Une technologie qui amplifie la lumière dans les nouvelles fibres optiques creuses

« Cela fait quinze ans que cette idée me trotte dans la tête, mais faute de temps et de moyens, j’ai pris du temps à la réaliser ». Luc Thévenaz, directeur du Groupe pour la fibre optique (GFO), a finalement réalisé son projet : une technologie qui amplifie la lumière dans les nouvelles fibres optiques à cœur creux.

La quadrature du cercle

Aujourd’hui, l’intérieur des fibres optiques se constitue de verre plein. Il n’y a pas d’air. La lumière s’y propage, mais perd la moitié de son intensité au bout de quinze kilomètres. Puis, elle faiblit continuellement pour être à peine détectable à 300 kilomètres. La lumière doit alors être régulièrement amplifiée afin de poursuivre son chemin.

Les nouvelles fibres creuses, avec lesquelles travaille Luc Thévenaz, renferment de l’air ou du gaz. « L’air permet d’avoir moins d’atténuation et donc une propagation à plus longue distance. Il s’agit d’un grand avantage », explique le professeur de la faculté des Sciences et techniques de l’ingénieur. Cependant, dans un milieu ténu comme l’air, la lumière est bien plus difficile à amplifier. « C’est la quadrature du cercle : la lumière se propage mieux lorsqu’elle a moins d’interaction avec la matière. En contrepartie, la possibilité d’agir sur la lumière se restreint d’autant. Notre découverte a résolu ce problème », révèle le scientifique.

De l’infrarouge à l’ultraviolet

Comment les chercheurs ont-ils procédé ? « Nous mettons simplement l’air de la fibre sous pression. On crée ensuite une perturbation bien ordonnée. A l’aide du principe de la pince optique, les molécules d’air sont comprimées et forment de petites concentrations espacées régulièrement. Une onde sonore se développe et prend de l’amplitude, diffractant efficacement la lumière d’une source puissante vers le faisceau affaibli, jusqu’à l’amplifier 100’000 fois », déclare Fan Yang, postdoctorant. Grâce à cette nouvelle technologie, la puissance de la lumière est considérablement multipliée. « Notre découverte s’applique à toutes les lumières, de l’infrarouge à l’ultraviolet, et à tous les gaz », ajoute le scientifique. Cette recherche est publiée dans la revue Nature Photonics.

C'est maintenant !
Fournisseur Total direct énergie

10% de remise sur le prix de votre consommation d'électricité et de gaz !

Thermomètre ultra précis

A l’avenir, ce système ne servira pas seulement à amplifier la lumière. Les fibres optiques à cœur creux et à gaz comprimé pourront également être utilisées comme thermomètre ultra précis. « Nous serons capables de mesurer la distribution de température à n’importe quel endroit de la fibre. Par exemple, si un feu apparaît dans un tunnel, nous saurons exactement où il s’est déclenché en fonction de l’augmentation de la chaleur à un point donné », indique Flavien Gyger, doctorant. Cette technologie sera aussi utile pour créer une mémoire optique temporaire. La lumière pourra être stoppée dans la fibre durant une microseconde, soit dix fois plus longtemps qu’actuellement.

Financement : Swiss National Foundation under grant agreement numbers 178895 and 159897.

Auteur: Valérie Geneux

Partagez l'article

 

[ Article repris avec l'aimable autorisation ]
Lien principal : rdcu.be/b6aWN

Articles connexes

Souscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires