L’EWEA demande un objectif contraignant pour 2030

En ouvrant lundi à Bruxelles la conférence et exposition sur l’énergie éolienne la plus importante d’Europe, Arthouros Zervos, Président de l’Association européenne de l’énergie éolienne (EWEA), a averti que "l’industrie éolienne prévoit d’investir près de 400 milliards d’euros en Europe entre aujourd’hui et 2030. Pour cela, il est essentiel que la politique énergétique de l’UE soit stable et certaine."

Dans un nouveau rapport rendu public, "EU Energy Policy to 2050" (Politique énergétique de l’UE jusqu’en 2050), l’EWEA explique que les objectifs en matière d’énergie renouvelable fixés jusqu’à présent ont permis à l’Europe de devenir le leader mondial du secteur des technologies des énergies renouvelables, tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre. Par conséquent, selon ce rapport, cette politique efficace doit être réitérée pour la période succédant à 2020, parallèlement au soutien d’une Norme de performance en matière d’émissions et d’un Système d’échange de quotas d’émission plus strict.

"Nous faisons face à un vide politique après 2020", a déclaré M. Zervos. "Nous devons nous assurer que les objectifs en matière d’énergie renouvelable établis en 2001 et en 2009 soient répétés pour la période succédant à 2020 en fixant des objectifs ambitieux pour 2030. Nous devons faire en sorte que le succès de l’énergie renouvelable en Europe se poursuive au-delà de 2020."

EnR : l'EWEA demande un objectif contraignant pour 2030
[ Cliquez sur l’image pour zoomer ]

L’EWEA soutient un objectif énergétique européen global, comme celui proposé par le Conseil européen des énergies renouvelables (EREC). L’EREC suggère qu’il est possible pour non moins de 45 % de la consommation énergétique totale de l’UE de provenir de sources renouvelables d’ici à 2030.

L’énergie éolienne pourrait à elle seule répondre à 28,5 % des besoins en électricité de l’Europe d’ici à 2030, selon les scénarios de l’EWEA. Les Plans d’action nationaux en faveur des énergies renouvelables des États membres indiquent que l’énergie éolienne fournira déjà plus de 14 % de l’électricité de l’UE d’ici à 2020.

Le Président de l’EWEA Arthouros Zervos a revendiqué l’établissement d’objectifs en matière d’énergie renouvelable pour 2030 pendant la durée de vie des actuels Parlement et Commission européens : "Le Président de la Commission européenne, M. Barroso, ainsi que les autres leaders de l’UE, doivent prendre en considération leur contribution à l’avenir. Il est essentiel qu’ils pourvoient le secteur des énergies renouvelables d’un cadre stable, synonyme de croissance, fournissant de l’énergie renouvelable, de nouveaux emplois et des opportunités de fabrication et de construction au sein de l’Europe, en nous donnant des objectifs pour 2030 et au cours des quatre prochaines années."

EnR : l'EWEA demande un objectif contraignant pour 2030
[ Cliquez sur l’image pour zoomer ]

"Aux yeux de certaines personnes, l’année 2020 est lointaine. Pour les politiciens, ce délai représente au moins deux élections, soit une vie politique entière. Mais pour l’industrie de l’électricité, l’année 2020 est imminente", a-t-il soutenu.

Dans un message adressé à EWEA 2011, Herman van Rompuy, Président du Conseil européen, a déclaré "Une étape importante sera de prendre en considération ce qui succèdera aux politiques actuelles fructueuses prenant fin en 2020."

 

Téléchargement du rapport :

(Politique énergétique de l’UE jusqu’en 2050), >>>>> ICI

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
8 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
renewable

Rien Ou si , nous en remettre pour 60ans de risque nucléaire

pinzut

face à ce gouvernement influencé par les lobby pro nucléaires… 20% d’ENR en Fr d’ici 2020 c’est déjà presque fait, le reste sera de l’atome, et avec nos amis de TF1 qui disent que le nucléaire c’est écologique (pas de CO2) ça va être dur d’inverser la vapeur, à moins que la situation au Japon nous incite à vraiment nous remettre en question, mais concrètement comment ? en tout cas c’est certain que l’éolien représente un très bon compromis énergie/économie/risque environnemental!

trimtab

Dans ces moments d’evenements dramatiques sur la planète ‘énergie’, les ‘militants’ de tous bords ‘réclament’ (parfois avec si peu de compassion pour un peuple meurti !) aux ‘responables’ politiques et economique des ‘actions’ et des ‘contraintes’ plus strictes, dans l’esprit même de ce rapport. Mais quelles ‘contraintes’ seront nous (citoyens et consommateurs)prêts a accepter, voir s’imposer, pour consommer moins, beaucoup moins d’abord, pour montrer qu’on ‘a compris’ et qu’on est capable d’agir. Nous sommes tous ‘consommateurs’ d’énergie, donc nous sommes tous réponsables………Avons nous besoin que ‘ils’ décident pour que nous on agit ? Consommer beaucoup moins d’abord nous donnerons beaucoup plus de ‘biscuits’ aux ‘revendications’ que nous faisons auprès de ceux qui ‘tirent les ficelles’. Les ficelles ce sont nous ! Changer la taille et épaisseur de la ficelle, change fondalmentalement la taille des ‘problèmes’ à resoudre ! trimtab

renewable

Nous n’allons même pas réussir à arriver à 20%, nous en sommes à 14/15% et nous ne progressons que peu car nous n’arrivons pas à limiter notre consommation d’énergie. le parc nucléaire et son faible cout artificiel à court terme à conduit à une vraie gabegie et un sur-équipement scandaleux en chauffages électriques ainsi qu’à l’absence de politique d’isolation et de basse consommation d’énergie. Notre retard est considérable et notre gouvernement nucléaire cherche , en confondant de manière INDECENTE sa politique et celle d’AREVA, à nous faire repartir pour 60ans de plus de risque nucléaire.

trimtab

Dans le même esprit de mon commentaire plus haut: Vous dites: “face à ce gouvernement influencé par les lobby pro nucléaires…” Et il n’est pas ‘influencé’ par le comportement énergetique de nous, citoyens et consommateur ??? Decidez (si, si vous et moi !) de changer (réduire) sa cosommation ‘énergetique’ de manière significative…..et les soit disant ‘lobbies’, (nucléaire ou pétroliers), fautes de ‘recettes’ suffisantes, venants des ‘énergies classiques’, iront bien (contraintes et forcés) regarder à coté d’autres choix énergétiques, plus en phase avec nos ‘reeles’ besoins et notre ‘acceptabilité’ ou non des solutions proposées et leurs ‘coûts’ et ‘contraintes’. On peut (et doit !) leur demander le beurre, l’argent du beurre et le sourire de la cremière……….mais D’ABORD il faut consommer beaucoup moins de beurre ! Et peut être accepter que la ‘beauté’ et le ‘coût’ de ‘la cremière’ ne correspondera pas toujours aux critères esthetiques universalement admises ! (pour ceux qui trouvent que certaines technologies modernes sont ‘moches’ ou ‘defigurent’ nos paysages !), et que ‘le beurre’ aura toujours SON prix (qui ne va pas aller en descendant !) Consommer moins pour payer moins, et les lobbies je m’en monque ! trimtab

Dan1

“le parc nucléaire et son faible cout artificiel à court terme à conduit à une vraie gabegie et un sur-équipement scandaleux en chauffages électriques ainsi qu’à l’absence de politique d’isolation et de basse consommation d’énergie.” Cette affirmation est le prototype même de l’antienne antinucléaire ressassé à l’envie mais parfaitement contraire à la réalité démontrable : L’électricité nucléaire a de toute évidence contribuée aux transferts d’usage des fossiles vers l’électricité pour le chauffage. Mais justement, le coût élevé du chauffage électrique a poussé à l’isolation, ce qui n’était pas nécessaire avec les énergies fossiles, surtout dans les années 90 lorsque le pétrole et le gaz étaient très bon marché et… encourageaient à la gabegie énergétique. N’importe qui peut regarder ses factures et constater que pendant des années, le kWh gaz et fioul était donné par rapport au kWh électrique fût-il nucléaire. Pour être crédible dans les débats, il ne faut pas manier sans cesse les antiennes éculées.

Dan1

Pourquoi vous acharnez-vous à induire vos concitoyens en erreur, sutout lorsque cela est parfaitement vérifiable et vérifié. La France a bénéficié d’un kWh fioul et gaz très peu cher dans les années 90 comme beaucoup de pays. En plus, elle a bénéficié d’un kWh électrique peu cher et très stable par rapport à ses voisins européen et surtout depuis le milieu des années 2000. Cette régulation a suffit à rembourser les prêts contracté par EDF qui peut maintenant vendre aux enchères ses MWh en base aux alentours de 10 Euros (mais qui s’arrache à un peu plus). Comment voulez-vous démontrer au français qu’on leur a fait payer les kWh les plus chers du monde ? Le rapport entre le prix du kWh gaz et élec est resté constamment aux alentours de 3 à 4 (source Eurostat). On pourrait donc en tirer la conclusion que le gaz incite trois fois plus à la gabegie que l’électricité. Enfin le chauffage électrique a bien encouragé l’isolation, même si le prix de cette énergie a poser des problèmes dans les logements sociaux. Pourtant, c’est bien ce que prône certains : il faut que l’énergie soit chère pour qu’on l’économise. C’est que l’on a fait avec l’électricité et pas avec le gaz 3 fois moins cher au kWh.

Dan1

Sources : De 2001 à 2010, la France a violemment reculé dans le classement des pays européens les plus cher pour l’électricité. Sur 28 pays (avec la Norvège non UE), elle est passés de la 10ième place à la 23ième place. Cela veut dire que l’électricité française est moins chère que dans 22 pays européens et plus chère que dans seulement 5 pays (Roumanie, Estonie, Bulgarie, Hongrie et Malte). Mais le kWh gaz est toujours beaucoup moins cher… partout.

8
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime