Belgique : vers un redémarrage des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2

L’Agence fédérale de Contrôle nucléaire (AFCN) a décidé d’autoriser le redémarrage des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2 exploités par Electrabel, une filiale de GDF Suez en Belgique.

Suite à la découverte l’été dernier des défauts dans le matériau des cuves de réacteurs de Doel 3 et Tihange 2, Electrabel a réalisé une série de tests et d’analyses poussé. L’entreprise a ainsi fait appel à une équipe interdisciplinaire composée d’experts internes et externes (Laborelec, Tractebel Engineering, SCK-CEN, etc…).

Les résultats de ces tests ont été remis à l’AFCN le 15 avril pour Tihange 2 et le 26 avril pour Doel 3. Ils complètent les dossiers déjà remis le 5 décembre 2012 et confirment les conclusions : "Les anomalies constatées sur les cuves sont des défauts dus à l’hydrogène, non évolutifs, apparus durant la phase de forgeage des cuves. L’intégrité structurelle des cuves et leur résistance ne sont pas affectées et répondent à tous les critères de sûreté"

Electrabel a indiqué dans un communiqué qu’il va préparer les opérations de redémarrage des deux unités. Ces préparatifs prendront entre deux et trois semaines et seront surveillés de près par les autorités de contrôle.

Il a également été décidé que les cuves des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2 subiraient une inspection équivalente à celle de l’été 2012, à la fin du prochain cycle de combustible.

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
6 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Didier g

Je voudrais ajouter un complément d’information à cet article: Primo, Greenpeace a décidé de porter plainte contre le gouvernement belge pour négligence coupable (à cause de l’absence de plan d’urgence adéquat en cas d’accident nucléaire). Secundo: le même Jan Bens, directeur général de l’AFCN, qui vient d’autoriser le redémarrage, a déclaré récemment que les éoliennes représentent un danger plus important que les centrales nucléaires.

dede29

pour nos amis belges qui ont bien résolu ce problème technique et bonne continuation .

Bachoubouzouc

@ Didier g “Primo, Greenpeace a décidé de porter plainte contre le gouvernement belge pour négligence coupable (à cause de l’absence de plan d’urgence adéquat en cas d’accident nucléaire).” Plus d’informations sur cette plainte ici. Greenpeace dénonce : 1) “l’absence de plan d’urgence adéquat en cas d’accident nucléaire” Les belges ont forcément un équivalent de PUI (je ne vois pas comment l’AFCN aurait pu les laisser fonctionner sans) et ces défauts de cuve n’y changent rien. Ce reproche est donc bidon. 2) “différents experts et agences de contrôle ont mis en doute la sécurité de Doel 3 et Tihange 2, parmi lesquels l’ancien directeur de l’AFCN, Willy De Roovere, l’Autorité de sécurité nucléaire (ASN) française et Dieter Majer, l’ancien directeur de l’agence de contrôle nucléaire allemande” Je ne sais pas ce qu’a dit l’Autorité de sûreté allemande, mais ce que l’ASN a exactement dit est : “En l’état actuel du dossier, un redémarrage des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2 ne nous paraît donc pas envisageable, à ce jour, sans l’apport de compléments de démonstration significatifs basés en particulier sur la disponibilité des résultats de plusieurs essais dont la réalisation est prévue par Electrabel, ou d’autres qui devraient être mis en œuvre, mais aussi sans une épreuve hydraulique de résistance” Si l’AFCN autorise aujourd’hui le redémarrage de ces réacteurs, c’est que ces essais (qui tombent sous le sens) ont forcément été réalisés. Bref, on est là dans le cas classique où des antinucléaires critiquent avec mauvaise foi une décision qui ne va pas dans leur sens. “Secundo: le même Jan Bens, directeur général de l’AFCN, qui vient d’autoriser le redémarrage, a déclaré récemment que les éoliennes représentent un danger plus important que les centrales nucléaires.” …dans le cas très particulier du port d’Anvers, avec des industries chimiques à proximité. Faudrai pas essayer de faire croire qu’il raconte n’importe quoi.

Nicias

Je ne suis pas sur d’avoir bien compris. Est ce que les fissures serait d’origine, lors de la fabrication de la cuve, et on les détecterait seulement aujourd’hui ?

s4m

tout à fait. Ces fissures ont été détectées grâce à une méthode “inédite” : “une nouvelle méthode d’analyses de la cuve au moyen de capteurs ultrasoniques a été réalisée lors de la révision planifiée de la centrale nucléaire de Doel 3 il apparaît déjà que les capteurs ultrasoniques ont détecté sur la cuve la présence de très nombreuses indications qui pourraient s’assimiler à de potentielles fissures” (extrait du communiqué de l’AFCN datant d’août 2012) le dossier de l’autorité de sûreté sur le sujet : lien

Jcdcmi

Lors de la construction des cuves de Doel 3 et Tihange 2 les MICROS FISSURES( traces d’hydrogènes dans la masses des viroles épaisses de plus de 220mm d’épaisseur) étaient connues et identifiées et retrouvées dans les films radiographiques de la fabrication. Cells-ci étaient dans les critères d’acceptations de fabrication. Après conparaisions de ces films avec les relevés fait par la Mis , ces idications non pas évolués

6
0
Laissez un commentairex