Le CR5 convertit le dioxyde de CO2 en carburants

Les chercheurs du Sandia National Laboratories ont mis au point un prototype expérimental destiné à "redynamiser" chimiquement le dioxyde de carbone en monoxyde de carbone grâce à l’énergie solaire.

Le monoxyde de carbone pourrait alors être utilisé pour fabriquer de l’hydrogène ou servir de brique dans le but de synthétiser des combustibles liquides, tels que le méthanol, l’essence, le diesel et le kérosène.

Le prototype, appelé "Counter Rotating Ring Receiver Reactor Récupérateur" (CR5), brise la liaison carbone-oxygène en dioxyde de carbone d’une part pour former du monoxyde de carbone et en oxygène d’autre part. Cet appareil constituera un composant essentiel à la conversion du dioxyde de carbone en carburants à partir de la lumière solaire.

"A court terme, nous considérons cela comme une alternative à la séquestration (de CO2)", explique James Miller, ingénieur chimiste au SAML (Sandia Advanced Materials Laboratory).

Au lieu de stocker d’une manière permanente le CO2 sous terre, l’énergie abondante du soleil pourrait être captée pour réaliser la "combustion inverse" convertissant le dioxyde de carbone en carburants. "Concrètement,  la capture du CO2 pourrait s’immiscer dans le processus d’une centrale à charbon, d’une brasserie, ou de tout autres industries similaires émettant ce type de pollution". D’après les chercheurs, le but ultime serait même d’extraire directement le CO2 de l’air.

Le CR5 convertit le dioxyde de CO2 en carburantUn prototype de démonstration a été testé avec succès cet automne. Les scientifiques ont utilisé un concentrateur solaire pour chauffer l’intérieur d’une chambre à 1.500 °C. Le CR5 déclenche alors une réaction thermo-chimique dans un matériau composite enrichi de fer. Le matériau est conçu pour fournir une molécule d’oxygène lorsqu’il est exposé à une chaleur extrême. A l’inverse, une molécule d’oxygène est récupée une fois celui-ci refroidi.

L’inventeur du CR5, Rich Diver précise que "l’idée intiale du dispositif était de décomposer l’eau en hydrogène et en oxygène". Le même procédé pourrait donc être utilisé pour produire de l’hydrogène, la seule différence étant d’injecter de l’eau à la place du dioxyde de carbone.

Les scientifiques estiment que cette technologie ne sera pas sur le marché avant une quinzaine d’années. En attendant cette échéance, l’objectif est de développer un prototype de nouvelle génération tous les trois ans.

Des améliorations sont prévues sur les types de matériaux utilisés comme certaines céramiques capables de libérer de l’oxygène à basse température et permettant de stocker plus d’énergie solaire.

            

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
16 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
...

… càd le CO4 ? Malheureusement, j’ai bien peur que cette molécule miracle sorte de nulle part !

Jp du carladez

Il me semble que le CO est un gaz mortel contrairement au CO2, et je ne vois pas comment du CO donnerait de l’Hydrogène H ??? Pige rien à cet article.

Petar91

“D’après les chercheurs, le but ultime serait même d’extraire directement le CO2 de l’air.” et puis dans 150 ans, les arbres ne pourront plus aborber de CO2 donc ne pourront croitre, il y aura un phénomène de refroidissement climatique etc…

michel123

Il en résulte qu’il peut servir de support à une seconde réaction demandant moins dénergie telle que co + h2o(eau) + énergie = co2 + h2 Le co2 étant récupèré et recommençant son cycle , entre temps on a produit de l’hydrogène. Le co peut également servir de support à d’autres réactions chimiques produisant des hydrocarbures  plusieurs CO + h2 + énergie = plusieurs ch4(méthane) + h2o(eau) , l’intéret du co , c’est qu’il sert de produit intermédiaire à de nombreuses réactions chimiques qui sont de ce fait plus faciles et moins gourmandes en énergie. MC

Pastilleverte

pas tout comptis non plus, je tente et Pamina me corrigera (merci d’avance) concentrateur solaire –> “brise” soit CO2 en CO + O, soit H2O en H + O puis le machin magique va prendre par la main un certain nombre de H et un certain nombre de C (après avoir “brisé” CO en C+O ???) pour faire par exemple du H12C26, à peu de choses près du kérosène ou encore + trivial : soleil + eau + (vilain) CO2 = l’après pétrole fossile, finalement c’est très simple

Samivel51

Quelle est la réaction chimique produite par cette machine? 2 CO2 –> 2 CO + 02 ? C’est ca? Et le dioxygène, on le vend à part comme le ferait Air Liquide?

Denlaf

C’est michel 123 qui a le mieux expliqué le problème. Cependant, je suis surpris qu’il ne relève pas le fait suivant : on séquestre le CO2, on le scinde en CO et O2, puis on combine CO avec H2 ce qui pourra produire du méthanol (C2H5OH) et des hydrocarbures (ex: C6H14, C7H16, C8H18 soit l’octane,etc.). Mais là, une remarque s’impose: vous avez utilisé une certaine quantité de CO2 que vous relacherez dans l’atmosphère après combustion des carburants ainsi formés: le CO2 a simplement fait un petit détour. De plus, vous utilisez de l’hydrogène que vous obtenez par électrolyse à partir du même procédé: 2 H2O + énergie —-> 2 H2 + O2 . Pourquoi aller plus loin ? Vous la détenez déjà votre source d’énergie non polluante, c’est le dihydrogène, H2, il peut remplacer tous les carburants mentionnés et avec plus d’efficacité. En prime : aucun polluant et aucun produit de combustion autre que l’eau, de l’eau pure à 100%, On pourrait même la consommer. Cette réaction dont le résultat est la production de l’eau se fait avec un fort dégagement d’énergie ; 2 H2 + O2 —-> 2 H2O + énergie.

rno51

“le CO2 a simplement fait un petit détour”, mais ce détour permet une non consommation de pétrole fossile…

bmd

Reste à évaluer le rendement de l’opération, c’est-à-dire l’énergie chimique disponible dans la quantité de CO ou de dihydrogène produit par rapport à la quantité d’énergie solaire utilisée par la surface totale de l’installation. classiquement, une centrale PV ou une centrale à concentration a un rendement global net ( quantité d’électricité produite moins énergie grise , moins énergie de maintenance divisée par quantité d’énergie solaire tombant sur la surface totale de l’installation) d’environ 2 à 3 %. Peut-on expérer mieux ici?

Bernier

Dans le but de synthétiser un combustible liquide, tel que le Kérosène.  Là oui,c’est interessant car le Kérosène sera indispensable pour des avions gros porteurs comme l’airbus A380 et le boing 747,qui ne fonctionneront probablement jamais en utilisant l’hydrogène comme carburant de propulsion. En effet les réservoirs d’hydrogène devraient être 3 ou 4 fois plus volumineux au sein de ces avions que ne le sont les réservoirs de kérosène:Ce qui réduirait à pas grand chose la place pour les passagers et rendrait ces avions absolument non rentables économiquement sans même parler des dangers de ces énormes quantités d’hydrogène, à bord de ces avions gros porteurs … Dés lors la nécéssité dans le futur de synthétiser industriellement le kérosène par ce type de procédé s’imposera !!!

ssebb

C’est quoi ça le dioxyde de CO2 ? 🙂

marcob12

Ce n’est pas un substitut à la CCS, car dans celle-ci le CO2 est enfouis durablement sous terre quand ils proposent (après transformation en carburants) de le relâcher dans l’air. On sait obtenir H2 de bien des façons et leur filière via CO devrait s’avérer plus économique que celles actuellement en place. Rien n’indique que cela doive être le cas. Cette filière H2 émettrait du CO2. Cette filière est fort éloignée a priori d’une filière micro-algues valorisant le CO2 de centrales tout en fournissant aisément du méthane (facile à convertir si besoin et surtout à valoriser en centrale à meilleur rendement que dans le moteur thermique) et un moyen aisé (par pyrolyse si besoin) de séquestrer tout ou partie du CO2. Songer que des micro-algues se nourissent de CO2 puis par méthanisation donne du CH4 qui brûlé donne du CO2, qui… Dans leur schéma on réduit simplement les émissions cumulées des centrales et du transport par ex, mais on émet encore et pas mal. Par ailleurs (Hildebrandt et al, 2009) on a déjà une meilleure filière de conversion directe du CO2 en carburants liquides via H2. Ne jamais empêcher les chercheurs de chercher. Ils pourraient trouver quelque chose, on ne sait jamais…

wydocq

C’est Une Grande solution. Depuis que j’entends parler de la synthése de carburant à partir du CO² en laboratoire (environ deux ou trois ans) je constate qu’on passe à la vitesse supérieure (la mise en application) ouf! Il me semble que c’est bien là un moyen de limiter la catastrophe écologique du rechauffement climatique, un moyen aussi de recycler nos déchets et surtout pas le moindre!!! Dire qu’on va appauvrir notre atmosphére en CO² et que c’est térrible est franchement une remarque amusante!!! c’est le but!!! diminuer le CO² dans l’atmosphére puisque la planéte n’arrive pas à absorber toute nos émission, les arbres continuerons à pousser, parce qu’à mon avis, avant d’en arriver à l’absence totale (ou même faible) de CO² dans l’atmosphére, on aurat recyclé une bonne partie de l’éxédent avec ce procédé et le reste dam planéte s’en serait occuper (produit de façon naturelle de l’énergie fossile) donc !!! Et même pire, c’est largement préférable à l’enfouissement du CO² qui ne produit rien d’autre que des poches remplies d’un gaz mortel (risque d’anoxie) de milliers voir millions de métre³ sous terre qui pourraient séchappées un jour et tout tuer autour (voir les lachés naturels de CO² autour de certains lacs Africains, populations et faune tuées!!) de plus en enfouissant du CO² on enfoui du carbone, certe, mais aussi de l’oxygéne (et oui, j’insiste encore)!!! Avec ce procédé, on se substitue à dame nature de façon intelligente, car aprés tout c’est bien dame nature qui nous a fournit ce carburant sous forme de pétrol ou de charbon!!! Alors franchement y a pas de Pb y a que des solutions, des vraies .  De plus le CO produit est à mon avis transformé en carburant dans des délais résonables et n’est pas stokké en grande quantité, donc le danger vraiment minimisé.

marcob12

“le CO2 a simplement fait un petit détour”, mais ce détour permet une non consommation de pétrole fossile… Oui et non. Car si d’aventure le procédé venait à s’industrialiser à grande échelle et à un coût intéressant il ne ferait que péréniser les filières fortement émettrices de CO2 (dont le charbon qui est un pollueur majeur à tous les stades de la filière, le CO2 n’étant pas forcément le “polluant” majeur) et le moteur thermique (un bon moyen de gaspiller l’essentiel du potentiel énergétique des hydrocarbures créés, pas trop gênant quand la nature les a fabriqués, beaucoup plus quand on a déjà consommé de l’énergie pour produire ceux-ci…). Par ailleurs ces hydrocarbures de synthèse produits à grande échelle réduirait la pression  à la hausse sur les hydrocarbures naturels, freinant donc la mise au point d’alternatives ou de moyens d’économiser leur usage. Bref, ces hydrocarbures de synthèse pourraient nous enfoncer un peu plus longtemps encore dans l’ère des “fossiles” (le carbone dont ils sont issus l’est au départ) et donc, in fine, majorer nos émissions de CO2. Le diable est toujours dans les détails.

Bollton

“Le dioxyde de CO2″…. Sérieux… lol

Sacha

Ecoute moi je trouve sa pas mal comparer a ce que donne wiki , c’est a dire RIEN

16
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime