ADEME : question à David Marchal sur le photovoltaïque

Tous les mois, un expert de l’ADEME décrypte un enjeu clé pour la transition énergétique. Et ce mois-ci, David Marchal – Chef de service adjoint Réseaux et Energies Renouvelables à la Direction Production et Energie Durable (DPED) de l’ADEME répond à 3 questions sur « le solaire photovoltaïque »

Quelles sont les perspectives de développement de la filière solaire photovoltaïque dans les prochaines années en France et dans le Monde ?

"Le photovoltaïque est une des sources d’énergie qui devrait être la plus déployée à l’avenir dans le monde, avec des perspectives de croissance d’environ 40GW/an de 2015 à 2020. Elle est ainsi l’une des énergies la plus déployée dans le monde, à la deuxième position parmi les énergies décarbonées en capacité annuelle, derrière l’éolien mais devant l’hydroélectricité et le nucléaire."

"Si ce rythme d’installation annuel est régulier depuis quelques années, il est toutefois à mettre en perspective avec une mutation profonde de la structure de ce marché : d’un marché concentré sur l’Europe tiré par les politiques de soutien, la demande se déplace sur l’Asie (qui représentera un marché 3 fois plus important que l’Europe sur la période 2015-2020). En outre, un modèle de marché du PV non subventionné commence à émerger dans un certain nombre de pays."

Quel type d’installation a le plus grand potentiel de développement en France: les centrales au sol ou bien l’intégration au bâti ?

"La France a tout intérêt à soutenir ces deux types d’installation : développer les grandes centrales pour contribuer de façon conséquente à l’approvisionnement en électricité français, à moindre coût pour la collectivité ; soutenir des solutions innovantes d’intégration au bâti, à haute valeur ajoutée, pour préparer les acteurs français au marché du bâtiment à énergie positive."

"Même si le soutien public aux centrales au sol dans le Sud de la France permet de mener une politique de déploiement du photovoltaïque à moindre coût pour la collectivité, leur développement doit s’envisager dans la durée et de façon concertée en prenant en compte l’emprise au sol de ces centrales, la capacité d’absorption du réseau ou encore les évolutions potentielles de perceptions et d’acceptabilité sociale. L’exploitation des grandes toitures (entrepôts, bâtiments commerciaux ou industriels) qui représentent un gisement très important, constitue à cet effet une alternative qui doit être également encouragée pour permettre l’atteinte des objectifs de puissance installée à moyen-long terme."

"Si le développement du surimposé est privilégié dans la plupart des pays car il permet de limiter le coût de déploiement des installations, l’intégration au bâti a une pertinence économique dans le secteur du bâtiment neuf et constitue toujours une opportunité de créer de la valeur ajoutée, de la conception à l’installation des procédés photovoltaïques spécifiques ; elle permet en outre aux industriels de se positionner dès aujourd’hui dans l’optique du Bâtiment à Energie Positive (BEPOS)."

Quels seraient les avantages liés au développement de l’autoconsommation ?

"Actuellement, le système de soutien au photovoltaïque incite le producteur d’électricité à injecter sur le réseau la totalité de sa production et à acheter à son fournisseur l’intégralité de sa consommation. Comparativement, l’autoconsommation, qui revient à consommer sa propre production, comporte certains avantages notables :

• Réduire la pression sur le réseau électrique, en incitant le développement d’installations PV là où l’énergie peut être consommée sur place,

• Diminuer les pertes de distribution et transport d’électricité grâce au rapprochement entre lieu de production et de consommation,

• Sensibiliser le producteur à sa consommation d’électricité,

• Proposer un mode de financement du PV complémentaire au dispositif historique, basé sur la revente totale de l’électricité produite."

"Par ailleurs, l’autoconsommation se révèle particulièrement pertinente dans les zones où le réseau est contraint (Zones Non Interconnectées) et dans les bâtiments où la production et la consommation sont bien corrélées (supermarchés, entrepôts frigorifiques, certains bureaux…)."

"Pour autant, dans les conditions actuelles, avec des prix de l’électricité relativement faibles, l’autoconsommation n’est pas rentable pour le producteur d’électricité. Un mécanisme de soutien et d’encadrement de l’autoconsommation ayant fait l’objet d’une concertation publique est actuellement étudié par le gouvernement français."

( Src – Ademe )

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
43 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Richard loyen

Je suis en phase avec David sur plusieurs points, toutefois il faut préciser que le marché mondial ne sera pas “d’environ 40GW/an de 2015 à 2020”. Le marché est estimé à 50 GW en 2015, 65 sans doute en 2016, on atteindra les 100 GW/an avant 2020. Conséquence, une industrie PV mondiale plus grande et des baisses de coût du PV encore devant nous. Sur le diagnostic de compétitivité du PV en autoconsommation et le dispositif de soutien via AAP attendu depuis 18 mois, il faut préciser que la parité réseau / au tarif bleu est déjà atteinte dans la moitié Sud de la France au moins. Pour les projets dans l’industrie/tertiaire il y a la disposition d’amortissement bonifié de 40% de la loi Macron. Bcp plus simple que de répondre à un AAP national qui encombrerait la CRE… Enfin, plusieurs Régions soutiennent projets PV en autoconso via dispositif d’avance remboursable, ou de subvention à l’investissement. Bein cordialement, Richard LOYEN,

Temb

En fait c’est même environ 58GW qui ont été installés en 2015 (57GW selon Bloomberg et 59GW selon GTM research). Depuis que le solaire est sorti de l’épaisseur du trait en 2010, chaque année les prévisions les plus optimistes sont battues. Elles sont de 65GW pour 2016, on peut déjà parier sur 70GW, ce d’autant plus que de très nombreuses centrales viennent dêtre lancées pour la première fois dans beaucoup de nouveaux pays, en Afrique particulièrement. Pour 2020 nous avons 4 locomotives de tête : la chine qui veut installer 150 à 200GW, l’Inde 100GW, le Japon qui a 80GW de permis accordés (dont 20GW construits, soit 60 restants) et les US qui devraient installer 60GW à cet horizon 4 ans. Il doit y avoir 240GW de solaire dans le monde aujourd’hui, en 2020 nous serons entre 700 et 900GW. Cette année nous allons passer la barre des 300GW. Autre point intéressant, le PV couplé à du stockage atteint 1500MW dans le monde cette année et devrait atteindre 5GW en 2020, croissance là aussi très très forte.

Papijo

Tiens, les écolos se sont levés tôt ce matin pour soutenir leur collègue ! (il a été bien David ?) Curieux tout de même que ce super-spécialiste de l’ADEME ne nous ait pas dit comment il comptait s’y prendre pour nous éclairer la nuit avec le photovoltaïque ! Il semble bien que pour lui comme pour l’ADEME en général, ce qui compte, ce n’est pas que le photovoltaïque serve à quelque chose ou soit rentable, mais que notre argent rentre bien dans les poches des copains …

trimtab

“……comment il comptait s’y prendre pour nous éclairer la nuit avec le photovoltaïque !” Mais ça on sait le faire depuis perpète……j’ai même toujours mon Camping Gaz Solara de 1990…….!: Il y a aussi éclairage publique qui s’y met…… Faut pas râler pour raler……! trimtab

Pastilleverte

enfin, “ils” passent aux aveux ! Le PV sur bâti ne devrait concerner que l’autoconsommation. Pas de rachat de l’électricité, peut être encore quelques aides OU subventions OU avantages fiscaux, limitées et “risonnables” (quoique cela uisse vouloir dire). Quant à la baisse des coûts de production, elle ne cocerne pas vraiment l’intallation, les “frais annexes” et la maitenance, mais bon, soyons positifs : Youpee !

trimtab

“….l’autoconsommation n’est pas rentable pour le producteur d’électricité….” Ah bon….? Je prend exprès des chiffres ronds pour faciliter la chose: 1: Je dépense 10,000 euros pour une installation PV domestique 3kWc 2: Ca produit 3000 kwh par an pendant 30 ans.= 90000 kwh 3: Je ‘sort’ un kwh à 0.11€ (+/- le prix TTC actuel…!) fixe sur 30 ans. 4: Je demande à EDF un ‘offre’ pour acheter d’avance 90000 kwh sur 30 ans. 5: Ils me feront ça à quel prix…? Ok il faut mettre l’argent ‘up front’ et prevoir quelques ‘grillages’ d’onduleurs, mais à ce prix là……..? C’est aussi simple que ça….? Ou j’ai raté un chapitre quelque oart…? trimtab

Papijo

@trimtab: Les placards pour ranger les kWh d’électricité, ça n’existe pas ! 3000 kWh/an produits essentiellement en été pendant les vacances, à l’heure de la sieste, ça vaut combien ? Trouvez nous quelqu’un que cela intéresse ! Et une petite question: pour les longues nuits d’hiver, vous n’auriez pas oublié dans votre calcul de compter un abonnement EDF de secours par hasard, avec des kWh de secours au “tarif de pointe” futur qui ne peut qu’exploser si beaucoup se mettent au photovoltaïque subventionné ! @trimtab – Effectivement, les petits éclairages solaires ça existe, mais en dehors des petites bornes lumineuses pour délimiter les allées dans les jardins, ça ne concerne que des applications “de démonstration” dont on sait qu’elles ne sont absolument pas rentables quand le réseau EDF n’est pas éloigné de plus de quelques kilomètres (mais vous pouvez toujours me démentir en nous montrant une photo de l’éclairage solaire de la salle à manger de votre maison, ça m’intéresserait …)

Tech

oui décidémment papy paijo devrait dormir, ses neurones le font déjà ;o) nous parler du financement avec la retraite des agents edf à 55 ans c’est qund même fort de café, bien sur on ne parle pas non plus des surcouts de flamanville et du démantèlement dont personne n’est capable de connaitre le coût. mais la terre tourne cher papy, sortez un peu le nez à la fenêtre, l’heure de la sieste c’est parfait pour les PAC réversibles soit c’est l’été et ça vous maintient une fraicheur agréable soit c’est l’hiver et ça vous réchauffe les os! et les fuseaux horaires ça n’empèche pas les électrons de les traverser quand il fait nuit à moscou il fait encore jour à paris et quand le jour pointe au kamchatka vous pouvez lancer votre cafetière! et oui vous avez une poubelle pour stocker vos ordures, un bibiothèque pour stocker vos livres, une armoire pour stocker vos vètements, un réservoir dans votre voiture pour stocker votre essence, un frigo et/ou un congélateur pour stocker certains produits au froid. et peut être un ballon pour stocker votre eau chaude, et aussi un réservoir pour votre eau de pluie. sans oubklier tous les petis équipement à pile ou à batterie donc vous ête habitué aux stockages. alors il suffira de comprendre qu’avec un système de stockage, par exemple, par batterie de 3 à 10kWh (cf projet Elon Musk) vous aurez largement de quoi vous éclairer toute la nuit! compris, understood, verstanden, capito?

trimtab

“……3000 kWh/an produits essentiellement en été pendant les vacances, à l’heure de la sieste, ça vaut combien……” Chez mon voisin, même ici en Bretagne, il n’y a pas que l’été et l’heure de la sieste ou son PV ‘donne’..! Arretons donc cette idée reçu en quoi le PV ne produit que du 15 juillet au 15 aout pendant la sieste: “…..vous n’auriez pas oublié dans votre calcul de compter un abonnement EDF de secours par hasard, avec des kWh de secours au “tarif de pointe” futur qui ne peut qu’exploser si beaucoup se mettent au photovoltaïque subventionné !…” Si vous avez suivi mais differents commentaires sur ce point, je saurez que je n’ai jamais préconisé le ‘hors réseau’, mais du ‘grid tied’, avec vente de surplus seulement, et ceci a un prix ‘resonable’, voir ‘tarif du jour’, pour éviter justement la course éhontée du comptable chasseur de ‘subventions – par ici la bonne soupe…..!’ Et pour l’abonnement EDF et des tarifs ‘pointe’ hivernale à subir dans la douleur…je connais déjà la musique, vu que j’ai TEMPO depuis belle lurette et les jours ROUGES (toujours en hiver…-, comme aujourd’hui même….!) me coute 5 fois le prix normal,…..! J’assume et je gère ce contrainte au mieux…..! Au moins j’ai déjà de l’entrainement…..à remettre à demain ce qui ‘hors de prix’ aujourd’hui, mais certains vont surement partir en live dans une adaptation involantaire accélérée quand ce type de tarification ‘time of use’ va devenir ‘la norme’, comme d’ailleurs vous semblez prédire aussi ! “……mais en dehors des petites bornes lumineuses pour délimiter les allées dans les jardins, ça ne concerne que des applications “de démonstration…..” Alors tous qui commence a se faire par exemple pour l’éclairage publique actuellement ce n’est que ‘de démonstration’ ?’ Certes ça ne cours pas actuellement des rues, mais mon lien plus haut montre qu’il y a bien de nombreuses acteurs sur ce créneau, et ils ne peuvent pas tous se tromper sur le potentiel dans ce domaine..? trimtab

Temb

Papijo ne vit pas dans le même monde que tout le monde, il a son tarif agent et ne paye pas l’électricité mais râle si d’autres ont la même idée en autoconsommant, sa retraite à 55ans qu’il nous faut payer, ses 3 mois de vacances l’été et sa sieste de 13h à 17h tous les jours 😉 Le peu de temps journalier qu’il lui reste il l’utilise bien pour râler, pester, cracher sur les ENR, salir tout ce qu’il peut salir. Au fait papy, le pic de consommation, de mars à octobre il n’est pas à 19h mais à midi, pile quand le solaire produite le plus. Et une fois encore papy, le solaire n’a pas vocation à remplacer à 100% vos bouilloires nucléaires, juste à faire sa part, 20% du mix? Le tout pour presque 2 fois moins cher que vos nouvelles bouilloires atomiques.

Loulou

@papijo : Les batteries pour stocker, tu connais ?

6ctsimple

ce que vous voulez démontrer avec votre achat cash de 90MWh sur 30 ans…. Pour tenter de répondre à la question, EDF ou n’importe qui d’autre vous en offrirait aujourd’hui au mieux 3000 à 4000€ en admettant que quelqu’un vous en offre quelque chose. Désolé!

trimtab

Pour mes 90Mwh sur trente ans……..je ne proposait pas de les vendre à EDF…mais leur demander un offre ou moi je paie ‘up front’ cash aujourd’hui pour les acheter les 90Mwh d’avance. Je paie une fois maintenant et je suis tranquil pour trente ans…est ce que ils signeront à 0.11€ le kwh……c’est pour savoir si je doit continuer à payer ma facture au grès des augmentations ou si le PV autoproduit à 0.11€/kwh fera moins cher? ie: peuvent ils me faire offre ‘futurs’ à prix FIXE sur 30 ans….cela m’étonnerai. Même si je paie CASH……..C’est cela que je voulais démontrer…personne ne connais le prix du kwh au compteur dans 30 ans, mais celui qui achète ses 90Mwh cash aujourd”hui (en faisant son install PV) lui il sait que chaque kwh autoconsommé à un prix fixe pour toujours……. trimtab

6ctsimple

Je n’avais pas compris, je pensais que vous parliez de vente à EDF, et non d’achat. La réponse est plus compliquée effectivement. Tout simplement parce que la différence ce sont les coûts de transport, de distribution, les taxes….auxquels vous ne pourrez pas vraiment complètement échapper avec 3kW sans stockage, même avec une consommation particulièrement frugale et une gestion de votre puissance appelée particulièrement pointue. Sauf groupe electrogène dans le jardin, ce qui ne me parait pas vraiment un signe de progrès.

I. lucas

Quand une technologie émerge et c’est le cas du PV, elle rebat les cartes. Pourquoi comparer la production du PV au tarif bleu, et laisser croire que la structure du tarif ne changera pas dans les 20 prochanes années. Le réseau électrique comporte des coûts fixes et peu de coûts variables ; il repose sur le foisonnement. On aurait du fonder le tarif sur la puissance maximale souscrite aux heures de pointes (par exemple à 19 h). Par simplicité, pour les particuliers, on a fondé la facture du réseau sur la consommation d’énergie en distinguant seulement HP et HC (dans beaucoup de pays il n’y a aucune distinction d’horaire) Qu’implique l’arrivée massive du PV? les heures creuses seront les heures de jour, ; les heures pleines commenceront à 18 h et se termineront à 8h l’abonnement sera plus fonction de la puissance demandée que de l’énergie. au final on doit s’attendre à – une hausse de l’abonnement – une baisse du tarif HC et modification des horaires – une hausse du tarif HP

Papijo

@Temb: Non je n’ai jamais travaillé chez EDF et je paie 100% du tarif pourle chauffage de ma maison avec mes radiateurs modèle “grille-pain” ! Et je sais aussi que le pic de consommation de mars à octobre est très inférieur au pic d’hiver … et que le photovoltaïque ne donne plus grand chose en hiver, surtout en cas d’épisode nuageux. @Loulou – Les batteries existent depuis plus d’un siècle, mais leur coût est tel qu’on ne peut pas les utiliser pour du stockage “massif” (et pourtant les recherches ont commencé il y a longtemps: ) @trintab – Si le PV est soumis aux lois du marché, alors il faut partir du prix moyen du marché: 45 €/MWh, ou 4,5 c€/kWh. Là-dessus, il faut considérer que, vu qu’il ne permet en rien de limiter les réseaux ou les centrales de production “classiques”, il permet tout juste de compenser l’achat de combustible. S’il s’agit de charbon, ce sera peut-être 30 à 35 €/MWh, mais s’il s’agit de nucléaire seulement 3 à 5 €/MWh. Si EDF s’amuse en plus à prendre en compte leurs frais de gestion: relevé de compteurs, gestion des factures / paiements … il faudra peut-être que vous leur versiez un peu d’argent pour qu’ils acceptent d’en discuter avec vous ! Ne comptez surtout pas gagner un seul centime sur un marché libre concurentiel en l’absence de subventions !

@papijo

la problème du pic hivernal typiquement français est justement causé par ces grilles-pain dans les logements peu isolés. Commençons par là : l’efficacité energétique !

Loulou

Jusqu’ici j’ai l’impression qu’on parlait du résidentiel, non ? Il ya une multitude de centrales de grande taille qui se construisent dans le monde avec des systèmes de batterie. Une question de quelques années pour que cela devienne banal.

Papijo

“la problème du pic hivernal typiquement français est justement causé par ces grilles-pain dans les logements peu isolés” Et ça va devenir encore pire avec les propositions des écolos de forcer les gens à installer à la place des pompes à chaleur. Les pompes à chaleur ont un rendement d’autant meilleur que l’écart entre les températures de l’air intérieur et extérieur est faible, et inversement quand les températures deviennent très négatives, il peut passer au-dessous des grille-pains ! @Loulou: c’est quoi pour vous “une multitude”, et moi je préfère une centrale qui marche à une centrale “qui se construit”. Un exemple à la “gloire” de Greenpeace: Et j’ai oublié un lien dans ma réponse à trintab:

Temb

63GW en 2015 contre 51GW en 2014, là aussi croissance énorme qui surpasse les estimations. 432GW d’éolien dans le monde ! 2016 devrait voir le franchissement des 500GW. 500GW pour une énergie qui était regardée avec ironie et mépris il y a encore peu de temps par les conservateurs de tout bords !! Ce qui est intéressant c’est que les GW qu’on installe en ce moment n’ont pas la même valeur productive que ceux que l’on installait il y a 1,2 3 ans et bien plus encore comparé aux années antérieures. Aujourd’hui un parc installé dans le monde va produire autour des 3000h versus 2000h pour ceux d’avant, un énorme saut qualitatif est en train d’être fait avec les nouvelles générations de turbines. En 2020 les 250 à 300GW qui vont être installés produiront entre 750TWh et 900TWh par an ! Dans 6 ans l’éolien produira par exemple davantage d’électricité dans le monde que le nucléaire. A cette même date le solaire devrait produire environ 50% de ce que produira l’éolien, ce qui fait que le monde aura en 2022 autour de 6000 à 6500TWh d’électricité décarbonnée juste avec ces 3 sources. Cela représentera pour ces 3 sources 24% du mix mondial sur la base des 27 000TWh que devrait consommer notre planète à cet horizon selon l’AIE (qui est assez optimiste sur les hypothèses de croissance de consommation). Si l’on ajoute l’hydro, la biomasse et les autres ENR dont les croissances sont aussi très fortes, la décarbonation est en marche…

climax1891

Ce petit graphique permet de suivre, pour chaque mois, l’évolution de la consommation d’électricité par usages.

Propaganda

Auucn ecolo digne de ce nom ne fait la promo des PAC Air/air (“forcer les gens”!) vous racontez n’importe quoi pour dénigrer. Les écolos parlent d’abord d’isolation du bâti ! Après les services qui edictent les reglementations thermiques et les fabricants de PAC ne sont pas écolos que je sache où alors un grand complot se trame. Par contre EDF est très interessé pour le remplacement du chauffage fioul/propane par des PAC. Quant à leurs rendement pire qu’un grille-pain, a part une installation mal conçue ou mal reglée ou installé en climat froid je vois pas ? Leur COP reste proche de 2 vers 0°C.

Temb

Merci, on voit qu’il est grand temps de s’attaquer sérieusement au chauffage renouvelable et à l’isolation 🙂 Notre réseau aura ainsi à faire face à un bien moindre appel de puissance. On voit aussi que même l’hiver le PV est très utile, et au global sur l’année 50GW de PV ne produiront presque jamais davantage que la consommation. @Papy : décidement vous confondez tout ! L’exemple des pac comme le souligne propaganda est criant ! Bonne sieste, et évitez d’approcher un ordinateur 😉

Reivilo

Je rejoins pour une fois la position de Papijo sur le Pic de consommation (mais uniquement sur le post de 9h59 !) Oui nous sommes tributaires d’un parc chauffage électrique conséquent dans des logements mal isolés et c’est pour un bon tiers la cause de notre pic hivernal – quand il y a un hiver… Le “record” français depuis 2010 c’est plus de 100 GW pour 65 millions d’habitants, quand les allemands sont à moins de 80 GW pour 80 millions avec un climat plus froid.

Isotherme

Je suis très bien isolé dans ma villa,et mes “grille-pains” ne chauffe qu’entre minuit et 4 ou 5 heure du matin,sauf dans ma chambre car je préfère qu’il y fasse plus frais pour bien dormir.En isolant bien,on peut donc utiliser les grilles pains la nuit aux heures creuses(et même très creuses),et ne jamais s’en servir aux heures de pointe(18 à 21 heures)ni même en journée.Chez moi,ça marche très bien comme ça.

Dan1

A Reivilo “Le “record” français depuis 2010 c’est plus de 100 GW pour 65 millions d’habitants, quand les allemands sont à moins de 80 GW pour 80 millions avec un climat plus froid.” Certes, mais si on parle dse consommation énergétique, le comparatif France-Allemagne est nettement plus nuancé : Avec une actualisation en 2014, en énergie finale, cela donne : Un Allemand consomme 2,59 tep/an Un Français consomme 2,15 tep/an Où est le problème énergétique, au-delà du débat électrocentré ?

Herve

@Papijo Sur les machines de technologie récente et de bonne manufacture, le COP est encore >1 à -18°C. Le principal ennui, c’est que la puissance dimminue nettement. La perte est limitée jusque à -7°C, mais en dessous ça décline sévere… Les constructeurs ajoutent une épingle élec pour remedier au probleme, ce qui provoque un hyper pic de conso. Comme ces pics pèsent peu dans la conso totale du chauffage, l’appoint ne pèse pas lourd en emission de CO2 En conclusion, une PAC est l’idéal si on l’associe à un poele à bois pour passer les pics de froid. En l’utilisant comme ça, vous battez des records en terme de faibles émissions de CO2, même si l’electricité est faite par des centrales à gaz…

Herve

“Le “record” français depuis 2010 c’est plus de 100 GW pour 65 millions d’habitants, quand les allemands sont à moins de 80 GW pour 80 millions avec un climat plus froid.” Peut être, mais il serait interessant de regarder le total des émissions de CO2 des deux mix complets (avec les chauffages fioul gaz…) dans les deux pays. Je pense qu’on va faire des découvertes interessantes. Supprimer le chauffage électrique pour remplacer par des chaudières au rendement moyen pourri n’arrange pas les choses… Pour rappel, en France on chauffe 1/3 des logements avec 60Twh d’elec, les 2/3 restant necessitent 360Twh de chaleur gaz, fioul… Soit le double d’energie finale…

6ctsimple

“Oui nous sommes tributaires d’un parc chauffage électrique conséquent dans des logements mal isolés et c’est pour un bon tiers la cause de notre pic hivernal – quand il y a un hiver…” Le problème ce n’est pas l’électricité, c’est qu’effectivement beaucoup de logements sont très mal isolés , mais ce n’est pas un problème spécifique aux logements “électriques”, qui au demeurant sont à ma connaissance plutôt mieux isolés (en moyenne) que les autres. Vous avez une idée du “pic gaz” en France comparé à l’Allemagne?

6ctsimple

J’ai reparcouru le débat de juin 2011 dont le lien a été rappelé ci-dessus par Dan1. J’en extrais une partie de ma prose de l’époque, qui concluait un débat sur les rendements des différentes filières: “Et je suis absolument certain que dans quelques dizaines d’années, personne ne verra aucun inconvénient à ce que l’électricité éolienne soit utilisée au moins partiellement (lors des épisodes de grand vent)à des usages de chauffage. Ce sera de toutes façon une des conditions d’un déploiement significatif. Les Danois, qui butent devant certaines contraintes, envisagent dès maintenant d’incorporer des chaudières electriques à leurs réseau de chauffage urbain pour amener de la consommation electrique supplémentaire (en substitution de fossiles) lors des épisodes très venteux.”

climax1891

L’architecte italien Leon Alberti (1404-1472) est, semble-t-il, le premier à avoir expliqué comment construire une maison isolée en piégeant de l’air dans les murs et dans les toits. Si on avait suivi ses bons conseils, la France aurait pu éviter le développement du chauffage au fioul et du chauffage au gaz.

Papijo

@propaganda: Je confirme: c’est bien sous la pression des “écolos” qu’on impose aux nouvelles constructions de respecter des niveaux de consommations de chauffage telles que … les gens installent des PAC (même si cela leur coûte plus cher !). Et comme je l’écrivais, en cas de températures très négatives … celles-ci n’apportent rien par rapport aux grille-pains et peuvent même devenir pires ! Et dites-nous donc les moyens de chauffage préconisés par les écolos: le bois (à condition de ne pas toucher aux arbres bien sûr !), le méthane bio ? (toute la surface cultivable de la France permettrait de chauffer combien de foyers ?), la géothermie (pourquoi toutes les installations construites il y a une trentaine d’années ne sont plus en service aujourd’hui ?) Toujours sur les COPs: Quand on parle de performances pour les voitures, il y a la performance théorique et vérifiée par un essai normalisé réalisé par un labo indépendant … et puis il y a les performances réelles quand la voiture roule sur la route. Pensez-vous que c’est différent pour les PAC ? Le COP donné dans le catalogue, il est établi dans quelles conditions: – combien de pertes sont décomptées pour les tuyauteries entre compresseur et pièce à chauffer, – comment sont disposées les entrées/sorties d’air pour éviter une recirculation entre entrée et sortie de l’échangeur extérieur, quelle que soit la direction du vent – comment sont décomptées les périodes de montée en température pendant les démarrages, – comment est prise en compte la perte de rendement des échangeurs (encrassement: un radiateur n’est pas neuf très logtemps !)

aurel

Les écolos insistent sur l’isolation des logements. Ensuite, le mode de chauffage, une fois le logement isolé, n’est plus un problème. Même chauffer avces des grilles-pains n’est pas un problème, car on peut choisir quand allumer ces grilles-pains (autour du midi solaire, par exemple, ce qui permet d’absorber la production PV). Sinon, des granulés de bois sont une ressource renoubelable. L’abberation est des remplacer un mode de chauffage par un autre, sans améliorer l’isolation thermique. J’ai des voisins qui veulent remplacer leur chaudière au fioul par une chaudière à granulés, mais à aucun moment ils n’envisagent d’isoler leur maison.

Papijo

“on peut choisir quand allumer ces grilles-pains (autour du midi solaire, par exemple, ce qui permet d’absorber la production PV).” C’est l’exemple type des raisonnements aberrants de nos écolos. Chez moi, quand il y a du soleil, il chauffe directement la maison au travers des viytres. Par contre, quand le soleil se couche et que la maison se refroidit, c’est là que mes grille-pain se mettent en route … et vos panneaux photo-voltaïques ne me servent à RIEN ! “Sinon, des granulés de bois sont une ressource renoubelable.” Renouvelable, peut-être, mais dangereuse aussi comme les écolos s’bstiennent de le signaler: Un article un peu ancien: . Pourquoi le ministère de l’écologie ne met pas les gens en garde conntre le danger comme le font les anglais ? A cause des lobbies verts ? “à aucun moment ils n’envisagent d’isoler leur maison.” Vous savez combien ça coûte d’isoler une maison habitée ? Et combien ça rapporte ?

aurel

Avec une isolation correcte (pas du RT2012, on est bien d’accord) et un peu d’inertie, il suffit de compenser les pertes moyenne sur 24h (voire sur une période plus longue), peu importe que ce soit la nuit ou le jours. Les apports solaires passifs sont primordiaux, mais s’ils ne sont pas suffisants (soit du fait de l’orientation de votre maison ou des ombres qui occultent les vitres), vous pouvez toujours augmenter la production de chaleur avec vos grilles-pains dans la journée. Si quand le soleil se couche la maison se refroidit, c’est que vous divriez pouvoir améliorer l’isolation. Une autre option serait d’augmenter l’inertie, pour avoir suffisamment de déphasage (12h environ) pour que la maison ne se refroidisse pas la nuit… mais dans la journée. Et là, vos grilles-pains, vous les faites crâcher dans la journée… idéalement alimentés pas des PVs. Concernant la dangerosité des pellets, votre article relate 3 cas de décès, concernent respectivement un bunker contenant 155 tonnes de pellets, un stock de 7 tonnes et une réserve de 82m3 de stockage. Donc pour le péquin moyen, qui se chauffe avec un poêle ou une chaudière dans une maison isolée, avouez que le risque et minime. Vous auriez tout autant pu relater un accident mortel d’un bucheron, pour emttre en avant la dangerosité du bois comme combustible… Pour ce qui est du coût de l’isolation d’une maison habitée, je vous donnerai la somme au centime près quand j’aurai terminé mes travaux d’isolation par l’extérieure, mais pour l’instant j’ai environ: – 800 euros de laine de roche (20cm d’épaisseur de rouleaux déroulés au sol du grenier – 1200 euros de fibre de bois (2 couches croisées de 6cm d’épaisseur), entre le plafond habité et le plancher du grenier – 2700 euros de ouate de cellulose (30 cm dé’paisseur) insufflée dans des caissons – 2300 euros de liège (20 cm d’épaisseur) pour le soubassement) et fibre de bois haute densité (35mm d’épaisseur) pour fermer les caissons – 1500 euros de fourniture pour la fabrication des caissons (planches, équerres, tasseaux, vis) A la louche, on devrait être dans les 10’000 euros, mais si on était parti sur des panneaux de polystyrène de 30cm d’épaisseur collés et chevillés au mur, le coût aurait été bien moindre. Etant donné qu’on chauffe avec un pôele à granulés et la VMC double-flux, déduire le coût d’une chaudière avec plomberie et chauffage central. Et niveau confort, ça n’a pas grand chose à voir avec la combinaison habituelle murs froids, courants d’air et radiateurs brûlants. Je n’ai pas calculé le temps de retour sur investissement, mais pour être exacte, il faudrait tout prendre en compte. Et si pour les 2000L de fioul que crâme mon voisin chaque hiver on ne comptabilise ni le coût des cadeaux diplomatiques fait aux pays exportateurs de pétrole et autres dépenses militaires pour sécuriser les sites d’extractions de nos companies pétrolières, ni le coût des maladies respiratoires dues au raffinage et à la combustion du fioul, le calcul ne sera pas complet.

Papijo

Ce que j’ai écrit concerne une maison “ordinaire” avec isolant à l’intérieur, donc sans aucune inertie thermique ! Ceci me permet de couper le chauffage quand je pars et de réchauffer en quelques instants à mon retour quand je le remets en route. Le jour où on décide qu’un mur en pierres on peut le recouvrir par un isolant et quelques planches … on peut augmenter l’inertie, avec l’inconvénient que le chauffage doit fonctionner en permanence. De plus, une maison avec des murs extérieurs en dur (pierre ou briques ou béton), on sait que ça résiste pendant des siècles. Combien résisteront les panneaux de couverture de l’isolant extérieur ? Concernant les pellets, il s’agit uniquement de décès sur lesquels il y a eu une enquête, car survenus pendant le travail. Un décès qui survient chez un particulier, la cause ne sera pas forcément découverte: décès attribué à une crise cardiaque, ou à une asphyxie au CO2 de la chaudière à côté, ou “mort subite” … Enfin, ce qui fait la dangerosité, ce n’est pas la quantité, c’est le fait que le stock soit mal ventilé, ce qui peut se produire n’importe où dès que les gens ne sont pas avertis. C’est pourquoi je trouve criminel de la part des organismes qui font la promotion de ce combustible et des “écolos” en général de ne pas signaler ce danger ! Un papier en français un peu plus récent:

Sonate

Bonjour monsieur Loyen. Vous dites “Pour les projets dans l’industrie/tertiaire il y a la disposition d’amortissement bonifié de 40% de la loi Macron.” Pouvez-vous donner plus de détails, SVP ?

pierreerne

Le photovoltaïque français n’existe que grace aux pris d’achat avantageux et aux subventions. Si on arrête ces deux sources, le photovoltaïque français s’écroule en moins d’un an. De plus, l’installation à grand frais de cellules au rendement ridicule ne sert à rien puisqu’il faudra de toutes façons les remplacer par des cellules issues d’une recherche aux résultats hypothétiques. Conclusion : Il serait beaucoup plus sage d’arrêter ces dépenses ruineuses pour la collectivité, et d’attendre bien sagement que l’innovation (si elle existe un jour) permette l’installation de cellules rentables produisant de l’électricité au prix du fossile ou du nucléaire et stockant cette électricité pour la délivrer au grès des besoins. Installer des cellules solaires à l’heure actuelle est donc clairement une douce folie ruineuse…

pierreerne

Le photovoltaïque français n’existe que grace aux pris d’achat avantageux et aux subventions. Si on arrête ces deux sources, le photovoltaïque français s’écroule en moins d’un an. De plus, l’installation à grand frais de cellules au rendement ridicule ne sert à rien puisqu’il faudra de toutes façons les remplacer par des cellules issues d’une recherche aux résultats hypothétiques. Conclusion : Il serait beaucoup plus sage d’arrêter ces dépenses ruineuses pour la collectivité, et d’attendre bien sagement que l’innovation (si elle existe un jour) permette l’installation de cellules rentables produisant de l’électricité au prix du fossile ou du nucléaire et stockant cette électricité pour la délivrer au grès des besoins. Installer des cellules solaires à l’heure actuelle est donc clairement une douce folie ruineuse…

pierreerne

Le photovoltaïque français n’existe que grace aux pris d’achat avantageux et aux subventions. Si on arrête ces deux sources, le photovoltaïque français s’écroule en moins d’un an. De plus, l’installation à grand frais de cellules au rendement ridicule ne sert à rien puisqu’il faudra de toutes façons les remplacer par des cellules issues d’une recherche aux résultats hypothétiques. Conclusion : Il serait beaucoup plus sage d’arrêter ces dépenses ruineuses pour la collectivité, et d’attendre bien sagement que l’innovation (si elle existe un jour) permette l’installation de cellules rentables produisant de l’électricité au prix du fossile ou du nucléaire et stockant cette électricité pour la délivrer au grès des besoins. Installer des cellules solaires à l’heure actuelle est donc clairement une douce folie ruineuse…

pierreerne

Le photovoltaïque français n’existe que grace aux pris d’achat avantageux et aux subventions. Si on arrête ces deux sources, le photovoltaïque français s’écroule en moins d’un an. De plus, l’installation à grand frais de cellules au rendement ridicule ne sert à rien puisqu’il faudra de toutes façons les remplacer par des cellules issues d’une recherche aux résultats hypothétiques. Conclusion : Il serait beaucoup plus sage d’arrêter ces dépenses ruineuses pour la collectivité, et d’attendre bien sagement que l’innovation (si elle existe un jour) permette l’installation de cellules rentables produisant de l’électricité au prix du fossile ou du nucléaire et stockant cette électricité pour la délivrer au grès des besoins. Installer des cellules solaires à l’heure actuelle est donc clairement une douce folie ruineuse…

pierreerne

Le photovoltaïque français n’existe que grace aux pris d’achat avantageux et aux subventions. Si on arrête ces deux sources, le photovoltaïque français s’écroule en moins d’un an. De plus, l’installation à grand frais de cellules au rendement ridicule ne sert à rien puisqu’il faudra de toutes façons les remplacer par des cellules issues d’une recherche aux résultats hypothétiques. Conclusion : Il serait beaucoup plus sage d’arrêter ces dépenses ruineuses pour la collectivité, et d’attendre bien sagement que l’innovation (si elle existe un jour) permette l’installation de cellules rentables produisant de l’électricité au prix du fossile ou du nucléaire et stockant cette électricité pour la délivrer au grès des besoins. Installer des cellules solaires à l’heure actuelle est donc clairement une douce folie ruineuse…

Herve

@ Papijo Pensez-vous que c’est différent pour les PAC ? Le COP donné dans le catalogue, il est établi dans quelles conditions: Il y a quelques nuances entre les bagnoles et les pompes à chaleur. Il est beaucoup plus facile de reproduire en labo des conditions normales d’utilisation pour une PAC que pour une voiture. Ce qui fait que les differences d’usage seront plus faibles. Les tests sont maintenant faits à lusieurs niveaux de températures et tiennent compte des dégivrages. La valeur trouvée en labo n’est pas trés trés loin de celle trouvée en usage réel. – combien de pertes sont décomptées pour les tuyauteries entre compresseur et pièce à chauffer, Les tubes sont généralement plus petits et plus courts qu’un chauffage central, souvent en volume chauffé (c’est bien mieux) ces pertes existent mais restent modérées. – comment sont disposées les entrées/sorties d’air pour éviter une recirculation entre entrée et sortie de l’échangeur extérieur, quelle que soit la direction du vent Un installateur qui connait son metier n’installe pas l’unité extérieure face au vent dominant. Mis à pas les inconscients qui placent leur machine dans un recoin, ou la recirculation est proche de 100%, l’impact reste modéré la aussi car le DT est trés faible. 50% de recirculation ne dégrade pas énormément la perf. – comment sont décomptées les périodes de montée en température pendant les démarrages, Le calcul du cop est fait sur un cycle complet. De plus une machine inverter bien faite et bien dimentionné fait peu de cycle en usage normal, elle tourne tout le temps. Si votre machine cycle, y a un probleme d’installation (machine trop grosse, recirculation interne…) – comment est prise en compte la perte de rendement des échangeurs (encrassement: un radiateur n’est pas neuf très logtemps !) Pour une voiture, oui, pour une unité extérieure, si elle est correctement positionnée par rapport à d’eventuels polluants (pollens…) l’encrassement est faible sur la durée de vie cible. Par contre la ou je suis d’accord avec vous, c’est qu’une PAC ne doit pas être installée n’importe comment pour fonctionner correctement. La position des unitées, le dimentionnement de la machine, et la qualité du travail sur les tubes pour éviter les microfuites sont des élements qui changent pas mal de choses. Une machine de bonne manufacture bien posée gardera ses perfs pendant plus de 10 ans quasimment sans entretient (hors nettoyage des filtres bien sûr). Comme pour une bagnole, la façon dont on l’utilise a aussi un impact sur la perf énergétique. ça consomme moins si elle tourne régulièrement plutot que si on fait des cycles tout ou rien.

43
0
Laissez un commentairex