Mise à l’eau de la première hydrolienne du projet Paimpol-Bréhat d’EDF

DCNS a confirmé l’arrivée dimanche dernier au large de Ploubazlanec (56), de l’hydrolienne DCNS/OpenHydro sur le site d’exploitation ainsi que de son immersion mercredi, à près de 40 mètres de profondeur.

Le projet EDF de Paimpol-Bréhat porte sur la mise en service de deux hydroliennes de 16 mètres de diamètre reliées à un convertisseur sous-marin commun, conçu et fabriqué par General Electric, qui va transformer l’énergie en courant continu pour fournir 1 MW d’électricité.

Ces turbines formeront le premier parc, en France et dans le monde, d’hydroliennes raccordées au réseau national de distribution d’électricité.

La première des deux hydroliennes a été installée au large de Ploubazlanec. Selon DCNS, les équipes ont pu procéder à la mise à l’eau de la turbine en moins d’une heure, grâce à la barge dédiée, conçue par DCNS/OpenHydro. Celle-ci permet de déposer l’hydrolienne sur les fonds marins en un temps record, sans qu’aucuns travaux de génie civil ne soient nécessaires.

"Cette opération techniquement complexe, menée dans des conditions hivernales exigeantes, a mobilisé une vingtaine de collaborateurs DCNS/OpenHydro. Leurs compétences en opérations marines et sous-marines ont été un atout précieux pour mener à bien les différentes étapes du déploiement (transport, positionnement, immersion)" a détaillé l’acteur industriel français du naval de défense et des énergies marines dans un communiqué. "Une fois la barge stabilisée, l’hydrolienne a pu être posée au fond de l’eau grâce à un système innovant de treuils et de câblage, équipé de moteurs hydrauliques. Ce système unique au monde permet de sécuriser et faciliter les opérations d’installation et de maintenance, tout en assurant un niveau de précision optimale."

Le convoi composé de l’hydrolienne sur sa barge, du remorqueur Penfret et d’un navire de soutien aux opérations avait quitté le port de Brest le 15 janvier 2016. Auparavant, une série de tests en rade de Brest avaient été menés en novembre dernier pour vérifier les performances mécaniques et électriques de l’hydrolienne. L’immersion a finalement été rendue possible par le retour de conditions météorologiques plus favorables après les tempêtes de ces dernières semaines. 

La mise à l’eau de l’hydrolienne représente une étape importante de ce projet de parc démonstrateur hydrolien mené par EDF. La prochaine opération sera le raccordement de la turbine au réseau électrique. En parallèle, l’assemblage de l’hydrolienne numéro 2 se poursuit sur le site DCNS de Brest.

Mise à l'eau de la première hydrolienne du projet Paimpol-Bréhat d'EDF

Mise à l'eau de la première hydrolienne du projet Paimpol-Bréhat d'EDF

Mise à l'eau de la première hydrolienne du projet Paimpol-Bréhat d'EDF

Mise à l'eau de la première hydrolienne du projet Paimpol-Bréhat d'EDF

Mise à l'eau de la première hydrolienne du projet Paimpol-Bréhat d'EDF

[ Credit photo : DCNS / Heos Marine ]

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
47 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
edc10

Bon courage au début d’une nouvelle filiaire d’énergies renouvelable très prometteuse !

Nollaiv

A vous lire il s’agit d’une première mondiale, une hydrolienne raccordée au réseau pour une commercialisation. Pourtant l’hydrolienne SeaGen installé depuis 2008 était déjà installée, je lis juste enerzine depuis longtemps.

bmd

Les courants de marée, comme leur nom l’indique, dépendent des marées. Il n’est quand même pas difficile de réaliser que celles-ci ont lieu à certaines heures, se décalent progressivement dans le temps, et sont d’intensité variable, non seulement en fonction du temps, mais aussi en fonction du lieu. Même si tout cela est parfaitement prévisible, contrairement à l’éolien, la production effective d’électricité par unité de puissance installée va varier dans le temps et selon le lieu. Il faut donc préciser chaque fois la quantité d’électricité qui sera produite annuellement et si possible ses variations dans le temps.Comme d’habitude, cela ne sera jamais fait dans les articles d’Enerzine, qui continuera à enfumer ses lecteurs avec des performances miraculeuses qui n’existent pas. D’après les rares informations qui circulent, les facteurs de charge seraient inférieures à celles de léolien terrestre! Quand au prix du kWh produit, motus et bouche cousue; Et après avoir envahi la terre et la mer d’éoliennes, va-t-on aussi envahir les fonds marins d’hydroliennes ?

edc10

C’est vrai qu’il n’y a pas de notions de prix, ni d’ACV pour le CO2. Concernant les énergies des marés, il y a déjà la Rance. Je vous renvoie sur la page de wikipedia (tx charge 25%, 0,5 Twh annuel). 12 centimes d’euros du kWh, ce qui n’est pas de l’argent foutu en l’air. Si au final la contribution est très faible, fallait-il faire la Rance ? Il y a des pour ( renouvelable, prévisibilité ) et des contres ( perturbations écologiques locales ).Pour ce qui est des hydroliennes, pourquoi ne faudrait-il pas se lancer … la densité d’énergie est bien meilleure que le solaire ou l’éolien. Il n’y a pas que les “fonds”, les hydroliennes, ça peut s’entasser verticalement.

Pastilleverte

première hydrolienne en fonction, au large de l’île de Sein, et reliée directement à cette île, pour produire en moyenne 1/3 des besoins. Comme beaucoup d’énergies “renouvelables”, ce sont les îles, et encore plus dans les régions/climats tropicales/aux, qui devraient pouvoir le mieux en profiter, les intemittences n’étant pas toujours le mêmes, et arrivant à se “complémentariser” entre solaire, éolien, hydrolien, autres énergies marines et bien sur biomasse ou géothermie le cas échéant.

bmd

@ pastille verte Attention aux effets d’annonce. Les essais faits jusqu’à présent sur des îles ont en réalité tous été décevants, mais ils sont pourtant en permanence célébrés de manière dithyrambique par les médias et les officines spécialisées par le recours constant à ce que j’appellerais le mesnsonge renouvelable. L’île de Samso a ainsi été célébrée, y compris par Enerzine, alors qu’elle n’est pas plus capable que les autres d’assurer continuellement son autonomie électrique. Il y a me semble-t-il 21 éoliennes d’installées, ce qui est un énorme surinvestissement en capacité par rapport aux besoins de la population (le tiers suffirait en quantité annuelle pour les 4000 habitants) et qui ne résout pas le problème de l’intermittence, qui est ici compensée grâce à un raccordement au réseau Européen. Il ne s’agit donc que d’un gros parc éolien, qui fournit de l’électricité aux habitants quand il y a du vent ( et des revenus grâce aux subventions), mais aussi à la plaque Nord Européenne, et dont l’intermittence est compensée par les barrages hydroélectriques de Norvège et de Suède. Si le câble qui relie ces éoliennes au réseau était coupé, les habitants de Samso seraient obligés de constuire une centrale à combustibles fossiles. Un exemple édifiant est celui de l’île d’El Hierro aux Canaries, célébrée dans le monde entier parce que selon les médias elle a réussi à fonctionner avec 100 % d’électricité renouvelable. C’est un cas a priori très favorable, puisqu’elle possède un volcan éteint, ce qui a pemis installer une STEP avec une dénivellée de l’ordre de 700 mètres. Vous trouverez sur le site d’Euan Mearns, Energy matters, une étude réalisée pour une fois par des ingénieurs et non par des journalistes, des sociologues ou des fondus des renouvelables. En fait, il a fallu conserver la centrale au fuel, qui fournit les 2/3 de l’électricité. Et le prix de l’électricité a été multiplé par 4! Pas un mot de cela bien entendu dans la presse. Sur l’île d’Utsira en Norvège, on a installé quelques éoliennes et voulu réguler l’intermittence par un stockage d’hydrogène. Echec là encore, et impossibilité de couper le cordon ombilical avec le réseau. A l’île de Sein, éoliennes et hydroliennes assureront une partie de la consommation d’électricité, mais comme dans les autres essais, l’autonomie est impossible à cause des problèmes posés par l’intermittence. Et cela coûtera très cher, bien plus que ce que peuvent se payer les habitants. L’installation sera donc financée par la communauté nationale via des taxes sur les factures d’électricité, comme à Samso, comme à El Hierro, comme à Eigg en Ecosse. Curieux pour des gens qui revendiquent l’autonomie ! Un champ d’expérience, je veux bien, mais cela a un coût ! En réalité, toutes ces expériences démontrent à quel point l’autonomie électrique par les renouvelables est actuellement un mythe, et encore plus pour une communauté de petite taille. Peut-être faudrait-il commencer à écouter les ingénieurs électriciens. Prendriez-vous un avion qui aurait été conçu par votre curé?

Nature

Le message de BMD est un bon exemple de démystification . Nous sommes trop souvent inondés par la propagande des lobbies -l’éolien en tête – Il semble difficile d’obtenir des journalistes qu’ils se détachent du sensationnel pour nous apporter une information solide et explicite . L’écologie y trouverait une crédibilté scientifique .

Temb

Tissus de mensonges non sourcés 🙂 Décidement quelle haine des ENR dans vos propos, vous travaillez pour une énergie du passé en pleine déconfiture? EDF ou Areva au hasard? “Eolien non prédictible” c’est bien la meilleure ça, 48H à l’avance on arrive à préduire à 80% la production et de manière bien plus fine 12H à l’avance. D’autant plus que les moyens de prédiction continuent à s’améliorer ! En attendant qu’est-ce que le monde a encore installé en tête en 2015? De l’éolien et du solaire, encore en croissance par rapport à 2014.Et vous n’avez encore rien vu, 2016 démarre sur les chapeaux de roues ! Hasta la vista!

Tdk69

pour respecter les recommendations de la COP21 sans l’aide de l’éolien, du photovoltaïque ou de l’hydrolien je ne vois que le nucléaire construire une centrale type flamanville dans chaque île me paraît aussi très couteux. BMD pourrait vous répondre que pour des iles,on va pas faire un EPR,mais plutot utiliser des petits réacteurs modulaires sous marins du type Flex-Blue.Par exemple,pour une ile de 50.000 ou 60.000 habitants,un petit flex blue de 50 MW suffira pour compléter(voir des SMRs plus petits que Flex-blue s’ils le fallait,parceque moins d’habitants sur ces iles).

6ctsimple

Concernant l’ile espagnole d’El Hierro “100¨renouvelable” et seulement ça, nous en avons souvent parlé, par exemple ici: Vous étiez d’ailleurs présent en première page de commentaire, avec ce “Un magnifique projet, qui fonctionne et en plus sur une île. ” L’embétant, c’est que grâce à l’homologue espagnol de REE, la source elle est disponible en temps réel sous forme de la structure de production. Aujourd’hui ça devait être environ 80% de diesel, hier pas beaucoup mieux, je vous laisse regarder, vous pouvez remonter dans l’historique en changeant la date en bas à gauche. Ca vous parait suffisament sourcé?

Dan1

Pour ceux que l’histoire intéresse, c’est complet : Après ça, vous ne pourrez plus dire que vous ne connaissez pas les dessous d’El Hierro !

6ctsimple

Comme je compte sur votre curiosité, si vous pouviez nous signaler le dernier jour où la production a été 100% renouvelable, ça éviterait à d’autres (dont moi) de chercher. Merci d’avance!

enerc77

Peut importe qu’on fasse 30%, 50% ou 100% aujourd’hui. Ce qu’il faut c’est diversifier nos sources afin de les moyenner. Et l’hydrolienne prévisible des années à l’avance est une formidable solution. Si c’était moi, je la mettrais sur un socle avec une écloserie à poisson pour éviter au prédateurs de pénétrer. De quoi repeupler les océans en poissons. Maintenant, se vanter de vouloir faire 100% sur une île, ce n’est juste pas possible pour l’instant à coûts raisonables. El Hierro c’est pour moi une vitrine journalistique. Ce n’est pas forcément négatif, cela montre une voie possible. Tout n’est pas forcément charbon, pétrole, gaz et nucléaire. Si ces hydroliennes sont fiables, alors déployons!. C’est juste les pécheurs qui vont encore râler à cause de leurs filets dérivants…..

6ctsimple

et en ne considérant que la compétition entre renouvelables (éolien terrestre ou marin, PV), ça va quand même être très compliqué pour l’hydrolien de faire son trou en matière de coûts, au moins dans les systèmes interconnectés.

lionelfr

Quels raisonnements bizarres.. Le truc génial de l’installation El Hierro, c’est la step. Vous savez très bien que ça a dû coûter les yeux de la tête. Pourquoi alors incriminer le volume de prod des éoliennes, comme si leur nombre insuffisant était un problème insurmontable.. D’autre part la page de monitoring n’est pas correctement renseignée notamment sur le solaire. Il est évident qu’il y a une production PV sur l’île (creux en milieu de journée) mais cette production n’apparait pas dans la page. C’est visiblement un problème de transmission de données. Pour faire simple, il manque 10 MW d’éolien ou 15 MW de solaire sur l’ile mais comme c’est un problème facile à résoudre à condition d’avoir l’argent, la question a simplement été remise à plus tard. Qu’auriez vous fait à leur place ? Vous auriez dépensé votre budget dans les éoliennes ou dans la STEP ? Dans la step bien sûr.. Et comme ils ne trouveront probablement pas les 10 millions d’euros nécessaires pour satisfaire l’obsession de 6ct (100%) , ça va durer des années… Des années au cours desquelles , ils vont consacrer de petits budgets à ajouter du PV et du petit éolien mais avant de totaliser 5 MW, ça peut être très long Entretemps , je ne vous fais pas l’injure de rappeler à quel point le fuel est devenu bon marché. L’important c’est qu’ils aient la STEP, pour le reste, ils feront ce qu’ils peuvent avec le budget qu’ils trouvent. D’où est-ce que vous avez sorti l’idée que leur budget était illimité et que leur objectif était de faire 100% à tout prix ? Parfois , vous n’avez vraiment pas de tête..

6ctsimple

“D’où est-ce que vous avez sorti l’idée que leur budget était illimité et que leur objectif était de faire 100% à tout prix ?” Maintenant ça va bientôt être de ma faute! Lisez l’historique ( mon lien et celui de Dan1)! “Pour faire simple, il manque 10 MW d’éolien”. Pour tout vous dire, je pense que c’est exactement le contraire, ils en ont trop par rapport à la consommation moyenne de l’ile ( y compris la STEP) et surtout de trop grosses machines, ça doit être impilotable du point de vue fréquence dès qu’il y a du vent un peu fort et un peu variable

Dan1

A lionel. “D’autre part la page de monitoring n’est pas correctement renseignée notamment sur le solaire. Il est évident qu’il y a une production PV sur l’île” Ben, lisez l’histoire de El Hierro et revenez nous en parler.

lionelfr

J’ai lu l’article d’enerzine en même temps que tout le monde, pas de mention de PV si ma mémoire est bonne. Maintenant, si qualqu’un a envie de passer des vacances sur une ile en méditérranée … C’est ce qu’il faudrait faire au lieu de s’aglutiner sur les pages web qui reprennent toute le même communiqué de presse. Aller voir ou laisser tomber.. Pour le PV , j’insiste, il y a une production PV qui se soustrait à la consommation la journée en été.. Ce qu’on ne trouve pas sur internet, c’est les trucs qui ont foiré dans le projet. Comme on n’a pas d’article critique correctement documenté, faire des conjectures sur le flyer et la courbe ne mêne pas à tripette Maintenant , il est vrai qu’une step qui se déclenche en période d’excedent et les excédents qui n’arrivent jamais, c’est un peu rageant.. Il y a un truc qui marche pas mais on ne sait absolument pas quoi. En tirer des conclusions est complètement contre-indiqué dans ce cas

Dan1

Bon , vous ne savez pas mais vous affirmez.

6ctsimple

“Pour le PV , j’insiste, il y a une production PV qui se soustrait à la consommation la journée en été.” Oui, ça aurait été interessant pour optimiser mais c’était trop tard….. Je me permets de recopier un de mes commentaires de mars 2014: Folie des grandeurs Si on y regarde d’un peu plus près, ce projet est typique de la folie qui a saisi l’Espagne vers 2007-2008, date vers laquelle il a été réellement engagé, même si les décisions de principe étaient bien antérieures. … eccion=104 Si on le regarde au prisme d’aujourd’hui, il serait totalement redimensionné. Tout d’abord n’importe quoi en terme de dimensionnement du reservoir haut et du réservoir bas ( le réservoir haut est plus de 2 fois supérieur en volume au “bas”,(360.000m3/150.000m3) alors que le seul exutoire, c’est la mer,et quand il faut repomper, il n’y a plus que 150.000m3 disponibles. Ensuite cette volonté débile de vouloir faire du “tout renouvelable”, alors que de toutes façons la centrale diesel reste indispensable. Il y a forcément un optimum différent de celui choisi. Enfin, mais là ce n’était pas forcément évident en 2007, du solaire (au prix d’aujourd’hui) aurait permis d’optimiser, car dans les Canaries il y en a (du soleil) et j’imagine que la courbe de charge est comme presque partout ailleurs d’abord maximale dans la journée. Désolé Guydegif, mais s’il y a vraiment une caricature du projet de merde, payé par le contribuable et le consommateur métropolitain, non optimisé, le machin de requins qui ne cherchent que des subventions et des tarifs, c’est bien celui-là. Bon, avec le recul de deux ans d’exploitation dont les résultats sont disponibles jour par jour sur Internet, le terme “projet de merde” qui visait plus l’aspect financier me parait en plus conforté par les résultats techniques.

Verdarie

Bien que j’ai la faiblesse (semble t’il ?) de croire que les énergies renouvelables supplanteront un jour les énergies fossiles, nucléaire y compris, n’en déplaise à Dan 1,je pense qu’il ne faut pas se laisser éblouir par la nouveauté et faire comme bmd, regarder le bilan énergétique et économique de chaque technologie avant de pouvoir dire s’il s’agit d’une avancée ou Juste d’une prouesse technologique ? Pour ce qui concerne les hydroliennes j’y vois à terme des problèmes liés aux joints, du fait du sable, de la vase et de la prolifération des organismes marins comme les balanes ou des moules,des encombrements liées aux algues et des variations de pression donc de la vitesse lié à la hauteur des vagues. Mais contrairement à 6ctsimple, je reste persuadé qu’il est possible de se passer des énergies fossiles et de faire du tout renouvelable à condition de pouvoir stocker en masse. Pour ce faire je propose un système innovant.

6ctsimple

…à la place des autres….. “Mais contrairement à 6ctsimple, je reste persuadé qu’il est possible de se passer des énergies fossiles et de faire du tout renouvelable à condition de pouvoir stocker en masse” Evitez si possible de parler à ma place! Ce n’est juste pas une question aujourd’hui. Rappelons que deux pays comme l’Allemagne et la France fonctionnent aujourd’hui à plus de 85% de fossiles+ fissiles pour leur mix énergétique. Alors les 100% renouvelables on a le temps d’y réfléchir….

sunny

“Alors les 100% renouvelables on a le temps d’y réfléchir…” C’est sûr, vous serez mort. Pour moi, j’ai encore bon espoir….

6ctsimple

Quel argument percutant!

Verdarie

6ctsimple C’est en comparant les techniques qu’on peut les imposer. De pouvoir en parler permet de dire qu’elles existent et qu’il faudrait pouvoir les comparer. Si ce n’est pas une question pour vous,qui vous contentez des fissibles et des fossiles, libre à vous ! Mais n’en faites pas une généralité. D’autres pourraient s’y intéresser. IL n’y a pas que la France et l’Allemagne dans le monde et sans doute sur Enerzine. Et je ne parle pas à votre place, c’est vous qui dites qu’il n’est pas possible de se passer des fossiles pour produire de l’énergie et moi qui dit le contraire.

Dan1

Lorsque nous disons que l’Allemagne (comme la France) est un pays qui tourne à plus de 85% aux FOSSILES + FISSILES, il ne s’agit pas d’une opinion et de philosophie mais d’un constat implacable réalisé… par les Allemands eux-mêmes : Selon l’AGEB (Die Arbeitsgemeinschaft Energiebilanzen), fin 2015 : L’Allemagne tourne à 87,4 % aux FOSSILES + FISSILES Ceci est fait désormais public.

6ctsimple

“c’est vous qui dites qu’il n’est pas possible de se passer des fossiles pour produire de l’énergie et moi qui dit le contraire.” Ah bon? J’ai écrit ça où? ( vous pouvez remonter jusqu’à 2008). Ce que je dis, c’est que quand on est à plus de 85% de fossiles+fissiles ( et c’est le cas de tous les grands pays, ceux qui font la très grande majorité des émissions, Europe,US,Chine, Inde, Russie, Japon,….) et qu’il est bien difficile d’envisager une réduction de plus d’un demi-point par an dans la durée, l’urgence ne me parait vraiment pas être de savoir comment on va passer de 50% (par exemple) à 0, mais plutôt comment on va passer de 85 à 50…. Ca peut nous occuper certainement plus d’un demi-siècle….enfin, ni vous ni moi, mais peut-être Sunny….

Dan1

2015 en image : Pour l’Allemagne (et la France), il me semble effectivement raisonnable de se concentrer sur la réponse à la question : comment passe-t-on d’un mix énergétique à plus de 85 % FOSSILE + FISSILE à un mix énergétique aux alentours de 50 %. Déjà là, on va mettre deux à trois décennies… après on verra. N’oublions pas que l’Allemagne progresse d’un % par an en matière d’EnR.

6ctsimple

Merci de reprendre à votre compte une question assez simple, avec des chiffres assez ronds, représentant quand même le franchissement d’une étape qui serait symboliquement importante: à quelle date le monde ne serait-il plus alimenté en énergie qu’à 50% par du fossile? Pour autant, je vous trouve assez magnanime avec nos voisins, dont vous dites “l’Allemagne progresse d’un % par an en matière d’EnR.” Si j’en crois un lien recemment fourni par notre ami Sunny : entre 2004 et 2014 l’Allemagne est passée de 5,77% à 13,83% de renouvelables en energie finale, soit plutôt 0,8% que 1%. Et c’est en grande partie lié à l’essor de l’utilisation de la biomasse, qui maintenant est quasiment au taquet. Bref, ça va se compliquer et 0,5 pt/an dans la durée me parait déjà très volontariste.

sunny

Quand on change de paradigme, cela peut aller très vite! S’il y a un choix politique de remplacer une partie du pétrole utilisée par de l’électricité renouvelable(vs vecteur méthane ou hydrogène), on s’engage dans une nouvelle trajectoire qui est celui d’un désengagement progressif des fossiles. Si on change de modèle, cela peut aller très vite! Taxer le carbone au niveau mondial pour financer la transition, pq pas? Quelle autre alternative?

sunny

Ce qui manque encore, c’est une vision politique claire. Une définition des nouvelles règles du jeu. Une fois que tous le monde est d’accord (ceux qui comptent), cela ira très vite!

Lionel-fr

Terme ô combien français dans l’idée, l’âme et la méthode.. M’enfin il recouvre assez bien LE paradigme actuel qui ressemble plus à une épopée qu’à un fond de commerce… C’est d’ailleurs ce qui fâche le plus. Faire sauter les premiers verrous : c’est fait Optimiser (raffiner dirait Molière) : c’est plus ou moins ce que le monde fait actuellement Digérer les nouvelles ruptures : c’est ce qu’on fait à reculons : les énergéticiens n’ont même pas vraiment digéré l’éolien et le solaire… Comment leur faire passer la pilule de l’éolien flottant, du PV préintégré (préfab en usine, inclus dans la conception) L’Allemagne avance comme un char à boeufs : lentement avec un couple à déraciner les montagnes. La France chipote, pleure ses vieux métiers, se met en colère, s’excuse de s’être mise en colère, repleure un coup et se résigne.. Bien sûr qu’il y a des seuils et qu’ils sont différents selon les modèles de business et de cultures. Si vous intégrez l’idée du transport d’hydrogène maintenant , vous n’allez pas concevoir votre réseau comme si l’hydrogène était impossible pour toujours (mais puisque c’est écrit dans les grimoires de Gargamel !) Théoriquement, si vous achetez une maison dans un village contellé d’éoliennes, les impôts locaux devraient être contenus et les services communaux bien développés. Logiquement , j’achète une maison dans une forêt d’éoliennes et je profite aussi du réseau électrique tout neuf installé pour elles ! Effet collatéral. Difficile de se faire une idée de la croissance en intégrant ce genre de donnée : la revitalisation des régions qui passent de clientes dépendantes à producteur indépendant… Le potentiel de vertiwind est d’ajouter 10GW d’éolien à 30% de charge par an pendant une vingtaine d’années. Je fais cette prévision parce que l’installation , le shipping et la fabrication sont complètement intégrées dans le processus industriel. Et pendant cette montée en charge quasi verticale de l’éolien flottant, les autres ne sont pas en reste mais si votre hydrogène est à zéro, votre PV va vite saturer comme en Allemagne .. Et votre éolien va vous compliquer la vie. Mais comme son potentiel est de nature à produire 600TWh par an, cela justifie pleinement un développement massif de l’hydrogène-réseau.. Pourquoi faire sinon ? La croissance de l’un entraine l’éclosion de l’autre. L’inverse est aussi vrai.. Je ne prophétise pas vraiment la fabrication de 100 000 éoliennes flottantes mais je remarque qu’elle se scénarise toute seule.. Et si l’ASN disait que la moitié du parc nuke est fini, en fin de vie ? on ferait quoi concrètement ?

Dan1

A 6ctsimple. “à dan1: magnanime” Oui, je sais, c’est un peu une faiblesse quand je cite les statistiques allemandes, il m’arrive d’arrondir favorablement. Sinon, on peut faire une analyse plus fine à partir de ce fichier de l’AGEB : En intégrant les données de 2015, on peut faire une analyse sur dix ans (de 2005 à 2015). Sur cette période, on voit les EnR passer d’une production annuelle de 768 à 1679 PJoule, ce qui représente une progression annuelle moyenne de 13%. Dans le même temps, l’énergie totale utilisée passe de 14558 à 13335 PJoule. La proportion d’EnR dans la consommation globale passe donc de 5,3% à 12,6%. On voit donc que si les EnR ont fortement progressées dans la décennie passée, elles atteignent néanmoins un taux de pénétration modeste dans le mix énergétique qui passe de 94,7% FOSSILE + FISSILE à 87,4% FOSSILE + FISSILE. Après on exprime cette réalité comme on veut. Passer de 5,3% à 12,6% en dix ans peut être exprimé par un gain de 7,3% par rapport au mix énergétique et on présente alors un gain annuel de 0,73%. Vous étiez donc plus proche de la vérité que moi.

lionelfr

La vieille école qui met des croissances en logarithme et calcule des hypothèses en linéaire dessus ! Seules les peta Joules sont intéressantes Dan, les poucentages moyennés sont une ERREUR DE CALCUL ! (en majuscules comme dan aime bien ecrire les mots fossiles + fissiles toujours en majuscules!) Soyons bref : chaque année le total change, une fraction F% de ce total vaut donc une quantité différente d’une année à l’autre , disons que jusque là , ça va à peu près Mais quand vous faites une moyenne , vos poucents ne recouvrent pas tous la même valeur , votre échelle n’est ni linéaire, ni logaritmique , elle est erratique ! Les croissances en poucents n’ont d’intéret que si toutes leurs composantes sont logaritmiques , ce qui n’est presque jamais le cas mais encore moins en ce qui concerne les petajoules renouvelables ! L’énergie et la finance sont deux disciplines différentes et au demeurant , je pose la question de la responsabilité des calculs en pourcent dans la crise des subprimes. Tous les vendeurs peu scrupuleux de produits financiers douteux font des courbes de pourcents qui semblent monter jusqu’au ciel. En y regardant de plus près vous constatez que ces courbes sont fausses C’est une façon de calculer spéciale arnaqueur du siècle dernier Non mais sans déconner , mettez des pourcents si vous voulez la jouer “golden boy” mais évitez de faire des calculs linéaires dessus (moyenne = division linéaire)

6ctsimple

C’est le problème avec nos amis allemands, ils la jouent petits bras… Leur Enegiewiende, c’est de la petite bière. Ce qu’il leur faudrait, comme dit Tech, c’est un changement de paradigme.

6ctsimple

Heureusement qu’on a Lionel pour débusquer les manipulations sordides de Dan1. Bon , et alors, en oubliant “le monde” comme je l’évoquais ci-dessus et en ne s’interessant qu’à l’Allemagne, vers quelle année pensez-vous que l’Allemagne passera en dessous de 50% de fossiles dans son mix énergétique, mon cher Lionel? PS: remarquez que je vous donne une indication en parlant uniquement de fossiles et non de fossiles+fissiles.C’est quasiment à coup sûr au-delà de 2022….

Dan1

Bon faisons simple et approximatif. En dix ans, L’allemagne a fait baisser les FOSSILES + FISSILE de 95% à 87% dans le mix énergétique. A ce rythme là, l’Allemagne passerait sous les 50 % en 2062.

6ctsimple

Votre calcul confirme bien le “tuyau” que je donnais à Lionel, c’est bien après 2022… sauf changement de paradigme particulièrement musclé.

Reivilo

1 : Entre l’an 1 de notre ère et l’an 1 000 la population mondiale est passée de 250 millions à 257 millions, soit une progression un peu inférieure à 3% en mille ans. => A combien pouvons-nous estimer la population mondiale en l’an 2 000 ? 2 : Rattrapage : En 2010 le Japon produit 30% de son électricité avec le nucléaire. Le gouvernement projette de passer cette part à 40% en 2017. => Quelle est la part du nucléaire dans la production d’électricité japonaise en 2015 ?

Dan1

A Reivilo. Mais alors si l’avenir est aussi incertain, pourquoi nous rebat-on les oreilles avec des projections à 2050 ?

Dan1

Il s’agit évidemment de progressions. Et on en parlait déjà en 2008 :

Verdarie

Dan 1 La philosophie sert à comprendre ou l’on veut aller et comment ? Je ne conteste pas vos chiffres. Je dis juste qu’on peut faire autrement ! C’est le autrement qui rend possible ce qui ne l’était pas avant ! C’est ce que je propose d’expliquer contre des garanties qui assureront un partage équitable de la valeur apportée. 6ctsimple Si les chiffres sont utiles pour faire des comparaisons, ils ne le sont guéres pour comparer ce qu’on croit connaitre… Que par des préjugés !. L’innovation change la donne parce qu’elle amène des avantages qui la font préférer à l’existant. Plus elle présente d’avantages,plus elle va vite à s’imposer. Parce que ceux qui ne suivent pas, ne trouve plus la rentabilité que leur procurait leur système. C’est la raison pour laquelle les techniques existantes et proposées aujourd’hui par les acteurs de l’économie n’arrivent pas à s’imposer réellement .Elles ne présentent pas assez d’avantages pour entraîner une révolution.

Dan1

A Verdarie. Je voulais juste signaler que fin 2015, l’Allemagne tourne à 87,4 % aux FOSSILES + FISSILES et que le rythme de décroissance est faible (de l’ordre de 0,8 % par an). Je faisais donc remarquer (avec 6ctsimple) que pour passer sous les 50 %, il faudrait presque 50 ans. Maintenant, vous me dites que l’on peut faire autrement. Soit, alors dites-le notamment aux Allemands pour qu’ils pressent le pas !

Verdarie

Vous avez raison, si l’on reste dans le schéma actuel ?… Je vous accorde qu’on a du mal à comprendre qu’un pays qui veut sortir des fossiles et de l’atome puisse utiliser autant de charbon pour produire son énergie ? Toute la difficulté du changement se résume en ces mot “Un tiens vaut mieux que deux tu l’aura”. Laissons faire les autres qui “essuient les plâtres” . Il sera toujours temps de se pencher sur la question lorsqu’on saura de quoi il s’agit ?

Verdarie

D’un autre côté, on peut comprendre les Allemands qui peuvent se dire, pourquoi devraient-ils s’intéresser à des propositions de stockage de masse en France, alors que les Français ne s’y intéressent pas ? Pourquoi faudrait-il qu’ils s’intéressent à un système qui, nous dit-on, pourrait intéresser les centrales atomiques ?..Alors que les atomistes Français ne semblent pas s’y intéresser ? Quel est donc ce frein ?? .. .La présomption ?….Croire que seuls, comme me l’affirmait longnuke récemment dans un blog, il était impossible pour un particulier d’amener une réponse économique au stockage de masse, parce que des milliers d’ingénieurs dans le monde travaillaient sur cette question, qui n’était à ce jour pas résolue ? La peur de fournir des armes à ceux qui voudraient plus d’écologie dans la manière de produire notre énergie ? Peur de perdre son temps à écouter des fariboles ou des sornettes ? Peur de perdre son emploi ? Peur de changer notre façon de concevoir notre énergie ? Décidément, je n’ai pas de réponse ? A moins que ce soit un ensemble de tous ces pourquoi ?

Devoidereserve

Le design de la partie centrale du rotor à encore changé ! Intéressant…

Weider Guy

Hello !
Dernier article de janvier 2016 !
Derniers commentaires d’il y a 1 an et qqs 8 mois !
Qu’en est-il à fin octobre 2017 de la 1ère OpenHydro de Paimpol-Brehat?
Qu’en est-il de la N=° 2?
Merci de nous dire avec un REX complet et chiffré.
Salutations
Guydegif(91)

47
0
Laissez un commentairex