• Informer
  • Participer
  • Professionnels
login
pass
lettre d'information ▼
    Exemple ?  
IssyGrid : 1er site pilote en France d'optimisation énergétique
  

Développé tout d'abord au sein du quartier d'affaires Seine Ouest à Issy-les-Moulineaux (près de 10 000 personnes sur un périmètre de 160 000 m²) en 2012, le projet sera étendu en 2013 aux 1 600 logements du quartier résidentiel Fort d'Issy.

Cette réalisation pilote réponde à une logique triple. Tout d'abord, elle consiste à consommer mieux – moins et au bon moment - tout en incluant les nouveaux usages de consommation d'énergie ; Puis, à intégrer "harmonieusement" la production locale d'énergies renouvelables ; Et enfin, à optimiser la gestion de l'énergie à l'échelle du quartier (bureaux- logements- commerces- équipements publics), en la reliant au réseau de distribution publique et en ayant recours à des moyens de stockage. Elle vise par ailleurs à réduire les émissions de gaz à effet de serre, notamment en contribuant au lissage des pointes de consommation.

Première étape du processus opérationnel d'IssyGrid®, la mise en œuvre du monitoring du quartier est désormais effective. Des systèmes d'agrégation des données pour analyser et optimiser la consommation d'énergie ont été installés dans des logements tests mais aussi au sein d'un des principaux immeubles tertiaires de Seine Ouest.

Des logements tests « intelligents »

Des logements tests -une dizaine-, préfigurant les 1 600 logements inscrits dans le périmètre d'IssyGrid®, ont été dotés d'équipements pour le suivi des consommations par type d'usage (chauffage, éclairage, eau chaude sanitaire et autres) :

- prises communicantes pour suivre la consommation des équipements branchés et les piloter à distance (réfrigérateur, poste de télévision, informatique…)
- capteurs de température placés loin du chauffage et des sources de courant d'air.
- thermostat communicant permettant de régler le chauffage à distance.

Les informations récoltées sont ensuite transmises, via la box internet, en temps réel et de manière anonyme, vers le système d'information énergétique central, en vue d'une optimisation des flux à l'échelle du quartier.

L'utilisateur peut être alerté par SMS du dépassement d'un certain seuil de consommation énergétique pour l'inviter à réduire la consommation de son logement. Il peut alors par exemple éteindre à distance ses appareils en veille à partir de son smartphone et agir sur le réglage du chauffage.

Simple à installer et à utiliser, ludique et discret, ce dispositif permet à l'utilisateur d'apprécier les différents paramètres de sa consommation énergétique (en particulier la consommation du mode veille). Il l'aide à prendre conscience de l'importance de la maîtrise de la consommation d'énergie à l'échelle individuelle et de son impact sur le risque de pointe. Il favorise également un mode de consommation énergétique plus vertueux (extinction des ordinateurs la nuit et en cas d'absence, remplissage optimisé des machines à laver…).

L'équipement des logements sera complété par l'installation d'un thermostat communicant permettant de régler à distance le chauffage et d'un compteur communiquant Linky permettant de récolter en temps réel des informations sur la consommation globale et d'optimiser la gestion du réseau.

Des bâtiments intelligents au service de l'intelligence du quartier


Pour le tertiaire, le processus opérationnel a également été engagé sur un immeuble test, Galeo, siège de Bouygues Immobilier, avant d'être étendu aux 160 000 m² de Seine Ouest. Il s'appuie principalement sur la mise en place d'une interface logicielle, véritable tableau de bord intelligent qui permet d'obtenir une mesure précise des consommations d'énergie ventilées suivant les différents usages (éclairage, informatique et télécommunications, chauffage, ventilation, climatisation, eau chaude, parkings, ascenseurs, recharge des véhicules électriques). Grâce à cet outil, les mesures des différents paramètres sont alors retraitées et rapprochées des critères règlementaires fixés par la RT 2012.

L'outil de monitoring intelligent de réseau a la capacité de collecter et d'agréger, en temps réel et de manière anonyme, les informations relatives à la consommation (logements, tertiaires, commerces, équipements publics), au stockage d'électricité (batteries,…) et à la production locale d'énergie photovoltaïque.

IssyGrid : 1er site pilote en France d'optimisation énergétique

 

Quatre étapes majeures à court terme

Dès le premier semestre 2012, le périmètre d'IssyGrid® sera élargi à une trentaine de logements existants et à quatre autres immeubles tertiaires : EOS, siège de Microsoft en France et du groupe Steria, Farman, siège de Systra, la tour Sequana occupée par Bouygues Telecom et Eqwater.

VIGIE, le centre d'information, d'analyse et de services du quartier opérationnel en septembre 2012, proposera au fur et à mesure de l'évolution du quartier des options d'amélioration aux particuliers et aux entreprises, en lien avec le gestionnaire de réseau. Il évoluera également pour proposer des outils et des fonctionnalités d' «effacement» des pointes de consommation à l'échelle de l'éco-quartier.

D'ici fin 2012, la mise en place des moyens de production d'énergies renouvelables (photovoltaïque, géothermie) et des outils de stockage sera achevée.

Le système d'éclairage public évoluera au deuxième semestre 2012 grâce à un système innovant permettant de faire converger réseau électrique et réseau numérique. Objectif : gérer avec précision le réseau d'éclairage et allier performance énergétique et services à la ville. Les candélabres pourront être pilotés individuellement et l'éclairage s'adaptera en fonction du trafic routier.

Enfin IssyGrid® sera doté d'équipements de recharge des véhicules électriques intégrés dans les bâtiments et sur la voie publique. Leur fonctionnement sera optimisé grâce à l'intégration de solutions de stockage.

« Le lancement opérationnel d'IssyGrid® marque un tournant décisif qui préfigure les quartiers à énergie positive de la ville de demain. Cette réalisation pilote, unique en France, unique au sein du Grand Paris, contribue à faire de la ville d'Issy-les-Moulineaux, une pionnière en matière de smart city. Au-delà de ses vertus environnementales, IssyGrid® revêt un formidable enjeu éducatif et sociétal. Il suscite également des perspectives porteuses en termes de création d'emplois » a déclaré André Santini, ancien Ministre, Député-Maire d'Issy-les-Moulineaux, Président du Conseil de Surveillance du Grand Paris.

 

Focus

Production d'électro-solaire et stockage d'énergie dans un bâtiment tertiaire

300 m2 de panneaux photovoltaïques seront installés pour arriver à une surface totale d’environ 1 000 m2 sur 3 bâtiments.

Le système installé sera très instrumenté. L’innovation porte sur la flexibilité d’utilisation de la production photovoltaïque avec des solutions mixtes de consommation dans le bâtiment équipé (auto-consommation, stockage local) et des solutions de partage avec le quartier (injection dans le réseau de distribution, stockage centralisé).

Le photovoltaïque étant une source d’énergie intermittente (nuit, météo, saison, nuage), la prévision de production photovoltaïque dans le jour, les heures, les minutes à venir, constitue un élément de décision pour le pilotage du smart grid.

D’une part, un système de prévision de production photovoltaïque sera développé avec différentes échelles temporelles, incluant des données météo, des mesures in-situ et un modèle photovoltaïque. D'autre part, les systèmes photovoltaïques seront communicants en temps réel pour valider la production effective, piloter la puissance, planifier les interventions et affiner les modèles prédictifs.

Un système de stockage, basé sur des batteries très performantes, permettant un nombre important de cycles de décharges et de recharges, sera déployé dans l’immeuble accueillant les 300 m2 de panneaux photovoltaïques. Ainsi les différents cas d’usage seront expérimentés sur cet immeuble en privilégiant l’auto-consommation de l’énergie issue des panneaux et le stockage (aux heures creuses). Aux heures de forte consommation du quartier, l’énergie stockée sera alors consommée sur place permettant ainsi de réduire le recours à l’énergie issue du réseau public.

[ Illustration article ]

 Lu 3066 fois 
 Publié le 25/04/2012 à 10:04 
© Enerzine.com
 
Envoyer à un ami Envoyer Flux RSS Enerzine
Imprimer Imprimer
Mamouth


Invité



le 25-04-2012 10:23:55

Microsoft
Aïe !
L'architecture logicielle repose sur du microsoft : ça va être dur d'avoir le niveau de fiabilité requis pour ce genre de plateforme. Du Unix/Linux serait un meilleur choix.

Reivilo


Invité



le 25-04-2012 10:29:34

Amphigourique
Très "smart" (3 fois) ce processus "optimisé" (7 fois) pour logement "intelligent" (5 fois) avec prises, compteur, capteurs et autres "systèmes" (8 fois) "communiquants" (6 fois).

Gros déffoulement technologique et vocabulaire ronflant ça colle bien avec le quartier...

Bien sûr tout n'est pas à jetter, mais s'il faut impérativement un smartphôône pour piloter à distance le remplissage de la machine à laver ? ou régler le chauffage, ça devient quand même un peu lourd et un poil élitiste.

trimtab


Membre
depuis le 27-09-2008
le 25-04-2012 11:06:28

Efficacité 'élégance frugale' à 'pas cher' !

"...............pour piloter à distance le remplissage de la machine à laver ?....

Moi je fais avec une prise 'horloge' à 10 €,

.......comme je fait de 'l'éco conduite' avec une très haute technologie de 'limitateur de vitesse'.....le pied humain !



Simple (et pas cher) ou compliqué (et couteux), il faut choisir.



C'est comme se raser au blairot et du savon de Marseille (que je fais depuis 40 ans). Elegance frugale !



trimtab

Lionel_fr


Invité



le 25-04-2012 11:23:56

@mamouth
Le noyeau MS7 est techniquement aussi fiable que linux dont il s'inspire largement. Au point de vue modèle économique MS offre des assurances de maintenance qu'aucun éditeur linux ne peut égaler. Enfin, le debug sous VS.NET est, sinon le plus avancé , en tous cas l'égal des meilleurs langages.

Le vrai avantage de Linux est que sa gratuité permet aux éditeurs de firmware de ne pas payer de royalties sur le hardware et donc d'enpocher 100% du budget de maintenance...

A propos , j'a noté que les budgets de maintenance étaient souvent absents des appels d'offres sur les marchés publics. Quelle erreur de distribuer une techno innovante sans avoir de budget pour la maintenir !

Comment faire les mises à jour de sécurité ? Corriger les bugs apparus tardivement ? Si vous n'avez pas le service marketing de microsoft, c'est à vous de négocier les indispensables budgets de maintenance faute de quoi, un bug tardif vous mènera directement à la case justice, sans parler des efforts que vous devrez fournir gratuitement pour sauver votre projet de la déroute.   

Intrinsèquement , les deux kernels se valent mais certainement pas leur management. C'est plus facile de réclamer des sous quand on est no1 mondial du logiciel que pour une PME avec une gestion de projet approximative

gaga42


Membre
depuis le 07-04-2011
le 25-04-2012 11:39:05

A Lioner_fr: Pas si simple...
Un bon vieux rasoir électrique dépensera beaucoup moins de ressources que le blaireau (eau chaude, savon, eau sale...), et j'ai pu vérifier que les automatismes de ma voiture (boite séquentielle + regul vitesse) sont plus efficaces que mon pied...

Mais pour la plupart des gadgets évoqués ("smartphôône" de Reivilo, moi j'appelle ça pipophone) je suis d'accord.

Stephsea


Invité



le 25-04-2012 11:42:27

Hierarchisation des dépenses
Issy dépense plus en com' qu'en tout autre chose. Ils payent une fortune des boites de com' et attachés de presse pour que ce genre de parution nous arrivent. J'aimerais bien qu'un petit investigateur nous passe un camembert des dépenses de la mairie d'issy : l'intelligence énergétique serrait elle vraiment prioritaire sur la campagne de com' qui l'accompagne? Cela reste à vérifier...

Toute cette com' et son cout énergétique global ne vient elle pas annuler les efforts technologiques dont elle fait l'éloge et la promotion?

Je me permets aussi un doute sur les technologies communicantes qui génére du SMART à tous les étages. Cette débauche technologique est basée encore une fois sur un modèle fonctionnel extrêmement fragile. Pour être efficace il faut équiper 70 à 80% de la population. Quand auront nous tous des prises communicantes dans ns cuisines? Rien que la question nous fiat sourire. Une simple prise de qualité coute déjà entre 5 et dix Euros. Une installation éléectrique hyper classique est déjà très chère. Qui aura les moyens de s'équiper de 40 à 120 prises à 15-20-50 €??? Qui va payer pour le gestion des flux d'information? Un abonnement de plus sur nos factures?

Tout cela est dégoulinant de bien pensance, et masque bien mal des intentions difficles à définir, une belle politique ultra éllitiste qui n'aura pas manquée de remplir les poches de quelques opportunistes "technologues" de la com' et du smart. J'espèer que au moins ils prennent leur pied...

trimtab


Membre
depuis le 27-09-2008
le 25-04-2012 11:55:52

[ pour gaga42 ]elegante erreur !
Vous adressez moi, car je ne pense pas que Lionel_fr ce fait beaucoup dans l'élégance frugale si cher à Amory Lovins !



Pour le blaireau : le mien à 20 ans d'age, bien qu'un peu 'chauve' maintenant ! Et son future (proche ) remplacement et recyclage ne me pose pas trop de questions de 'conscience'. Votre rasoir atomique (ou à piles - aie ! aie!) a quelle durée de vie et son recyclage ?



Et mon limitateur de vitesse auto ? Certe , son utilisation est 'contraignante', mais il durera jusqu'à je 'plie mes gaules' pour du bon. Mais la votre ajoute combien au prix du votre 'caisse', dure combien de temps ? Et tous ces pièces à fabriquer, entretenir, recyclées ?



l'élégance frugale est un état d'esprit avant d'être une démarche 'militante'.



trimtab

Reivilo


Invité



le 25-04-2012 12:18:45

Jeune blaireau
Possesseur d'un blaireau beaucoup plus récent que celui de trimtab (10 ans ?) j'ajouterai qu'il permet des enfantillages puérils mais amusants sur le nez des proches qui se présentent dans la salle de bain.

Il est aussi Cloclo-compatible avec un risque d'électrocution quasi nul en usage normal.

Lionel_fr


Invité



le 25-04-2012 12:30:08

.
@Stefsea

En fait, vous dites que le budget pub de la ville est énorme, ce qui est sans doute vrai, mais au final, tout le monde a noté que le texte est abscons, les superlatifs grossiers, l'explication douteuse...

Techniquement, toutes les prises sont communicantes : ce n'est pas la prise qui communique mais le CPL qui transite dans le courant. Le hardware Free revolution utilise déjà abondamment le CPL et parvient à passer de la video HD dans les 80Mb/s max qu'il autorise.

Je me pose la question de la compatibilité de tous ces CPL dans un seul réseau électrique domestique. Vu que des millions de CPL's sont déjà utilisés en France ..

Perso, j'ai 5 CPL 200Mb/s en service, et ça m'empèche de passer au 500Mb/s. J'espère qu'ils utilisent bien le protocole AV sinon je refuserai leur hardware.

La seule alternative au CPL est le WIFI -ou BlueTooth ou Zigbee ou même DECT- qui coutent une fortune et compliquent singulièrement le hardware embarqué à base de micro-contrôleurs sauf le zigbee plus simple mais avec une bande passante ridicule (1Kbs).

Pour un déploiment en masse, il faudrait doubler le réseau par un simple émetteur grandes ondes longue portée, de nombreux signaux n'ont pas besoin de remonter vers le serveur.

@Trimbab

Effectivement je ne pige goutte à vos références culturelles, j'ai dû oublier de lire le bouquin ou voir le film.

@ Tous

Contrairement à ce que semble dire le texte, un smart grid très simple couterait très peu cher pour une efficacité énorme. Il est loin le temps où l'electroménager reposait sur des interrupteurs.

Presque toutes les machines electriques possèdent au moins un controleur ne serait-ce que pour piloter la led d'allumage. Comme ces composants peuvent difficilement couter moins cher qu'actuellement, ils ont tendance à monter en puissance. Horloge plus rapide , bus 64bits, 256kb de flash et ce n'est pas fini.

Dans ce contexte, le pilotage du smart-grid ne présente qu'un surcoût en software. Tout au plus , quand même ajouter quelques relais et une logique de communication sécurisée avec le serveur.

Le reste sera dicté par le marketing et il faudra quand même penser à "vendre" le smart grid aux utilisateurs qui n'y ont actuellement aucun avantage...   Faudra bien qu'EDF présente un barème de prix convaincant pour justifier le surcoût des machines. Dans le cas contraire ce sera encore un énorme marché raté pour cause de monopole , dans ce secteur d'activité , c'est un peu la règle hélas...

trimtab


Membre
depuis le 27-09-2008
le 25-04-2012 13:21:05

[ pour lionel_fr ] sources et réferences
"....je ne pige goutte à vos références culturelles......."

Et pourtant si Bucky (Richard Buckminster Fuller) est peu connu des 'chercheurs de vérité' d'enerzine (bien que je donne souvent des liens pour le découvrir), Amory Lovins:

http://en.wikipedia.org/wiki/Amory_Lovins

comme Lester Brown, et notre JMJ national, ne doivent pas des inconnus totals à tous ceux qui s'intéresse de loin à l'énergie ?



Et le nom c'est trimTAB et non trimBAB (une tentative de votre part de me 'baba-iser' ?

taper 'trimtab+Bucky' sur google pour mieux comprendre l'origine de mon nom et mes 'réferences'. ou www.bfi.org



trimtab

Nrjsaver


Invité



le 25-04-2012 13:46:16

La troisième révolution industrielle est en marche
Pour ceux qui ont lu le dernier livre de J. RIFKIN, la 3ème révolution commence à prendre forme !

Lire par exemple : ici
et ici

Pastilleverte


Invité



le 25-04-2012 19:00:42

Bla bla
Certes des boites de com° ont du se goinfrer, les contribuables issylesmoumineauxiens ne les remercient pas.

Mais l'important est la hiérarchie des actions : efficacité, sobriété PUIS ENR, bien modestes au demeurant, mais avec un bon point : le recours à la géothermie (attention aux nappes phréatiques tout de même !)

Quant au stockage, c'est bien d'y penser (un des points, encore, noirs des enr), mais cette super "batterie" de stockage, côté "vert" en cycle de vie, aïe aïe aïe, je crains le pire (peut être  à tort)

Sicetaitsimple


Invité



le 25-04-2012 20:16:22

Marrant...
On aurait eu le même article mais la ville serait une banlieue d'Oslo ou de Copenhage, je suis certain que les réactions auraient été tout autres! Enfin des gens intelligents, qui préparent l'avenir énergétique,.....

Là, ca chipote, ça ergote....Mais bon..

PS à Trimtab: les smart grids ne sont à mon avis pas incompatibles avec les smart guys, mais effectivement ça va être difficile de commander votre blaireau depuis votre smartphone....Il y a un vrai problème d'incompatibilité des systèmes d'exploitation, même Lionel ne vous le résoudra pas!

trimtab


Membre
depuis le 27-09-2008
le 26-04-2012 10:26:51

[ pour sicetaitsimple ]let's be smart
"..........les smart grids ne sont à mon avis pas incompatibles avec les smart guys, mais effectivement ça va être difficile de commander votre blaireau depuis votre smartphone.."

En effet, j'ai toujours pensé que d'abord il faut être d'abord 'smart' en tant de consommateur avant de compter sur la technologie pour être 'rusé' à notre place:

http://www.enerzine.com/forum2s/37-deba … 2#go_43838

"...........pour consommer au mieux, la 'bonne' énergie, en bonne quantité, au bon moment, au meilleur prix..........................."



Pour la commande de blaireau. Avec mon 'smartphone' Nokia de 6 ans d'age (trouvé dans un fond tiroir au travail à l'époque! -recup,recyclage à la trimtab !) j'aurais en effet du mal, vu qu'il ne possède que 2 fonctions quasis fabuleuses (!) , téléphoner et SMS, mais qui 'couvrent' largement mes besoins de 'homo sapiens mobilis communicus frugalis !'



trimtab

chelya


Membre
depuis le 29-04-2009
le 27-04-2012 10:43:08

Hum... Beaucoup de commentaires sont vraiment ridicules... Au niveau hardware il n'y a aucune débauche technologique pour les habitations c'est l'offre domotique de Bouygues Telecom et pour le tertiaire il s'agit juste se connecter à la GTB... Quant aux moyens de productions ils existent déjà sur les batiments pour permettre d'avoir les certifications environnementales.
Et ça m'étonnerait que ça coute beaucoup d'argent à la ville d'Issy (à mon avis ça leur rapporte plutôt...), le choix de la ville est je pense plutôt lié au fait que ce soit Bouygues Immo qui a quasiment tout construit dans le quartier et donc que c'était plus facile pour eux de le faire là...
L'enjeu ici c'est plutot de trouver comment augmenter l'efficacité de techniques existantes en les faisant travailler ensemble. Les questions matériels ça fait longtemps que c'est réglé...

Lionel_fr


Invité



le 28-04-2012 09:49:45

à chelya
Je me demande comment Issy parvient à gagner de l'argent. Peut être le quartier pilote sera visité par quelques VIP qui en commanderont de semblables pour chez eux.

La question qui me vient est : comment rentabiliser le smart grid quand on est consommateur et que les tarifs ne répercutent pas les variations du marché SPOT ?  Si le tarif est toujours le même, on aura certes une courbe de consommation plus lisse mais à moins de vendre du hardware ou même le concept...

Je ne connais pas du tout l'offre domotique Bouygues. Il faut dire que je joue beaucoup avec des controleurs et que ma domotique repose sur mes vieux prototypes recyclés..

Je me demande si un frigo doit renseigner le serveur en fonction de son contenu : le gruyère dans le bac à légume devrait être plus sobre que des steaks hachés autrement plus "à cheval" sur la conservation. C'est un peu schématisé...

L'autre question de principe est : en pilotant la consommation electrique sur les critères intelligents , ne risque-t-on pas les mêmes problèmes qu'avec le logiciel de trading où tous les logiciels s'activent à la même micro-seconde en provoquant des pics impressionnants.

Si EDF baisse ses prix à 00:30 h , tous les ballons d'eau chaude de france vont s'allumer entre 00:30 et 00:31 en provocant un pic de 20 ou 30 GW !

L'opérateur doit donc envoyer des messages de tarification globaux aux différents segments de réseau qui doivent répartir les baisses tarifaires à hauteur de la production immédiatement mobilisable

C'est là qu'intervient mon frigo qui ignore son besoin réel et va appliquer sa programmation.

Le seul message qu'il doit envoyer au serveur est : "je suis un appareil de référence xxxx connecté à ce segment de réseau" le serveur doit être capable de traduire cela en consommation de pointe max (la moyenne n'intéresse pas le serveur) 

Peut être suis-je à des km de la réalité , il faut dire que mes systèmes n'utilisent pas de donnée de production et que je n'ai pas étudié l'offre de marché domotique..

chelya


Membre
depuis le 29-04-2009
le 29-04-2012 22:49:00


La question qui me vient est : comment rentabiliser le smart grid
quand on est consommateur et que les tarifs ne répercutent pas les
variations du marché SPOT ?

De la même façon qu'on rentabilise un réseau privé à l'intérieur du
tour... Dans une tour vous avez un compteur en bas de la tour et les
services techniques s'occupent de gérer le réseau électrique en interne et de faire la répartition des charges. A l'échelle d'une celulle de micro-réseau on peut très bien avoir un opérateur urbain qui achète l'électricité au tarif vert et ensuite la distribue à plusieurs personnes et se charge de gérer l'équilibre au sein de micro-réseau.

L'essentiel de la facture électrique c'est d'abord le réseau électrique, controler la puissance appelée diminue beaucoup plus la facture pour la collectivité que changer le mix énergétique. On a donc un merit order dans l'ordre d'appel des flexibilités, d'abord les productions électriques domestiques (pv sur le toit, microcogé, batteries domestiques...), ensuite les productions locales (fermes PV+ éolien, cogénération, centrales énergétiques) et tout en dernier les grosses productions connectées au réseau de transport...

Sicetaitsimple


Invité



le 01-05-2012 17:48:05

à chelya
Dans une tour, c'est effectivement assez simple et j'allais dire "naturel" quand il s'agit de répartir les charges entre quelques entreprises occupantes et que le réseau interne est par définition privé.

Dans un quartier, ça se complique un peu, d'autant que vous devenez ( OK, ce n'est pas possible en France aujourd'hui...) opérateur de réseau public.

Donc vous devrez entretenir ce réseau, réparer les pannes, procéder au comptage et à la facturation ( même télérelevé) de vos "clients " ( ou abonnés, comment les appelez-vous?), gérer leurs réclamations, les ouvertures, fermetures et modifications de compte, les extensions, le frigo de Lionel dont je vous préviens qu'il est capricieux (...),......etc,  etc...

J'ai juste une question: comment vous vous rémunérez pour faire tout ça?

Parce qu'avec la façon dont vous en parlez on a l'impression qu'il n'y a que des gains...

Sicetaitsimple


Invité



le 01-05-2012 18:10:34

à tous: désolé
ma question est un peu ras des paquettes par rapport aux débats en cours ( le 28nm et les astéroides qu'on va aller chercher avec nos petits bras puissants)...

On ne se refait pas....

chelya


Membre
depuis le 29-04-2009
le 01-05-2012 22:54:26

@sicetaitsimple : tout ce que vous décrivez est juste de l'entretien classique qui est en ce moment fait par des sous-traitants (exemple au hasard puisqu'on parle ici de Bouygues : ETDE), on change juste le donneur d'ordre en éliminant les intermédiaires qui se prennent leur marge là dessus...

Lionel_fr


Invité



le 02-05-2012 10:30:01

Aterrissons
Revenons en aux pâquerettes :

Je vais le faire en version courte : si le quartier distribue lui-même son electricité, il ne paye à EDF qu'un seul abonnement. C'est donc le réseau local qui facture le prix de l'abonnement à ses "sujets".

D'autre part, comme tout distributeur, le fournisseur local doit faire une marge sur le kwh mais je n'ai pas spécialement envie de sortir une calculette pour quelque chose d'aussi hypothétique.

L'electricité n'appartient pas aux dieux, c'est un produit comme un autre. Sous monopole certes mais parfaitement compatible avec l'économie de marché. En outre, c'est un marché absolument énorme qui génère des revenus gigantesques même à l'échelle d'un quartier. Payer la maintenance ne pose pas le moindre problème.

chelya


Membre
depuis le 29-04-2009
le 02-05-2012 16:17:47

Dites vous savez que la marge sur la vente du kWh ça n'a jamais existé avant que l'état se mette en tête de mettre en place la régulation des compagnies d'électricité... La Edison Electric Light Company ne vendait pas de l'électricité, elle vendait des ampoules électriques. D'ailleurs même dans un domaine régulé c'est aussi rare, en France avant que les illuminés comme Marcel Boiteux arrivent et décident de vendre des kWh comme des couche-culotes, les électriciens se faisaient payé pour l'exploitation-maintenance et ils n'hésitaient pas à vous déconseiller le chauffage électrique au motif que c'était du gaspillage d'énergie...

En l'occurence vous avez un exemple de fonctionnement très performant des réseaux municipaux qui existent au Danemark dans les réseaux de chaleur : http://www.stateofgreen.com/Cache/65/65 … 757f02.pdf et sur lequel il n'y a pas de marges sur le kWh mais une ventilation des différents couts du réseau et de la production qui sont décidés par les utilisateurs...

Et je ne suis pas d'accord avec le fait que l'énergie soit un "marché énorme", dès que vous enlevez le pétrole pour le transport il ne reste plus grand chose. Le cout de gestion d'un immeuble tertiaire c'est 400 euros/m2, là dessus l'énergie c'est juste 7 euros du m2... la marge vous avez bien d'autres endroits où vous pouvez la mettre. Contrairement à ce qu'on peut penser, l'énergie dans le batiment est un enjeu ridicule, par exmple l'hygiène (le nettoyage, les ordures...) c'est un enjeu beaucoup plus important aussi en terme financier que social. C'est d'ailleurs ce qui explique pourquoi il y a autant de gaspillage énergétique dans le batiment.

Lionel_fr


Invité



le 03-05-2012 09:26:12

@ chelya
J'ignorais tout ça. Le faible cout relatif de l'électricité explique qu'il n'y ait pas de ruée vers le PV domestique au prix actuel des panneaux en promo.

Comme souvent on s'arc boute sur le marché de l'électricité et le conflit pro-anti-nuke alors qu'il est quasi insignifiant en comparaison des problèmes posés par les fossiles.

Sicetaitsimple


Invité



le 03-05-2012 21:53:49

Les couche-culottes de marcel boiteux...
A Chelya

Tout ce que je décris est juste de "l'entretien classique..." Pas du tout, relisez. Vous devenez bien gestionnaire de réseau (même limité geographiquement), et ça implique bien plus que "l'entretien classique".

"Un exemple de fonctionnement très performant" chez nos amis Danois...Désolé, mais qu'est ce qui prouve qu'il est très performant? Certainement pas le lien que vous nous fournissez.Les organisations "non-lucrative"s ( vous la présentez comme ça) très performantes", je suis désolé, mais je ne sais pas vraiment comment juger qu'elles le sont. Il est certain que l'exemple d'un réseau de chaleur, par définition local, ne s'apprécie pas de la même façon qu'un réseau electrique ou gazier, généralement relié à ses voisins.

Quant à vos digressions sur Marcel Boiteux, vous me permettrez de vous dire que vous n'avez juste rien compris, et que ses théories, mises en pratique, permettent juste et encore aujourdhui d'avoir un système electrique francais qui est sans contestation possible, toutes choses égales par ailleurs (ressources naturelles notamment), un des  plus efficace qui soit en termes de coût de l'electricité pour le consommateur (et accessoirement un des plus faibles emetteurs de CO2). Parler d'illuminé à son endroit est juste la preuve de la hauteur du tabouret sur lequel vous êtes juché....

chelya


Membre
depuis le 29-04-2009
le 04-05-2012 12:12:41

Ah ah je savais que si je touchais à Dieu j'aurai une réaction outrée (en tout cas on voit que vous ne faites pas partie de ceux qui ont hérité du système désastreux mis en place par la génération des baby-boomers et qui doivent se dépétrer maintenant à remettre les choses à l'endroit et à payer leur dettes) !
 
Il y a un lien en dehors de l'organisation beaucoup plus performante et démocratique que l'organisation des DSP française puisqu'au Danemark il est interdit de construire des centrales électriques qui ne valorisent pas la chaleur, les opérateurs de réseaux de chaleur sont de très grands acteurs du marché électrique là bas.

La gestion d'un réseau de distribution, ce n'est pas une compétence très difficile à trouver : toutes les industries qui sont au tarif vert ont un réseau de distribution interne et gêre leurs transformateurs, l'équilibre des phases, etc...(et même la production électrique dans les pays où il n'y a pas eu de loi de 1946 qui leur enlevait la liberté d'auto-consommer la production de leurs cogénérations)

La seule différence c'est que dans un smart grid on a une flotte de centrales de production à gérer un peu comme dans un réseau national... bon maintenant dans un réseau national les flottes de centrales électriques, elles sont pas géré par leurs propriétaire avec un téléphone, elles sont gérés par des plate-forme technologiques qui sont conçus et configurés par Alstom Grid, donc là aussi il n'y a aucune raison de s'embarasser d'intermédiaires inutiles... On est plus dans les années 70-80 à l'époque des cartes perforées quand même !

 
  
 
Retrouver Enerzine.com sur ...
S'abonner au rss
S'abonner à Twitter
S'abonner à Facebook
S'abonner à la newsletter
S'abonner à Youtube
S'abonner à Google+
Les offres d'emploi
Documentation