SunID refroidit les centrales solaires pour obtenir plus de puissance

Conçu pour les exploitations professionnelles par des spécialistes du photovoltaïque industriel, la startup SunID a développé un dispositif de refroidissement de toitures solaires qui permet d’augmenter la puissance des panneaux photovoltaïques jusqu’à 20% en été.

Une trop forte montée en température des panneaux solaires posés sur les toits a pour effet de réduire leur rendement électrique. L’offre SUNiBrain se compose d’un circuit de refroidissement par aspersion, d’un système intelligent de gestion thermique, et d’une unité écologique de recyclage de l’eau de pluie. De plus, l’installation rassemble les caractéristiques qu’exige un exploitant de grandes toitures photovoltaïques : "pose sans remise en question de la décennale, service de maintenance assistée par une intelligence centralisée, etc."

"Les cellules produisent 20% de puissance en plus quand on abaisse leur température de 90 à 40°C. Car le rendement électrique diminue de 0,4% par degré au-delà de 20 °C" affirme Nicolas Cristi, Président de SunID. "Le refroidissement diminue l’usure des cellules photovoltaïques et l’arrosage nettoie les panneaux, qui produisent davantage d’électricité."

SUNiBrain refroidit les centrales solaires pour obtenir plus de puissance

L’effet des gouttes d’eau améliorent l’incidence du rayonnement solaire sur les cellules PV, tandis que le nettoyage quotidien du verre des panneaux améliore la quantité de rayonnement UV entrant.

"Le système utilise de l’eau déminéralisée par mère nature : l’eau de pluie, récoltée et stockée sur place. Utiliser une eau d’irrigation ou l’eau du secteur serait souvent néfaste pour les panneaux photovoltaïques, car les résidus minéraux, en particulier de calcium ou de silice, forment une pellicule qui bloque les UV, fréquence de lumière essentielle pour le photovoltaïque" précise Nicolas Cristi . "La disponibilité en eau est le facteur crucial, surtout dans les régions où la pluie est peu abondante, avec pour réponse une gestion hyper-économique de l’eau précieusement récoltée."

Comme les gicleurs sont alimentés par une petite pompe électrique de 4 kilowatts pour une centrale de 250 kilowatts, l’installation consomme peu d’énergie.

Un boîtier électronique commande avec précision l’arrosage selon des paramètres bien définis : température, hygrométrie, évaporation, production électrique, etc. Au final, l’eau est utilisée à bon escient.

>>> A découvrir le site de SunID : ici

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
13 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
jpdebangui

L’aspersion avec de l’eau posera toujour des problèmes car elle précipitera aussi les poussières contenues dans l’air. Une autre solution a été proposée, placer un réseau de refroidissement derrière les cellules. Cette solution permet d’avaoir de l’eau chaude en même temps que de l’électricité… Elle me semble ainsi plus performante. Par contre, il reste ne nettoyage périodique des panneaux… Nothing is perfect !

Sicetaitsimple

= eau déminéralisée? Avant qu’elle ne touche le moindre obstacle ( un toit recouvert de panneaux pas exemple), c’est en gros vrai, et encore…Si la concentration en matières en suspension baisse dans l’air après des épisodes pluvieux, c’est quand même un signe que la pluie abat un certain nombres de substances. Mais une fois récupérée en entrainant des particules neutres mais aussi des élements biologiques puis stockée pendant forcément des jours, j’ai quelques doutes…. Mais bon, nous verrons bien….

thermo

Ainsi, les panneaux photovoltaïques ont besoin d’une source froide ! De quoi promouvoir le solaire thermique qui a un bien meilleur rendement non ?

Sicetaitsimple

laissez tomber, quand la ressource est gratuite ( c’est le cas pour le soleil ou le vent) le rendement n’a aucune importance. La seule chose qui compte , c’est le coût de transformation de cette ressource gratuite en électricité, et là le solaire thermodynamique est très loin derrière le PV au moins aujourd’hui. Quant au solaire purement thermique (pour faire de l’éau chaude), le problème est que le monde est mal fait: là ou ce serait le plus interessant ( les pays où il y a des besoins de chauffage importants),figurez vous qu’il y a peu de soleil aux moments où il il y a des besoins de chauffage…. Mais il y a Drakeland, sujet interessant dont nous avons déjà beaucoup parlé mais jamais personne n’a réussi à trouver ce que ça avait couté.

blabrique

• Diffusion de l’eau : il y a d’autres systèmes qui laissent l’eau couler lentement depuis le haut via une rampe perforée ; c’est moins coûteux en installation et de plus je pense plus économe en eau. Je n’ai pas encore réalisé un tel système (suiveur PV), mais je suis déjà autonome notamment en eau : eau de pluie filtrée à 5 microns, ce qui s’approche de l’eau osmosée (que je produis aussi par ailleurs). • Automatisation : un système tout simple et très peu coûteux est l’installation d’un thermostat électronique (genre Velleman en kit) dont le capteur est placé en bas au revers du panneau central et le tout relié à une électrovanne. Par ajustements manuels successifs, on peut alors optimiser la production en rapport avec la consommation d’eau. En ce qui me concerne comme je produis plus d’eau que je n’en consomme et qu’en plus elle sera récoltée en bas du suiveur, je pense que seule la consommation du groupe électrophore (avec réserve ce qui limite le fonctionnement et donc la consommation électrique) sera à prendre en compte par rapport au gain de production immédiat (faire en sorte que la production PV en surplus soit supérieur à la consommation du groupe). N.B. Détails de ma réalisation « autarcique » (électricité, eau, chauffage) :

blabrique

Merci pour vos appréciations ! Je vis en couple et nous sommes adeptes de la « simplicité volontaire » ce qui nous permis de pouvoir financer tout cela à une époque ou la Région Wallonne (Belgique) se montrait généreuse pour les investissements de ce type. Ces travaux sont je pense généralisables et tout ou en partie, mais tout est une question de volonté et de priorité ! Il y a par exemple la récupération des eaux de douches pour les WC (gain 30m³ ou 150€ par an) et qui est très facile à réaliser (voir sur le site) et amorti en un an si on fait le travail soi-même. Le suiveur photovoltaïque vient d’être amorti (en (3 ans et demi) et maintenant il rapportera plus de 3000€/an en plus des près de 5000e/an alloués par la Région Wallonne pendant 11 ans encore ! De quoi alimenter encore d’autres projets qui iront aussi dans le sens de freinage du réchauffement climatique…

6ctsimple

Vu la réponse, c’est pas vraiment Blabrique qui paye, ce sont plutôt ses voisins!

6ctsimple

“Le suiveur photovoltaïque vient d’être amorti (en (3 ans et demi) et maintenant il rapportera plus de 3000€/an en plus des près de 5000e/an alloués par la Région Wallonne pendant 11 ans encore ! ” C’est vraiment de la simplicité volontaire assumée! On est loin de nos pauvres débats sur les 64€/an de tarif d’injection PV pour dans 15 ans!

blabrique

Toujours les mêmes remarques de personnes qui ne se rendant pas compte de ce qui suit : 1° quand il a fallu financer les productions à base des autres énergies fossiles et entre autres le nucléaire, tout s’est répercuté dans la facture du citoyen, sans que personne ne s’en insurge ! 2° quand c’est le voisin qui est en partie financé, tout le monde oublie qu’il participe à permettre d’atteindre les objectifs de production durable imposé par l’Europe sous peine de sanctions et qui donc permet à tout le monde d’y échapper) ; 3° c’est une question de survie à moyen terme (l faut freiner non seulement le réchauffement climatique mais tous ses effets nocifs déjà pour la santé (maladies respiratoires, cancers…) et notamment les effets des particules fines : l’OMS estime que, chaque année, plus de 2 millions de personnes meurent du fait de l’inhalation de particules fines présentes dans l’air ! 4° la mise en route de la production durable nécessairement diversifiée nécessite le financement de nouvelles productions innovantes (éolien, photovoltaïque…) ; 5° il est normal que ce soit toute la collectivité qui les finance au travers notamment le système des certificats verts (Belgique) ; 6° il n’est donc pas normal qu’on s’insurge contre un tel coût, vu qu’on ne peut pas faire autrement ! 7° la production durable a en effet sur la baisse du coût de l’électricité (dont tout le monde profite), mais cela ne fait pas plaisir aux producteurs “fossile” qui voient une perte progressive et constante de leurs parts de marché ! ————— Par rapport à la critique concernant la simplicité volontaire, les sacrifices (abandon du luxe, de vacances hors domicile, …) ont été incontournables (la subsidiation ne suffisait pas contrairement à ce qu’on induit plus haut !) ——— Eau : l’économie est de plus de 450€ par an et donc le système installé (citerne et filtration) s’amortit en 4 ans tout au plus

blabrique

Comme décrit, TOUT le monde profite pourtant des efforts citoyens pour le développement des énergies durables. Tout le monde en ce compris ceux qui râlent tout en n’ayant pas fait grand chose pour freiner le réchauffement climatique et en plus, comme décrit améliorer la santé de TOUS ! Ceux qui ne font rien ont beau jeu comme plus haut de prétendre, par exemple, que l’eau n’est pas encore assez chère pour réaliser l’investissement que j’ai fait (amortissement en 4 ans) ou ne fût-ce ce que j’ai réalisé par rapport à la récupération de l’eau des douches (amortissement en un an !) —- CIGALE ou FOURMI, il faut choisir !

blabrique

P.S. Plutôt qu’un discours au raz des pâquerettes qui se borne infantilement sur l’aspect “fric”, il vaudrait mieux responsabiliser davantage les gens pour qu’ils investissent davantage selon leurs moyens dans le durable et ce n’était pas au départ une question de budget ou de richesse personnelle, comme en témoignait ce chômeur (sur le forum de la DH) : « Coolraoul – Belgique 28.02.13 | 08h12 “réservé aux parvenus” ? Je suis au chômage depuis 2 ans et j’ai installé 6600 kWc. Le prêt vert et les CV anticipés font le reste. Inculte tu es, inculte tu resteras ». Evidemment, il fallait (Belgique) réagir à temps pour pouvoir bénéficier des aides d’Etat à présente très réduites !

6ctsimple

Merci pour la leçon de morale en 7 points! J’avais vraiment le rouge qui commençait à me monter au front, jusqu’à ce que je vois la dernière phrase de votre post-scriptum: “Evidemment, il fallait (Belgique) réagir à temps pour pouvoir bénéficier des aides d’Etat à présente très réduites !”. Tout est dit!

6ctsimple
13
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime