Photovoltaïque : la lumière bleue favorise le rendement

Grâce à de meilleures connaissances sur la composition de la lumière du soleil, des chercheurs australiens de l’Université de Nouvelle-Galles du Sud (UNSW) vont faire la démonstration de nouvelles techniques de production permettant aux panneaux solaires traditionnels de capturer plus efficacement les photons situés à l’extrémité du spectre de la lumière.

A cet effet, une chaîne unique de production sera construite dans l’université grâce à des fonds provenant à la fois du gouvernement fédéral et d’une société allemande spécialisée dans l’énergie.

L’absorption des ondes courtes de couleur bleu pourraient augmenter de manière significative le taux de rendement des cellules solaires. En effet, la lumière bleue est absorbée par la cellule d’une façon plus intense, à l’inverse de la lumière rouge qui ne l’est que très faiblement.

Déjà en novembre dernier, l’équipe dirigée par le Professeur Martin Green et Stuart Wenham avaient annoncé un rendement effectif de l’ordre de 25 % très proche du taux théorique maximal de 29 % possible pour la première génération de cellules photovoltaïques en silicium.

Le programme de démonstration permettra également de déployer de nouveaux procédés dans la coupe au laser autorisant une plus grande précision.

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Duchnok

De telles informations j’en lis pour ma part plus de 50 fois par an (et pas seulement dans ENERZINE), et depuis 50ans. Elle peuvent concerner éventuellement des équipements dans l’espace ou dans des équipements isolés comme les balises pour lesquelles le coût ne compte pas, alors que le rendement des cellules utilisées pour la production d’électricité n’a pas changé depuis 50ans,, étant invariablement de 12 à 14%. Le catalogue de SCHUCO, fortement implanté en France, donne 13% de rendement, qui est le même que celui qu’on lit dans des documents universitaires des années 60 (et dans l’article « photopiles solaires » d’ENCYCLOPEDIA UNIVERSALIS, alors que le critère d’emploi pour la misérable production d’ »électricité pourrie « du photovoltaïque est le prix au Watt installé, qui est actuellement de 9euros le Watt (voir HESPUL et un article de QUE CHOISIR de juin 2008), et non un dollar comme on le lit. ENERZINE devrait imaginer que ses lecteurs ne sont pas tous des sots et des ignorants, à qui on peut répéter les mêmes stupidités, dont ils constatent qu’elles sont éternellement sans effet ! francis.nimal, Ingénieur Centralien de 68 ans : par retour de mail (mon FAI est à base d’agrume), je vous envois un dossier complet sur le sujet.

1
0
Laissez un commentairex