Le plus grand parc solaire du Bénélux bientôt à Furnes

La ville de Furnes, en Belgique flamande, devrait voir fleurir cette année quelques 11 000 panneaux solaires photovoltaïqes, qui en feront le plus grand parc solaire du Bénélux.

Le parc doit disposer d’une capacité de 2MW réparties sur 4 hectares. "Ce parc solaire produira suffisamment d’électricité verte pour 500 familles pendant 25 ans au moins", promettent Stijn Lenaerts et Marteen De Cuyper, fondateurs de Greenfever, à l’origine du projet.

Le projet représente un investissement de 8 millions d’euros.

         

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
7 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Sicetaitsimple

mais c’est quand même dommage d’installer du PV en Belgique alors qu’il y a plutôt une pénurie de panneaux…L’optimisation de la production d’energie en Europe a encore quelques progrès à faire.

Dan

Bien d’accord, mais comme je l’ai largement développé dans d’autres commentaires, pour le PV, il faut deux conditions : un peu de soleil et beaucoup d’argent. C’est pourquoi les africains vont encore attendre longtemps et que les belges et les allemands sont équipés. Seul le cas des californiens est exemplaire : beaucoup de soleil et… beaucoup d’argent !

Sicetaisimple

en Europe on a quand même ( relativement à d’autres) pas mal d’argent et on a dans l’Europe du Sud pas mal de soleil. Je ne suis pas un inconditionnel du PV, mais ça me fait mal au coeur qu’on ne soit pas capables de gérer ça correctement. On parle d’environnement et de developpement durable, et on installe du PV en Belgique et en Allemagne…C’est à pleurer.Au même moment, la Commission sort des trucs totalement irréalistes en termes d’objectifs d’émissions ou de % d’energies renouvelables. Si on commencait à se poser des questions sur “où” telle ou telle technique doit être déployée en priorité, ça permettrait de developper des filières et en même temps d’accélerer leur profitabilité et donc leur avenir. Bon, on n’en est pas encore là….

Momo

Grace a cela et a ELIA , les frites resteront chaudes et la biere bien fraiche …. C’est important , non ?

Dan

Dans le PV comme en général dans l’énergie et dans la plupart des domaines économiques, on constate un manque de coordination, d’où une perte d’efficacité. Cela est en partie explicable au niveau européen, par le fait qu’il n’existe pas de gouvernement central. La deuxième explication est que la tendance est de laisser la bride sur le cou aux entreprises privées qui font la politique à la place des Etats. Il y a là quelque chose de particulièrement pervers. On dénigre sans arrêt l’Etat et on encense l’efficacité du marché, un jour on s’en mordra les doigts. Chacun doit agir à sa juste place, l’un ne doit pas manger l’autre. C’est pourquoi, j’aurai préférer que le développement de l’éolien en France soit piloté par l’Etat, on aurait peut être été moins vite, mais ce serait peut être moins anarchique et on aurait peut être déjà de l’offshore (là le privé ne se bouscule pas). Ce qui m’importe, dans l’énergie, c’est l’intérêt général. Quand l’Etat abdique, on le perd de vue.

Guydegif(91)

Dan, je suis désolé de devoir vous contredire, car vos argumentations sont toujours très pertinentes et très bien référencées, mais je ne peux pas accepter votre idée sur le meilleur pilotage de l’éolien si par l’Etat français, en particulier qu’on aurait peut-être déjà de l’éolien offshore…On peut difficilement faire moins vite,(surtout il y a jusqu’à 2, 3 ans…depuis on a un peu rattrapé..) et même s’il ne faut pas faire n’importe quoi, surtout pas d’anarchique -donc OK pour des ZDE réfléchies, mais pas de blocage par principe ou par lobbying anti-éolien-, il ne faut cependant pas confondre Rigueur et Rigidité ! et côté rigidité, dans ce domaine aussi, l’administration française en connait un rayon…et des stagnations incompréhensibles et injustifiées de dossiers en préfecture, par ex….je parle en connaissance de cause pour avoir eu qqu’un de très proche en tant que Ingénieur de développement éolien… Pour l’éolien offshore sur lequel tout le monde est d’accord qu’il est plus productif que le terrestre donc plus efficace/rentable, même si plus cher en frais d’installation, maintenance et matériels, sans les nuisances visuelles et sonores (sauf si on les colle sur la côte, ce qui serait stupide…), l’Etat, si en charge de pilotage serait encore plus frileux…Mais je pense que là aussi, il doit imposer un tel carcan administratif aux valeureux industriels qui se lancent, avec en plus des arguments des lobbies pêcheurs, oiseaux migrateurs et autres, pour que les choses aient du mal à avancer…A preuve nos malheureux 105 MW de Veulettes qui devraient commencer à produire en 2008, c/o Enertrag avec des machines faites par une filiale allemande de Areva…dont on a très peu de nouvelles…Les sites web respectifs semblent bien statiques…C’est comme pour le (non)décollage de l’hydrolien en France, la frilosité de l’Etat sur le sujet fait que EDF pour avancer a dû investir chez MCT en GB via sa filiale EDF Energy… Je pense que ce qui ”endort” la plupart des envies d’explorer pour des contributeurs du ”Bouquet de Solutions DD et EnR” c’est le fait que nous ayons nos 58 tranches NUC., que je trouve bien utiles par ailleurs certes, mais que d’aucuns considèrent comme LA solution, donc à quoi bon chercher ailleurs…pour vous citer une réponse ministérielle d’un cabinet précédent qui m’a été donnée. De toute manière l’Etat et le MEEDDAD sont là en tant que pilote ultime et stimulateur/incitateur,…ou frein à main à moitié serré,… donc s’il voulait s’en donner la peine et les moyens, il pourrait piloter, dans l’intérêt général de la Nation et de la Planète… A+ Salutations Guydegif(91)

Dan

Je suis d’accord avec vous pour dire qu’il existe des rigidités au niveau de l’Etat qui sont peu propices aux réactions rapides et que le secteur privé est souvent plus à même d’investir rapidement. Voir à ce sujet le carcan des marchés publics. Il y a dans ce domaine de nombreuses réformes à faire pour recentrer l’Etat sur son coeur de métier. Cependant, quand je dis que l’Etat doit gouverner et ne pas laisser les entreprises privées faire la politique énergétique et en même temps l’aménagement du territoire, je fais référence à ce qui s’est passé ces dernières années pour l’implantation des éoliennes, où les maires étaient en prise directe avec les industriels… ça c’est de la décentralisation ! Mais il est vrai aussi qu’il n’existait pas de cadre général. D’autre part, je pense que la priorité en France, n’est pas nécessairement d’aller à marche forcée vers un parc éolien équivalent à celui de l’Allemagne. Nous pouvons parfaitement mettre un pied dans l’éolien, sans devoir nous précipiter. Or, je pense que la France s’est trouvé contrainte par les objectifs européens et que ceux-ci, n’étaient peut être pas les mieux adaptés à une réduction importante des GES. J’observe d’ailleurs qu’il y a pas mal d’interrogations à ce sujet. Comme, je l’ai déjà dit, il y a les intérêts de la France, y compris en matière de réduction des GES et les intérêts des industriels de l’éolien. S’ils convergent, fort bien, mais s’ils divergent, l’Etat arbitre. Lorsque vous parlez de frein à main à moitié serré, je pense qu’effectivement l’Etat peut facilement se servir de la principale force de l’administration qui, comme chacun sait, est la force d’inertie ! J’ai l’impression qu’il commence à s’en servir.

7
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime