Energie des vagues : Alstom va acquérir la société Tidal Generation

Alstom veut accélèrer son développement dans les énergies marines et projette d’acquérir Tidal Generation Limited (TGL), une société spécialisée dans la conception et la fabrication d’hydroliennes.

La signature d’un accord a été réalisé entre Alstom et la maison mère Rolls-Royce. "L’opération devrait être finalisée dans les prochains mois, lorsque toutes les conditions du contrat auront été réunies", a précisé Alstom.

TGL est une société avant-gardiste dans la conception, le développement et la fabrication d’hydroliennes, turbines qui transforment en électricité l’énergie des marées. Sa première turbine de 500 kWe a été expérimentée avec succès au European Marine Energy Centre (EMEC) des Orkney, en Ecosse. En opération 12 heures par jour, elle a fourni au réseau plus de 250 MWh d’électricité, une production suffisante pour alimenter 300 habitations.

Cette acquisition consolide les activités de recherche et développement déjà menées par Alstom dans le domaine des énergies marines dans son centre de Nantes, en Loire-Atlantique. Elle va permettre à l’entreprise d’étendre son expertise dans le domaine de la production d’électricité à partir des courants de marée, très variable selon les sites de production.

TGL est basée à Bristol, au Royaume-Uni et emploie actuellement 29 personnes. Elle a été la première start-up hébergée par le European Marine Energy Centre des Orkney qui ait reçu le « Renewable Obligations Certificate » délivré par le Royaume-Uni.

D’ici la fin 2012, TGL va installer dans les eaux des Orkneys une hydrolienne de 1 MW et la tester dans différentes conditions, de manière à définir les meilleures solutions techniques avant de passer à un stade commercial.

Energie des vagues : Alstom va acquérir la société Tidal Generation

"Avec cette acquisition, nous renforçons nos atouts dans un domaine prometteur et nous complétons notre large expertise dans les technologies les plus pointues de génération d’électricité d’origine renouvelable," a déclaré Jérôme Pécresse, Président de Alstom Renewable Power. "Cette étape conforte notre position parmi les leaders dans les énergies marines, avec notre éolienne off-shore Haliade 150 et notre participation dans AWS Ocean Energy Ltd, société écossaise spécialisée dans l’énergie des vagues, avec laquelle nous allons équiper la plus grande ferme houlomotrice au monde, au large des côtes des Orkney. Nous voulons maintenant nous donner rapidement la capacité de participer à des fermes pilotes de génération d’électricité par les courants de marée, et développer une offre commercialisable," a t-il ajouté.

Energie des vagues : Alstom va acquérir la société Tidal Generation

 

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
83 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Bachoubouzouc

qu’Alstom investisse dans cette énergie renouvellable certes intermittente mais totalement prévisible, certes chère mais quasi sans effet NIMBY.

Ambiel

Houlà mais ça se fete ! Un compliment assorti de seulement 2 critiques sur une ENR ! 🙂 Vous oubliez un autre avantage : un potentiel limité qui ne viendra pas faire d’ombre au nucléaire 🙂

Samivel51

L’acquisition en question n’a rien a voir avec l’energie des vagues, mais uniquement avec l’energie maremotrice.

Samivel51

Contrairement a l’hydrolienne d’EDF, celle a un moyeu central et n’a donc pas de trou au milieu. Trou presente par EDF comme permettrant le passage sans dommages des animaux marins. Sans structure externe, cette hydrolienne semble beaucoup plus legere que celle d’EDF, mais ne risque-t-elle pas de produire aussi du hachis de cetace?

Bachoubouzouc

“Vous oubliez un autre avantage : un potentiel limité qui ne viendra pas faire d’ombre au nucléaire :)” Le procès d’intention, une technique classique chez les anti-nucléaires, qui leur permet d’alimenter leur idéologie avec des théories du complot tout en évitant les questions gênantes du genre : “Comment fait-on pour répondre maintenant et significativement au réchauffement climatique et pas avec des promesses pour 2050 ?” “Comment fait-on pour appliquer avec un budget limité des plans pharaoniques type Negawatt ?” “Où va-t-on trouver les centaines de TWh de biomasse, dont Negawatt et tous les plans équivalents comptent faire une des principales sources d’énergie du pays, alors que par ailleurs l’environnement est déjà exploité à saturation ?” “Comment se fait-il qu’on parle tout le temps de décentralisation avec les ENRi alors qu’elles font appel à encore plus de lignes HT et de centrales thermiques bien centralisées ?” “Comment se fait-il que les pays cités en modèle d’écologie soient aussi les plus gros pollueurs d’Europe ?” “Où va-t-on stocker les centaines de TWh d’hydrogène que vont parait-il produire les ENRi ? Dans le réseau de gaz ? Mais alors où va-t-on stocker le gaz, lui aussi indispensable à notre pays pour qu’il passe l’hiver ?” “Comment comptez vous réduire la consommation d’énergie d’un tiers (Negawatt) alors que déjà on n’a jamais réussi à stabiliser (hors crises) son augmentation ? Et qu’il y a pas mal de transferts d’usage encore à prévoir ?” Répondez crédiblement à seulement 10% de ces questions et déjà vous vous distinguerez de tous les anti-nuc qu’on a vu passer ici.

Berti49

toutes ces questions se posent effectivement… je répondrais toutefois qu’un changement de comportement est la la portée de tous (mais le veut on vraiment, lové dans notre petit confort d’occidental qui demande toujours aux autres mais pas à soi ?) si nous étions aussi sages (au sens premier du terme, animés de sagesse)que nos amis japonais, nous serions capables de réduire notre consommation par des gestes simples, qu’il s’agisse d’éclairage public (ou des enseignes lumineuses), de climatisation, d’escalator et autre produits énergivores dont on peut se passer de temps en temps… pour un objectif de 10% d’économie d’électricité, ils ont finalement fait -15%… dans le même temps, je suis certain que pour un même objectif on aurait fait +1% malheureusement ;-((

Ambiel

Une fois encore vous avez raison, il n’y a pas le moindre début de solution à ces questions, ni la moindre réponse positive. Autant laisser tomber et pousser le monde entier à faire comme la France dans les années 70/80 et à s’équiper massivement de nucléaire.

fredo

bien d’accord elle est bien cette hydrolienne, même si vous savez que je déplore que ni Alstom ni DCNS n’aient fait appel à Sabella Hydrohelix, mais bon. Sinon brievement je réponds à vos questions: “Comment fait-on pour répondre maintenant et significativement au réchauffement climatique et pas avec des promesses pour 2050 ?” en continuant à installer des ENR et en commençant à économiser l’énergie (la hausse rapide des prix va y contribuer) “Comment fait-on pour appliquer avec un budget limité des plans pharaoniques type Negawatt ?” on mène une politique de long terme et pas de stop and go “Où va-t-on trouver les centaines de TWh de biomasse, dont Negawatt et tous les plans équivalents comptent faire une des principales sources d’énergie du pays, alors que par ailleurs l’environnement est déjà exploité à saturation ?” L’environnement n’est pas exploité à saturation, la forêt continue de s’agrandir en France (cf ONF), donc exploitons mieux cette ressource notamment. Regardons aussi chez nos voisins et adoptons les bonnes pratiques. “Comment se fait-il qu’on parle tout le temps de décentralisation avec les ENRi alors qu’elles font appel à encore plus de lignes HT et de centrales thermiques bien centralisées ?” le PV en toiture sur bâtiments d’activié a un potentiel considérable tout en étant consommé sur place. Développons l’auto consommation et il n’y aura pas à renforcer le réseau. Idem pour chauffe-eau solaires sur habitations. “Comment se fait-il que les pays cités en modèle d’écologie soient aussi les plus gros pollueurs d’Europe ?” ils étaient déjà gros émetteurs de CO2 et le sont de moins en moins, grâce à la production ENR. (ex Allemagne -10% en 10 ans, idem Danemark pour citer les 2 pays cibles des pronuc cf tableau Eurostat ci dessous: Où va-t-on stocker les centaines de TWh d’hydrogène que vont parait-il produire les ENRi ? Dans le réseau de gaz ? Mais alors où va-t-on stocker le gaz, lui aussi indispensable à notre pays pour qu’il passe l’hiver ?” Le stockage d’hydrogène en réseau gaz en est à ses débuts (1 site pilote EON en Allemagne) d’une part, le prix du gaz augment d’autre part sans compter l’amélioration prévisible des rendements d’électrolyse, axe important de recherche “Comment comptez vous réduire la consommation d’énergie d’un tiers (Negawatt) alors que déjà on n’a jamais réussi à stabiliser (hors crises) son augmentation ? Et qu’il y a pas mal de transferts d’usage encore à prévoir ?” La hausse du prix de l’énergie (le prix du gaz et du pétrole augmentent plus vite que celui de l’électricité qui, elle, supporte la Cspe) va bien y contribuer. Les transferts d’usage vont sûrement développerla conso d’électricité, ce qui incite à installer davantage d’ENR. Allons rendre visite aussi à nos amis suisses et japonais, champions du monde en efficacité énergétique. La Consmmation d’énergie finale reste stable sur 10 ans, mauvaise pioche: Répondez crédiblement à seulement 10% de ces questions et déjà vous vous distinguerez de tous les anti-nuc qu’on a vu passer ici. pas gentil avec ses petits camarades de discussion! une suggestion: évoluez

Rice

Sacré Bachoubouzouc. On connaissait Terminator, on a maintenant : Désinformator ! Toutes les questions qu’il pose naïvement (…) sont justement évoquées, détaillées, chiffrées par Négawatt dans son rapport. C’est le fondement même de ce document : expliquer comment et à quel prix on peut (on doit) sortir du tout nécléaire sans y laisser de plume, sans (trop) se priver, voire même en créant de l’activité économique autour des ENR. Mais bon, tout cela remet nécessairement en cause des rentes de situation… Pas facile de changer ses habitudes hein Bachou ? Au fait, toujours accro du Minitel ?

Bachoubouzouc

“Comment fait-on pour répondre maintenant et significativement au réchauffement climatique et pas avec des promesses pour 2050 ?” en continuant à installer des ENR et en commençant à économiser l’énergie (la hausse rapide des prix va y contribuer) J’ai dit “significativement”… La France comme l’Allemagne ont réduit d’en gros 25% sur les 20 dernières années leurs émissions de CO2 par hab avec cette méthode. Tandis qu’avec la construction du parc nucléaire, la France a réduit de 34% en seulement 10 ans (1978-1988). Ca, c’est du “significatif” ! “Comment fait-on pour appliquer avec un budget limité des plans pharaoniques type Negawatt ?” en menant une politique de long terme et pas de stop and go Ce n’est pas avoir une politique plus constante qui va changer quoi que ce soit au fait que les ENR et les infrastructures sont chères. Tout au plus cela évitera les plans sociaux chez les industriels (et encore, la concurrence chinoise sera toujours là). Ma question se pose toujours. “Où va-t-on trouver les centaines de TWh de biomasse, dont Negawatt et tous les plans équivalents comptent faire une des principales sources d’énergie du pays, alors que par ailleurs l’environnement est déjà exploité à saturation ?” L’environnement n’est pas exploité à saturation, la forêt continue de s’agrandir en France (cf ONF), donc exploitons mieux cette ressource notamment. Regardons aussi chez nos voisins et adoptons les bonnes pratiques. Traduction : Faukon Yaka. Et si l’environnement n’est pas exploité à saturation, il faudra le dire aux agriculteurs : Les écolos leur mettent donc la pression pour rien ! Encore une fois, on parle là d’une centaine de TWh en biomasse, pas de quelques stères de bois. Ma question se pose toujours. “Comment se fait-il qu’on parle tout le temps de décentralisation avec les ENRi alors qu’elles font appel à encore plus de lignes HT et de centrales thermiques bien centralisées ?” le PV en toiture sur bâtiments d’activié a un potentiel considérable tout en étant consommé sur place. Développons l’auto consommation et il n’y aura pas à renforcer le réseau. Idem pour chauffe-eau solaires sur habitations. Les exemples de l’Allemagne, du Danemark et de la France maintenant (voir plan décénal de RTE) montre bien qu’on a dépassé ce stade là. Petit rappel : 3800km de lignes HT à construire en Allemagne… Ma question se pose toujours. “Comment se fait-il que les pays cités en modèle d’écologie soient aussi les plus gros pollueurs d’Europe ?” ils étaient déjà gros émetteurs de CO2 et le sont de moins en moins, grâce à la production ENR = Blabla-détournage-de-conversation. Ils (surtout l’Allemagne) sont toujours les plus gros pollueurs d’Europe ! Ma question se pose toujours. Où va-t-on stocker les centaines de TWh d’hydrogène que vont parait-il produire les ENRi ? Dans le réseau de gaz ? Mais alors où va-t-on stocker le gaz, lui aussi indispensable à notre pays pour qu’il passe l’hiver ?” Le stockage d’hydrogène en réseau gaz en est à ses débuts (1 site pilote EON en Allemagne, projet RWE Bayer Siemens) d’une part, le prix du gaz augmente d’autre part sans compter l’amélioration prévisible des rendements d’électrolyse, axe important de recherche, à quand la parité gaz? La proportion cible à moyen terme est de 15% du gaz naturel dans le réseau, pas de centaines de Twh en instantané! Vous évitez ma question : Où est-ce qu’on stocke les millions de m3 de H2 que votre système implique, sachant que ce ne sera pas dans le réseau de gaz puisqu’on en a besoin par ailleurs pour passer l’hiver ! “Comment comptez vous réduire la consommation d’énergie d’un tiers (Negawatt) alors que déjà on n’a jamais réussi à stabiliser (hors crises) son augmentation ? Et qu’il y a pas mal de transferts d’usage encore à prévoir ?” La hausse du prix de l’énergie va bien y contribuer Sinon la consommation d’énergie finale reste stable sur 10 ans, mauvaise pioche J’ai bien précisé “hors crise”… Mais sinon je reformule ma question : Avez vous vu un seul pays dans le monde (même les plus “écolos”) réduire (hors crise) massivement sa consommation d’électricité ? Même l’Allemagne, pays au sommet de son développement, dont l’électricité est d’un coût prohibitif, qui a fait des décénies d’effort pour limiter sa consommation, a une consommation oscillant depuis 20 ans entre 6 et 7000kWh par an et par personne, en fonction des crises. Ma question se pose donc toujours.

Berti49

nos amis Japonais ;-))

Bachoubouzouc

“Je crois avoir cité… nos amis Japonais ;-))” Encore une fois, j’ai bien précisé “hors crises”. J’aurai pu rajouter : “hors rationnement”. Il y a fort à parier que les japonais récupérerons dès qu’ils le pourront le niveau de comfort auquel ils étaient habitués auparavant. Car de ce que j’ai cru comprendre, passer l’été chez eux sans clim cela va au delà du simple geste citoyen indolore ! Enfin, si on regarde leurs niveaux de consommation juste avant Fukushima, on constate qu’ils sont plus ou moins aux mêmes ordres de grandeur de consommation électrique que nous ou bien les allemands, entre 6 et 7000kWh par an et par habitant. Pas de miracle, donc, et ma question se pose toujours.

Rice

@Lion “Comme on ne peut juger les compétences des autres qu’à l’aune de la sienne..” (petite citation juste pour vous taquiner … 🙂 Plus sérieusement, Négawatt c’est des gens plutot bien formés, plutot bien insérés dans les problématiques énergétiques et environnementales, bref tout sauf des c…

Ambiel

Si l’on pouvait répondre positivement à toutes ces questions, le nucléaire cesserait dans la seconde d’avoir une quelconque utilité. Et d’ailleurs le nucléaire ne réponds pas aux questions basiques de sécurité à 100%, de gestion des déchets sur des milliers d’années avec 0 risque, de ressources d’uranium, de risque climatique pour les centrales branchées sur fleuve, de risques naturels, terroriste, etc… Mais le nucléaire y réponds partiellement et plutot bien selon vous, moins bien selon d’autres. Sur vos questions ENR, il y a des débuts de réponses à toutes vos questions, et si vous regardez sur 10 ans vous reconnaitrez au moins que ça a pas mal évolué dans leur sens. Sur votre question conso : il FAUT une crise pour que l’on agisse. Pourquoi? parcequ’on va justement contre VOS interets qui sont de vendre de l’électricité. Pourquoi EDF et Areva agiraient-ils volontairement pour faire baisser leur CA? Aucun sens économique pour eux. Regardez une simple différence intéressante : l’allemand consomme…. 27% d’électricité spécifique de moins qu’un français. Pourtant ils ont un comfort légèrement supérieur au notre. Pas mal non? Sur le réseau, nous avons la chance en France, grace au nucléaire, de ne pas avoir besoin d’adaptations majeures du réseau HT car il est déjà très fourni. Pas besoin de faire venir la prod éolienne du nord vers le sud. Au contraire, les ENR sont LA solution pour les ilots faibles français que sont la Bretagne, PACA et même les DOM TOM et la corse. Non? Sur la biomasse, les allemands installent 5000MW qui produisent entre 4000 et 8000heures, avec un territoire 40% plus petit et 10millions d’habitants de plus et une surface boisée bien moindre que la notre. Juste en extrapolant on peut avoir 8000MW de biomasse élec+chaleur en france, soit l’équivalent élec de 9 réacteurs type fessenheim. Et je ne parle même pas des 20 à 30 000ha qui chaque année passent d’agricoles à boisés du fait de la déprise forte dans le centre et le sud de la france. Si on les recultivait en cultures énergétiques, on a un potentiel gaz et élec (je préfère gaz perso) très important et créateurs d’emplois en zones sinistrée de déprise éco/population/agricole. Evidement que les ENRi ne sont pas LA solution unique d’avenir. Elles sont sans doute, pour l’élec, 30 à 50% de la solution en fonction de nos capacités à développer rapidement et à moindre cout le stockage. Une remarque sur le cout, le français n’a jamais, de toute son histoire, payé en euro constants aussi peu chère son électricité. On pourrait facilement doubler son prix sur 10/20 ans sans que cela ne pose de problème majeur au consommateur car d’une part il réduit sa conso (cf conso spé des allemands avec une élec 2 fois plus chère) et d’autre part nous avons grace à Brottes un système qui va protéger davantage les plus précaires. Avec un prix doublé et en prenant garde d’épargner un peu les industriels, on peut faire du solaire, de l’éolien, du stockage, de la biomasse et même des EPR à parité réseau.

Ambiel

Negawatt montre juste pour la 1ère fois en France que TECHNIQUEMENT c’est possible. Pour le cout ce n’est pas encore possible rassurez-vous pour votre cher nucléaire. Vous avez bien le temps de vivre encore de cette activité, et peut-être même que ce ne sera pas faisable économiquement avant 1 siècle ! mais techniquement on sait désormais que c’est possible. C’est tout et c’est déjà pas mal.

Dan1

Pourriez-vous nous indiquer à quoi tourne les véhicules dans Négawatt ?

Dan1

Comme l’a fait remarqué Samivel51 le titre est erroné. Il me semble que ce n’est pas d’énergie des vagues dont il s’agit mais de l’énergie de marées. L’énergie des vagues vient en partie du vent donc de l’énergie solaire (nucléaire à fusion). En revanche l’énergie des marées vient de la gravitation… qui n’est pas issue de l’énergie nucléaire de fusion du soleil.

Bachoubouzouc

“Si l’on pouvait répondre positivement à toutes ces questions, le nucléaire cesserait dans la seconde d’avoir une quelconque utilité.” Cela va au delà de ça. Si vous ne pouvez pas répondre à mes questions, cela signifie un certain nombre de choses, notamment que prendre les allemands comme modèle est une aberration, que parler de décentralisation avec les ENRi est aussi une aberration. De manière plus significative, cela implique aussi que les ENR ne sont pas ce qui va sauver la planète du réchauffement climatique : Ce sont des technos intéressantes, mais en maturation, et qui ne seront fin prêtes qu’après la bataille que nous menons contre les GES (le pétrole aura alors presque disparu !). Cela signifie enfin que le nucléaire est absolument indispensable à court et à moyen terme, et que chercher à en sortir maintenant est, d’un point de vue environnemental, totalement suicidaire (allez le dire aux allemands, aux japonais et à EELV). Cela signifie qu’au lieu d’en sortir, il faudrait même continuer à le développer. De cela on en déduit que puisque les ENRi ne nous sauveront pas à court et à moyen terme, alors il y a d’autres priorités que de dépenser nos faibles moyens à réduire la consommation d’électricité, qui dans notre pays est remarquablement peu carbonée (RT12…). Comme le rappelle Dan1, la priorité serait alors de réduire notre consommation de : – pétrole : véhicules électriques, véhicules à 2L/100km, réduction du trafic aérien par la taxation, par un développement massif et subventionné des LGV et par l’interdiction des vols intérieurs (qui ne sont là que pour le confort ou pour palier à une absence de LGV, comme sur Paris-Toulouse, par exemple), interdiction du chauffage et des centrales électriques au fuel, incitations fiscales au fret ferroviaire ou fluvial, etc. – gaz : interdiction du gaz pour l’eau chaude alimentaire, qui est une consommation en base tout le long de l’année, qui pourrait donc facilement être prise en charge par notre mix, et qui pourrait être réduite par du chauffage solaire (dont on entend peu parler, pas comme les braillards du PV) – charbon, même si notre pays n’en consomme pas des masses Ca, ce serait une politique rationnelle ! Tandis que chercher à sortir du nucléaire, quitte à le remplacer par du charbon comme les écologistes allemands sont prêts à le faire, relève du crétinisme pur et dur ! Par ailleurs, chaque énergie a ses avantages et ses inconvénients. Je pense donc qu’il serait donc utile de les hiérarchiser, afin de favoriser ou dissuader leur utilisation : 1) Hydraulique : Parfaitement pilotable, la moins chère de toutes, relativement constante sur l’année, avec des externalités relativement faibles. 2) Biomasse issue de déchets agricoles comme humains : pilotable, ne pas l’utiliser serait un pur gâchis provoquant souvent des émissions de GES plus puissants, type méthane. 3) Hydrolienne : Renouvelable, chère mais sans effet NIMBY (de plus en plus rédhibitoire aujourd’hui), totalement prévisible et régulière, taux de charge assez intéressant pour une ENRi 4) Nucléaire 4G (dans les conditions françaises) : Massive, pilotable et abordable, cela permettrait en plus d’utiliser nos stocks d’U238 et de Pu. 5) Nucléaire EPR (aussi en conditions de sûreté françaises) : A défaut des énergies ci dessous. 6) Biomasse issue d’agriculture dédiée : Energie pilotable, “neutre” en carbone mais émettrice de polluants (poussières, CO, etc), et perso je préfère laisser le carbone dans les arbres et la nature tranquille. Mais in fine il vaut mieux ça que du fossile. 7) Eolien offshore : Energie chère, intermittente et imprévisible ( prévisible à 3 jours, c’est imprévisible), produisant plus l’hiver, où on a besoin, que l’été, avec un taux de charge médiocre. 8) Eolien onshore : La même qu’au dessus, mais en beaucoup moins chère, avec un taux de charge encore plus faible et un gros effet NIMBY. En tout, entre 10 et 20% d’éolien dans le mix électrique semble être l’idéal Coût/Ecologie. 9) PV : Energie très chère, très intermittente, très imprévisible (le passage d’un simple nuage suffit à faire tomber la tension de la zone autour d’une centrale PV), puissance de production ridicule et taux de charge horrible. Une énergie très intéressante en conditions insulaires (expéditions, satellites), mais anecdotique pour notre électricité de tous les jours. 10) Gaz de schiste, à condition qu’on puisse l’extraire de manière pas trop trop sale. Ca vaut toujours mieux que de dépendre à prix d’or du gaz russe. 11) Gaz importé : Ce émet toujours moins de CO2 que le charbon. 12) Pétrole : Pas trop le choix pour les transports 13) Le charbon : L’ennemi absolu. 14) La lignite : Encore pire. Le truc qui brûle le plus mal, en produisant le plus de polluants. Mais vu que ce sont les allemands qui l’utilisent, ça ne choque personne. Partant de là, on pourrait organiser quelque chose d’intelligent ! “Regardez une simple différence intéressante : l’allemand consomme…. 27% d’électricité spécifique de moins qu’un français.” Je reprend ce qui a été dit plus haut : Ce qui est utile pour eux, qui produisent leur électricité à la lignite, ne l’est pas pour nous, dont l’électricité est très peu carbonée. Concentrons nous plutôt à réduire notre consommation de fossiles, y compris dans la production d’électricité. “Au contraire, les ENR sont LA solution pour les ilots faibles français que sont la Bretagne, PACA et même les DOM TOM et la corse. Non?” Pour des îles, oui c’est un plus. Pour la Bretagne ou la PACA, le problème est autre : Le problème est que ces deux régions n’ont pas pu ou pas voulu (égoïstement) être équipées de centrales, nucléaires ou autre. Et les ENR n’y changeront rien, puisque leur intermittence devra toujours être compensée par des centrales, nucléaires ou autre.

Enpassant

… (ou à l’officine) de lobbying qui se cache derrière ce pseudo : vous devriez lire le document de Benjamin Dessus au sujet du rapport de la Cour des Comptes relatif au cout de l’électricité selon différentes origines de production (nucléaire, hydraulique et éolien) … Voir verrez alors que d’une part les coûts des nouvelles générations sont approchants avec un léger retrait désormais pour le nucléaire dont on décrouvre chaque jour un peu plus de surcoûts sur l’EPR et d’autre part sur l’incapacité de garantir ces chiffres sur une aussi longue période (60 ans !). Les seuls dont on peut raisonnablement s’inspirer sont ceux de l’éolien ou la durée de vie du cycle complet permet un calcul réaliste.

fredo

Enpassant n’a pas tort: a multiplié les sujets dans vos posts, ça prend du temps à répondre, donc l’absence de réponse ne veut pas dire qu’on est d’accord avec vous. Petite mise au point! Schuss

stef

Hypothèse 1 : vous ne prenez même pas la peine de lire les documents avant de poser des questions. Hypothèse assez farfelue vous concernant… Hypothèse 2 : ce n’est pas la vraie question que vous souhaitez poser. Alors posez-là clairement au lieu de tourner autour du pot ! PS : pour ceux qui n’auraient pas lu les documents de négawatt, et pour quand même répondre à la question de Dan1, dans leur scénario les voitures fonctionnent à l’électricité en ville et au gaz d’origine renouvelable en dehors. Les camions tournent princiaplement au gaz renouvelable il me semble. Les avions sont encore au kérozène…

stef

Comme le dit Rice, si vous aviez lu un minimum les documents de négawatt cela vous aurait évité quelques questions inutiles… mais bon, passons. Comment fait-on pour répondre maintenant et significativement au réchauffement climatique et pas avec des promesses pour 2050 ? En quoi cette question est-elle un argument pour le nucléaire (puisque vous indiquez que les anti-nucléaire doivent pouvoir répondre à ces questions) ? Vous croyez réellement que le nucléaire est LA solution au dérèglement climatique ? La France qui possède le plus gros parc nucléaire mondial / habitant dépend encore à plus de 70% des énergies fossiles. On fait quoi ? On construit 100 EPR en France dans les 10 prochaines années, et on passe tous au chauffage électrique et aux voitures électriques, c’est ça votre solution ? Et on construit des milliers de réacteurs à travers le monde ? Comment fait-on pour appliquer avec un budget limité des plans pharaoniques type Negawatt ? Pourriez-vous me citer des travaux d’économistes qui comparent un scénario de poursuite des politiques énergétiques menées depuis 30 ans à un scénario de type négawatt, pour savoir quel est effectivement le scénario le plus avantageux d’un point de vue économique ? Dans le cas contraire, vous parlez dans le vide, rien ne prouve intuitivement qu’un scénario type negawatt est plus onéreux. Où va-t-on trouver les centaines de TWh de biomasse, dont Negawatt et tous les plans équivalents comptent faire une des principales sources d’énergie du pays, alors que par ailleurs l’environnement est déjà exploité à saturation ? Réponse ici pour la source des chiffres de negawatt : Mais si vous avez d’autres sources fiables (et non un simple ressenti) qui montrent que ces chiffres sont exagérés, je suis preneur. Où va-t-on stocker les centaines de TWh d’hydrogène que vont parait-il produire les ENRi ? Dans le réseau de gaz ? Mais alors où va-t-on stocker le gaz, lui aussi indispensable à notre pays pour qu’il passe l’hiver ? Puisque vous parlez de négawatt, je vous ferai remarquer que dans ce scénario il n’y a pas me semble-t-il de stockage d’hydrogène. Pour le stockage du haz, la réponse est ici : Avez vous vu un seul pays dans le monde (même les plus “écolos”) réduire (hors crise) massivement sa consommation d’électricité ? Je répondrai par une autre question : il y a 40 ans, aviez-vous vu un seul pays dans le monde avec près de 80% (ou même 50 %) de son électricité en provenance de centrales nucléaires, ou qui avait cet objectif ? La réponse est non. Et pourtant la France l’a fait. En peu de temps. Et puisque vous soutenez que les potentiels de diminution des consommations d’électricité ne sont pas envisageables, je serais curieux de voir des arguemnts concrets et argumentés, plutôt qu’une simple affirmation du style “les autres ne l’ont pas fait donc c’est infaisable”. C’est sûr qu’avec des arguments comme celui-ci, on ne risque pas de faire évoluer les choses… L’inaction, c’est la solution ? Allez donc le demander à Stern…

Bachoubouzouc

@ Enpassant : “… (ou à l’officine) de lobbying qui se cache derrière ce pseudo” Comme d’habitude, attaque ad hominem à défaut d’arguments. “vous devriez lire le document de Benjamin Dessus” Donnez donc le lien svp. “Voir verrez alors que d’une part les coûts des nouvelles générations sont approchants” En tenant compte du coût de l’intermittence ? Même débat que d’habitude. “avec un léger retrait désormais pour le nucléaire dont on décrouvre chaque jour un peu plus de surcoûts sur l’EPR et d’autre part sur l’incapacité de garantir ces chiffres sur une aussi longue période (60 ans !)” Des coûts dont l’essentiel ont lieu à la construction, et qui peuvent donc difficilement dériver pendant les 60 ans de la durée de vie, une fois le réacteur construit… Pour les autres (démantèlement, stockage des déchets), la Cours des Comptes (des professionnels, eux) ont calculé que leur variation avait très peu d’influence sur le coût final. Et je renvois encore vers les interrogations sur les obligations légales de provision pour démantèlement dans l’éolien (50000€ prévus dans la loi, alors que le montant réel est 10 fois supérieur, et encore, sans démanteler le socle de béton). On devrait donc avoir des surprises lors du démantèlement de l’éolien, là où pour le nucléaire c’est extrèmement encadré. “Les seuls dont on peut raisonnablement s’inspirer sont ceux de l’éolien ou la durée de vie du cycle complet permet un calcul réaliste.” Et dont on n’a pour l’instant aucune valeur, si ce n’est celle du tarif d’achat. Et dont une large partie (le coût de l’intermittence) est toujours cachée. @ Fredo : “Enpassant n’a pas tort: à multiplier les sujets dans vos posts, ça prend du temps à répondre, donc l’absence de réponse ne veut pas dire qu’on est d’accord avec vous!” Prenez tout votre temps pour y répondre. Mais mes questions n’ont rien de nouvelles. Elles sont un condensé de tout ce qui se dit sur ce forum depuis des années ! @ Stef : “Comme le dit Rice, si vous aviez lu un minimum les documents de négawatt cela vous aurait évité quelques questions inutiles… ” Mais je les ai lu, et j’émets des critiques contre eux (et plans équivalents) que visiblement personne (dont vous) n’est capable de contredire : – Alors, on le stocke où ce gaz ? D’habitude, vos petits camarades me parlent du réseau de gaz de ville à ce moment là de la conversation. Mais encore une fois, on a déjà besoin des capacités de stockage de gaz naturel pour répondre à la consommation hivernale. – Et cette biomasse ? Ambiel me parle de 8GW (60% de plus que l’Allemagne, admettons), qui produisent de l’ordre de 60TWh à 85% de taux de charge. Il manque toujours de l’ordre de 400TWh de biomasse pour répondre aux besoins du scénario 2050 !!! (p32 de la partie 2 : ) “Vous croyez réellement que le nucléaire est LA solution au dérèglement climatique ?” Je n’ai jamais dit ça, vous déformez mon propos. En revanche, je dis que c’est une partie de la solution, et que cela ne va certainement rien arranger que de s’en priver. Mais vous inversez le problème. La question ici est : Est-ce que les ENR sont la solution? La réponse est non, elles ne changent quasiment rien, et détournent des centaines de milliards d’euros qu’on pourrait sans doute utiliser plus efficacement ailleurs. ” Dans le cas contraire, vous parlez dans le vide, rien ne prouve intuitivement qu’un scénario type negawatt est plus onéreux.” Rien ne prouve intuitivement que refaire du tout au tout un système électrique est plus cher que de le laisser tel quel ? Sérieux ? Bon, puisque vous êtes borné au point de ne pas vouloir admettre cette évidence, je vais me contenter de ressortir ma preuve désormais fétiche : L’Allemagne, qui n’est qu’au début de sa “transition énergétique” (très proche de negawatt dans son principe), en est déjà à 20 milliards d’euros sur 10 ans, rien que pour son réseau HT. Cela ne fait juste que 3 EPR flambants neufs, dont on dit pourtant qu’ils sont hors de prix… “Réponse ici pour la source des chiffres de negawatt” A mon interrogation sur la quantité de biomasse mobilisable, vous me répondez par un lien qui dit simplement : “À long terme en revanche, on considère que les obstacles actuels à la mobilisation du bois énergie seront levés”. Magistral. Pour les chiffres et les calculs, on repassera. Vous me demandez vous même des chiffres et estimations pour étayer mes doutes. Je vous renvois à ma discussion avec Ambiel plus haut : Installons 60% de biomasse en plus que les allemands aujourd’hui (qui pourtant ne trainent pas sur ce sujet), et il nous en faudra encore 7 fois plus pour rejoindre le scénario 2050 de Negawatt. Ce n’est plus un plan, c’est une liste au père Noël ! “Puisque vous parlez de négawatt, je vous ferai remarquer que dans ce scénario il n’y a pas me semble-t-il de stockage d’hydrogène.” En effet, Negawatt n’en parle pas (il évacue d’ailleurs rapidement toute question de gestion de l’intermittence), mais les intervenants de ce forum, eux en parlent régulièrement. “Pour le stockage du haz, la réponse est ici” Oui, votre lien donne les capacités françaises de stockage du gaz, et termine par un petit laïus de type “y aura pas de soucis”. Bref, rien dans les calculs, tout dans la confiance. L’intermittence de l’électricité ENR, d’ailleurs, comment Négawatt la gère-t-elle ? Là où dans la vraie vie, un tiers d’ENR intermittentes nécessitent deux tiers d’énergie pilotable en back-up, on constate (toujours sur le schéma de la p32) que Negawatt prévoit 70% d’énergies intermittentes dans son mix ! Fastoche, nous dit Negawatt, y a les STEP… au potentiel limite déjà atteint et incapables de stocker plus de 10 min de la consommation française moyenne, rappelons le !!! On nage en plein délire ! “Je répondrais par une autre question : il y a 40 ans, aviez-vous vu un seul pays dans le monde avec près de 80% (ou même 50 %) de son électricité en provenance de centrales nucléaires, ou qui avait cet objectif ? La réponse est non. Et pourtant la France l’a fait.” Eh bien notre exploit prouve que 75% de nucléaire dans un mix est possible. Tandis que les allemands (et tous les autres), malgré tous leurs efforts, n’ont jamais réussi à réduire massivement leur consommation d’électricité. Stef, quand malgré beaucoup d’essais personne n’arrive à faire un truc, c’est généralement que ce truc est quasi impossible. Et je dis que non seulement c’est quasi impossible, mais que si cette électricité est décarbonnée alors tenter de réduire sa consommation consiste à se détourner des vrais enjeux. Tournez le dans tous les sens que vous voulez, cet argument est imparable.

stef

Alors, on le stocke où ce gaz ? D’habitude, vos petits camarades me parlent du réseau de gaz de ville à ce moment là de la conversation. Mais encore une fois, on a déjà besoin des capacités de stockage de gaz naturel pour répondre à la consommation hivernale Oui, votre lien donne les capacités françaises de stockage du gaz, et termine par un petit laïus de type “y aura pas de soucis”. Bref, rien dans les calculs, tout dans la confiance. Comme indiqué sur le lien, le réseau actuel permet de stocker 168 TWh. En 2050, dans le scénario negawatt, il y a environ 310 TWh de gaz qui passent par les réseaux (cf page 23 du dossier de synthèse). Un stockage de plus de 50% de la conso annuelle, ça vous suffit pas ? Il manque toujours de l’ordre de 400TWh de biomasse pour répondre aux besoins du scénario 2050. Lisez donc le scénario Afterres2050, vous découvrirez d’où vient cette biomasse. En revanche, je dis que c’est une partie de la solution Donc pour vous le nucléaire est une partie de la solution qui permet de répondre maintenant et significativement au réchauffement climatique. Pouvez-vous m’indiquer de manière chiffrée comment dans les 10 prochaines années, avec le nucléaire, vous diminuez significativement les émissions de CO2 de la France ? La question ici est : Est-ce que les ENR sont la solution? La réponse est non Qui a dit que les ENR sont la solution ? Je vous le rappelle au cas où, la solution que bon nombre de personnes préconise s’appelle économies d’énergie + ENR, et non pas uniquement ENR. Le scénario négawatt fait la démonstration que cette solution permet de réduire considérablement les émissions de GES dues à nos consommations d’énergie. Maintenant, si vous affirmez le contraire, il faut pouvoir le démontrer un minimum, plutôt que d’affirmer “elles ne changent quasiment rien” sans aucun autre argumentaire. Rien ne prouve intuitivement que refaire du tout au tout un système électrique est plus cher que de le laisser tel quel ? Sérieux ? Donc pour vous on peut continuer pendant encore 40 ans en laissant “tel quel” le système électrique ? Aucun investissement pour prolonger la durée de vie des centrales, aucun renouvellement de prévu, aucune maintenance, aucune facture énergétique annuelle astronomique, …. Y’a rien à faire, rien à payer, et on va avoir pendant encore des dizaines d’années 500 TWh par an d’électricité, c’est génial ! Par ailleurs, il ne faut pas réduire le débat au système électrique mais il faut prendre en compte l’ensemble de nos consommations d’énergie, sinon ça n’a pas de sens. En fonction des transferts d’usage qu’on prévoit le système électrique peut varier sensiblement. je vais me contenter de ressortir ma preuve désormais fétiche : L’Allemagne, qui n’est qu’au début de sa “transition énergétique” (très proche de negawatt dans son principe), en est déjà à 20 milliards d’euros sur 10 ans, rien que pour son réseau HT Effectivement, quelle belle preuve…. Vous prouvez quoi au fait ? Parce que des preuves comme ça, j’en ai un rayon. Allez, en voilà une : la France, qui n’a pas encore démarré sa transition énergétique, en est déjà 60 milliards d’euros sur 1 an, rien que pour ses importations d’énergie fossile (rassurez-vous, si vous avez l’impression que cette preuve ne prouve rien, c’est normal. Regardez maintenant la vôtre : c’est la même chose…). il évacue d’ailleurs rapidement toute question de gestion de l’intermittence L’intermittence de l’électricité ENR, d’ailleurs, comment Négawatt la gère-t-elle ? Bah il y a quand mêmes des choses ici non ? Ça vous suffit pas ? Fastoche, nous dit Negawatt, y a les STEP negawatt ne parle que des STEP ? Soit vous êtes de mauvaise foi, soit vous avez des soucis de lecture… Tandis que les allemands (et tous les autres), malgré tous leurs efforts, n’ont jamais réussi à réduire massivement leur consommation d’électricité. Stef, quand malgré beaucoup d’essais personne n’arrive à faire un truc, c’est généralement que ce truc est quasi impossible. Et je dis que non seulement c’est quasi impossible, mais que si cette électricité est décarbonnée alors tenter de réduire sa consommation consiste à se détourner des vrais enjeux. Tournez le dans tous les sens que vous voulez, cet argument est imparable. Il est surement imparable dans votre tête, mais essayez de vous ouvrir un minimum pour accepter que d’autres n’ont pas du tout les mêmes certitudes que vous, et ne voient rien d’imparable dans vos arguments, bien au contraire. Donc d’abord vous nous apprenez que les allemands et tous les autres font des efforts depuis super longtemps pour diminuer leur consommation d’électricité (encore une fois vous ramenez le débat à l’élec, c’est réducteur…). Et ensuite que ça ne marche pas ! Alors d’abord j’aimerai bien savoir depuis quand pour vous les allemands et les autres (au fait c’est qui les autres ?) font des efforts pour diminuer leur conso d’élec. Pour savoir si on est à peu près sur la même échelle de temps que le scénario négawatt, ou si ça n’a rien à voir. Ensuite, sur le fait que ça ne marche pas : vous avez une idée de la différence de consommation d’électricité dans le secteur résidentiel entre un allemand et un français, avant d’affirmer vos “arguments imparables” ? Bon, puisque vous êtes borné au point de ne pas vouloir admettre cette évidence Un minimum de courtoise serait appréciable… Je vous rappelle que vos évidences ne sont pas forcément des évidences pour tout le monde, et ce n’est pas parce qu’on n’a pas le même point de vue que vous qu’on est borné.

Sicetaitsimple

Si Négawatt n’était pas aussi outrancièrement anitinucléaire, il y aurait certainement matière à discuter. Mais il se trouve que c’est sa raison d’être et son principe fondateur, même si le discours évolue un peu. Alors, à quand une “révolution” et un changement de nom? NegaTEP, c’est bien le sujet? Ca demanderait juste d’imaginer un instant que l’électricité est un des moyens d’y arriver, et que le nucléaire peut jouer un rôle dans cette “transition” qui va bien sûr durer bien plus longtemps qu’un quinquennat.. Mais là c’est bien trop dur à imaginer pour un Négawattien qui revient à ses fondamentaux et sa raison de vivre.

Dan1

Négawatt est effectivement très orienté sous des dehors généraliste. Il part du principe intangible de l’éradication du nucléaire électrogène. Ceci dit, il a l’avantage d’être relativement élaboré avec des chiffres. Seulement, il laisse extrêmement peu de marge et si les choses ne se passe pas comme prévu (et cela n’arrive jamais)…. nous éradication le nucléaire et restons aux fossiles. On notera même qu’en 2050, une bonne partie du parc automobile roulera au gaz (bio ou pas), je ne sais pas si l’automobiliste appréciera. De toute façon l’enjeu est de nature globale et pas seulement électogène (1/4 du problème de l’énergie en France). Il faut donc viser sans dogmatisme le NEGATEP… d’où qu’il vienne.

Dan1

Nous en avions déjà parlé, vous trouverez le lien vers NEGATEP (en tout cas celui de Sauvons Le Climat) :

Ambiel

Tiens donc, finalement notre lobby nucléaire français est aussi amoureux du charbon… Belle collusion Charbon/nucléaire pour nous pourrir le monde !

Bachoubouzouc

“Comme indiqué sur le lien, le réseau actuel permet de stocker 168 TWh. En 2050, dans le scénario negawatt, il y a environ 310 TWh de gaz qui passent par les réseaux (cf page 23 du dossier de synthèse).” D’un part cela exige une baisse d’un tiers de la consommation de gaz de ville (là aussi j’ai d’énormes doutes). D’autre part (et pour la troisième fois) cette capacité de stockage saisonnière de gaz est déjà utilisée pour passer la consommation hivernale de gaz. Donc pas (ou peu) de place pour en plus y “stocker” de l’électricité. “Lisez donc le scénario Afterres2050, vous découvrirez d’où vient cette biomasse.” Quand un antinucléaire fait référence à un document sans donner de lien ni citer de passage précis, c’est généralement pour mieux en trahir le propos. Merci de donner plus de détail et au moins un lien. “Pouvez-vous m’indiquer de manière chiffrée comment dans les 10 prochaines années, avec le nucléaire, vous diminuez significativement les émissions de CO2 de la France ?” Ah mais c’est ça le plus beau : En France, la plus grosse partie du boulot est déjà faite ! La construction du parc nucléaire dans les années 70 a tellement fait baisser nos émissions que maintenant les allemands sont obligés de faire des pieds et des mains pour rattraper notre niveau d’émission par habitant d’il y a trente ans. Après, il est toujours possible de rajouter un ou deux réacteurs et de mettre en oeuvre les mesures d’économie et de transfert d’usage citées plus haut. “Maintenant, si vous affirmez le contraire, il faut pouvoir le démontrer un minimum, plutôt que d’affirmer “elles ne changent quasiment rien” sans aucun autre argumentaire.” Simple : Sur les dix dernières années (2001-2011), les émissions de CO2 par habitant ont diminuées de 13% en Allemagne (voir mon premier lien), contre 11% pour la France, qui pourtant était déjà beaucoup bas ! C’est d’autant plus étonnant que l’Allemagne a mis sur le réseau infiniment plus d’ENR que la France, et qu’en Allemagne ces ENR bouffent la part d’une lignite bien polluante (là où en France des ENR quasi décarbonnées prennent la place d’un nucléaire lui aussi quasi décarbonné). Les milliards d’euros que l’Allemagne a mis dans les ENR n’ont donc eu quasiment aucun impact sur leurs émissions polluantes ! “Donc pour vous on peut continuer pendant encore 40 ans en laissant “tel quel” le système électrique ?” J’aurais en effet pu préciser “mise à part la maintenance et le renouvellement classique”. Maintenance et renouvellement qu’il faudra aussi effectuer avec Negawatt : – Il faudra quand même effectuer les dépenses de maintenance et remplacement des lignes HT et centrales existantes – Il faudra en plus payer pour la construction de nouvelles lignes HT, nouveaux équipements de production (ENR) et conversion de centrales existantes. – Il faudra enfin diminuer massivement la consommation par des mesures de rénovation de l’habitat qui sont généralement hors de prix. “Du coup, je repose ma question : pourriez-vous me citer des travaux d’économistes qui comparent un scénario de poursuite des politiques énergétiques menées depuis 30 ans à un scénario de type négawatt, pour savoir quel est effectivement le scénario le plus avantageux d’un point de vue économique ?” Oui, le rapport de l’UFE (même si ils ne considèrent déjà qu’un scénario 20% nucléaire et non pas negawatt) : “Bah il y a quand mêmes des choses ici non ?” Non, il n’y a rien dans la FAQ de Negawatt, mis à part un rappel de chiffres actuels, et quelques propos qu’on pourrait résumer par “Faites nous confiance”. On trouve par ailleurs quelques perles. Par exemple : “L’éolien ou le photovoltaïque ne sont pas des productions intermittentes, ce sont des productions variables mais prévisibles avec une bonne visibilité (grande précision à H-6) et dont la répartition sur tout le territoire permet d’augmenter considérablement la fiabilité par foisonnement géographique.” Bonne visibilité à H-6, pour notre réseau électrique, cela revient à dire qu’on est tout à fait capable d’anticiper un choc avec une voiture… une fois qu’on se trouve à 5cm d’elle ! Dire, comme le fait Negawatt peu après, que “Disposant d’une bonne estimation de la production quelques heures en avance, et de la consommation qui est également largement prévisible, les gestionnaires d’équilibre peuvent facilement mettre en œuvre ” relève du délire complet, et d’une méconnaissance totale de notre système électrique. Toujours dans le même esprit, ensuite, est présenté leur calcul des moyens de production lors des 200h les plus tendues : Sur 43GW de production en pointe, ils comptent 11GW d’éolien… “negawatt ne parle que des STEP ? Avez-vous bien lu ?” Dans le scénario 2050, récapitulé par le schéma de la p32 de la partie 2, ils ne prennent bien en compte que les STEP. “Un minimum de courtoise serait appréciable… Je vous rappelle que vos évidences ne sont pas forcément des évidences pour tout le monde, et ce n’est pas parce qu’on n’a pas le même point de vue que vous qu’on est borné.” En effet, je retire le “borné”. Néanmoins, qu’un scénario à la Negawatt (basé sur des technologies chères et des volumes de rénovation de l’habitat sans équivalent) coûte infiniment plus cher est une évidence reconnue par à peu près tout le monde. Et que l’expérience, avec les débuts de “transition énergétique” en Allemagne, confirme.

Dan1

Pour Ambiel. Mais je ne cautionne nullement le développement du charbon quel que soit le promoteur ou fournisseur (EDF, ALSTOM…). Taper Kusile ou/et Médupi, vous verrez. Je suis consommateur de l’électricité d’EDF et citoyen français,pas lobbyiste d’EDF. Pour moi défendre le nucléaire en France (notamment le parc actuel), n’est pas uniquement un problème de lobby mais aussi et surtout un problème d’intérêt général (je sais que c’est un gros mot devenu désuet). Ceci dit avec ALSTOM c’est facile car c’est une entreprise qui gagne à tous les coups (charbon, gaz, nucléaire…). Le métier dans le vent est fabricant de machine à vapeur (de préférence des grosses turbines). Enfin, je note que si le charbon doit nous pourrir le monde, c’est dans le silence le plus total malgré ses 40% de part de marché. Les lanceurs d’alerte sont muets et les associations anti X et Y sont aux abonnés quasi absents. A mon avis,elles se manifesteront dès qu’elles auront fini d’éradiquer le nucléaire dans 30 ou 40 ans !

Dan1

A une question de Stef : “Pouvez-vous m’indiquer de manière chiffrée comment dans les 10 prochaines années, avec le nucléaire, vous diminuez significativement les émissions de CO2 de la France ?” Réponse de Bachoubouzouc : Ah mais c’est ça le plus beau : En France, la plus grosse partie du boulot est déjà faite ! Il est vrai qu’avec 27,4 millions de tonnes de CO2 émis en 2001 pour 542 TWh produits, la France va avoir du mal à faire mieux : Je peux même prédire que quand le mix électrique français n’émettra plus de CO2 (grace aux EnR ?) le nucléaire électrogène ne sera plus en mesure de réduire les émissions de CO2… de l’électricité française. En revanche, le parc nucléaire français pourra encore contribuer à réduire les émissions de CO2 de la France, si des transferts d’usages s’opèrent massivement vers l’électricité. Par exemple, une conversion massive du parc de véhicules légers citadins (le plus facile) vers la propulsion électrique permettrait une réduction significative des émissions de CO2 du secteur transport. C’est pourquoi, il n’est pas utile et prioritaire de taper dogmatiquement sur l’électricité au motif qu’il est urgent de faire des économies… d’énergie électrique.

Bachoubouzouc

Je me demande si en Allemagne des industriels comme Siemens doivent écouter ce genre de conneries à longueur d’année ? Par ailleurs, cela a déjà été dit souvent, mais qu’importe : EDF, tout comme Alstom, tout comme Siemens, tout comme Plusvertquemoitumeurs AG sont des industriels. Et rien d’autre que des industriels. Ils produisent des centrales nucléaires comme à charbon comme à n’importe quoi parce que ça se vend ! Si demain un pays se mettait à produire son électricité en déversant des rivières de mercure dans l’environnement et en faisant tourner une petite roue avec, Alstom tout comme EDF tout comme votre saint grâal Siemens seraient les premiers dans la file pour répondre à l’appel d’offre !

Rice

“Selon le journal allemand Die Welt, qui dit avoir consulté ce rapport, le commissaire Oettinger chiffre à 25 milliards d’euros les travaux de mise en conformité rendus nécessaires par les contrôles qui ont fait apparaître des “centaines d’insuffisances”. Selon la presse allemande, la plupart des critiques concernent notamment les centrales françaises. “Nous sommes en phase de finalisation du rapport”, a pour sa part déclaré sa porte-parole Marlène Holzner.

Enpassant

Du travail pour les français !!!!! sachant que 40 % des réacteurs de l’UE sont français, peut-on espèrer avoir 10 Md€ de travaux à réaliser ??? Voila qui est bon pour le PIB, les emplois, bla, bla, bla…. (sauf à ce que cela nous pête à la gueule avant que l’on ait les temps d’y remédier).

Bachoubouzouc

… ou plutôt en Allemagne, où nos amis donneurs de leçons écologistes refusent de traiter les déchets de Bhopal dans leurs usines spécialisées. Bhopal… souvenez-vous… l’accident industriel le plus grave de l’histoire de l’humanité, l’Occident qui fait fabriquer en Inde des produits chimiques, l’usine explose, fait des dizaines de milliers de morts sur le coup et continue à en faire des milliers puisque personne ne se soucie d’évacuer la zone ou de décomptaminer. Et évidemment nos journeaux parlent de ça un million de fois moins souvent que du nucléaire… Pourtant cela dure depuis plus longtemps que Tchernobyl… Nos écologistes allemands, donc, qui annoncent sans honte : “Nous ne voulons pas que des substances hautement toxiques parcourent la moitié de la planète”. Bah oui. Le CO2 allemand, les poussières et les pluies acides dues à l’industrie allemande c’est que tout le monde en profite, mais leurs déchets toxiques les indiens peuvent se les garder !

Ambiel

C’est quoi le rapport avec la sureté nucléaire en France et avec l’énergie des vagues? On critique un gros point faible du nucléaire français et direct vous essayez de détourner sur la charbon, maintenant sur Bhopal, demain sur la guerre au timor oriental? Vous vous foutez de qui? Vous mettez en doute ce rapport? Alors allez-y, et sur des éléments factuels et vérifiables. Vous avez une seule critique fondée à faire sur ce rapport?

Bachoubouzouc

“C’est quoi le rapport avec la sureté nucléaire en France et avec l’énergie des vagues?” “Vous vous foutez de qui?” Vous remarquerez que ce n’est pas moi qui ai abordé ce sujet. Vous remarquerez de plus que ce n’est pas moi, mais bien vous, qui avez détourné le débat initial, qu’avec Stef nous menions depuis quelques jours sur les mix électriques, vers le lobby nucléaire et le charbon. D’une part contenez vous, d’autre part venant de vous c’est un peu l’hôpital qui se moque de la charité. Enfin, mon commentaire venait surtout dénoncer la presse et l’opinion allemande, si promptes à nous donner des leçons sur l’environnement, alors que l’Allemagne est vraiment la dernière à pouvoir se le permettre dans ce domaine. “Vous mettez en doute ce rapport? Alors allez-y, et sur des éléments factuels et vérifiables.” Ah mais pas du tout ! Je n’aurais pas la bêtise de mettre en doute ce rapport. Ce rapport qui, de ce que j’en sais, contient des points faibles pour toutes les centrales européennes, mais qui, rapporté à la taille du parc français, amène toute la presse à s’exclaffer “les 19 centrales françaises épinglées par l’UE”. En ce qui me concerne, ce rapport vient résumer et compléter le REX Fukushima, travail passionnant et utile, mais dont le traitement hystérique par la presse commence sérieusement à m’agacer.

Ambiel

Ok je me suis emballé mais je ne vois pas le rapport entre Bohpal, l’Allemagne et ce rapport. Selon vous l’Allemagne est derrière les ennuis de la filière nucléaire française niveau sûreté? Ils agissent dans l’ombre pour dénigrer le nucléaire?

Dan1

Vous avez peut être remarqué que le troll a fait un bref passage Juste le temps de détourner le sujet sur le nucléaire avec le fameux rapport que personne n’a lu ! RICE vend de la peur en parlant d’un rapport qu’il n’a pas lu. Si nécessaire, j’essaierai d’avoir très peur une fois le rapport publié. Et n’oubliez la règle des forums : DON’T FEED THE TROLL

Bachoubouzouc

“Selon vous l’Allemagne est derrière les ennuis de la filière nucléaire française niveau sûreté?” Non mais ce rapport a été rédigé semble-t-il par un allemand, et a été parait-il abondamment relayé par la presse allemande, notamment Die Welt. Par ailleurs, je soupsonne que la position anti-nucléaire des écologistes allemands ait beaucoup à voir avec la position anti-nucléaire des écologistes français, qui en ont l’air dépendants au point de faire constamment appel à eux pour leurs manifestations. Et au point de ne jamais critiquer l’allemagne, aussi anti-environnementales soient ses positions.

Ambiel

Sal… d’Allemand ! Et de presse allemande ! Donc selon vous la presse française a passé sous silence ce rapport, bien plus obéissante, c’est cela? Tiens pour faire suite à nos discussions sur l’EPR, encore un truc que je vous avait annoncé et que vous refusiez de croire : AREVA laisse tomber Horizon et du coup ses chances de qualification pour un EPR aux RU… Bye Bye le marché anglais pour l’EPR, encore un élément de plus qui montre que ce projet est nul et condamné. Le RU exige des couts d’investissements de 3€ du watt, l’EPR n’arrive pas à être en dessous de 3,8 avec les meilleurs efforts du monde et en étant réaliste l’EPR est même à 5€ du watt : donc bye, bye Nous n’avons plus aucun projet compétitf dans le nucléaire, il est temps de passer à la vitesse supérieure (nouveau réacteur avec les chinois au risque de tout perdre : option EDF, ou nouveau réacteur GDF/AREVA?) et/ou de vraiment se pencher serieusement sur les ENR et les problèmes liés aux ENR !

Bachoubouzouc

“Donc selon vous la presse française a passé sous silence ce rapport, bien plus obéissante, c’est cela?” Oh non ! La presse française s’est dépêchée de répéter ce qu’elle avait entendu sur ce rapport, dont on n’a toujours pas le texte (“confidentiel” ouuuuuh ça fait peur !), et qui ne contient probablement rien de nouveau. “Tiens pour faire suite à nos discussions sur l’EPR, encore un truc que je vous avait annoncé et que vous refusiez de croire : AREVA laisse tomber Horizon et du coup ses chances de qualification pour un EPR aux RU… Bye Bye le marché anglais pour l’EPR, encore un élément de plus qui montre que ce projet est nul et condamné.” D’une part, pour Horizon, il n’y a pas de “jvous l’avais bien dit!” : Je ne me suis jamais fait beaucoup d’illusions, d’autant plus qu’il est préférable pour Londres d’avoir deux exploitants nucléaires avec deux technologies différentes à mettre en concurrence. La question maintenant sera de savoir comment Hitachi ou Westing (les repreneurs d’Horizon, projet qui ne disparait pas) vont financer leurs projets, en l’absence des chinois. D’autre part, ce n’est absolument pas la fin de l’EPR au Royaume Unis puisqu’il reste le projet principal d’Areva, à savoir les réacteurs d’EDF Energy ! Il s’agit des plus gros projets nucléaires en Angleterre, et surtout des plus avancés (excusez moi du peu) ! “Le RU exige des couts d’investissements de 3€ du watt” Mais qu’est ce que vous racontez ? Vous pouvez citer une source ou vous divaguez ?

Ambiel

Pour les 3€ du Watt c’est dans l’article. Juste pour clarifier, voici la partie interessante qui reprend exactement ce que je répète depuis un bon moment et que l’on trouve dans les Echos d’aujourd’hui : “Coup dur pour les projets franco-chinois dans le nucléaire C’était un projet inédit : il y a quelques mois, Areva confirmait des rumeurs de presse selon lesquelles il s’apprêtait à proposer une offre conjointe avec des industriels chinois pour le projet Horizon de construction de plusieurs réacteurs en Grande-Bretagne. Ce marché, d’une valeur estimée à 18 milliards d’euros, était à nouveau à prendre après le retrait de la course des électriciens allemands. Pour le remporter, le groupe nucléaire français prévoyait de s’allier avec CGNPC, son partenaire historique en Chine, avec lequel Areva développe notamment deux réacteurs de troisième génération EPR, à Taishan, dans le sud de la Chine. Mais d’après des informations publiées ce matin par le «Financial Times», l’alliance franco-chinoise ne se matérialisera pas. La date limite de dépôt des dossiers est en effet passée, et le quotidien britannique croit savoir que seuls deux groupes japonais sont finalement en lice : Hitachi et Toshiba/Westinghouse. Si le journal y voit un coup dur pour l’avenir nucléaire de la Grande-Bretagne qui espérait obtenir des financements privilégiés de la part de la Chine sur ces contrats, cela constitue également, à l’évidence, une mauvaise nouvelle pour la filière nucléaire française en Chine, qui misait beaucoup, ces derniers mois, sur des projets d’alliance avec les électriciens chinois à l’international. Ce retrait apparaît comme un révélateur de l’âpreté des négociations en cours entre la France et la Chine, négociations rendues particulièrement complexes par les rivalités entre les deux acteurs français du secteur, EDF et Areva. Tout en étant censés travailler conjointement à un projet de réacteur franco-chinois, les deux groupes semblent également être dans une course de vitesse pour prendre la tête de la filière. EDF aurait notamment négocié directement avec CGNPC pour développer un réacteur entrant en concurrence directe avec l’Atmea développé par Areva et Mitsubishi.” Quand au projet EDF Energy il n’y a toujours pas d’avancée depuis leurs premières prétentions avancées avec un tarif de rachat de 209€ le MWh sur 25ans, puis 35ans au prix du marché. Autant dire que la relance du nucléaire en Angleterre est soit en voie d’enterrement, soit va se faire à minima et au prix fort (très fort) Même si votre théorie utopiste de stabilisation des couts de l’EPR se fait, les incertitudes très fortes sur ce programme et sur le nucléair een général vont induire des taux d’actualisation très élevés. Du coup sortir un MWh à moins de 90/100€ va être très compliqué. Il est temps de passer à autre chose, soit l’option EDF avec la chine. Soit l’option nouveau réacteur, avec le fort risque qu’il ait les mêmes problèmes que l’EPR, l’ATMEA étant parti pour être encore plus cher que l’EPR. En fait je ne vois plus de solution compétitive pour le nucléaire. C’est une énergié dépassée, une fois les réacteurs existants mis à la retraite il n’y en aura pas beaucoup d’autres pour prendre le relais en Europe.

Bachoubouzouc

“Pour les 3€ du Watt c’est dans l’article.” Non ça n’y est pas. L’article dont vous avez donné le lien, et qui ne dépasse guère la vingtaine de ligne, ne parle à aucun moment d’une limite à 3€ du W imposée par les anglais. Encore une fois : Délirez-vous ? “Juste pour clarifier, voici la partie interessante qui reprend exactement ce que je répète depuis un bon moment et que l’on trouve dans les Echos d’aujourd’hui” Je n’ai trouvé cet article nul part sur internet. C’est d’autant plus bizarre qu’il fait référence à des rumeurs (EDF + CGNPC faisant concurrence à Areva) franchement bizarres. D’ici à ce que ce soit comme le chiffre farfelue de 209€/MWh, cité une fois par un journal sans source ni confirmation, mais repris en boucle par tous les antinuc…

Ambiel

Je délire, il parlent de 15Mds de £ pour 6 GW, en euros ça fait 3€ du watt. mais ce n’est surement pas une obligation, l’EPR à 4 ou 5€ du watt ne doit poser aucun problème. Quand à l’article que vous ne trouvez nulle part vous cherchez mal, il est partou (Bloomberg, Reuters, AFP, les Echos, Financial Times) : 3è paragraphe : Il y a déjà eu un tas d’articles sur ce problème entre Areva d’un côté et EDF et les chinois de l’autre. Mais vous ne voulez pas essayer une seconde d’ouvrir les yeux sur ce problème.

Ambiel

Et sur les 209€ sur 25 ans puis prix du marché c’est écrit dans le torchon sans sources fiables qu’est le financial Times. Le même méchant journal qui a titré sur la fin de la compétitivité de la filière nucléaire. Ils sont surement financés par greenpeace et les écolos-bobogauchos, ainsi que les horribles écolos allemands, ils agissent ainsi parce qu’ils sont frustrés de pas être français, de pas avoir l’excellence de notre filière chez eux. Des jaloux! Des cuistres ! Des rosbifs!

Ambiel

Si ça vous intéresse de comprendre l’avenir de votre filière : C’est payant mais il y a en ce moment une offre gratuite donc vous pouvez même le lire sans payer. Tiens dans Le monde il y a une info intéressante sur le montant de 3€ du Watt qui indique que seuls les japonnais ont répondu sur le montant indiqué :

Ambiel

Sur le dossier Uk il y a (avait) 4 acteurs : Les allemands : ils ont laissé tombé Les Chinois+Areva : ils ont laissé tomber EDF via EDF Energy : ils ont “repoussé” de plusieurs années leurs décisions et ont des prétentions extravagantes et en plus ils ne veulent y aller qu’avec des chinois eux aussi, sachant que ces mêmes chinois ne cessent de faire monter les enchères (l’abandon de la piste Areva en est un nouveau signe inquiétant) Reste les Japonnais, les seuls à être encore actifs, remontés comme des pendules pour leur survie depuis l’abandon dans leur pays de l’objectif de passer de 30 à 50% de nucléaire (il ne leur reste que 2 malheureux réacteurs à finir pour l’éternité sur leur marché captif, le Japon). ça sent quand même pas hyper-hyper bon tout ça ! Un peu de lecture sur les problèmes AREVA EDF et chinois :

Bachoubouzouc

“Et sur les 209€ sur 25 ans puis prix du marché c’est écrit dans le torchon sans sources fiables qu’est le financial Times.” Ecrire des bêtises arrivent à tous les journaux, même les meilleurs. Pour le reste, on spécule on spécule mais à un moment donné il faudra bien des MWh pour faire tourner l’Angleterre. Et pour la production pilotable les options sont limitées, avec chacune leurs inconvénients. On verra s’qu’on verra. Pour ce qui est d’EDF se mettant avec les chinois pour créer un réacteur concurrant à l’ATMEA d’Areva je suis toujours extrèmement sceptique : D’une part, l’ATMEA fait toujours partie de la com de l’entreprise (il en serait autrement si EDF y était opposé), d’autre part l’idée générale est de s’associer avec Areva pour exporter aux Chinois (c’est ce qui a toujours été fait par EDF jusqu’à présent). Pas l’inverse. Enfin, EDF+CGNPC en concurrence avec Areva cela voudrait dire que EDF se mettrait à faire appel à de la technologie chinoise. Je ne vois pas comment cela pourrait arriver à court ou à moyen terme, ne serait-ce que pour des questions d’image.

Ambiel

Libre à vous de ne croire que la com officielle de votre boîte et de ne pas vouloir essayer de comprendre ou sont les interêts des uns et des autres. Mais les faits sont têtus, EDF cherche bien à développer un réacteur avec les chinois et Areva a déjà bien entamé le transfert de techno via les EPR chinois. Chacune des deux entreprises court à sa perte dans une course stupide au lieu de s’allier car aucune des 2 boite ne veut rien lacher sur ses prérogatives. ça fonctionnait plutôt bien (le tandem) avant l’arrivée de Proglio. Depuis c’est le bazar, et il reste parcequ’il tient la CGT (CE d’EDF et statut ultra privilégié des agents EDF) et qu’Hollande a besoin de calme dans la boite pour fermer Fessenheim. Quand aux “bêtises” du financial times, elles n’ont pas été démenties par EDF Energy, juste “no coment”. Et franchement, entre 100€ le MWh sur 60ans actualisables et 209€ sur 25ans puis prix du marché (60€?) ça tient plutot la route. Mais bref, attendons 4/5ans pour voir si EDF Energy se décide finalement à y aller au UK. De toute façon les anglais ne vont pas avoir le choix au bout d’un moment, comme vous le dites il faut bien les produire les MWh nécéssaires ! D’ailleurs côté politiques anglais ça commence à s’inquieter et sa milite fort pour un tarif de rachat nucléaire. Affaire à suivre! Autre point qui est “marrant”, on a parlé de risque nucléaire, en voici une petite illustration qui fait réfléchir au vu du resultat des stress test qui pointe notre vulnérabilité en France en cas de chute d’avion. Mais bien sur, vous allez répondre comme votre boite : Aucun risque !

83
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime