de ceux de nos citoyens qui ne se rappellent plus de leurs vieux cours de Chimie? Et qu’en fait ils valorisent les points de vue opposés, c’est à dire qu’ils travaillent pour nous?

De passage

car bien entendu toute solution qui évite du CO² ne peut être acceptée qui SI ell est à partir du vent, soleil et biomasse ! Otez de mes yeux toute autre solution, cele ne pourraît être que diablerie. Bel exemple soutenu d’aveuglement idéologique. Pensent-ils seulement un instant, ceux là, qu’à force d’outrances ils se décrédibilisent vis à vis de ceux de nos citoyens qui ne se rappellent plus de leurs vieux cours de Chimie? Et qu’en fait ils valorisent les points de vue opposés, c’est à dire qu’ils travaillent pour nous?

michel123

Il est clair qu’un ancien gisement de gaz est ce qu’il y a de plus sécurisé pour réinjecter du co2, si le gaz y est resté des millions d’années c’est que par définition il n’y avait aucune fuite et que quel que soit les mouvements de terrain , l’étanchéité du sol y est de type plastique(mou) pour avoir absorbé les mouvements de sols obligatoires sur une aussi longue période . Les proposition de plantation d’arbre sont certes  sympathiques mais sont totalement incapables d’endiguer l’énorme augmentation du co2 atmophérique qui atteindra dans moins de 10 ans le taux jamais vu de 400 ppm (pour mémoire les taux les plus élevés relevés sur 2 millions d’années sont de 280 ppm) Les énergies renouvelables , bien sûr mais la mutation prendra un siècle et la réduction de 40% des émissions de Co2 avant 2050 n’a aucune chance d’être atteinte sans la mis en oeuvre de ces techniques , il existe d’ailleurs des techniques encore plus sûres , l’injection dans des roches qui transforment le co2 en carbonate de calcium (calcite)définitivement inerte , l’injection sous la mer avec un tablier trés étanche car sous une forte pression marine , et l’absence de population au cas improbable d’une fuite. Je vois que définitivement les peurs irrationelles ont plus de force qu’une explication bien argumentée . Et n’oublions pas que statistiquement il suffit que trois personnes effrayées disent une ânerie pour que cette ânerie deviennent une réalité inébranlable. MC

Sicetaitsimple

tes souvenirs de chimie sont bons: Chaux(CaO)+ CO2 donne CaCO3 (calcaire). Il y juste un petit problème , c’est que la chaux n’existe pas à l’état naturel(parce qu’elle s’est carbonatée), et que pour la produire , il faut partir de calcaire (CaCO3) et le chauffer pour produire du CaO, en emettant du CO2…. Et le bilan est négatif, car pour amener la chaleur, il faut bruler du charbon (généralement dans les fours à chaux) qui produit du CO2 supplémentaire par rapport à celui qui est émis par le calcaire….Si c’était simple, ça se saurait….

Sicetaitsimple

M. Chelya est dans son emulsion photovoltaique subventionnée franco-francaise ( ou germano-allemande) , qui a pris un petit coup aujourd’hui. J’ai déjà dit et je le répète que je n’ai rien contre le developpement du PV, bien au contraire. Mais il faudrait peut-être se rendre compte qu’environ la moitié de l’electricité mondiale est produite à partir de charbon, et que ce poucentage n’est pas près de baisser (Chine, Inde,…). Alors OK, le captage de Co2 ne sera pas industriellement disponible avanr 10 ou 15 ans, mais déniger Lacq, c’est dénigrer Thémis il y 30 ans….

marcob12

On dit que le monde devrait diminuer ses émissions de CO2 d’ici 2050 de 20 Gt/an.Pourrait-on pomper un tel volume annuel grâce à des mécanismes naturels ?Un spécialiste en conservation des espèces a déjà répondu pour l’essentiel « oui » dans une conférence de l’International Forum on Globalization. Selon lui on pourrait récupérer (à peu de frais) près de 5 millions de km2 en zone intertropicale pour reforestation et ainsi capturer de l’ordre de 18 Gt/an de CO2 (il dit five gigatons of carbon et 44/12 pour avoir en CO2). On utilise par ailleurs bêtement des surfaces importantes (USA et brésil surtout) pour produire des agrocarburants pour moteurs thermiques. Passer au véhicule électrique et rediriger ces agrocarburants vers des centrales permettrait de mieux valoriser l’énergie contenue dans ceux-ci (montré récemment) mais surtout de séquestrer le CO2 capté par les plantes .Dans ce cas on utiliserait plus la méthanisation que la filière éthanol ou biodiesel. Les végétaux peuvent donc encore nous sauver la mise (je n’ai pas parlé du potentiel des micro-algues) si nécessaire et c’est loin d’être du folklore.

michel123

pour marcob 12 replanter des arbres , oui éviter la déforestation , oui penser régler le problème avec ça c’est iréaliste , il y a une telle urgence à arrêter la progression du co2 que lorsque l’on sait que toutes les forêts de la planète et la pompe à carbone marine n’absorbent que 40% de nos émissions il est pourtant évident que l’oxycombustion et enfouissement si possible à proximité des sites de production et sinon aprés transport par pipe line et la seule solution pour limiter le dégats. Tout le monde sait que les allemends qui ont stoppé leur programme nucléaire n’ont d’autre solution que de faire tourner leurs centrales à charbon et que leur programme éolien pourtant ambitieux ne pourra qu’absorber (dans le meilleur des cas) leur besoin dévorant en électricité Quand à l’illusion de cheylya qui pense que le photovoltaique va sauver le monde alors qu’au mieux cela ne pourra que ralentir la progression d’un désastre pour l’instant inéluctable. Il faut bien voir que si nous dépassons l’instant critique la situation sera totalement irréversible car toutes les rétroactions sont positives: 1- plus de chaleur c’est plus de carbone relaché ( cycle du carbone atmosphérique supèrieur  à 120 ans en situation normale , ce qui n’est plus le cas ) 2 – Plus de chaleur c’est moins d’eau et de forêts dans les zones tempèrées 3 -plus de chaleur c’est le méthane du permafrost et surtout celui des plateaux  océaniques qui sont en équilibre instable et dont la zone de stabilité descendra de – 300 m à – 400 m  pour un degré de plus ( potentiel de dégazage gigantesque ) plus de co2 c’est une diminution de la captation océanique en raison de l’acidification (en cours )des oceans . Pour mémoire (à ceux qui l’ignorent)  la dernière fois que la terre a connu 400 ppm de co2 (il y a 3 millions d’années) il y règnait une température de + 5 ° et non + 2° comme l’on s’obstine à nous le faire croire.

Sicetaitsimple

“Le charbon est développé parce qu’il s’agit d’une source indigène qui nécessite peu d’infrastructures de transport (au contraire du gaz naturel ou du pétrole par exemple) et qui est rapidement déployable pour répondre à des besoins en énergie qui monte de façon exponentielle “. C’est parfaitement exact! Ce qui explique que le charbon n’est pas près de baisser de sitôt dans les pays qui ne sont pas comme nous “gavés” energétiquement et qui disposent de charbon. Les bonnes ames qui à Copenhage pensaient imposer indirectement  à l’Inde ou à la Chine une limitation quelconque de leur croissance l’ont bien vu. Pour autant, il est par contre totalement faux de dire que la technologie des nouvelles centrales chinoises actuelles est “soviétique” . Elle est un peu (beaucoup) copiée sur la technologie européenne, mais presque au même niveau… Le captage de CO2 est dans ces conditions incontournable si on veut effectivement arriver au facteur 4, non pas dans les pays “gavés”, mais au plan mondial. Que ce soit compliqué , que ça prenne du temps et que ça coute cher, c’est certain. Et effectivement, ça ouvrira des espaces de rentabilité pour des technologies qui aujourd’hui ne peuvent vivre que subventionnées. Le PV a de l’avenir, mais pas forcément en 2010 aux frais des francais! Cordialement.

marcob12

Je n’ai dit nulle part que la reforestation était LA SOLUTION, mais le coût de cette solution et sa facilité de mise en oeuvre devrait faire réfléchir. Aucune nouvelle technologie à attendre, pas de super-réseau à mettre en place, de pilotes à valider, etc… De surcroit elle est à l’échelle du problème et vu son faible coût ne nous interdit nullement de mettre en oeuvre d’autres solutions. Vous semblez confondre la capacité d’absorption d’une forêt tempérée et à maturité avec celle d’une forêt intertropicale en reconstitution et donc en phase de croissance maximale (arbres jeunes).Par ailleurs on nous dit qu’il faut diminuer nos émissions nettes de CO2 le plus tôt possible et vous semblez tenir la CCS comme “la seule solution pour limiter les dégâts” en oubliant que nous sommes au stade de pilote  et l’immensité des volumes à stocker et du chantier pour concrétiser les infrastructures et gérer les risques. Cette solution mettra deux décennies au mieux pour atteindre une masse critique (même un déploiement volontaire du nucléaire ferait plus et mieux) et ne se compare pas aux renouvelables. Considérer le schéma que j’ai mis plus haut. Charbon et CCS c’est encore au mieux entre 100 et 150 gr de CO2 par kwh contre 30 pour l’éolien et sur un demi-siècle moins encore pour le nucléaire. S’il y a urgence et péril les solutions les plus efficaces et rapides à mettre en oeuvre sont dans l’ordre, la reforestation (effet instantané et coût faible), l’interdiction dans les pays riches de la construction de centrales à charbon (les allemands présentés comme les champions des renouvelables sont aussi des fous de pérenniser le charbon et même lui donner un avenir) et remplacement de celles-ci à marche forcée par de l’efficacité énergétique et des renouvelables (on gagne entre 800 et 1000 gr de CO2 par kwh non consommé et un peu moins avec de l’éolien) la construction de centrales à contre-émissions (basées sur la biomasse) prêtes pour la CCS. On méthaniserait la biomasse localement, le gaz serait injecté dans les gazoduc actuels et les centrales construites à la verticale (proche) des sites d’enfouissement du CO2. On supprime ainsi largement le réseau de carboduc dont parle Chelya. Sans CCS on émettrait autant de CO2 que l’éolien, mais avec on capturerait de l’ordre de 1000 gr de CO2 par kwh produit. Non seulement pour résumer on peut diminuer nos émissions nettes de CO2 rapidement et sans exiger des autres ce qu’ils ne peuvent donner mais on pourrait en combinant plusieurs approches diminuer nos émissions nettes de bien plus que 100% à l’horizon 2050 en devenant nous-mêmes un nouveau puit de carbone (d’abord via la reforestation puis la filière de centrales à contre-émissions. A ceux qui songent aux terres consommées pour une production énergétique, je rappellerais qu’une filière macro et microalgues est concevable. Année après année on perdrait quelques “ppm” pour revenir en quelques décennies vers les valeurs pré-industrielles (cela a déjà été théorisé). Je suis partisan de la CCS et je pense qu’il est maintenant clair que ce n’est pas pour pérenniser la filière à charbon ou la développer. Je ne crois pas une seconde que nous soyons face à un désastre inéluctable. D’abord parce que je pense le climat bien moins sensible aux GES que ne le dit la théorie dominante et ensuite parce que nous avons les moyens de nous en sortir. Ah oui… Jusqu’ici l’augmentation de la température a précédé la hausse des taux de CO2. C’est peut-être différent cette fois-ci, car nous vivons un épisode inédit (dans le passé ou le futur) où nous brûlons à toute vitesse nos réserves de combustibles fossiles.

Pastilleverte

Cher Michel, d’abord, c’est Mme, pas M (et encore moins Mr), ensuite, libre à vous de croire à ces fadaises pseudo scientifiques de “tipping point” de” the science is settled”, de “350 ppm sinon rien” enfin plutôt sinon la fin du monde (pas de bol on est déjà au delà, et on est pas prêts d’y revenir, cpatage ou pas. Oui la reforestation ou plutôt éviter la déforestation, voilà une urgence qu’elle est aussi réelle et… urgente que l’accès à l’eau potable, à l’assinissement et… à l’énegie pas chère pour tous (pas vraiment pour moi, ni pour vous j’imagine) Bien sûr je n’oublie pas les “petits” problèmes que sont la santé, l’éducation, la sécurité etc etc; Et puis tant pis pour vous si vous êtes assez naïf pour ne pas voir les $$$$$$$$$ qui sont derrière cette histoire du CO2= LE DIABLE, quand on sait que à la fois Maurice Strong (leader des écolos à LONU, Pachauri, président du GIEC et Al Gore, pour ne citer qu’eux ont des interêts énormes, se chiffrant en centaines de millions de $ (chacun) dans la bourse de Chicago, spécialisée dans le marché de l’air chaud, dit aussi CO2. Cherchez et suivez l’argent, et ö miracle les pétroliers s’intéressent au captage du CO2, voire au PV ou à l’éolien bizarre, non ? Dernier point, si mon discours ne vous plait pas, dénoncez moi donc au modérateur qu’il m’empêche de m’exprimer Bonne soirée.

18
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime