Circulation alternée (pollution) : les franciliens ont joué le jeu

Suite au pic de pollution et compte tenu des prévisions, le Premier ministre, après consultation des ministres chargés de l’écologie, de la santé, de l’intérieur et des transports, avait décidé de mettre en place, à Paris et dans la petite couronne, le dispositif de circulation alternée à compter de hier 5h30.

Lundi à la mi-journée, le ministre a souligné le bilan positif de la mise en place de la circulation alternée. Il a salué le civisme dont font preuve les franciliens et la mobilisation des pouvoirs publics, des collectivités et des opérateurs de transport.

Par rapport au lundi 10 mars 2014, pris comme journée de référence, la congestion sur le réseau structurant d’Ile de France, sur la période correspondant à l’heure de pointe du matin (8h-10h), a baissé de 62 %. A 8h30, horaire qui correspond au pic de congestion, la longueur cumulée de bouchons s’établit à 114 km à comparer à 259 km il y a une semaine. Enfin, le volume de trafic apparaît en nette diminution. En considérant quatre voies pénétrantes dans l’agglomération parisienne (A6a, A6b, A14, N118), le trafic est en baisse de l’ordre de 25 à 30 %, durant la période de pointe du matin.

Alors que les 179 points de contrôle mis en place par la préfecture de police ont été positionnés pour ne pas gêner la fluidité du trafic, ils n’ont pas engendré de difficulté de circulation selon le Ministère de l’écologie. 90% des véhicules en circulation dans la capitale portaient une plaque impaire.

A 12 heures, 3.859 procès-verbaux pour non-respect de la circulation alternée ont été dressés. 27 contrevenants seulement ont vu leur véhicule immobilisé en raison de leur comportement non-coopératif.

S’agissant des concentrations en particules, les observations à la mi-journée font apparaître une tendance à l’amélioration sur l’Ile de France. Sous réserve d’un retour d’expérience complet, cette évolution apparait principalement liée aux vents légèrement plus forts, aux moindres inversions de température et à la baisse du trafic.

Pour la journée de mardi 18 mars, les dernières prévisions disponibles ainsi que leur analyse indiquent une amélioration globale de la situation notamment en Ile-de-France.

Le Premier ministre a décidé de lever pour la journée de mardi le dispositif de circulation alternée à Paris et dans 22 communes de la petite couronne. Les véhicules pourront circuler quelle que soit leur immatriculation. La gratuité dans les transports en commun cessera ce lundi soir, à la fin du service.

Les premières tendances disponibles pour la fin de la semaine laissent entrevoir une amélioration sensible en raison de l’arrivée d’un épisode pluvieux qui dissiperait en grande partie les polluants.

Conformément à la stratégie de réponse graduée mise en œuvre durant cet épisode, il ne sera pas mis un terme immédiat à l’ensemble des dispositifs en vigueur sur le territoire. Les préfets apprécieront localement, en fonction de l’évolution de la situation, les adaptations qu’il sera nécessaire d’apporter au cas par cas et en informeront les citoyens selon les procédures habituelles.

Le Premier ministre a demandé que soit réalisé dès que possible un retour d’expériences sur cet épisode de pollution persistant et inhabituel par son ampleur ainsi que sur les mesures qui ont été mises en œuvre pour le limiter.

Localement, la mise en œuvre des plans de protection de l’atmosphère (PPA) se poursuivra sur l’ensemble du territoire.

         

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
12 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Tech

que de la com ou comment réinventer l’eau chaude. qui va trouver étonnnant que la pollution baisse quand on supprime arbitrairement une partie du traffic? cette mesure était idiote et a mis dans l’embarras les moins bien lotis, elle était donc injuste et à mon avis attacable au niveau de la devise au fronton de nos mairies “égalité” la partie la plus juste de cette mesure était l’obligaion pour les camions de contourner Paris par la francilienne, plutot que d’utiliser les radiales et le périphérique, et je suis persu&dé que c’est particulièrement cette mesure qui a réduit les bouchons et la pollution sur paris! le reste étant pouillèmesque étant donné toutes les possibilité d’éviter le blocage chiffres pairs. et combien ont vu des “impairs” anciennes ou mal réglées qui “fumaient” 10 fois plus que des “pairs’ récentes! mais Paris qui vient d’en bénéficier ne finance pas cette super rocade !! pour le civisme, c’est plus la peur de la contravention qui a fonctionné (la crise!), que de la pollution! et vu l’état des transports en commun, cela va en rebuter plus d’un de recommencer l’expérience! à quand l’installation de stations de recharge électrique et/ou H2 ? il faut ouvir la boucle de ce sytème de poule et d’oeuf, pas de prise, pas de véhicules électriques, pas de véhicules électrique,s pas de prises! imposez donc aux riches familles de distributeurs domiciliés en belgique d’installer des bornes sur leurs parkings, au riches constructeurs possesseurs de chaines de télé d’installer obligatoirement des bornes dans les parkings de leurs immeubles, aux riches constructeurs gestionnaires d’autoroutes d’installer des bornessur les parkings d’autoroute, etc, etc,… et pour activer le troll ;o)) aux riches producteurs d’électricité de proposer des bornes de recharge à prix coutant plutot que des linky, qui dans leur configuration actuelle s’avèrent inutiles pour l’abonné. Mais cela va prendre au moins 10 ans d’étude et 10 an d’installation! que ce ne soit pas toujours aux mêmes de subir.

Jethan91

@Tech : des bornes électriques sur Paris, cela existe, c’est Autolib, qu’on loue un de leurs véhicules ou pas, j’explique ci-dessous. J’ai une MIA-L 12 Kw rechargée essentiellement au domicile (à part quelques recharges occasionnelles dans le parking Vinci où je loue une place au mois). Dernièrement (Février), j’ai contracté un abonnement à Autolib, non pour louer des véhicules, mais uniquement pour recharger (1 euro par heure, stationnement limité à deux heures mais pas de surcoût pour le stationnement lui-même en dehors du prix de charge). Cela m’a coûté pour l’instant 15 euros de frais de dossier (j’attends l’année prochaine pour voir si la gratuité de l’abonnement est maintenue à partir de la deuxième année). Alors certes, si on veut un point de recharge rapide pour Tesla, Zoe, Nissan, on est contraint par un réseau plus réduit. Mais pour une recharge en prise type 1 220v/16A comme moi, je vois des initiatives se profiler (en particulier les centres commerciaux qui ont compris l’intérêt de proposer une borne de recharge pour que le conducteur flane dans les rayons pendant les 2-3 heures de recharge). Certaines bornes autolib sur Paris sont équipées d’une prise standard pour les plus frileux, mais apparemment le cable type 1 qui recharge les bluecar est adapté à l’utilisation avec les MIA. Mon commentaire est un baroud d’honneur, paradoxalement la société MIA a été liquidée la semaine dernière, pendant ce fameux pic de pollution. Par conséquent, sauf rachat des brevets la MIA restera une voiture de conception et construction française à laquelle le grand public n’a accordé aucune attention. La circulation alternée mise en place hier aurait pu soulever le débat du déplacement en véhicule électrique et de l’offre disponible, mais je vois mal comment de grands médias fournisseurs d’espace publicitaire aux constructeurs de véhicules thermiques pourraient assurer la promotion d’alternatives plus écolo. On peut aussi se poser la question de la volonté des pouvoirs publics sur la mise à disposition de bornes non rapides, lesquelles maillent déjà le territoire (l’automatisation des bornes permettant aux stands de s’alimenter sur les places de marché serait déjà un grand pas, mais je doute que le système de facturation aux commerçants ne soit pas remis en cause à cette occasion, en provoquant une bronca mémorable).

climax1891

Le problème, il est là. ADEME Les émissions de particules par le trafic routier

Bachoubouzouc

En effet, cette mesure pour baisser la pollution francilienne en faisant baisser indistinctement la circulation était… rustique. Il est clair que le problème vient quasi uniquement des vieux véhicules, les neufs ayant des dispositifs de dépollution efficaces, et non des camions (ils sont pour la plupart bien en avance en matière de dépollution).

Homer

Sur ce site : , on voit que le trafique routier est responsable de 25% des émissions de PM10 (les chiffres datent de 2010 mais ils ont pas plus récents). Il me semble avoir entendu de la part de la préfecture que le trafique avait diminuer de 30 % ce lundi. J’ai donc du mal à croire que cette mesure ait fait baisser la pollution de façon significative.

Dan1

Lundi, c’était la journée cette journée des impairs, heu pardon des impaires pour le gouvernement. Ce qui est extraordinaire, c’est que le ministre Philippe Martin a tiré les conclusions de l’expérience et pris la décision de non reconduction avant 17h00 lundi soit moins de 12h00 après le début de l’expérience qui avait de toute façon débutée juste après un week end et juste avant, voire au moment de l’arrivée de conditions météos que l’on savait favorables. Mais le contexte était électrique à une semaine des élections municipales. Au-delà des mesurettes ponctuelles, on verra bien ce qui sera fait dans la durée. En tous cas, l’idée de rendre les transports en commun gratuits doit susciter la réflexion, car cela a deux conséquences : 1) Inciter les gens à aller inhaler joyeusement les particules dans l’espace confiné du métro : 2) fragiliser la situation financière des opérateurs de transport en commun. Pour ce qui est des causes enchevétrées de la pollution aux particules je vous propose de vous reporter à qu’en a dit la presse qui commence à ouvrir les yeux :

Reivilo

L’énergie éolienne a une fois de plus démontré son efficacité (bien supérieure à la mesure gouvernementale) en balayant la pollution qui stagnait sur la région parisienne 😉 Mais cette mesure a au moins le mérite de démontrer qu’on peut prendre ce type de décision relativement bien suivie en cas de nécessité. Autre avantage, les nombreux co-voiturages et utilisations de transports en commun ont permis à certains de se familiariser avec ces modes de transport “doux” et sans doute pour certains, de les adopter. Sur les transports en commun en ville, pourquoi ne pas tenter la gratuité ? Aubagne sera la première ville d’Europe à utiliser un tramway gratuit pour ses habitants. Ca existe aussi à Châteauroux, Compiègne, Vitré et tout le monde y gagne, y compris les entreprises qui payent la taxe pour le financement ! Avec un clip assez drôle en prime.

Dan1

Une pièce à verser au dossier des particules : Cette présentation montre une autre analyse des pics de particules et des causes profondes. Car il est assez étonnant que des pics, soit-disant liés au transport diésel, se produisent essentiellement au début du printemps et ne soient pas corrélés avec des pics de NO2 qui serait la signature diésel.

Sicetaitsimple

En fait, on en revient aux fondamentaux de Fernand Raynaud: Ca dépend, si y a du vent, si il pleut…. Plus sérieusement, mais ce sujet a déjà été largement évoqué et bien sûr on va se répeter, on a quand même un petit souci de fiscalité en France entre gazole et essence, qui conduit à un parc automobile un tantinet déséquilibré. On ne va pas jeter la pierre et le diesel a fait de gros progrès, mais il me semblerait quand même plus simple, sous tous les aspects, de revenir ( pour la vente de véhicules neufs) à un mix un peu plus équilibré. 3 centimes de moins sur l’essence et 1 centime de plus sur le gazole tous les ans pendant 5 ans ( annoncé à l’avance et donnant donc de la visibilité) et le problème est réglé a recettes fiscales quasi identiques pour l’état et sans drame pour les consommateurs de gazole. En plus, ça eviterait de promener de l’essence dans un sens et du gazole dans l’autre d’une rive à l’autre de l’atlantique, avec les consommations et les risques associés.

Temb

Au sujet de discussions passées et au cas ou cela vous aurait échappé : Le plus vieux parc éolien français, en fin de contrat d’achat avec EDF depuis fin 2013 vend sa production à Enercoop pour 47€ le MWh : C’était un contrat de 20ans à l’époque (1993). La première vraie vague de parcs de 2001 va arriver à terme de contrat EDF en 2016, à suivre !

Herve

Ce qu’il y a de bien avec Enercoop, c’est que c’est un tarif garanti. Chez EDF, une fois fini votre obligation d’achat, c’est au prix du marché qui est fluctuant et a tendence à s’effondrer.

Dan1

J’aime pas trop en parler sur Enerzine, mais enfin c’est à cause du diésel ! Je confirme donc un débat passé, le taux de pénétration du diésel continue à décliner : Et le débat…. argumenté était là :

12
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime