Eoliennes en mer : l’État va investir 10 milliards €

Comme prévu, le gouvernement lancera à partir du mois de septembre une première série d’appels d’offres visant à la construction de 3 000 mégawatts (MW) de capacité de production d’électricité éolienne dans une dizaine de zones maritimes identifiées comme favorables.

Le premier appel d’offres concernera l’installation de 600 éoliennes au large des côtes françaises, un programme qui représentera 10 milliards d’euros d’investissements, a indiqué mardi le ministère de l’Ecologie et de l’Energie.

Les projets seront sélectionnés au troisième trimestre 2011 sur la base du prix d’achat de l’électricité proposé et du délai de mise en service des installations.

Le ministère a précisé à l’AFP "qu’au coût actuel de 3,5 millions d’euros par mégawatt installé, cela représente un programme d’investissements de 10 milliards d’euros".

Les zones retenues pour la construction de parcs éoliens devraient se situer dans la Manche et la Mer du nord, au nord de la Bretagne, au large des Pays-de-la-Loire et de la région Languedoc-Roussillon.

Le plan de développement des énergies renouvelables de la France (cf : Grenelle Environnement) prévoit une accélération du développement de l’énergie éolienne en mer, et vise l’installation d’une capacité de 6 000 MW à l’horizon 2020, objectif confirmé lors du Grenelle de la Mer et lors de l’adoption de la nouvelle «feuille de route énergétique de la France».

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

9 Commentaires sur "Eoliennes en mer : l’État va investir 10 milliards €"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Samivel51
Invité

L’Etat ne va rien investir du tout! Le titre ne correspond pas du tout au contenu de l’article. L’Etat va octroyer des concessions, et les investisseurs privés devront investir ces 10 milliards. C’est pas pareil!

michel123
Invité
3.5 millards d’euro pour 1gw cela fait plus de 5 milliards pour 1.6 gw (epr) L’epr ayant pour avantage de fonctionner à 80% de sa puissance maximum contre 25 à 30 % pour une centrale éolienne en mer (20 à 25 à terre ) et de produire à la demande et non quand elle peut (éolien ) Evidement en l’absence des surgénérateurs (qui ne seront pas prêts avant 2030 ) , tout ce qui peut économiser l’uranium (qui sera épuisé dans 40 ans dans la configuration actuelle) , ne peut être que bénéfique . peut être les prix baisseront ils… Lire plus »
Papoumontchat
Invité
Une fois de plus on ne compte pas tout, n’est-ce pas Michel123! Vous ne comparez que le coût d’investissement (bien évidemment à la seule charge du privé) et vous semblez oublier les coûts de développement (CEA…), de fonctionnement (combustible non éternel et exploitation-maintenance) et surtout les coûts de démantellement incommensurables dans le cas du nucléaire (25 ans pour une centrale classique!+ traitement ou stockage des matériaux irradiés), surtout par rapport à l’éolien même maritime, de plus essentiellement à la charge du contribuable (hormis le fonctionnement à charge d’EDF). Voilà la vérité! Je (re)précise que je ne suis pas anti-nucléaire pour… Lire plus »
Depassage
Invité

Un simple calcul montre que pour un EPR la part du capital sur le coût du MWh final est faible, 1 EPR de 1600 MW sur 60 ans avec un taux de charge de 90 % c’est 757 TWh, les 5 milliards d’€ répartis sur cette production donnent 6.6 €/MWh, or on parle maintenant d’un coût de 55 €/MWh pour cet EPR (voir Les Echos). On parle donc de 12 % du coût final, à quoi sert-il de comparer des moyens de production sur ce seul critère ?

Dan1
Invité
Dans le cas des appels d’offres, celui qui paiera la facture, c’est précisément celui qui paye déjà la facture… d’électricité. C’est le consommateur qui va payer les X milliards d’Euros. Car les investisseurs vont récupérer leur mise via le tarif d’achat qui sera retenu. Et le tarif d’achat sera compensé via la CSPE qui figure déjà sur la facture et qui n’est déjà pas couverte en totalité en 2010 par les 4,5 Euros/MWh et qui le sera aussi difficilement par les 5,4 Euros du plafond légal, phénomène aggravé par le TARTAM. On comprend alors pourquoi, il devient urgent de faire… Lire plus »
Guydegif(91)
Invité
DOMMAGE pour le temps perdu qui, de notoriété publique, ne se rattrape jamais ! Quelle gabegie ! Les 105 MW de Veulettes avec Enertrag annoncés dès François Loos à l’Ecologie / Energie, tj rien…Tout le TEMPS PERDU à ne pas exploiter le savoir-faire français existant dans la maitrise des structures flottantes (Technip,…) ou les éoliennes “francisées” par acquisition (Multibrid chez Areva, Enectonia chez Alstom, sans doute d’autres), en partie aussi à cause de nos administrations “mille-feuilles” et nos politiciens engoncés dans leur léthargie !! What a pity comme diraient certains ! Anticipons ASAP qd même car 2015 c’est après demain… Lire plus »
Nasir
Invité
Bonne nouvelle, avec un déploiement géographique assez large quelques steps et une bonne grille énergétique on peut enfin commencer à faire quelquechose de viable au niveau énergie éolienne en France ! Ce n’est pas trop tôt , hélas que d’occasions manquées maintenant irrattrapables au niveau du développement industriel et de l’emploi tout cela à cause de la puissance du lobby nucléaire… Bref il y aura enfin un développement de l’énergie éolienne en France mais sans les avantages économiques qui vont avec, par contre nos voisins Allemands et Danois doivent se frotter les mains vu qu’ils ont pris les bonnes décisions… Lire plus »
Dan1
Invité
Je ne sais pas qui a pris les bonnes décisions au bon moment, toujours est-il que pour l’éolien offshore, les Allemands ne sont guère plus avancés que nous au niveau des installations productives : Selon l’EWEA, fin 2009, les allemands figuraient en 5ième position en Europe pour la puissance installée avec seulement 42 MW opérationnels. En revanche le premier, dont on parle beaucoup moins, c’est le Royaume Uni avec 883 MW. Le deuxième est le Danemark avec 639 MW et ensuite : les Pays Bas, la Suède et enfin l’Allemagne. Evidemment côté industrie, Siemens fait jeu égal avec le danois… Lire plus »
Zirkouack
Invité

N’y a t-il personne qui soit d’accord sur le fait que l’énergie la moins chère est celle que l’on ne consomme pas. 10 Milliards investit dans l’isolation des ménages ou des batiments des collectivités ne serait-il pas plus efficace pour allèger la fameuse empreinte carbone du pays?? D’autant que les aides de l’état se réduisent comme peau de chagrin dès septembre. Les énergies renouvellables ne devraient elles pas être “investies” après des efforts pour réduire les “fuites”!!!

wpDiscuz