Le chantier du plus grand parc éolien au monde débute

Iberdrola a annoncé hier le démarrage de la construction d’un premier parc éolien d’une capacité de 80 MW à Mihai Viteazu, dans les plaines de Dobrogea, au sud-est de la Roumanie.

La centrale de Mihai Viteazu qui devrait être opérationnelle au plus tard cette année comprendra 40 éoliennes (x2 MW) du fabricant espagnol Gamesa.

Cette installation éolienne n’est que la première phase parmi une cinquantaine d’autres prévues entre 2011 et 2017, pour atteindre au final une puissance de 1.500 MW, soit le plus grand parc éolien au monde.

La capacité installée du parc éolien permettra à l’entreprise de générer suffisamment d’électricité en Roumanie pour répondre aux besoins d’environ 1 million de foyers, soit l’équivalent de la population de la capitale, Bucarest, tout en évitant l’émission dans l’atmosphère 125 millions de tonnes de CO2.

Par ailleurs, la branche énergie renouvelable d’Iberdrola a signé avec l’opérateur du réseau roumain (Transelectrica) un accord établissant les conditions de raccordement des 1.500 MW au réseau national, dont la première tranche qui comprendra 600 MW.

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
9 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Nature

Espace occupé ? Hauteur des machines ? Une fois encore – ,mais on n’espère plus voir changer ce procédé- la production est évaluée en “consommation d’un ménage” !!! Quel ménage?

Reivilo

Il s’agit probablement d’éoliennes Gamesa G80 dont vous trouverez les caractéristiques techniques ici. Donc d’une hauteur totale de 100 à 140 mètres selon le mat utilisé. L’emprise au sol ; fondations + aire de maintenance de ce type d’éolienne est de 20 à 30 ares (2 000 à 3 000 m²) Si la ressource en vent est similaire à ce que nous avons en France, ce parc de 1 500 MW produira environ 3 000 000 de MWh à l’année, ( 1 500 x 2 000 heures). Selon l’indication donnée, ça donnerait une consommation moyenne d’un ménage de 3 MWh (3 000 kWh) ce qui est vraisemblable. C’est ce que j’ai chez moi pour 3 personnes en maison individuelle avec un chauffe-eau solaire. Chacun peu vérifier sa consommation annuelle sur la facture d’électricité. On peut aussi vérifier la productivité de l’éolien sur le site de RTE eco²mix en temps réel.

Boubou18

Que l’on veuille produire des énergies alternatives, OK. Mais quanq il n’y aura pas de vent, ou pas suffisamment, comment vont s’alimenter les ménages en énergies? En faisant touner des groupes électrogènes???

microbetao

à partir du moment où l’on considère que l’énergie est produite à partir d’une source d’une certaine nature et disponibilité, je crois que cette question est universelle, quelques soit la nature de la source !! A quoi bon critiquer sans cesse le même type de limite d’une source d’énergie car on a l’impression que l’on a toujours une part de nous qui espère que l’on puisse trouver la source idéale, inépuisable… dites à une entreprise de travailler avec un seul client !! c’est sans doute illégal qui plus est dans le bon sens populaire. La reflexion d’une solution d’approvisionnement avec complémentarité, répartition géographique, révision permanente des besoins d’énergies peut permettre de lever des questions à résoudre pour trouver un système viable et non pas une élimination (ou lourde remise en cause) de chaque contributeur possible pour un de ses défauts qui ne vaut que si on pense à l’élir comme dictateur ! car au moins le vent bien qu’inconstant vient de lui même en France en BONNE quantité, c’est pas comme les oléagineux, fossiles et atomes nuke (quant aux oléagineux, la monoculture ou culture intensive c’est une distature destructrice du sol dans notre usage actuel)

Reivilo

Effectivement AUCUN système énergétique au niveau d’un pays ne peut reposer sur une seule source. Mais l’intermitence du vent ou du soleil est prévisible de façon assez précise. La consommation se planifie encore mieux et l’ajustement se gère avec un ensemble de moyens de production pilotable ; hydro et centrales à flamme principalement. Il suffit de jeter un coup d’oeil sur ce site pour voir la correspondance des courbes de prévision et du réalisé et le mix injecté sur le réseau en France par les différentes catégories de centrales électriques quart d’heure par quart d’heure. Les pays qui ont beaucoup d’éolien dans leur mix ; Danemark, Espagne. par exemple, ne connaissent pas plus de pannes qu’en France, et actuellement au Japon les éoliennnes nearshore (en bord de mer) qui n’ont pas subi de dommage du fait des derniers évènements, contribuent modestement mais réellement à pallier l’arrêt des réacteurs endomagés. Illustration de la bonne logique paysanne qui préconise de ne pas mettre tous ces oeufs dans le même panier !

Flexo

Pour les oleagineux, a court terme vous avez raison…mais le fait d utiliser de l huile va permettre d’arriver à maturité pour les cultures industrielles de seconde generation aient du sens economique et ecologique. Si nous ne lancons pas les energies a bases d oleagineux de premiere generation jamais les seconde et troisieme generation ne verront le jour. Je pense au jatropha dans des zones ou des cultures vivrieres ne sont pas possibles ou aux algues qui permettrons de faire 100 à 200 fois ce qu’un hectare de colza permet aujourd’hui dans les memes zones de temps et d espace. Soyons confiant et esperons une vision à long terme sur ces sujets plûtot qu’a court terme.

oeildecain

Rassurez-vous, 5 ou 6 pays d’Europe font déjà des essais de production d’H2 ou autres, et l’éolien sera très vite stockable en masse !

Energie+

Voir également le stockage des excédents d’énergies renouvelables sous forme de gaz avec un excellent rendement : ou air liquide :

dogmatique

Du point de vue de la continuité de la production électrique, il ne faut pas s’en faire. Comme probablement dans beaucoup de pays au monde, le réseau électrique français est interconnecté. Entre le nord et le sud de la France il y a toujours plusieurs endroits où le vent souffle. Le bord de mer connait aussi le vent en quasi permanance. Il est lié aux différences de variations thermiques jour/nuit entre la mer et la terre. Il y a aussi de nombreux échanges d’énergie électrique entre les différents pays d’Europe. De plus il ne faut pas beaucoup de vent pour faire marcher une éolienne. Donc, de l’électricité, il y en aura toujours à condition de bien répartir les éoliennes sur le territoir national.

9
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime