Une version moins polluante du Rallye de Monte Carlo

Depuis 2 ans, une nouvelle épreuve de rallye est courue à Monté Carlo : trois étapes réservées aux véhicules alternatifs ou à faible émission de dioxyde de carbone.

Lancée hier par le président d’honneur de l’Automobile Club du Rocher, le Prince Albert II, la course se déroulera sur 900 km. Le circuit est le même que pour la course conventionnelle, mais elle concerne certaines catégories de véhicules :

Les prototypes, véhicules modifiés et convertis à propulsion électrique.

Les véhicules électriques de série

Les électriques hybrides (à carburant fossile + électrique, ou à carburant bio + électrique)

Les véhicules à énergie alternative : piles à combustibles, moteur thermique utilisant un carburant renouvelable gazeux, moteur thermique utilisant un composé de moins de 50% des combustibles diesel ou essence.

Les véhicules à énergie fossile émettant moins de 120g de CO²/km (essence ou diesel)

Enfin, les véhicules utilisant d’autres solutions.

Cette année, Clermont-ferrand et Lugano en Suisse seront les deux villes départ. Les participants franchiront la ligne d’arrivée dimanche matin à Monaco, au moment où se déroule le salon EVER Monaco 2009, consacré aux véhicules écologiques.

94 véhicules ont été alignées au départ ce matin, pour les 500 premirers kilomètres de concentration. Viendront ensuite les épreuves spéciales, dont celle de nuit.

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
pasnaif

de toute course automobile, gigantesque lieux de gaspillage énergétique et de pollution CO² ? Pas un pour condamner ces trucs d’un autre âge. Le pic pétrolier est à nos portes et l’on vante aux jeunes populations (très sensibles à “l’exemple” des adultes) les vertus du gaspillage à contre courant. Bien sûr, j’oubliais, il y a tant de fric à pomper aux gogos qu’il est hors de question d’arrêter cela. Des gens très moyennement intelligents devraient suffire à faire de petites compétitions basées sur l’économie de carburant, juste 2 heures de circuit avec une vitesse minimale raisonnable (60km/h), jamais plus que le 90 et une récompense au meilleur véhicule. Ou alors au meilleur conducteur économe parmi des voitures identiques. L’homo sapiens sapiens a progressé en permanence pour dominer les éléments naturels tendant à l’éliminer. Il n’y a aucune raison de dévier vers un homo sapiens imbecillus.

1
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime