EDF met en service 1500MW de capacités de production

Le Groupe EDF poursuit son programme de construction de 6000 MW de nouvelles capacités de production en France, dont plus de 4000 MW de capacités thermiques à flamme.

Flexibles et réactives, ces installations sont sollicitées, en particulier dans des circonstances de forte demande, quelques centaines, voire quelques milliers d’heures par an, pour ajuster la production à la consommation.

En Ile-de-France, EDF vient ainsi de mettre en service une nouvelle turbine à combustion au fioul de 125 MW à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne). Cinq autres turbines à combustion seront également construites dans la région d’ici 2010, pour une capacité totale de 900 MW : trois à Vaires-sur-Marne (Seine-et-Marne) et deux à
Montereau (Seine-et-Marne).

En Loire-Atlantique, EDF vient également de réactiver une troisième unité au fioul d’une capacité de 700 MW à la centrale thermique de Cordemais, renforçant ainsi la sécurité d’approvisionnement des régions Pays de la Loire et Bretagne. Cette opération intervient après la remise en service, en décembre 2006, des 600 MW de la deuxième unité de production de la centrale de Porcheville (Yvelines).

En complément de ces investissements de production de pointe et d’extrême pointe, EDF est également engagé, en production thermique, dans la construction de 3 cycles combinés gaz, l’un à Blénod (Meurthe-et-Moselle) et les deux autres à Martigues (Bouches-du-Rhône).

Pour Pierre Gadonneix, Président Directeur Général d’EDF, « La mise en service de ces nouveaux moyens de production s’inscrit dans le cadre de la relance des investissements engagée par le Groupe pour renforcer la sécurité d’approvisionnement. »

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Jake

Je ne comprends pas que les anti-éolien n’ait pas encore réagit, que ce passe t’il ? Parce que c’est évident que ces 6000 MW c’est pour réguler la production des éoliennes, non ? Allez soyez pas timides, lâchez vous… Je précise au cas où, c’est du 2ème degré.

Clement

Hé oui mon cher Jake ! La France a de telles ambitions à matière d’éolien qu’il faut bien 4000 MW de centrales à flamme pour compenser au cas ou le vent s’arrêterait de souffler sur tout le territoire en même temps. Rappel : on est à peine à 2500 MW éolien en France !

Dan

Que le vent s’arrête de souffler sur la France pendant plusieurs jours est courant (en dessous de 4 m/s ou 15 kms/h on peut dire que l’éolien est inexploitable et à 10 m/s ou 36 kms/h la puissance est souvent réduite de moitié par rapport à la puissance nominale). Donc même quand le vent souffle de façon très perceptible pour le piéton qui regarde les pales tourner, rien n’indique que l’affaire est rentable. Aujourd’hui, la production est nominale de 45 à 90 km/h (là c’est plus que perceptible). cet après midi, j’étais au pied d’un mât de mesure de plus de 70 mètres de hauteur en pleine forêt et je regardais les anémomètres. Même celui du sommet avait du mal à tourner régulièrement. Cependant, j’avais une superbe vue sur les montagnes environnantes… merci l’anticyclone. Bientôt à cet emplacement il devrait y avoir 8 éoliennes. Cela ne va pas bouleverser l’équilibre puisqu’il y a 5 réacteurs nucléaires pas loin ! Pour quelques MW installés il n’est peut être pas utile de compenser, on compte sur l’existant. L’ennui c’est quand on parle de GW comme en Allemagne (22 je crois pour 40 TWh annuel). On a encore de la marge avant la saturation, mais ça ne doit interdire les réflexions sur le bilan global des solutions écologiques.

3
0
Laissez un commentairex