Hardware Wallet : un portefeuille matériel pour sécuriser ses cryptomonnaies

Les cryptomonnaies évoluent dans un territoire encore jeune où l’investisseur doit s’informer en amont du projet avec prudence avant de pouvoir s’engager. Il n’est pas rare en effet de voir des projets s’envoler vers les sommets ou au contraire ne pas décoller du tout. Tout va vite, il y a énormément de concurrence tant le potentiel reste immense. Toutefois, il y a un autre danger qui guette le monde des actifs numériques : le vol ou la perte de jetons.

Durant ces dernières années, des dizaines de milliers de bitcoins (le jeton de référence) ont été perdus ou volés parce qu’ils n’étaient pas correctement sécurisés. Il est à craindre que ces déboires perdurent tant que les investisseurs n’auront pas pris la mesure du phénomène. Et l’une des meilleures façons de sécuriser ses actifs numériques reste encore le hardware wallet (ou portefeuille matériel).

Comment fonctionne le portefeuille matériel ?

De par leur nature, les cryptomonnaies fonctionnent exclusivement en ligne. Il devient donc difficile de les sécuriser en dehors de l’internet, où ils ne seront pas exposés aux vulnérabilités qui affectent les réseaux (panne temporaire, hacking, hameçonnage,virus, etc.)

C’est à ce niveau qu’intervient le Hardware Wallet. Le portefeuille matériel est un dispositif physique qui va permettre à ses utilisateurs de stocker leurs avoirs en cryptomonnaies. Le modèle T de Trezor par exemple autorise l’exécution de transferts sécurisés en plus de gérer ses crypto-monnaies sans exposer d’informations sensibles à un ordinateur potentiellement compromis.

Les portefeuilles matériels ont été également été conçus pour être un moyen pratique de stocker les clés – la fameuse phrase de mots secrets – hors ligne et en toute sécurité.

Le Trezor T demande une confirmation de votre part sur l’appareil lui-même. Comme il est doté d’un écran tactile, ce portefeuille matériel propose une interface intuitive pour vérifier et approuver toutes les opérations sensibles, afin que vous sachiez exactement quelles données sont envoyées. Les mots de passe sont verrouillés individuellement dans le gestionnaire dédié. Ils sont libérés un par un, et seulement après avoir confirmé physiquement l’action sur l’appareil.

Pour faciliter la sauvegarde, la société Trezor a aidé à créer les normes industrielles pour les phrases de récupération (BIP32, BIP39, BIP44, SLIP39), ce qui signifie que vous pourrez facilement restaurer entièrement vos actifs numériques en utilisant la phrase de récupération de 12 mots si vous perdez votre appareil. De plus, le Trezor Model T devient le premier porte-monnaie matériel au monde à implémenter la sauvegarde Shamir (SLIP39) pour une sécurité encore plus grande.

Ainsi, au lieu d’une seule phrase de récupération, la sauvegarde Shamir vous permet de créer un ensemble de plusieurs listes de mots qui pourront résister à des évènements critiques tels que le vol, la perte, choc ou autres dommages.

Le modèle T sert également de jeton matériel pour l’authentification à deux facteurs. Les jetons de sécurité ordinaires n’ont pas d’affichage, vous ne pouvez donc jamais être certain de ce que vous approuvez du premier coup. Le Trezor utilise son affichage de confiance pour vous montrer les détails de la demande d’authentification avant de l’approuver et de confirmer le service auquel vous vous connectez.

Pour finir, sachez que les dispositifs de la marque Trezor prennent en charge tous les principaux systèmes d’exploitation informatiques : Windows (version 10 et plus récente), MacOS (version 10.11 et plus récente), Linux.

Sur les appareils mobiles, Android est supporté. iOS et Windows Phone ne sont pas (encore) supportés. ChromeOS n’est pas encore officiellement pris en charge, mais il devrait fonctionner via le WebUSB de Google.

Lien vers la boutique TREZOR

 

Partagez l'article

 

[ Billet sponsorisé / publi-rédactionnel ]

Articles connexes

Souscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires