Trois groupes s’allient pour la capture du CO2

Les groupes Electrabel, E.ON Kraftwerke et Hitachi Power Europe vont construire et exploiter une installation pour tester la capture du CO2.

Les trois groupes envisagent de coopérer dans le cadre d’un projet de recherche conjoint. Le but de ce projet est de concevoir, construire et exploiter une installation de test pour étudier le comportement de différents solvants utilisés pour la capture du CO2 contenu dans les gaz effluents. L’objectif majeur du projet est d’opérer dans des conditions réelles des tests du lavage des gaz effluents réalisés avec différents solvants chimiques.

L’installation de test sera à même de traiter jusqu’à 5.000 Nm³/h de gaz effluents dans des conditions d’exploitation réelles et pendant quatre ans, elle sera utilisée en alternance, pour des périodes allant de 12 à 24 mois, sur un site d’Electrabel et sur un site d’E.ON Kraftwerke. L’installation pilote pourra être déplacée sur divers sites en Allemagne, aux Pays-Bas, en Belgique ou dans d’autres pays européens, au gré des paramètres techniques les plus intéressants. 

Hitachi Power Europe sera chargé de la conception, du montage et de l’exploitation de l’installation de test et mettra à disposition un personnel de quart suffisant pour un bon déroulement du programme de tests. L’installation de test s’inscrit dans la stratégie globale d’Hitachi R&D pour les centrales de production d’électricité.

Les buts poursuivis sont, d’une part, un accroissement de l’efficacité au niveau des turbines et des générateurs de vapeur, d’une part, et de la capture du CO2, d’autre part, ainsi qu’une réduction des émissions en général. Hitachi Power Europe souligne dans un communiqué qu’il intervient dans la plupart des initiatives de recherche nationales et européennes significatives et collabore très étroitement avec les universités allemandes actives dans le domaine des matériaux, de l’amélioration des processus et de la capture du CO2 en vue de protéger le climat.

Electrabel et E.ON Kraftwerke intégreront l’installation de test dans leurs centrales afin de réaliser les programmes de tests dans des conditions réelles. Le dimensionnement relativement important de l’installation devra produire des données fiables, à même d’en permettre un accroissement d’échelle ultérieur. 

Electrabel et E.ON Kraftwerke souhaitent maintenir à l’avenir la haute flexibilité en termes de combustibles qui caractérise actuellement leurs centrales. Dans ce cadre, ils se disent intéressés par le développement des connaissances et de l’expérience pratique au niveau de la capture post-combustion, en vue d’améliorer ce processus et de se préparer dans la perspective d’un éventuel accroissement d’échelle de la capture post-combustion sur les nouvelles centrales à construire ou les unités existantes.

D’ici 2030, E.ON affiche son intention de réduire de moitié ses émissions de CO2 par KWh par rapport à 1990. De manière à réduire significativement les émissions de dioxyde de carbone de ses centrales au charbon, E.ON prévoit de construire des centrales au charbon équipées de la technologie de capture et stockage du CO2 (CCS). A ce jour, E.ON est impliqué dans 44 projets lié au CCS. L’investissement équivaut à 55 millions d’euros.

   

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Guydegif(91)

Très Bien d’explorer concrètement cette piste de capture du CO2 au vu de la part encore prise par le charbon dans la prod.d’électricité. Fort de ce qui a été dit hier à propos de la Chine, des centrales existantes et à venir là-bas, des 3 milliards de tonnes de charbon produits/consommés et comme la pollution GES ne reste pas cantonnée au-dessus du pays pollueur, il serait judicieux, histoire de leur faire assumer, dès A PRESENT, leur quote-part du labeur de ”purification GES”, de les associer au niveau équipes et finances à ces travaux de mise au point de captage du CO2. Idem pour l’Australie, l’Inde, les USA, l’Afrique du Sud, etc…car selon le vieil adage qu’à plusieurs on est plus fort, plus de synergies et plus de ressources pour avancer permettrait de gagner plus vite…. A soumettre aux pays les plus pollueurs réunis ces jours-ci à Paris…Etant d’intérêt mondial ce sujet devrait être chaperonné par l’ONU, dès MAINTENANT ! Pour la France nous comptons sur le MEEDDAD pour s’en faire l’avocat de la bonne cause ! A bon entendeur, Salutations Guydegif(91)

Momo

Mais , cher Monsieur , c’est ce qui se fait , ds. ce domaine d ‘essais de capture du CO2 , comme ds. l’eolien , le PV , la gazeification / pyrolyse de la biomasse , etc , etc …. Mes contacts Chinois comme Indiens ( ou Thais , ou autres ici en Asie )me repetent depuis des annees , et quotidiennement : vs. ” les riches ” ( ou les ” Blancs ” , ou les ” Occidentaux ” , cela depend , c’est tres variable , mais tjrs. oriente en ce sens ) vs. vs. devez d’inventer ds. ttes. sortes de technologies , de financer leur(s) developpement(s) par experimentations multiples et multi-formes … et ns. les transferer une fois que ce ne sont plus des innovations mais que c’est devenu commercialement mature ! Et alors ns. savons copier / adapter et produire en masse a + faible(s) cout(s)… Donc , pas de soucis , cher Monsieur , il ne ns. reste qu’a trouver un bon moyen d’obtenir de bons resultats ds. ce nouveau domaine de recherches a visees ecologiques … et ils l’appliqueront chez eux a tte. vitesse … Par contre je ne pense pas qu’ils envisagent le moins du monde de faire les 1ers pas … pour eux , il est evident que c’est ns. , les ” riches ” qui detruisons la biosphere depuis des decennies ,et pas eux , ils etaient et se voient encore trop ” pauvres ” pour etre responsables de cela ! ils parlent TJRS. ” en tonnes-CO2 cumule ” , pas ” produit annuellement ” comme ns. ns. le faisons , ce qu’ils ne comprennent absolument pas , et pour le moment ne veulent absolument pas admettre ! Wait and see …. pas trop longtemps qd. meme

2
0
Laissez un commentairex