eSolar inaugure sa centrale solaire thermique de 5MW

La société californienne "eSolar" a dévoilé mercredi dernier sa nouvelle centrale solaire à concentration (Sierra SunTower) d’une puissance de 5 MW et située dans un coin du désert au nord de Lancaster.

La centrale construite sur un terrain privé reste la première tour solaire CSP du genre aux États-Unis. La tour est basée sur l’utilisation de 24 000 miroirs capables de concentrer l’énergie du soleil en un point focal. La concentration d’énergie est ensuite récupérée pour chauffer l’eau, générer de la vapeur et alimenter au final une turbine. La production électrique issue de cette dernière devrait concerner 4 000 foyers dans la vallée d’Antelope.

eSolar précise utiliser des algorithmes logiciels pour concentrer d’une manière très précise les milliers de miroirs en un seul point de manière à récolter l’énergie du soleil et affirme ainsi réaliser des économies d’échelle.

eSolar inaugure sa centrale solaire thermique de 5MW

Construite en moins d’un an, la Sierra SunTower a permis de créer 300 emplois.

Par ailleurs, eSolar a reçu le soutien du gouverneur de Californie. Arnold Schwarzenegger se félicite "d’avoir créé un environnement permettant à des entreprises comme eSolar de prospérer dans notre pays – en créant des emplois verts, en renforçant notre économie et en se préparant pour les demandes énergétiques de demain."

            

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
10 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
C.delsol

Seulement 5 MW, c’est quand même très modeste .Il en faudrait 200 comme ça pour arriver à 1000 MW .Le solaire a encore beaucoup de chemin à parcourir avant de rivaliser avec les énergies conventionnelles .

Le-compte

6000 MW divisés par 5 MW = 1200 centrales de ce type . S’ il s’en construit qu’ une par an ,il faut 1200 ans pour atteindre les 6 GW (6000MW) rien que pour la californie qui a contracté pour 6 GW de solaire (la plupart en solaire thermique électrique) pour un prix inférieur au kWh venant d’un cycle combiné gaz naturel. S’il s’en construit 15 par an de 5 MW chacune;15*5=75MW. 6000/75=80ans. 80 ans + 2009 = l’an 2089. Or il n’y a même pas en ce moment en  train de construire ces fameuses centrales en Californie, le nombre d’entreprises qu’il devrait y avoir en pleine activité de construction de 15 centrales /an de ce type(5MW) et ce chaque année jusqu’en 2089 au moins pour avoir ces 6 GW commandés par la Californie qui les a contracté la plupart en solaire thermique électrique pour un prix inférieur au kWh venant d’un cycle combiné gaz naturel. Or la Californie a besoin d’ici 2020-2030 de beaucoup plus de puissance que ces 6GW et beaucoup plus encore en 2089. Donc ce qui se passe dans le réel ,par rapport aux besoin du réel est très insuffisant sans oublier qu’il s’agit de 6GW au maximum de la puissance solaire et que le facteur de charge réel sur ces 6 GW n’est même pas donné. Alors oui: 5 MW par an, pour une seule entreprise,c’est modeste d’autant plus qu’il n’y a même pas 15 entreprises qui la même année simultanément font pareil en Californie et cela chaque année jusqu’en 2089(à partir de 2009) pour atteidre les fameux 6 GW (6000 MW)qui de plus seront très probablement insuffisants à cette époque.

C.delsol

la surface qu’occuperaient ces 1200 centrales en californie et que de plus ces 6000 MW ne sont pas suffisant pour la californie .Ils faudra donc encore plus de centrales et ainsi encore plus de surface. Là,les NIMBYs et les”écolos-défenseurs” du désert feront alors plein d’obstacles à toutes ces extentions de nouvelles centrales solaires .Bref ça promet surtout de ne pas tenir ses promesses ou alors il faudra les imposées par la force policière au minimum.

chelya

Dans les déserts de Californie ont peut mettre 650 GW donc on est pas franchement limité par la place… Ce qui pose problème aux environnementalistes c’est la mise en place des lignes haute tension car pour l’instant on était pas certain que ses lignes vont vraiment servir aux centrales solaires et pas à des centrales polluantes. Je les soutiens d’ailleurs totalement dans cette action. Je rappelle par ailleurs qu’avant de se mettre à faire des calculs de coin de table il faut d’abord maitriser un peu son sujet… Ca éviterait de sortir des énormités comme “il ne s’en construit qu’une par an” Esolar ne va pas construire une centrale par an puisqu’ils ont déjà d’autres projets en réalisation en parallèle (245 MW entre 2009 et 2011) ou “il n’y a pas les entreprises capable de le faire” et qu’elles ne le font pas “en ce moment”… On a également Bright Source par exemple qui construit 1,3 GW pour Southern California Edison (110 MW à partir de 2012 et le reste échelonné jusqu’en 2017).  J’ai pas vérifié mais Acciona qui à installé une centrale solaire de 64 MW il y a deux ans en Arizona doit aussi également être sur le coup… Etc… Si on prend tous les projets en cours de réalisation de centrales thermodynamiques on arrive à 5,6 GW mis en service en 2012, principalement en Espagne et aux Etats Unis… Pour le facteur de charge : généralement 40% (3500 heures soit l’équivalent d’une centrale à gaz) avec une production maximum au moment des pics de consommation.

lion

Ces centrales à concentration produisent uniquement au cours de la journée. Au cours de la nuit, il faut les maintenir en température même si elles sont arrêtées ce qui supose un apport énergétique. La question posée à laquelle je ne trouve pas de réponse est quellle est l’énergie nette fournie au réseau au cours d’une année pour un MW de puissance installée? N’oublions pas que ceci fût la cause de l’arrêt de Thémis en France car la consommation nocturne était trop importante au regard de la production diurne.

Le-compte

“Si on prend tous les projets en cours de réalisation de centrales thermodynamiques on arrive à 5,6 GW mis en service en 2012, principalement en Espagne et aux Etats Unis… ” Les 6 GW contracté par la Californie, c’est pour la Californie ,pas pour l’espagne et le reste des états unis et le nombre d’entreprises entrain de construire des centrales solaires thermodynamiques en Californie n’ est même pas prés de 6 . Esolar ne va pas construire une centrale par an puisqu’ils ont déjà d’autres projets en réalisation en parallèle (245 MW entre 2009 et 2011)  ;même pas précisé si ces 245 MW sont en Californie ou ailleurs (supposons les donc pour la californie) . Vos chiffres dans ce post pour la Californie : On a également Bright Source par exemple qui construit 1,3 GW pour Southern California Edison (110 MW à partir de 2012 et le reste échelonné jusqu’en 2017).  J’ai pas vérifié mais Acciona qui à installé une centrale solaire de 64 MW il y a deux ans en Arizona(en Arizona alors qu’on parle de la Californie) doit aussi également être sur le coup…   Sur le coup pour combien en californie ? Etc… Donc on se retrouve avec 110 MW à partir de 2012 +245 MW entre 2009 et 2011+les 5 MW en cours soit: 110+245+5=360 MW au mieux en 2012 .Auquels il faut espérer ajouter si les projets sont tenus jusqu’au bout :1190 MW en 2017 (en plus des 110 MW car110+1190=1300MW soit 1.3GW en 2017pour Southern California Edison ). Donc 360+1300=1660 MW(1,66GW)avec 1 facteur de charge de  généralement 40% (3500 heures soit l’équivalent d’une centrale à gaz) avec une production maximum au moment des pics de consommation. Résultat :1660*40%=664 MW  en 2017. On est qu’à (664/6000)*100=11.066 % des 6000 MW attendus. J’ajoute que votre approximation du type” Etc…”et  d’ironie sur le ‘coin de table’ est inacceptable dans ce débat et vous décrédibilise lourdement “monsieur etc…”. Reprenons avec vos chiffres donnés sans le ‘etc…’  : D’ici à 2017 (si les projets sont tous menés à terme) ça nous fait donc 664 MW(aprés déduction du facteur de charge)de puissance réelle créée en 8 ans. D’autre part 6000 MW avec 40 % de facteur de charge donne 6000*0.40= 2400MW de puissance réelle . Maintenant divisons les 2400 par 664 cela donne 3,6144… disons un quotient de 3,6 .Qui servira de facteur de multiplication pour les périodes de 8 ans car 2017-2009=8 ans .  3.6 * 8 ans = 28.8 ans(autant dire 29 ans,s’il y a quelques mois de retard toujours possibles) qu’il faut rajouter à l’an 2017,ce qui nous ramène donc  à 29 + 2017=2046 . L’an 2046 pour arriver à réaliser les 6000 MW californien solaire  puissance possible maxi mais avec 40 % de facteur de charge ça donne 2400 de puissance réelle . D’ici seulement à 2017-2018 au pire 2020. la France avec seulement 2 EPR (indépendament du pour ou contre le nucleaire) même en mettant + de 5 ans pour les construire aura 2*1600MW= 3200 MW avec un facteur de charge de 78 à 80 % environ qui donne 2496 MW à 2560 MW .Et avec seulement 2 réacteurs par décénies(rythme très ralenti de constuction)d’ici 2046,11200 MW puissance maxi, avec un facteur de charge de 78 à 80 % environ qui donne 8736 MW -8960 MW puissance réelle. Plus de 3,5 fois ce qui a été contracté par la californie .Si les Californiens veulent aller beaucoup plus vite et plus puissament dans le Solaire il va leur falloir des investissements autrement plus nombreux et importants que ces ridicules 6 GW étalés sur beaucoup trop longtemps(et encore ,s’il vont jusqu’au bout ).

marcob12

Les californiens estiment leur potentiel solaire “raisonnable” à 128 TWh (leur conso est de 310 TWh). Actuellement le BLM de californie a 66 projets déposés portant sur une valeur de production cumulée de 47,5 GW. La valeur finale de mise en service et la chronologie dépendent de trop de facteurs (pertinence du dossier des demandeurs, réseau susceptible de les accomoder, accès au crédit dans de bonnes conditions, cadre réglementaire de rachats des kwh, etc…) pour qu’on puisse vraiment porter un jugement. La tonalité globale est plutôt optimiste avec les retombées du Recovery Act dans le domaine et les contrraintes règlementaires de l’Etat Californien auprès des producteurs d’électricité. A noter que ces projets concernent “l’aménagement du territoire” et qu’il faut y ajouter tous les projets qui se développent pour créer des “centrales distribuées” en louant de la surface de toiture dans des zones bien exposés (plus des 2/3 de la Californie interceptent entre 2050 et 2550 kwh/m2/an), plus le développement de surfaces opportunistes (parking recouverts offrant clim naturelle et production solaire). Donner leur potentiel ultime dans le domaine est donc impossible (d’autant que les technologies vont évoluer rapidement, vu le volume des investissements en cours). La Californie importe 30% de sa consommation électrique et a toutes les raisons de viser l’autosuffisance. Si c’est possible elle va essayer de le faire et ses progrès seront contrôlables. Elle impose d’ailleurs des objectifs forts contraignants à ses producteurs d’électricité en matière d’émissions de CO2 et de taux de renouvelables, donc le décollage est en cours.

Le-compte

Le solaire Californien, on commencera à y croire quand  les 66 projets déposés ,portant sur une valeur de production cumulée de 47,5 GW seront réellement connectés au réseau Californien(et non plus des projets) ,sans compter qu’avec 40 % de facteur de charge ,ça ne fait plus que 47.5 * 0,4 = 19 GW . Un peu faible à mon gout mais bon …

alain843

californiennes.   ci-dessous un c/c du début de la news ENERZINE parue hier (enPV)   ” First Solar va installer 550 MW en Californie (src : First solar) Solar et Southern California Edison (SCE) ont annoncé la signature d’un accord portant sur la construction de 2 centrales solaires d’une capacité de production de 550 MW dans le sud de la Californie. Ces installations photovoltaïques considérées comme les plus grandes du genre produiront suffisamment d’électricité pour environ 170 000 foyers. Une fois terminées, elles produiront 1,2 milliards de kilowattheures d’énergie par an. La première de 250 MW sera érigée dans le comté de Riverside et la seconde de 300 MW sera située dans le nord-est du comté de San Bernardino.”

Vidal

…”lecompte”:Avec 1 facteur de charge optimiste de 40 % .  550 MW * 40%= 220 MW .Eh bien, ça faibli pas mal quand même …

10
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime