Changement climatique : vers des pics élevés sur le prix du blé et des inégalités économiques ?

Changement climatique : vers des pics élevés sur le prix du blé et des inégalités économiques ?

La hausse des températures nuit aux rendements du blé. Toutefois, le rendement des cultures ne permet pas d’avoir une vision globale de la sécurité alimentaire. Les impacts du changement climatique sur le prix du blé, les moyens de subsistance et les fondamentaux du marché agricole sont également importants pour la sécurité alimentaire mais ont été largement négligés.

Une équipe de recherche internationale vient d’estimer l’impact global du changement climatique et des événements climatiques extrêmes sur l’offre mondiale de blé et la chaîne de demande dans un monde plus chaud de 2 ℃ en utilisant une nouvelle approche de modélisation d’ensemble climat-blé-économie.

L’effet de la fertilisation au CO2 pourrait annuler le stress lié à la température sur les cultures, avec pour conséquence un rendement du blé légèrement supérieur dans le cadre d’un réchauffement de 2 ℃. Cependant, l’augmentation du rendement global ne se traduit pas nécessairement par une baisse des prix à la consommation. En effet, les résultats de la modélisation suggèrent que les pics de prix du blé au niveau mondial deviendraient plus élevés et plus fréquents, ce qui exercerait une pression économique supplémentaire sur les moyens de subsistance quotidiens.

Ces résultats, obtenus par des scientifiques de six pays, ont été publiés dans One Earth le 19 août.

Ce résultat contre-intuitif est d’abord motivé par des impacts inégaux sur le plan géographique. Les rendements du blé devraient augmenter dans les pays exportateurs de blé situés à des latitudes élevées, mais diminuer dans les pays importateurs de blé situés à des latitudes basses“, a déclaré l’auteur principal, ZHANG Tianyi, agrométéorologue à l’Institut de physique atmosphérique de l’Académie chinoise des sciences.

La co-auteure, Karin van der Wiel, climatologue à l’Institut royal météorologique des Pays-Bas, a également expliqué : “Cela entraîne une augmentation de la demande pour le commerce international et une hausse des prix à la consommation dans les pays importateurs, ce qui approfondirait les schémas commerciaux traditionnels entre les pays importateurs et exportateurs de blé.

Des chercheurs antérieurs ont souligné que la libéralisation du commerce contribuerait à atténuer le stress climatique en améliorant la mobilité du marché. L’équipe de recherche actuelle a révélé que de telles politiques pourraient effectivement réduire la charge économique que représentent les produits du blé pour les consommateurs. Toutefois, l’impact sur le revenu des agriculteurs serait mitigé. Par exemple, la politique de libéralisation du commerce dans le cadre d’un réchauffement de 2 ℃ pourrait stabiliser, voire améliorer, le revenu des agriculteurs dans les pays exportateurs de blé, mais réduirait le revenu des agriculteurs dans les pays importateurs de blé.

Ces résultats provoqueraient potentiellement un écart de revenu plus important, créant une nouvelle inégalité économique entre les pays importateurs et exportateurs de blé“, a déclaré WEI Taoyuan, coauteur et chercheur en économie au Centre CICERO pour la recherche climatique internationale. M. ZHANG a également expliqué qu’une plus grande dépendance à l’égard des importations pourrait faire baisser le taux d’autosuffisance en blé, provoquant ainsi un “cercle vicieux négatif” pour les pays importateurs de blé et les pays moins développés sur le long terme.

Cette étude souligne que des mesures efficaces dans les politiques de libéralisation du commerce sont nécessaires pour protéger les industries alimentaires céréalières des pays importateurs, soutenir la résilience et renforcer la sécurité alimentaire mondiale dans le cadre du changement climatique“, a déclaré Frank Selten, chercheur à l’Institut météorologique royal des Pays-Bas et co-auteur de l’étude.

Journal : One Earth
DOI : 10.1016/j.oneear.2022.07.004
Article Title : Increased wheat price spikes and larger economic inequality with 2℃ global warming

[ Illustration PixaBay ]

[ Communiqué ]
Lien principal : english.cas.cn/

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Henk Jonkman - 0788184334

Le climat n’a qu’une moindre influence sur la productivité des récoltes. Le vrai problème est la pénurie de gaz, donc d’engrais car c’est la composante principale pour sa production. Yara et d’autres producteurs ferment leurs usines les unes après les autres, avec un prix du gaz multiplié par douze (12 !!) la production n’est plus viable. Et sans engrais la productivité baisse de plus de 50 à 70 %..

1
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime