Le CESE approuve largement le nouveau modèle énergétique français

Le Premier ministre – Manuel Valls a saisi mi-juin par lettre, le Conseil économique, social et environnemental sur le « projet de loi de programmation pour un nouveau modèle énergétique français ».

Ce projet de loi s’attache à mettre en avant les économies d’énergies et le développement des énergies renouvelables.

Le CESE, qui avait anticipé le traitement de ces questions a relèvé avec intérêt la présence dans le projet de loi de plusieurs recommandations de ses avis antérieurs : "programmation pluriannuelle de l’énergie, société bas carbone, rénovation énergétique, tiers financement, participation des citoyens aux projets locaux…"

Cet avis a été soumis au vote de l’assemblée plénière du CESE le 9 juillet et a été adopté avec 169 votes pour, 0 vote contre et 14 abstentions.

« Définir les objectifs communs pour réussir la transition énergétique, renforcer l’indépendance énergétique et lutter contre le réchauffement climatique », le CESE :

  • réaffirme avec force son adhésion à l’objectif d’une division par quatre (« facteur 4 ») des émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2050, ce qui exige un effort exceptionnel ;
  • appelle de ses voeux une politique européenne de l’énergie, cohérente avec la politique climatique. Il s’agit de construire une Europe de l’énergie forte et solidaire, capable d’atteindre ses objectifs en termes de diminution d’émissions de GES ;
  • souhaite que le droit d’accès à l’énergie, bien de première nécessité, soit réaffirmé comme un objectif de la politique énergétique nationale ;
  • suggère que le projet de loi rappelle l’objectif européen de 20 % d’économies d’énergie primaire d’ici à 2020 et intègre un objectif national d’efficacité énergétique à l’horizon 2030.

 « Mieux rénover les bâtiments pour économiser l’énergie, faire baisser les factures et créer des emplois », le CESE :

  • souhaite que les collectivités territoriales puissent être opérateurs du système de tiers-investissement ;
  • souhaite que la réforme des certificats d’énergie en simplifie le système, en assure une meilleure gouvernance pour plus de lisibilité et au final plus d’efficacité ;
  • regrette que le projet de loi n’aborde la question de la précarité énergétique qu’à travers le chèque énergie. Il s’interroge sur les moyens prévus et souligne la nécessité d’autres dispositifs ;
  • propose la création d’un livret de transition écologique dont les fonds, pour partie centralisés par la CDC, pour partie distribués par les banques, financeraient des projets fléchés transition écologique et énergétique. Leur affectation serait contrôlée.

 « Développer les transports propres pour améliorer la qualité de l’air et protéger la santé » , le CESE :

  • regrette que l’accent soit mis essentiellement sur le développement des flottes de véhicules « propres ». Une stratégie de réduction de la consommation des énergies fossiles dans le secteur des transports ne saurait se limiter à promouvoir le tout-électrique ;
  • considère comme un contre-signal l’exclusion du dispositif des véhicules de moins de 3,5 tonnes fonctionnant au GPL, au GNV ou au bio-GNV. La loi devrait consolider l’effort de recherche et d’innovation pour les véhicules du futur, envisager le développement d’alternatives au transport routier et de l’inter-modalité, et accompagner les changements de comportements.
  • Pour « Lutter contre le gaspillage et promouvoir l’économie circulaire » :

Le CESE souligne que l’économie circulaire s’étend bien au-delà de la gestion des déchets. L’objectif de la transition vers ce type d’économie doit s’inscrire dans une démarche globale et de long terme. Elle nécessite une impulsion politique, un soutien des initiatives et un appareil productif adapté.

« Favoriser les énergies renouvelables pour diversifier nos énergies et valoriser les ressources de nos territoires », le CESE :

  • demande une réelle lisibilité et transparence du fonctionnement de la CSPE, afin notamment d’assurer la péréquation nationale des tarifs. La création du Comité de gestion de la CSPE est une première étape ;
  • souhaite une évolution des dispositifs de soutien et de régulation des EnR qui favorise, en tenant compte des maturités technologiques, leur insertion dans une logique de marché. Les EnR doivent présenter un bilan satisfaisant en termes d’externalités et de création d’emplois ;
  • estime souhaitable, en fonction des projets, de permettre à un plus grand nombre de souscripteurs d’entrer au capital des sociétés coopératives, par exemple les habitants d’un territoire couvert par un plan climat ;
  • demande, avant toute décision concernant les concessions hydroélectriques, que toutes les options soient étudiées de manière contradictoire.

 « Renforcer la sûreté nucléaire et l’information des citoyens » :

  • l’objectif de transparence et d’exhaustivité doit être atteint pour tous les éléments – coûts, bénéfices et risques – et pour toutes les formes de production d’énergie ;
  • l’objectif de sûreté est un objectif majeur. Les mesures prévues en matière de pouvoirs de l’ASN et d’information du public y contribuent ;
  • les exploitants et les entreprises sous-traitantes doivent être soumis aux mêmes exigences en matière de qualité d’intervention, de radioprotection et de sécurité des salariés ;
  • le sujet du mix énergétique doit être abordé sereinement, sans dogmatisme et dans toutes ses dimensions afin de bâtir la meilleure complémentarité entre les différentes énergies.

 « Simplifier et clarifier les procédures pour gagner en efficacité et compétitivité », le CESE :

  • apprécie la désignation d’un garant dans les débats publics menés par la CNDP et demande la clarification de la notion de dérogation figurant dans l’article 36 du projet de loi ;
  • souhaite que les obligations environnementales encadrant jusqu’à présent les installations en mer et sur le littoral soient maintenues et la protection des espaces sensibles garantie.

 « Donner aux citoyens, aux territoires et à l’Etat le pouvoir d’agir ensemble », le CESE :

  • soutient l’adoption d’une programmation pluriannuelle de l’énergie. Une deuxième période de cinq ans « indicative » lui paraît pertinente en termes de marges de manoeuvre dans un contexte incertain ;
  • réaffirme que la transition énergétique requiert qu’un prix suffisamment incitatif soit donné au carbone ;
  • recommande que les consultations sur le suivi de la mise en oeuvre de la loi soient effectuées par les instances saisies sur le projet, qui pourront recourir à une expertise ponctuelle ;
  • recommande que la transition dans les territoires s’accompagne de synergies fortes entre les différents niveaux ; que la cohérence d’ensemble des actions conduites par les collectivités territoriales soit garantie par le niveau régional ;
  • souligne que dans les outre-mer les transferts de compétences doivent s’accompagner des moyens humains et financiers adaptés ;
  • la réflexion de fond nécessaire sur la CSPE ne doit pas remettre en cause l’objectif de solidarité nationale à l’égard des zones non interconnectées ;
  • souhaite voir réunies les conditions qui feront du nouveau modèle énergétique une source d’emplois nouveaux et un accélérateur de l’évolution des métiers dans tous les secteurs ;
  • recommande la mise en place d’un plan de programmation de l’emploi et des compétences ;
  • insiste sur la nécessaire démocratisation des enjeux énergétiques.

« Le nouveau modèle énergétique ouvre un nouveau mode de développement solidaire et de bien vivre ensemble qui doit concerner toutes les activités économiques du pays et s’inscrit dans la dynamique de lutte contre le changement climatique. Le moteur de la réussite de ce pari est lié à notre capacité à nous remettre en question pour emprunter les chemins du futur. La confiance est, là encore, la condition nécessaire pour le succès de cette transition », ont déclaré Laurence Hézard et Jean Jouzel.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "Le CESE approuve largement le nouveau modèle énergétique français"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
pierreerne
Invité

Examinons donc un peu la compétence scientifique de ce CESE : Sur les 169 voix “pour” combien y avait-il de personnes réellement capables de donner un avis éclairé ? Lamentable.

Sonate
Invité

Nos chers députés et sénateurs sont-ils plus qualifiés ?

De passage
Invité

…. ça en dit long sur leurs compétences et indépendance intellectuelle. Faisant partie des intrigants de coulisse ayant réussi à obtenir une nomination confortable, pour ces chouchoutés de la République, bien fol serait celui qui cracherait dans la soupe. Enfin, comme des lemnings, on va tous au casse pipe sans vouloir voir les allemands qui nous ont pécédés et sont, eux, au fond du trou avec leur programme: Chinois, russes, indiens, japonais, australiens bientôt coréens, ceux là n’ont pas les yeux bandés par “le noble foulard de l’idéologie”.

christiana
Invité

“réaffirme avec force son adhésion à l’objectif d’une division par quatre (« facteur 4 ») des émissions de gaz à effet de serre” ben qu’ils commencent!

wpDiscuz