A Lorient Agglomération, les déchets enfouis sont transformés en ressource

Après 8 mois de travaux, l’unité d’épuration de biogaz « Wagabox » est prête pour être mise en service. La première injection de biométhane issu des déchets enfouis à Kermat, sur la commune d’Inzinzac-Lochrist, a eu lieu comme prévu initialement le 26 novembre, dans le réseau de distribution exploité par GRDF, avec le même niveau de qualité que le gaz naturel.

Mise en service mardi 26 novembre sur le site de Kermat à Inzinzac-Lochrist, la « Wagabox », une unité d’épuration dédiée au traitement du biogaz des déchets ménagers ultimes enfouis à l’installation de stockage des déchets non dangereux, est entrée dans sa phase d’exploitation pour une durée de 15 ans minimum.

Conçue par la startup grenobloise Waga Energy, elle permet de valoriser 90% du biogaz produit sur le site sous forme de biométhane injecté directement dans le réseau de distribution de gaz naturel qui alimente les particuliers. Le gisement de biogaz du site de Kermat va permettre à Lorient Agglomération de produire 7 GWh de gaz renouvelable par an, d’alimenter ainsi 70% de la consommation annuelle en gaz de la commune d’Inzinzac-Lochrist et d’éviter l’émission de 1 500 tonnes de CO² chaque année. L’unité va bénéficier d’une phase d’observation de 1 500 heures pour surveiller l’ensemble des paramètres de la machine et qualifier ses performances au regard des engagements de Waga Energy.

Cette installation s’inscrit dans les objectifs du Plan climat air énergie territorial de Lorient Agglomération adopté en 2018 qui a pour ambition à l’échelle du territoire, d’ici 2050, de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) par 4, rénover totalement le parc bâti, augmenter très fortement la part de déplacements à vélo, réduire de 50% les consommations énergétiques et adapter le territoire aux effets du changement climatique.

Grâce à cette unité d’injection de biométhane, Lorient Agglomération s’insère pleinement dans les ambitions du Pacte biogazier breton signé entre l’Etat, la région Bretagne, l’Ademe, GRDF, GRTgaz et le pôle Energie Bretagne. Il a pour objectif d’atteindre 10% de gaz renouvelable dans les réseaux bretons dès 2025.

Souscrivez à l'Achat Groupé EnergieMoinsChere.com
achat-groupe.energiemoinschere.com

Objectif : obtenir jusqu'à 20% de remise sur le prix HT (kWh) de l'électricité et/ou du gaz ! C'est gratuit et sans engagement.

Innovant et ambitieux, le projet représente un investissement de 3 000 000 € financé par Lorient Agglomération avec l’aide de la Région Bretagne et l’ADEME.

Partagez l'article

 



[ Communiqué ]

Articles connexes

avatar
  Souscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
papijo
Invité
papijo

Pour être objectif, il aurait fallu préciser que si l’Agglo de Lorient avait opté pour l’incinération, pour 40000 t/an de déchets résiduels par exemple, au lieu de produire environ 7 GWh de biogaz, on aurait pu produire 20 à 30 GWh d’électricité (qui valent 4 ou 5 fois plus que le GWh de gaz !), pour sans doute moins cher, sans aucune odeur, et sans laisser aux fameuses “générations futures” un gros tas de plastiques peu dégradables, mais très polluants, dans la décharge !

Seb
Membre
Seb

Oui… enfin, l’expérience nous a montré qu’il est très difficile de bruler proprement des déchets mélangés… Ça implique des coût de traitement des fumées importants, une surveillance maintenue en permanence, et souvent d’accepter (et de faire accepter par les riverains) une pollution résiduelle non négligeable. Sur le plan du CO2, en plus, ces plastiques non bio-dégradés présentent quand même l’intérêt de garder leur carbone plutôt que de nous l’envoyer dans l’atmosphère. En résumé, il n’y a pas de solution magique pour gérer nous ordures… Je ne suis pas sûr que l’incinération soit une meilleure solution que l’enfouissement… Il faudrait surtout… Lire plus »

papijo
Invité
papijo

Réponse type de l’écolo qui a absorbé la propagande du parti et se soucie fort peu de la réalité ! – Les gaz produits ne sont pas captés (ça pue souvent – pas tous les jours, c’est vrai) autour des décharges (cherchez sur internet “odeurs décharges” …) – Les plastiques mettent longtemps à se décomposer … mais ils se décomposeront un jour, et certainement quand les installations de gaz auront été démontées depuis longtemps ! – Le traitement par incinération a un coût, c’est vrai, mais celui-ci est compensé en partie par la vente d’électricité (vendue à peu près au… Lire plus »

Seb
Membre
Seb

“Croyez vous que les industriels utilisent des emballages juste pour le plaisir d’emm… les gens ?” Je pense que beaucoup d’emballages n’ont pas d’utilités en terme de protection de produit, et ne sont là que pour des raisons de marketing. Je pense qu’aujourd’hui la cotisation Écoemballages n’est pas du tout assez incitative à utiliser des matériaux facilement recyclables, qu’en conséquence les industriels continuent de mettre sur le marché des produits qu’on ne sait pas traiter (par exemple : Café expresso classique : quelque grammes de marc à composter, Dosettes : café et emballage à mettre dans la poubelle noire, sauf… Lire plus »

papijo
Invité
papijo

Vous semblez croire tous les boniments racontés par les écolos … Par exemple à propos de produits qu’on ne saurait pas traiter … pour vous l’incinération n’est pas une technologie valable, mais alors que proposez vous d’autre ? Un exemple: Les premières éoliennes arrivent en fin de vie. Que faut-il faire pour se débarrasser des pales ? (inutile de dire que ça ne se recycle pas, ce n’est absolument pas compostable). Que voulez vous en faire à part les incinérer ? NB: En France, elles partiront en décharge empester vos petits enfants, parce qu’il n’y a pas d’usine prévue pour… Lire plus »