L’utilisation de l’eau de pluie assouplie

Un arrété ministériel publié au Journal Officiel la semaine dernière précise les conditions de récupération et d’utilisation des eaux de pluie à usage domestique.

Jusqu’à présent, l’eau de pluie n’était autorisé que pour un usage extérieur. Ce qui limitait considérablement la portée du crédit d’impôt de 25% accordé pour l’installation de récupération des eaux de pluie.

Ce nouvel arrété définit les "conditions d’usage de l’eau de pluie récupérée en aval des toitures inaccessibles, dans les bâtiments et leurs dépendances, ainsi que les conditions d’installation, d’entretien et de surveillance des équipements nécessaires à leur récupération et utilisation."

Il autorise désormais l’usage de l’eau de pluie à l’intérieur d’un bâtiment, mais "uniquement pour l’évacuation des excrétas et le lavage des sols."

A titre expérimental, le lavage du linge peut également être autorisé, "sous réserve de mise en oeuvre de dispositifs de traitement de l’eau". Ce qui implique une déclaration auprès du ministère de la Santé.

Son utilisation est toutefois interdite pour tous les établissements de santé, sociaux et d’hébergement des personnes âgées, aux crêches et aux écoles. Elle est en revanche utilisable pour des usages professionnels non alimentaires.

L’arrété fixe également des conditions d’installation strictes afin de se prémunir de toute contamination.  Interdiction est notamment faite de raccorder le système de récupération au réseau de distribution d’eau. Il définit enfin les obligations du propriétaire quant au nettoyage et à l’entretien du système.

      

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
10 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
fredhu

Avant de commenter, je vous propose une visite sur Országh développe ses théories, explique, peut convaincre, bref, à vous de vous faire une idée d’où se situe la Vérité …Eau de pluie.La réticence des services publics à laisser le citoyen le choix de l’utilisation de cette eau tombée du ciel se justifie sans aucun doute par la vonlonté de ne pas remettre entre les mains de n’importe qui la gestion de ce liquide vital.Je m’explique: si l’autorisation était donnée à chacun de collecter, stocker, et utiliser (jusqu’à consommer) ce qui est aussi un “aliment”, périssable, fragile et potentiellement dangereux (dangereux ? heu … autant qu’un yaghourt laissé à l’air libre), anous pourions avoir à faire face à beaucoup de problème due à la mauvaise gestion de cet aliment.Car aujourd’hui, qui se souci de l’eau ? Ouvrez un robinet, elle coule.Vous en buvez sans sourciller (sauf kek’coins de Bretagne où les engrais lessivés dans les nappes nous rappelent l’absurdité de certaines politique agricoles …)La France peut avec raison se targuer d’une des meilleurs qualité d’eau de réseau du monde (j’ai vécu aux US, et là-bas, même l’eau en bouteille avait un sale goût …)Si l’on autorisait trop vite un accés à l’eau de pluie, le risque serait que certains, trop habitués au confort “bouton/robinet” ne se soucient pas des règles élémentaires de gestion individuelle de l’eau.Qui nettoie régulièrement ses filtres de clim’ ?… Et on s’étonne que les enfants choppent des maladies !Pour une cuve d’eau, idem, si pas entretien: tourista dans le meilleur des cas …Si vous avez lu un peu le site de Mr Országh, vous aurez compris qu’un systéme de récupération d’eau de pluie, c’est le pied. Mais un plaisir qui passe par une surveillance, un minimum de savoir, une expérience à acquérir.Nous commencons à avoir l’habitude de congeler des aliments, nous savons qu’il faut jeter ceux qui dorment depuis trop longtemps au fond du bac, etc …Les autorités sanitaires savent qu’il nous foudra aussi apprendre à nettoyer le filtre d’entrée et la cuve d’eau de temps en temps …On passe bien un permis de conduire pour pouvoir utiliser un véhicule (aux conséquences en cas d’erreur bien plus … “définitives” !).Pourquoi nos autorités ne ferait-elle pas passer un “permis de collecte et gestion d’eau pluviale” pour ceux, comme moi, qui souhaiterait, en toute responsabilité, utiliser cette eau, et même jusqu’à la consomation, plutôt que de s’accrocher à un sacro-saint “principe de sécurité” ?Ou la “civilisation” impose-elle que l’individu ne soit plus digne de confiance, que la responsabilité individuelle, souhaitée et prouvée n’est plus crédible ni même souhaitée ?A côté des grandes structures publiques doit pouvoir exister une frange d’individualité, que ce soit pour l’eau comme pour pour l’énergie (PV, ventilo, hydrogène bientôt, je l’espère).Mais les débats en cours montreraient-ils que beaucoups soient pour contraindre tous à la même uniformité standardisée ?…

bolton

Sachant que 95% de l’eau utilisée l’est par l’agriculture… Je me demande quel est le véritable intérêt de ce genre de solutions, je ne suis pas contre, l’idée me plaît même beaucoup, mais j’ai peur qu’on se trompe de cible…  Quand je vois des champs de maïs (qui sera en partie jeté car trop cher) se faire irriguer en pleine journée là ou 50 % de l’eau part direct en vapeur…Je doute… Qu’on regarde dans la bonne direction…1 Kilo de maïs demande combien de litres d’eau déjà ?? 1500 ? ah bon.. No comments.

fredhu

D’accord avec vous, Bolton, l’agriculture a parfois (souvent ?) des habitudes absurdes concernant l’exploitation de certaines ressources …95% ? Heu, ca me semble un peu beaucoup … L’industrie (papier, chimie, …) est aussi un gouffre à flotte.Concernant l’eau de pluie, l’agriculture aura du mal à collecter et stocker cette eau pour les jours secs … Faudrait mettre des baches et des rigoles sur les champs, des cuves énormes, … pas réalisable !Ils devront donc continuer à pomper les nappes phréatiques, il faudrait juste que les agriculteurs change un peu leurs manières de faire pour ne pas gâcher (encore du gâchis !)Pour l’usage “privé”, il est bien plus logique que l’on profite de cette surface captrice qu’est le toit d’une habitation, pour suppléer à presque tous (à tous ?) les besoins d’une famille.Une cuve de 2000 à 5000 L, et vous avez de quoi laver le linge, tirer la chasse des chiottes, laver la bagnole (à hydrogène !…) et arroser les patates bio du jardin.Le poste dépense eau chasse d’eau/lave-linge represente déjà pratiquement 50% de votre conso. Si vous opter pour la douche (chauffé au solaire), vous ne devrez plus payer que des clopinnettes aux Réseaux (mais peut-être que la “résistance” à l’eau de pluie vient de là ? La question se pose …)Honnêtement, tout le monde devrait trouver avantage à utiliser de l’eau de pluie (ou même des “eaux grises”, sorties de votre douche ou de votre évier) pour la chasse d’eau !Quelle intérêt de gâcher (car c’est encore le cas !) de l’eau parfaitement potable pour “pousser le caca dans le tuyau” ?Plus d’infos dans l’excellent petit livre “Un petit coin pour la planète” … Il fait ouvrir les yeux sur le “cycle de l’eau” vu pas l’homme moderne, bien sûr totalement absurde.Que les “grands acteurs” (agri, industries) gâche l’eau, c’est sans doute le cas. Qu’ils appliquent un peu de bon sens, et  les économies se chiffreraient tout de suite en million de m², c’est un fait.Mais n’oublions pas que ce petit geste que vous ferez, quelques litres de gagnés ici ou là, effectué par les 60+ millions de francais, les 250+ millions d’Européens, et ainsi de suite, ce seront des milliards de m² d’eau VITALE sauvés de la simple ignorance bête.Car pourquoi refuser une resource gratuite, presque abondante en Europe, en complément de ce que nous payons aux Réseaux de distribution et de traitement ?Finalement, si je peux imaginer un monde sans pétrole, il est IMPOSSIBLE à l’humanité de se passer d’eau potable !!

bolton

Oui mais ce qui coute le plus cher dans l’eau que nous consommons c’est le post traitement : le traitement des eaux usées. Donc, si tout le monde fait comme ça, utilise de l’eau de pluie gratuite et la balance quand même dans le tout-à-l’égout, il va y avoir un souci de finances, alors soit on fait payer les deux séparément, soit on augmente le prix du mètre cube d’eau… Je suis pas sur que les citadins adorent le concept, eux qui ne peuvent pas récupérer leurs eaux de pluie…

fredhu

Je ne prétends pas que ce soit LA solution parfaite …Difficilement applicable en ville (quoi que …), et effectivement question du coût du traitement.Mais “en campagne”, il est aussi possible d’installer des systèmes de traitement naturel des eaux sales, c’est vrai que c’est un peu plus “compliqué” que le tout à l’égout … non, le problème est reporté sur l’individu plutôt que sur l’entreprise (qui, soyon-en certain, vous fera payer cet effort …)Ce qui coûte cher dans l’eau, c’est aussi le pré-traitement. Garder un eau potable de la source au robinet, les traitements obligatoires pour raison de “santé publique”, a un coût non-négligeable.Et n’y a-t-il pas stupidité totale à gâcher cette eau pour tirer la chasse ?Et y a-t-il justification du tout-à-l’égout, qui gâchera cette eau pour la rejeter en rivière “mal nettoyée” (problème d’eutrophisation) et perdue pour les nappes phréatiques ?Je vous le conseille, “Un petit coin pour la planète”, très instructif petit bouquin (je vous donne les réferences complètes demain), qui n’hésite pas à nous mettre le nez … dans notre merde.;-DSérieusement, nous avons aussi un problème de gestion de l’eau dans nos pays …

bolton

Mais sérieusement je suis 100% pour la récupération des eaux de pluie, en fait je suis aussi pour un doublement du réseau d’eau actuel : eau potable et eau non potable (pourquoi pas de l’eau de pluie ??) Mais je pense que ce genre d’actions individuelles (la récup d’eau de pluie) est anecdotique et ne sert pas à grand chose au final, à part soulager la conscience et faire des économies à ceux qui le font. Généraliser les robinets à faible écoulement, interdire les chasses d’eaux sans bouton économie, sensibiliser et éduquer les gens, ça ça serait des mesures efficaces, peu chères et immédiates…Je connais des gens qui parlent et se plaignent du prix de l’eau, de l’électricité, et qui prennent tous les jours des douches d’une demi-heure avec l’eau qui coule à fond sans s’arrêter… Soyons logiques, avant de chercher trop loin, il faut déjà corriger les erreurs les plus évidentes !

fredhu

Y pas plus chieur que celui qui ne fait que se plaindre sans chercher à comprendre …Ce qui n’est pas ton cas !Certes, la récup individuelle est, et devrait rester, anecdotique.Mais comme Mr Trombe dans les années 70/80 qui construisit une maison équipée de murs du même nom (et bonjours la cocotte-minute en été !), il faut que certains expérimentent, fassent quelques erreurs, modifient, trouvent, et clament au monde que ca marche.Commence alors les ennuis, avec l’opinion dubitative, voire agressive, de ceux qui doutent encore que ce que faisaient leurs grands-parents n’est plus valable ou que ce qui est nouveau et évident (et pas passé à la pub à la télé) est forcément de la sorcellerie.L’eau de pluie.C’est tellement simple que c’en est dangereux …Je vait tâcher d’installer une cuve de récup pour ma nouvelle maison (quasi-passive), non pas pour me donner bonne conscience (quoique) mais surtout pour les économies, et … une certaine forme d’indépendance.Et, surtout, pour ne pas gâcher de l’eau potable pour les toilettes.De là à dire que cela ne sert à rien … Mon petit geste et ton petit geste feront beaucoup plus que d’attendre que d’autres prennent une éventuelle déscision à notre place !Là est mon vrai message !Maintenant, concernant ta remarque de ceux qui se plaignent et continuent à gâcher, et bien … espérons que les consciences vont se réveiller, l’éducation se faisant, ou nous allons avoir à supporter les geignements encore longtemps.Ou, comme avec la dernière flambée de baril, un bon coup où ca fait mal (le porte-monnaie) est encore le seul vrai moyen de limiter les gâchis.

bidet

L’eau de pluie contient des pesticides, particules, gaz d’échappement, minerais divers et variés. Elle peut être acide. Mal stockée, elle est un nid à moustiques et à bactéries. Là, il s’agit aussi de santé publique, même si l’eau récupérée ne sert pas à la consommation. Heureusement que tout cela va rester marginal, pour les fanatiques de bricolages osés, parce que sinon, il va falloir renforcer le système médical français pour faire face aux épidémies engendrées.

fredhu

Ben non, l’eau de pluie ne contient pas de pesticide, de minerai divers et variés ni de gaz d’échappement.Mais vrai, elle est acide.Mais faux aussi, elle n’est pas un nid à moustique.Mais vrai, elle peut devenir une soupe à bactéries.On prend dans l’ordre:- pollution: tombée du ciel, elle ne récupère pas les pesticides stockés dans les sols, ne se chargera de minerai que ceux transporter par les tempètes du déserts (c’est du sable !…), et les gaz d’échappement, on en respire suffisemment pour ne pas craindre les quelques ppm (parties par million) qui de mélangeront aux gouttes lors d’une pluie.- acide: stochée dans une cuve en béton, le ciment annulera cette acidité.- nid à moustiques: les moustiques pondent dans les eaux stagnantes, ouvertes (demandez aux habitant de la Réunion comment ils combattent le chicougougnia en vidant les pneus !). Et une cuve se doit d’être fermée, non ? Ou alors, l’eau dans une bouteille de Vittel est un nid à moustique aussi.- bactérie: une cuve s’entretien, on l’enterre pour éviter les variations thermiques, on la protège du soleil, on la nettoie de temps en temps … En Croatie (par exemple), des villages entiers se repose sur l’eau en cuve pour survivre dans les iles, comme le faisaient beaucoup de nos grands-parents.Catastrophe épidémique là-bas ? Non, savoir-faire et bon sens.L’eau est un aliment ! On crève tous parce qu’on utilise un frigo ? Non.Apprenez à stocker l’eau, et il n’y a pas de problème.Maintenant, je suis d’accord, trop de … benêts croient que tout ce fait en poussant sur un bouton. Il ne faut pas laisser l’eau entre leurs mains, ils ont déjà bien du ma à se protéger d’eux -mêmes …

naratai

La recuperation de l’eau de pluie, comme beaucoup d’autre solution n’est pas globale mais à faire dans des cas precis.En raze campagne quasiment tout le monde récupère l’eau de pluie pour arroser son jardin (sauf ceux qui ont une pompe dans le puit). Pour récupérer de l’eau de pluie il va sans dire qu’il faut de la toiture à soi , généralement quand on çà on a le jardin , la pelouse, les plantes vertes en intérieur, ….La limite et l’interet de l’eau de pluie pour moi se limite a ca, que tous ceux qui peuvent en recuperer le fasse et l’utilise a des fin non alimentaire, et puis les plantes vertes ca aime pas le chlore.Ce qui ne va pas m empecher de me lancer dans la realisation de bassin de decantation.

10
0
Laissez un commentairex