Appel d’offres pour la micro et petite hydroélectricité

Afin de relancer le développement des petites installations hydroélectriques, une filière jugée importante pour la transition énergétique, Ségolène Royal a lancé le 13 novembre dernier, la consultation sur le cahier des charges du premier appel d’offres.

Le développement de nouvelles installations hydroélectriques est fortement ralenti depuis plusieurs années, alors qu’il existe encore un potentiel de production sur les cours d’eau français exploitable dans le respect de l’environnement.

L’appel d’offres vise à développer plus de 60 MW de nouvelles capacités, dans tous les champs de la micro et petite hydroélectricité :

– Réhabilitation d’anciens moulins et équipements de petits ouvrages existants pour une puissance entre 36 et 150 kW ;
– Installations nouvelles situées dans des zones propices, de puissance supérieure à 500 kW ;
– Equipement d’ouvrages déjà existants mais ne produisant pas d’électricité, ayant par exemple un usage de navigation ou d’alimentation en eau potable, à partir d’une puissance supérieure à 150 kW.

Le lancement de l’appel d’offres est prévu pour début 2016.

La démarche « éviter, réduire, compenser »

Pour éviter des impacts importants, les cours d’eau les plus sensibles seront exclus : aucun nouvel ouvrage ne sera construit sur les cours d’eau classés en liste 1, l’équipement d’ouvrages existants réalisé sur les cours d’eau classés en liste 1 au titre des poissons amphihalins est strictement limité.

Des mesures de réduction de l’impact des projets seront prévues : en particulier, l’appel d’offres évaluera l’impact environnemental des projets, qui représentera une part significative de la note globale

Les impacts résiduels des projets devront être compensés par les producteurs conformément aux règles applicables en la matière, auxquelles le cahier des charges apportent un éclairage adapté aux projets visés.

Enfin, pour garantir une compensation efficace des impacts résiduels, une expérimentation sera lancée, en partenariat avec la Caisse des dépôts biodiversité, pour identifier des projets de compensation bénéfiques pour les milieux aquatiques, comme l’arasement de seuils ou la reconstitution de frayères, que les producteurs pourront financer pour compenser les impacts d’une installation hydroélectrique située dans le même bassin.

Calendrier

– La préparation de l’appel d’offres « micro et petite hydroélectricité » suit les dispositions du nouveau décret simplifiant la procédure d’appels d’offres, qui a été présenté au Conseil supérieur de l’énergie le 10 novembre.

– L’avis de la Commission de régulation de l’énergie sera ensuite sollicité, avant le lancement de l’appel d’offres début 2016.

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
14 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Steph

Ceci est la demonstration que nous sommes gouvernés par des fonctionnaires hors-sol. La micro-hydro n’a pas besoin de soutien financier mais de simplification administrative. Remettre en route son petit moulin ou une centrale hydro plus importante est deja un parcours du combattant, et on veut nous en rajouter une couche avec un dossier d’appel d’offre compliqué à souhait comme aiment le faire nos hauts-fonctionnaires ? N’importe quoi, qu’on simplifie la procedure d’obtention du droit d’eau, ca ne coutera rien a la collectivité et sera plus constructif.

Verdarie

Oui, tout contrôler pour n’avancer à rien ? C’est dans tous les domaines le même constat. Il y a un problème ? On crée une structure administrative qui ensuite engloutie le budjet même lorsque ce besoin n’existe plus ? Et quand les besoins se font à nouveaux sentir, elle prétend ne pas disposer des moyens ?

Tech

je connais des peitites rivières sur lesquelles il y avait il y a moins de 100 ans un moulin à eau tous les qq kM je ne pense pas que ces petites unités génaient les poissons!!! !Ils sont aujourd’hui pour leur grande majorité abandonnés ou hors service. à partir du moment ou ces moulins existient déjà pourquoi ne pas autoriser automatiquement l’équipement en micro hydro? cette production locale variable mais relativement prévisible pourrait apporter sa pierre à l’édifice ENR (quitte à y ajouter une batterie au magnésium de l’article du jour pour une fourniture décalée) .

Energie+

Des sociétés comme Voith en Allemagne ou plus petite Turbiwatt en France (article Enerzine cité en haut à droite Rubriques Vagues ++) parmi d’autres sont très impliquées sur ce thème et connaissent bien leur marchés. Par exemple sur les seuls moulins, il en existe plus de 600.000 en Europe dont les 2/3 sont en état de produire à faible coût de rénovation. Au plan mondial le marché est très important (plusieurs dizaines de milliards d’euros) et il n’est pas forcément inutile de donner un coup de pouce en France où l’on a là aussi pris du retard, vues notamment ces retombées mondiales. Le sujet est donc plus vaste que franco-français. Turbiwatt (Dépt. 56) a notamment développé des turbines Kaplan (axial) dédiées aux chutes d’eau dont la hauteur se situe entre 1,20 m et 8 m avec un retour sur investissement moyen de 4 ans. Mais je crains qu’il ne soit pas question dans cet appel d’offre des multiples chutes de montagnes dont la plupart non apparentes. Ce thème a été en particulier étudié en détail par une université allemande et des équipes spécialisées dont le nom des responsables m’échappe à l’instant mais le recensement des chutes et du potentiel en Europe était impressionnant, de même que dans la très grande majorité des cas l’absence d’impact environnemental et un retour rapide sur investissement. Il ne faudrait donc pas oublier cet aspect, mieux étudié dans les pays du Nord de l’Europe notamment et très important également en France. Si je retrouve cette étude je la publierai mais n’ai malheureusement pas le temps à l’instant.

Dan1

Poyur ce qui concerne la France, j’ai déjà donné le lien Attention document subversif émanant d’un syndicat, je donne donc le lien direct émanant du ministère :

Herve

“aucun nouvel ouvrage ne sera construit sur les cours d’eau classés en liste 1” La messe est dite. Comme la pluspart des cours d’eau sont classés en liste 1 , il n’y aura pratiquement pas de nouvelles installations… Par exemple en Correze, les cours d’eau en liste 1 sont en bleu… :

Dan1

A partir du moment où c’est EDF qui décide du classement des cours d’eau… on ne peut rien faire !

stephsea0

Je suis d’accord avec les premières interventions. A la nuance près que je me demande comment comprendre le terme “appel d’offres” qui me semble là un énorme contre sens. J’aurais compris “appel à projet”. Mais appel d’offre sous-entend que l’état est propriétaire des cours d’eau, des moulins, des barrages… Que l’état demande des équipements, solutions et services techniques pour ses propriétés. BEEEEEE! Ca y est ma transition génétique est faite. Je suis chèvre. Dans le meilleur des cas, avec la meilleure volonté du monde, nous comprenons que l’état va soutenir, aider, promouvoir, subventionner les projets retenus. C’est bientôt NOEL! Ce cas idéal n’étant que faibelemnt anvisageable, je me range plutôt à l’avis de Verdarie : Kafka et Brazil sont au moulin. Donc ce serait plutôt des problèmes que des solutions en perspective. L’abus de pouvoir va probablement être légalisé, encore mieux. Car il y a un sous entendu : certains moulins, barrages, projets de réhabilitation, de ré-équipement deviendraient illégaux parceque n’entreraient pas parfaitement dans les objectifs de l’appel d’offre – qui sont évidement très restrictifs. Conclusion : Je me demande parfois si elle est complètement ravagée ou vraiment méchante et cynique jusqu’au bout des ongles, ou les deux en même temps? Et elle n’est pas la seule… Et cela n’a rien à voir avec son parti ou son penchant… Mais quitte à être cynique je préfère la cohérence de ceux qui s’affichent à droite, quand même.

stephsea0

En fait ils sont tous allés à la même école que Fidel Castro, Staline (lui même adèpte de Lenine), Mao, que tous les papes et rois du Maroc, ayatholas, et autres dictateurs de droite et de gauche. Si l’état n’y est pas, ça n’existe pas. Si ca n’existe pas, la légalité, l’utilité, la validité d’une chose n’est même pas discutable. Ce n’est pas un sujet. Et si ca existe, alors c’est un sujet, c’est un règlement, une loi, une sadminsitration, et c’est parce que l’état l’a décidé. Et dans ce cas l’état dit comment, pourquoi, pour qui, où, quand, avec combien d’argent ou de dette, etc. Tout cela serait parfait (!) si il n’y avait le grain de sable, le méchant grain de sable. L’état est corrompu, l’état n’est pas divin, l’état est faillible, l’état est aux mains des hommes et pas les meilleurs, l’état est au service de quelques intérêts particuliers contre l’intérêt commun ou collectif, l’état est tellement gros qu’il ne voit même plus ses pieds, l’état est un monstre froid… Merci pour ce moment, Ségo’

Energie+

Comme le mentionne à juste titre le 2e document de Dan1, beaucoup d’études dont les paramètres pris en compte sont malheureusement encore trop variables et incomplets, ce secteur ayant été jusqu’à présent laissé pour compte alors qu’il est important notamment au plan mondial. Donc çà reste à affiner car on a évolué dans la prise en compte des aspects environnementaux, les technologies progressent et on n’a pas encore tenu compte de toutes les sources dont comme je le citais plus haut les multiples chutes souvent non apparentes de montagnes dont le potentiel est élevé et qui restent encore plus à l’écart des études sauf en Europe du Nord. Les chiffres de l’European Small Hydro Association (jusqu’à 10 MW) pour l’Europe. La France est citée en page 50 avec les nombres d’entreprises et emplois : Parmi les technologies à priori assez intéressantes dont on a encore peu parlé (reprise par Futuremag d’Arte dans une vidéo sur ce thème récemment), et parmi d’autres, celle d’EEL Energy (Boulogne sur Mer) d’hydrolienne avec membrane ondulante développée notamment en collaboration avec l’Ifremer : La membrane EEL Energy optimise le transfert d’énergie par couplage fluide/structure. Cela induit une ondulation de la membrane. La membrane ondule sous la pression du fluide en mouvement. On transforme ces déformations périodiques de la structure en électricité via un système électromécanique. L’énergie est convertie tout le long de la membrane. Une boucle de pilotage permet d’optimiser la captation d’energie en fonction du courant incident. La technologie est brevetée au niveau international. Une hydrolienne aux performances encourageantes. Avantages technologiques de l’hydrolienne EEL® energy Possibilité de fortes puissances 5 MW. L’énergie est convertie directement en électricité sur le prototype. Orientation automatique au gré du courant, capte 100% du courant. Démarrage à faible vitesse de fluide (0,4 m/s). Machine qui s’adapte à la vitesse du courant pour un fonctionnement optimal. Pas de limite de Betz, qui limite la récupération des systèmes à hélice. Aucun problème de cavitation. Encombrement réduit vis-à-vis de la puissance captée. Forte densité des fermes d’hydroliennes. Installation près des côtes envisageable (faible profondeur). Nombreuses utilisations potentielles. Un prototype testé, et un déploiement industriel prévu en fin 2016. .

Energie+

Comme le mentionne à juste titre le 2e document de Dan1, beaucoup d’études dont les paramètres pris en compte sont malheureusement encore trop variables et incomplets, ce secteur ayant été jusqu’à présent laissé pour compte alors qu’il est important notamment au plan mondial. Donc çà reste à affiner car on a évolué dans la prise en compte des aspects environnementaux, les technologies progressent et on n’a pas encore tenu compte de toutes les sources dont comme je le citais plus haut les multiples chutes souvent non apparentes de montagnes dont le potentiel est élevé et qui restent encore plus à l’écart des études sauf en Europe du Nord. Les chiffres de l’European Small Hydro Association (jusqu’à 10 MW) pour l’Europe. La France est citée en page 50 avec les nombres d’entreprises et emplois : Parmi les technologies à priori assez intéressantes dont on a encore peu parlé (reprise par Futuremag d’Arte dans une vidéo sur ce thème récemment), et parmi d’autres, celle d’EEL Energy (Boulogne sur Mer) d’hydrolienne avec membrane ondulante développée notamment en collaboration avec l’Ifremer : .

Energie+

Quelques innovations .

Herve

“Je me demande parfois si elle est complètement ravagée ou vraiment méchante et cynique jusqu’au bout des ongles, ou les deux en même temps? Et elle n’est pas la seule… Et cela n’a rien à voir avec son parti ou son penchant… Mais quitte à être cynique je préfère la cohérence de ceux qui s’affichent à droite, quand même.” Faites une recherche sur le mot “incompétance”, vous trouverez certainement la réponse à tout ça… Mais ce n’est pas sa faute, c’est surtout ses conseillers qui sont visés… M’enfin de temps en temps elle sort qq chose de bien, ça pourrait donc être pire… Au point ou on en est… @ Dan1, pas pico -> micro…

Herve

Les hydraulioennes sous toutes leurs formes sont un concept intéressant si on ne peut pas installer de centrales “conventionelles”. Dans le cas ou il est possible de mettre un barrage, une turbine classique exploitera plus de 50% du potentiel, la ou une hydrolienne ferra 10, 15%?

14
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime