Languedoc-Roussillon : appel à projets photovoltaïque en autoconsommation

La région Languedoc-Roussillon a décidé de lancer un appel à projets dans le but de faire émerger des installations photovoltaïques en autoconsommation exemplaires, à court terme (démarrage des travaux sous 12 mois, livraison au plus tard sous 30 mois).

Un maximum de 5 projets sera ainsi retenu, dans la limite des disponibilités budgétaires de l’ADEME et de la Région Languedoc-Roussillon.

L’exemplarité sera jugée en premier lieu du point de vue énergétique. En effet, la production et l’autoconsommation de l’électricité photovoltaïque ne doivent pas conduire à négliger l’efficacité et la sobriété énergétique.

Les projets lauréats constitueront à l’échelle régionale (voire nationale) des références convaincantes et aisément transposables dans des conditions économiques acceptables.

Les bâtiments concernés sont aussi bien les bâtiments industriels, tertiaires privés ou publics, implantes en Languedoc-Roussillon, ayant des forts besoins diurnes en électricité. De ce fait, le secteur résidentiel est exclu de ce présent appel à projets.

Les limites de puissance installée sont fixées à 10 kWc minimum et à 250 kWc maximum.

Pour appuyer financièrement l’émergence de ces projets exemplaires, l’ADEME et la Région Languedoc-Roussillon ont mis en place un dispositif d’aides financières telles que des aides aux études et à l’investissement.

Les modalités techniques financières sont détaillées dans les documents en téléchargement : cahier des charges de l’appel à projets (.pdf – 240.35 Ko)

Dates limites de dépôt des candidatures : jeudi 10 septembre 2015

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
10 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Lafleur

Enfin une bonne nouvelle, non deux, la fin des tarifs d’achat pour les EnR et l’autoconsommation va être enfin expérimentée avec 7 à 8 ans de retard. Le délais me semble un peu court , à part pour du bricolage, car L’Ademe ne crois tout de m^me pas que les sociétés ayant les solutions en autoconso vont en faire cadeau, non il y a des brevets qui sont en attente d’être vendus. Car cette fois ci, il ne sera pas possible de refaire les erreurs faites lors des lancements des kits 3 kWc, c’est vrai qu’à l’époque le kWc valait une petite fortune. Mais dans le cas de Promethee, la barre est plus haut, certes il reste la facilité des panneaux PV et on ne sait pas de combien seront les aides, mais le plus dur sera évidemment de faire fonctionner quelques appareils avec la production aléatoire/intermittente du PV et autoconsommer, disons 25 %, et là les petits malins d’hier, les opportunistes, et donneurs de leçons vont devoir s’assoir et attendre que les professionnels se mettent au travail. Je comprends pourquoi L’Ademe ne propose que cinq projets.

Sicetaitsimple

nous dit Lafleur, fin des tarifs d’achat…Mais début des aides à l’investissement! Bon, avec 5 projets entre 10 et 250kW, la région Languedoc-Roussillon et l’Ademe ne vonts pas se faire très mal non plus! Pour expérimenter de façon soutenue l’autoconsommation, il y a une façon simple de faire, c’est de supprimer réglementairement une bonne fois l’option “achat en totalité” pour ne garder que “vente des surplus” dans le contrat avec EDF (ou l’ELD).Ce serait un premier pas.

Sunvie + tesla

L’autoconsommation – qui met le solaire au prix du nucléaire – est dorénavant possible, et c’est une très bonne nouvelle…

b api

@ sicetaitsisimple Oui il faudrait tout simplement que le surplus d’énergie produit soit repris et rendu pour faciliter l’autoconsommation à l’année, et pas en instantanné. Comme le photovoltaïque produit pendant les heures pleines, c’est tout bénéfice pour le distributeur. Exemple: une installation de 10 kWc produit 14.000 kWh, dont 4.000 kWh sont consommés “sur place” qiand la centrale produit et 10.000 kWh sont rendus au réseau de jour, pour être consommés en soirée ou la nuit. A la fin de l’année, il vaut mieux avoir une légère consommation du distributeur, par exemple 1000 kWh pour avoir donc auto-consommé 13.000 kWh sur place. Avec cette logique, pas besoin de stockage onéreux et tout le monde s’y retrouve.

Sicetaitsimple

On a déjà largement parlé du net metering ( le compteur qui tourne à l’envers) par exemple ici: C’est un système totalement inadapté à une production PV sauf si elle reste très marginale, bref ce n’est absolument pas “durable” en cas de développement massif car ça ignore juste que l’électricité à une valeur pour le système qui varie selon le jour et l’heure.

Sicetaitsimple

“Il est toujours interdit de vendre son électricité photovoltaïque”. Pour que la question se pose, il faudrait d’abord qu’il y ait des vendeurs… Vous connaissez beaucoup de producteurs qui vont vouloir vendre à des clients forcément exigeants, comparant aux prix de marché, exigeant dans la durée des baisses liées à des facteurs divers et variés, plutôt que d’avoir un tarif d’achat indexé sur 20 ans sans aucun risque de contrepartie? Moi pas. C’est juste une question qui n’a aucun sens.

b api

Il y a des évolutions sur le premier principe du Net Metering avec un compteur simple qui tourne dans un sens puis dans,l’autre, comme le Time of Use (TOU) Metering ou le Market Rate Net Metering, qui eux fonctionnent avec un compteur SMART. L’Italie, l’Ontario, la Californie, l’Australie ou la Nouvelle Zélande offrent ce type de possibilité. Attention ne pas confondre le prix consommé et le prix produit. En autoconsommation, il ne faut pas faire référence au prix de marché qui lui aussi varie entre des valeurs négatives et au delà de 10 cent/kH en pointe importée. Quand on se trouve en bout de course du réseau et qu’on y produit sa propre énergie, elle a au moins la même valeur que celle vendue toutes-taxes- comprises (et il y en a beaucoup trop) par le distributeur au moment même de sa consommation. Chez moi, elle varie entre 4 et 40 cent/kWh suivant l’heure creuse bleue ou l’heure de pointe rouge. L’heure pleine en journée est toujours supérieure à l’heure creuse de nuit quand même. Le “producteur-consommateur” doit être reconnu avant tout comme un consommateur, qui s’efface cependant en partie du système. Alors à quand les Smart grids et surtout les contrats nouveaux qui suivront et encourageront l’auto-consommation et la production d’énergie renouvelable au sens large ?

Robert

noooon, il n’est pas interdit de vendre ou d’acheter de l’lectricité photovoltaïque tant que cette électricité transite sur un réseau local et hors voies publiques. Par exemple, un promoteur peut installer un générateur photovoltaïque en toiture de bâtiment et vendre cette électricité aux différenrs locataires de ce bâtiment.

Sicetaitsimple

Je pensais que vous parliez de la France, et voilà des exemples des US… Pour éviter tout nouveau quiproquo, “plutôt que d’avoir un producteur qui doit vendre à un réseau de transport qui vent à un réseau de distribution qui fait commercialiser son offre par des fournisseurs d’électricité qui vendent à des clients finaux”, ça se passe où?

Sicetaitsimple

Et donc? Et vous avez oublié de répondre à la question “ça se passe où?”

10
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime