VGE milite pour la transparence des éoliennes

La Fédération Environnement Durable, hostile à l’implantation de parcs éoliens dits "industriels", lance une adresse aux parlementaires français pour réclamer davantage de transparence.

Réunis en un comité d’orientation stratégique sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing, les membres de la fédération demandent une évaluation du choix de l’énergie éolienne en France et en Europe.

Dans une lettre adressée aux parlementaires, le comité en appelle à davantage de transparence sur la stratégie de développement de l’éolien en France. Il souhaite en particulier que "que soient établies des données chiffrées objectives et incontestables permettant de dresser un bilan prévisionnel exact de toutes les conséquences environnementales et économiques", et  notamment budgétaires, de l’éolien.

Le comité demante notamment que soit communiqué "le montant des surcoûts supportés par EDF", et "que soit étudié dans quelle mesure le rachat obligatoire par EDF de l’électricité éolienne n’occasionne pas des profits manifestement excessifs pour les sociétés exploitantes" ainsi que des précisions sur les opérations financières permises dans le secteur.

Enfin, elle souhaite la diffusion d’une "information sérieuse, complète et équilibrée des habitants" ainsi que leur consultation.

      

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
49 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Guydegif(91)

…car c’est là qu’il y a le plus d’efficacité, le plus de stabilité des vents, le plus de productivité, le moins de nuisances et….le plus de retard en France…. A preuve le champ éolien de 105 MW sur Côte d’Albâtre déjà à l’ordre du jour (communiqué de presse et la totale !) à l’époque de F.Loos, et qui…s’est semble-t-il bien enlisé…ou ensablé dans les dunes(?) depuis ! Il y a de l’Enertrag ..dont le site affiche un mutisme stérile…les Turbines devraient être de MultiBrid, société (allemande) appartenant à Areva…y pas qq neutrons coincés, NOn,…. Donc transparence OUi !, mais pas opacité NON !, soyons cohérents pas de pérétexte à encore faire durer…A bons entendeurs, dont VGE,… Merci ! A+ Salutations Guydegif(91)

Butre

Désolé mais les écologiqtes qui défendent l’éolien se trompent… Il s’agit uniquement d’une vaste affaire d’argent et non d’ecologie… plus de 30 milliards d’euros sont en jeu…pourquoi croyez vous que des grandes mutinationales se jettent actuellement sur ce marché français juteux et sans risques (ou presque). Face aux milliers de projets en cours la Fédération Environnement durable (FED) regroupe des centaines d’ associations de toutes les régions de France . Elle est positionnée sur le terrain de l’écologie , Elle est favorable aux énergies renouvelables intelligentes et surtout aux économies d’énergie. L’écologie et l’environnement Durable ont été détournés pour le profit des industriels de l’éolien qui spolient les consommateurs d’électricité. Pour la FED l’eolien industriel est une “imposture écologique et un scandale financier”. La FED collabore avec d’autres fédérations notamment toutes celles qui protègent les paysages et le patrimoine. Le programme éolien actuel national va vers l’implantation de plus de 15.000 machines de 150m de haut. ( 188 communes du déoartement de la somme sont concernées soit 1 sur 4). C’est de la folie. Aucune de nos provinces ne sera épargnée. Chaque village est en danger. Personne n’est à l’abri des éoliennes géantes. Voici les informations générales que nous donnons aux personnes qui nous demandent de l’aide Comment se déroule en un projet éolien ? Les « promoteurs » ont fait signer discrètement il y a plusieurs mois voir plusieurs années des baux à 20 ans aux propiétaires des terrrains et ils ont convaicu la municipalité de voter un projet car elle allait avoir une taxe professionnelle (TP) mirifique Il est possible que ou les proriétaires aient déclanché le processus mais il y a une société de promotion de l’éolien qui les conseille et qui fait partie du sytème( nous en comptons actuellement en France plus de 500) Le conseil municipal a accepté annonçant que ce n’était qu’un “projet” et le conseil a probablement voté oui à une grande majorité. Il se peut qu’il y ait des liens entre les propriétaires et le conseil municipal, ce que est illégal et pénalement condamnable. La “société” a tenu une réunion ( parfois très discrètement) et a dit qu’elle allait faire seulement une étude mais qu’il fallait un mât de mesure du vent. Elle a rassuré les habitants peu informés en déclarant qu’il ne fallait pas s’inquiéter car ce projet allait sauver la planête…… que 95% des gens étaient pour pour l’éolien……qu’il n’y avait pas de nuisances …que l’europe nous obligeait ,……que cela allait remplacer le nucléaire..etc…. L’agence de Maitrise de l’Energie ( ADEME) a probablement participé à cette désinformation et il serait légitime de s’interroger sur son rôle exact vis à vis des promoteurs. Ceux –ci mênent en effet avec des moyens financiers gigantesques depuis plusieurs années une campagne de marking et de désinformation dénoncée avec fermeté par la FED Ensuite le promoteur monte un dossier d’ “étude d’impact” dans le plus grand secret pendant une periode assez longue ( 1an voir plus) Des mesures de bruit, des études faunistique, paysagères, etc… sont faites par des cabinets conseils financés par les promoteurs et le dossier est étudié par les services de l’Etat ( DDE, DASS, DIREN, DRIRE..) Il là aussi normal de s’interroger sur la validité de ces études payées par les promoteurs .Comment ces experts peuvent-ils être indépendants? Pour la FED il s’agit d’une anomalie grave. Une demande de permis est ensuite deposée en mairie ( non consultable) et les services de l’état demandent des compléments d’enquête pour que le dossier soit en ordre Celui ci passe devant la commission des sites qui est actuellement presque toujours « favorable » Lorsque tout est en place un commissaire enquêteur est nommé par le Tribunal Adminitratif et une enquête publique a lieu. A ce stade, très peu de gens sont vraiment informés, ils n’ osent pas protester et aller contre la volonté du maire sauf si durant toute cette période préliminaire et opaque une association a fait un travail de fond pour informer la population, alerter la presse locale et régionale et mobiliser les riverains. Le commissaire enquêteur donne la plupart du temps un avis favorable, Pour la Fédération Environnement Durable (FED), cette situation éolienne est critique. Nous recevons actuellement quotidiennement des dizaines de SOS de toutes les régions de France. Nous collaborons avec toutes les associations du patrimoine et de protection des paysages et plusieurs groupes écologistes régionaux qui étaient favorables au début à l’éolien et qui maintenant nous aident. ( voir manifestation su SénépY en Isere ou du col du Bonhomme dans les vosges) Nous alertons nos dirigeants concernant l’erreur du projet préconisé par le Grenelle de l’environnement . Une loi de 28.500 Mégawatts éoliens pourrait être votée avant fin juin soit la construction d’environ environ 15.000 éoliennes géantes sur la France pour faire quelques % d’électricité. Si cette loi est adoptée, plus aucune barrière ne sera plus possible…tous les villages seront en danger, croire que votre région sear épargnée serait une lourde erreur… C’est une vaste “affaire d’argent” et non d’écologie. Toutes les chartes, les études, les promesses faites… les “Zones de Développement Eolien”, pour protéger certaines parties du territoire de la France sont illusoires. Des industriels auront tous les pouvoirs La FED défend une “vraie écologie” et elle se bat uniquement contre “l’éolien industriel” qui n’a plus rien à voir avec l’écologie et le sauvetage de la planète. Elle est favorable aux énergies renouvelables intelligentes (principalement à l’échelle individuelle ou du petit collectif) et surtout aux économies d’énergie. Cordialement J.L. Butré Pdt Fédération Environnement Durable pdt de Vent du Bocage (Vienne) ( 60.000 visiteurs par mois)

Paysagesdalsace

Les éoliennes n’ont pas leur place en Alsace Le développement de l’énergie éolienne, en France, s’inscrit dans un contexte malsain, celui d’une collusion de la finance et de l’idéologie du renouvelable. Il se fait au détriment de nos paysages et de notre cadre de vie. Les éoliennes polluent le paysage. Dans les plaines littorales de Vendée et dans les polders néerlandais, de nombreuses éoliennes se dressent à 40 mètres du sol. C’est la hauteur des pylônes de téléphonie mobile. C’est autant que les plus hauts arbres de la forêt vosgienne (35 mètres), c’est un peu moins que les plus grands supports de ligne de transport d’électricité (55 mètres). Les éoliennes du Bonhomme auront une hauteur de 120 mètres et au bout du mât l’envergure des pales est de 50 mètres ! C’est deux fois plus que les plus grands objets connus dans le paysage alsacien. Dans les plaines, l’espace horizontal absorbe une partie de la verticalité. A l’intérieur des terres, les éoliennes sont placées en sommet de relief, une position qui en accentue la dimension. A Fos sur Mer, les éoliennes (60 mètres) forment un paysage cohérent avec leur environnement industriel. Dans la montagne vosgienne, elles sont une intrusion technologique dans un espace dédié à la nature et perçu comme sauvage. La montagne est l’antithèse de la mégalopole qui se dessine dans le fossé rhénan : ses qualités résident dans sa virginité en signe urbain et technologique. Dans les Vosges, le parc d’éoliennes imposera une empreinte industrielle dans un paysage naturel, et cela dans un vaste périmètre. Les éoliennes de Fribourg-en-Brisgau sont perceptibles des hauteurs de Rouffach (distance : 40 kilomètres), mais l’observateur doit savoir qu’elles existent pour les voir. A 10 kilomètres de distance, elles s’imposent comme un point focal. Dans un contexte de croissance énergétique, le recours au renouvelable prépare un asservissement total de la nature Le refus du nucléaire et la dérive climatique ont paré les énergies renouvelables de toutes les vertus. Au point que certains élus veulent leur éolienne comme un certificat de bonne conduite écologique et que certains antinucléaires investissent leur opposition à l’atome dans la promotion du vent. Or, au-delà d’un seuil de mobilisation, dans un contexte de croissance sans limites, les énergies renouvelables peuvent devenir des énergies dures : dégradation des forêts pour satisfaire la demande en bois de feu (comme au début du XIXe siècle), altération des cours d’eau par la multiplication des centrales hydroélectriques (l’hydroélectricité a justifié la deuxième canalisation du Rhin), envahissement de l’espace agricole par la production de biocarburants, industrialisation du paysage par les éoliennes. L’exploitation intensive des énergies renouvelables implique des habitats naturels et des espaces jusqu’alors relativement protégés. Sans une remise en cause de la demande croissante d’énergie, le recours au renouvelable prépare l’asservissement de tout ce qui nous reste d’espaces « sauvages ». Pour autant, le recours à l’éolien ne contribuera pas à une sortie du nucléaire en France. L’électricité produite est injectée dans le réseau d’EDF, où elle rejoint l’excédent de production nationale, qui est commercialisé à l’étranger ou consommé par le chauffage électrique et l’éclairage des monuments. Construire des éoliennes en l’absence d’une réorientation fondamentale de la politique énergétique, dont l’axe central doit être une réduction drastique de la consommation, n’a guère de sens. Sa contribution restera marginale. De plus, cette énergie aléatoire (les éoliennes ne fonctionnent qu’avec des vitesses de vents comprises entre 20 et 80 km/h) ne peut avoir comme complément qu’une énergie souple à mettre en œuvre : centrales thermiques au fuel ou au gaz, hydroélectricité. En l’état actuel de la technique, le vent n’est pas une réponse à l’effet de serre. Une base malsaine de développement Le développement des éoliennes dans notre pays repose sur un mécanisme malsain, celui d’un prix garanti au kilowatt/heure produit. La rentabilité de l’investissement est assurée. Rien d’étonnant, dès lors, que des entreprises financières se précipitent sur cette manne. Le bénéfice dépend du nombre de kilowatts heures produits, ce qui explique la hauteur des pylônes et leur localisation sur le relief. La chasse aux sites d’accueil est ouverte : des chasseurs d’opportunité sont rémunérés pour apprécier la réactivité des populations locales et l’adhésion des élus locaux. Sous la pression des groupes financiers qui ont investi dans l’éolien, la multiplication des projets transformera l’espace naturel en zone industrielle dédiée au vent. Un mauvais coup pour le tourisme de l’Alsace Les premières éoliennes ont suscité la curiosité. Rencontrées en bord de mer, peu nombreuses, elles ont pu séduire. Les suivantes banalisent l’objet et banalisent les territoires qui les accueillent. L’attractivité touristique des Vosges repose sur la qualité de ses paysages et sur son caractère naturel. Les visiteurs de cette région y recherchent un sentiment d’immuabilité, loin des ambiances urbaines et industrielles qu’ils connaissent à longueur d’année. Nous nous sommes battus pendant trente ans pour réduire le nombre des pylônes EDF et éviter la multiplication des antennes de téléphonie mobile. Aujourd’hui, certains prétendent planter sur le relief des pylônes blancs trois fois plus hauts et plus visibles (blancs et équipés de lumières) ! Conclusion : non aux éoliennes en Alsace Les éoliennes ont leur place dans une politique énergétique intégrant l’ensemble des facteurs environnementaux. Elles ont leur place dans les plaines littorales et en mer, où leurs dimensions peuvent être réduites substantiellement. L’Alsace contribue largement à la production d’énergies renouvelables : elle y a sacrifié le Rhin sauvage. La vocation énergétique de l’Alsace réside dans le solaire, le bois et la géothermie. Le Conseil Régional a, fort logiquement, investi dans ce sens. Alors, de grâce, ne sacrifions pas les Vosges à d’inutiles éoliennes, qui ne font le bénéfice que de l’investisseur, de la commune qui perçoit les taxes professionnelles (en cassant le paysage des communes voisines) et du propriétaire foncier qui loue l’emprise des pylônes. Antoine WAECHTER L’assemblée générale de Paysage d’Alsace du 21 mai 2005 a adopté une motion d’opposition à l’implantation d’éoliennes dans le massif vosgien.

langsroth

l’éolien est un énorme scandale financier où tout le monde a été trompé : on y a tous crû au miracle du vent propre, renouvelable et surtout certains politiques prompt à surfer sur la bonne vague et aller toujours là où le public les attend.Sauf que l’électricité ne se stocke pas lorsqu’il s’agit d’alimenter une ville ou une usine et comme le vent n’est pas constant et imprévisible , il faut des centrales à flamme pour soit épauler, soutenir la production éolienne soit la remplacer .Pourquoi des centrales à flamme ?Parce que ce sont les seules à avoir la réactivité nécessaire pour pallier aux sautes de vent .En plus de cela les éoliennes tuent des milliers d’oiseaux, un autre scandale dissimulé par tous moyens par les promoteurs de l’éolien.On s’est bien fait avoir !Même des entreprises comme E.ON ( un très grand groupe de production d’électricité ) avouent que l’éolien est quasi ingérable,et qu’il faut doubler ou presque toute éolienne ou presque avec une centrale à flamme : seront les journalistes courageux qui oseront dénoncer ce scandale et ce gaspille monstrueux d’argent ( c’est nous qui payons sur notre facture EDF ) ?quelques uns l’ont fait mais ce n’est pas assez : il faut arrêter de faire la fortune d’un tout petit nombre alors que l’éolien ne répond pas à notre besoin de réduction de CO2 

Anatole27

Si l’éolien était aussi merveilleux et fédérateur, pourquoi tant de magouille et de corruption. Pourquoi écarter la population des débats et des projets alors que soit disant 90% de la population adore l’éolien ?! Il y a un non sens flagrant dans cette pseudo énergie verte aussi verte que la couleur du dollar… La publicité et le délire qui est fait autour de l’éolien est très malsain. Heureusement que l’on commence à s’inquieter de ce problème qui pourrit la vie de nombreux français aux profits d’une poignée de charlatans et de marchands du temple.

Pense

Rien de nouveau dans les remarques ci-dessus. La Fédération Environnement Durable, qui n’a de durable que le nom, avance toujours les mêmes arguments. Mais pourquoi tant d’hostilité face au développement de l’éolien ? Le surcout supporté par EDF ? C’est le cas pour toutes les énergies renouvelables, et l’éolien est l’énergie dont le tarif d’achat est le moins cher de tout ce bouquet vert ! Très facile également d’utiliser un vocabulaire digne de la presse à scandale dispo chez tous les coiffeurs. « le scandale de l’énergie éolienne, imposture écologique ». Et dire que des membres très actifs de la FED – Vent de colère sont des anciens de grandes multinationales de la chimie (Rhône Poulenc pour ne citer personnes) qui ont pollué pendant des dizaines d’années notre planète et à la retraite ne se rachète même pas une conscience… Heureusement que l’éolien est rentable, autant que toutes les autres énergies renouvelables ! C’est bien grâce à ce financement et cette aide à l’investissement (par un tarif d’achat garanti) que l’enjeu du changement climatique va être relevé. Et les objectifs d’implantation ne sont pas pour quelques MWh d’éolien chaque année… Quelques chiffres : fin 2007 2500 MW installés en France, production de l’éolien sur l’année : 1% de la consommation. Objectif 25 000 MW, soit 10% de la consommation électrique ! et si on met en place des actions de maîtrise de l’énergie je vous laisse faire le calcul. Aujourd’hui, puissance d’une éolienne : 3MW, donc on est plus proches des 10 000 éoliennes en France à comparer aux 36 000 communes, soit 1 éoliennes pour 3 communes. Rien de très effrayant ! Petit rappel, l’hydroélectricité couvre 13% de la consommation électrique. 10 % d’éolien c’est significatif ! et arrêtons de faire croire que le développement de l’éolien est là pour remplacer le nucléaire, c’est faux archi faux ! L’éolien et les énergies renouvelables sont là pour diversifier et sécuriser les sources d’approvisionnement. Merci à M. Butré, M. VGE, la FED et Vent de colère d’être transparent sur ses arguments, ses modes de financement et ses raisons d’être !

Jacques

Contrairement aux idées répandues ces éoliennes ne sont pas implantées pour des raisons écologiques mais bien pour des raisons financières.La faute à un système d’incitation pervers mis en place par les pouvoirs publics. En effet, pour les promoteurs éoliens il est plus intéressant de les implanter sur les sites peu ventés puisque le tarif de rachat est alors plus important quand les heures de fonctionnement sont faibles. Ces éoliennes rapportent beaucoup d’argent aux promoteurs sans risques puisque c’est EDF qui garantit les revenus. Les communes sont intéressés puisque la Taxe professionnelle va rentrer dans les caisses. Les propriétaires des terrains vont toucher les miettes. Pour résumer on implante sur des sites peu ventés , le promoteur béneficie d’un revenu payé par EDF , répercuté sur le consommateur.Tout cela coûte cher, est parfaitement inutile et va même dégrader l’environnement par l’atteinte aux paysages, le mitage et les nuisances aux riverains. Incroyable et invraisemblable système;

Yvonne

L’écologie, nouvelle forme de totalitarisme déguisé. N’appelle-t-on pas en effet les Verts, les Pastèques ? Vert à l’extérieur, mais bien bien rouge à l’intérieur. J’aimerais vous rappeler également que l’Ecologie a été inventée par le IIIe Reich (voir le livre de JM Fédida-Impases de Grenelle dans son chapitre “l’homme est un loup.. pour le loup” p167, et que si la politique de nos dirigeants aujourd’hui est de nous faire peur et de nous culpabiliser, d’autres d’éminents scientifiques, et non des spécialistes d’émissions TV et de Delta-plane, nous rassurent car la Planète pourrait bien “s’en sortir toute seule”. Sachez que si “l’Arctique fond, l’Antarctique quant à elle ne bouge pour ainsi dire pas, et que en 1289 à Colmar les arbres étaient en feuilles, et que l’on y a cueilli des fraises en janvier 1290” etc etc…. Si l’on ne peut nier un certain réchauffement, il n’est pas obligatoire qu’il vienne principalement de l’impact des hommes, ou bien sinon comme le préconise la “Deep ecology” il faudrait limiter la population mondiale dans son ensemble. Tout cela n’a de sens actuellement que d’être un facteur de relance de l’économie, dont la publicité non rabat les oreilles ? Je souhaite que la parole soit donnée à tout le monde dans ce domaine, particulièrement pour ces éoliennes qui ne font rien sur le CO² (dont la France en produit si peu) sinon enrichir les promoteurs et qq propriétaires terriens qui se font acheter vilement.

Wanndi

l’éolien offshore ne vaudra pas mieux, les coûts d’installation et de maintenance seront prohibitifs, il y aura aussi des nuisances importantes, on peut demander aux pêcheurs ce qu’ils en pensent….l’éolien industriel à terre comme en mer est une gigantesque arnaque.

Sherlock

Grattez un peu la couche de camouflage de ces prétendus défenseurs de l’environnement durable et vous trouverez bien souvent des pro-nucléaires. Les éoliennes mettent en danger le monopole du nucléaire en France. Dans une dizaine d’années, lorsque l’électricité solaire sera devenue très économique et produite à très grande échelle, ils inventeront d’autres arguments falacieux pour essayer de l’écarter.

Butre

Bonsoir, Concernant les commentaires de l’invité annonyme “Pense” Quand on est a bouts d’arguments et que l’on a pas le courage de repondre sinon anonymement en essayant de s’en prendre à des personnes plutot que de débattre d’un vrai problème national , on devient une personne méprisable…et cela donne une bien piètre image de ceux qui développent l’éolien en France. J.L. Butré Pdt de la fédération Environnment Durable.

jake

Ne serait ce pas plutôt les associations anti-éolien qui font de la désinformation ? Penchons nous sur la seule question du prétendu scandale financier,es chiffres peuvent être facilement vérifiés par tout un chacun, pour peu qu’il veuille s’en donner la peine. Le prix “clé en main” du MW éolien est actuellement de l’ordre de 1,3 M€ (million d’€), suivant le facteur de charge de 24.8% relevé en France par le RTE (voir page 105 de ce document : ) nous avons donc 365 x 24 * 0.248 * 1 MW = 2172 MWh produit annuellement par MW installé. Suivant le tarif d’achat défini ici : L’exploitant à la garantie de bénéficier d’un tarif de 8,2 c€/kWh (82 €/MWh) pendant 15 ans (pour une production inférieure à 2400 heures équivalentes pleine puissance). Le chiffre d’affaire annuel est donc en moyenne de 82 x 2172 MWh = 178 000 €/an. A cela il faut bien entendu déduire les frais d’exploitation. Rien que pour la maintenance ces frais sont de l’ordre de 2 % du montant de l’investissement soit 1 300 000 x0.02 = 26 000 €/an. A ce poste il faut ajouter les taxes, les assurances, les frais de gestion etc… et c’est au minimum 20 % du CA qui partent en frais d’exploitation, il reste donc 178 000 x 0.80 = 142 400 € en moyenne. Une simple calculette de prêt financier : nous montre qu’il faut environ 139 mois (11.6 années) pour rembourser le capital de 1,3 M€ et les intérêts pour un taux de 4,2 % avec des mensualités de 11 827 €. Pendant cette période le bilan financier est nul et ce sont uniquement les 3.4 années restantes qui produisent la rentabilité, arrondissons à 4 années. Le bénéfice net dégagé pendant l’opération est donc de 4 x 142 400 = 568 000 € ou encore 568 000/15 = 37 866 €/an sur 15 ans. Le taux de rentabilité de l’investissement est alors de 37 866/1 300 000 = 2.9 %. Certes les développeurs comptent utiliser leurs machines pendant toute la durée de vie qui est de 20 ans en général, mais le tarif des 5 dernières années n’est garanti par rien du tout. En imaginant une prolongation du tarif jusqu’à la 20ème année on arrive péniblement à une rentabilité de 6 %. Il s’agit là du projet moyen avec un facteur de charge de 25 %. On peut évidemment trouver mieux mais il faut bien remarquer que le tarif est alors inférieur à 82€/MWh après la 10ième année. Je ne suis pas un spécialiste financier et j’ai peut être loupé quelque chose, auquel cas je ne demande pas mieux que l’on m’explique la magie cachée derrière les projets éoliens. En quoi des taux de rentabilité de 6 à 10 % sont scandaleux ? L’éolien représente un coût moyen de 0.6 € par an répercuté sur la facture électrique de chaque foyer, est ce scandaleux ? il s’agit du résultat 2007 et je suis convaincu que ce surcoût sera inférieur pour 2008. Il suffit de se documenter un peu et voir comment augmente le prix de l’énergie électrique sur le marché spot Powernext. Le niveau est monté très haut l’hiver dernier et depuis il n’est pas redescendu contrairement aux autres années. Ce détail technique fait que pour 2008 malgré la progression du parc éolien français, le surcoût à toutes les chances de se maintenir au même niveau voir de décroitre. Rendez vous en février-mars 2009 au moment du bilan de la CRE pour les CSPE. OU EST LE SCANDALE FINANCIER ? Des faits, des chiffres…. Arrêtons cette diabolisation, cette démagogie, ce n’est certainement pas dans ces conditions que l’on pourra établir un débat serein.

Jacques

Sherlock Cessons ce raisonnement binaire si tu es anti éolien tu es pro nucléaire, ce sont des raisonnements binaires assez infantiles. Penchons nous sur la réalité de l’éolien aujourd’hui et ne focalisons pas sur cette énergie car il y en a bien d’autres. l’éolien ne réduit pas le CO2, son intermittence et sa faible densité énergétique ne peuvent qu’en faire une énergie d’appoint.De plus, il faut l’implanter dans des conditions acceptables pour l’environnement. Aujourd’hui on fait l’inverse. Quant au nucléaire il a bien évidemment ses défauts mais il représente 78% de la production électrique française, ce ne sont pas les éoliennes qui peuvent le remplacer. Prenez l’Allemagne ou l’Espagne pays en avance pour l’éolien par rapport à la France, que font ils?aujourd’hui ils construisent du thermique et il est même envisager en allemagne une relance du nucléaire. l’éolien encore une fois n’est qu’un appoint et rien d’autre.

Jacques

Jake Il est vrai que la rentabilité est optimale je dirais les 5 dernières années.N’oublie pas que ces coûts de départ sont défiscalisés.Ce qui pose problème c’est le surcoût pour le consommateur alors que les éoliennes ne sont pas implantées sur les sites les plus ventés, donc avec des taux de charge inférieur à 20%;Le taux de 25 est une moyenne. Par ailleurs la taxe professionnelle payée est plafonnée donc l’ état finance le dégrèvement. Bien souvent les projets sont établis sans concertation en minimisant les impacts sur l’environnement. il faut dire la vérité, les éoliennes sont rentables pour les opérateurs, intéressantes pour la commune , produisent peu d’électricté , dégradent l’environnement car mal implantée et sources de nuisances pour les habitants. Pour éviter tout cela je crois qu’il faut les implanter en mer car le taux de charge est deux fois supérieur. Et si les pêcheurs se plaignent associons les aux projets.

jake

Coûts de départ défiscalisés ??? je ne comprends pas des précisons SVP, des sources. Surcoût au consommateur ? lequel des chiffres précis et des sources sinon on parle dans le vide. Taux de charge inférieur à 20 % plutôt que 25% ? mais dans ma démonstration j’ai pris le taux de charge induisant le tarif le plus élevé… Faites vous même les calculs. Dans mon exemple j’ai oublié la location du foncier qui représente aussi un frais d’exploitation non négligeable. La taxe professionnelle est plafonnée pour toutes les activités, pourquoi critiquer cela pour l’éolien en particulier et pas pour le reste ? Les projets éolien sont soumis à des enquêtes publiques, contrairement à ce qui est raconté partout il y a très peu d’activité autant encadrées. Vous dites : il faut dire la vérité, OK, la rentabilité de l’éolien c’est combien ? J’ai donné des chiffres précis et des sources, à votre tour… Si le débat est constructif on pourra peut être passer aux autres points, mais évitons de diluer le débat. Pour l’instant le point principal évoqué sur tous les messages c’est le scandale financier.

Ulice

Hier, j’ai assisté à une réunion dans une communauté de communes où ils veulent installer 5 ZDE, zones de développemnt éolien, soit l’équivalent de 50 à 60 machines ! C’était la foire d’empoigne…et moi, et moi, et moi. Tout ça pour du fric , rien que pour toucher un peu de fric quitte à massacrer toutes nos campagnes. JeE SUIS ABSOLUMENT REVOLTE DE L’ABSOLUE IRRESPONSABILTE DE NOS ELUS. Dans quelques années, nous ferons un bilan amer mais il ne sera plus temps de se plaindre. Pourquoi les gouvernants laissent ils faire cela sans entendre les appels qui viennent maintenant de toutes parts ???

Moi

He Jake, Tu rigoles dans ton calcul! Il vaut mieux placer sont argent dans un livret bleu!! 2,9% et plus rien. Naif. Quand on sait que n’importe quel fond de pension demande un profit à deux chiffres…. Et aujourd’hui les fonds de pension s’engouffre dans la brêche éolienne…

Mariede

Bonsoir, Je comprends qu’il y ait une grosse discussion sur le coût des éoliennes, mais qui peut parler des nuisances de cet engin qui va perturber notre santé : maux de tête, problèmes de sommeil, acouphènes, équilibre , concentration, mémoir ,problèmes comportementaux; l’oreille interne, les vibrations et les problèmes cardiaques , en autres. Qui peut nous expliquer à nous qui sommes concernés, pensez aussi à nos enfants quel Terre vont-ils avoir, qu’allons-nous leur laisser en héritage ???

Am

C’est un fait, il n’y a pas de transparence. C’est un fait, les populations sont trompées, ou pas informées ( il n’y a qu’à interroger les gens dans la rue, lorsqu’il y a une enquête publique, il n’y a qu’à lire ce qui est écrit dans les cahiers. C’est un fait, les élus ne mentionnent jamais les éoliennes dans leurs programmes de campagne. C’est un fait, les gens qui vivent à proximité souffrent. c’est un fait,L’électricité n’est pas pour eux, et l’argent non plus. C’est un fait, lorsqu’on quitte une région où il y a des éoliennes à droite à gauche, on est content et apaisé de retrouver le calme et l’immobilité des paysages. C’est un fait que les banques prêtent des sommes folles aux marchands d’éoliennes. C’est un fait que les commissaires enquêteurs sont toujours favorables, même dans les parcs naturels. Qu’est-ce qui cloche dans tout ça?

Fifi

Si on poursuit le calcul sur la rentabilité, jake a démontré qu’une éolienne se rembourse en 11,6 ans en empruntant la totalité de l’investissement; autremnt dit , sans avoir versé un kopek sur ses propres deniers , l’investisseur encaisse au bout de 12 ans la rondelette somme de 142400 € par an .C’est le jackpot! Bravo les financiers . CQFD

Gisele

C’est impensable ce qui se passe actuellement. Comment peut-on défigurer nos beaux paysages, nous imposer des nuisances, dévaloriser notre patrimoine? Et peut-être y laisser notre santé. Trop de témoignages, de personnes qui sont hélas devant le fait acompli, doivent nous faire réagir. Comment peut-on ,nous imposer une énergie qui revient très chère, qui a tant de défauts? On nous ment, on nous mène en bateau. Comme tous les scandales, ( sang contaminé, hormones de croissance, amiante, vacccins et j’en passe) ce n’est que mensonges, tout ça pour du fric! Il faut remonter les informations, informer les naïfs qui croyent encore aux belles paroles, qui endorment les consciences. Merci à toutes les personnes qui se battent contre des moulins à vent. Non l’éolien n’est pas une solution pour une future énergie. En limite de mon petit village, 2 villages voisins, ont demandé la construction de 4 monstrueuses machines qui devraient faire chacune 148 mètres de haut, tout ça, à quelques centaines de mètres de ma maison, de nos maisons. Je ne peux accepter ça, non, ce n’est pas possible. La plupart des habitants sont scandalisés, révoltés, non, on ne va pas laisser faire ça.

Catherine

Grâce au grenelle de l’environnement, les vendeurs de vents ont réussi à négocier un chiffre d’affaires de 25 000 MW dont 6 000 MW en mer, soit environ 2 000 éoliennes de 150 m de haut le long des côtes françaises dont plus de 1 100 entre Saint Valéry sur Somme et Saint Valéry en Caux.(76) Nos représentants du peuple, ont-ils seulement pris conscience qu’ils sont entrain ; -de voler le littoral de la France aux français pour en faire dons à des groupes étrangers, allemand, danois, hollandais (Schell) en leur offrant l’entière jouissance de nos côtes -d’appauvrir les français en les obligeant à payer des royalties à ces promoteurs (50 % de la société La compagnie Du Vent au chiffre d’affaires 11 millions € acheté 640 millions € par Suez) -de faire disparaître la filière de la pêche côtière française et de mettre ainsi au chômage toute la branche faisant vivre bon nombre de familles, en attribuant aux vendeurs de vent et voleurs d’argent, les zones de travail de nos pécheurs locaux. -de faire mourir des ports de pêche et de plaisance de St Valery sur Somme, Le Tréport, Dieppe, Fécamp, Saint Valéry en Caux et la suite…. . -de détruire nos paysages, qui sont les éléments fondateurs de notre culture régionale -d’urbaniser la mer par la construction du deuxième « mur de l’atlantique » de plus de 2 000 blockhaus supplémentaires,soit 1 500 t de béton armé indestructible par éolienne, qui resteront à jamais au sol. -de supprimer la ressource la plus génératrice d’emplois locaux qu’est le tourisme côtiers ainsi que le tourisme vert à l’intérieur des terres. -de condamner dans les deux sens, le trafic de la navigation de plaisance de la Manche Si les 21 éoliennes à Veulettes (76) sont construites, le tour de France à la Voile partant de Dunkerque, passant tout d’abord par Dieppe puis Granville ne pourra plus avoir lieu.

Cathy

Grâce au grenelle de l’environnement, les vendeurs de vents ont réussi à négocier un chiffre d’affaires de 25 000 MW dont 6 000 MW en mer, soit environ 2 000 éoliennes de 150 m de haut le long des côtes françaises dont plus de 1 100 entre Saint Valéry sur Somme et Saint Valéry en Caux.(76) Nos représentants du peuple, ont-ils seulement pris conscience qu’ils sont entrain ; -de voler le littoral de la France aux français pour en faire dons à des groupes étrangers, allemand, danois, hollandais (Shell) en leur offrant l’entière jouissance de nos côtes -d’appauvrir les français en les obligeant à payer des royalties à ces promoteurs (50 % de la société La compagnie Du Vent au chiffre d’affaires 11 millions € acheté 640 millions €) -de faire disparaître la filière de la pêche côtière française et de mettre ainsi au chômage toute la branche faisant vivre bon nombre de familles, en attribuant aux vendeurs de vent et voleurs d’argent, les zones de travail de nos pécheurs locaux. -de faire mourir des ports de pêche et de plaisance de St Valery sur Somme, Le Tréport, Dieppe, Fécamp, Saint Valéry en Caux et la suite…. . -de détruire nos paysages, qui sont les éléments fondateurs de notre culture régionale -d’urbaniser la mer par la construction du deuxième « mur de l’atlantique » de plus de 2 000 blockhaus supplémentaires, soit 1 500 t de béton armé indestructible par éolienne, qui resteront à jamais au sol. -de supprimer la ressource la plus génératrice d’emplois locaux qu’est le tourisme côtiers ainsi que le tourisme vert à l’intérieur des terres. -de condamner dans les deux sens, le trafic de la navigation de plaisance de la Manche Si les 21 éoliennes à Veulettes (76) sont construites, le tour de France à la Voile partant de Dunkerque, passant par Dieppe puis Granville ne pourra plus avoir lieu.

Noe

Pour Jake,Le scandale financier n’est dans le fait que l’éolien, activité parmi tant d’autres, soit rentable pour certains investisseurs :  C’est le capitalisme, nous ne le contestons pas.En revanche, le fait de faire payer aux citoyens-consommateurs le surcoût du MW éolien inutile, là est le scandale financier. De plus, comme si cela ne suffisait pas, la valeur ajoutée sur l’éolien industriel étant plafonnée, l’Etat (donc les citoyens imposables) rembourse les 2/3 de la Taxe Professionnelle aux promoteurs éoliens…Le MW éolien inutile et imposture écologique :La France est le premier exportateur mondial d’électricité (10 à 15%) et sa consommation n’augmente plus,L’éolien industriel n’a aucune probabilité de diminuer significativement les émissions de CO2 de la France (Nous attendons toujours le MEDAD, l’ADEME et le SER pour prouver le contraire…),L’éolien industriel injecte un courant fluctuant qu’il faut bien réguler avec des centrales thermiques (Le RTE ne dément pas). Ainsi si l’éolien industriel est trop développé, le système électrique français verra augmenter sa dépendance au thermique donc sa consommation d’hydrocarbures donc ses émissions de CO2 !!! (Nous attendons toujours le MEDAD, l’ADEME et le SER pour prouver le contraire autrement que par le “foisonnement” qui ne tient pas 2 minutes à une analyse sérieuse…),L’éolien industriel, beaucoup trop faible densité énergétique, n’a aucune probabilité de remplacer la moindre centrale nucléaire,Pour vérifier tout cela, il suffit d’observer l’Allemagne leader mondial de l’éolien (et de loin !) :Plus de 20.000 MW éoliens installés, seulement 6 ou 7% de son électricité produite par le vent, aucune centrale nucléaire vieillissante (mais produisant encore 25% de l’électricité du pays !) remplacée par des éoliennes, une production électrique dépendant du pétrole devenant insoutenable et obligeant au déploiement de dizaines de centrales thermiques au charbon… Au final, un système électrique possédant un triste record européen  : 6,4 tonnes de CO2 / habitant en 2005 (2,6 t pour la France).L’éolien industriel n’est qu’un produit financier subventionné. En dehors de son marché artificiel créé par l’obligation d’achat faite à EDF, il n’aurait aucune raison d’exister : Ni pour des bénéfices énergétiques (beaucoup trop faibles), ni pour des raisons environnementales (quasi inexistantes).

R1777

toujours aussi navrant ce combat passioné …. de gens qui n’y connaissent pas grand chose à l’énergie  (eolien = co2 … taratata! ) … allez faire un tours sur les fils de discution eolien sur le forum futura science…. J’adore aussi les discourt sur l’écologie “nouveau dictat !” …arf! laissez moi rire ! l’écologie c’est le concret , le reel … tout sauf une idéologie … (idéologie = faire sapropre lecture de la réalité qui n’est pas la réalité …. bon allé ! d’une mnière générale les plus gros des argument anti éolien sont des combats d’arrière garde face aux négawatts! pour finir … VGE  grand pourfendeur anti-éolien  qui voudrait nous faire la leçon développement durabiliste … bien tenté, le déguisement cher VGE! :-PVoici extrait d’un article du réseau sortir du nucléaire:”Il faut donc construire une centrale qui serait une vitrine exemplaire de l’énergie nucléaire. Ici interviennent deux personnalités majeures à l’époque, à savoir Georges Pompidou, Premier ministre et Valéry Giscard d’Estaing, ministre de l’Économie et des Finances. Ces deux hommes sont respectivement les chefs de file de deux groupes financiers et industriels : Pompidou avec le groupe Compagnie Générale d’Electricité (CGE) et Giscard avec le groupe Creusot-Loire, en association avec Jeumont-Schneider, et une banque dont le frère de Giscard est le Directeur (voir encadré). Le groupe lié à Pompidou crée, pour lancer le développement nucléaire, la filiale SOGERCA, avec l’achat de la licence General Electric (réacteur à eau bouillante). Le groupe lié à Giscard crée, lui, le groupe Framatome, avec l’achat de la licence américaine Westinghouse (réacteur à eau pressurisée). “comme il a été dit plus haut derrière les anti éolien se cachent bcp de pro nuc!  Ha ! ha! faut se reveillé les enfants!

R1777

sans compter que le frère de ce cher Valery, Antoine de son petit nom … est ou à  été Directeur Financier de Schneider Electric…Et on ose nous parler de transparence et d’information indépendante ? Mouuuuhaaa ! haaa ! haaa!

R1777

sans compter que le frère de ce cher Valery, Antoine de son petit nom … est ou à  été Directeur Financier de Schneider Electric…Et on ose nous parler de transparence et d’information indépendante ? Mouuuuhaaa ! haaa ! haaa!

Noe

Scandale financier, imposture écologiquePour Jake,Le scandale financier n’est dans le fait que l’éolien, activité parmi tant d’autres, soit rentable pour certains investisseurs :  C’est le capitalisme, nous ne le contestons pas.En revanche, le fait de faire payer aux citoyens-consommateurs le surcoût du MW éolien inutile, là est le scandale financier. De plus, comme si cela ne suffisait pas, la valeur ajoutée sur l’éolien industriel étant plafonnée, l’Etat (donc les citoyens imposables) rembourse les 2/3 de la Taxe Professionnelle aux promoteurs éoliens…Le MW éolien inutile et imposture écologique :La France est le premier exportateur mondial d’électricité (10 à 15%) et sa consommation n’augmente plus,L’éolien industriel n’a aucune probabilité de diminuer significativement les émissions de CO2 de la France (Nous attendons toujours le MEDAD, l’ADEME et le SER pour prouver le contraire…),L’éolien industriel injecte un courant fluctuant qu’il faut bien réguler avec des centrales thermiques (Le RTE ne dément pas). Ainsi si l’éolien industriel est trop développé, le système électrique français verra augmenter sa dépendance au thermique donc sa consommation d’hydrocarbures donc ses émissions de CO2 !!! (Nous attendons toujours le MEDAD, l’ADEME et le SER pour prouver le contraire autrement que par le “foisonnement” qui ne tient pas 2 minutes à une analyse sérieuse…),L’éolien industriel, beaucoup trop faible densité énergétique, n’a aucune probabilité de remplacer la moindre centrale nucléaire,Pour vérifier tout cela, il suffit d’observer l’Allemagne leader mondial de l’éolien (et de loin !) :Plus de 20.000 MW éoliens installés, seulement 6 ou 7% de son électricité produite par le vent, aucune centrale nucléaire vieillissante (mais produisant encore 25% de l’électricité du pays !) remplacée par des éoliennes, une production électrique dépendant du pétrole devenant insoutenable et obligeant au déploiement de dizaines de centrales thermiques au charbon… Au final, un système électrique possédant un triste record européen  : 6,4 tonnes de CO2 / habitant en 2005 (2,6 t pour la France).L’éolien industriel n’est qu’un produit financier subventionné. En dehors de son marché artificiel créé par l’obligation d’achat faite à EDF, il n’aurait aucune raison d’exister : Ni pour des bénéfices énergétiques (beaucoup trop faibles), ni pour des raisons environnementales (quasi inexistantes).

Noe

Pour R1777Vous mettez en doute que l’éolien industriel n’a aucune probabilité de diminuer les émissions de CO2 de la France, voir va les augmenter. Ce qui est très étonnant c’est que nous demandons depuis plus d’un an des preuves sur ce sujet : Ni le MEDAD, ni l’ADEME, ni le SER, qui promettent à chaque fois de nous servir une étude, n’ont été capable de la produire.Plus  étonnant encore,  lors de la réunion de février 2008 du Comité Opérationnel EnR du Grenelle de l’environnement où étaient présents le MEDAD, le SER, l’ADEME et le RTE, on lit dans le compte-rendu : “- A ce stade, l’étude du RTE ne permet pas de chiffrer les émissions de CO2 évitées par kWh éolien produit”,”- Il faut être attentif aux surcoûts engendrés par les besoins de sécurité d’alimentation en électricité suite à l’introduction massive d’une énergie fluctuante”,”- Il est demandé au RTE de piloter la mise au point d’une synthèse sur les émissions de CO2 évitées”,De toute évidence, alors qu’on nous vend l’éolien industriel pour diminuer les émissions de CO2 de la France et obtenir une certaine indépendance énergétique, il semble que nos plus hautes autorités en la matière n’ont AUCUNE idée de l’efficacité de cette technologie. Et pour cause, devoir annoncer de piètres bénéfices énergétiques et environnementaux engendrant des surcoûts abyssaux pour les citoyens-consommateurs, cela ferrait désordre en ces temps difficiles…Mais peut-être avez-vous des preuves contraires connues de personnes, ni même du MEDAD, de l’ADEME et du SER ? 

Jacques

jake Les coûts de départ sont défiscalisés c’est évident car ils figurent dans un premier exercice, BIC déficitaire dont le déficit remonte soit sur une autre société ou alors se reporte sur les exercices beneficiaires suivants.Ce sont des règles élémentaires fiscales. Le coût pour le consommateur est majoré c’est une autre évidence, il suffit de lire sa facture d’électricité et en particulier la ligne CSPE;La location du foncier est une charge d’exploitation dérisoire au regard du CA, pour un 1MW , c’est bien souvent 1000€; Quant aux enquêtes publiques il ne s’agit en aucun cas de la concertation.Croyez vous qu’il soit raisonnable de parler de concertation quant au bout de deux ou trois ans d’études on présente une étude d’uimpact de 300 pages à la population dans le cadre d’une enquête sur 4 jours pendant les horaires de travail de la population.Une étude dont peu de monde comprend, ex les etudes acoustiques.Vraiment on se moque du monde.L’enquête publique ne sert qu’à valider un projet pour se donner bonne conscience. Par ailleurs, l’ademe demande une concertation en amont ce qui n’est jamais fait car bien souvent il faut passer le projet en cachette pour éviter de le ralentir.Cette stratégie est une erreur car elle conduit au contraire au blocage. Vraiment si au départ on peut exploiter l’énergie du vent, la manière dont sont conduits les projets en France est pour le moins scandaleuse.

jake

Houlala, que c’est bien orchestré tout cela. Cher Jacques, “Les coûts de départ sont défiscalisés c’est évident car ils figurent dans un premier exercice, BIC déficitaire dont le déficit remonte soit sur une autre société ou alors se reporte sur les exercices beneficiaires suivants.Ce sont des règles élémentaires fiscales.” Si c’est évident montrez nous des exemples concrets, c’est facile d’inventer des montage fictifs. Faites nous un beau calcul financier avec des sources d’information VERIFIABLES. “Le coût pour le consommateur est majoré c’est une autre évidence, il suffit de lire sa facture d’électricité et en particulier la ligne CSPE;La location du foncier est une charge d’exploitation dérisoire au regard du CA, pour un 1MW , c’est bien souvent 1000€;” – Tout est évident, mais on n’a pas le moindre élément de preuve pour étayer tout cela. – Pour la CSPE des infos de la CRE : Les contrats d’achat d’énergies renouvelables sont passés de 141M€ (million d’€) en 2003 à 96 M€ en 2008 : une baisse de 31.8 % en 5 ans. Ou est le fantastique scandale financier ? -Si la location du foncier est dérisoire il ne faut utiliser cela comme argument pour dire que c’est un moyen de corrompre les propriétaires fonciers. Je suis peut être naïf mais au moins je n’ai pas le comportement moutonnier de certains prêts à gober n’importe quoi du moment que c’est matraqué sur le net.

Pcossoul

Je pense que la mise en place des parcs éoliens est un grand marché de dupe au service des propriètaires agricoles. Demandez au chambre d’agriculture de l’Aude, ou le revenu éolien a remplacé les revenus vinicoles…mais a quelles conditions, pronenez vous entre Béziers et Perpignan. Dans notre département L’Aisne la démarche est identique cautionnée par le Conseil Général. Un parc éolien de 9 machines rapporte par an,de taxe professionnelle, 470000,00euros ou communauté d’aglomération conseil général et conseil régional “passent à la caisse” qui a parlé d’écologie ??? Une info vécue la location annuelle de la parcelled’implantation d’une machine raporte plus que le vente de cette même parcelle. Sur un contrat de 15 ans minimun=capital multiplié par 15 bon rapport financier, belle énergie renouvelable……

Bb

Arrêtez svp de diaboliser l’éolien. Quelle est la source d’énergie qui n’a pas de revers? Quelle est la société française ou étrangère qui travaille bénévolement pour produire de l’électricité? Et pourtant nous avons un besoin en électricité toujours croissant! Quel est le coût du démantèlement de nos centrales? Toutes les prévisions (prix et durée) ont été revues à la hausse de manière plus que significative (edf épinglé par la cours des compte, ce n’est pas si vieux)! La multiplication de la vente du savoir faire nucléaire français entraîne aussi à moyen terme la raréfaction de la matière première, et nous sommes bien placé actuellement pour en connaître les conséquences: voir le prix du pétrole à la pompe! Où sont stockés les déchets radioactifs de nos voisins européens (personnellement, je préfère encore leurs éoliennes)? Le photovoltaïque est encore loin d’un développement industriel massif et entraîne de ce fait un surcoût important pour l’usager! Le coût du kwh va augmenter avec la demande!! La FED se trompe de débat, ne pas faire de l’éolien n’importe comment OUI, mais faire l’impasse sur cette source d’énergie inépuisable est vraiment aberrant! Faire peur aux gens n’a jamais résolu aucune situation, cela ne fait qu’envenimer les choses. Proposez des alternatives messieurs les consommateurs d’électricité!

Arbre

Il n’est pas nécessaire de se réveiller pour savoir que les “écologistes pro éolien” sont avant tout des militants politiques “anti état centralisateur pro nucléaire”. Et que cette idéologie à tournée au fanatisme, c’est-à-dire l’incapacité à écouter les arguments des personnes qui iraient dans leur sens contraire et se traduisant par un mépris des souffrances humaines qui s’expriment et un mépris de la nature. Ne pas voir qu’industrialiser la nature c’est la détruire est un paradoxe pour tous ceux qui se soucient d’écologie. Mais surtout l’expression d’ une véritable méconnaissance de la nature, un irrespect né d’un manque d’amour pour celle-ci.Ne pas voir que l’éolien impacte gravement la vie quotidienne des habitants relève du même type de mépris que celui exprimé envers la nature. Traiter toute ces personnes qui se battent sans moyens et bénévolement pour sauver notre pays de ce véritable fléau de personnes au service du lobbie nucléaire est tout simplement scandaleux. Par contre il n’est pas non plus difficile d’opposer le fait que les liens entre les écologistes et le puissant lobby éolien sont très loin d’être au clair.Si, au nom de l’environnement, il faut absolument le détruire, alors il est impératif que cela soit fait, au minimum, pour de bonnes raisons. Et vouloir le faire au nom de la volonté de “sortir du nucléaire” cela relève effectivement d’un combat idéologique et fanatique.Personnellement, je vis dans le milieu rural profond. Nous avons à faire à de très graves problème de pollution des eaux et d’érosion de la biodiversité. Et je n’ai JAMAIS  vu un seul écologiste dans le coin. Ou sont ils? Que font ils réellement sur le terrain?Ah si, une fois, une seule petite fois, ils sont venus en délégation pour soutenir un maire dans sa volonté de créer un parc éolien….. Inutile de dire que les “écologistes patentés” ont perdu le maigre crédit qu’il leur restait et qu’ils sont maintenant très loin d’être les bienvenus dans mon coin.Un écologiste respectueux de la nature et des hommes qui y vivent.

Jacques

jake je ne vais quand même pas dévoiler les bilans et compte de résultat des sociétés mais renseigne toi et tu verras que c’est une réalité. La cspe existe et à partir du moment ou l’on rachète le KWH plus cher comme c’est le cas pour les autres énergies renouvelables, il faut bien le repercuter sur le consommateur, principe de marché. Les 1000 € ce n’est pas beaucoup mais si tu connais la situation dans les campagnes tu vas t’apercevoir que pour un petit agriculteur qui dispose d’une très faible retraite ce n’est pas négligeable.Il faut connaitre la situation dans les campagnes. Maintenant tu réclame des preuves ,eH bien va sur société.com et autres serveurs tu pourras regarder les comptes d’exploitation de ces sociétés en début de vie. Je crois que soit tu es naif ou tu fais semblant . Quant aux locations sur le foncier va interroger des proprio, ils te répondront, les témoignages dans les journaux abondent.En ce qui me concerne mes sources sont sur le terrain.

Fredhu

C’est reparti !Merci à vous tous pour ces contributions, si utiles, documentées, argumentées, resenties par les tripes, blanches ou noires, mais sans aucune possibilité de point milieux, d’équilibre … de BON SENS !Zut, on repart vers le problème (fatiguant) de savoir si ces tripales coupent les oiseaux en deux, empèchent les enfants de dormir, participent à un complot écologico-capitalistico-fric mondial, si elles sont la preuve que élus de tout bords et industriels ne font pas encore ce qu’ils ont l’habitude et le devoir de faire, semble-t-il (à entendre certains): se foutre de la gueule du peuple et s’en mettre plein les poches.J’ai juste un problème avec cette … énergie dépensée à discuter … non, à hurler son opinion pour ne pas entendre celle des autres. Parce que éolien ou pas, nucléaire ou pas, charbon, gaz, pétrole, solaire, hydrogène ou huile de coude, il reste le soucis PRINCIPAL de notre monde: comment réduire la consomation de chacun.L’homme reste le champion de la course en avant, on cherche à trouver la source ou les sources d’énergie miracles, le St Graal de l’inépuisable et disponible à volonté.Mais qui ici croit à ce miracle ? Pas moi, et ni vous, j’en suis sûr.Et donc, c’est mon point, pourquoi ne dépenserait-on pas cette hargne que vous mettez à défendre votre pré carré non pas à  convaincre le plus grand nombre que le problème est ou n’est pas l’éolienne, mais ce que chacun gache avec un comportement hérité de ces années où le pétrole coulait sans limite du robinet ?Ecologiste, financier, élus, particuliers, médias, entreprises, tous dans le même bateau ! C’est NOUS qui tenons la barre ! Et plutôt que se chamailler à choisir la voile ou la vapeur, n’est-il pas simplement possible que nous poussions ensemble du même côté pour sortir de la tempête ? Considérer une réduction progressive mais drastique de notre dépense énergétique moyenne ?Avec cette “technologie” qui nous rassure tant, je suis persuadé que nous pouvons arriver à conserver notre niveau de confort actuel, mais ne l’utilisons pas pour trouver de nouveau moyen de gacher en se donnant bonne conscience (c.f. mes commentaires sur l’hybride dans les 4×4).L’éolien n’est pas une solution. Je dirais presque que RIEN n’apportera de solution. Seul le bon sens et l’éducation (combien coûte chaque geste que vous faites, ce qui est perdu inutilement par paresse ou ignorance, etc …) permettront de faire revenir notre civilisation vers un usage mesuré de l’énergie qui nous est offerte.Mais pour ça, il faut aussi apprendre à, parfois, mettre son égo en veille. Ce sera le plus dur.

jake

Désolé mais je suis un incorrigible sceptique, je ne crois que ce que je vois… Et pour l’instant je n’ai rien vu.

Langsroth2003

l’éolien est une imposture écologique et le dénoncer ce n’est pas nécessairement être un pro nuc, il faut simplement ouvrir les yeux : on ne peut pas s’en passer !C’est pour cela que tous les pays réouvrent le débat sur le nucléaire voire construisent sans état âme.Si on pouvait se passer du nucléaire je serai le premier à en être heureux, ce n’est pas le cas.Idéalement : ce qu’il faudrait faire c’est développer des énergies vraiment renouvelables qui produisent de l’énergie de façon constante et régulière comme la biomasse dont on maîtrise bien la technique .C’est la condition pour développer une énergie renouvelable : une source d’énergie fiable et sûre.L’éolien c’est du vent, intermittent et imprévisible , ça ne sert à rien , on ne fait qu’enrichir un petit nombreFabricedeTavel

Ben

Tu va rires jaune, A propos des “pro nuc” tu aurrais dû regarder l’emission d’hier soir “à vous de juger” François Fillon et notre président étudient la construction d’un nouveau EPR (Réacteur Pressurisé Européen) …. en plus de la prolifération des éoliennes !!! Pour gisèle : je suis tout à fait d’accord avec vous, nous sommes dans la même situation sauf que pour nous un permis est déposé pour 6 éoliennes sur une bande de 3 km sur 2 entre trois villages et deux fermes isolées, le pire notre maire est le demandeur uniquement pour l’aspect financier : – 15 000 € / an pour la commune(dérisoire) – en plus il est propriétaire de 2 terrains et exploitant d’autres – tout bénef quoi … Quelle honte !!!

Hayabs1

Il est bien que ce genre d’article réveillent les discussions si ce n’est qu’il finit par être fatiguant de répondre toujours aux mêmes arguments anti-éoliens, toujours aussi faibles et encore une fois avancés…. L’impact visuel est bien entendu le principal défaut de ces machines, les modes de financement critiquables (mais sans eux, il n’y aurait jamais eu de développement du nucléaire, de l’hydroélectricité etc). Ayons par exemple une pensée émue pour ce qui fut un beau pays, le Danemark, privés de tout touriste et pour ces pauvres danois qui ne supportent plus leurs paysages, sont tombés malades à cause de la prolifération des éoliennes, ne voient plus d’oiseaux depuis 15 ans. Allez savoir quel geste de désespoir les a poussé à installer même des machines dans la baie de Copenhague. Ils paraitraient même que dans une ultime phase de suicide collectif, ils s’apprêtent à investir massivement dans des parcs offshore…avec leurs voisins allmemands, norvégiens et suédois, histoire sans doute de tuer un autre pan de leur économie et les derniers poissons de la Mer du Nord!!!! Prions mes frères pour ce qui va nous arriver…sans oublier de rire aussi un peu… Un petit tour sur le site de la FDE pour voir que leur discours s’arrête vite et bascule trop souvent vers des liens Wikipedia (pour faire court). C’est bien de donner des leçons d’écologie, de prêcher la réduction des dépenses énergétiques (comme tout le monde d’ailleurs…même l’ADEME c’est dire:) et d’encourager les énergies renouvelables autres que l’éolien. Passons l’aspect de production massif que pourraient nous apporter ces autres sources d’énergie… J’attends de voir le levier de bouclier dans une dizaine d’année quand on voudra installer du Photovoltaïque à grand échelle, car ce n’est surement pas le même rapport de surface que l’éolien qui est en jeu, sans parler du rendement (qui s’améliore) et du coût (qui baisse aussi). Pour faire propre, reste donc le nucléaire. Je remercie la FDE et tous ces élus ou simples citoyens des associations anti-éoliens qui, je le vois, sont prêts à accueillir une nouvelle centrale près de chez eux, voire un site d’enfouissement de déchets. Cela fait chaud au coeur (at ailleurs en cas de pb:) A moins que toutes ces personnes ne se contentent de l’existant, heureux de pouvoir utiliser une électricité produite par des centrales loin de chez eux. Le syndrôme NIMBY se répandrait il à toute allure à moins que ce ne soit qu’un mal franco-français…

Ben

Comme vous le dites quoi qu’il arrive les pro et anti éoliens ne seront jamais sur les même longueurs d’ondes mais le dévelloppement de l’énergie éolienne se fait au détriment des paysages, des promoteurs peû scrupuleux,n’hésitent pas à massacrer nos campagnes et nos littoraux, je me pose donc une seule question qu’arrivera t-il dans 15 ans lorsque que l’Etat cessera de donner des subventions et quand les conditions de rachat ne seront plus si avantageuses, que nous restera t-il ? des cimetiaires d’éoliennes très couteuses à démenteler(900 000 € pour 1 éolienne) PS : petit sondage pour les pro-éoliens à quelle distance de chez vous se trouve l’éolienne la plus proche…merci de répondre!!!

pasnaif

En effet, combat d’arrière garde: Dans 15ans le nucléaire et le solaire thermodynamique seront partout et les grands oiseaux blancs seront tous rouillés et les paysans cocus avec des milliers de tonnes de béton souterrain rendant leurs champs invendables. Je ne peux pas imaginer que tant de décideurs dans de si nombreux pays qui ne se sont pas enfermés dans la philosophie soixante-huitarde franco-française auraient TOUS tort alors que seul R1777 aurait raison, fût-il un nouvel Einstein.

Dan1

L’éolien déclenche des tempêtes de commentaires ! Il faut souligner que les méthodes utilisées pour contrer l’éolien s’approche maintenant grandement de celles qu’ont massivement utilisé les antinucléaires, notamment la saturation des médias. S’agissant des coûts de l’éolien, beaucoup d’arguments ont été avancés et ce n’est pas toujours facile d’y voir clair. Si on regarde l’investissement comparé au nucléaire et que l’on prend pour base 1,3 M€ le MW clé en main (voir le commentaire de Jake), on peut estimer ce que représente en éolien l’équivalent de la production d’un EPR de 1600 MW. Pour obtenir à coup sûr la même production (12,75 TWh/an) il faudrait d’abord multiplier la puissance installée par 3,67 (un EPR fonctionne 7971 heures par an contre 2172 pour l’éolien, donc 1600 x 3,67 = 5872 MW) puis rajouter 20 % pour les variations interannuelles de vent (voir le site windmonitor : et ) On obtient donc une puissance à installer de 5872 x 1,2 = 7046 MW. On multiplie cela par 1,3 M€ et on trouve l’EPR éolien à : 9,16 milliards d’Euros. Au départ, l’éolien est donc au minimum 2 fois plus cher qu’un prototype EPR et 3 fois plus cher si on prend la série. Si on prend une durée de vie de 20 ans pour les éoliennes et 60 ans pour l’EPR (avec jouvence « totale » à mi- vie), l’investissement revient à 27,5 G€ pour l’éolien et 6 G€ pour l’EPR, soit 4,5 fois plus cher. Notons, que pour ce prix, l’éolien ne peut garantir le même niveau de service que l’EPR (il le pourrait, si un système de stockage de masse, lui permettait de produire à sa guise et de restituer l’énergie selon les besoins). Ces calculs simplistes permettent simplement de présenter des ordres de grandeur et de conclure que l’éolien comme toute énergie est loin d’être gratuit. S’agissant de la CSPE : il est vrai qu’aujourd’hui l’éolien ne nous coûte pas trop cher avec 2500 MW installé (en 2006 la CRE donne 177 M€ pour l’achat de 2,1 TWh et prévoit 470 M€ en 2008 pour 5,5 TWh). Pendant ce temps là, la cogénération nous coûte environ 1500 M€. Par contre si l’éolien passe à 25000 MW, il en coûtera chaque année 4,7 milliards d’Euros. Cela veut dire que la CSPE aurait triplé par rapport à 2006, et là ça commencerait à se voir sur la facture. C’est juste une affaire d’échelle ! Enfin, je pense qu’à l’avenir il sera plus facile d’implanter de nouveaux réacteurs nucléaires sur les centrales existantes (c’est le cas de Flamanville) plutôt que d’implanter très massivement des éoliennes. Sur certaines centrales des emplacements sont encore libres et on peut faire du « repowering » comme pour les éoliennes allemandes. Au bilan, la France pourrait diminuer son nombre de réacteurs en service en stabilisant voir en augmentant la production globale. 560 TWh = 45 EPR. Comme il n’est pas souhaitable de faire 100 % nucléaire et que les EnR peuvent progresser, avec 70 % nucléaire et 10 % d’économie on passe à 350 TWh nucléaire soit 28 EPR (contre 58 réacteurs actuellement). Encore une fois ces calculs simplistes, montrent que le nucléaire, n’a pas vraiment besoin d’expansion territoriale. En conclusion, je suis tout à fait d’accord pour investir massivement dans les EnR, à condition de ne pas faire comme les allemands : partir la fleur au fusil sans s’être assuré au préalable que ça marche à grande échelle. On arrête le nucléaire en vantant les EnR, mais on continue à produire l’électricité au lignite et rouler au pétrole pendant des dizaines d’années. Il sera temps de sortir du nucléaire, quand nous aurons des solutions valables techniquement et économiquement. Pour l’instant, il faut réduire les émissions de GES. Cet objectif ne peut pas être atteint en France, en se polarisant sur la production d’électricité. Il faut regarder, le transport et le chauffage en priorité. Question : où doit-on mettre les milliards d’Euros ? isolation ou éolienne ? S’agissant de la production d’électricité, il faut travailler sur l’effacement des pointes de consommation. A ce sujet, je vous propose la lecture d’un document du WWF téléchargé sur EURACTIV : Je pense que la proposition du compteur intelligent permettant de déconnecter temporairement les appareils ayant de l’inertie permettrait d’économiser plus de CO2 que l’éolien massif qui se place comme les autres filières dans une stratégie de vente massive d’énergie !

Dan1

Pour Jake : 1) Utilisation des médias par les antiéoliens : C’est vrai que l’on constate une montée en puissance, mais les antinucléaires avaient déjà au moins trente ans d’avance et ont beaucoup… beaucoup plus utilisé les médias et cela est structuré au niveau international. Des arguments fallacieux, on en trouve des deux côtés, mais forcément plus en quantité d’un côté que de l’autre ! Les médias étaient tout de même assez bienveillants avec l’éolien, emblème des énergies renouvelables, il semblerait que cela change un peu ces temps-ci. Ce que je note, c’est que certains groupes n’ont plus le monopole de la parole. Bien sûr, dans la presse, on peut lire des articles à charge avec des arguments douteux, cela rétablit peut être un peu l’équilibre. 2) Coût de l’éolien : Pourquoi serait-il erroné de comparer deux filières sur les coûts d’investissement ? Jusqu’à preuve du contraire, pour qu’un moyen de production fonctionne, il faut d’abord l’acheter et l’installer, et ensuite on peut le faire fonctionner et l’amortir. Mon analyse est certes sommaire, mais je ne vois pas pourquoi il faudrait emprunter des milliards pour construire un EPR et ne pas emprunter pour construire des éoliennes ? Si on veut l’équivalent d’un EPR en éolien, il faudra bien le payer. Après, tout est affaire de montage financier. Soit, je paye tout, tout de suite, soit j’étale la charge dans le temps. Il me semble que c’est comme pour une maison que l’on habite maintenant en sachant qu’elle appartient à la banque ! Une fois que l’on a comparé le coût d’investissement, on peut faire de même avec le fonctionnement et effectivement on devrait avoir l’avantage à l’éolien. Ceci dit, il y a une sacrée marge pour passer de 6 G€ à 27 G€, même si on considère que l’investissement fait seulement 1/3 (pourtant on fustige le coût exorbitant de l’EPR). « Le cout des éoliennes a pris 30 % dans la vue ces dernières années suite à l’augmentation de l’acier et du cuivre, comment l’EPR pourrait il échapper à ce phénomène ? » Réponse : à mon avis, il ne va pas y échapper, sauf que la structure de coût d’un EPR doit moins dépendre du prix de l’acier et du cuivre que celle des éoliennes. En poids, une éolienne, c’est environ 75 % de béton, 20 % métaux ferreux, 3,5 % de cuivre aluminium et électronique, 3,5 % de matière plastique (source : ACV d’un champ d’éolienne VESTAS). L’éolien est donc très probablement plus exposé à l’augmentation des matières premières telles que l’acier et autres métaux. Le but de mon analyse sommaire, n’était pas de prouver que l’éolien était plus cher à l’investissement que le nucléaire, mais de montrer, qu’à grande échelle aucune énergie n’est gratuite… dès qu’on y touche ! Et que finalement les ordres de grandeur sont assez comparables entre les filières. Quand on parle de milliards pour le nucléaire, il faut aussi parler de milliards pour l’éolien, le photovoltaïque, etc. 3) CSPE : Effectivement le surcoût est calculé au regard de la production évitée. 4,7 G€ est donc un surcoût brut auquel la CRE retranche les coûts évités, ce qui permet de calculer le surcoût net pour EDF. En 2006, le surcoût supporté par EDF pour les contrats d’achat était de l’ordre de 39 % du volume d’achat (963 M€ contre 2487 M€ d’achat). Evidemment, si le prix du kWh en bourse est en permanence en augmentation (ce qui est fort probable), le coût évité calculé sur cette base va augmenter et le surcoût net d’EDF va diminuer. Le problème est alors celui qu’expose David Spector dans son livre « Electricité : faut-il désespérer du marché » : quel que soit le coût moyen du kWh en France, le prix sera toujours largement supérieur car déterminé en bourse selon le prix instantané du moyen de pointe appelé en dernier. Dans ces conditions, il est bien évident que l’éolien peut être, ou est déjà moins cher que le fossile, mais ce n’est pas la question en France où 80 % de l’électricité est nucléaire. Or le prix du kWh est déterminé sur une petite fraction de la production et pas souvent par rapport au coût du nucléaire. Alors, il faut expliquer aux français que c’est une très bonne chose de vendre l’électricité selon les lois du marché. A partir du moment où les français auront pris conscience que produire de l’électricité au meilleur coût et sans CO2 à partir du nucléaire ne leur procure aucun avantage économique, ils pourraient être tenté de faire comme leurs voisins et repasser au fossile (le gaz avec Powéo ?) ! Voir aussi l’aventure du TARTam où les entreprises prônent le marché jusqu’à s’apercevoir que les prix montent et en appellent à l’Etat. En tout état de cause, la décorrélation grandissante entre coût moyen et prix va de plus en plus profiter… à EDF qui n’en espérait peut être pas tant de l’ouverture des marchés et qui se voit soutenue par les promoteurs des EnR dont certains était d’ardents contempteurs… d’EDF. Une bonne taxe carbone, comme le préconise Jean Marc Jancovici, devrait avantager bien sûr l’éolien, mais normalement aussi le nucléaire puisqu’il est très peu émetteur. Tout dépend des bases de calcul, si on calcule directement à la tonne émise, les allemands, ont des soucis à se faire, à moins que la globalisation mutualise cela au niveau d’un prix moyen de kWh européen ! 4) Niveau de service de l’éolien : Nous sommes d’accord sur le fait que l’éolien ne peut pas remplacer le nucléaire (pas encore)… pourtant cela ne semblait pas aussi clair il y a peu. Quand les allemands ont décidé de sortir du nucléaire, ils (certains) espéraient produire l’électricité avec les EnR, notamment l’éolien. On voit ce qui est advenu. Le scénario Négawatt pose comme postulat, la sortie du nucléaire et un peu beaucoup de gaz. Si le débat sur le mix énergétique français et européen s’oriente vers une large ouverture sans tabou à toutes les filières avec une analyse comparée des avantages et inconvénients, nous aurons fait de grands progrès par rapport au : « on éradique le nucléaire et on discute après ». La surcapacité nucléaire française est toute relative maintenant, puisqu’elle intéresse beaucoup de vendeurs non producteurs (voir les centrales virtuelles ou VPP). Quand on alimente un peu nos voisins avec les 60 à 70 TWh exportés, c’est toujours cela qui est produit sans émission de CO2. D’autre part, la surcapacité tend naturellement à se résorber avec l’augmentation de la consommation et plus seulement en France. Non, je ne souhaite que l’Europe et le monde se mette au nucléaire. Mais je voudrai que l’on me dise comment les européens vont respecter leurs engagements d’émission de GES sans maintenir voir augmenter la part d’électricité nucléaire et bien sûr aussi d’EnR. Les scénarios chiffrés cohérents ne sont pas légion. L’approvisionnement en uranium doit bien sûr être examiné car avec les réacteurs actuels on ne peut pas dire que ce soit durable. Je note simplement que les choses ne sont pas aussi catastrophique qu’en 2007, le prix spot est de U3O8 est redescendu à 59 $ la livre (38 €) (voir : ). Le but n’est pas d’inonder le monde de réacteurs nucléaires, mais de voir pragmatiquement la part que cette filière peut prendre dans la production d’énergie non carbonée. 5) Où investir ? Le but n’est pas la démagogie, je souligne simplement que le débat se focalise trop, en France, sur la production d’électricité, alors que les problèmes de coût, de dépendance, d’émission de GES sont ailleurs. Je ne suis pas contre l’implantation d’éoliennes, mais pour l’instant elles ne produisent que de l’électricité. Or les émissions de GES, en France sont très largement en dehors de ce secteur. Pour moi cela veut dire que les priorités doivent aller sur le transport, le chauffage et l’agriculture, en terme d’économies et d’évolution des moyens de production. Si nous voulons avoir, au niveau européen, une politique efficace de réduction des GES, il faut d’abord regarder là où nous avons les plus grosses marges de manoeuvre. Si nous avons les moyens de tout faire à la fois, faisons tout… sinon il faut choisir. Là c’est de la politique. Que l’éolien soit au départ du capital privé est une chose, il n’empêche que le consommateur finit toujours par rembourser le capital investit. D’où que viennent l’argent, il faut payer. Supprimer les crédits d’impôt sur l’aérothermie et la géothermie (alimentées à l’électricité en pointe) au profit de l’isolation pourquoi pas, seulement, malgré l’isolation il faudra tout de même un mode de chauffage. Et dans ce cas que sera-t-il (convecteur électrique ? chaudière gaz, fuel ?). Pour limiter les pointes, il serait peut être bon d’investir dans le compteur « intelligent » qui fonctionne aussi en délesteur : voir le communiqué de WWF France (). De plus, malgré ce qui se dit, les français n’abusent pas des modes de chauffage électriques car, même nucléaire, le kWh français reste cher par rapport au gaz ou au fuel pour produire de la chaleur. Sur ce bonne lecture.

Steph68

Bien évidemment vous vous demandez pourquoi VGE est aussi remonté contre les éoliennes… En lisant ce qui suit vous comprendrez mieux. En menant une croisade anti-éolienne, il fait indirectement la promotion du nucléaire ! C’est étrange qu’il ne s’érige pas en défenseur des paysages lorsqu’il s’agit des énormes centrales nucléaires et de leur chapelet de lignes à haute tension. Voici un extrait du livre de Didier Anger “Nucléaire : la démocratie bafouée” qui vous aidera à y voir plus clair : – Valéry Giscard d’Estaing a épousé en 1952, Anne-Aymone Schneider, la petite-fille du baron Charles Schneider, et se trouve ainsi lié à l’un des plus gros groupes industriels européens de l’époque : le groupe Empain-Schneider. C’est ce groupe à travers sa filiale Framatome-Creusot-Loire, qui en France détient le brevet des réacteurs PWR (brevet américain Westinghouse), la seule filière technologique qui sera développée pour le parc de centrales nucléaires d’EDF quand VGE sera président de la république. – Jacques Giscard d’Estaing, cousin de Valéry Giscard d’Estaing. a été directeur, en 1975, de la SOMAIR (la société des mines d’uranium de l’Aïr) au Niger. Il est aussi au Conseil d’administration de la COMUF (compagnie des mines d’uranium de Franceville) au Gabon, et développe des relations avec le Centre-Afrique de Bokassa. En 1976, quand Westinghouse sort de Framatome, c’est Jacques Giscard d’Estaing qui est chargé de lier les activités du Commissariat à l’énergie atomique et de Framatome. – Philippe Giscard d’Estaing, frère de Jacques : il est administrateur de Thomson-CSF qui travaille pour le nucléaire. – Enfin, François Giscard d’Estaing, frère de Jacques et Philippe : il est PDG de la Banque française du commerce extérieur (BFCE). Dans ces années-là, la France est l’un des pays les plus proliférant et vend du nucléaire partout. Valéry est alors le représentant de commerce du nucléaire et toutes les ventes passent par la BFCE. Tout dernièrement je découvre sur le site Boursorma.com qu’Olivia Giscard d’Estaing (fille de VGE) directrice générale de Neuflize Private Assets (Groupe ABN Amro) et gérante du fonds Noam Optimum recommande à l’achat en bourse 7 sociétés et à votre avis laquelle figure dans la liste : SCHNEIDER ELECTRIC ! Un petit tour sur le site de Schneider Electric pour se rendre compte qu’Antoine Giscard d’Estaing (cousin de l’ancien Président de la République) est membre du comité exécutif en tant que directeur financier de la société ! On constate donc que le nucléaire et les Giscard d’Estaing ne forment qu’un… C’est donc dans la suite logique des choses que VGE devient anti-éolien, mais  doit-on vraiment s’en étonner ? Alors VGE s’est t-il enrichit personnellement durant son septennat, on peut aisément l’imaginer car c’était l’âge d’or du nucléaire en France… Décidemment au royaume des aveugles les borgnes resteront définitivement les rois !

Dan1

Intéressante généalogie de VGE ! et une petite remarque :Je cite : “Lorsqu’il s’agit des énormes centrales nucléaires et de leur chapelet de lignes à haute tension”Il s’agit d’un argument typiquement “démontable” : les centrales nucléaires sont tout de même ce que l’on fait de mieux en terme de compacité au TWh produit. Pour vous en persuader, faites les calculs d’occupation de sol des 7000 MW éolien équivalent théorique d’un EPR. à 2 MW l’éolienne, vous trouverez 3500 éoliennes de 80 mètres de diamètre. En prenant seulement la projection au sol du rotor (cercle de 80 mètres) vous trouvez 5024 m2 x 3500 = 17 584 000 m2 soit 1 758 hectares ou 17,58 km2 ce qui représente environ une surface d’un peu plus de 4 km de côté. A titre indidactif, une centrale nucléaire occupe quelques centaines d’hectare (Penly avec 2 réacteurs de 1300 MW fait 230 ha et Bugey avec 4 réacteurs de 900 MW fait 100 ha). Voir le lien :   comparaison : le charbon. Je vous invite sur Google Earth aux coordonnées suivantes : 51° 27′ Nord et 14° 35′ Est, vous y verrez la centrale de Boxberg avec sa mine à ciel ouvert associée de 13 km de longueur et 6 km de largeur soit 78 km2 ou 7800 hectares.Maintenant, les lignes à haute tension : pensez vous sérieusement que l’éolien industriel puisse s’affranchir du réseau déjà en place. En fait, c’est exactement le contraire, il faut un réseau de transport très solide (à renforcer) et plus maillé pour accueillir les ZDE, ce que les professionnels de l’éolien rappellent d’ailleurs à l’Etat pour qu’il investisse.Au vu de la fiabilité de ces informations sortant du prêt à penser antinucléaire, que penser du reste : est-ce de l’information ou comme il y en a plusieurs désinformations !

Ventilacteurs

Bonjour à tous, je prends connaissance de ces échanges respectueux un peu tard. Je reviens sur le calcul de rentabilité… après avoir retiré 2% du CA pour la maintenance, on y va franco avec 20% de frais d’exploitation. Ben voyons, elle est là l’erreur ! les parcs sont d’un minimum de 4 machines de 2MW chacunes, on arrive quand même à 178000x2x4= 1424000 de CA pour 1 parc, ce qui nous fait 1424000×0.2=284800 euros de frais de gestion de parc par an : pour ce prix là, je veux bien m’occuper de la gestion d’un parc, surtout sans la maintenance ! Il est évident que les 20% sont largement surévalués. La rentabilité des éoliennes est là. Disons que les frais de gestion sont de 10,1% (je n’argumente pas plus que Jake, je décide 10,1% comme il a décidé 20% sans apporter de preuves), la rentabilité passe à … 13%, puis à 16%. c’est ce que veulent les fonds de pension !JF DerayLes Ventilacteurs 

Dr_k
Laure88

Bonjour, Sujet houleux que celui de l’éolien. Il est tellement facile de résumer le débat sur les éoliennes en pour ou contre, pro ou anti nucléaire… Je crois qu’il s’agit avant tout de se poser les bonnes questions, d’étudier les faits, les situations, notament en régions là où se trouvent les vrais concernés par le sujet. Trop souvent ils ne bénéficient d’aucunes informations, tout se fait sans concertations. Comment savoir quoi en penser sans être informé? je trouve très instructif d’aller voir des dossiers comme celui de Science et Vie de Septembre qui pose enfin un regard “neutre” sur le sujet ou encore de regarder le dernier dossier de Tf1 au journal de 13h. Pour les situations en région, j’ai vu beaucoup de sites locaux et parfois que de drames, de non information. Il est très instructif d’aller voir par exemple certains documents sur le site de la fed ( fed ) ou encore les situations en région comme aussi dans le Lévezou ou les Vosges, site de l’ASPP88 (Association pour la Sauvegarde et la Protection du Patrimoine 88 :   )ou d’éolien-vosgien ( eolien-vosgien ) Posons nous avant tout les bonnes questions afin de trouver les meilleures réponses et solutions! Cordialement.

49
0
Laissez un commentairex