Eolien : Areva Wind inaugure son nouveau vaisseau auto-élévateur

Également présent dans le domaine des énergies renouvelables, le groupe français du nucléaire Areva, a annoncé le 3 septembre dernier l’inauguration du nouveau vaisseau auto-élévateur ‘INNOVATION’ qui sera utilisé pour les prochaines installations en mer des éoliennes M5000.

Conçu spécialement pour les installations d’éoliennes en mer, ce navire va permettre d’une part à la filiale (Areva Wind) de proposer une offre toujours plus complète et au groupe de renforcer la compétitivité de son business model offshore, d’autre part.

Le vaisseau a été construit par HGO InfraSea solutions, une société commune de Hochtief Solutions et de GeoSea (une société du groupe belge DEME). Avec 147 mètres de long, il peut accueillir jusqu’à 180 personnes et atteindre 12 nœuds (22 kilomètres heures). D’une capacité de chargement de 8.000 tonnes, sa grue lui permet de lever jusqu’à 1.500 tonnes tandis qu’il peut opérer par des profondeurs allant jusqu’à 65 mètres.

« Grâce à ce puissant nouveau vaisseau, nous allons pouvoir offrir à nos clients des solutions logistiques optimisées, permettant une installation facilitée, dans des délais réduits. INNOVATION est un composant clé de notre offre, soulignant l’importance de partenariats forts dans le domaine de l’éolien offshore. Nous sommes particulièrement fiers d’être associés à des entreprises à l’expérience offshore reconnue, telles que Hochtief et DEME » a déclaré Louis-François Durret, directeur du Business Group Énergies Renouvelables d’Areva.

INNOVATION permettra le transport rapide et compétitif de 80 éoliennes Areva M5000 pour le prochain projet de Global Tech I.

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
41 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
fredo

on appreciera au passage la fabrication française du vaisseau en question

Ambiel

Alors quand les panneaux solaires sont fait en Chine c’est un scandale, mais quand Areva fait les cuves de ses EPR au Japon, ses éoliennes en Allemagne et l’énorme bateau de montage en belgique là plus personne pour s’en offusquer alors même que l’état est l’actionnaire principal. D’ailleurs EDF est aussi l’un des plus gros acheteurs de panneaux chinois avec GDF-Suez… Toujours deux poids deux mesures que l’on soit ENR ou nucléaire !

Bachoubouzouc

“Alors quand les panneaux solaires sont fait en Chine c’est un scandale, mais quand Areva fait les cuves de ses EPR au Japon, ses éoliennes en Allemagne et l’énorme bateau de montage en belgique là plus personne pour s’en offusquer” Bah oui. La différence c’est que dans un cas c’est des entreprises étrangères qui s’enrichissent avec nos subventions, dans l’autre c’est une entreprise française qui s’enrichit à l’étranger avec leur argent : – Eoliennes en Allemagne – EPR en chine, dont la cuve est construite en France, au Creusot (), contrairement à ce que vous dites.

Ambiel

Ha ha n’importe quoi. Les cuves de tous les EPR actuels sont fabriquées au Japon… Le Creusot vous savez ou en est la ligne de prod? Nulle part faute de commandes à venir, rien de sorti… Votrea rticle date d’il y a 3 ans, depuis que dalle ou plutôt ceci : Donc même pour les EPR suivants ils sont toujours prévus au Japon… Et sur la différence dont vous faites mention, AREVA achète du matos Japonnais, et EDF achète du matos chinois. Same thing Au fait, la décision du Japon de sortir du nucléaire? Fin de la filière Mox comme annoncé depuis longtemps par les gens REALISTES. C’est notre dernier contrat long terme qui vient de mourir. Et nos 23réacteurs qui tournent aujourd’hui au Mox sont les plus vieux, ils fermeront tous au plus tard du plus tard dans 15/20ans. Bye Bye l’usine de retraitement et votre concept de “déchets qui n’en sont pas car un jour plus tard dans une autre vie ils serviront”. Un seul EPR pour faire tourner la filière, ça va être dur… Même la Finlande n’en a pas voulu de notre Mox. Et le Québéc aussi dit bye bye, pas de renouvellement de la centrale qui va fermer à la fin de l’année…. Adios le projet d’appel d’offre.

Ambiel

Je vous comprends, vous défendez votre bifteck. Vous prenez pour argent contant la moindre déclaration d’intention de vos chefs et tout parasitage qui ose faire la moindre remise en question ou critique vous l’évacuez immédiatement. Bon soldat! Mais vous devriez voir ce que racontent aujourd’hui vos chefs : Ben zut, elles ont été fabriquées au japon ! Ils ont fait une déclaration d’intention non suivie d’effet ! comme quand votre boss annonçait fièrement il y a 10 mois que “sur, certains, nous allons avoir les autorisations pour l’EPR aux Etats Unis en 2012”. Ah zut, là aussi vous les avez cru, et en fait c’était du bluff. Peut-être cela va-t-il contribuer à vous ouvrir les yeux sur l’avenir de l’EPR? J’en doute fort.

Ambiel

En fait c’est pire que ça : 75% des composants de l’EPR sont fabriqués en chine ou au Japon, vive les transferts de technologie…. Ils vont rapidement nous sortir l’EPRChina, 30% moins cher, et construit en moins de 10ans, lui… ET le pire c’est qu’ils vont le faire avec l’aide d’EDF ! Adios Areva..

Bachoubouzouc

…en large partie. En effet, les cuves de l’EPR sont, d’après le document d’Areva, toutes forgées par JSW. Après, la fabrication (soudure des viroles, usinage, etc) se fait à différents endroits. Ainsi pour Flamanville, la cuve a été fabriquée à… Chalon (,). Pour l’EPR finlandais, c’était au Japon, chez un autre fournisseur (MHI), de même que pour la Chine. En revanche, mon erreur ne change pas grand chose à mon propos initial : Vous vous demandez pourquoi on reproche au PV et non au nucléaire de faire appel à du matériel étranger, la raison est très simple : – Le PV est importateur, et nous fait perdre de l’argent au profit des Chinois. – Le nucléaire est exportateur (vous constaterez que tous les GV, les GMPP, les mécanismes de grappes et autres, sont fabriqués en France) et nous fait gagner de l’argent au détriment des Chinois. Tout simplement. Bon. Malgré vos ronds de jambe vous aviez parfaitement compris où je voulais en venir. C’est pourquoi vous avez immédiatement ressenti le besoin de détourner la conversation sur le nucléaire japonais et le MOX. Sur ce sujet, je vous répondrais que j’attend de voir. D’une part ils ont prévu leur sortie dans 20 ans (!), d’autre part on ne sait pas encore s’ils seront prêt à couler leur propre industrie nucléaire (d’une autre taille que celle des allemands au moment de leur décision), et enfin on verra la réaction des japonais quand ils feront face aux mêmes problèmes physiques que tout le monde : Une fois passé les effets de manche politiciens, ils ne sont pas plus capable que les autres de régler avec des ENR les problèmes de pénurie énergétique, d’émission de CO2, d’intermittence et de coût de l’énergie. Comme les allemands, ils lanceront en grande pompe leur “transition énergétique”, comme les allemands, ils découvriront quelques temps après (et avec stupeur) les difficultés signalées par tous les professionnels (sérieux) de l’énergie, et comme les allemands, ils règleront la question soit en faisant marche arrière (ce que tentait initialement de faire A. MERKEL), soit en envoyant se faire f****e l’écologie, la vraie : Encore une fois, vos “le québec sort du nucléaire!” (en fermant son unique centrale) “le MOX c’est fini !” me font bien rire : – D’une part l’avenir vous donnera, comme tous vos prédécesseurs, probablement tort. Sur la fin du nucléaire après Fukushima, sur l’impopularité du nucléaire, etc. – D’autre part l’énergie est soumise à des contraintes que pas même les allemands n’arrivent à vaincre : On ne peut plus émettre de CO2 à gogo (même par biomasse), on ne peut plus installer d’équipements sans oppositions des riverins (éoliennes, centrales nucléaires, ligne HT, etc), on n’a plus d’argent pour payer cher notre électricité (aie aie les ENR et le fossile) comme pour investir (aie aie le nucléaire). Nous ne pouvons donc que aller vers un mix avec de tout. Il va donc falloir vous y faire. “Ils vont rapidement nous sortir l’EPRChina” On a dit la même chose de l’automobile, et pour la même raison (sécurité) on les attend toujours.

Ambiel

A peu près d’accord avec vous pour une fois sur l’extreme difficulté de la transition. Par contre pour moi il est clair que s’obstiner dans le nucléaire n’a plus aucun interêt, celui-ci étant condamné car ne pouvant se faire dans des conditions acceptable. Passer par la Chine, le problème de risque et de déchet et surtout, surtout, surtout, le cout du nucléaire d’AUJOURD’HUI fait que cette filière est condamnée. Aujourd’hui c’est une lutte fossile contre ENR qui commence à se lancer, avec le gros risque, je suis complètement d’accord avec vous, que ce soit finalement fossile pour la moitié ou les 3/4 et ENR pour le reste. Mais la France part très mal en s’acharnant sur la filière nucléaire qui n’a plus d’avenir. Or nous avons des moyens énormes dans l’industrie de l’énergie, dommage, très dommage qu’on ne les mette pas tous dans les ENR. Sur le PV je ne suis pas vraiment d’accord avec vous, un panneau solaire c’est 25 à 30% du cout d’une centrale solaire, et sur ces panneaux seule une partie de la valeur reste vraiment en Chine, beaucoup de composants, de brevets, de matière première viennent d’europe et des USA… L’important dans le cout du PV c’est surtout le reste, à commencer par le financement (national ou européen), l’ingénierie, les onduleurs (européens pour la plupart), les cablages qui représentent jusqu’à 10% du total et sont faits chez nous, le génie civil, les clotures, le développement, le cout des etudes d’impact, des permis de construire, autant d’éléments qui sont fait chez nous aussi. Et ensuite, des KWh qui sont délivrés chez nous sans plus retour de flux vers la chine! Ce n’est pas aussi simple que vous le voudriez. Et quand on voit que les 3/4 de vos EPR sont faits avec du matos chinois… Pas sur qu’au final on y gagne quoi que ce soit car tout le transfert de technologie est fait. C’est du one shot, comme les allemands qui vendent des lignes de prod de panneaux solaire de très haute qualité aux chinois. Ce n’est pas durable! Sauf que dans le cas des panneaux solaires ça nous profite à nous, car grace aux chinois le MWh solaire coute de moins en moins cher. Vos T shirt, vos ordi, vous voulez qu’on les fabrique à nouveau en France? Alors il va falloir payer bcp plus et changer de modèle pour qulque chose de plus durable. Je suis d’accord avec ça, mais pourquoi ne le condamner que pour les ENR? parce que vous êtes anti-ENR? Pour le nucléaire, s’il est fait en Chine et qu’il nous permet d’avoir un MWh nucléaire moins cher, ça continuera par contre à poser un problème lié à l’opinion et à sa perception du risque… Mais pourquoi pas? Sauf que dans ce cas aussi ce n’est pas durable pour notre économie.

chelya

En Finlande le chantier coute à Areva 7 milliards d’euros pour un prix de vente de 3 milliards d’euros, et en Chine il a fallu faire à la fois un transfert de technologie et une vente à perte de mines d’uranium… Rien que le transfert technologique nous coute plus cher que le réacteur…

Lionel_fr

Après cet intéressant échange sur l’ultra protectionnisme poussé … Un mot sur l’hydrogène peut-être… On peut difficilement le balayer d’un revers de manche alors que les autos seront bien là en 2015. Juste un mot sur les synergies : Quand les stations services auront leur cuve H2, cette même cuve servira en CHP pour un hameau équipé d’EnR. Quand les réservoirs 350bar seront autorisés par les mines, tous les Véhicules Particuliers et poids lourds pourront s’équiper et rouler H2 sur moteur classique ou encore diminuer drastiquement leur consommation par un simple HHO dans l’admission Ces deux points sont incontestables aujourd’hui , et quoi après ? on s’arrètera là ? On continuera avec de l’huile de pierre à 60 mds$ par an et surdimensionner les lignes THT et sous employer les centrales nukes pour passer les suproductions EnR ? Sans H2 et en partant d’un principe protectionniste , les prévisions sont myopes à un an, borgnes à 2 et aveugles à 3 Que nenni

Bachoubouzouc

Vous pensez que le nucléaire va mourir principalement à cause de son coût. Si vous pensez au cause du coût d’investissement initial, pour lequel plus personne n’aurait les moyens d’investir autant à si long terme, alors oui, c’est une opinion entendable. Si vous pensez au coût du MWh, alors non, ce n’est pas entendable. Pour le nucléaire historique, l’affaire est pliée (rapport de la CdC, et rapports parlementaires). Pour le coût du MWh EPR, c’est pareil. Tous les interlocuteurs sérieux (CdC, EDF, Areva, etc) arrivent à un coût de l’ordre de 70€/MWh. Un peu plus pour la tête de série, un peu moins pour les suivants. Ce chiffre est alors parfaitement compétitif par rapport aux autres énergies (ENRi+coût de l’intermittence, fossiles+coût du CO2). “L’important dans le cout du PV c’est surtout le reste, à commencer par le financement (national ou européen), l’ingénierie, les onduleurs (européens pour la plupart), les cablages qui représentent jusqu’à 10% du total et sont faits chez nous, le génie civil, les clotures, le développement, le cout des etudes d’impact, des permis de construire, autant d’éléments qui sont fait chez nous aussi.” Je vais vous le faire autrement : Que diriez vous si en France nous ne construisions que des réacteurs de technologie chinoise ? La majorité de la valeur serait toujours française (main d’oeuvre, financement, matière première, etc), mais ce serait une compagnie étrangère qui nous exporterait sa technologie. La France y perdrait de l’argent. “Et quand on voit que les 3/4 de vos EPR sont faits avec du matos chinois…” Cela fait deux commentaires que vous nous dites cela. Il va maintenant être temps de nous fournir une source, pour appuyer ce chiffre franchement invraisemblable…

Lionel_fr

Quelques principes fondateurs : le PV est le fruit d’une volonté allemande de diminuer sa consommation de charbon. Proposer à l’allemagne de le remplacer par du nuke est quasiment une insulte. Le PV remplit sa mission en s’insinuant dans toutes les niches à forte valeur puis descent en valeur au prorata de sa baisse de prix. La main d’oeuvre locale relève d’un autre calcul. L’emploi a beaucoup plus de valeur pour l’état que la richesse qu’il produit. Cotisations, effacement de pensions, taxes locales, infrastructures, système de prélèvements à la française … L’emploi vaut 1.3 à 2 fois la richesse produite en 2012 (c’était moins en 2001) Les panneaux chinois payent 20% de TVA et bientot 5% de taxe douanière (j’espère pas plus) et créent de l’activité dans des secteurs sinistrés (BTP…) Votre approche sur les panneaux chinois est basée sur un nationalisme crasse, anti économique et xénophobe. H2+PV ont vocation à ridiculiser les autres technos , on le sait depuis 20ans mais c’est arrivé 10 plus tôt qu’on pensait , c’est tout

Ambiel

La source pour les EPR chinois est dans mon post au dessus, on y voit que la quasi-totalité de l’unité 2 est chinoise/japonnaise et une bonne partie de l’unité1. Le génie civil est chinois et l’électrique aussi. Nous on y a fait quoi? 3 boulons et fournir les plans et la techno, former un bataillon d’ouvrier et d’ingé chinois. Cool. Un point sur lequel on ne va pas du tout s’entendre, qui concerne le prix du MWh EPR. 70€, c’est selon vous un chiffre sur lequel tout le monde s’accord? Proglio dit pour que les EPR qui viennent seront “comme l’éolien et le gaz : entre 70 et 100€”. Hum Le rapport de la cour des comptes : entre 70 et 90€. Hum EDF Energy au UK : 209€ sur 25 ans puis prix du marché. Hum Oursel : autour de 80€. Hum Et si on extrapole avec les dernière hausses de couts qui font passer l’EPR à 7milliards voire 8 milliards, on va dépasser largement les 100€ Si vous aviez accès au discours non langue de bois de chez EDF, vous entendriez qu’on sera “au moins à 90€” et par contre chez Areva on garde l’espoir de rester à 80€… Donc vos 70€… Sachant que l’éolien est à 82€ pendant 10ans puis descend jusqu’à 28€ pendant 5ans et ensuite est à son cout d’exploitation de 20€ pour les 5/10 ans qu’il lui reste, le PV est à 150€ aujourd’hui, à moins de 100€ d’ici 2015 dans le sud de la france, le tout pendant 20ans puis à son cout d’exploit qui est de 10 à 20€ pendant les 10 20 ans qu’il lui reste… Bien sur cela ne prend pas en compte l’intermittence ni le stockage et le réseau, mais le réseau développé pour le nucléaire (dont peuvent aussi aujourd’hui profiter les ENR) est financé en plus du prix du MWh nucléaire amorti. Pourquoi différencier les choses pour les ENR? parce que cela va couter plus cher me répondrez vous, et vous avez raison sur ce “plus cher”. Mais ce n’est pas une raison pour condamner ces technologies qui ont elles aussi le droit d’avoir un réseau financé par le mécanisme actuel et n’ont pas à subir une double peine. La ligneTHT de l’EPR : financée par RTE. Le raccordement des ENR? payé par les opérateurs et intégré dans le MWh existant. Pas normal, ça devrait être sorti, les tarif d’achat baissés d’autant et mis sur la partie transport comme pour le nucléaire. Non?

Dan1

A ceux qui souhaite jongler avec les prix supposés du futur kWh nucléaire, je suggère la lecture d’un article sur le sujet : On le savait déjà (notamment depuis le fameux rapport Charpin-Dessus-Pellat de juillet 2000 que j’ai très souvent cité), le taux d’actualisation retenu est l’un des facteurs les plus dimensionnant dans le coût du kWh pour les filières qui nécessitent des investissements initiaux très important. Il faut donc analyser avec beaucoup de prudence les coût de kWh du nucléaire et de l’hydraulique.

Bachoubouzouc

“La source pour les EPR chinois est dans mon post au dessus, on y voit que la quasi-totalité de l’unité 2 est chinoise/japonnaise et une bonne partie de l’unité1.” Ah ouai donc en fait vous n’en saviez rien et vous avez balancé ca au hasard (qu’elle surprise!). Votre lien donne les 7 plus gros composants (sur des millions) des réacteurs chinois, et on constate au final qu’au moins 3 sur 7 de ces composants sont français ! On passe des “3/4 des composants de vos EPR sont chinois” à “la moitié max sont sino-japonais, et ce juste pour ces réacteurs en Chine ! Pour les réacteurs français, anglais et finlandais on en parle même pas… Pour le coût du MWh, vous nous citez le chiffre de 209€/MWh, vu 100000 fois sur enerzine, sorti d’un seul article du Times non sourcé et non vérifié depuis. Depuis le rapport de la Cours des comptes, les antinuc sont vraiment obligés de s’accrocher à tout ce qu’ils peuvent ! En face, le coût de l’éolien est toujours inconnu (on n’a que les tarifs d’achat comme point de référence), et comme d’habitude vous comparez ce coût sans tenir compte du prix de l’intermittence (un ordre de grandeur déjà indiqué sur Enerzine : en Allemagne ils en sont à 12 milliards d’euros par AN, rien que pour les réseaux). De l’anti nucléaire bien classique ! “La ligneTHT de l’EPR : financée par RTE. Le raccordement des ENR? payé par les opérateurs et intégré dans le MWh existant. Pas normal, ça devrait être sorti, les tarif d’achat baissés d’autant et mis sur la partie transport comme pour le nucléaire. Non?” Déjà expliqué 3 fois sur Enerzine depuis que j’y suis : – Le raccordement des ENR payé par le producteurs est celui au réseau de distribution. Ils payent comme vous payerez une part du raccordement de la maison que vous venez de faire construire et c’est bien normal. – La ligne Cotentin-Maine est construite pour raccorder l’EPR, mais pas seulement. Le plan décennal de RTE (que j’avais cité la dernière fois) indique qu’elle a été construite pour l’EPR, pour l’évacuation de la puissance du futur champ eolien offshore de basse Normandie, ainsi que pour la future interconnection corentin-Angleterre (rendue nécessaire principalement par l’arrivée en masse des ENRi en France et en Angleterre). Bref, toujours la même propagande antinucléaire éculée.

Dan1

Pour ceux qui n’aurait pas encore lu l’article que je cite, voilà le graphique d’une simulation de l’évolution du coût du kWh en fonction du taux d’actualisation pour un réacteur EPR : Le commentaire figurant sous ce graphique est : “Coût de production – en euros – d’un MWh électrique avec une centrale nucléaire type EPR, selon le taux d’actualisation retenu. Les autres hypothèses sont un taux de charge de 80%, 4000 euros par kW installé, 60 ans de durée de vie, 5 euros par MWh de combustible, et des charges d’exploitation annuelles hors combustible de 100 euros par kW installé. Avec une actualisation de 2%, le MWh coûte 37 euros, hors éventuelle provision pour risque d’accident (qui se monterait à un ou deux euros par MWh). A 4% nous sommes encore sous les 50 euros par MWh, ce qui est un cout très avantageux pour de l’électricité de base sans CO2. Par contre avec une actualisation à 12% on monte à 120 euros par MWh. Un nucléaire cher est aussi avant tout un nucléaire coté en bourse ! On note également, tant pour l’hydraulique que pour le nucléaire, la part très faible des couts d’exploitation (ce qui pour le nucléaire comprend la facture de la Hague), de l’ordre de 20 euros le MWh. Cela signifie que prolonger autant que possible les installations existantes permet de disposer, sur la durée de cette prolongation, de MWh produits à des coûts très bas, bien inférieurs au seuls coût de combustible pour les modes fossiles. De ce fait, remplacer une centrale nucléaire actuelle, une fois amortie (donc > 40 ans), par une centrale neuve, au lieu de prolonger la “vieille” centrale de 20 ans, fait “perdre” environ 5 milliards d’euros par équivalent EPR (1,5 GW de puissance * 90% de facteur de charge * 8760 heures dans l’année * 20 euros d’investissement par MWh * 20 ans).”

Lionel_fr

Vous avez accepté les comptes de ces roublards de pronukes et voilà ce que vous obtenez : graphiques colorés qui débordent de la page, à supposer que la taille compte… Quand vous aurez compris que l’industrie nucléaire française dépense sans compter pour embrouiller tout le monde avec des carabistouilles aberrantes, cyniques, décorrélées et truquées, vous éviterez sans doute de jouer à la marchande avec eux… Messieurs les pronukes, Pourquoi chiffrer une industrie qui ne va pas les faire ? Pour revenir avec un nouvel EPR à Penly ? non merci ! Inutile de sortir les diaporamas, les courbes 3D. Essayez plutôt de vendre de l’electro ménager ou de la vaisselle, au moins vous serez utiles à quelque chose D’après les Echos, 16% des français et 10% des françaises sont d’accord pour le nucléaire.. Et ça va faire un an et demi que vous nous enrhumez avec vos combines. Faites vous une raison ! Ca vous aidera à trouver un vrai job

Lionel_fr

Pour revenir à la décision japonaise d’abandonner le nuke, il faut tenir compte du poids que peut avoir une décision gouvernementale dans la société japonaise. Tout le monde sait que la population s’oppose à la réouverture des centrales mais c’est très informel, la rue ne fait pas la loi au Japon. Les détenteurs du pouvoir le font. Je ne crois pas qu’un français comprenne bien cette subtilité. L’indiscipline est fréquente ici mais le Japon , la Suède, l’Allemagne et bien d’autres sont au contraire des pays où la discipline est forte , voire pénible Quand le gouvernement annonce la fin, chaque japonais comprend qu’il va falloir remplacer la production et que c’est largement l’affaire des citoyens, de l’industrie, collectivités locales… Pour ne citer qu’elle , la Suède n’a pas de cadre contraignant pour imposer le chauffage à la biomasse, le gouvernement l’a juste suggéré et donné l’exemple et ça a suffi. La Suisse ne verrouille pas toujours les caisses de distributeurs automatiques : on peu prendre un journal sans mettre de pièce mais tout le monde met une pièce ! Faudrait pas prendre tous les terriens pour des français !

Ambiel

On lit souvent ici ou là parmi les anti-ENR que l’éolien ne peut dépasser 7/8% sur un réseau sans provoquer d’instabilité… En ce moment il y a une bonne souflante sur l’Europe et en France nous sommes à 9%, l’Espagne est montée cette nuit à 64% d’éolien dans son mix et était à 50% lors de son pic journalier d’hier, l’Allemagne est à 17/18%, l’Italie à près de 15%, le Portugal à 20%, etc… Comme quoi on progresse.

Dan1

Le problème (ou la solution) ne vient pas des records ponctuels et limités à un pays mais d’un taux moyen généralisable à la grille européenne. Et là, on peut peut être envisager de dépasser 10% sans gros investissements, mais 20% c’est énorme. Car dans l’UE27 qui produit et consomme en gros 3 300 TWh, 20% c’est 660 TWh qui nécessiteraient en gros 330 GW installés qui produiraient de façon aléatoire avec une puissance oscillant entre 3 GW et 300 GW.

Ambiel

On progresse vraiment car dans le discours des anti-ENR, vous passez d’un problème à l’échelle du pays qui devient finalement un problème à l’échelle de l’UE ! Et au passage on progresse de quelques % dans le discours… Au fait, l’Espagne a 25% de sa puissance installée qui est de l’éolien. Et si on regarde de plus près, sa puissance appelée oscille entre 20GW et 50GW max, avec 21GW d’éolien sur le réseau aucun début d’espèce de problème pour eux, alors même que leurs interco sont bien plus limitées qu les notres et qu’ils ne peuvent (veulent pas?) pas (pour raisons économiques) faire moduler leurs 8GW de nucléaire.

Dan1

Vous prenez mal le problème car je ne suis pas antiEnR, mais pro mix énergétique varié. je vous rappelle d’ailleurs qu’il n’y a pas que l’électricité dans la vie (même si c’est le terrain de jeux de l’éolien et du PV). Aucun pays n’a réussi à avoir une part très significative de d’éolien + PV dans son mix. Cela veut dire ue nous serons encore très longtemps FOSSILE + XX. L’Espagne est comme les autres : 16,6% d’éolien et 21,1% de nucléaire + 15,5% de charbon + 18,9% de cycle combiné gaz.

Ambiel

Sauf que vos interventions visent toujours à attaquer les ENR dès lors qu’elle peuvent apparaître comme un début d’alternative à votre cher nucléaire. Et pour revenir à l’Espagne, avec 25% en puissance installée dans le mix, si ce n’est pas un pays qui y a recours massivement, qu’est-ce que c’est? 2011 est l’une des années les moins ventées en europe depuis 10 ans, 2012 semble être par contre une année un peu au-dessus de la moyenne (au moins sur le 1er semestre) et les Espagnols ont installé 2GW d’éolien en plus. Ils devraient être entre 18 et 19% de prod éolienne sur 2012, faisant ainsi encore baisser la part du charbon et du gaz et cela devrait compenser sans problème la fermeture du réacteur assez pourri de 466MW qui ferme en 2013 (dont l’exploitant ne veut même pas utiliser les 10années de prologation gracieusement offerts par la très indépendante autorité de sureté espagnole). Et sur le solaire l’espagne a presque 5000MW installés dont 1400MW de thermodynamique qui vont produire environ 4% du mix cette année. ça nous fait un total qui se rapproche des 23% en ENR variables (soit notre objectif toutes ENR confondues en…2020!!)… au détriment des énergies fossiles ! Si on ajoute leurs 12% d’hydro et leurs 1,5% de biomasse on dépasse les 36% d’ENR dans le mix. Sur ce plan des ENR, nous en sommes bien loin.

Dan1

Mouais, depuis 2008, j’ai plutôt l’impression d’avoir attaquer le charbon (tout seul d’ailleurs car tout le monde s’en fout) qui représente plus 40% de l’électricité mondiale et qui est en forte progression et accessoirement encore subventionné en Europe. S’agissant des EnR, je me borne souvent à faire revenir à la réalité les commentateurs dont les envolées lyriques tentent de nous faire croire que la révolution énergétique a déjà eu lieu. Je n’ai rien contre les nouvelles EnR (car vous aurez remarqué que les anciennes, tel l’hydraulique ou la biomasse, fonctionnent déjà en masse), mais je replace factuellement leurs exploits là où ils doivent être. Enfin, je ne cesse de rappeler que les mix énergétiques des pays les plus pro EnR sont encore hypermajoritairement FOSSILE (à 90%). Car le débat se focalise essentiellement sur l’électricité pour des raisons idéologiques en oubliant le reste. Quand on parle du mix espagnol, il faut parler du mix énergétique et pas simplement du mix électrique. C’est pourquoi la priorité absolue pour la France me semble être la réduction de l’addiction aux fossiles (pétrole et gaz importé = 2/3 du mix énergétique) plutôt qu’une bataille dogmatique contre le nucléaire électrogène.

Lionel_fr

Est ce que le nucléaire peut répondre au problème que vous posez Dan et pourquoi le ferait-il maintenant alors qu’il trone dans le mix français depuis 35 ans ?? Mais surtout : avez vous une piste qui décrive même sommairement comment on va réduire l’exposition aux fossiles dans un avenir prévisible ? quelle technologie ?

Dan1

Le nucléaire français a répondu en son temps à l’alternative charbon ou pétrole pour produire l’électricité. Résultat : déjà 11 000 milliards de kWh produits à la place du fossile. Mais à l’avenir, le vecteur électrique peut aussi s’attaquer aux transferts d’usages pour grignoter le pétrole dans les transports (via les véhicules électriques dont hybrides rachargeables) et le gaz dans les applications thermiques. Bien sûr, l’électricité ne sera pas 100% nucléaire, mais un bon mix électrique intégrant progressivement les EnR pourra faire l’affaire. Sauf que que globalement, l’électricité consommée ne sera pas forcément en baisse si elle se substitue massivement aux FOSSILES. Dans ce cadre, il ne sera pas forcément pertinent de réduire drastiquement le potentiel nucléaire.

Lionel_fr

Si je peux me permettre , le nucléaire a devant lui de nombreux développements dans la santé et le spatial où il n’est pas remplaçable. En revanche la filière electronucléaire civile fait la quasi-unanimité contre elle (87% en france) , nous ne parlons donc pas de la technologie nucléaire mais de sa version déployée à des centaines d’exemplaires qu’on maintient à proximité des lieux de vie avec un niveau de réaction maximum. Cette filière fait désormais l’objet d’une concurrence sérieuse attisée par une détermination des populations. Ensuite , cette filière a renoncé à produire de l’hydrogène alors que l’économie de l’hydrogène est maintenant planifiée depuis plus de 10 ans et pour finir, a investi toutes ses billes dans une offre commerciale bien aventureuse (inflation des puissance) perdant les secrets de fabrication de son parc actuel qu’elle n’est pas capable de remplacer. Ok je suis antinuke et vous etes pronuke et aucun de nous ne comprend la position de l’autre mais nous avons déjà évoqué le potentiel de croissance du PV lors du projet grec d’accueillir les mega projets allemands sur son territoire. Aujourd’hui , les pris du PV atteignent des planchers qu’aucun d’entre nous n’aurait imaginé avant 2020. C’est un fait. Or si les EnR sont essentiellement électrogènes à l’heure actuelle , il est évident que la convergence des technologies électriques alimentant le mix prend la direction que le nucléaire seul n’avait pas su prendre : la production à grande échelle de combustibles chimiques pour procurer une énergie déportée aux systèmes embarqués dont nous dépendons tant (transport, fret) Les EnR sont fortement inspirées par la nouvelle économie alors que le nucléaire était fortement inspiré par la seconde guerre et la guerre froide où il avait joué un rôle décisif. C’est au moins une confrontation de générations et tout un environnement technologique qui change – les centrales thermiques fondent leur fonctionnement sur carnot : tuyeaux, arbres, réducteurs, grosse mécanique, plus c’est gros plus ça plait A l’inverse les nouvelles EnR arrivent dans un contexte de miniaturisation, dimensionnement optimal et production en volume .. on est sur deux écoles diamétralement opposées Les grandes constructions à hydrogène tardent à se concrétiser alors qu’on les maitrise depuis 30 ans alors que les productions décentralisées rencontrent un succès sans précédent confinant la production d’énergie à un marché B2C comme les PC ou l’automobile qui restent les deux modèles phares de cette nouvelle approche. Une vraie majorité durable et déterminée est à la fois attirée par l’appropriation de sa production electrique et par le souhait de se débarrasser de la filière electronucléaire . C’est le point que les pronukes oublient sans arret, la population est hostile , ils ont pensé qu’il fallait faire des campagnes de sensibilisation , comme si la défense du nuke était une cause humanitaire ou exemptes de dangers dont on l’accuse or le nuke est un pure business pas du tout philantropique et dangereuse par nature. Des efforts ont été faits mais les fondemmentaux sont toujours les mêmes et ne changeront jamais. Reste aux EnR a accéder à un volume de croissance propre à dépasser la croissance de la demande pour remplacer les usages existants fossile+fissiles auxquels viennent s’ajouter ceux des transports. Ce volume n’est pas encore atteint aujourdhui mais c’est une question de mois et aucune force au monde, persuasive ou brutale, ne pourra empècher Eolien+PV d’atteindre les 0.2 TW de puissance ajoutée annuellement qui les mèrera à supplanter les filières consomatrices de carburants miniers

Dan1

ça commence par un rêve d’antinucléaire : “la filière electronucléaire civile fait la quasi-unanimité contre elle (87% en france)” Ben non, c’est pas si simple : Conclusion : les français sont tout de même assez conscient des avantages de la filière nucléaire actuelle pour ce qu’elle nous a apporté et ce qu’elle peut encore nous apporter. Mais il y a peut 2,3% de français viscéralement opposés à cette filière.

Ambiel

Finalement, comme tout bon pronucléaire, vous refusez le débat de société, le débat de fond. Cela aurait pourtant été très interessant de vous lire sur la vision proposée et défendue par Lionel. Au fond le seul truc qui vous fait kiffer, c’est de défendre votre cher nucléaire, sans aucune autre vision globale. Vous prétendez lutter contre le charbon? Pourquoi on ne vous entend pas alors sur la faiblesse estivale du parc nucléaire qui conduit à vider nos barrages l’été et à faire tourner à fond les centrales charbon pour les re-remplir?? Alors qu’avec 10/20GW de olaire, comme l’a souligné Lionel, le tour était joué cet été?? En plus le solaire cadre EXACTEMENT avec le vrai pic de conso annuel, qui est situé entre 7H et 16H sur 80% de l’année! La vision que vous défendez est centralisée, productiviste, anti-démocratique, élitiste. En face il y a l’émergence de quelque chose de décentralisé, démocratique, moins productiviste et beaucoup moins élitiste. Voila l’impression que vous donnez, mais je fais sans doute totalement erreur 🙂

Dan1

Ben ouais, que ça émerge … et vite parce que ça urge… ailleurs qu’en France. En France, on a un mix énergétique à près de 90% FOSSILE + FISSILE. C’est facilement explicable puisque qu’on est accro au nucléaire et qu’on a des ingénieurs des mines comme visionnaires. C’est pas joli mais c’est que 1% de l’humanité. Bon mais ailleurs, comment vous expliquez que l’Allemagne progressiste, volontariste et visionnaire en soit toujours à un mix énergétique assez centralisé (et ils veulent construire encore plein de ligne THT !) et à 90% FOSSILE + FISSILE (environ 10,7 GW de nucléaire hier) ?? Passons pour 2012, mais pourquoi donc notre voisin affiche-t-il un objectif de 18% d’EnR dans le mix en 2020… c’est ridicule ? Le charbon progresse de façon insolente dans le mix électrique mondial (déjà plus de 40%) et tout le monde s’en fout. Il semblerait que le seul problème soit le nucléaire français ?

Dan1

Bon et seriez-vous prêt à reconnaître que le programme nucléaire français a pu économiser l’émission de millliards de tonnes de CO2 (et autres polluants dont du mercure) depuis sa mise en service. Je ne vous demande de reconnaître le maximum possible (plus de 10 milliards de tonnes) si nous avions opter massivement pour le charbon.

Bachoubouzouc

Voilà Chelya qui refuse d’admettre que la construction du parc nucléaire dans les années 70 est l’unique raison pour laquelle nos émissions de CO2 par hab sont sensiblement plus faibles qu’ailleurs. Pour rappel, nos si écologiques voisins allemands ou danois émettent de l’ordre de 600gCO2/kWh, tandis que EDF, en France métropolitaine, est autour de 30gCO2/kWh. Une paille, ils polluent juste 20 fois plus que nous pour produire leur électricité !

Ambiel

Pouvez-vous sourcer vos chiffres sur la base de ceux publiés en 2011? Non car vos chiffres sont faux 🙂

Bachoubouzouc

Le chiffre de 600gCO2/kWh, je l’ai cité pas plus tard qu’hier, avec la source : Le chiffre de 30gCO2/kWh, je l’ai cité il y a un peu moins d’une semaine, avec la source : Maintenant à vous de prouver que mes chiffres sont faux. Avec des sources vérifiables sur internet, si possible…

Ambiel

Vous avez raison, je m’incline. Vos chiffres sont quasiment les mêmes que ceux publiés par l’AIE en 2008 (la France est placée à 90g et pas 30). Si l’on extrapole avec la progression des ENR en Allemagne et au Danemark qui a été très forte (surtout pour le Dk car l’Allemagne avec la baisse du nucléaire a stabilisé ses émissions en 2011 et 2012 malgré la hausse de la part des ENR) on doit un peu progresser mais dans les ordres de grandeur c’est vous qui avez raison. La France a du baisser ses émissions en 2011 du fait d’une année particulièrement douce (moins de recours au charbon et meilleure utilisation des centrales nucléaires). J’ai tort mais la progression de ces pays est intéressantes car ils partent de très loin et ont donc un beau potentiel de réduction de leurs émissions. Nous on peut difficilement faire mieux!

Ambiel

Pour faire suite à notre débat sur le danemark, ils étaient à 82,7% de fossile en 2001, ils sont aujourd’hui à 58,9%. Ils sont passés de 17 à 41% d’ENR en 10 ans. en voila une belle progression et une belle baisse de leurs émissions de CO2!

Bachoubouzouc

@ Ambiel “Ils sont passés de 17 à 41% d’ENR en 10 ans. en voila une belle progression et une belle baisse de leurs émissions de CO2!” En effet c’est pas mal. Qu’ils continuent encore et ils atteindront notre niveau d’il y a trente ans (bah tiens, ça correspond pile vers la fin de la construction du parc nucléaire, comme par hasard ?!?). @ Chelya : “pourtant ça ne l’empêche pas d’être un des pays qui produit le plus d’émission de CO2 par habitant en Europe.” Il ont 55% de nucléaire là où nous en avons moitié plus et surtout ils ont 40% de fossile (), là où nous sommes autour de 10%. Et pas de chance, ils n’ont pas notre hydraulique. “Maintenant je vous sens quand même gêné par le fait que l’industrie nucléaire a depuis plus de 10 ans prouvée être incapable d’apporter ne serait-ce qu’une contribution symbolique à l’objectif de baisse des émissions de gaz à effet dans le monde fixé au moment du protocole de Kyoto…” Normal : On a pas ouvert de nouvelle centrale. Mais juste pour vous faire plaisir, on va mettre en service FLA3, on va utiliser l’électricité produite par TRI1 à 4 pour le réseau, on va essayer d’éviter la fermeture de FES1 et 2 et tant qu’à faire on va construire quelques EPR en plus (comme ça on pourra faire encore plus de suivi de charge). Ca va dépoter !

Dan1

A chelya. “Concernant l’impact du nucléaire français, la France c’est 1% des émissions de gaz à effet de serre mondial, qu’on fasse notre électricité avec des éoliennes ou avec des schistes bitumineux ça ne change strictement rien au climat” Ah ben ça c’est vrai, on s’en fout de la production électrique française carbonée ou pas puisqu’on est peanuts dans le monde. Mais alors pourquoi on vient nous emm.. avec le CO2 du chauffage électrique qui représente au total 10% de la consommation d’électricité. Ceux qui font ça sont des enc.. de m… ? Il faut que Chelya leur explique qu’on s’en fout, le problème est ailleurs qu’en France.

Ambiel

Pour faire suite à nos discussions sur l’EPR, encore un truc que je vous avait annoncé et que vous refusiez de croire : AREVA laisse tomber Horizon et du coup ses chances de qualification pour un EPR aux RU… Bye Bye le marché anglais pour l’EPR, encore un élément de plus qui montre que ce projet est nul et condamné. … 368669.php Le RU exige des couts d’investissements de 3€ du watt, l’EPR n’arrive pas à être en dessous de 3,8 avec les meilleurs efforts du monde et en étant réaliste l’EPR est même à 5€ du watt : donc bye, bye Nous n’avons plus aucun projet compétitf dans le nucléaire, il est temps de passer à la vitesse supérieure (nouveau réacteur avec les chinois au risque de tout perdre : option EDF, ou nouveau réacteur GDF/AREVA?) et/ou de vraiment se pencher serieusement sur les ENR et les problèmes liés aux ENR !

Bachoubouzouc

Voir ma réponse ici.

Bachoubouzouc

Ou plutôt ici.

41
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime