Du solaire dans le désert pour alimenter l’Europe

En juillet prochain sera lancé à Munich le consortium Desertec, qui réunira parmi les groupes industriels les plus importants d’Allemagne. Son objet : poser les premiers jalons d’un projet pharaonique de production d’énergie solaire dans le désert africain.

Le projet Desertec pourrait répondre à 15% de la demande énergétique européenne, pour un investissement évalué à 400 milliards d’euros, dont 50 employés à la mise en oeuvre d’un réseau électrique jusqu’en Europe.

Un tel projet pourrait être mis en place en l’espace de 10 ans, estime-t-on à l’Institut de thermodynamique technique du centre aéropspatial allemand (DLR). Les plans concrets pourraient être proposés dans les deux à trois ans. 

Desrrière ce projet figure l’idée que les déserts reçoivent suffisamment d’énergie pour alimenter l’humanité en énergie pour une année entière, en seulement 6 heures.

La centrale de Desertec pourrait recouvrir plusieurs milliers de kilomètres carrés de miroirs paraboliques, pour ptroduire de la vapeur d’eau. L’électricité produite par turbinage serait acheminée vers l’Europe, alimenterait les industries locales, ou les centrales de dessalinisation.

La fondation Desertec, initiée par le Club de Rome, réunira des groupes tels que la Deutsche Bank, E.ON, RWE et Siemens, plusieurs ministères allemands et des représentants de la Commission européenne.

            

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
48 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
fredo

que nos amis allemands ait développé leur fillière solaire chez eux grâce notamment aux fonds européens est une chose. L’enjeu ici pour les Allemands est de faire cautionner ce projet par l’Europe, c’est-à-dire nous Français entre autres! Vu la région en question et son instabilité politique, pas d’accord, c’est source de tension si j’ose dire, et cela n’a pas de sens économique. Le président de Solarworld (un Allemand donc) va d’ailleurs dans ce sens. En revanche qu’un certain nombre de pays pétroliers comme la Lybie ou l’Algérie, utilise ce type d’installation pour leur propre consommation électrique, ou déssaliniser l’eau de mer, très bonne idée.

Samivel51

Et l’eau qu’il faut faire bouillir, vous la trouvez où, en plein Sahara?

Bobi

Vous etes vraiment négatif, Vous parlez d’instabilité politique, mais elle ne comcerne pas toute l’afrique, on dirait toujours que l’ensemble du continent est à feu et à sang alors que de nombreuses régions sont très stables : maghreb, sud de l’afrique… Pouquoi est-ce que ce projet ne serait pas cautionné par l’europe, la France a largement plus de subventions que l’allemagne. C’est mieux de mettre des systèmes solaires en afrique qu’en allemagne non ? Et puis ça augmente la part de renouvellable, ça me semble un projet intéressant. La France s’est exclu en construisant seulement des centrales nucléaires, tant pis pour nous

Geant vert

Acheminer de l’électricité du Sahara vers l’Europe, ça n’implique pas des pertes en ligne colossales? Ma question est peut être triviale, mais je ne connais pas bien les moyens de transmission.

Iece import

Si la France était capable de s’intéresser à ce genre de projet au lieu de le critiquer avec nos porte-paroles ici présent, ça nous permettrait peut être de devenir un peu plus intelligent dans cette nouvelle technologie, la France est loin derrière les grandes puissances du photovoltaique et Silpro notre fabricant de cellules super Française est en liquidation judicaire! COCORICO !! Quand aux problème de la perte en ligne durant le transport d’électricité c’est effectivement un problème, cependant n’imaginez pas que c’est la Suede qui va consommer en priorité l’electricité produite dans le dessert, Les premiers consommateurs seront les pays proches du passage de cette ligne TRES HAUTE Tension. Notre président à lancé l’Union pour la Méditerannée, il serait intéressant de lancer un ceinturage électrique de la Méditérannée, ou chacun se raccorde, d’un côté les producteurs et d’une autre les consomateurs. la Francepourrait inventer une taxe sur cette idée ? je reviens sur la perte en ligne: si on produit GRATUITEMENT de l’électricité dans le dessert, et même si on ne récupère que 33% à des milliers de km de la centrale de production, le coût produit sera de ZERO x 3 = toujours gratuit ! Pour mes critiques personnelles envers le CSTB, j’espèrequ’il vont pas nous inventer une nouvelles normes Française pur l’intégartion de PV dans le desert !! cordiales salutations a tous http://www.importsolaire.fr    

pamina

Voilà une annonce qui ne fera pas long feu. Installer des miroirs paraboliques dans le désert ? Il y a quelques petits problèmes à résoudre, en plus des objections déjà faites : quid de la tenue de ces miroirs dans des conditions d’exploitation extrêmes (il peut geler la nuit, et faire +50° la journée) ?  et s’il y en a parmi vous qui savent ce qu’est une tempête de sable, ils comprendront que ça doit faire de sacrés dégâts sur des miroirs.   à Iece import : vous vous faites des idées en pensant que la production est gratuite ! ce n’est pas parce qu’il n’y a pas de dépenses de conbustible que c’est gratuit : il y a l’amortissement des installations, l’entretien, la maintenance, et tutti quanti. Le kWh hydroélectrique, certes est très compétitif, mais n’a rien de gratuit. , Question subsidiaire : c’est une production fatale. Que fait on de l’électricité produite quand on n’en a pas besoin ?  Bref, à mon avis, c’est un projat qui n’a aucune chance de se réaliser..

trimtab

Pour les transmission sur des grandes distances la technologie DCHV (Direct Current Hign Voltage) reduit des pertes en ligne même sur de grandes distances.   Pour extension du reseau et une eventuelle ‘ceinturage’ du Médétérrannée, certains interconnexions existent déja et on oeuvre ici et là pour une ‘maillage’ encore plus vaste (voir : http://www.geni.org) afin de ‘mutualiser’ au mieux et au-dela des frontieres (politiques et economiques) le réseau energie pour le bénéfice du plus grand nombre.   trimtab   trimtab

fredo

instabilité ne signifie pas guerre civile, merci de ne pas caricaturer! Et le renouvellable a surtout du sens pour satisfaire des besoins locaux qu’ils soient en Europe ou en Afrique, sans préjugé. Bien à vous Fredo qui connaît bien l’Afrique.

matv

En réponse aux fausses affirmations et aux différentes objections techniques erronées soulevées dans les commentaires : 1) Le transport de l’électricité sur des milliers de km est tout à fait possible en limitant les pertes en ligne à 3% tous les 1000 km en utilisant la technologie HVDC (Courant Continu Haute Tension). Les pertes seraient donc de l’ordre de 10% entre l’Afrique et l’Europe… vraiment peu en comparaison du gain de ressource solaire. Cette technologie est utilisée depuis déjà des années pour: reliers les îles, relier les installations offshore, transporter l’électricité sur des milliers de km depuis les grands barrages (Brésil et Chine par exemple)… 2) l’eau : l’eau est un problème réel pour ce type de centrales mais ce n’est pas l’eau du circuit vapeur (l’eau qu’il faut faire bouillir comme dit Samivel51) qui pose problème car celle-ci circule en circuit fermé sans perte conséquente mais plutôt l’eau nécessaire au refroidissement du fluide caloporteur (consommation d’eau importante). Des technologies alternatives sont néanmoins existantes (tours sèches de refroidissement) ou en cours de R&D (cycles turbines à gaz par exemple…). Une consommation d’eau (faible) restera néanmoins nécessaire pour le nettoyage des miroirs. Celle-ci peut être produite par dessalement. 3) Une production fatale (@ Pamina) : NON NON et NON !!!!! Le solaire thermique à concentration est une des rares (voire une des seules) filière ENR qui permet un stockage de l’énergie avant la production électrique. L’énergie se stocke sous forme de chaleur dans des sels fondus par exemple afin d’assurer une part de production à la demande ou la nuit (oui… de l’électricité solaire produite la nuit !!!). Par exemple, la centrale Andasol 1 en Espagne possède un stockage thermique correspondant à 7h de production électrique à pleine puissance !!! On ne peut donc plus parler de production intermittente… La centrale est capable de s’adapter à une demande. L’augmentation du nombre de centrales permettra d’augmenter la disponibilité générale de celles-ci. 4) La tenue des miroirs : l’effet des tempêtes de sable sur les miroirs a été étudié. La tenue des miroirs au variation thermique ne semble pas être un problème. Les structures seront bien sûr adaptées aux environnements particulier. 5) l’instabilité politique des pays concernés : n’est-ce pas justement un formidable projet qui pourrait permettre un développement certain de ces régions et ainsi réduire ces instabilités ?? @ leceimport : attention les centrales envisagées NE SONT PAS des centrales photvolotaïques !!! mais des centrales solaires thermiques à concentration.   Cordialement,   Mathieu V. (doctorant laboratoire CNRS/PROMES)

marcarmand

Le projet DESERTEC est une solution globale au problème de l’énergie, puisque les possibilités de production d’électrique photovoltaïque ou thermosolaire du désert sont quasi illimitées. Les pertes des lignes HVDC pour l’acheminement vers l’Europe sont estimées à 3% par 1000 km. Les riques liés à la vulnérabilité des lignes sont du même ordre que l’approvisionnement actuel en pétrole à partir du moyen-orient. L’inconvénient est le coût élevé, en investissement et en prix du kWh, actuellement bien plus cher que l’électricité nucléaire. Mais c’est le prix à payer pour avoir une énergie propre

pamina

  Energie fatale. Le solaire à concentration s’en sort certainement mieux que l’éolien ou le PV (c’est pas difficile) mais techniquement je ne vois pas comment une telle centrale pourrait s’adapter à une demande, je reste très sceptique sur ce sujet. Au fait il existe une ENR qui sait très bien le faire, c’est l’hydraulique de barrage.   Tenue des miroirs : peut on avoir des précisions sur le résultat des études ? en ce qui concerne la tenue de miroirs dans une tempête de sable, je demande à voir.   Encore un problème : il est prévu de couvrir “plusieurs milliers de km2” ! C’est grand comme un département français. rendez vous compte de la logistique nécessaire pour assurer l’entretien et la maintenance : logement du personnel, appros ? etc. Tout cela a un coût faramineux.

Olivier2009

“DESERTEC : Pourquoi aller chercher loin quand on a ce qu’il faut à la maison ?” – Association EuroSolar Pomper l’électricité solaire africaine vers l’Europe alors que plus de 594 millions d’africains n’ont pas accès à l’électricité ? NON MERCI

De passage

donc l’électricité solaire est gratuite ? Alors financez vous-même les investissements des centrales au Sahara et du réseau d’acheminement à l’Europe et vous verrez…  moins de lecteurs rire de vous. Allons, nous ne sommes plus à la maternelle…

lion

Ce projet à 400 milliards d’€ pour produire 15 % des besoins en électricité de l’UE à partir d’un solaire thermodynamique fait en plein Sahara, n’est pas prêt à voir le jour. Si vraiment de l’électricité peut être produite en plein coeur du Sahara, ayons la décence de considérer que les Africains doivent en être les premiers bénéficiaires

stan1504

Lion, les africains on déjà du soleil intense chez eux, sous la main ; pourquoi ils iraient s’emmerder à faire des grand projet type desertec. Donc ce systeme est conçu typiquement pour les européens. Ce projet est beau, mais il y a tellement que raisons pour lesquelles cela pourrait capoter. A commencer par la note faramineuse : 400 milliards, OMG rien que sa ! Au bénéfice exclusif des industriels allemands… Je leur souhaite bien du courage.

alain843

“….pourrait répondre à 15% de la demande énergétique européenne, pour un investissement évalué à 400 milliards d’euros, dont 50 employés à la mise en oeuvre d’un réseau électrique jusqu’en Europe….”  

Olivier2009

Communiqué de l’association EuroSolar : “DESERTEC : Pourquoi aller chercher loin quand on a ce qu’il faut à la maison ?” (pour les non germanophones : google traduction 🙂 )    

marcob12

Dans ses grandes lignes le concept “Desertec” est bon. Le soleil est déjà une source faussement intermittente au sens où au-dessus des déserts on sait de quelle heure à quelle heure, le nombre moyen de kwh et combien de jours par an, une centrale donnée  va produire (pour la gestion du réseau c’est l’essentiel). On sait aussi que la production se fait de jour au moment où la consommation est maximale. On peut aussi jouer (on parle de réseau) sur son étendue en longitude pour se garantir une production sur une plage horaire confortable, couvrant l’essentiel du jour pour les consommateurs. La production n’est pas fortement saisonnière. Les infrastructures sont à la charge des consommateurs les plus riches (européens ici) mais il paraît évident que la location longue durée des terrains nécessaires pourrait être rémunérée sous forme d’un pourcentage de l’électricité produite (une façon d’éviter que des pays faute de moyens brûlent leur biomasse ou du charbon). Il ne s’agit pas d’une nouvelle colonisation ou d’un pillage d’une ressource finie. En effet les pays visés nous “loueraient” une place au soleil et seraient rémunérés pour ça. Le problème de la ressource en eau ne semble pas majeur. S’il devait l’être on pourrait préférer ici des centrales PV (car les moyens de stockage arrivent)  car en  plein désert leur besoin en eau est minimal. Clairement il faut mettre les centrales là où la ressource solaire est maximale et le besoin en terres “agricoles” minimal.

Pasbon

au lieu de parler dans le vide…. pour les Grands électrotechniciens que vous êtes tous… il faut comprendre  au lieu de faire le “beau”  ça c’est pour Matv qui sait lire wikipedia, enerzine, et autres sources de culture générale..; d’informations… ” La centrale est capable de s’adapter à une demande. L’augmentation du nombre de centrales permettra d’augmenter la disponibilité générale de celles-ci.” ça ne veut rien dire!!!! “La tenue des miroirs : l’effet des tempêtes de sable sur les miroirs a été étudié. La tenue des miroirs au variation thermique ne semble pas être un problème. Les structures seront bien sûr adaptées aux environnements particulier.” traduction j’en sais rien mais il doit bien y avoir un type qui a peut être prévu de tels miroirs… “NON NON et NON !!!!!”pour le donneur de fausses leçons sur internet écrire en majuscules c’est pour CRIER… y a pas de raison même si la question de Pamina “Que fait on de l’électricité produite quand on n’en a pas besoin ? ” est rigolotte… loin de moi la prétention de faire un présentation magistrale des réseaux électriques… par contre pour tous ceux qui parlent de pertes sur les lignes électriques (me gonffflent) un petit coup de NFC 13200 et NFC13205 devrait déjà aider à arrêtre de dire des sotises… merci à Marcob 12 ..; juste une divergence sur l’utilité de stocker de l’électricité photovoltaïque… car la puissance du parc est trop faible… c’est un débât très passionnant… en faisant rapide: électricité photovoltaïque: ne pas stocker. PASBON désodorisant de laboratoire mais pas au CNRS/PROMES

Denlaf

La distance n’est pas un problème. le transport de l’électricité sur de longues distances n’est pas un problème pour Hydro-Québec. Les québécois ont mis au point la technique de transport d’électricité à haute tension. Les premières lignes de transport d’électricité sous une tension de 750 000 Volts ont été mises en opération au Québec. Nous produisons une bonne part de notre énergie hydroélectrique dans le nord du Québec, alors que la grande majorité de la population habite au sud de la province. Celà signifie qu’une grande portion de l’énergie électrique doit voyager sur plus de 1 000 km pour la consommation québécoise et davantage pour l’énergie qu’on exporte vers les U.S.A. ou vers l’Ontario. Donc, nous avons été les premiers à maîtriser cette technique qui n’est, en fait, qu’une application d’une loi en électricité. La perte de puissance sur une ligne de transport d’électricité à haute tension se calcule en multipliant la valeur de la résistance de la ligne de transport par l’intensité du courant au carré. On se rend facilement compte que, plus l’intensité est faible, plus faible est la perte de puissance. Si, avec une faible intensité du courant, on souhaite transporter d’importantes quantités d’énergie, il n’y a qu’une solution : il faut y aller avec un très haute tension. Au Québec, on pense que de transporter l’énergie électrique sous une tension de 750 kV est un bon compromis, on minimise ainsi la perte de puissance. Alors, à ce niveau là, le transport de l’énergie électrique de l’Afrique vers l’Europe n’est pas un problème majeur. Une multitude d’autres problèmes pourraient faire avorter ce projet. Plus sur  .over-blog.com  précédé de  denis-laforme.  On y trouve également une multitude d’articles touchant des sujets connexes.

marcob12

En dehors du plan technique (le projet est perfectible) , le concept est surtout celui d’un partenariat énergétique où aucun des deux partenaires n’a intérêt à rompre le contrat, ou chacun peut se développer avec de faibles émissions de CO2 (un schéma tout sauf évident pour les africains vu leur PNB/hab) et où l’énergie solaire peut trouver une échelle lui permettant d’atteindre des coûts intéressants et donc un développement ultérieur global. Y inclure des centrales PV donnerait à l’industrie européenne les débouchés qu’elle n’a pas en europe pour atteindre la “masse critique” et minorerait le besoin en eau. L’intérêt pour les européens et les africains est tel, qu’il semble impensable qu’un projet de ce type ne puisse aboutir. On peut imaginer qu’un jour un réseau d’aquaducs  irriguera le continent africain, les déserts fournissant à la fois l’énergie pour le pompage, la chaleur pour la distillation et le sous-sol pour le stockage du sel (évitant le problème des saumures rejetées en mer). Qui paierait ? Pour l’essentiel, nous… Nous sommes l’eldorado futur des africains. Ils sont le nôtre.

Dan1

Le débat devient amusant : on nous dit clairement que le transport de l’électricité sur de très grandes distances (des milliers de kilomètres) n’est absolument pas un problème et que les pertes seront négligeables donc vive le vecteur électricité. On nous a dit très exactement l’inverse à propos du nucléaire qui serait responsable de pertes phénoménales à cause d’une hyper centralisation de la production qui impose le transport de grosses quantités d’énergies sur plusieurs centaines de kilomètres. Haro sur la production centralisée ! J’en déduis donc que les pertes dépendent de la source de production d’électricité et non du système de transport. Pour l’instant Desertec me semble une belle diversion avec de possibles applications très coûteuses à très longue échéance en regard d’un problème allemand très concret à très courte échéance : que fait -on pour le 360 TWh électriques produits chaque année au charbon et au lignite ? Je rappelle simplement qu’avant 2050 nous avons des prblèmes à gérer en 2015, 2020, 2025…

marcob12

La chine et les USA produisent déjà plus de 4000 TWh/an via le charbon. On va dépasser pour ce couple les 6000 TWh en 2015 et sans doute les 8000 TWh en 2030 (en ne comptant que l’essor prévu du charbon chinois). En quoi réduire à zéro les TWh issus du charbon en allemagne (d’ici 2030 par ex) résoudrait-il nos problèmes collectifs si on ne profite pas de l’opportunité pour développer la relève ? L’urgence n’est pas de réduire la fraction de % des émissions mondiales de CO2 due aux centrales allemandes, mais de changer radicalement la donne énergétique mondiale. Si on “fourgue” des réacteurs nucléaires aux africains avec quoi vont-ils nous payer ? C’est un des continents les plus fauchés et les plus endettés. Ils vont raser leurs forêts, nous expédier des haricots verts et pointes d’asperges, nous vendre du sable ? Avec le schéma “Desertec” on leur fournit du cash pour leur développement et une électricité à faibles émissions et on gagne sur bien plus de plans. Dan, on parle d’un partenariat énergétique stratégique à très long terme entre l’europe et l’Afrique, pouvant débuter demain et vous brandissez une pseudo urgence pour la dénigrer… Ce n’est pas sérieux. Par ailleurs les pertes en ligne dans un réseau HVDC et le nôtre ne sont pas les mêmes. L’énergie décentralisée est prioritaire et peut couvrir les besoins individuels, pas ceux de la techno-structure dont la plupart de nous sommes devenus dépendants. Ce n’est qu’une opinion.

Dan1

Avec Desertec, on ne parle pas d’Afrique subsaharienne qui est très loin, mais plus probablement du nord ou du milieu de l’Algérie (qui est un très grand pays de 2000 kms de “hauteur”). Je ne vois pas de développement d’un partenariat avec les africains les plus démunis qui ne sont pas au nord du désert. J’aimerai bien savoir à qui on va fournir du cash ? Je prend bonne note qu’il ne sert pas à grand chose de réduire les émissions des centrales fossiles en Allemagne puique les autres font largement pire ! alors, dans ce cas, nous n’avons vraiment aucun problème, en France avec nos centrales thermiques qui font tout juste 50 TWh et qui émettront de moins en moins en passant au gaz notamment Je suis d’accord pour inventer progressivement une nouvelle donne énergétique, mais je pointais juste là des incohérences notoires dans les discours à géométrie variable.

marcob12

“Desertec” me semble concerner la plupart des pays du désert pour profiter d’un apport moyen copieux sur l’essentiel de la journée. Le soleil se lève plus tôt en égypte  et se couche plus tard à l’ouest de la Mauritanie qu’en europe de l’ouest, dans ce schéma on a de l’électricité en “direct” du matin au soir et donc la rente serait pour tous ces pays selon le volume des installations sur leur territoire. Ensuite, après la diminution des coûts (facteur d’échelle et R&D) les pays concernés pourraient majorer leurs revenus en vendant une électricité propre, plus au sud (je songe au Nigéria par ex dont la ressource pétrolière ne va pas durer contrairement à sa population et au peak oil qui serait aux alentours de 2020). Au sud du continent, l’Afrique du sud pourrait lancer un projet similaire (échelle réduite) quand les coûts seront raisonnables pour eux. Le concept peut avoir de nombreux ricochet et un effet “domino” sur la chine (désert de Gobi pas très loin des zones de consommation au nord-est), sur l’Inde (désert de Thar, lui aussi bien situé pour alimenter New delhi par ex) et a un pendant aux USA (le “solar grand plan”). Si nous l’avions fait il y a 30 ans (après les 2 crises pétrolières) la chine n’aurait pas 2000 TWh issus du charbon en 2009 (ils ne sont pas fous non plus). Bien sûr,  les allemands ne vont pas réduire leurs émissions sur les 20 ans à venir avec ce projet. Ils en ont d’autres pour ça. Discutables, mais c’est un autre sujet…

Dan1

Soit, allons-y si ce projet peut faire à terme le bonheur d’africains désargentés et de chinois en mal de TWh (notons d’ailleurs qu’en Chine le désert gagne du terrain, ce qui est une excellente nouvelle pour Desertec). Mais alors faisons d’abord un démonstrateur modeste mais complet et fonctionnel pour valider le concept. Pourquoi a-t-on besoin d’investir 400 milliards d’entrée de jeu ?

Olivier2009

“En Allemagne, il ya 20 millions de bâtiments sur lesquels l’énergie solaire peut être produite. Pourquoi ce détour par l’Afrique ?” Par Frantz Alt, auteur et journaliste allemand. Frantz Alt a reçu le Prix solaire allemand de 1994, le Prix solaire européen de 1997,  le Prix de la protection de l’environnement en ligne, le Prix des droits de l’homme en 2003, le Prix de l’environnement et de l’économie allemand en 2004.  ”  (…) Construire des centrales solaires dans le Sahara a du sens pour alimenter Le Caire, Alexandrie, Tunis ou Alger”,  mais en Europe, une combinaison de toutes les sources renouvelables locales est meilleur marché que d’importer de l’électricité thermosolaire d’Afrique du nord. Le vent souffle souvent en Europe; et en l’absence de soleil, la géothermie, le biogaz, et l’hydroélectricité peuvent compenser. Les gagnants d’une production décentralisée de l’énergie, ce ne sont pas les grands groupes d’électricité, mais les millions de maisons particulières ainsi que des centaines de milliers de paysans, d’artisans et de PME (…)” Suite :

Olivier2009

 ” En Allemagne, il ya 20 millions de bâtiments sur lesquels l’énergie solaire peut être produite. Pourquoi ce détour par l’Afrique ?” Par Frantz Alt, auteur et journaliste allemand. Frantz Alt a reçu le Prix solaire allemand de 1994, le Prix solaire européen de 1997,  le Prix de la protection de l’environnement en ligne, le Prix des droits de l’homme en 2003, le Prix de l’environnement et de l’économie allemand en 2004.  (…) Construire des centrales solaires dans le Sahara a du sens pour alimenter Le Caire, Alexandrie, Tunis ou Alger”,  mais en Europe, une combinaison de toutes les sources renouvelables locales est meilleur marché que d’importer de l’électricité thermosolaire d’Afrique du nord. Le vent souffle souvent en Europe; et en l’absence de soleil, la géothermie, le biogaz, et l’hydroélectricité peuvent compenser. Les gagnants d’une production décentralisée de l’énergie, ce ne sont pas les grands groupes d’électricité, mais les millions de maisons particulières ainsi que des centaines de milliers de paysans, d’artisans et de PME (…)” Suite :

alain843

assez justement Mr Frantz Alt,le soleil ne nous a encore jamais envoyé de facture pour la fourniture de cette énergie primaire…;o))

marcob12

Si j’en crois ce document, l’europe doit dépenser annuellement pas loin de 400 milliards d’euros en importations énergétiques, soit 60 pour 15% de ses besoins. A prix constants (tout le monde attend le “peak oil” pour cette période) dans le cas de la poursuite des imports on a dépensé  60×30= 1800 milliards d’euros en 30 ans pour couvrir 15% de nos besoins contre 400 plus frais annexes  dans le cadre de “Desertec”. En réalité le différentiel sera plus important car le réseau doit tenir plus longtemps et surtout le prix des hydrocarbures doit logiquement exploser sur la période. Pire : dans le 1er cas on a essentiellement jeté l’argent par les fenêtres et dans le second développé des technologies d’avenir, créé un partenariat, etc… On procéderait par étapes et donc une dépense de 40 milliards/an sur 10 ans est une broutille par ex. Cette opportunité remarquable est la raison pour laquelle j’incluerai des installations PV dans leur schéma surtout qu’avec son étendue on a une fourniture électrique directe du lever au coucher du soleil en europe. Il resterait 85% de nos besoins à satisfaire avec nos ressources locales et c’est la partie la plus redoutable, coûteuse et complexe (les allemands en savent quelque chose). Non seulement il faut des investissements massifs dans de nombreux domaines, mais il faut un réseau pour gérer les intermittences et un stockage massif de l’électricité. Il y a loin de l’espoir à la réalisation. Aucune des études que j’ai pu lire n’envisagent que l’europe produise localement 85% de sa consommation d’énergie. Elle en importe 50% (en grillant ses dernières cartouches en pétrole et gaz locaux et via le charbon) et la pente glisse vers les 70% d’ici 20/30 ans. Je ne doute pas que Mr Franz Alt soit un excellent journaliste.

Etienne solar

Au dela des questions techniques … Ce projet me semble interressant, car il va dans le sens d’un futur vivant et d’une plus grande stabiité politique entre Afrique et Europe. Il est également suffisamment ambitieux pour pouvoir fédérer les différents pays européens et lever rapidement les fonds pour une réalisation qui pourrait maintenir l’europe dans sa position de leader des ENR – Partenariat avec des pays Africain – Technologie douce (pas de détournenment militaire possible) (la majeur partie de la  R&D est mise au service des sytèmes de production et non des systèmes de sécurité …)- Niveau industriel de la production d’énergie – Possibilté de reproduction sur de nombreux sites désertiques – Sur la base de ce concept, on pourrait se donner les moyens d’expérimenter à une échelle industrielle différents process de production d’énergie adaptés au milieux désertiques ( différents types de central thermique à concentration – tours aerogénératrices – kites d’altitude – photovoltaïque diurne et nocturne …) Le monde à un besoin Urgent d’un tel projet ! Si nous avons de l’ambition et osons sortir notre tête de l’uranium qui appauvrit … allons serrer la main aux Allemands  …

Lord_predator

l’Hydraulique est un cas particulier qui ne pourra plus évolué que dans les pays en dévelloppement, TOUS les sites économiquement exploitables l’ont été dans les pays riches, vous ne produirait donc pas plus d’électricité verte hydraulique aujourd’hui que demain … Je suis d’accord avec Matv, les Centrales solaires thermiques sont les seuls technologie renouvelable que l’ont peut stockés facilement a un cout compétitif, notamment avec les sels fondus (d’autre caloporteur sont envisagés et encore plus prometteur!!) de plus certains font l’amalgame entre énergie solaire, et production locale, que les choses soit clair, il s’agit ici de production de masse d’énergie solaire, qui peut répondre aux besoins de millions de personne a un cout compétitif, pas du citoyen lambda qui va raccorder 3 panneaux solaire ou une éolienne de 10 Kw aux réseaux EDF … Enfin, en ce qui concerne la stabilités politique, si c’est exact pour de nombreux pays d’Afrique, sa n’est pas le cas ni de l’Afrique du Nord, ni de l’Afrique du Sud … Cordialement,

Olivier2009

“Aucune des études que j’ai pu lire n’envisagent que l’europe produise localement 85% de sa consommation d’énergie.” Elle sont pourtant nombreuses. Et pas 85% mais 100%. Une réflexion intéressante, par un polytechnicien expert des énergies renouvelables : Cinq fois plus d’énergie et moins d’effet de serre (avec ou sans nucléaire)  

Olivier2009

1 – Un parc éolien occupant le tiers de la surface de la mer Baltique (à raison d’une éolienne Repower 5MW par km2) est suffisant pour répondre à l’intégralité de la demande électrique de l’Union européenne à 27. 2 – Le stockage par pompage/turbinage continental ou maritime élimine complètement le problème de l’intermittence de la ressource éolienne. Ce stockage conduit à augmenter le kWh de 2 centimes. Durée du vie de l’île-énergie : supérieur au siècle. 3 – Un parc éolien ayant une surface égale à 3% de celle de la mer Baltique est suffisant pour répondre à la totalité de la demande électrique du parc automobile européen intégralement convertit à l’électrique. 4 – Une éolienne Repower 5 MW produit chaque année plus de 15 millions de kWh ce qui permet d’alimenter 10000 Renault Mégane électriques parcourant chacune 10000 km par an (Une Renault Mégane 100% électrique consomme 0,15kWh par kilomètre). 5 – Hormis l’hydroélectricité, l’éolien est l’énergie renouvelable la plus économique (6 à 7 centimes le kWh, contre par exemple plus de 20 centimes pour le solaire thermodynamique). Initiatives intéressantes : – L’indépendance énergétique de l’Irlande grâce aux énergies renouvelables et au stockage par pompage/turbinage – Kombikraftwerk : vers du 100% renouvelable en Allemagne ! – Congrès – “Des régions européennes 100% basées sur les énergies renouvelables’ – The electric grid may be able to handle more wind and solar power — way more — than previously thought, according to a new preliminary study – – L’interconnexion HVDC des parcs éoliens pour une génération électrique continue / GreenPeace – Clean Energy 2030 (Google) – -Quelles énergies renouvelables en Europe en 2050? Quelle énergie nucléaire en France? – Quelles énergies en France en 2050 ?

marcob12

Merci pour les nombreux liens. Tout d’abord ma phrase était trop courte, car je songeais à des études européennes portant sur une période de 20/30 ans. Le cas de la Californie ou des USA est par ex bien différent et le cas de l’europe dans 50 ans aussi. Je suis assez sceptique sur le coût annoncé pour le stockage via des “îles-énergie”. La recherche est plutôt sur le stockage thermique, air comprimé en sous-sol et via un parc d’automobiles électriques, amélioration du réseau (via des lignes HVDC par ex) et réseau intelligent (via cet article par ex). Clairement la combinaison de l’ensemble de ces développements sera très coûteux. Vous citez un coût du kwh thermosolaire de 20 centimes quand d’autres avancent des chiffres bien plus bas (4 cents/kwh ici, mais pas à l’échelle actuelle). Par ailleurs dans le concept “Desertec” l’essentiel de l’électricité est consommée au fur et à mesure par le consommateur (la fourniture est intrinsèquement prévisible, bien moins vrai pour l’éolien à moins de le lisser massivement via une interconnexion HVDC poussée et du stockage). Il y a matière à des centaines d’heures de débat en perspectives (pour les spécialistes). Enfin vous nous proposez beaucoup de lecture et je reviendrais dessus (dès que mes tomates seront bien accrochées…).

Guydegif(91)

Soleil intense dans régions où des milliers de kms inhabités mérite réflexion ! Avec applications et mise à disposition pour l’Europe, pays limitrophes et pays africains ayant besoin d’électricité…pas incompatible ! Joli challenge et projet pour les pays de l’Union Méditerranée…  Solution ”troc” matières premières (minerais, pétrole, bois ou autres…) pour les pays n’ayant pas de monnaie sonnante et trébuchante…  Faut évidemment mettre en place les partenariats adéquats en impliquant les parties concernées ainsi que les garanties long terme. En utilisant les techniques ad hoc HVDC pour distribuer sur les distances requises ! Des exemples HVDC et le savoir-faire inhérent existent. Ya+Ka constituer le tour de table partenariat-politico-économique… Bon courage et Bonne Continuation aux courageux ”entrepreneurs” pour ces projet et challenge ambitieux ! A+ Salutations Guydegif(91)  

alain843

 ou la naîveté de certains intervenants ! Le saviez-vous ? 1 – Un parc éolien occupant le tiers de la surface de la mer Baltique (à raison d’une éolienne Repower 5MW par km2) est suffisant pour répondre à l’intégralité de la demande électrique de l’Union européenne à 27. 2 – Le stockage par pompage/turbinage continental ou maritime élimine complètement le problème de l’intermittence de la ressource éolienne.  3 – Un parc éolien ayant une surface égale à 3% de celle de la mer Baltique est suffisant pour répondre à la totalité de la demande électrique du parc automobile européen intégralement convertit à l’électrique. 4 – Une éolienne Repower 5 MW produit chaque année plus de 15 millions de kWh ce qui permet d’alimenter 10000 Renault Mégane électriques parcourant chacune 10000 km par an (Une Renault Mégane 100% électrique consomme 0,15kWh par kilomètre). 5 – Hormis l’hydroélectricité, l’éolien est l’énergie renouvelable la plus économique (6 à 7 centimes le kWh, contre plus de 18 centimes pour le solaire thermodynamique et plus de 30 centimes pour le photovoltaïque. Le kWh nucléaire EPR est à 5,5 centimes).

Guydegif(91)

Soleil intense dans régions où des milliers de kms inhabités mérite réflexion ! Avec applications et mise à disposition pour l’Europe, pays limitrophes et pays africains ayant besoin d’électricité…pas incompatible ! Joli challenge et projet pour les pays de l’Union Méditerranée…  Solution ”troc” matières premières (minerais, pétrole, bois ou autres…) pour les pays n’ayant pas de monnaie sonnante et trébuchante…  Faut évidemment mettre en place les partenariats adéquats en impliquant les parties concernées ainsi que les garanties long terme. En utilisant les techniques ad hoc HVDC pour distribuer sur les distances requises ! Des exemples HVDC et le savoir-faire inhérent existent. Ya+Ka constituer le tour de table partenariat-politico-économique… Bon courage et Bonne Continuation aux courageux ”entrepreneurs” pour ces projet et challenge ambitieux ! A+ Salutations Guydegif(91)  

Olivier2009

MarcoB12 : “Vous citez un coût du kwh thermosolaire de 20 centimes quand d’autres avancent des chiffres bien plus bas (4 cents/kwh ici, mais pas à l’échelle actuelle).” – Tarif de rachat du thermosolaire en Espagne : 27 centimes d’euros. – Coût du kWh thermosolaire (CSP) : plus de 20 centimes d’euros. Référence : IEA, World Bank : – Les projections les plus optimistes indiquent un coût du kWh thermosolaire inférieur à 10 centimes d’euros en 2020-2030. L’éolien est à 6-7 centimes dès aujourd’hui. Passer à un mix 100% renouvelable en France ou en Allemagne n’est absolument pas un problème d’ordre technique à partir du moment où l’on dispose de solutions de stockage. Nous disposons de ces solutions de stockage avec le pompage/turbinage continental ou maritime (voir les publications sus-mentionnées de François Lempérière, polytechnicien, à ce sujet). Le congrès “Des régions européennes 100% basées sur les énergies renouvelables” vient de le confirmer, si besoin en était. Comme souligné par les experts (comme par exemple par Franz Scheer, le père des lois allemandes sur les énergies renouvelables ; Et les responsables de DESERTEC eux-même en ont bien conscience…), importer de l’électricité thermosolaire d’Afrique du nord est la solution la plus couteuse. Miser sur les énergies renouvelables disponibles localement en Europe (énergie de la mer : marée, houle; éolien, géothermie etc.) est meilleur marché qu’importer de l’électricité thermosolaire d’Afrique du nord. Plus couteux que le nucléaire, certes, mais ensuite c’est une question de choix.  

Olivier2009

Coût du kWh thermosolaire (CSP) : plus de 20 centimes d’euros. Référence : IEA, World Bank – ;(explication en français) – Graphique page 6, en anglais :

Olivier2009

Cela tourne à la censure sans aucun fondement. Le modérateur de ce site a de nouveau supprimé un lien pertinent. Il serait bon qu’il s’explique. Merci. Re : Une réflexion intéressante, par un polytechnicien expert des énergies renouvelables : Cinq fois plus d’énergie et moins d’effet de serre (avec ou sans nucléaire)

enerZ

Vous pouvez naturellement mettre des liens vers votre blog à certaines conditions : – que vos commentaires ne deviennent pas un prétexte pour faire de la publicité “gratuite” de votre blog. – être enregistré en tant que membre…. Le modérateur

Olivier2009

Merci pour votre réponse EnerZ, Je mets des liens vers mon blog electron-economy.org quand sont offertes des traductions de documents en liens direct avec la discussion et rédigés en allemands, en espagnol ou en anglais. Tout le monde ne comprends pas ces langues. Ces liens sont effectivements gratuits et contrairement à d’autre sites (comme par exemple Enerzine 🙂 ), il n’y a aucune publicité sur ce blog. Seul le débat d’idée compte. Le reste n’a aucune importance. Je ne comprend en quoi le fait de ne pas être enregistré comme membre Enerzine ne donne pas le droit d’indiquer des pages pertinentes. Un responsable d’Enerzine m’a d’ailleurs demandé il y a quelques mois s’il était possible de publier les articles de mon blog sur Enerzine. Un peu de cohérence SVP 🙂 J’observe que vous avez supprimé spécifiquement les liens vers les articles où j’émets de sérieuses réserves à propos du plan de pompage de l’électricité solaire africaine vers l’Europe (DESERTEC) et où je cite des personnalités de premier plan dans le domaine des énergies renouvelables. Vous avez bien entendu le droit d’avoir une opinion personnelle à ce sujet mais par contre un travail de modération de qualité implique l’impartialité. Olivier

enerZ

Sous le pseudo Olivier2009 et en tant qu’invité, nous ne pouvons pas deviner qui est la personne qui s’y cache ! Vous comprendrez sans doute pourquoi l’inscription en tant que membre apporte beaucoup plus d’assurance et de crédibilité….  Quant aux liens supprimés, n’y voyez là aucun parti pris d’Enerzine, mais uniquement le fait de ma réponse précédente… Le modérateur

Olivier2009

“Vous pouvez naturellement mettre des liens vers votre blog à certaines conditions : – que les commentaires insérés ne deviennent pas un prétexte pour faire de la publicité “gratuite” de votre blog.” Donc vous saviez que c’était mon blog 🙂 “Sous le pseudo Olivier2009 et en tant qu’invité, nous ne pouvons pas deviner la personne qui s’y cache !” J’ai du mal à suivre. Mais rien de grave. La prochaîne fois, je m’inscrirai 🙂 Bon fin de dimanche à vous.

enerZ

vers mon blog electron-economy offrent des traductions en français). Je ne gagne pas un euro avec ce blog, il n’y a pas de publicité. Merci. ] C’est bien vous qui le signaler non… !!!! Mais comme vous le dites, rien de grave, et bonne soirée….

Olivier2009

C’est bien vous qui avez supprimé les liens avant que je poste ce message ? C’est d’ailleurs cette supression que je regrette dans ce message. Je suis désolé de voir avoir mis face à vos contradictions. Avec le sourire A bientôt. Olivier

enerZ

Les invités peuvent bien évidemment commenter l’actualité et insérer un ou x liens URL dans la mesure où des arguments “réels” sont avancés…  Par contre si l’invité multiplie le nombre de liens vers un seul et unique site / blog internet, nous sommes en droit de supprimer ces mêmes liens URL, car nous considérons de fait que cette répétition devient de la publicité déguisée. C’est pourquoi, nous préconisons aux invités de prendre la peine de devenir membre d’Enerzine et de se “dévoiler” un peu plus. Le modérateur

48
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime