Corinne Lepage dénonce le manque d’ambition de la politique climat 2030

La Commission européenne vient d’adopter les grandes lignes du paquet climat pour 2030 ; Elle propose un objectif "peu ambitieux" de 40% de réduction de GES pour 2030, un objectif 27% pour les énergies renouvelables, et "rien" sur l’efficacité énergétique, a déploré la députée européenne Corinne Lepage.

Une version précédente de la communication indiquait même que la Directive sur la qualité des carburants, qui fixe un objectif de 6% de réduction de GES au secteur pétrolier, ne devrait pas être reconduite après 2020.

C’est dans le cadre de cette directive que la Commission doit présenter des mesures sur les émissions liées aux sables bitumineux, qui ont fait l’objet d’un lobbying intense de la part notamment du Canada. Enfin, la Commission a proposé "seulement des recommandations" sur les gaz de schiste, alors que selon la députée, une adaptation de la législation européenne aurait été nécessaire pour couvrir les risques liés à la fracturation hydraulique.

"Le président Barroso a failli à son devoir de fixer un cap clair et ambitieux vers la transition énergétique. C’est grave pour l’Europe et pour la compétitivité future de notre industrie. L’absence de toute mesure législative sur les gaz de schiste est quant à elle proprement scandaleuse et injustifiable d’un point de vue juridique. Malgré le lobbying intense de l’industrie des énergies fossiles et du nucléaire contre un objectif pour les énergies renouvelables, on a évité le pire mais la Commission se contente d’objectifs "business as usual" qui poursuivent la trajectoire actuelle sans demander d’efforts supplémentaires. Ce manque d’ambition de la Commission reste décevant et préoccupant. En envisageant un temps d’abandonner l’objectif d’énergies renouvelables, M.Barroso porte une lourde responsabilité. Je déplore également que M.Barroso ait envisagé la mise à mort de la directive sur la qualité des carburants après 2020, ce qui empêcherait toute mesure sur les sables bitumineux et la fin des obligations de réduction des émissions au secteur pétrolier" a commenté Corinne Lepage.

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Pastilleverte

essaie de se faire entendre.. il est vrai que face aux déclarations fracassantes de M l’Envoyé Spécial pour la Protection de la Planète (rien que ça ! heureusement que le Ridicule ne tue pas, ou plus) alias Nicolas Hulot, il faut bien que Mme L*** arrive à être audible et entendue elle aussi, la concurrence est rude (d’autant plus que la comparaison du réchauffement climatique avec une poelle à frire est déjà copyrighté Michelr Roc*rd). Tant que beaucoup, dont les médias, spécialement francophones, continueront d’appeler “politique du climat”, ce qui relève de l’économie d’énergie et accessoirement de la réduction des GES (comprendre à 99% le si nécessaire et indispensable CO2), comment voulez-vous qu’on croie les uns et les autres annonicateurs de l’apocalypse écolo-climatique ? Là où on peut, et doit rejoindre Mme L***, c’est sur l’efficacité énergétique, sans avoir besoin de la relier au “Climat” ! Il n’est jamais bon de gâcher des ressources plus ou moins limitées, on est bien d’accord. Allez, un petiti effort, 40% d’enr en 2030, qui dit mieux ? qui sera le plus démagogue ?

1
0
Laissez un commentairex