Le parc éolien français finit l’année 2012 avec un record de production

Treize jours après le dernier record*, le parc éolien français a de nouveau atteint un pic avec une puissance de production de 5.982 MW**, couvrant jusqu’à 10 % de la consommation électrique française.

Avec une production d’électricité instantanée atteignant celle de 6 réacteurs nucléaires, l’énergie éolienne a couvert, jeudi 27 décembre 2012, en moyenne 8.5% de notre consommation, évitant le recours à des centrales thermiques fossiles.

Ce record a lieu au cours d’un mois de décembre durant lequel le parc éolien a joué un rôle particulièrement important : il a couvert 4 % de nos besoins en électricité. Sur l’ensemble de l’année 2012, ce taux a été d’environ 3 %, ce qui représente la consommation domestique de près de 6 millions de personnes (chauffage électrique compris).

Pour le Syndicat des énergies renouvelables (SER), la production éolienne de ces dernières semaines illustre, une nouvelle fois, la caractéristique du parc éolien français : "chaque année, la production éolienne est plus élevée durant les mois les plus froids."

Le parc éolien français finit l'année 2012 avec un record de production

Le dispositif IPES (pour l’insertion de la production éolienne et photovoltaïque sur le système) mis en place par RTE permet de prévoir chaque jour et de manière satisfaisante la production éolienne sur le territoire et d’y adapter les besoins restants. Lorsque la production éolienne est faible, elle peut ‘utilement’ être compensée par une production hydraulique dont les stocks ont été économisés les jours de production éolienne plus élevée.

Le parc éolien français finit l'année 2012 avec un record de production

Ainsi, le parc éolien participe à l’équilibre offre demande. C’est ce que rappelle RTE dans le Bilan Prévisionnel***, en précisant « qu’en France, 25 000 MW**** d’éoliennes ou 5 000 MW d’équipements thermiques apparaissent équivalents en termes d’ajustement du parc de production ».

* L’éolien a fourni près de 7% de la consommation électrique française : ici
** Données RTE
*** Bilan prévisionnel disponible : ici (.pdf)
**** Selon l’objectif 2020 du Grenelle de l’environnement

            

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
98 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Pas naif

et se produit surtout lorsque le pays n’en a pas besoin (jour tiède pré-férié). Et ce matin 2 Janvier, jour plein avec du froid plus que de coutûme, que font les éoliennes préférées? Moins de 1200MW, pas même 20% de leur P installée. Doivent être déjà fatiguées de leur réveillon celles-ci. Messieurs les éolistes, chaque fois que vous sanctifiez une “pointe éolique” vous braquez les projecteurs sur leur point le plus faible rendant leur utilisation peu attractive: Extrème variabilité et jamis présente quand on ena le plus besoin, en jour froid. Les statistiques RTE sont formelles: L’éolien produit pas mal seulement en période de temps doux et pluvieux au passage de perturbations. Ensuite calme plat pendant deux jours avant la vague de froid et aussi durant celle-ci. Une énergie pour amuser les gogos, pas pour professionnels

Dardsmall

Encore un record pour l’éolien ! Au fait, vous saviez que chaque jour la Terre bat son record de longévité ?

moise44

“Ainsi, le parc éolien participe à l’équilibre offre demande. C’est ce que rappelle RTE dans le Bilan Prévisionnel***, en précisant « qu’en France, 25 000 MW**** d’éoliennes ou 5 000 MW d’équipements thermiques apparaissent équivalents en termes d’ajustement du parc de production ».” Bonjour les taux de charges (TDC) respectifs des deux types d’équipement ! 25 GW a 20% contre 5 GW a combien si nous n’avions pas notre parc electronucléaire en base ? Donc pour l’évitement de CO2 d’accord mais il faudrait donner plus de chiffres sur les proportions le reste du temps. Et puis les jours de froid, faudrait pas déconner tout de même ! La semaine de Noel a été particulièrement douce justement a l’opposé de ce que décrit le SER et qui est aussi dans l’imaginaire collectif… Par exemple 1391 MW/7000 MW a 6h45 ce matin alors qu’il faisait bien frais et que j’attendais mon train très bien chauffé.

Nature

Record ,certes, mais à mettre en comparaison avec le résultat sur l’année 2012: les 4200 machines installées ont fourni : 2,3 % de la production électrique totale.

Samivel51

Je vois que les raleurs professionnels ont pris de bonnes resolutions pour cette annee 2013. Il est evident que les eoliennes produisent plus pendant le passage des perturbations, qui sont generalement associees a une temperature relativement clemente. Mais celle-ci peut-etre quand meme froide lors du passage du frond froid (entre 0 et +5 degres dans le Nord et l’Est de la France). Et puis en ce mois de decembre, les eoliennes n’ont pas tourne que les jours feries: elles sont restees au dessus de 3 GW pratiquement tout le temps, et ne sont semble-t-il jamais descendues en dessous de 600 MW. Enfin, quand les eoliennes tournent en periode de faible demandent, l’hydraulique de barrage peut garder son eau, voire meme pomper (le nouveau site RTE montre bien a quel point le pompage a tourne en ce mois de decembre), puis turbiner les jours suivants, comme aujourd’hui par exemple. Vous prenez l’exemple d’aujourd’hui: l’eolien ne tournent qu’entre 1000 et 1800 MW, mais grace au mois de decembre vente l’hydraulique peut se permettre de fournir presque 10 GW, et du coup le thermique fossile ne depasse pas 1500 MW, soit moins de 3% de la consommation! Pas si mal pour un 2 janvier! Les exploitants de centrales a gaz et charbon ont du soucis a se faire. D’ailleurs EON veut fermer ses centrales a charbon en France..

Fred 34

… mais très stupides vos propos, du grand n’importe quoi ! J’espère que quand une centrale nucléaire explosera vous serez pas trop loin.

Pas naif

Vous êtes content, bravo: EON va fermer de vieilles machines en France et en fait construire massivement chez lui au LIGNITE (23GW en tout dans ce pays), la terreur des écolos-CO² car produit 35% de CO² en plus que le vilain charbon et dévaste une région (allez faire un tour au sud de Berlin où vous verrez un paysage lunaire industriel sur des centaines de km². Chacun son choix). Ah ! cette Allemagne qu’on porte au nues et qui s’assoie sur ses engagements CO² au point de faire rigoler les copains à la Commission Européenne. Pour revenir à votre argument sérieux que le vent a économisé de l’hydraulique, il n’est valable que SI les barrages sont vides. Or ils sont tous au maximum et cela se voit sur RTE la nuit: La production hydraulique d’habitude est totalement stoppée plusieurs heures la nuit (les barrages bas au fil de l’eau peuvent retenir quelques heures le débit du fleuve). Or depuis plus d’un mois il y a toujours une abondante production fatale d’hydraulique les nuit à chaque instant car les réserves sont toutes au maximum. Votre remarque serait valable dans un autre régime hydrologique que celui particulier de nov-dec 2012. Ces éoliennes seraient mieux utiles en fin de printemps.

Pas naif

et vous savez au fond de vous même que nous avons assez souvent raison. Pas de mérite, la situation technique de sources aléatoires face à un réseau prévisible a des conséquences qui crèvent les yeux !

Dardsmall

Une centrale nucléaire ne peut pas exploser. La problématique de la sureté nucléaire est celle du confinement des matériaux radioactifs. Ne racontons pas n’importe quoi, la crédibilité c’est le problème de l’écologie en France…

s4m

@Dardsmall Bien qu’étant moi même un ardant défenseur de l’atome, il faut reconnaitre que Fred a raison (en tout cas il n’a pas tort !) et que vous avez (un petit peu) tort : une explosion chimique (d’hydrogène ou de vapeur d’eau) peut se produire dans le primaire ou l’enceinte. Bien que ce phénomènes soit loin d’une explosion similaire à celle d’une bombe A (et encore plus d’une bombe H), ce sont bien des explosions qui ont conduit à la perte du confinement lors des accidents de Tchernobyl et de Fukushima. En France, des recombineurs catalytiques (absents au japon), permettent de limiter le risque mais il me semble que leur efficacité est sujette à discussion. Un peu plus d’info : – – (voir directement p.26)

Dardsmall

J’allais avancer l’argument des recombineurs catalytiques mais me voilà pris de cours 🙂 J’ignorai cependant qu’ils étaient remis en question. Le 1er article en lien est très intéressant. Si vous avez des liens sur cette remise en question des recombineurs, je suis preneur.

s4m

Ce n’est pas tant les recombineurs qui sont remis en cause mais plutôt la difficulté de fixer des hypothèses pour leur dimensionnement. Les phénomènes de production et de combustion de l’hydrogène suite à un accident nucléaire ne sont pas empiriques et restent du domaine de la simulation. De fait, il est très difficile d’estimer la concentration en hydrogène, surtout localement C’est justement mis en avant dans le premier document cité dans mon précédent commentaire : “les études réalisées, notamment dans le cadre des études probabilistes de sûreté de niveau 2 (EPS2), montrent que la formation d’un mélange hydrogène oxygène susceptible de conduire à des phénomènes d’accélération locale de flamme ne peut pas être exclue en tout point de l’enceinte de confinement et à tout instant et quel que soit le scénario accidentel de fusion du coeur considéré. Pour ces scénarios, les recombineurs améliorent grandement la situation mais la quantité d’hydrogène temporairement présente dans l’enceinte pourrait constituer une menace pour l’étanchéité du confinement”. En bref : c’est mieux que rien et ça aurait peut être permis d’éviter autant de relachements de matière au Japon.

Pas naif

il faut croire que vous êtes désormais à court d’arguments ! Mais je n’ai nul besoin de souhaiter vous voir périr dans un accident, je ne suis pas à court d’arguments. Eh bien oui, je souhaiterais habiter sous le vent d’une centrale nucléaire, comme ça si “elle pète” pour vous faire plaisir, j’aurais quand même 3 jours pour me tirer 50km au vent de son site (TMI et les 4 tranches Fukushima l’ont bien montré: même avec le pire opérateur de nuit non formé, le pire sous-équipement et des patrons au loin voulant à tout prix ne pas injecter du sel dans leur bouilloire, on a 3 jours pour se tirer. Mais je n’irais pas habiter proche d’une éolienne car le jour où elle perdra une pale et volera en éclats (ça s’est produit déjà de nombreuses fois en Europe) je n’aurais pas le temps de rien voir venir et pourrais être tué sur place !…. Et de plus leur bruit de machine à laver perpétuelle…..

enerZ

En ce début d’année 2013, le modérateur aimerait que la courtoisie sur le forum fasse partie des bonnes résolutions !! Le modérateur

Pas naif

L’hydrogène de Fukushima a été accumulé là où il n’aurait jamais dû aller, au sommet du bâtiment réacteur, c’est à dire dans l’étage n’ayant aucune capacité de résistance à la moindre déflagration, d’où leur spectaculaire effet: il suffisait d’une trace de rouille pour amorcer la réaction. D’ailleurs des médias amateurs de sensations ont parlé d’explosion (voire même bombe-H, les imbéciles) mais c’est le terme plus mou de déflagration qui convient car le mélange air-hydrogène n’était pas confiné sous pression mais à la pression atmosphérique. Pourquoi H² y est-il allé? Parce que, les directeurs Tepco ayant refusé l’utilisation d’eau de mer, le dégagement de chaleur des barres à uranium (au passage d’environ 2KW par kilo, soit en gros l’équivalent d’une bouilloire domestique par kilo) ne pouvait être absorbée que par l’eau qui restait dans la cuve et bouillait avec augmentation de pression. Comme une partie du coeur était déjà à sec, l’H²O a attaqué le zirconium libérant H² en quantité maximale connue (si la totalité des 20tonnes de Zr “brûlent”, elles libèrent 10500m3 dans les 650m3 du coeur provocant une surpression de 30atmosphères dans les conditions y régnant): vous voyez tous les pires cas se calculent, nonobstant les média. Au passage, cette énergie déflagrante totale est égale à celle produite par la combustion de 2 tonnes de propane que des gens ont dans leur jardin; ça démolit un hangar et rien d’autre à par le courage de Merkel…! La surpression devenant inacceptable, les employés l’ont partiellement libérée dans le confinement protégé en béton épais de 2m (9000m3) qui lui aurait dû tenir la pression prévue d’environ 7-8 atmosphère. Mais faute d’entretien, la coupole supérieure a fui et libéré du mélange dans le hangar supérieur et boum. Nos centrales qui ont une contenu Zr du même ordre ont un volume confiné voisin de 100 000m3 garanti à 5 atm ou davantage, vérifié tous les 10ans. Les catalyseurs pourraient neutraliser un dégagement lent d’H² mais pas un brutal. D’ailleurs à TMI en 1979 une explosion H² a eu lieu comme anticipé dans l’enceinte et la surpression fut inférieure aux prévisions maximales, aucune fuite n’en a résulté. Quand aux concentrations locales d’H² elles existeraient certainement mais qui dit concentration ici signifie manque ailleurs et donc une déflagration encore plus limitée, en un sens tant mieux. C’est d’ailleurs comme cela que le grisou (méthane de schistes) était éliminé dans les mines du 18° siècle, par une suite de mises à feu volontaires mais limitées. Parfois ça finissait mal car il y avait de ce gaz partout. Les experts internationaux sont formels: si Tepco avait été normalement intelligent et les lois japonaises moins drastiques (leur 1mSv maxi était stupide), ils auraient dû de suite dépressuriser le réacteur, relâchant de la vapeur sans contamination (bien avant les 40minutes des barres pour fondre) et ensuite le noyer à l’eau de mer: il n’y aurait eu aucun incident et personne n’en aurait jamis eu besoin d’en parler, la centrale tournerait à nouveau 1 mois après vérification.

Clobinson

De ce cocorico du SER, je ne retiens qu’un terme : “production d’électricité instantanée…” C’est bien là le problème de ce type de production ! Passe une rafale, et on crie victoire… mais cela ne suffit pas pour satisfaire des besoins permanents; en revanche cela oblige le réseau à acheter au prix fort, une énergie dont on n’a pas nécessairement besoin, et de ce fait on réjouit le lobby de l’industrie éolienne…

Sicetaitsimple

Décidément, les organisations professionnelles ont le don de m’irriter. Mais ce coup là ce n’est pas Enerplan! “Sur l’ensemble de l’année 2012, ce taux a été d’environ 3 %, ce qui représente la consommation domestique de près de 6 millions de personnes (chauffage électrique compris).” Sachant qu’on est à peu près 60 millions de Gaulois, avec un taux de 30% on alimente tout le monde, donc, ah oui mais seulement pour la consommation domestique! Que les 70% qui restent se (industrie, tertiaire,hopitaux, mon boulanger,.etx etc..) se dém..ent! PS: l’Espagne finit 2012 à un peu moins de 20% de la production totale ( 48TWh/268TWh). Techniquement, il y a de la marge en France, même s’il n’y a pas de raison de se précipiter.

Sicetaitsimple

“Les experts internationaux sont formels: si Tepco avait été normalement intelligent et les lois japonaises moins drastiques (leur 1mSv maxi était stupide), ils auraient dû de suite dépressuriser le réacteur, relâchant de la vapeur sans contamination (bien avant les 40minutes des barres pour fondre) et ensuite le noyer à l’eau de mer: il n’y aurait eu aucun incident et personne n’en aurait jamis eu besoin d’en parler, la centrale tournerait à nouveau 1 mois après vérification.” Si c’est une plaisanterie, elle est de très mauvais goût…..même si Tepco aurait certainement pu mieux faire. Citez nous donc vos experts internationaux, ceux qui auraient proféré une telle énormité.

Jpm2

merci et bravo pour vos calculs sur l’explosion d’hydrogène du réacteur numéro 1 de Fukushima. Auriez-vous les mêmes calculs/ les mêmes explications pour ce qui s’est passé au réacteur 3, qui fait l’objet d’un silence étourdissant de vos confrères? Tout d’abord, mettons-nous d’accord sur le scénario: Lieu de l’explosion: le fond de la piscine à combustibles usés. type de l’explosion: petite explosion à l’hydrogène pour commencer, suivie d’une “petite” explosion nucléaire (flash de criticité), sans doute provoqué par l’onde de choc de la première explosion, qui a (comme dans une bombe H) comprimé la matière fissile au point de permettre une reprise (courte mais violente) de la réaction en chaîne. Il ne peut pas s’agir uniquement d’une explosion à l’hydrogène: l’hydrogène, plus léger que l’air, se serait accumulé (comme dans le réacteur 1) dans les parties hautes du batiment, or, l’explosion a projeté des morceaux lourds (dont on n’a jamais vu de photo par la suite) qui ne se trouvaient pas dans les parties hautes du batiment. Par ailleurs, on a eu une projection de matière “guidée” vers le haut, ce qui implique que cette explosion/détonation s’est faite “en profondeur”, quelque part dans les parties basses du batiment. Suite de l’explosion: les parois de la piscine, jouant le rôle de canon de fusil, “guident” la détonation en un beau panache vertical. équivalent-propane de l’explosion? sans doute très supérieure à deux tonnes, vu la taille des morceaux projetés (et la hauteur dont on les a vus retomber). Masse de combustible usé pulvérisé dans le nuage résultant? Etonnamment, je n’ai trouvé aucun chiffre, aucune estimation… Equivalent-biologique de ce rejet? là aussi, aucune estimation. Je me réjouirai donc de pouvoir lire les vôtres,

Samivel51

Je ne me rejouis pas du tout que l’Allemagne abandonne le nucleaire et construise des centrales a charbon et gaz. Je le deplore au contraire. Par contre, les barrages ne sont a priori pas pleins. Je suis passe avant-hier devant celui du Chambon (Isere) et il etait 3/4 vide. Serre-Poncon est plus de 7 metres sous son niveau maximal (et sa surface est de 28 km2, ca fait beaucoup de place – c’est le plus grand reservoir de France je crois). Pour les autres, je n’ai pas trouve, mais generalement les barrages de montagne sont peu remplis en hiver car les precipitations sont stockees sous forme de neige et la demande d’electricite est forte. Si quelqu’un sait ou l’on peut suivre le taux de remplissage des reservoirs, ca m’interesse. Votre remarque sur la production egale a zero date de l’ancienne presentation du site RTE, dans laquelle le pompage etait deduit de la production. N’oubliez pas aussi qu’il y a de nombreux barrages au fil de l’eau qui n’ont pas de reservoir.

Dan1

Bonne année à Enerzine et à tous ses lecteurs spectateurs et acteurs. Pour le stock hydraulique, c’est ici : 2013 commence plutôt bien avec 70% de taux de remplissage. On va pouvoir turbiner pendant les grands froids… s’il y en a.

Dan1

Pour revenir aux records de l’éolien, il en est un qui a été passé sous silence : C’est le record des prix négatifs le 25 décembre. Entre 2 et 3 heures du matin, le MWh était mis à prix à – 222 Euros. Si la CSPE était calculée heure par heure pour l’éolien par rapport au prix spot du marché, elle exploserait régulièrerement par le fait du calcul basé sur le prix du marché. Par exemple si on prend 87 Euros de prix d’achat moyen de l’éolien, la CSPE serait alors calculée sur 87 – (-222) = 309 €/MWh à imputer à la CSPE. Cela pourrait pourrait faire les affaires d’EDF mais sûrement pas du consommateur. L’économie de marché est amusante et pleine de surprise. Mais bon, ne soyons pas négatifs en début d’année.

Lionel_fr

L’Allemagne abandonne le nuke pour des raisons politiques. Mme Merkel aurait perdu les elections dans le cas contraire et on se serait retrouvé avec un communiste à sa place, simplement parce qu’il aurait promis de sortir du nuke ! C’est- exactement ce qui s’est passé en France. Il y a un moment où les calembredaines pronukes ne font plus le poids face à une écrasante majorité antinuke dans l’opinion (87% en France) Ensuite , l’Allemagne remplace ses vieilles centrales charbon et lignite ultra polluantes par des modernes. S’il est exact qu’on ne peut pas sortir du nuke et du charbon en même temps, en revanche la pollution par le charbon Allemand va continuer à baisser dans des proportions difficiles à évaluer car le défi allemand est très ambitieux à l’opposé de la France où l’ultra-conservatisme domine : on ne change rien de ce coté du rhin mais on devra quand même arrèter nos centrales au charbon qui ne répondront plus aux critères anti pollution en 2015 Donc nuke ou pas nuke , on fera exactement comme les allemands et on remplacera notre charbon vraisemblablement par du charbon – à une échelle moindre certes mais les EnR françaises sont également assez anecdotiques par rapport aux allemandes. D’ici le 21 juin , on va observer avec attention la déferlante PV allemande qui devrait encore battre des records cette année alors que l’éolien approche des pics de 50% du mix en cet hiver 12-13 Concernant le sujet de l’article , la pertinence des pics éoliens est certes peu signifiante pour le citoyen lambda mais sa valeur statistique est bien réelle. La croissance des pics dimnsionne l’effort d’absorption qu’il faudra fournir quand le parc éolien sera 5 fois plus conséquent, perspective qui fait frémir d’horreur les pronukes alors qu’elle me remplit d’une rare allégresse. Tout le monde sait que le nucléaire produit beaucoup d’électricité , son vrai problème est d’être politiquement suicidaire en dépit des prodigieux efforts argumentistes que déploient courageusement notre groupuscule de pronukes dont tout le monde sait qu’ils brillent dans le noir.. Bonne année à tous

s4m

Je suis d’accord sur le fait que le nucléaire soit un épineux problème essentiellement politique, mais je suis curieux de savoir d’où est ce que vous sortez votre chiffre de 87% qui vous fait dire que l’opinion “antinuke” représente une “écrasante majorité” en France ? aucun des chiffres que je trouve ne fait part d’une telle proportion : en novembre 2011 : 47% des français “inquiets” des centrales nucléaires en mars 2012 : 42% des français “inquiets” du nucléaire sondage ifop atlantico en sept 2012 : 51% des sondés souhaitent un arrêt progressive du nucléaire et je pourrais en citer beaucoup d’autre.

Dan1

A s4m. Vous voyez toute la différence entre ceux dont le but est de faire croire (87% de français contre le nucléaire !) et ceux qui accepte simplement de regarder la réalité telle qu’elle est (complexe et changeante). Je rappelle simplement un fait majeur en France : à la dernière élection, EELV à fait 2,3% des voix. Il y a donc 87,7% (eh oui, c’est aussi 87% !) des électeurs qui ont des préoccupations plus importantes que l’antinucléarisme. Du côté des japonais, certains le clamaient haut et fort, le pays était devenu antinucléaire…. mais c’était avant les élections ! Je rappelle qu’à ce jour, un seul pays est sorti du nucléaire électrogène : l’Italie, c’est un fait établi pas un rêve.

Jpm2

Dan 1, sortez votre calculatrice… 100- 2,3 =? non, la réponse n’est pas 87,7… Un seul pays est sorti du nucléaire électrogène, l’Italie? Ah bon… il y a aussi tous ceux qui n’y sont jamais entré, l’Autriche, les pays nordiques, par exemple. N’oubliez pas que l’Allemagne sera complètement sortie en 2025… dans 12 ans, ça viendra vite. Comme on lit encore beaucoup de contrevérités sur l’Allemagne dans ce fil, autant rappeler la vérité: La part ENR de la production électrique Allemande c’était/ c’est/ ça sera: – 1 à 2% il y a 20 ans; – 20% aujourd’hui, avec quasiment pas d’hydraulique (il s’agit donc principalement d’éolien, de biomasse et de photovoltaïque) – l’objectif est de 35% pour 2030 – et 80% pour 2050 Pour l’instant, les Allemands sont en avance sur leurs objectifs. la montée, prodigieuse, des ENR dans le mix allemand: 1) Suffit largement à compenser la fermeture des centrales nucléaires (il n’y a pas eu de hausse du CO2 émis en 2011 malgré la fermeture “d’un coup” de 8 réacteurs); 2) après l’effacement de la production nucléaire, “attaquera” également la production à base de charbon, qui diminuera de manière très importante (elle représente plus de 40% actuellement, et sera divisée par 3 ou 4 d’ici 2050) Donc, les fariboles du genre “l’Allemagne remplace ses centrales nucléaires par des centrales à charbon”, est-ce qu’à part les gens de mauvaise foi il y a encore des lecteurs d’Enerzine qui y croient encore?

Dan1

Euh, effectivement, 100 – 2,3 = 97,7% de français (électeurs) qui ne mettent pas la sortie du nucléaire en préoccupation majeure. Pour le reste, je parle de faits établis et non pas de spéculations à plus ou moins long terme. Je confirme donc que seule l’Italie est sortie du nucléaire… pour les autres on verra. Pour ce qui concerne l’Allemagne et d’autres pays, je suis toujours étonné de la vision réductrice et électrocentrée de l’énergie. je rappelle simplement qu’en matière d’EnR dans le mix énergétique exprimé en énergie finale, l’Allemagne est sensiblement au même niveau que la France et que ce sont des pays qui tournent à preque 90% au FOSSILE + FISSILE. Je rappelle aussi que l’Allemagne a augmenté sa production FOSSILE en 2012 pour compenser la réduction du nucléaire : Les 281,3 TWh FOSSILES c’est des fariboles ? Les importations de charbon ont augmentées. Enfin je rappelle que l’électricité allemande est 10 fois plus carbonée que l’électricité française. Tenons nous-en aux faits.

Sicetaitsimple

Vous avez raison pour l’Autriche, elle n’y est jamais rentré, même si elle a bien failli. Par contre, pour les pays nordiques…A moins que Suède et Finlande ne soient pas des pays nordiques? Sur le fait que l’Allemagne remplace ses centrales nucléaires par des centrales charbon/lignite, il n’y a aucun doute, c’était prévu compte-tenu du calendrier de sortie antérieur à 2010, remis en cause milieu 2010, puis à nouveau remis en cause ( un quasi retour à la case départ) mi-2011. Reste effectivement à voir ce qu’elles produiront ( leur taux de charge), jusqu’en 2015 prochaine vague de fermeture de nucléaire ça pourrait effectivement rester relativement stable voire un peu baisser. D’ici 2050 on verra bien…..

Clobinson

Les experts de l’association SLC (Sauvons le Climat) publient chaque mois une étude approfondie à partir des données statistiques de RTE (site eCO2mix) qui relativisent les “cocoricos” du SER & de la FEE. Noté en particulier : “Remarquable” efficacité moyenne du parc en décembre : 41,2 % sur la base d’une capacité installée sous-estimée par l’ADEME à 7.061 MW (en réalité à peine supérieure à 40 %, avec extrêmes à 8,3 & 84,7 %). Pas de corrélation entre les pointes de besoins, et celles de production (= forte production quand besoins faibles) Nous avons exporté en permanence, sauf quelques quarts d’heure (niveau moyen mensuel 5,94 GW). Le brassage des données démontre qu’une forte production éolienne, due à des conditions atmosphériques très favorables, conduit généralement plus à une exportation qu’à une consommation intérieure, contrairement aux affirmations du lobby éolien (industriels et écologistes). Elle peut avoir des conséquences dommageables sur la balance commerciale, comme le soulignait Dan1. Compte tenu d’excédents de production en Europe du Nord dans la 2ème quinzaine de décembre, le prix du marché européen de l’électricité s’est effondré et il est même devenu négatif le 25 décembre : il a donc fallu payer pour exporter du courant ce jour là ! Du fait des prix garantis en toutes circonstances aux fournissuers éoliens, il en résulte une perte financière qui doit être couverte par le consommateur français (par le biais de la CSPE) ou supportée dans les comptes d’EDF Diabolique, n’est-il pas ?! Et quel sera le niveau de telles pertes si on développe les excédents par la réalisation des aberrants programmes des “Grenelle” ? De combien faudra-t-il alourdir nos factures d’électricité ? J’assume pleinement le fait de ne pas être “politiquement correct” !

Dan1

Vous avez tous pu constater que pendant les fêtes, l’éolien à “performé” et “on” l’a fait savoir. Pas de doute, l’éolien fonctionne très bien…. quand il y a du vent. A tel point qu’en Allemagne, le 25 décembre, la concurrence pure libre et non faussée a permis d’offrir des MWh à… – 220 Euros. Aucune filière classique ne peut s’aligner sur des prix aussi bas ! Il faut dire que fin décembre, on consomme moins. mais depuis l’activité économique a repris, et l’éolien… s’est endormi : En France, c’est pas grave, car vous aurez noté l’adaptabilité de l’hydraulique et du nucléaire qui régule puissamment le système avec des appoints gaz et charbon (mais de moins en moins). Tant qu’on reste sur une puissance éolienne raisonnable (7 GW aujourd’hui), ça fonctionne plutôt bien et ça renforce les exportations. Mais si on veut mettre un maximum d’énergie aléatoire et intermittente dans le mix, il faudra trouver des moyens de stockage de masse qui permettront de produire massivement à Noël pour consommer la deuxième semaine de janvier. Or on on consomme environ 1,5 TWh par jour actuellement (record 2,2 TWh). Et personne ne sait stocker 10 TWh pour les consommer deux semaines plus tard.

Dan1

Je vous signale que l’éolien est actuellement essentiellement financé par des subventions imposées via la CSPE à tous les consommateurs. de plus EDF est contraint de faire les avances de trésorerie en attendant la compensation. Selon le conseil d’Etat, il s’agit d’une imposition. Or cet impôt qui s’appelle contribution au service publique de l’électricité (car l’objet premier est le service public via la péréquation tarifaire et le tarif social) a été dévoyé pour subventionné des moyens de production. certes l’éolien n’est pas le principal ponctionneur car il est distancé haut la main par le photovoltaïque. L’alourdissement de la CSPE (qui devrait être de 18,9 €/MWh) est d’autant plus supportable en France que ce pays dispose d’une très grande quantité d’électricité peu chère à produire et adaptable (on vient de le voir pendant les fêtes). Les promoteurs des nouvelles EnR électrogènes devraient être content d’être dans un pays qui leur permet de ponctionner de façon presque indolore le consommateur pour développer des technologies non encore rentables dans une logique de marché non subventionné. Le nucléaire historique est une chance et non un boulet pour les EnR. Et là je ne vous ai même pas parler de l’ARENH où on impose à un système compétitif de subventionner la concurrence.

Sicetaitsimple

“il est bien trop facile d’affirmer que les Enr sont intermittentes sans aller plus loin.” C’est déjà bien de partir du fait qu’elles sont intermittentes, ça permet de discuter. Par ailleurs, elles sont pour certaines intermittentes de façon absolument programmée, je parle du PV. En ce moment, le PV en France ne produit (peu) que de 9h00 à 17h00. L’avantage, c’est que que ce soit en été ou en hiver, c’est globalement en phase avec la consommation, sauf bien entendu pour la pointe hivernale de 19h00. Vous me permettrez d’être cynique, mais aucun “éoliste” n’a le mérite de “tenter un autre modèle énergétique”. Sauf si vous me dites qu’un “éoliste”, c’est quelqu’un qui aime les éoliennes, mais concernant ceux qui investissent, construisent,…bah ils font juste du business à coup de tarifs d’achats ou d’autre mécanismes de subvention, faut quand même pas être naïf…. “Ils se lèvent tous les matins avec le sentiment de contribuer au sauvetage de notre niveau de vie.” Ben voyons…..

Sicetaitsimple

20:33:46 pour nous deux. Certains ne vont pas tarder à parler d’un noyautage, voir d’un complot…

Dan1

Sur ce coup là, les éolistes sauveteurs de niveau de vie pourrait effectivement penser qu’il s’agit d’un complot anti-gentilles EnR ourdi par le méchant nucléaire. A l’éoliste sauveteur du niveau de vie de la France, je recommande chaudement une entrevue avec le gouvernement qui recherche désespéremment un remède contre le naufrage. Accessoirement je propose déjà de ne pas casser ce qui fonctionne bien et rapporte. C’est pourquoi je propose d’affecter les 500 millions d’euros que rapporte chaque année la centrale nucléaire de fessenheim au développement des nouvelles EnR. Mais évidemment si on ferme Fessenheim, pschitt…. plus de subventions. Ceci dit, je n’ai rien contre l’éolien et je trouve que l’Haliade 150 est une machine assez astucieuse…. mais intermittente et c’est pas de sa faute, c’est la faute à éole !

Dan1

A floric94. Vous voulez parler des subventions au nucléaire historique… allons-y ! D’abord, quelles sont vos sources pour affirmer que le nucléaire électrogène à été subventionné à hauteur de 250 milliards sur 50 ans ? Où avez vous lu cela ? Après on discute !

Sicetaitsimple

“Par ailleurs je tiens à préciser que le prix de rachat du courant éolien, 82?/Mwh, reste faible par rapport au prix de vente de l’électricité dans bien d’autres pays.” Si vous tenez à préciser que vous comparez des choses qui ne sont pas comparables, c’est bien entendu votre problème, sauf à installer une éolienne dans votre jardin et faire de l’autoconsommation , ce qui ne va pas être forcément simple.

Sicetaitsimple

Vous prenez la main pour réponde à notre ami? Merci d’avance.

Dan1

Vous citez le rapport 2012 de la cour des comptes. nous connaissons bien ce rapport et je viens de le citer pour la xième fois aujourd’hui. cela montre bien que vous n’avez pas compris le financement du nucléaire, car la cour des comptes n’écrit pas que les 228,3 milliards estimés sont des subventions. Tout le monde sait que l’immense majorité des dépenses d’investissement du parc actuel ont été financé par l’emprunt répercuté sur le prix de vente de l’électricité. Votre assertion est donc fausse et signe la rhétorique classique antinucléaire que nous connaissons bien aussi. C’est une vache sacrée de rabacher sans cesse : “le nucléaire a été financé par le contribuable”… Sauf que c’est un mensonge qui a été démonté maintes fois sur Enerzine.

Dan1

J’étais en train de me laver les dents ! Voilà c’est fait. Notre ami confond investissements rentables et rentabilisés par le produit des ventes (en somme une saine logique d’entreprise) et une économie administrée à base de subventions faussant la concurrence. EDF n’a jamais fait cadeau de ses kWh et il se trouve qu’en les payant aujourd’hui aux alentours de 50 euros (non transportés, non distribués) l’entreprise rentre dans ses frais. Le coût comptable de production étant estimé par la CdC à 33,4 Euros/MWh. Pour floric94 : vous voulez encore discuter du rapport de la cour des comptes ?

Dan1

Pour ceux qui aime bien la Cour des Comptes, voici un cadeau issu de la page 400 : “L’électricité nucléaire coûte moins cher à produire que l’électricité d’origine renouvelable ou fossile. La Cour des comptes apporte une contribution éclairante sur les coûts de production de l’électricité nucléaire. Malgré les efforts de réduction du coût de production des renouvelables – auxquels AREVA participe activement dans les domaines de l’éolien en mer, de la biomasse et du solaire thermique à concentration – ces filières de production d’électricité resteront plus chères que les filières conventionnelles pour de nombreuses années encore. D’après les estimations de la Commission de régulation de l’énergie (CRE), le développement du parc de production d’énergies renouvelables en France fera croître le montant annuel des subventions à 6,6 milliards d’euros d’ici 2020. Ce montant est nettement supérieur aux estimations des investissements liés à la sûreté du parc nucléaire après Fukushima – de l’ordre de 10 milliards d’euros sur environ 10 ans, soit 1 milliard d’euros annuellement. Les coûts de production des filières fossiles dépassent les 70 €/MWh et sont appelés à croître du fait de l’augmentation tendancielle des prix des hydrocarbures et de la taxation croissante des émissions de CO2. D’après la Cour des comptes, les coûts du nucléaire sont aujourd’hui inférieurs à 50 €/MWh, et leur hausse sera modeste : le nucléaire est donc appelé à rester durablement compétitif.” C’est écrit et maintenant il faut avoir le courage d’expliquer au Français que les subventions aux EnR sont en train de croître de façon accélérée.

Lionel_fr

En pein pic éolien alors que le prix de l’électricité était négatif, 100% de la population a continué à bruler du gaz importé, du fuel super polluant, économiser le courant exactement comme lors d’une vague de froid à 19:00 ! Il suffirait de créer une tarification qui mette l’electricité 1 centime moins chère que le gaz (6ct par kwh) pour que le transfert du gaz vers l’electricité devienne rentable… Pourquoi ai-je l’impression que les énergéticiens français s’entendent sur les prix ? où peut on porter plainte contre cette violation manifeste de toutes les lois sur le commerce ? ah , c’est vrai , le monopole se fiche éperdument des lois et ne respecte jamais la concurrence… 6 centime , c’est énorme, cela permet de dégager des millions d’euros de marge et de rendre l’éolien très rentable mais pourquoi ai-je l’impression que le monopole ne veut pas faire quoi que ce soit pour faciliter l’intégration de l’éolien ? Combien de temps pensez vous arnaquer les consommateurs avec des combines aussi grossières ? Vous les prenez pour des idiots ?

Dan1

A floric94. Vous vous lancez dans l’habituel : le nucléaire c’est cher à milliard et il a été payé par les impôts (ce qui est un mensonge caractéristique), puis vous revenez avec : “Mais d’autres papiers (aussi sujets à caution je vous l’accorde) ont publié des coûts de production allant de 60 à 90 ?/Mwh pour notre fleuron de 3ème génération.” Ben oui, mais vous mélangez tout. Ce n’est pas parce que l’EPR va peut être produire en moyenne pendant 60 ans à 70 ou 90 € le MWh que cela change le coût des investissements et du fonctionnement déjà amorti. La cour des comptes est précise et elle écrit ce que renferme les 228 milliards. Et là, vous ne trouverez pas l’EPR puisqu’il s’agit du parc historique. Petite remarque : ce parc coûterait au total 228 milliards d’Euros (coûts passés, présents et futurs), mais il produira entre 18 000 et 27 000 milliards de kWh, disons 22 000 milliards (ce qui est le double de la production déjà réalisée). En admettant, qu’en moyenne EDF ait vendu ses kWh 5 centimes d’Euros, les recettes du parc nucléaire historique se monteront à 1 100 milliards d’Euros. Vous ne trouvez que c’est une belle entreprise qui a investi 228 milliards d’Euros (2010) pour en récupérer 1 100. L’Etat étant l’actionnaire majoritaire, il tient là une poule aux oeufs d’or.

Dan1

A floric94. “Il n’y a pas que cette vache sacrée qui soit dogmatique, l’idée fantasque que la part éolien de la CSPE mettra la France sur la paille est tenace.” J’ai bien précisé, et ce n’est pas la première fois, que l’éolien n’était pas le ponctionneur n°1 de la CSPE. Nous savons que la dérive actuelle est essentiellement liée au photovoltaïque qui va dépasser les deux milliards d’Euros en 2013. J’ai déjà dit que dans une démocratie éclairée, il aurait été beaucoup clair de dissocier, sur la facture, les subventions aux EnR de la CSPE dont le rôle est clairement le service public, pas l’aide à l’émergence des filières. Là , on a eu un peu l’impression que la poussière avait été cachée sous le tapis…. mais la poussière grossit. Rappelons nous que la CSPE devrait être à 19 € le MWh, mais que le gouvernement n’a pas voulu jouer l’équilibre et qu’il laisse sciemment filer le déficit en la plafonnant à 13 €. Cela devra bien se payer un jour. Mais encore une fois, ce n’est l’éolien qui est en première ligne. Ceci dit, il faudra être vigilant avec l’arrivée de l’éolien offshore

Dan1

A floric94. “Expliquez nous! Les subventions ne sont bien entendu pas les seuls moyens d’utiliser l’argent publique qui reste financé largement par les deniers des citoyens.” ça veut dire quoi ?

Sicetaitsimple

Je vois que votre courroux à l’égard du “monopole” francais est proportionnel à l’aberration que constituent des prix de -220€/MWh causé par une production éolienne massive d’origine …..allemande. Quelques éléments quand même: – les -220, c’était en Allemagne. En France , c’est passé légèrement négatif 1 ou 2 heures. – comme les marchés francais et allemands sont couplés, cela signifie (prix différents) normalement qu’il y avait des congestions sur le réseau et donc incapacité à transporter plus aux frontières. Je dis “normalement” car par ailleurs le 25/12 les traders sont en congés, ce genre d’épisode ( de prix bizarres, hauts ou bas, arrive souvent le WE ou juste après), les ordinateurs continuent à calculer mais ceux qui pourraient peut-être faire quelque chose se reposent. – quant à votre idée de mettre le kWh à 5 ou 6 c€, elle est excellente. Mais il se trouve que c’est déjà moins que ça! (pour la part energie, bien sûr, il faut bien ensuite transporter,distribuer, taxer et payer la CSPE). Bref, ce n’est pas encore demain que vous regarderez clignoter votre sapin en pensant aux euros qui rentrent dans votre caisse, mais tout ça c’est à cause du “monopole francais”!

Lionel_fr

Donc il vaut mieux bruler du gaz et du fuel en n’utilisant le réseau electrique qu’au 10ieme de sa capacité et détruire le surplus electrique sur des résistances, je vous comprends 6ct, rien n’est plus dangereux que de s’adapter, le changement est une horreur qu’il faut éradiquer. J’ai cependant une autre suggestion : Et si on utilisait les 30Geuros de budget réseau pour créer un second réseau indépendant géré par des gens moins stoned et capables de comprendre qu’il vaut mieux vendre le kwh avec 1 centime de marge que ne pas le vendre du tout et ruiner le commerce extérieur en achetant des km3 de gaz complètement inutiles? Non seulement la france aurait une chance de sortir de la crise mais les emissions de co2 auraient une petite chance de diminuer. C’est toute la population mondiale qui aimerait bien que le monopole français apprenne à compter. Ca fait du monde …

Sicetaitsimple

Et si nos amis allemands mettaient au pied de leurs éoliennes des electrolyseurs, des stockage d’H2, des stations d’injection d’H2 dans le réseau de gaz ou des moteurs à hydrogène? Ou plus simplement, ne pourraient-ils pas renforcer leur réseau intérieur pour arriver à évacuer cette puissance vers le Sud? Ou construire “ce second réseau” dont vous parlez? Mais pourquoi ne le font-ils donc pas, et vite???? Sont-ils complètement “stoned”?

Lionel_fr

Pour faire simple : Vous prenez le tarif Tempo d’EDF et vous lui ajoutez deux tranches : 1. une à 5 ct le kwh sur laquelle les co-contractants (fisc,réseau,..) acceptent de réduire leur taux pour éponger les pics de production en échange d’un volume de transaction conséquent. 2. une tranche haute (50ct) sur les heures de super-pointe vague de froid à 19h pour inciter les clients à faire de la cogénération forcée (bois, gaz, butane, fuel) Ces deux tarif sont exceptionnels , ils sont conçus pour être en compétition avec d’autres sources énergétiques. Le gars qui installe 2Kwh de batterie sur ses panneaux solaires aura peut être envie d’ajouter un petit générateur éolien pour les jours très gris en hiver mais ce faisant , il rend un réel service au gestionnaire de réseau. Ce dernier lui renvoie l’ascenseur en faisant un vrai geste sur le tarif bas afin que le client qui investit dans son installation (sans tarif d’achat) s’y retrouve Le tarif Tempo d’EDF est une bonne idée sur le fond mais bien trop timorée au regard des enjeux. Le tarif le plus bas est nettement plus cher que le gaz ce qui rend l’investissement improbable alors que son coût est très faible : les chauffage à tube IR coutent entre 10 et 20 euros mais pourquoi diable passer du gaz à l’electrique alors que le KWh electrique coute 1 ct de plus ? c’est tout simplement ridicule. Il faut impérativement un tarif concurrentiel avec le gaz ! Tempo n’a aucun sens sinon

Lionel_fr

Pourquoi ne stockez vous pas votre éléctricité la nuit en heures creuses pour l’utiliser aux heures pleines ? Parce que les technologies ne sont pas encore compétitives ! Des milliers de personnes travaillent là dessus mais vouis savez pertinement que le stockage en est encore aux balbutiements. Alors que font donc nos copains d’Enerzine 6cts1ple, Dan1, bachoubouzouc, … ? que font ils à longueur de temps dans ces pages ? ils parlent de sous !! Sur la grosse technologie , on ne peut pas vraiment aller plus vite que la musique. (mais il faudra bien amortir la R&D quand elle sera là) En revanche , faire varier un tarif, une taxe, c’est juste une affaire de négociation, cela ne requiert pas de moyens particuliers et le risque est nul : il faut juste transférer une partie des budgets existants vers une meilleure organisation Si vous ne comprenez pas ça , je me demande bien à quoi sert le forum d’enerzine. Si vous parlez d’argent toute la journée ici juste pour constater que tout va continuer comme avant puisque on ne peut pas interdire le Pv et l’eolien, vous pouvez aussi bien rester coucher , personne n’a besoin d’entendre ça. En général les gens parlent pour aboutir à une certaine forme de décision, de changement, d’organisation.. Si c’est juste pour faire du vent (!) , vous lire va devenir vraiment ennuyeux !!

Sicetaitsimple

Comme il me semble qu’il est toujours plus simple de traiter un problème à la base et que de toutes façon le “monopole” est complètement “stoned”, je suggère que vous alliez promouvoir ce Tempo2 là où il a le plus de chances de recueillir un bon accueil, c’est à dire en Allemagne. Après tout, là-bas, 50c€/kWh ce n’est jamais que le double du tarif normal, alors que 5 c’est quasiment 20% du tarif normal. Succès assuré! Vous nous tenez au courant (…) surtout!

98
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime