L’Afrique de l’Ouest lutte contre la crise énergétique

Les ministres de l’énergie de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) se sont réunis vendredi pour élaborer un plan d’action contre la crise énergétique.

Le Président de Guinée-Bissau, Joao Bernardo Vieira, a fait le constat d’un "déficit chronique de la capacité de production, une dépendance totale des produits dérivés du pétrole avec des coûts prohibitifs  de production et des tarifs au KW/h qui sont insupportables pour  la plupart de nos populations".

Selon lui, cette situation entraîne des "ruptures dans l’approvisionnement  en carburant, des coupures fréquentes de courant qui ont (…) rendu impossible l’accès à l’eau potable pour les  populations, les exposant du coup aux maladies endémiques et  cycliques telles que le choléra". Elle constitue également "un obstacle sérieux au développement socio-économique".

Le Plan d’action adopté vendredi implique la CEDEAO, l’Union Economique et Monétaire de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO-UEMOA), la Banque ouest africaine de développement (BOAD) et la Banque Centrale Ouest africaine. Sera notamment mise en place une Autorité de régulation régionale de l’électricité.

Les projets ont été présentés aux ministres présents, qui apportent des solutions pour l’alimentation des populations en électricité et en hydrocarbures. Parmi ces projets le gazoduc ouest africain (PGOA), et un programme de pool énergétique ouest africain (WAPP). Les autres mesures annoncées concernent l’efficacité énergétique et le développement des énergies renouvelables.

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Dan1

C’est bien connu, les européens sont très pudiques. Cela les empêche sûrement de réagir à la détresse des africains touchés de plein fouet par la “crise du pétrole”.Et là, personne ne propose des EnR salvatrices ? Pourtant les éoliennes où les les panneaux PV ne se heurteraient pas aux monopoles type EDF et ne risqueraient de déstabiliser le réseau.Avec des salaires mensuels d’environ 50 Euros/mois, le litre d’essence à 1 Euros équivaut à un litre qu’un smicard français serait obligé de payer 20 Euros ! le doublement du prix du litre est donc une catastrophe avec des conséquences parfois vitales pour beaucoup.Eux, ils aimeraient vraiment avoir n’importe quoi qui fasse de l’électricité 24 heures par jour pour pas cher (souvent, seulement 12 heures, ça irait aussi). Ils peuvent même envisager le nucléaire, puisque qu’une grande majorité de la population n’aura pas pu attraper les cancers promis faute d’avoir eu la patience d’attendre pour mourir les 30 à 40 années nécessaires.La logique économique et les lois de la concurrence libre et non faussée interdisent d’investir, ils attendront et continueront à polluer avec les groupes électrogènes individuels.       

Momo

Ce n’est pas seulement la logique economique liberale qui empeche ou bloque ou ralentit les investissements necessaires …. Ce sont surtout la corruption endemique et la ” gourmandise ” des ” elites + ou – dictatoriales …. et son corrolaire immediat : l’instabilite ” politique ” et societale depuis des decades qui fait litteralement fuir les investisseurs , qui ont tres souvent mieux a esperer , donc a faire , ailleurs pour un resultat + sur ! !! …. Pas la peine de chercher + loin la source et l’origine des malheurs permanents de ce Continent , a qui , helas ,  meme ses richesses n’ apportent que ruines et miseres ….Vraiment desesperant …..

2
0
Laissez un commentairex