“Le photovoltaïque, c’est pas si fantastique”

L’Allemagne est le pays qui produit le plus d’électricité avec des énergies renouvelables. Faut-il pour autant chercher l’avenir de la production d’électricité du côté des énergies renouvelables ?

Auteur pour ARTE Future, Ozzie Zehner émet des doutes quant à l’énergie solaire et invite à repenser la question.

« Il était une fois un homme, moi, qui croyait aux vertus magiques des cellules photovoltaïques. »

J’ai donc créé une agence d’architecture écologique dans un quartier historique de Washington DC. Mon premier client ? Un diplomate désireux de vivre dans une maison solaire passive. J’ai accepté son projet avec enthousiasme.

Le bâtiment – une maison centenaire – appartenait déjà à mon client. A l’époque de sa construction, quelqu’un avait planté deux chênes du côté ouest. Ces arbres étaient magnifiques. L’été, ils recouvraient la maison de leur ombre. L’hiver, les feuilles tombaient et laissaient les rayons de soleil réchauffer les murs extérieurs. Ainsi, la consommation d’énergie annuelle d’énergie était inférieure de plusieurs milliers de dollars à celle de la maison neuve construite juste en face. Cela faisait un siècle que les arbres rendaient service à la maison. Mais des panneaux solaires sur un toit ombragé, ça ne peut pas fonctionner : j’ai donc abattu les deux chênes. J’allais bientôt découvrir que ce n’était que le premier sacrifice exigé par l’installation de cellules photovoltaïques.

Un coût résolument élevé

Si vous lisez n’importe quelle plaquette d’information récente sur les cellules photovoltaïques, vous aurez probablement l’impression que le tarif de cette technologie est en chute vertigineuse depuis des années. Pourtant, les chiffres précis du secteur indiquent que le coût de l’énergie solaire est resté résolument élevé au cours de la dernière décennie.

Alors, pourquoi cette soi-disant baisse ? Elle est due en partie aux subventions en vigueur en Chine, en Allemagne, aux États-Unis et dans d’autres pays, qui donnent l’illusion d’une baisse des prix, alors que les coûts sont juste pris en charge par quelqu’un d’autre. Les nouveaux produits à couche mince se détériorent aussi plus rapidement que les anciens modèles, compensant les prétendues économies par un coût de remplacement accéléré. Pendant ce temps, des journalistes spécialisés pondent des articles sur le coût compétitif du polysilicium et des composants techniques des cellules photovoltaïques, qui ne représentent pourtant que la moitié du prix total de l’installation d’un système. Même si le prix du polysilicium tombait à zéro, il faudrait toujours régler les autres postes de production comme le cuivre, le verre, l’aluminium, les onduleurs, les combustibles fossiles, le transport, l’installation, l’assurance, les métaux des terres rares, les métaux lourds et même la gestion des déchets toxiques.

Un ramassis de saletés

« Voilà qui nous amène au troisième sacrifice exigé par les cellules photovoltaïques. Elles fonctionnent avec des saletés. »

Les fabricants de matériel photovoltaïque utilisent des composés toxiques et explosifs dangereux pour la santé des travailleurs qui extraient les matières brutes et fabriquent les composants, ainsi que pour celle des populations qui vivent à proximité des sites. Les composants toxiques des cellules photovoltaïques peuvent filtrer dans les nappes phréatiques au cours de leur fabrication ou en fin de cycle, après le démantèlement des panneaux solaires. Suite à un examen approfondi du cycle de vie des produits photovoltaïques, des scientifiques s’aperçoivent qu’ils causent les mêmes nuisances à court et à long terme que celles que combattent justement les citoyens engagés.

De plus, l’industrie photovoltaïque émet des gaz à effet de serre exotiques comme l’hexafluoroéthane (C2F6), le trifluorure d’azote (NF3) et l’hexafluorure de soufre (SF6). Ces trois gaz ont un potentiel de réchauffement planétaire 10 000 à 23 000 fois supérieur au CO2, selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat. Nous découvrons aujourd’hui que l’industrie photovoltaïque est l’un des principaux émetteurs de ces gaz.

Nous considérons généralement les cellules photovoltaïques comme l’une des solutions aux défis environnementaux auxquels nous sommes confrontés. Rien ne peut hélas étayer l’hypothèse généralement admise que la technologie photovoltaïque est une technologie non-émettrice de CO2. Une étude sur le changement climatique effectuée par Richard York, chercheur à l’Université de l’Oregon, indique même tout le contraire : en pratique, les cellules photovoltaïques ne compensent pas l’utilisation de combustibles fossiles, ni les émissions de CO2. Elles requièrent des combustibles fossiles pour l’extraction de leurs composants, leur fabrication, leur installation et leur maintenance. Elles ont aussi besoin des centrales électriques « traditionnelles » pour fonctionner ou d’instruments de stockage comme les batteries, ayant eux aussi un impact sur l’environnement.

Le prix élevé des cellules photovoltaïques

Même si les cellules photovoltaïques étaient mille fois plus efficaces et moins onéreuses, elles ne serviraient qu’à accroître l’approvisionnement en énergie et finiraient par faire grossir la demande en combustibles fossiles, pour autant que l’Histoire puisse nous servir de guide. Mais les cellules photovoltaïques coûtent cher. Extrêmement cher. Le prix élevé des cellules photovoltaïques s’explique en grande partie par celui des combustibles fossiles sur lesquels elles s’appuient. La lumière du soleil est renouvelable. Pas les cellules photovoltaïques.

Lorsque j’ai entrepris la construction d’une maison solaire pour mon client, il y a quelque chose dont je ne me suis pas aperçu immédiatement : sa vieille maison, de pauvre apparence, avec ses deux chênes, était déjà une maison solaire. Les partisans des énergies alternatives ont déjà tellement marqué de leur empreinte l’imaginaire des gens, que les solutions les plus viables et les plus durables ne sont ni envisagées, ni financées.

Tout notre enthousiasme à trouver des énergies alternatives ne sert qu’à détourner notre attention d’un problème de fond qui concerne l’humanité tout entière : nous vivons trop nombreux sur une planète dont nous consommons toutes les ressources.

Une réelle énergie « propre »

« La seule énergie propre est de consommer moins d’énergie. »

Tôt ou tard, nous devrons traiter la question de la croissance mondiale provoquée par l’augmentation de la population et de la consommation. Et c’est ce questionnement qui nous fera trouver des solutions durables. Les cellules photovoltaïques sont-elles une étape dans cette direction ou sont-elles un symptôme de plus de la maladie qui nous ronge ?

Les technologies vertes rétrécissent notre champ de réflexion. Elles détournent notre attention et nos intentions les plus nobles et, par-dessus tout, elles limitent le nombre de questions que nous pensons à nous poser. Nous ne remettons pas en cause les cellules photovoltaïques pour la même raison que nous ne levons plus les mains à l’église. Nous sommes devenus les apôtres des divinités de l’écologie moderne que sont les cellules photovoltaïques, les éoliennes, les biocarburants et les voitures électriques.

Nous avons le droit de nous poser les questions écologiques qui ne remettent pas en cause la croissance économique, le capitalisme et la consommation. En tant qu’écologistes modernes, nous avons le droit de protester contre les pipelines et les centrales nucléaires, mais pas contre la hausse de la population et de la consommation à l’origine de ces exploitations. Nous avons le droit de comparer l’utilisation d’éoliennes à celle du charbon, mais pas de remettre en question les résultats des éoliennes en matière de conservation de l’énergie. Nous pouvons générer de la croissance pour nos entreprises vertes à condition de ne poser aucune question sur la croissance elle-même.

Les questions qu’on ne pose pas

Ne vous méprenez pas sur moi. Je ne prétends pas connaître toutes les réponses. Je ne suis qu’un membre des partisans du questionnement parmi les autres. Il est malheureusement évident que de nombreuses questions n’ont toujours pas trouvé de réponses. Je dirais même que les questions que nous ne nous posons pas sont elles aussi très nombreuses. C’est justement là que réside notre chance.

Notre tâche est de nous poser d’autres questions. Par exemple, au cours des prochaines années, il nous sera demandé d’envisager des solutions écologiques en matière de production d’énergie. Oserons-nous alors répondre : « Vous voulez une solution ou est-ce au contraire une donnée du problème ? » Si nous souhaitons laisser une empreinte écologique moins marquée de notre passage sur Terre, réduire les risques climatiques et éviter l’épuisement des ressources, ne devrions-nous pas développer des solutions pour réduire nettement notre consommation d’énergies, quelles qu’elles soient, plutôt que de subventionner encore et encore leur production ?

Les machines du désastre écologique

Ensuite, si nous voulons pouvoir sauver les habitants humains et non humains de cette planète, nous allons devoir nous poser les vraies questions sur la croissance, la population et la consommation. Diminuer l’impact de la croissance démographique de notre espèce sur la planète peut générer des bénéfices durables que l’illusion des énergies vertes ne procurera jamais.

En définitive, nous devons devenir les initiateurs du prochain mouvement écologique. Un mouvement écologique qui ne soit pas qu’une vague à surfer pour les compagnies d’énergie et les fabricants automobiles. Un mouvement qui aille au-delà des gadgets écologiques pour s’attaquer directement aux causes de la maladie que sont les injustices sociales et écologiques. Car si nous continuons à écouter gentiment le conte de fées des technologies vertes, nos descendants se souviendront de nous non pas comme des héros, mais comme des imbéciles qui ont balayé le questionnement critique au profit d’énièmes machines du désastre écologique.

         

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
105 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Cb

Des doutes sur le PV ?? J’ai plutôt des doutes sur Enerzine !!! Encore un article qu’il aurait mieux valu ne pas publier.

Jean mich

Il date de 1995 cet article?

Temb

J’en ai lu des inepties mais àalors là c’est le pompom. On nous sort un zozo de nule part, assez stupide pour couper 2 magnifiques chênes pour installer 3 panneaux solaires, qui mélange cristallin, couches minces et tout un tas d’idées reçues absurdes sur le solaire, qui se base sur une experience datée et aux US en plus pour se faire une idée de prix et on nous sort un article entier completment à charge contre le développement. Alors messieurs les diplomates de DC, écoutez notre zozo, plantez des chênes près de vos passoires thermiques au lieu de chercher à remplacer votre électricité qui provient du charbon par du solaire. “Réduire sa consommation” et le reste on le produit avec quoi? Ce zozo imagine qu’on peut diviser par combien notre conso? par 3? 4? 10? Article lamentable.

Rice

Surprenant qu’Enerzine reprenne ce genre d’article truffé de contre-vérités, d’approximations, d’incompétence et plus grave, d’une incroyable mauvaise foi. Bien sûr que tout n’est pas “merveilleux” dans le monde du PV, mais de là à le décrire de la sorte…. pffffff. Cela ressemble à un réquisitoire du Gang des Grilles-Pains, plus qu’à un artcile d’information digne d’Enerzine.

seb

symptomatique d’un niveau de connaissance déplorable des problématiques énergétiques par les architectes. Découvrir en 2013 que le solaire ne sera jamais LA solution (il n’en existe pas), qu’avant de se demander comment produire notre énergie il est indispensable de se demander comment on la consomme, qu’un bien de consommation n’arrive pas par l’opération du saint esprit et que même s’il est présenté comme vert il faut se poser la question de sa production (même si dans cet article le tableau semble un peu noirci de ce coté là…). Je crois qu’en fait cet archi me met en colère … même si par sa naïveté il est intéressant. Quelle bétise de couper ces arbres … n’y avait il pas d’endroit plus intelligent pour poser des panneaux solaires que sur le toit de CETTE maison ? Quelle fadaise que de produire une maison “passive” à base d’une maison ancienne et de panneaux solaires… Se poser la question de la croissance est certainement légitime, surtout aux états unis et si on parle de croissance de la consommation de bien matériels, mais je ne vois pas pourquoi on devrait l’opposer à une recherche de moyens de production d’énergie alternatifs aux énergies fossiles. Peut être y a t-il une voie médiane entre entre l’idolâtrie solaire et le rejet en bloc d’une technologie qui approche la maturité.

seb

symptomatique d’un niveau de connaissance déplorable des problématiques énergétiques par les architectes. Découvrir en 2013 que le solaire ne sera jamais LA solution (il n’en existe pas), qu’avant de se demander comment produire notre énergie il est indispensable de se demander comment on la consomme, qu’un bien de consommation n’arrive pas par l’opération du saint esprit et que même s’il est présenté comme vert il faut se poser la question de sa production (même si dans cet article le tableau semble un peu noirci de ce coté là…). Je crois qu’en fait cet archi me met en colère … même si par sa naïveté il est intéressant. Quelle bétise de couper ces arbres … n’y avait il pas d’endroit plus intelligent pour poser des panneaux solaires que sur le toit de CETTE maison ? Quelle fadaise que de produire une maison “passive” à base d’une maison ancienne et de panneaux solaires… Se poser la question de la croissance est certainement légitime, surtout aux états unis et si on parle de croissance de la consommation de bien matériels, mais je ne vois pas pourquoi on devrait l’opposer à une recherche de moyens de production d’énergie alternatifs aux énergies fossiles. Peut être y a t-il une voie médiane entre entre l’idolâtrie solaire et le rejet en bloc d’une technologie qui approche la maturité.

Lexsolaire

c’est marrant. Dès lors qu’un individu sort du rang il se fait matraquer. Il a peut être raison : se pose t-on les bonnes questions ?

Temb

Le problème de ce ramassis d’inepties qu’est cet article est justement qu’il va continuer à entretenir idées fausses et mensonges sur le PV en faisant un amalgames de toutes les technologies qui existent le tout avec la présentation d’un zoz capable de couper des chênes centenaires pour installer 3 panneaux chez un riche diplomate de DC. Ce minable vient ensuite donner des leçons en racontant absolument n’importe quoi sur le PV. Cet article est scandaleux, lamentable, consternant. Je pensais qu’il y avait au moins un comité de lecture chez Enerzine, je suis plus qu’étonne que l’avis de tartampion sorte comme ça, brut, alors qu’il aligne les n’importe quoi. Dès la première phrase ça commence : l’Allemagne n’est pas le pays qui produit le plus d’électricité avec des ENR. Et ensuite on enchaine. Je suis scandalisé par ce torchon, je n’ai jamais lu un truc aussi mauvais sur Enerzine, j’espère qu’il s’agit d’une erreur, ou alors d’une blague? D’une provocation potache pour rendre de mauvaise humeur ceux qui connaissent le PV?

Temb

Pour poursuivre dans la blague, à quand un article de Marcellin Durand, inventeur de la herse à quadruple tirage, qui explique que l’éolien c’était bien avant mais que maintenant ça fait tourner le lait des vaches de la ferme de son frère? Et l’article de Germaine Martin qui nous explique que le nucléaire est à l’origine des nuages qui persistent avec insistance au-dessus du ciel breton, preuve en est qu’avant le nucléaire il y faisait toujours beau?

Amusant

il est marrant ce monsieur! Il est vrai que le PV est le seul moyen de production électrique qui a besoin de “cuivre, le verre, l’aluminium, les onduleurs, les combustibles fossiles, le transport, l’installation, l’assurance, les métaux des terres rares, les métaux lourds”. il le transport comment le courant à la sortie d’une centrale thermique (nucléaire, charbon, fuel…) ??

Fabsolar

Pourquoi la publicatoin d’un tel article qui n’apporte vraiment rien au débat, en plus de montrer la naïveté de son auteur, et sa méconnaissance du sujet? Il a des livres à vendre?

Lexsolaire

Cet article est très provocateur je vous le concède. On ne voit que le mauvais côté du PV… alors qu’il en a aussi de bons Mais bizzarement personne ne répond sur les questions de fond que posent cet architecte. en ces temps de crise, je comprend très bien qu’il y a un business à défendre !

O.rage

La part des choses Et oui, ce jour, où vous réalisez qu’il n’y que l’énergie renouvelable qui est “propre” (et encore, pour des raisons physiques…), pas les moyens de la produire qui utilise des ressources et beaucoup d’énergie fossile bien réelles… Soulagez vous, pas pour très longtemps encore…

Pas naif

Cet article rafraîchissant nous invite à réfléchir sur le mode de pensée désormais installé en Europe de l’ouest: Il faut penser certaines choses et, Ne pas penser d’autres choses. Point barre. Parmi ce qui est “permis” citons le réchauffement climatique, les vertus à sens unique de certaines énergies, la liberté individuelle absolue des moeurs (même si destructrice de familles) avec pour pendant l’égoïsme absolu érigé en vertu supérieure, se lamenter sur le sort de minorités aux moeurs discutables, sur les pauvres des régions hors Europe (mais surtout pas des notres qui pullullent), la haine des riches, etc… Ce qui est “défendu” comme étant politiquement incorrect (censure intellectuelle absolue) sont la famille, toutes les religions sauf une seule, certaines énergies comme uranium et schistes et surtout interdiction absolue de penser à autre chose que ce qui est politiquement permis. Les réactions ci-dessus sont typiques de non-penseurs qui ont été formattés dès l’enfance par un système éducatif à buts politiques. Quand on a la chance d’avoir vécu quelques années à l’étranger, hors de ce périmètre mesquin, on a l’impression de vraie Liberté d’agir et de Penser, de dialoguer sans se faire immédiatement targuer de bon ou de pire, etc… Bref on respire, on vit et on a envie d’entreprendre: Toutes l’Asie de l’extrème est est ainsi. Je n’ai pas vu ni l’Amérique du Sud ni la Russie mais j’espère pour eux qu’ils ne sont pas contaminés. Après l’ère Quaternaire, l’Europe Ouest est entrée dans l’ère de Non-Pensée.

traction0

Il est évident et je partage entièrement l’avis de l’auteur, la seule vraie production d’énergie propre est celle que l’on ne produit pas, il est donc prioritaire de réduire fortement la consommation très souvent inutile mais c’est un problème de conscience citoyenne et je crois que demain n’est pas la veille ! Pour ce qui est du photovoltaique et de l’éolien, à mon humble avis et sans jeu de mots, c’est du vent ! Ces productions certes propres, sont horriblement coûteuses et quid de leur reclassement en fin de parcours ?? l’accroissement de consommation des pays “émergents” ne fera qu’augmenter et ce ne sont pas ces “bricolages” qui régleront le problème mais il faut remarquer qu’ils sont une source très importante de bénéfices pour une très faible minorité !!

loranger

… ou pris l’avion pour quelques jours de vacances au soleil, après avoir fait en sorte tout le reste de l’année d’aller chercher le pain en vélo pour économiser son capital CO2. L’important est de pouvoir choisir, de partager ses succès, et les leçons de ses erreurs. Il y a 10 ans, j’avais lu un article sur les usines de panneaux solaires PV en Chine … et depuis je me demande pourquoi on a pas tous sur le toit, comme en Turquie … des panneaux solaires, mais thermiques ! Sans être spécialiste, j’ai l’impression que c’est comme quand je faisais des programmes de valorisation agricole en Afrique. Pour multiplier les rendements par deux, parfois c’est très simple. Il suffit de donner une seconde houe ! Rapide, pas cher, durable. … ça fait toujours aussi mal dans une société de consommation, de s’entendre dire que l’énergie la plus propre, c’est celle qu’on ne consomme pas. Je vous raconterai bien pourquoi je me suis réconcilié avec le polyester comme isolant, mais ça fera long pour un commentaire ….

Rice

. Puisque vous vous avez intitulé votre 1er post “une vérité qui dérange”, je vous invite à regarder le film du même nom, vous verrez en quoi l’article ci-dessus est une crétinerie, même du point de vue d’un américain. Ensuite pour ceux qui ont “vécu quelques temps à l’étranger”, puisque c’était si bien : 1. pourquoi êtes vous revenu en France ? 2. Qu’attendez vous pour repartir ? Et pour ceux qui pensent qu’après tout “cet article pose les bonnes questions”, je vous invite à tout reprendre depuis le cours élémentaire parce qu’à ce niveau de méconnaissance du monde qui vous entoure, je pense que vous avez raté quelques épisodes de la vraie vie.

Lexsolaire

Je ne comprends rien à votre charabia. encore une fois vous ne répondez pas aux questions de fond. 1- Coût réel du photovoltaïque ? (subvention incluse) 2- pollution ou non ? 3- Empreinte écologiquee nulle ? 4- produire toujours plus ou consommer moins d’énergie ? 5- Croissance de la population, de la consommation 6- Epuisement des ressources naturelles

Cleant tech

En effet, couper des arbres pour mettre 3 panneaux alors que la verification de systeme de gestion automatique du chauffage, eclairage, isolation, etc est la premiere choses a faire!! Le solaire est moins efficace que l’eolien mais de balancer un pavé dans la marre ainsi avec un des exemples les plus non representable ne fait que créer plus de confusion. A refaire mais avec du professionalisme.

Chardobari

Ce réfléchisseur a bien raison, et la crise sera là sous peu, mais nous les français on s’en sortira et pas les autres sauf s’ils font comme nous. Oui je suis égoïste de ne pas réfléchir à une solution pour l’Europe, mais je ne suis qu’un petit marseillais qui se déplace à pied, a froid l’hiver, chaud l’été et s’en accommode. La théocratie de l’argent-dieu britanique qui nous conduit dans l’impasse à laquellle nous seront confrontés devra être remplacée par le bon-sens individuel français, qui déduira que nous devrons nous contenter de ce que nous aurons fait avec nos mains pour nourir notre famille. Il nous faudra vivre comme nos ailleux pour qui ça a été si difficile, mais qui nous ont laissé un monde en équilibre où essayer d’être heureux. Bienvenue sur le site projetbackcard.fr. Signé un zozo.

Entre2mots

Voici un article aux arguments tout à fait spécieux. Mais ce n’est pas le lot d’un naif architecte de se faire le rapporteur des études scientifiques menées dans le domaine des ENR. Il y en a , et beaucoup, qu’il convient de connaitre avant d’affirmer. Mais après les avoir lu, certes, il faut convenir que l’énergie la moins polluante et la moins coûteuse est celle qu’on ne consomme pas. Cependant, c’est une vérité bien utopique pour 90% de la planète “civilisée”, et il nous faut donc produire cette précieuse énergie électrique. Alors au final, entre deux maux, moi je choisis le moins mauvais: le photovoltaïque. Pardon si ça froisse certains, mais je vous assure que je n’irais jamais habiter à Tchernobyl. Et vous ?

hube

Lisant cet article, j’ai rapidement mis en doute les affirmations de cet architecte censé réfléchir plus global que de jeunes frais émoulus qui rasent tout avant de reconstruire. Et il a rasé des arbres centenaires. Cela, posé au début de l’article, m’a mis en position “voyant rouge allumé” Ce voyant ne s’est plus éteint au fil de la lecture car les phrases devenaient toujours plus manichéennes. Et pourtant je suis d’accord avec le fond de l’article, il faut se poser et réfléchir global, oser interroger les tabous, savoir dire non à certaines sirènes. Mais ce n’est pas en proférant de grossières contre-vérités que l’on gagne le consentement. Un panneau solaire mille fois plus performant, on sait que c’est impossible, mais si cela était on ne discuterait plus. Ce chiffre ainsi lancé est un outrage à l’intelligence.

hube

Lisant cet article, j’ai rapidement mis en doute les affirmations de cet architecte censé réfléchir plus global que de jeunes frais émoulus qui rasent tout avant de reconstruire. Et il a rasé des arbres centenaires. Cela, posé au début de l’article, m’a mis en position “voyant rouge allumé” Ce voyant ne s’est plus éteint au fil de la lecture car les phrases devenaient toujours plus manichéennes. Et pourtant je suis d’accord avec le fond de l’article, il faut se poser et réfléchir global, oser interroger les tabous, savoir dire non à certaines sirènes. Mais ce n’est pas en proférant de grossières contre-vérités que l’on gagne le consentement. Un panneau solaire mille fois plus performant, on sait que c’est impossible, mais si cela était on ne discuterait plus. Ce chiffre ainsi lancé est un outrage à l’intelligence.

Mach10

Ce gars pose la question pertinente du mythe de la technologie, à savoir que nous sommes nombreux à penser que la technologie, l’innovation, les nouveaux matériaux vont nous sauver. Nous vivons probablement avec ce dogme, car qui peut prouver que le photovoltaïque, l’éolien, la bouse et autre bio-bidules vont répondre à une demande énergétique qui va croissant, qu’on le veuille ou non (pays émergents dont on n’a aucun droit à leur restreindre l’accès à l’énergie). Nous savons tous, de plus, que la majorité de ces technologies utilisent des matériaux rares, que la valorisation en fin de vie est problématique (quid des pales d’éoliennes dont on ne va pas savoir quoi faire dans les années à venir). En résumé, le questionnement de l’article est tout à fait pertinent et soulève des problèmes qui ne trouveront leur issue que dans le processus politique de la démocratie, et non dans la religion des nouvelles technologies, certes à mettre en oeuvre, mais non exclusives.

Nimportequoi

“Même si les cellules photovoltaïques étaient mille fois plus efficaces et moins onéreuses, elles ne serviraient qu’à accroître l’approvisionnement en énergie et finiraient par faire grossir la demande en combustibles fossiles, pour autant que l’Histoire puisse nous servir de guide.” Il faut qu’il lise au moins un bouquin sérieux sur le sujet l’auteur de cet “article”.

alex

1- Coût réel du photovoltaïque ? (subvention incluse) Actuellement, en france : 10 à 35 cts €/kWh, à comparer aux 8 à 13cts€/kWh vendant TTC par EDF. Bientôt moins cher de produire avec le PV (sans subvention) que d’acheter son électricité 2- pollution ou non ? Pollution comme toute peronne et équipement sur terre, ca dépend des procédé de fabrication, de la performance environnemental des usines. Temps de retour énergétique (tempa nécessaire à créer l’énergie nécessaire à sa fabrication : 1 à 5ans, beaucpup moins que sa durée de vie (> 20ans, 25. 40ans? Personnes ne sait vraiment. 3- Empreinte écologiquee nulle ? Ben non! 4- produire toujours plus ou consommer moins d’énergie ? Produire plus mais mieux, consommer moins et exporter plus ! 5- Croissance de la population, de la consommation Le but : décorreler la croissance de la population de la croissance de la consommation (on y arrive pas encore) 6- Epuisement des ressources naturelles Le silicium, comme le verre (principale composant des panneaux PV) existe en quantité très très importante, et presque entièrement recyclable. Pour le reste (les équipements élec), ben beaucoup de cuivre qui est en voie de raréfaction

gp

Très bien de donner la parole à d’illustres inconnus plutôt qu’à de grands noms qui ne disent pas toujours des choses très pertinentes. Mais C quoi le rapport avec le titre??? Que ce M. veuille lancer un appel en faveur d’un nv modèle de développement bcp plus économe en ressources naturelles, plus équitable, et surtout bcp plus solidaire, C tout à son honneur! Mais je n e vois pas en quoi l’industrie du solaire PV, qui recycle en partie les déchets de l’industrie électronique, doit être prise à partie comme c’est ici le cas?! Les énergies renouvelables n’ont pas vocation à remplacer les fossiles à l’identique tout simplement pcq elles en sont pas capables. Et quand bien même cela serait le cas, à quoi bon si c’est pour continuer à gaspiller comme note société se l’autorise encore de nos jours? Seul un nv modèle de dvlpt, qui fait la part belle à l’humain et à la valeur travail pourra éventuellement offrir aux ENR la part qu’elles méritent. Cela suppose de réussir à faire tomber les financiers et le capital qui actuellement sont au pouvoir. Citoyens, reveille-toi, tu as potentiellement le pouvoir dans chacun de tes actes du quotidien!

Bravo

Consternant ! digne d’un brève de comptoir.. Cet individu décrédibilise d’un coup ENERZINE et ARTE. Si certaines de ces questions sont légitimes, son analyse manque un peu de profondeur…

beuhji

=> Première question : qui a fait publier cet article ? => Deuxième question : comment un architecte digne de ce nom a-t-il osé faire abattre deux chênes centenaires ?! Outre ce ramassis d’inepties, tout ceux qui ont bossé avec des architectes dans les années 2006/2007 pour des projets PV savent que c’est des brêles à un point incommensurable. Pour finir, je ne connait pas beaucoup de cercle vertueux mais il en est un indiscutable qui consite en le fait que plus on produit d’énergies renouvelables, plus on en utilise pour produire les systèmes de productions d’énergies renouvelables. IMPARABLE ! Posons-nous des questions bien sûr mais faisons-le intelligement !!!

Regis

@Entre2mots Vous écrivez: ” Pardon si ça froisse certains, mais je vous assure que je n’irais jamais habiter à Tchernobyl. Et vous ?” Mais par contre vous êtes prêt à aller travailler dans une usine de panneaux photovoltaiques chinois et de vivre dans un environnement hyper polué? Quel beau sens du sacrifice!!! Grâce à vous un monde meilleur est à porté de main Je suis sarcastique bien sure. Je vois dans votre post de l’égoisme en faite. Vous vouler les avantages du monde moderne sans les inconvénients. Tant que les problèmes ne vous touchent pas ( comme risque potentiellement de le faire le nucléaire français) tout va bien!!

Lionel_fr

Cet article est simplement mauvais, la liste des arguments ne correspond pas au projet décrit notamment , ce qui est synonyme de tricherie La partie philosophique est puerile voire tyrannique. Il y aura toujours de mauvais articles et des architectes stupides et pédants et toujours des gens pour les exploiter (les écrire?) pour des raisons mercantiles. Je constate aussi qu’on pourrait dire beaucoup plus de choses très sombres sur l’essor du numérique (qui s’appuie sur les mêmes éléments et des business models voisins). Pourtant la technophobie très présente en France ne fait pas l’objet d’articles bidonnés comme celui là. Est-ce par manque de sponsors ? On a tous une idée de qui aurait pu sponsoriser cet article , mais on ne le saura jamais. Bon, ne perdons pas trop de temps sur la désinformation , faire du buzz avec ça ne fait que donner à cet imbécile une dimension qu’il n’a certainement pas

Energie durable

Comme les climatoseptiques, pour exister et vendre des livres, certain n’hésitent pas à raconter n’importe quoi et profiter du faible niveau de connaisance générale des citoyens. Ozzie Zehner est dans cette lignée. Si il avait dit “le solaire c’est fantastique” comme le dit l’ADEME dans son rapport (), les journalistes n’auraient même pas repris son article. Ne perdons pas de temps avec ces opportunistes… et soyons exigeant avec les journalistes en leur demandant de vérifier avant de diffuser.

climax1891

En Europe, 49% de l’énergie finale est utilisée pour le chauffage et la réfrigération. Soit environ 6 660 TWh ou 570 millions de TEP en 2005 (l’énergie finale en Europe était de 13 609 TWh ou 1170 millions de TEP). C’est plus que les transports (31%) et que l’électricité spécifique (20%) En ne prenant que les températures inférieures à 250 C°, cela faisait 4 640 TWh ou 400 millions de TEP. Commençons par utiliser la chaleur du soleil surtout dans le sud de l’Europe. Sachant que, contrairement à l’électricité, la chaleur peut se stocker. The Solar Thermal Potential in Europe

Energia barata

Salut salut, Voici l’article d’un type qui pense qu’un panneau solaire c’est mieux qu’un chêne centenaire, tout le monde l’aura bien vu… Le PV c’est rentable, mais il ne faut pas faire d’installation dans un tunnel, ni couper l’amazonie entière pour avoir du soleil… J’ai dédié ces derniers temps à concevoir un produit PV qui soit rentable et utilisable par un M. tout le monde. Les kit d’autoconsommation, avec 1, 2 ou quelques panneaux nous permettent d’autoproduire un éléctricité rentable (0,07€/kWh, sans besoin de subvention), propre consommation sur site (ce qui réduit les besoins en centrales, les pertes sur le réseau, les besoins d’éléctrification). Ce produit est résolument citoyen est fiable, sûr et très simple d’utilisation. (merci de ne pas couper d’arbre centenaire pour l’installer, on en a déjà tellement coupés, il y a de la place maintenant) N’hésitez pas à consulter notre super page alternative avec les produits les meilleurs marché (en Espagnol, plus tard la traduction). Ah oui, comment meilleur marché? eh bien, on réduit les frais marketing, vente à leur plus simple expression, en passant par les sites internets gratuits, on réduits les frais de structure en passant par des fournisseurs existants à qui on déjà des structures on réduit ainsi nos stocks. Ce sont des approvisionnements fiables venant de professionels reconnus. Voici une jolie plateforme qui propose PV, thermique et reste en veille des produits ecologiques et citoyens de demain. N’hésitez pas à remplir le formulaire de contact, pour vous renseigner.

Stephsea

Merci à Temb pour sa littérature enlevée quand il est énervé: très drôle. Le titre est accrocheur, bien sûr, puisqu’il faut rameuter du lecteur ici. Chaque lecteur est vecteur de quelques centimes, de chiffre d’affaire, malgré lui(?), et beaucoup plus si pour comble de joie il clique sur une pub (jackpot!). Donc Enerzine fait son taff, qui n’est pas bénévole a priori : du rédactionnel pour attirer le chaland à gogo. Le principe est forcément un peu suspect, n’est ce pas? L’essentiel est de bien en saisir les contours pour ne pas absorber bêtement tous ces contenus… Sur le fond, un architecte américain est en caricature sur Arte. OK, rien de bien nouveau sous les cieux médiatiques. Eux aussi font du chiffre avec de la “bonne ” soupe à bobo urbain. Il y a là tous les ingrédients délicats qui plaisent aux palais (notez le jeux de mot…) de ce public averti. Arte, c’est déjà super élite, ça roule en velib et ça va au théatre, parfois même à l’opéra… Toutes choses qui n’existent qu’à Paris intra muros, Berlin, Londre, et autres grandes cités concentrationnaire. Notre archi est donc une bonne pomme à la base, qui s’aigri avec le temps, et qui cherche un coupable à sa propre niaiserie. L’irak a déjà été bombardé, il faut chercher plus loin… Il a bon fond mais il loupe sa cible. En plus, il sert de flêche aux neo verts foncés qui complotent une révolution sanglante contre leurs ainés, les verts clairs, l’ancienne génération qui s’est sérieusement enbourgeoisée, au point de faire des partis politiques et d’adopter des positions réalistes pro gouvernementales. Il y a donc du grain à moudre pour cette nouvelle mouvance des nantis verdoyants occidentaux qui sentent bien que l’avenir leur échappe. Cet archi de bonne foi, aussi bête que honnête (le pÔvre), est juste un reflet lointain de cet iceberg qui se rapproche. Nous allons bientôt voir émerger une nouvelle race d’écolos des pays riches qui décrèterons la necessité de maitriser la population humaine en quantité, surtout celle des pays en développement ou carrèment sous développés, comme par hasard. Comme tout cela est afreusement humain… Il y a donc de quoi s’aiguiser les crocs, et s’entrainner à désosser ces nouveaux imprécateurs. Il met d’ailleurs le doigt sur un aspect important de ces mouvances, leur caractère religieux, ou sectaire plus exactement. N’en oublions pas pour autant de se poser les bonnes questions, techniques d’une part mais aussi philosophiques, et d’aller au fond du débat (c’est sans fin). Sur ce thème, l’article a cent fois raison de nous interpeller. Posons nous toutes les questions, et doutons des réponses. Soyons un peu vigilants et exigeants au quotidien, même si c’est fatiguant. Et ne coupons plus d’arbres centenaires que si notre vie en dépend, autrement dit, après un calcul vraiment sérieux du pour et du contre.

Stephsea

Merci à Temb pour sa littérature enlevée quand il est énervé: très drôle. Le titre est accrocheur, bien sûr, puisqu’il faut rameuter du lecteur ici. Chaque lecteur est vecteur de quelques centimes, de chiffre d’affaire, malgré lui(?), et beaucoup plus si pour comble de joie il clique sur une pub (jackpot!). Donc Enerzine fait son taff, qui n’est pas bénévole a priori : du rédactionnel pour attirer le chaland à gogo. Le principe est forcément un peu suspect, n’est ce pas? L’essentiel est de bien en saisir les contours pour ne pas absorber bêtement tous ces contenus… Sur le fond, un architecte américain est en caricature sur Arte. OK, rien de bien nouveau sous les cieux médiatiques. Eux aussi font du chiffre avec de la “bonne ” soupe à bobo urbain. Il y a là tous les ingrédients délicats qui plaisent aux palais (notez le jeux de mot…) de ce public averti. Arte, c’est déjà super élite, ça roule en velib et ça va au théatre, parfois même à l’opéra… Toutes choses qui n’existent qu’à Paris intra muros, Berlin, Londre, et autres grandes cités concentrationnaire. Notre archi est donc une bonne pomme à la base, qui s’aigri avec le temps, et qui cherche un coupable à sa propre niaiserie. L’irak a déjà été bombardé, il faut chercher plus loin… Il a bon fond mais il loupe sa cible. En plus, il sert de flêche aux neo verts foncés qui complotent une révolution sanglante contre leurs ainés, les verts clairs, l’ancienne génération qui s’est sérieusement enbourgeoisée, au point de faire des partis politiques et d’adopter des positions réalistes pro gouvernementales. Il y a donc du grain à moudre pour cette nouvelle mouvance des nantis verdoyants occidentaux qui sentent bien que l’avenir leur échappe. Cet archi de bonne foi, aussi bête que honnête (le pÔvre), est juste un reflet lointain de cet iceberg qui se rapproche. Nous allons bientôt voir émerger une nouvelle race d’écolos des pays riches qui décrèterons la necessité de maitriser la population humaine en quantité, surtout celle des pays en développement ou carrèment sous développés, comme par hasard. Comme tout cela est afreusement humain… Il y a donc de quoi s’aiguiser les crocs, et s’entrainner à désosser ces nouveaux imprécateurs. Il met d’ailleurs le doigt sur un aspect important de ces mouvances, leur caractère religieux, ou sectaire plus exactement. N’en oublions pas pour autant de se poser les bonnes questions, techniques d’une part mais aussi philosophiques, et d’aller au fond du débat (c’est sans fin). Sur ce thème, l’article a cent fois raison de nous interpeller. Posons nous toutes les questions, et doutons des réponses. Soyons un peu vigilants et exigeants au quotidien, même si c’est fatiguant. Et ne coupons plus d’arbres centenaires que si notre vie en dépend, autrement dit, après un calcul vraiment sérieux du pour et du contre.

Asterix

“Les partisans des énergies alternatives ont déjà tellement marqué de leur empreinte l’imaginaire des gens, que les solutions les plus viables et les plus durables ne sont ni envisagées, ni financées.” Qui osera remettre en cause le dogme des énergies renouvelables ?

Luis

¤ L’hexafluoroéthane (C2F6) est essentiellement produit lors de la production d’aluminium par électrolyse de l’alumine de la bauxite. Avec une production d’aluminium de l’ordre de 40 millions de tonnes par an, les émissions de C2F6 sont considérables. Alors, limitez vos usages de l’aluminium (canettes de boissson …). La production d’aluminium est aussi un très gros consommateur d’électricité. L’hexafluoroéthane est utilisé lors de la fabrication de tous les produits électroniques (composants), du simple gadget ua téléphone et à l’ordinateur. Produits qui ne durent pas trente ans comme les panneaux photovoltaïques (lesquels sont d’ailleurs recyclables : ) mais souvent à peine deux ans à cause de l’obsolescence programmée. L’hexafluoroéthane est ausi utilisé comme fluide frigorigène (réfrigérateurs, climatisation), de même que SF6. Le trifluorure d’azote (NF3) est aussi utilisé dans la fabrication de tous les produits électroniques, comme dans celle des téléviseurs à écran plat et des écrans tactiles (téléphones, tablettes). L’hexafluorure de soufre (SF6) est aussi utilisé dans la production d’aluminium et dans l’électronique. C’est aussi un produit isolant, utilisé comme diélectrique dans les transformateurs électriques.

Jpv

Combien de temps doit fonctionner un panneau solaire pour produire l’energie qui a ete necessaire a sa fabrication et aux accessoires supports en alu, cables, onduleurs, batteries ???

Asterix

Cet article a au moins le mérite de faire ressortir tous les lobbies pros ou anti renouvelables.. et apparemment ils sont nombreux sur enerzine. Chacun défend son pré carré et son morceau de bifteck sans finalement trop se poser de questions…

Luis

¤ Le temps de retour de l’énergie investie (EROEI :Energy Returned On Energy Invested) d’un panneau photovoltaïque dépend de la technologie utilisée, du rendement (kWh/kWc : électricité produite par kW de puissance), du lieu d’installation et de l’orientation. Voici quelques exemples : Voir aussi le lien ” iea-pvps” (l’autre a changé d’adresse).

Lionel_fr

Ces gaz sont plus lourds que le CO2 qui est plus lourd qu’azote et O2 et restent donc au niveau du sol. Ont peut imaginer qu’ils seront à terme sédimentés via une eau turbulente et des µorganismes. L’aluminium est réputé recyclable à l’infini, il ne connait pas la “fatigue” des aliages comme l’acier. Cela donne quand même des raisons d’espérer .. L’aluminium est aussi le deuxieme métal condusteur après le cuivre – dans l’industrie – il compose notamment la partie conductrice des cables de moyenne et haute tension Beaucoup plus abondant que le magnésium ou le titane , il sert à fabriquer les vaisseaux spatiaux et cela devrait durer car il est abondant sur la lune et dans les astéroïdes Sa production produit aussi les fameuses boues rouges dont on teste actuellement des moyens pour les dégrader … Des nouvelles techniques semblent assez prometteuses. Bon on peut parler des heures des nuisances des différents éléments sans avancer d’un pouce ni influer sur les pollutions. Quoiqu’on dise , la dépollution est un secteur qui marque des points .. Et le recyclage de l’alu est plutôt à sos avantage. Enfin il n’y a pas grand chose à espérer des boycotts … Une des pollutions les plus préoccupantes vient du charbon chinois à cause du mercure notamment . Au fait , en quoi l’aluminium est-il indispensable dans les panneaux solaires ? Pourquoi pas un plastique ?

Lionel_fr

Je suis directement responsable de 30kWc de solaire installé et n’ai jamais demandé la moindre subvention à personne. Dans plein de domaines le PV offre une alimentation fiable et déconnectée qui ajoute tellement de valeur à l’electronique que son prix est négligeable.

luxeole

Tout à fait d’accord avec vous. Aussi, faut-il considérer l’ensemble de la chaîne de valeur et surtout la “boucler”, des matières premières jusqu’à la gestion et valorisation des déchets. Il est parfaitement possible de faire du “vrai durable”, sans obsolescense programmée, mais il faut accepter la transition qui s’imposera naturellement tôt ou tard vers une “économie de fonctionnalités” en phase avec le DD. Des solutions et business modèles innovants existent (v. LUXEOLE)…

luxeole

Tout à fait d’accord avec vous. Aussi, faut-il considérer l’ensemble de la chaîne de valeur et surtout la “boucler”, des matières premières jusqu’à la gestion et valorisation des déchets. Il est parfaitement possible de faire du “vrai durable”, sans obsolescense programmée, mais il faut accepter la transition qui s’imposera naturellement tôt ou tard vers une “économie de fonctionnalités” en phase avec le DD. Des solutions et business modèles innovants existent (v. LUXEOLE)…

chelya

Les gens vous vous tenez vraiment pas au courant .. Ca fait déjà un an que Ozzie Zehner fait partie de l’histoire ancienne… En gros sa thèse c’est que les énergies renouvelables et toutes les solutions techniques aux problèmes environnementaux doivent être convaincu parce que c’est la technique en elle même qui est responsable des problèmes environnementaux et que le seul moyen de sauver la terre c’est de rejeter la technologie et de limiter les naissances…

chelya

Ah et évidemment je suis certain que son message sera entendu avec bienveillance par les 2 milliards de personnes qui n’ont pas d’accès fiable à l’électricité et ne peuvent pas conserver des vaccins au frais ou doivent accoucher à la lueur des lampes torches…

trebosc

Merci chelya d’apporter des éléments sur ce “personnage”. J’ai pas l’habitude d’être déçu devant les bétises que certains colportent, mais là, Me Zehner a placé la barre haute. Mais réponse avec toute l’argumentation qui manque a ce triste article :

regismu

à lire pour ceux qui veulent reellement savori je suis tres etonné de ne pas retrouver mes 2 autres reponses ?

enerZ

Ce fil de discussion n’a pas pour objet de faire la promotion de votre forum. Le modérateur

105
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime