Dossier Alstom : “la filière éolienne française doit en sortir renforcée”

Au-delà du débat sur les offres de rachat du pôle énergie d’Alstom, France Energie Eolienne (FEE) qui regroupe une grande partie des professionnels du marché des éoliennes en France, encourage la définition d’une solution permettant avant tout l’ancrage des emplois et des centres de décision intégrés en France.

La filière éolienne française a généré en une décennie près de 11.000 emplois locaux directs.

"A l’heure du rachat du pôle énergie d’Alstom, l’intégration à un groupe d’envergure internationale doit être l’occasion d’offrir de nouveaux débouchés à la filière éolienne française" fait savoir le groupement professionnel.

Pour France Energie Eolienne, le contexte international de plus en plus compétitif impose de raisonner à la fois à l’échelon national, européen et mondial : "Pour qu’une filière éolienne industrielle se maintienne en France, il importe d’insérer la France dans la chaîne de valeur internationale de l’éolien – ceci toujours au meilleur prix pour le consommateur. A charge pour la France de développer sa part de marché en mettant en avant ses atouts (un fort potentiel de développement de son marché terrestre et offshore, et l’existence d’une filière solide et structurée).

Dossier Alstom : "la filière éolienne française doit en sortir renforcée"

France Energie Eolienne rappelle également que les PME et PMI françaises doivent être en mesure de fournir, à l’échelon européen et mondial, les grands constructeurs d’éoliennes afin de se maintenir dans la compétition. En effet, les perspectives de développement de l’éolien dans les prochaines années et décennies sont prometteuses : soit 4.355 milliards d’euros d’investissement dans le monde d’ici 2050.

 

Dossier Alstom : "la filière éolienne française doit en sortir renforcée"

Pour conclure, FEE propose un pacte éolien entre l’ensemble des constructeurs éoliens présents en France et le gouvernement. Les premiers s’engagent à développer les emplois pour le marché national et l’export ; en contrepartie, ils demandent un cadre juridique stabilisé et une sécurité sur le tarif d’achat éolien.

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
43 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Oye-oye

Citez moi des constructeurs éolien France à part Vergnet qui est en très mauvaise posture, AREVA, désolé mais c’est la branche allemande qui construit, les autres ne sont que des prescripteurs, genre achat de terrains, magouilles pour déposer des dossiers d’appels d’offres, Bref aucune usine digne de ce nom sur le territoire Français. FEE n’a dans son association que des grattes papiers et des bonimenteurs qui font leurs marchés dans L’UE sauf en France. Alors les 11000 malheureux emplois( s’ils existent toujours) ? ils doivent sûrément racler les fonds de tiroir, alors qu’il devrait y avoir plus de 500.000 emplois rien que dans l’éolien. Même problème dans le PV, décidement on est pas bon.

Sonate

C’est bien l’absence de cadre juridique stable qui (avec la réticence des pouvoirs aux EnR ) a empêché le développement de constructeurs éoliens. Jeumont par exemple, aurait pu devenir un constructeur éolien français.

Bruno lalouette

631 MW = 631 millions de watts = 631 000 000 watts En gros, c’est juste 800.000 fois moins que le besoin ! Consommation française = + de 500 TW = + de 500.000.000.000.000 watts = 500 mille milliards de watts. Rien que la perte réseau est évaluée à + de 30 TW Donc, je vous demande de cessez de mettre en avant vos réflèxes petit bourgeois de cadres carrièristes de grands groupes aux activités centralisées, et aux mentalités dignes du commissariat aux plans ! Arrêtez d’encombrer l’esprit des français avec de fausses solutions ! Faites des roues à aubes et des poêles à bois nom d’une pipe de Ste Ségolène taxée à 75% ! Il vous remercie pour l’attention que vous lui avez accordé …

Sicetaitsimple

Vous nous demontrez une fois de plus votre grande maitrise de ordres de grandeur et des unités énergétiques! Continuez!

Oye oye

La cour des comptes en remet une couche sur les pratiques voulues par nos politiques ,les verts , gauche et droites confondues. Accrochez vous bien ! + de 70.000 milliards D’€ de surcoût pour les EnR, l’état et ses petits bras et cerveaux ont voulu garder la main mise sur une mécanique qu’ils n’ont su gérer. A mon avis c’est irrécupérable si un groupe indépendant ne trouve pas LA solution pour enrayer la descente contre le mur.

Oye oye

Il fallait lire + de 70 milliards D’€

Tech

à Christiana. avec Sarko and Co, ce n’est pas la somme, mais le principe , la triche doit être punie un point c’est tout! vous approuvez d’avoir un député européen français qui avoue avoir fraudé? et moi je “m’amuserai” bien avec quelques millions d’euros ;o) sinon pour revenir au sujet, on avait assez de “mécaniciens ” en France pour faire des éoliennes, et il en reste encore assez pour en inventer d’autres! il faut juste savoir si on préfère payer des ens au chomage u subventionner des industrie lourdes, mais engardant la maitrise et le dveloppement de certaines technologie! pour les puissances de production, on ne demande pas à une éolienne de remplacer une centrale nucléaire, mais regardez en espagne l’éolien produit déjà le double de l’hydraulique soit plus de 16% et en route vers les 20% !

Oye oye

Parlons en de L’Espagne sur 50.000 installations privées en photovoltaique, 48000 installations sont en faillites,les aides prévuent ( rachat ) pour 25 ans ont été amputés depuis 2010 de 40 %. Bilan aucun emprunt n’est remboursé = saisies en avalanches. Quant à l’éolien ils sont au taquet et c’est devenu ingérable, mieux encore Gamessa grosse boite Espagnole n’est plus tenue que par une béquille, est empêtrée dans de nombreux procés pour non paiement de prestations. Prendre exemple sur L’Espagne n’est pas à mon avis la bonne solution.

Dan1

A Bruno lalouette. “Consommation française = + de 500 TW = + de 500.000.000.000.000 watts = 500 mille milliards de watts. Rien que la perte réseau est évaluée à + de 30 TW” Comme Sicetaitsimple, je remarque vos progrès en matière d’ordre de grandeur. Vous êtes sur la bonne voie mais il faut encore ajouter un peu de rigueur. Par exemple, pour parlez de la consommation française je rajouterai “h” à TW et “heure” à “watts. Donc la France consomme annuellement environ 500 TWh (unité de compte à l’échelle d’un grand pays) et les pertes sur les réseaux (transport + distribution) sont d’environ 30 TWh par an. Remarquez quand même que les pertes réseaux intègrent les pertes commerciales (ce qui est livré mais non facturé) en plus des pertes techniques (ce qui est perdu dans les lignes, notamment par effet joule).

Sicetaitsimple

Yaka mettre une hydrolienne de 500kW tous les 50m sur les aqueducs et le problème est réglé…. On connait votre conservatisme légendaire….Bernoulli au bûcher!

christiana

“Bernoulli au bûcher!” La République n’a pas besoin de savants!

Agach

Qu’en est il de la balance commerciale de l’éolien pour la France? Les PME françaises (disques, roulement notamment) n’exportent n’ont elles pas pour clients Vestas, Senvion, Gamesa…?

Bruno lalouette

Je me suis trompé dans les zéros ou c’est bon? Mais bon, l’électricité, ce n’est que 20% de notre consommation énergétique ! Je suis plus doué pour les % que pour les Wh. Donc 500 TWh c’est la puissance, dont 400 TWh de nucléaire dont les 2/3 (rendement d’une centrale) partent en fumée, donc nous ne consommons réellement que 133 TWh. Arrêtez les éolienes et les centrales, le rendement d’une roue à aubes moderne c’est juste le double d’une centrale, et une unité de cogénération, c’est jusqu’à 80%. Je me demande d’ailleurs pourquoi on ne turbine les eaux de la géothermie ?

Dan1

A Bruno lalouette “Donc 500 TWh c’est la puissance, dont 400 TWh de nucléaire dont les 2/3 (rendement d’une centrale) partent en fumée, donc nous ne consommons réellement que 133 TWh.” “500 TWh c’est la puissance” Là, tout faux. Le TWh est une quantité d’énergie : Et une révision avec exemple : Pour ce qui est du nucléaire, 400 TWh est l’énergie électrique utile produite en sortie de centrale (production nette). C’est donc l’électricité consommée par le réseau (les pertes) et les consommateurs finaux. Mais comme ce sont des centrales thermiques avec un rendement de 33 %, l’énergie thermique totale produite par les réacteurs est 3 fois supérieure soit 1 200 TWh dont 2/3 est rejeté dans l’environnement soit au moins 800 TWh. Notons que c’est exactement pareil pour les autres centrales thermiques (charbon, gaz…) au rendement près. Avec un peu de persévérance, vous pourrez parler d’énergie en connaissance de cause…. au moins pour les ordres de grandeur.

Bruno lalouette

Remarquez bien que ceux qui ce sont trompés pour la largeur des trains sont tous des ingénieurs. La curiosité étant un signe d’intelligence contrairement à l”orgueil, j’ai donc été vérifié, et l’électricité c’est 23% d’énergie finale pour 44% d’énergie primaire, et donc moi, petit amateur curieux je me suis trompé, Par contre, il y a un tableau sur cette page qui explicite bien qu’en France, en 2009, la production du nucléaire était de 409,7 TWh d’énergie PRIMAIRE, et non pas de 1200 TWh … donc nous consommons réellement QUE 133 TWh d’électricité nucléaire en tant qu’énergie secondaire ! Ensuite, je me fous de savoir que le rendement d’une centrale à charbon ou au gaz soit le même qu’une centrale nucléaire, mon propos est que dans un pays qui 270000 km de cours d’eau et environ 35800 communes de moins de 10000 habitants, le rendement en local, de roues à aubes et d’unités de cogénération au bois, est 30 à 50% plus élevé ! Alors, pour les gens qui se pensent intelligents en ce pays, il est tout à logique d’installer des millions de panneaux photovoltaïque composés de matériaux polluants, sur des centaines de milliers de m2 de toits, pour produire une énergie subventionnée car trop cher, mais il est inconcevable d’installer des centaines de milliers de roues à aubes pour produire une électricité quasi gratuite ! Parce qu’il est là le vrai problème, la roue à aubes est trop bon marché et elle est fiable pendant 30 ans, la voila la vraie raison pour laquelle vous la tournez en dérision, c’est que l’on a pas besoin d’ingénieur en physique nucléaire pour une roue à aubes, ni de soi-disant grands économistes pour valider sa rentabilité à 60 ans, pas besoin de vannes géantes pour le refroidissement pas de besoin de lignes THT, de traiter les déchets, etc… Cela ne coûte presque rien une roue à aubes, car c’est beaucoup trop simple, et du coup, bon nombre d’ingénieurs deviennent inutiles … L’éolien c’est pareil c’est une industrie lourde ! A savoir aussi que les ménages représentent 26 La première chose que l’on devrait apprendre aux ingénieurs c’est l’honnêteté, la seconde … L’umilité !

s4m

@bruno Les “ingénieurs” ont peut être des défauts, mais ils ont le mérite d’apprendre deux choses : la curiosité et la rigueur. Vous auriez été bien inspiré d’en faire preuve ! “qui explicite bien qu’en France, en 2009, la production du nucléaire était de 409,7 TWh d’énergie PRIMAIRE, et non pas de 1200 TWh … donc nous consommons réellement QUE 133 TWh d’électricité nucléaire en tant qu’énergie secondaire !” Si vous aviez creuser un peu, vous auriez compris que les conventions pour comptabiliser l’énergie primaire brutte nucléaire sont contestées. En effet, le nucléaire c’est bien environ 1200 TWh (environ 110MTep si je ne me trompe pas) d’énergie thermique brutte. Cependant, certains bilans électriques intègrent un coefficient de 33% et font l’amalgame entre énergie primaire et électricité primaire alors que d’autres expriment directement l’énergie primaire. “Les conventions adoptées pour évaluer l’énergie primaire du nucléaire et des énergies non thermiques (hydroélectricité, éolien, solaire, énergies marines)sont souvent critiquées : pour le nucléaire, l’énergie primaire est calculée en supposant un rendement de conversion de 33 %, c’est-à-dire que l’on considère que l’énergie primaire est la chaleur produite dans le réacteur par la réaction de fission nucléaire, et que la conversion en électricité par le cycle thermodynamique, identique à celle des centrales thermiques classiques (charbon, fioul, gaz hors cycle combiné) a le même rendement : environ un tiers ;” Puis une simple vérification dans un document accessible à tous, vous aurait fait comprendre que vos ordres de grandeur sont abérants : En bref, peut être que des “ingénieurs” se sont trompés de qq cm pour des rames, mais si vous aviez eu la charge du dossier, ces rames auraient à peine pu accueillir un siège. Donc la prochaine fois, je vous invite à faire preuve d’un peu plus d’humilité et de retenu dans vos critiques.

Dan1

A Bruno Lalouette Vous avez bien raison de dire que quand on manipule des chiffres, il faut faire preuve d’humilité… que l’on soit ingénieur ou pas, et je ne suis pas ingénieur. Sauf que j’ai l’habitude, sur Enerzine depuis 2008, de communiquer des chiffres vérifiés. Si vous me lisez depuis 2008, vous verrez que je n’ai pas économisé les chiffres sur l’énergie en générale et sur l’électricité en particulier et je crois que je n’ai pas fait beaucoup d’erreurs et quand cela est arrivé j’ai fait un erratum. Dans le cas qui nous intéresse, vous ne maîtrisez manifestement pas le sujet et vous avez du mal à écouter ce que l’on vous dit…. même si ce n’est un ingénieur qui le dit (de toute façon c’est du fantasme car vous n’en savez rien). Si vous voulez apprendre, écoutez et vérifiez. Reprenons : “qui explicite bien qu’en France, en 2009, la production du nucléaire était de 409,7 TWh d’énergie PRIMAIRE, et non pas de 1200 TWh … donc nous consommons réellement QUE 133 TWh d’électricité nucléaire en tant qu’énergie secondaire !” Non c’est tout faux, l’électricité est déjà de l’énergie secondaire (il n’y a pas de mines d’électricité). Et, comme vous le rappelle s4m, par convention pour les centrales thermiques nucléaires on considère que l’énergie primaire est la quantité de chaleur produite (plus exactement la quantité de vapeur). Avec un rendement de conversion de 33% cela donne 1 200 TWh de chaleur “primaire” et 400 TWh d’électricité “secondaire”. Ensuite on envoie tout ça dans les fils et on retire les 20 TWh de pertes techniques (car les 30 TWh comprennent 10 TWh de pertes commerciales) et on consomme chez l’utilisateur 380 TWh d’électricité nucléaire (dont 10 TWh non facturés). Nous avons déjà moultes fois abordé ce sujet : Je vous encourage vivement à lire les bilans annuels de RTE qui montrent clairement les ramifications de la production à la consommation. La compréhension de l’énergie et de ses enjeux est à ce prix : moins de dénigrement et plus d’analyse factuelle.

Sicetaitsimple

sur les roues à aubes….voir ici: Je vous rappelle ma question restée sans réponse: “On comprend bien que dans notre France nucléarisée cette brillante idée soit bloquée par l’hydre EDF, mais je suis surpris que la rive droite du Rhin ne soit pas ponctuée d’une roue à aube tous les 50m…. Ca ne vaut pas que pour la rive droite du Rhin d’ailleurs, c’est quasi universel…. Vous avez une explication?”

Dan1

A Bruno Lalouette. Et si vous ne croyez pas RTE adressez-vous au ministère : Pages 8 et 9, c’est visuel !

Dan1

Pour ce qui concerne les roues à aube si cher à Bruno (pas Giordano), je vous rappelle que c’est précisément à cause de l’étude de l’efficacité des roues de moulin que des Français, à l’aube du 19ième siècle ont inventé les turbines hydrauliques modernes avec une rigueur d’ingénieur :

Modernguy

Ben oui,mais bruno Lalouette,il a une cervelle d’allouette,alors allez donc lui faire comprendre tout ça…

Sicetaitsimple

Si ça marche, vous avez là l’image d’une roue à aube qui délivre aux conditions nominales ( env. 1m3/s ce qui n’est pas rien) environ 5kW. Si ça ne marche pas, vous avez l’article ( très technique attention Bruno ça a forcément été écrit par un ingénieur) ici:

Sicetaitsimple

Bon, si quelqu’un peut aider…… PS à Dan1: pourtant, j’ai essayé de suivre votre mode d’emploi!

Dan1

C’est l’adresse de l’image “.jpg” qu’il faut copier entre les balises de début et de fin Donc résumons : clic droit sur l’image, puis clic sur “Copier l’adresse de l’image” entre les balises. Pour mieux communiquer il faut bien “baliser”

Bruno lalouette

Je me suis trompé dans les zéros ok ! vos 1200 TWh ne sont inscrit nulle part, ce n’est pas un problème de compréhension ça! Maintenant les 2/3 de votre électricité nucléaire sont consommés par des radiateurs, donc, supprimont les radiateurs … Cela nous donnerait 561 Twh moins 30 de pertes = 531/3 =177 TWh, mais avec 20% non nucléaire, soit 112, reste 65 TWh à trouver ! Géothermie, petite hydraulique, bois énergie, thermique solaire, c’est le bon mixte … Quant à l’éolien, 631MW de puissance, c’est combien en TWh ?

Bruno lalouette

Je me suis trompé dans les zéros ok ! vos 1200 TWh ne sont inscrit nulle part, ce n’est pas un problème de compréhension ça! Maintenant les 2/3 de votre électricité nucléaire sont consommés par des radiateurs, donc, supprimont les radiateurs … Cela nous donnerait 561 Twh moins 30 de pertes = 531/3 =177 TWh, mais avec 20% non nucléaire, soit 112, reste 65 TWh à trouver ! Géothermie, petite hydraulique, bois énergie, thermique solaire, c’est le bon mixte … Quant à l’éolien, 631MW de puissance, c’est combien en TWh ?

Sicetaitsimple

L’image apparait bien, mais le bazar ne veut pas envoyer sous prétexte que “Data base error etc etc…”. C’est pas grave! Chacun ira voir le lien cité: Bon, mais pour Bruno Lalouette: – si on en installe 200.000 identiques en France, ça fait combien de puissance installée? – et surtout, ça fait combien d’energie produite? Comme vous êtes ce que vous nous dites plus fort dans les pourcentages ( cf. un peu plus haut), pas de problème pour des % de la consommation electrique en France.

Dan1

Voilà la fameuse roue de moulin améliorée par Jean Victor Poncelet : Et j’en profite pour “offrir” le mémoire de l’ingénieur à Bruno Lalouette : C’était en 1827, de l’eau à coulé sous les roues depuis !

Bruno lalouette

-? Vous êtes en tous en train d’éviter la question du chauffage électrique et du rendement des éoliennes, haha … Honnêteté ! Si vous mettez 270000 roues à aubes d’une puissance de 37kw, une par kilomètre de cours d’eau, sachant que la puissance va jusqu’à 200 kw, et que l’on peut doubler, tripler, quadrupler les roues en fonction de la largeur du cours d’eau … 37 X 270000 = 9990000000 kw de puissance = 9,99 GW C’est juste plus de 10 fois la puissance installée du parc éolien, dernier chiffre que j’ai en tête, 10 milliards d’euro pour le parc de la Manche. Ensuite, la station de ski de Valloire produit 10% de son électricité en turbinant les eaux usées. Si toutes les communes de France faisaient la même chose, et doublaient la production en turbinant les eaux potables avec des micro turbines tout du long du réseau d’eau, cela égalerait peut-être 20% de la consommation nationale, soit 106 TWh ! Tiens, je viens de trouver les 65 TWh manquant … Dans l’évolution, ce ne sont pas les dinosaures qui gagnent, quelque soit votre science, nucléaire ou éolien, vous êtes à contre sens de l’évolution ! L’évolution c’est toujours plus petit, smartphone, tablettes, et … Micro turbines !

Dan1

A Bruno Lalouette. “Vous êtes en tous en train d’éviter la question du chauffage électrique” Quand vous en aurez traité autant que moi sur Enerzine on en reparlera. Ne noyez donc pas le poisson dans le bief, nous parlions des roues à aube éventuellement améliorées par jean Victor Poncelet. Et justement lisez le livre de 1827 pour comprendre qu’il faut un peu de dénivelée et que si vous en mettez 27 000 en série avec une dénivelée unitaire de 2 mètres, ça vous fait 54 km de chute ! C’est d’ailleurs ce que montre le diagramme de l’aqualienne de votre lien : Si vous voulez 37 kW de puissance, il vous faut un débit de 3 m3/s pour une chute de 2 mètres Donc pas de miracle, l’hydraulique c’est toujours P = Q x H avec un coefficient inférieur à 1 plus ou moins important selon le type de turbine et de conduite.

Dan1

Le lien que j’ai donné était erroné. Le livre de Jean Victor PONCELET est là :

Sicetaitsimple

allons allons, si maintenant en plus il faut de la chute! C’est du confort d’hydraulicien tout ça….

Bruno lalouette

Différence entre une rivière et un cours d’eau = débit supérieur à 2m3/s, voir Wikipedia “comparatif des différents débits des cours du bassin de la Seine”, ça va de 0,12 à 2900 m3/s .

Bruno lalouette

Il faut des roues avec des caissons flottant par en dessous et coulissant en hauteur sur des mats, pour pouvoir adapter les roues à la hauteur des crues. Pour Dan, l’intérêt des roues, c’est qu’il n’y a pas besoin de chutes.

Dan1

Prenons carrément l’Amazone, le fleuve des fleuves très loin devant tous les autres. 200 000 m3 par secondes. Si vous exploitez une chute de 1 mètre (le bassin de l’Amazone est gigantesque mais très plat), vous obtenez entre 1 et 2 GW. Maintenant, la Seine en crue et ses 2 900 m3/s (à l’embouchure j’imagine, car c’est beaucoup poins à paris) . Avec 1 mètre de chute, vous obtenez un peu plus de 20 MW. Le débit ne fait pas tout : P = Q x H … c’est bête

Dan1

“Pour Dan, l’intérêt des roues, c’est qu’il n’y a pas besoin de chutes” Parlez en à Jean Victor Poncelet qui a étudié le problème. Je crois qu’il est déjà mort mais il a laissé un livre en 1827 !

Bruno lalouette

Oui c’est bête, il existe des roues sans chute où le seul débit de l’eau fait tourner la roue, c’est pas nouveau … Maintenant l’on peut faire des barges catamaran avec des roues au milieu, une bonne solution pour sauver des barrages les fleuves amazoniens et les indiens, et là on passe au stade industriel, bon pour Alstom !

Dan1

“il existe des roues sans chute où le seul débit de l’eau fait tourner la roue” Vous avez un graphique de rendement de ce systéme comme celui de l’aqualienne ? Parce qu’il ne suffit pas de faire tourner une roue pour produire de l’énergie. Par exemple une éolienne peut tourner ostensiblement et pratiquement ne rien produire car la vitesse du vent est insuffisante. A 2,5 m/s vous aurez 1 000 fois moins d’énergie potentielle qu’à 25 m/s.

Sicetaitsimple

Oui, ça existe, ca ne produit simplement rien ou presque. Ca brasse de l’eau en tournant, ou ca tourne en brassant de l’eau comme vous voulez, c’est très joli à regarder. Si vous voulez que ça commence à produire qq chose, faut faire des hydroliennes comme à Paimpol. 600t de “ferraille” pour produire au maximum 500kW, dans un des endroits ou les courants marins sont les plus forts. Expliquez nous donc par l’exemple et avec des chiffres de production, de rendement,… la roue sans chute, vu que vous semblez être un spécialiste.

Sicetaitsimple

La simultanéité des posts va encore sentir le complot!

Bruno lalouette

Je n’ai pas de tels chiffres Dan, tout simplement parce que à cause des crues il n’y a pas de roues sur les fleuves … Mais ne vous inquiétez pas, vous aurez du boulot avec les roues à aubes !

Herve

@ Bruno Lalouette. PMB (puissance maximale brute)=gQh: G c’est la gravité, h la hauteur, Q le débit. Si hauteur = 0, Puissance =0 point barre. La roue “sans chute” utilise (avec un rendement pittoyable) la vitesse du courrant, lui meme crée par la chute en amont. Pas de chute, pas de courant, pas d’energie. C’est la physique, c’est comme ça. Si vous remplacez les centrales hydrau existantes par des roues de ce type vous divisez facilement par 4 ou 5 le productible. De toute façon dans ce pays il est devenu tellement compliqué d’installer une microcentrale que la question ne se pose même pas : voie sans issue.

Sicetaitsimple

ne remettez pas 100 balles dans le bastringue! PS: vous avez oublié “ro” la masse volumique (excusez je ne suis pas un as pour trouver les lettres grecques sur mon clavier) dans votre équation, mais ça ne change rien au fait que si h=0, P est très faible!

43
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime