L’économie verte américaine saupoudrée de subventions

Le département américain de l’énergie va débourser plus de 18 millions de dollars dans "l’économie verte" ciblant plus particulièrement les petites entreprises porteuses d’innovation technologiques.

Cette somme allouée par le ministère public représente la première phase dans le projet de financement de l’économie verte. Ces subventions couvriront 125 projets (jusqu’à 150.000 dollars chacune) répartis parmi 107 petites entreprises implantées sur le territoire des Etats-Unis.

Au total, dix domaines technologiques seront financés.

Les subventions cumulées par domaine, allant de 2 millions à près de 4 millions de dollars au total, seront destinées  :

  • à la climatisation des bâtiments, ponts thermiques, refroidissement des toits (15 projets),
  • aux technologies solaires de pointe (12 projets),
  • au développement technologique industriel (25 projets),
  • aux procédés de fabrication de pointe (16 projets).

Celles comprises entre 150.000 dollars et 2 millions de dollars concerneront :

  • la consommation d’eau dans production d’énergie électrique (6 projets),
  • le refroidissement des centrales électriques (1 projet),
  • l’énergie des vagues (12 projets)
  • les capteurs, les contrôles et les réseaux sans fil (12 projets),
  • les turbines à gaz et les matériaux associés (11 projets),
  • les contrôleurs intelligents pour les applications de réseaux intelligents (8 projets)

 

"Les PME sont devenues le moteur de l’innovation et sont cruciales dans le développement pour une énergie propre américaine. Ces investissements permettront d’aider les petites entreprises à être compétitive sur le marché des énergies propres", a indiqué Steven Chu, Secrétaire à l’énergie.

107 entreprises parmi 950 postulants ont obtenu des subventions, et seuls les projets qui pouvaient être commercialisés dans un délais relativement court ont été sélectionnés.

Une deuxième série de financement d’une enveloppe de 60 millions dollars sera ouverte l’année prochaine aux entreprises qui devront en contrepartie démontrer l’adéquation de leur technologie avec les besoins du marché.

         

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
marcob12

C’est la poursuite du déclin pour les USA. En sont-ils conscients seulement ? Face les chinois gagnent (car leurs investissements dans les technologies vertes sont massifs et témoignent de leur volonté d’être les premiers) et piles les américains perdent (car  leurs recherches sont faites avec l’argent prêtée par la chine (avec intérêt) et leurs produits sont condamnés à être produits en chine, donc créer des emplois ailleurs que chez eux). Leur seul atout est leur culture scientifique et technique et la qualité de leur recherche. En handicap ils ont tous les puissants intérêts privés qui ne voient que leur intérêt et non celui des USA, dans la poursuite de la mondialisation actuelle  (externalisation de la production), la poursuite du casino financier (pour ceux ayant manqué une partie du “match” les “flambeurs de casino” ont été renfloués par un emprunt public gigantesque et le FDIC est en situation de banqueroute), la continuation de dépenses militaires pléthoriques, et… Quoi que puissent trouver les chercheurs et techniciens US, l’américain en profitera à la marge (if ever). Parler et faire du saupoudrage quand le “peak-oil” déboule, que la montée en puissance chinoise est collossale, quand ils croulent sous les dettes et pataugent dans un système corrompu par une minorité très influente est programmer sa régression au rang de nation banale. Ils auraient dû emputer d’au moins 50 G$/an leurs dépenses militaires pour ces projets, car la pire menace pour eux n’est pas militaire. L’humiliation de ce grand pays sera le prix à payer (incommensurable par rapport au niveau des dépenses annoncées).

1
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime