Tarifs solaires 2010 : les centrales au sol favorisées

Les tarifs d’achat électro-solaire récemment publiés se divisent non plus en deux mais en trois catégories : les installations avec « Intégration au bâti », les installations au sol et la nouvelle catégorie, les installations avec « Intégration simplifiée au bâti ».

Voici le regard de Guy Vicente, Président de Schüco France et Directeur de Schüco International KG, sur les nouveaux tarifs de rachat d’électricité

« Si nous disposons désormais d’un cadre et d’une feuille de route jusqu’en 2012, la multiplication des tarifs d’intégration ne facilitent guère leur compréhension. L’évolution des tarifs à la baisse pour des installations sur les bâtiments de bureaux, industriels, commerciaux, agricoles choque beaucoup de professionnels.

Il est absolument incompréhensible de voir les tarifs intégrés écartés des bâtiments neufs. Que va t-on faire des bâtiments à énergie positive et des Bâtiments Basse Consommation (BBC) ainsi que des bâtiments à l’étude depuis 18 à 24 mois pour lesquels le calcul de rentabilité avait été déterminé selon un tarif de rachat à 60 centimes d’euros le kWh. Ces mesures ne risquent t-elles pas de décourager les architectes qui s’intéressaient et/ou commençaient à intégrer ce type d’équipement ? Les investisseurs ne risquent-ils pas de se lasser ? Alors que l’on s’attendait à des mesures privilégiant l’intégration dans les bâtiments neufs à l’instar du Grenelle de l’environnement, ce décret privilégie au contraire la rénovation.

De la même façon et alors que la France s’était fait fort de privilégier les tarifs intégrés pour favoriser des projets architecturaux pérennes, on s’aperçoit que dans certaines régions, par le biais de la pondération des coefficients, on se retrouve finalement avec un écart de tarif mineur entre les centrales au sol (37 centimes d’euros le kWh) et les installations avec intégration simplifiée au bâti (42 centimes le kWh). Ce décret risque d’avoir un effet contreproductif, en favorisant l’implantation de centrales au sol sur des terrains agricoles au dépens de l’intégration au bâti.

A la lumière de ces dispositions, nous avons décidé d’élargir l’offre actuelle dans les prochains mois en y incluant des systèmes solaires pour centrales au sol ».

Par ailleurs, Schüco a fait le choix de privilégier le développement de systèmes en intégration pour la réalisation de solutions architecturales et esthétiques tant pour les particuliers que pour des bâtiments à usage professionnel (immobiliers d’entreprise, bâtiments industriels, commerciaux, agricoles …).

Schüco achève actuellement l’intégration de 2,2 MWc en toiture sur un bâtiment commercial situé dans le Vaucluse. Ce projet s’inscrit dans le partenariat commercial noué en 2009 avec la société Aérowatt, producteur indépendant et intégré d’électricité d’origine éolienne et photovoltaïque, qui prévoit la fourniture par Schüco de systèmes photovoltaïques représentant une capacité totale installée de 6,8MWc.

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
8 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Toche

Bonjour Je pense que le gouvernement oubli les agriculteurs et il vont bloquer toutes les centrales au sol. Alors moi je confirme que le PV pour les speculateurs a de beaux jours devant lui

Samivel51

Ce Monsieur défend son bifsteak. C’est de bonne guerre, mais l’argument repris dans le titre est un peu fallacieux: le tarif de 42c au sol est valable dans les régions peu ensoleillées où la culture de la betterave à sucre devrait rester bien plus rentable que celle des kWh solaires.

Sfourne

Un francais consomme environ 8200 kwh l’an de courant éléctrique ( maison ,industrie ,chauffage ,etc à) Un panneau solaire bien exposé avec 10% de rendement genere 150 kwh de courant par an . Il faudrait donc 54.5 m2 de panneaux solaires par francais pour avoir un éléctricité 100% solaire … “à condition” ,de pouvoir stocker le surplus d’energie lors des periodes creuses pour les rebalancer sur le reseau lors des pics donc prevoir des capacités de stockage enormes … Comme en france nous sommes 65 millions ,il faudrait donc une surface totale de 3.5 milliards de m2 de panneaux photovoltaiques Ce qui equivaut à utiliser 0.65% de la surface de la france qui fait une surface de 550 milliards de km2. le cout globale hors installation de stockage de ce mode de production energetique avec des panneaux solaires à 1000 euros du m2 serait de ( 3.5 milliards de m2 x 1000 euros ) = 3500 milliards d’euros . 3500 milliards d’euros = 53 000 euros par francais 3500 milliards d’euros = 2.33 x plus que notre dette nationale . Ces 3500 milliards sont un minimum car mentionné en haut ,il faudrait aussi prevoir en plus des capacités de stockage pour ecreter les pics et les creux de consommation . J’ai fais cette analyse pour me faire ma propre opinion du photovoltaique à partir des données de ce site : les chiffres peuvent etre sujet à débat ,mais cette analyse prouve qu’en 2010 avec les technologies actuelles et le prix des panneaux solaires ,les besoins de stockage ,le photovoltaique releve d’un enorme mensonge !. Les installations photovoltaiques ne le sont que grace à des rachats artificiels du courant par EDF à 5.5 fois la valeur du marché … la plupart des agriculteurs et des particuliers que je connais qui ont montés ces installations ne le font que pour l’argent et certainement pas pour la nature ! .de la cupidité à l’etat brute !. Les panneaux ont une durée de vie de 25 ans ,certains specialistes affirment meme que l’energie utilisée pour les produire ne sera jamais retrouvée lors du cycle de vie de ce produit . Par contre il est probable qu’à l’avenir de grandes ruptures technologiques fassent s’effonder le prix et augmenter les rendements des panneaux ,la durée de vie ,ce qui permettrait à cette industrie d’etre viable . Pour finir ,je tiens à signaler que je n’ai aucuns liens professionnels avec le lobby nucleaire qui est lui aussi loin d’etre parfait …

Dan1

La France est certes un grand pays, mais un million de fois plus petit que ce que vous avez mentionné. C’est donc 550 000 km2, sinon c’est des m2. Pour le reste, les ordres de grandeur sont justes et nous l’avons maintes fois souligné, le PV ne peut prétendre aujourd’hui qu’à une position très marginale dans le mix électrique. Je vous renvoie vers un autre article où l’impact du PV est développé :   Voici un extrait : En conclusion : On se posera très rapidement la question de l’impact du PV sur la CSPE… si le PV devient une filière significative dans le mix (enfin à partir de 0,X %). Aujourd’hui, on peut faire l’économie d’un débat car le PV compte pour du beurre (enfin 0,0X %). A partir d’une production annuelle de l’ordre de 2 TWh (0,3 % du mix), l’impact à couvrir par la CSPE serait de l’ordre du milliard d’Euros (variable selon les hypothèses de prix du marché).         

fredo

merci pour cet exercice de prospective, il est toujours interessant de mettre les choses dans leur contexte. 3 points néanmoins: 1-le Photovoltaïque n’a pas vocation à être la seule source d’énergie, 2-les tarifs d’achat ont une vocation incitative pour développer l’utilisation du photovoltaïque. Si surchauffe, d’une certaine manière l’objectif est atteint, et les tarifs de rachat diminuent, 3-encourager les centrales au sol est un changement de priorité incompréhensible, sauf si on souhaite planter la filière… Donc pas d’inquiétude, EDF veille!

Sicetaitsimple

Je n’ai pas d’avis sur le “bon” tarif pour les bâtiments neufs, mais il me semble quand même que le bon sens veuiille qu’il soit inférieur à de l’adaptation à l’existant. Parce qu’il n’y a pas dépose, pas d’adaptation toujours compliquée. C’est un élément de couverture ou de facade, qui vient à la place d’un autre. Si je remplace le pot d’échappement de ma voiture, ça me coute forcément plus cher que le coût du pot d’échappement dans une voiture neuve.Non?

Sfourne

oui autant pour moi 550 000 km2 et non 550 milliards de km2 De toute facon ca change rien au raisonnement il faut quand meme couvrir 0.65% de la surface en panneaux et le cout global sera qd meme de 3500 milliards d’euros !  mais merci qd meme pour avoir deniché mon erreur

Alexsun33

Arrêtons de crier au loup en parlant des centrales PV au sol! Selon le Rapport Solaire / Agriculture de Quattrolibri (2009) que je vous invite fortement à consulter, l’objectif que s’est fixée la France en termes de capacité photovoltaïque cumulée, d’ici 2020, est de 5,4 GWc. En partant du postulat extrême où l’intégralité de cette puissance soit installée uniquement au sol, cela ne représenterait que 15 000 hectares recouverts par des panneaux. Cela équivaut à moins de 0,03 % de la superficie de la France métropolitaine (54 396 500 ha) et moins de 0,05 % de la surface agricole utile (SAU) de notre beau pays. En comparaison, ce sont chaque année en moyenne 66 000 ha de cette SAU qui sont urbanisés, 30 000 ha qui sont abandonnés par les exploitants, 15 000 ha qui sont vendus pour un usage non agricole et 7 500 qui sont reboisés…Je tiens de même à signaler que les tarifs d’achat de base pour les centrales au sol ont aussi baissé, passant de 32,823 c€/kWh à 31,4 c€/kWh.  De plus, j’aimerais savoir quels “spécialistes” du bilan énergétique des centrales PV Sfourne invoque, car il est admis aujourd’hui que les centrales PV compensent au bout de 2-3 ans toute l’énergie qui a été utilisée pour les fabriquer. Enfin, j’ajoute qu’une filière industrielle française spécialisée dans les grandes centrales au sol est en train de se structurer, il s’agit de ne pas l’oublier car elle peut aussi être une locomotive pour l’ensemble de ses partenaires français du secteur du photovoltaïque, comme en Allemagne par exemple.

8
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime