Alstom automatise la plus grande centrale à charbon

Alstom a confirmé lundi, la signature d’un contrat de plus de 100 millions d’euros avec la compagnie sud-africaine d’électricité Eskom pour fournir un système d’instrumentation et de contrôle-commande à la plus grande centrale électrique à charbon du monde, Medupi.

Alstom a également proposé à Eskom une option, représentant un montant additionnel de 100 millions d’euros, pour installer un système identique dans la centrale de Kusile, semblable à celle de Medupi.

Medupi et Kusile, actuellement toutes deux en construction, sont les plus importantes centrales électriques à charbon à refroidissement sec au monde. Elles fourniront chacune une puissance de près de 4 800 MW, délivrée par six groupes turbines-alternateurs Alstom de 790 MW, et permettront une augmentation significative de la production d’électricité de l’Afrique du Sud.

Eskom a lancé un programme massif d’investissement afin de doubler l’infrastructure électrique nationale dans les dix ans à venir.

"La signature de ce contrat confirme la confiance qu’Eskom place dans Alstom. C’est une reconnaissance de la qualité et des performances de l’offre de systèmes d’automatisation d’Alstom. Le système de contrôle-commande ALSPA Series 6 est le premier produit majeur issu de la collaboration avec Microsoft qui réponde aux défis des « réseaux intelligents ». Les solutions de gestion de l’énergie d’Alstom permettent aux producteurs d’électricité d’optimiser leurs installations dans ce nouvel environnement", souligne Philippe Joubert, Président d’Alstom Power.

Détail : selon les termes du contrat, Alstom assurera l’ingénierie, la fourniture et l’installation de son plus récent système numérique de contrôle-commande, ALSPA Series 6, ainsi que des équipements associés. Le système ALSPA Series 6 d’Alstom est une plate-forme informatique adaptable et sécurisée, qui permet d’optimiser les coûts de fonctionnement, tout en apportant à ses opérateurs un outil et une interface sûre et simple d’utilisation. Le système de contrôle-commande garantira le suivi et contrôle efficace des équipements clés de la centrale, et facilitera l’intégration de Medupi au sein de la flotte actuelle des centrales d’Eskom.

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
16 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
gp

vivement que ces 2 magnifiques installations rentrent en service pour apporter leurs précieux kWh aux Sud africains… Certes, ca fera la bagatelle d’environ 75 Mt de CO2/an en + dans l’atmosphère (soit + de la 1/2 de ce qu’émet le secteur transport en France!!!!!) mais au point ou nous en sommes rendu… L’inconscience humaine dans toute sa splendeur : Abracadabrantesque!

gp

… j’allais oublié de souligner que tout cela contribue bien entendu à la croissance et surtout à l’augmentation du PIB de la France! ca aurait dommage de ne pas le rappeler… Bref, il nous reste 5 ans pour inventer une autre société = IMPOSSIBLE :((

Dan1

Je constate une fois de plus le peu d’intérêt des commentateurs assidus pour les choses touchant au charbon et aux émissions massives de CO2, c’est à croire qu’il n’y a que le nucléaire (français de surcroît) qui est digne de leur intérêt.    Pourtant, pour tous les “Kohlekraft nein danke” et autres sauveurs de la planète, il y a beaucoup à dire sur le charbon en général et sur l’Afrique du Sud en particulier. Ce pays produit environ 240 TWh en émettant à peu près 225 millions de CO2 (et autres produits) à partir de la consommation de 125 millions de tonnes de charbon par an. Tout ceci est fort bien expliqué dans le rapport annuel 2008 d’ESKOM téléchargeable au lien suivant :        Ce pays dont l’économie est affaiblie par un manque de production électrique : propose de restaurer la situation et d’accompagner la croissance en installant massivement des centrales à charbon dont la puissance  dépassera (4 800 MW) la puissance de beaucoup de centrales nucléaires françaises.        Voir le lien déjà donné hier : Et pour bien visualiser les choses, je redonne le mode d’accès en vue du ciel : Sur Google Earth et tapez “Witbank” puis admirez les environs. A quelques jours de Copenhague, cette annonce devrait être surcommentée… et là c’est le néant ! Pendant ce temps là, on va ergoter sur le CO2 du chauffage électrique en France !!

Dan1

Pour le chauffage électrique en France, qui est la grande affaire avant Copenhague, il y a de l’énergie à dépenser. En revanche, quand les sud africains proposent de construire 11,2 GW de centrales à charbon entre 2009 et 2017, il n’y a plus personne ! Pourtant il y avait du boulot pour Kohlekraft nein danke. Sachant que leurs centrales thermiques ont un excellent facteur de charge (> à 85 %), on peut s’attendre à ce qu’elles produisent au moins 7 500 heures par an, soit au total 84 TWh (production d’environ 7 EPR). Sauf que ces super réacteurs à charbon vont émettre au moins 80 millions de tonnes de CO2 par an (2,5 fois plus que toute la production française d’électricité !). Mais c’est pas grave car c’est pas en France. Allez, je retourne au chauffage électrique hexagonal, ça c’est de l’écologie !      

Bernier

D’accord avec vous Dan1,les Sud-Africains auraient mieux fait de commander 7 ou 8 EPR(s) plutot que ces supers réacteurs au charbon qui vont émettre au moins 80 millions de tonnes de CO2 par an (2,5 fois plus que toute la production française d’électricité !)…

Dan1

On voit clairement que Kohlekraft nein danke c’est uniquement pour amuser la galerie. Vous aviez une occasion en or de vous faire “tout gros sur le sujet” et vous n’intervenez pas et ensuite vous esquivez ! Ceci dit les sud africains feront du charbon et du nucléaire (voir page 67 du rapport 2008) et ceci : Sachant que le nucléaire doit toujours et en tout lieu être responsable de toutes les misères !

Dan1

ça ne me dérange nullement puisque c’est faux. Le nucléaire n’est pas l’allié du charbon mais le concurrent et l’éventuel substitut car ils rendent le même service : fournir en masse de l’électricité à prix raisonnable. Ne mélanger pas tout. Sinon, puisque soit disant ils ne pouvaient pas obtenir rapidement des réacteurs nucléaires, pourquoi les sud africains n’ont-ils pas mis le paquet sur le EnR en installant par exemple 40 GW d’éolien ?? Pourquoi n’iriez vous pas faire pression sur eux pour qu’ils installent massivement des EnR. Ce serait plus bénéfique pour la planète que d’essayer de convaincre les français. Et puis, compte tenu de vos réactions, mettez votre logo en phase avec vos convictions : arborez fièrement “Kernkraft nein danke”, au moins nous reconnaîtrons que vous assumez votre engagement !       

marcob12

Désintérêt, non. Mais tomber sur les sud-africains qui veulent se développer avec une électricité peu chère me semble inapproprié. Les USA se sont développés ainsi en grande partie et c’est clairement d’abord à eux et à nous (allemands et autres) de casser les reins au charbon pour permettre à d’autres de l’utiliser. Par rapport à la Chine ils sont également inexistants en terme d’émissions de CO2 et s’ils avaient opté pour du gaz (peu polluant) de beaux esprits leur seraient également tombés dessus. Il se trouve qu’ils ont 50 Gt de charbon chez eux, tentant… Après si on considère que le CO2 arrive juste après l’astéroïde exterminateur pour notre civilisation, on peut s’interroger. Si on diminue nos émissions à la marge et qu’on attend des émergeants un développement avec des sources bien plus chères que nous utilisons à peine, on n’est pas sérieux. Si on l’était on aurait vendu des EPR à prix massacrés aux sud-africains pour leur éviter de faire du charbon.On aurait pu faire un beau geste commercial. On ne l’a pas fait ? Qu’on ne dise pas que c’était impossible. On ne l’a pas souhaité, pas plus qu’on a souhaité développer massivement les renouvelables après le 1er choc pétrolier. Nous émettons depuis plus d’un siècle et eux commencent à peine. Avons-nous la mémoire à ce point courte ? Si seulement le CO2 pouvait être notre pire cauchemard…

Dan1

Bon d’accord pas la peine de sermonner les sud africains, il est bien normal qu’ils développent 11 GW de centrales à charbon dans les 8 prochaines années. Ceci dit le CO2 ne s’arrête pas à la frontière ! Enfin pouvez vous m’expliquer pourquoi ils développent du charbon alors qu’il serait si facile de mettre des EnR à la place puisque c’est possible massivement en Europe où on peut même à brêve échéance y remplacer le nucléaire et le charbon. Allez les sud africains un petit effort installez nous 40 GW d’éoliennes en 8 ans !     

marcob12

Une centrale thermique à charbon externalise une bonne part de ses coûts sur l’environnement et la société humaine en général. Ses coûts sont donc faibles, surtout quand le combustible ne vaut que le coût de l’extraction. Par ailleurs les sud-africains n’ont pas 15% du revenu annuel d’un français (et c’est une moyenne !) et pas le loisir de disserter devant un clavier sur la sensibilité du climat aux GES anthropiques et leur empreinte-CO2. Voilà pourquoi ils développent le charbon. Maintenant expliquez-moi pourquoi le Japon (300 Twh de charbon) et l’allemagne (autant) les USA et la Chine (>2000 Twh/an de charbon) estiment avoir le même droit que les sud-africains à polluer, quand ils ont la technologie et les moyens financiers de faire autrement ? Des consommateurs riches et gaspilleurs (les 3 premiers) pourraient supporter aisément une hausse sensible du coût de l’unité énergétique consommée (en l’amortissant via les économies en partie). Je ne suis pas pro-charbon et vous le savez bien. Mais je ne suis pas pro-nucléaire (come hell and high water) inconditionnel et cela gâche votre bonheur… Qui puis-je ? Je redis ici que le nucléaire semble (je peux me tromper) une bonne filière pour la Chine et l’Inde (besoins énergétiques immenses à couvrir  au plus vite ) et mauvaise pour l’europe et les USA (qui ont un potentiel en renouvelables bien supérieur à leurs besoins et les consommateurs riches et gaspilleurs pour supporter les coûts de déploiement à grande échelle de cette nouvelle donne énergétique). Ma pensée peut vous sembler un peu tortueuse, mais c’est le corrolaire de l’absence de fanatisme en faveur d’une panacée…

christian

C’est à la limite du hors sujet, mais pas tant que cela… Avez-vous noté le nom qui s’affiche sur les maillots verts de l’équipe du Sud ? PS: pour Chelya, à propos du PBMR, voir l’article de Wikipedia assez complet, et Google qui sort une floppée de jolies illustrations.

Dan1

Chelya nous dit : “Eskom est en train de tourner casaque et d’investir massivement dans les EnR et l’efficacité énergétique…” C’est sûrement vrai… puisqu’il l’affirme ! Enfin regardons de plus près. télécharger les documents NB 0001 et RW 0001. On y voit effectivement un objectif de 1 600 MW d’EnR en 2025. Sachant que si c’est massivement de l’éolien il produira 4 fois moins que les centrales à charbon fonctionnant près de 8 000 heures par an. Nous aurons en 2025 1600 MW EnR équivalent à 400 MW charbon en terme de TWh produits. Par rapport à l’objectif de construction de 11,2 GW charbon, cela fera économiser 0,4 GW sur 11,2 + 0,4 = -3,5 % grâce aux EnR. rappelons que les émissions de CO2 sont proportionnelles aux TWh produits et non aux MW installés. Pour le charbon c’est facile, c’est environ 1 million de tonnes de CO2 pour chaque TWh produit. Mais l’Afrique du Sud a des objectifs ambitieux de réduction de la part du cahrbon dans le mix électrique. Elle souhaite passer de 90 % à 70 % de 2009 à 2026. Lisons à ce propos, les pages 62 et 63 du rapport annuel 2008 déjà cité : … ar2008.pdf On voit l’objectif relatif et la difficulté énorme à réduire les émissions. car dans le même temps, il est prévu de doubler la puissance installée (probablement pour produire des TWh !) en tablant sur une augmentation du PIB de 6 % par an et un meilleur accès à l’électricité des habitants. Comme des mesures agressives de maîtrise de la consommationvont être mise en oeuvre, la production n’augmentera que de 4 % par an. A ce rythme, en 2026, il faudra au minimum 80 GW produisant entre 400 et 500 TWh. Et là évidemment on comprend bien qu’un effort de réduction de 20 % de la part du charbon dans le mix ne se traduira pas par une réduction des émission, mais… une forte augmentation ! En 2026, le charbon à 70 % du mix produira probablement 300 TWh et aura alors dépassé l’Allemagne ! Qui sera gagnant dans l’histoire ? Eskom nous le dit à la page 63 : Regardez le camenbert du “Proposed generation mix” Les gagnants sont : nucléaire et hydraulique, gaz, importations et… les EnR (massifs) ! Donc je repose ma question : pourquoi les sud africains n’investissent-ils pas massivement dans 40 GW d’éolien ?? Voire 80 GW pour sortir du charbon et ne pas investir dans le nucléaire ??? Eskom a tourné casaque… mais vers les EnR !  

Dan1

En effet si on prend les chiffres globaux, le facteur de charge moyen des centrales à charbon est nettement inférieur à 8 000 heures (ça c’est pour quelques centrales). Prenons les chiffres globaux figurant page 216 et 217 du rapport annuel 2008. Nous trouvons que le charbon a produit 222,9 TWh nets avec une capacité nette installée de 33,566 GW, ce qui donne une moyenne de 6 640 heures par an. Ceci dit, si je prends uniquement Eskom, je ne fais pas une grosse erreur puisque Eskom produit 239,1 TWh sur un total de 250,6 TWh injecté sur le réseau soit 95,4 %. Donc Eskom tout seul ou avec les autres, cela ne change rien à l’analyse. 

marcob12

On patauge : j’ai bien lu que les sud-africains prévoyaient 10Twh de renouvelables en 2013 et qu’ils en étaient encore au dixième (selon le ministère de l’énergie), que les Danois étaient en pourparler (il semble y avoir un réel potentiel en afrique du sud pour l’éolien notamment off-shore), mais encore une fois l’argent est le nerf de la guerre et il est absent. Le dernier épisode en date voit Eskom se battre pour trouver les 52 milliards de $ dont il a besoin pour son plan d’expansion (essentiellement au charbon), le PDG partir, des rationnements électriques (depuis début 2008) car l’offre ne suit pas la demande et l’entreprise a carrément proposé 45% de hausse annuelle des tarifs d’électricité pendant 3 ans ou 146% en une seule fois… Evidemment dans un contexte de rareté du crédit, si l’entreprise lutte pour satisfaire l’offre au meilleur coût (plus d’un milliard de $ de pertes l’an passé), les jolis projets éoliens ou nucléaires ne sont pas vraiment à l’ordre du jour. Quand aux jolis graphiques pour 2020 et plus on peut les oublier. Oublions les sud-africains. Les Chinois vont faire entre 150 et 200GW d’éolien d’ici 2020 ce qui produira plus de Twh que la totalité des centrales à charbon d’afrique du sud. Ils ont les moyens et le potentiel, eux. Nous verrons bientôt si l’OCDE et les Chinois sont capables d’aider des pays comme celui-ci à s’équiper en moyens de production électrique peu carbonnées. J’ai un doute…

marcob12

Le projet Kenyan dont parle l’article mettra 3 ans (du premier coup de pioche au premier Twh) pour produire 2 Twh/an. Dans un pays qui en produit 7 c’est la meilleure formule, pour les sud-africains c’est une autre histoire. Il leur faudrait au minimum 20 fois ça et cela ne se ferait pas en trois ans. Allez trouvez les grues de levage, le personnel, pour des milliers d’unités en un laps de temps sommes toute court… Pour rappel la centrale de l’article produira infiniment plus de Twh et le rapport “temps de construction/Twh fournis” joue en faveur du charbon. La crise du crédit frappe évidemment moins les petits projets (relativement) qui se remboursent assez rapidemement. Les méga-projets se chiffrant en GigaEuros (typiquement le nucléaire) qu’on ne commence à rembourser que dix/douze ans plus tard sont peu favorisés, mais quand on n’a pas le choix… Le charbon a toutes ses chances en afrique du sud, on en a l’illustration au travers de l’article et des projets en cours.

bmd

Marcob 12, je vous suggère, à vous et à d’autres ( çà ferait beaucoup de bine à Chelya, mais peut-être l’a-t-il lu et ne veut pas nous en parler?) la lecture d’un ouvrage de David MacKay disponible en ligne sur Internet ” sustainable energy without the hot air”. Quand vous l’aurez lu, soigneusement, ce qui vous prendra un certain temps, vous reviendrez nous dire ce que vous pensez des mirifiques promesses des ENR en Europe. Et pourtant, MacKay est un partisan des éoliennes! Mais, comme il le dit dans sa préface, il en avait marre des racontars incessants de ceux qui se répandent dans les médias en prétendant qu’il y a d’énormes quantités d’ENR récupérables, sans préciser le moins du monde comment ils calculent ces énormes quantités. Il a donc fait les calculs!!!

16
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime