Le coût des énergies renouvelables en chute libre selon l’IRENA

"Le coût de production de l’électricité générée à partir de sources d’énergie renouvelables a atteint la parité ou reste situé en dessous du coût des combustibles fossiles pour de nombreuses technologies dans beaucoup de parties du monde", a affirmé l’Agence internationale de l’énergie renouvelable (IRENA) dans son nouveau rapport publié le 17 janvier.

Le rapport intitulé "Renewable Power Generation Costs in 2014**", conclut que la biomasse, l’hydroélectricité, la géothermie et l’éolien terrestre sont tous en concurrence avec le charbon, le pétrole et les centrales électriques au gaz, même sans soutien financier et malgré la baisse des prix du pétrole.

Le solaire photovoltaïque (PV) fait la course en tête au palmarès des baisses de coûts, avec une chute notable de 75% dans la fabrication des modules solaires PV depuis la fin de 2009 et avec un coût de l’électricité solaire photovoltaïque qui a diminué de moitié depuis 2010.

"Les projets d’énergie renouvelable à travers le monde arrivent à la hauteur voirent surpassent les combustibles fossiles, en particulier pour la comptabilisation des externalités comme la pollution locale, les dommages environnementaux et les problèmes de santé", a déclaré Adnan Z. Amin, Directeur général de l’IRENA. "Le jeu a changé ; l’effondrement des coûts des énergies renouvelables a crée une occasion historique de construire un système d’énergie propre, durable à un prix abordable et d’éviter un changement climatique catastrophique".

Pour 1,3 milliard de personnes à travers le monde qui sont sans électricité, les énergies renouvelables demeurent la source d’énergie la moins chère. Celles-ci offrent également des gains importants en termes de coûts et de sécurité pour les îles et autres régions isolées qui dépendent souvent de générateur d’électricité diesel.

Grâce en grande partie à des objectifs clairs et rentables, un niveau record de 120 gigawatts d’énergies renouvelables a été ajouté au mix énergétique mondial en 2013, avec des prévisions similaires pour 2014. Toujours en 2013, les énergies renouvelables représentaient 22% de la production mondiale d’électricité et 19% de la consommation totale d’énergie finale.

"Le temps est venu d’un changement radical dans le déploiement des énergies renouvelables", a déclaré M. Amin. "Cela n’a jamais été aussi avantageux afin d’éviter un changement climatique dangereux, de créer des emplois, de réduire la facture d’importation de carburants et de mettre à l’épreuve notre système énergétique. Cela passe par l’acceptation du public envers les énergies renouvelables à bas coûts, la fin des subventions aux combustibles fossiles, ainsi qu’une réglementation et des infrastructures adéquates pour soutenir la transition énergétique mondiale".

Le rapport se poursuit en expliquant que les améliorations du prix des énergies renouvelables ne sont pas universelles, et que les coûts varient beaucoup en fonction des ressources et de la disponibilité des financements. L’éolien offshore et l’énergie solaire à concentration (CSP) sont des technologies encore balbutiantes dont les coûts de déploiement restent plus élevés que ceux des combustibles fossiles. Ces technologies devraient toutefois devenir plus concurrentielles à l’avenir, en particulier lorsque le financement à faible coût deviendra disponible.

 

Le coût des énergies renouvelables en chute libre selon l'IRENA

  

Quelques indicateurs clés

Dans de nombreux pays, y compris l’Europe, l’éolien terrestre reste l’une des sources les plus compétitives dans les nouvelles capacités électriques disponibles. Les projets éoliens individuels offrent de l’électricité à 0,05 dollars du kilowatt-heure (kWh) sans soutien financier, par rapport à une fourchette de 0,045 à 0,14 / kWh pour les centrales à combustibles fossiles.

Le coût moyen de l’énergie éolienne varie de 0,06 dollar du kWh en Chine et en Asie à 0,09 dollar du kWh en Afrique. L’Amérique du Nord possède également des projets éoliens compétitifs, avec un coût moyen de 0,07 dollar du kWh.

Les systèmes solaires photovoltaïques résidentiels sont maintenant 70% moins chers qu’en 2008.

Entre 2010 et 2014, les coûts globaux d’installation des systèmes solaires photovoltaïques de tailles industrielles ont chuté de près de 65%. Les projets photovoltaïques solaires les plus compétitifs produisent de l’électricité à 0,08 dollar du kWh sans soutien financier. Et une baisse des prix reste encore possible à travers des financements à faibles coûts.

Le prix de l’électricité solaire est en baisse dans le Moyen-Orient, tombant à 0,06 dollar du kWh, grâce notamment à un récent appel d’offres à Dubaï dans les Émirats Arabes Unis.

Lorsque les dommages sur la santé humaine via les combustibles fossiles sont pris en compte dans la production d’électricité en termes économiques, en plus du coût des émissions de CO2, le prix de production des centrales électriques thermiques se situe entre 0,07 et 0,19 dollars du kWh.

Le coût des énergies renouvelables en chute libre selon l'IRENA

Le coût des énergies renouvelables en chute libre selon l'IRENA

Le coût des énergies renouvelables en chute libre selon l'IRENA

 

** Coûts de la production d’électricité d’origine renouvelable en 2014

Le rapport est disponible en téléchargement : ici (.pdf)

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
128 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Bachoubouzouc

Petit rappel : Le PV et l’éolien, du fait de leur intermittence, ne peuvent être construits qu’en plus, et non en remplacement, de moyens de production classiques. Et vu que le parc de production français (nucléaire, hydraulique) est essentiellement composé de coûts fixes, le PV et l’éolien ne permettent pas d’économiser tellement sur les coûts variables du combustible. Autrement dit, les lobbyistes peuvent raconter tout ce qu’ils veulent sur la “chute libre” des coûts des ENR, elles renchérirons toujours notre facture d’électricité.

Gofast

Bonjour Déjà là chouchou ? toujours en forme, c’est bien. C’est vrai quoi ! Ca va nous coûter un bras, ces saloperies d’ENR ! Alors que si on met 55 Milliards d’euros dans le grand carénage, et quelques dizaines de milliards dans de nouveaux réacteurs (comme le souhaite cette très chere Ségo !) ça va faire baisser notre facture, promis juré ! Ca ne nous mettra pas à l’abri d’un accident, au contraire ! Prix d’un accident ? de deux ? Et par les temps qui courent, un attentat c’est pas envisageable ?Le fait que des drones se balladent tranquillles au dessus des transfos, ça vous fait pas peur ? A moi si ! Nucléaire= énergie du désespoir ! Au secours !

Bruno lalouette

… Le solaire thermique se stocke, le photovoltaïque se stocke aussi sous forme d’hydrogène, d’air comprimé, de reservoirs d’eau… Ce qu’il serait très interressant de faire, c’est un tableau comparatif de l’augmentation des coûts du nucléaire en parallèle de la baisse des coûts du PV depuis 25 ans. Ceci donnerait une idée de l’évolution de la tendance des prix sur les 25 prochaines années, rappelons que les nucléopathes veulent planifier sur 60 ans, sans apparemment tenir compte de la concurrence, mais comme c’est facile ici avec nos impôts, en revanche cela ne fonctionne pas pour le reste du monde… Petit mot pour les politiciens accrocs au nucléaire, si demain l’électricité est trop cher, il n’y aura pas d’industries robotiques en France, et donc plus du tout d’industries, tant les robots vont devenir incontournables, ne serait-ce que pour produire des panneaux photovoltaïques qui feront de l’électricité solaire la moins coûteuse du marché !

traonvouez

Le dernier graphique est intéressant, il donne un prix de # 5200$/4000€/kW installé en PV réidentiel en France, contre # 2300/ 1700 € en Allemagne. Quant au stockage, les solutions se développent mais un réseau interconnecté sur de nombreuses zones horaires pourrait rendre le même service. Nucléaire out? il y aura bien des impacts environnementaux des éoliennes et du PV: réduction de vitesse du vent, augmentation de l’absorbtivité du sol.

traonvouez

Le dernier graphique est intéressant, il donne un prix de # 5200$/4000€/kW installé en PV réidentiel en France, contre # 2300/ 1700 € en Allemagne. Quant au stockage, les solutions se développent mais un réseau interconnecté sur de nombreuses zones horaires pourrait rendre le même service. Nucléaire out? il y aura bien des impacts environnementaux des éoliennes et du PV: réduction de vitesse du vent, augmentation de l’absorbtivité du sol.

Magnum31

A l’heure où les scientifiques viennent d’annoncer que 4 sur 9 des limites de viabilité de la planète ont été atteintes, vous venez pleurer sur votre facture d’électricité? Sérieusement, vous avez le moindre sens des priorités?

Pastilleverte

on se réjoiura que 1/ plein de personnes du “sud” vont pouvoir, enfin accéder à l’énergie pas chère et “décarbonée” (enfin, soit quand il y aura du vent, soit du soleil), surtout quand il faudra, malgré tout, payer les investissements en matériel tout en maintenant, voire en développant les centrales de back-up. 2/ que ce rapport ait été écrit en 2014 avec un prix du pétrole deux fois supérieur à maintenant( certes, ça ne va peut être pas durer) 3/ que le prix de l’électricité solaire est en baisse au Moyen Orient, c’est vrai, les pauvres, ils n’avaient pas accès aux hydrocarbures bon marché, et leur climat est globalement très ensoleillé 4/ que l’éolien terrestre est très compétitif y compris en Europe. Au fait, saviez-vous que ce n’est pas parce que les pâles d’une éolienne tourne qu’elle produit de l’électricité ? (Il faut pour cela une vitesse du vent d’environ 10m/s, soit 36 km/h) 5/ que l’Allemagne a rejoint le Danemarl dans l’émission de CO2 par tête de pipe, deux pays merveilleusement verts, et enr, spécialement éolien ? 6/ que les chiffres cités enr 22% de la prodcution électrique s’expliquent en majeure partie grâce à l’hydroélectricité (vigoureusement combattue par les “vrais” écolos), et que le rapport 22% électricité en production = 19% de l’énergie totale en consommation est tout simplement impossible, compte tenu de la place du pétrole, gaz et charbon dans “l’énergie totale”. Mais bon, puisque c’est écrit, ç doit être vrai.

Sonate

Monsieur Bachabouzouc, vous répétez les mêmes arguments périmés comme une litanie pour vous protéger d’une vérité qui vous effraie : que les EnR sont en passe de devenir les moyens de production économiquement les plus avantageux. Je ne vais pas vous refaire le contre-argumentaire complet à vos propos, je suis certain que vous l’avez déjà eu de nombreuses fois : foisonnement de la production, prévision de production, maîtrise dynamique de la demande, power-to-gas, stockage, production thermique flexible, etc .. les solutions existent.

edc10

Recherchez “intermi” dans le doc. Uniquement 2 occurences !! … … bref, pipo, tout ça. Car toujours à comparer des choux et des carottes … et oui, ce même problème de raisonner uniquement en énergie (kwh) Résumé du rapport: nous on sait raisonner en kwh, qui va couter de moins en moins cher à produire, nous rassurons nos financiers et tous les actionnaires qui sucent ceux qui nous subventionnent (tous les français via la CPSE), après pour l’intégration au réseau, vous vous démerdez, c’est pas notre problème : nous on injecte de l’énergie “fatale” sur vos réseaux, et on prend l’oseille Vive le monde lobotomisé ! La seule petite allusion d’une ‘estimation’ du surcout du à l’intermittence, un grand pipo ! (However, estimated values are in the range of USD 0.035 to USD 0.05/kWh with variable renewable penetration of around 40%. While these figures must be treated with caution and are not a substitute for detailed system modelling)

energiestr

Oui, il a raison de dire que le choix du tout nucléaire est incompatible avec les énergies renouvelables. Une fois qu’on a ces centrales, cela n’a aucun sens d’investir dans d’autres énergies. Maintenant un autre choix est possible : se passer du nucléaire, et passer aux énergies renouvelables. Les progrès du stockage (NB nous développons des volants qui stockeront pour 0,02 €/kWh) vont permettre d’atteindre l’autonomie une grande partie du temps avec juste le vent et le soleil. Et pour le reste du temps, il y a les énergies renouvelables stockées comme la biomasse et les biocarburants. Ce scénario n’est pas pour demain en France métropolitaine, mais il est d’actualité dans nos autres territoires (Corse, îles et DOM-TOM) ainsi que dans une grande partie du monde.

Lafleur

@ pastille verte: Une éolienne produit dés que les pâles tournent , certes pas à sa valeur nominale qui suivant le modéle et sa technologie va commencer de produire à partir de 4 m/s soit 14.4 km/h et suivant le nombre d’heures de production (2000h/an) nous arriverons vite à plus d’un million de Kwh /an pour une petite machine de 600 kW. Alors à 10 m/s c’est royal, très peu de sites peuvent se targuer d’avoir ce chiffre. Par contre quand une éolienne est arrêté pour par exemple faire de la maintenance, il y a obligation pendant quelques minutes de ce servir du réseau pour lancer la génératrice en mode moteur pour arriver à prendre la puissance du vent et ensuite en mode génératrice.

Bachoubouzouc

“A l’heure où les scientifiques viennent d’annoncer que 4 sur 9 des limites de viabilité de la planète ont été atteintes, vous venez pleurer sur votre facture d’électricité? Sérieusement, vous avez le moindre sens des priorités?” Notre électricité (française) est déjà quasi totalement décarbonnée. Le PV et l’éolien n’y changent donc rien. En matière de viabilité de notre planète, il faudrait donc mieux utiliser l’argent des ENR à acheter des voitures électriques, histoire de se passer autant que possible du pétrole, qui est le vrai problème. Avez vous le moindre sens des priorités ?

Bachoubouzouc

“Quant au stockage, les solutions se développent mais un réseau interconnecté sur de nombreuses zones horaires pourrait rendre le même service.” Non. Comme déjà montré par JMJ, le foisonnement en Europe est globalement un mythe : Le parc éolien de l’ensemble de l’Union Européenne a un taux de charge minimal de 4%. Autrement dit, le foisonnement n’apporte quasiment aucune sécurité.

Bachoubouzouc

“Je ne vais pas vous refaire le contre-argumentaire complet à vos propos, je suis certain que vous l’avez déjà eu de nombreuses fois : foisonnement de la production, prévision de production, maîtrise dynamique de la demande, power-to-gas, stockage, production thermique flexible, etc .. les solutions existent.” Votre contre-argumentaire, je le connais en effet bien, et puisqu’on en a déjà discuté de nombreuses fois sur Enerzine, vous savez bien qu’il ne tient pas : – Foisonnement : Voir mon post précédent. 4%. – prévision de production : Elle est quasi nulle. On a une vague idée de ce que cela va donner 2j avant, on a encore de grosses surprises en temps réel. A titre de comparaison, les dates d’arrêt de tranche pour le nucléaire commencent à être calées 5 ans avant… – Maitrise dynamique de la demande : Aujourd’hui en France, elle n’existe quasiment pas. Et même quand on aura Linky, on pourra manoeuvrer à la marge mais on ne pourra pas faire des miracles. On ne pourra rien contre un parc éolien à 4% sans du back-up. Ce back-up a un coût, donc les ENR ont un coût, c’était l’objet de mon post initial. – power to gas, stockage : Il n’existe aujourd’hui et à moyen terme aucune solution technologique pertinente. Trop cher, ne stockant pas assez. Vous remarquerez que l’Espagne et l’Allemagne, pourtant très volontaires dans le domaine, n’ont rien d’autre que quelques trucs expérimentaux. Les surcapacités sont aujourd’hui traitées dans ces pays par du curtailment. – production thermique flexible : Le back-up, l’objet de mon propos. Soit vous faites un mix nucléaire+ENR, qui sera plus cher qu’un mix sans ENR. Soit vous faites un mix fossiles+ENR, qui sera largement plus polluant qu’un mix sans ENR. Donc les “solutions” ne sont pour l’instant des jouets de laboratoires, qui ne parviennent pas à percer. Je constate que, en une dizaine de commentaires, personne ne me contredit vraiment… Il semblerait donc que j’ai raison.

Bachoubouzouc

“Alors que si on met 55 Milliards d’euros dans le grand carénage, et quelques dizaines de milliards dans de nouveaux réacteurs (comme le souhaite cette très chere Ségo !) ça va faire baisser notre facture, promis juré !” Bah oui. Pour 55G€, on prolonge le parc de 20 à 30ans. Sachant que jusqu’à présent, notre parc nous a coûté environ 180G€, pour environ 40 ans de service, et nous a apporté une des électricités les moins chères du continent. Le grand carénage est donc sans hésitation le meilleur deal qu’on puisse obtenir.

Bachoubouzouc

Correction : Soit vous faites un mix fossiles+ENR, qui sera largement plus polluant que notre mix actuel.

Papijo

“Il semblerait donc que j’ai raison.” Eh bien oui … je n’aurais dit que la même chose et sans doute en beaucoup moins bien !

bmd

Voilà une excellente nouvelle! Mais alors, pourquoi , puisque l’éolien et le solaire sont devenues presque gratuits, continue-t-on à les suventionner et pour cela à grever les budgets des ménages par un impôt qui ne veut pas dire son nom, la CSPE, qui leur coûtera 300 milliards d’euros d’ici 2025 sur la base des contrats actuels si nous nous équipons comme l’Allemagne l’est actuellement. Serait-ce parce que le SER compte bien que tout cet argent ira encore grossir la fortune déjà considérable arrachée aux ménages par ses adhérents avec ces contrats?

Temb

Votre graphique date de d’il y a un moment, aujourd’hui l’ensemble de ces pays a plus de 90GW d’éolien, et un foisonnement amélioré. Il reste encore beaucoup de progrès à faire, en France en particulier ou l’éolien est encore trop concentré (70%) dans le nord et l’est, ce qui correspond au même régime de vent que le dominant en Allemagne, avec 2 à 4h de décalage. La solution à votre graph, c’est plus d’éolien et plus de foisonnement encore, un peu de curtailment et un peu de stockage.

Temb

Un truc qui est bien : année après année, le bilan et les perspectives des ENR s’améliorent, très, très rapidement. Année après année, des arguments anti-ENR autrefois très utilisés tombent ou se nuancent, s’atténuent. Et ça, ça fait plaisir, tout va dans le même sens! Mais c’est toujours aussi incroyable de voir le déchaînement quasi-religieux de ceux qui cherchent tout pour éviter que l’on puisse faire de l’électricité propre et renouvelable. En attendant, que de chemin parcouru par les ENR en 10ans! Passées du statut d’utopie pour bobogauchoécolo (pour reprendre tout le mérpis mis par ses détracteurs) à réalité économique indisuctable, avenir industriel indiscutable, pourvoyeur d’emplois, croissance chaque année réaffirmée, etc… N’est-ce pas les grincheux du “c’était mieux avant”?

edc10

Le modèle économique des enr n’a pas changé d’un iota. Cette abération a été mise en place dès le début par le monde financier, et il y a toujours des naïfs comme vous qui prêchent leur bonne parole. On est vraiment mal barrés … Quand je dis “on”, c’est bien évidemment les millions de contribuables qui ne “profitent” pas de cette manne financière.

Pro-enr

il est temps que nous comprenions que l’électricité ne est pas un droit mais un privilège. Il est temps que nous prenons nos responsabilités dans ce domaine et changer nos habitudes. consommer moins, et être prêt à payer le prix pour une énergie verte. C’est le prix pour l’avenir de nos enfants sans déchets nucléaires. Ce est une obligation morale. L’électricité nucléaire se payera longtemps après qu’elle se sera éteinte.

Bachoubouzouc

“Votre graphique date de d’il y a un moment, aujourd’hui l’ensemble de ces pays a plus de 90GW d’éolien, et un foisonnement amélioré.” Mon graphique date de novembre 2011. Et depuis, vous en conviendrez, il n’a pas eu d’éolien installé dans de nouveaux territoires inconnus et miraculeux… Il y en avait déjà un peu partout en 2011, juste un peu moins qu’aujourd’hui. Cela veut dire que les “régimes de vent complémentaires”, dont les pro-éoliens nous ont bassiné les oreilles pendant des années, c’était du pipeau. Et qu’aujourd’hui la situation n’a pas changé. C’est juste 4% d’une puissance installée plus grande. “un peu de curtailment et un peu de stockage” Ca doit être un peu plus qu'”un peu”… puisque les espagnols nous réclament à grands cris plus d’interconnexions, afin de pouvoir déverser plus de leur éolien chez nous :

Bachoubouzouc

“Eh bien oui … je n’aurais dit que la même chose et sans doute en beaucoup moins bien !” C’est très gentil de votre part… mais ça ne semble pas suffisant pour convaincre tout le monde

Bachoubouzouc

“Mais c’est toujours aussi incroyable de voir le déchaînement quasi-religieux de ceux qui cherchent tout pour éviter que l’on puisse faire de l’électricité propre et renouvelable.” Vous me faites marrer : Mon premier commentaires a reçu une bonne dizaine de réponses du clan antinucléaire… dont pas un seul ne m’a vraiment contredit sur le fond (que les ENR enchérisse dans tous les cas le mix français). “En attendant, que de chemin parcouru par les ENR en 10ans!” En effet, elles ont fait d’énormes progrès. Mais on ne les paye pas pour faire joli. On ne les paye pas pour se donner bonne conscience. On les paye pour rendre service, ce qu’elles ne font pas. Ca n’est pas une expérience amusante de laboratoire, c’est un truc qui coûte aujourd’hui l’équivalent d’un demi EPR chaque année… Ca n’apporte rien d’un point de vue environnemental (autrement dit ça ne sert à rien) et ça met en danger la stabilité du système électrique. Bref, dans n’importe quel autre domaine on aurait appelé ça une aberration. Mais à cause du dogmatisme d’associations militantes et de l’incurie de politiciens sans idées, c’est une affaire qui dure toujours !

lr83

Quel plaisir de vous lire. Toujours droit dans vos bottes ! Mais vos commentaires (toujours les mêmes) ne font que s’effriter au cours du temps. Chaque année qui passe ne fait que vous éloigner de la réalité : les EnR sont l’avenir que vous le vouliez ou non. Le nucléaire continuera certainement encore mais deviendra de plus en plus marginal (et je vous raconte pas ce qui se passerait si on se prenait encore un accident)

Temb

Bonne tranche de rire avec vous! 2011! pourquoi pas 1980 tant que vous y êtes?? Vous oubliez que ce n’est pas parce que votre secteur nucléaire est en décroissance annuelle constante et forte que c’est le cas de toutes les autres énergies. L’éolien c’est 20% par an en moyenne… L’Allemagne installe autour de 3GW par an, en France c’est 1GW cette année, aux UK pareil, etc… Donc oui cela fait de nouvelles région, plus de foisonnement, et surtout de nouveaux modèles bien plus performants! Les éoliennes installées en 2014 en France ont une production proche des 3000heures, là ou celles de 2010 étaient plus proches de 2200heures. Intéressez-vous un peu plus à l’éolien, vous verrez c’est une technologie en constant et très rapide progrès, toujours moins chère. L’exact opposé des énergies conventionnelles… Et ça n’apporte rien d’un point de vue environnemental? ha ha ha ha ha ha ha 🙂 Quel blagueur. Le Danemark produit 39% de son électricité avec de l’éolien. Il y a 10 ans ces 39% étaient produits avec quoi? Du charbon. Ce n’est pas un progrès ça? L’Espagne produit 21% de son électricité avec de l’éolien? Il y a 10ans c’était produit avec du charbon. L’Allemagne produit 12% de son électricité avec de l’éolien, avant c’était du charbon et du nucléaire. Le royaume-uni produit 10% de son électricité avec de l’éolien, il y a 5ans c’était tout autant de charbon. On peut continuer ainsi pour CHAQUE pays, Chine, Chili, Ethiopie, Egypte, Roumanie, Ukraine, Etats-Unis, Vietnam, Australie, etc, etc, etc, etc, etc… Vous vous foutez du monde? Ou alors en plus d’être un nucléocrate borné vous êtes aussi un fan absolu du charbon? C’est quoi votre crédo? Des déchets nucléaires et du CO2 pour tous? Non au propre et renouvelable, oui au sale et dangereux? Ok why not.

Sonate

Je donne raison à Bachoubouzouc sur deux points : nucléaire ou EnR, cela ne change rien ou presque pour les émissions de GES et effectivement EnR et nucléaire ne sont pas compatibles : les deux ont besoin en complèment de moyens de production flexibles. Par contre, sur l’histoire du coût, arrêtez de nous faire rire de votre mauvaise foi : oui, le parc nucléaire français historique produit à pas cher parce qu’il a déjà été amorti, mais non les centrales nucléaires neuves ne produisent pas à moins cher que les EnR. Il suffit de regarder les coûts annoncés pour toutes les nouvelles centrales EPR.

Bachoubouzouc

“Chaque année qui passe ne fait que vous éloigner de la réalité : les EnR sont l’avenir que vous le vouliez ou non.” Ca dépend. Pour l’Espagne, par exemple, les ENR c’est le passé. Ils n’en installeront plus avant longtemps, ils n’en ont plus les moyens : “Le nucléaire continuera certainement encore mais deviendra de plus en plus marginal (et je vous raconte pas ce qui se passerait si on se prenait encore un accident).” C’est possible. Mais malheureusement, si aujourd’hui le nucléaire devait se marginaliser, ça serait au profit du charbon… Et cela reste à voir : En dehors de l’Allemagne, plus personne ne pense à sortir du nucléaire. Tout le monde prolonge son parc actuel (y compris la Belgique, l’Espagne et la Suisse), beaucoup développent leur parc (Chine, Russie, Afrique du Sud, Brésil, etc), et des petits nouveaux y pensent (Pologne, Australie, Turquie). Votre idéologie antinucléaire n’est simplement plus à la mode, désolé.

Papijo

Vous auriez pu dire aussi qu’une 2 CV, c’est moins cher qu’un paquebot ! Comparez au moins des choses comparables: D’abord, une filière qui produit du courant en permanence et quand on en a besoin, ce n’est pas le même service qu’une filière qui produit les jours où il y a du vent (ou du soleil) et qui doit être complémentée par une puissance de secours de même capacité ! Et ensuite, (je répète un commentaire vu plus haut), si c’est vraiment moins cher, supprimons la CSPE ENR !

Bachoubouzouc

“Bonne tranche de rire avec vous! 2011! pourquoi pas 1980 tant que vous y êtes??” Pourtant j’ai raison. C’est la raison pour laquelle vous préférez rire plutôt que d’argumenter… “Vous oubliez que ce n’est pas parce que votre secteur nucléaire est en décroissance annuelle constante et forte que c’est le cas de toutes les autres énergies.” On s’en fout : Ca n’est pas parce que tout le monde suit la mode des ENR que c’est forcément la meilleure solution pour chacun. Et certains en reviennent, comme par exemple l’Espagne. Pour l’électricité en France, c’est clairement une lubbie inutile et coûteuse. J’ai argumenté en ce sens dans mes commentaires précédents, et vous ne trouvez au fond rien à y répondre. “Donc oui cela fait de nouvelles région” Il est drôle de vous voir nier l’évidence : Comme si, de fin 2011 à aujourd’hui, les choses avaient tellement changé que les 4% s’étaient transformées comme par magie en 90%… “Le Danemark produit 39% de son électricité avec de l’éolien. Il y a 10 ans ces 39% étaient produits avec quoi? Du charbon. Ce n’est pas un progrès ça?” Oh oui ils ont bien progressé. Néanmoins ils polluent toujours dix fois plus que nous pour produire leur électricité… Tout en la payant deux fois plus chère que la nôtre. L’idéologie passe, les chiffres restent. “Non au propre et renouvelable, oui au sale et dangereux?” Vous considérez vraiment le mix danois, allemand ou espagnol comme étant “propre” ? Encore une fois, il est drôle de vous voir nier l’évidence.

Bachoubouzouc

“oui, le parc nucléaire français historique produit à pas cher parce qu’il a déjà été amorti, mais non les centrales nucléaires neuves ne produisent pas à moins cher que les EnR. Il suffit de regarder les coûts annoncés pour toutes les nouvelles centrales EPR.” Vous ne faites que répéter le discours antinucléaire, qui est biaisé : Le nucléaire est une énergie pilotable, on peut compter sur elle. Tandis que le PV et l’éolien sont intermittents, on ne peut pas compter sur eux. La construction d’un nouvel EPR peut permettre de fermer une unitié de production de taille équivalent, elle la remplace. Son coût vient se subtituer au coût de la capacité précédente. La construction d’un parc éolien ou photovoltaïque ne remplace rien du tout, il vient se rajouter au reste. Son coût vient s’ajouter à celui de tout le reste. Comparer les deux n’a donc aucun sens, et construire du PV et de l’éolien en France est un pur gâchis d’argent.

Yann

Le problème de ce genre de débat est qu’il ne prend qu’un petit bout de la lorgnette. L’article parle bien du prix de l’électricité EnR à l’échelle mondiale.70 % de l’électricité est produite par des énergie fossiles. La France fait figure d’exception mondiale avec son parc nucléaire, mais ne reflète pas la tendance. Ces débats pro anti-nuke sont stériles, car là où on arrive enfin à un point, où les EnR vont pouvoir faire de la substitution à du fossile (qui à l’échelle mondiale est lui aussi largement subventionné), tout le monde devrait se réjouir. Au sujet des backup, il ne faudrait pas complètement oublier que le nucléaire a également besoin de backup. Certes en moindre puissance, mais RTE doit également prendre des dispositions avec des réserve en cas de défaillances sur un réacteur ou un brin du réseau.L’analyse économique des EnR évalue mal des adaptation de réseau nécessaire, de la même manière que le coût des autres moyens de productions ne prends pas ou mal les externalités (carbone, déchets nucléaires, assurances…) La question qui se pose est également la nature de ce backup qui n’est pas nécessairement fossile (les groupes de cogé bois sont de plus en plus nombreux à émerger) Enfin sur le foisonnement il faut souligner l’importance du foisonnement avec l’ensemble des sources de production (solaire compris). Enfin, ce débat manque clairement de vision globale, on oppose nucléaire à l’éolien comme si elle pouvaient à elle seules résoudre tous les maux du monde. Le travail fournit par l’association négawatt le montre bien, que seule une combinaison d’abaissement des appels de puissances par de la MDE, le développement d’ici 2035 d’un peu de capacité de stockage via électrolyse ou méthanation, et la diversification des sources renouvelables, en particulier le développement de la biomasse (solide+gaz), avec un permet d’équilibrer l’offre demande, notamment sur le plan électrique :

Bachoubouzouc

“Au sujet des backup, il ne faudrait pas complètement oublier que le nucléaire a également besoin de backup. Certes en moindre puissance, mais RTE doit également prendre des dispositions avec des réserve en cas de défaillances sur un réacteur ou un brin du réseau.” Oui, et à ce compte là tout le monde a besoin de back-up. Mais dans le cas du mix essentiellement nucléaire qu’on a connu jusqu’à présent, cette réserve était de l’ordre de 4 à 6 GW. Par rapport à un parc nucléaire+hydraulique+fossile d’environ 120GW. Autrement dit, ce à quoi vous faites référence était négligeable dans le mix passé, et devient prédominant quand on parle du PV et de l’éolien. C’est la raison pour laquelle le PV et l’éolien sont, dans le cas de la France, des investissements aberrants. “La question qui se pose est également la nature de ce backup qui n’est pas nécessairement fossile (les groupes de cogé bois sont de plus en plus nombreux à émerger)” Si vous construisez des moyens de production “écologiques” et pilotables tels que des cogé bois, qui font le travail, alors pourquoi construire en parallèle du PV et de l’éolien qui ne seront pas plus écologiques et qui renchériront la facture ? C’est tout le problème des énergies intermittentes… Par ailleurs, la biomasse bois, sur laquelle repose quasi entièrement le scénario Negawatt est une énergie à l’écologie contestée : Emissions polluantes, bilan carbone de la tronçonneuse à la chaudière, en passant par le camion et le bateau : ’energie-tiree-des-forets-pollue-plus-que-le-charbon/ Enfin, il n’est absolument pas évident qu’il y ait assez de bois même dans un pays agricole comme la France pour alimenter en énergie à grande échelle une économie moderne. D’ailleurs, toutes les nouvelles grosses chaufferies au bois se heurtent à la difficulté de trouver des sources d’approvisionnement locales. Bref, cela ne semble à nouveau pas la solution miracle.

Lionel-fr

Il y a un peu de vrai dans le quasi-mensonge de bachoubouzouk. Il y a une question de disponibilité qui pourrait devenir prégnante assez rapidement si on mise tout sur les interconnections et rien sur le stockage. En outre le réseau electrique n’est pas un modèle de sécurité. Les pannes sont trop conséquentes et trop rapides, pas de plan B.. Seul l’hydrogène fera vraiment pencher la balance vers les EnR et certes , il faudra ajouter leur coût au coût des éoliennes/PV , je ne conteste pas cela en bloc. Par contre , il n’est pas nécessaire de prévoir un kW de stockage pour un kW d’éolien , il en faut moins en puissance. En MWh par contre , le plus on en aura, le mieux on se portera. Reste le problème du poids politique du monopole. Ce poids est vraiment énorme, trop gros pour l’affronter sur le terrain du réseau. En revanche , les transports ne sont pas soumis à monopole et ne risque pas de le devenir dans un avenir prévisible. Laissons donc l’hydrogène se développer dans les transports… Il y a aussi le marché de la haute disponibilité, (datacenters, militaires, ..) hélas ce marché reste sous monopole et on sait que celui-ci est pret à mettre des sommes illimitées plutôt que laisser passer une technologie capable de lui échapper. Moralité : le monopole fera barrage mais on s’en fiche car l’hydrogène-transports est un sur-ensemble de l’hydrogène réseau (il fait la même chose en mieux) . L’hydrogène finira donc par gagner cette bataille via les transports et plutôt dans le haut de gamme (cuves transportables, electrolyseurs modulaires, ..) puis prendra lentement sa place sur sites isolés puis dans les réseaux , mais au final quelle différence ? Moins de brevets pour la france, moins d’expertise, plus de problèmes administratifs mais du matériel de haute qualité L’hydrogène prendra la place des centrales commandées avec brio

jpdebangui

Ne serait-ce pas de l’arrogance que de croire que nos infimes personnes, poussières d’étoiles qui ne représentent rien par rapport à notre Terre (ni en masse, ni en nombre de molécules, ni encore en énergie) auraient changé le climat; Voir le site de Werner Munter et le dernier FUTURA-SCIENCE sur l’histoire de notre planète (cycle de précession, cycles divers de variation de notre distance au Soleil,…)

jpdebangui

Chaque fois qu’un exemple scientifique d’opposition aux ENR est posté il est supprimé

Bachoubouzouc

Petit rappel d’Histoire : L’humanité a toujours évolué vers des sources d’énergie de plus forte intensité. On a commencé par utiliser l’énergie animale (nos muscles, ceux du bétail et des esclaves). Puis les “énergies renouvelables” (moulins à eau, à vent). Puis “la biomasse” (chaudières à vapeur alimentées au bois). Puis le charbon (toujours des chaudières à vapeur). Puis le pétrole. Et enfin le nucléaire. En ayant accès à de plus en plus d’énergie, nous avons eu droit à de plus en plus de pouvoir d’achat. C’est la raison pour laquelle la maitrise de la fusion nucléaire et un nouveau bond dans le développement de l’humanité me semble une idée plus crédible que celle de la décroissance, en vogue dans les milieux écologistes.

jpdebangui

Je ne suis pas contre les ENR, je dis seulement qu’elles sont fortement subventionnées, ce qui fausse leur coût, comme est faussé d’ailleurs celui du nucléaire. Je dis aussi que leur vogue est dû à un lobby écologiste qui peut se justifier dans la ceinture tropicale désertique pour les PV mais qui se justifie beaucoup moins partout ailleurs, et en particulier dans les pays qui ont des industries gourmandes en électricité.

Bachoubouzouc

“Il y a un peu de vrai dans le quasi-mensonge de bachoubouzouk” Prouvez donc qu’il y a un peu de mensonge dans ce que je dis, au lieu de persifler. Et par pitié, on n’est plus dans les années 70. EDF a été privatisé depuis bientôt 10 ans, vivez avec votre temps ! Et épargniez nous cette vieille scie qu’est votre discours sur le monopole, on l’a déjà entendue cent fois !

Dan1

Mais alors, si le coût au kWh des EnR s’effondre et devient plus compétitif que le nucléaire (à service identique cela m’étonnerait beaucoup), les centaines de milliers d’emplois que l’on nous promet vont fondre comme neige au soleil. Car il demeure toujours cette question lancinante, surtout à propos du photovoltaïque : Pour ceux qui n’ont pas suivi, je reprends in extenso la question : Question : Comment fait-on pour obtenir des dizaines de milliers d’emplois durables dans le photovoltaïque en France si on installe très vite un parc de 30 GW ? Une fois les installations terminées que fait-on des employés ? Vont-ils pointer à pôle emploi ? Car si le photovoltaïque est si fiable et si peu cher, c’est qu’il nécessite peu d’emplois sur la durée de vie ? En bref, avec les nouvelles EnR électrogènes qu’est-ce qui attend nos enfants : Gros pôles d’emplois durables ou direct chez Pôle Emploi durablement ? Remarquez que si le prix du kWh PV baisse énormément on peut quand même maintenir l’emploi massivement en diminuant les salaires voire en rétablissant l’esclavage.

Dan1

Je remarque une fois de plus qu’il ne s’agit pas d’un débat sur l’avenir de l’énergie mais sur le maintien ou la prise de parts de marché dans l’électricité. C’est donc un débat outrageusement électrocentré pour des raisons dogmatiques et mercantiles. L’éolien et le photovoltaïque ne sachant produire que de l’électricité, il faut prendre à tout prix la place des moyens déjà en place, quand bien même cela n’apporte pas la même garantie de service. Sauf que l’avenir c’est l’énergie et que l’électricité en France, c’est seulement un quart du problème et une partie de la solution. Les “POUSSE TOI DE LA QUE JE M’Y METTE” ne jouent au mieux que sur 25 % du problème de l’énergie. Et si on discutait un peu plus souvent des 75% restants.

Bachoubouzouc

Les “Pousse toi de là que je m’y mette”… J’aime beaucoup 🙂

Lionel-fr

Rassurez vous, je ne pense pas que le monopole de l’electricité soit en danger en France actuellement, le montage financier actuel continuera Je vais vous étonner, je vous lis souvent avec beaucoup d’intéret, sans persiflance systématique. Là où le désaccord commence, il devient vite total. Pour autant, je vous considère comme un bon professionnel qui donne une image positive de sa société. A votre parallèle historique sur la puissance, j’emets une objection sérieuse : en fait la puissance a guidé les chercheurs dans bien des domaines, notamment militaires, mais force est de constater que la course à la puissance s’est arrètée sur deux critères : 1. le nombre d’unités (bien que la puissance totale reste en hausse) 2. la précision : un engin mille fois plus précis, peut être mille fois moins puissant pour un résultat identique 3. critère subsidiaire car très récent mais extrèment porteur : Lorsque on a développé la précision et que les usines produisent des millions d’unités sans trop de déchet , c’est la consommation d’énergie qui devient le critère numero 1 (microprocesseurs, éclairage..) L’humanité n’a jamais été confrontée à une généralisation des objets intelligents, le bouleversement dans l’évolution consécutif à l’intelligence numérique est si énorme qu’il est impossible de le quantifier à ce moment Cela dit on peut toujours revenir à la seule puissance et traduire les autres critères pour “matcher” votre modèle. Hubert Reeves , en décrivant l’histoire de l’univers à mis en avant le critère unique de sophistication : ainsi l’évolution consisterait en une tendance des choses simples à s’agencer entre elles pour former un tout plus sophistiqué que ses sous-ensembles Votre logique ne fait pas mention des effets collatéraux (pollution, déchets, accidents, guerres, dépendance, vulnérabilité, ..) J’en oublie et d’ailleurs , il faudrait citer aussi les avantages et noter chaque technologie sur chaque critère.. La puissance ne fait pas tout, surtout lorsqu’elle est centralisée, le modèle central a d’ailleurs été mis au placard par les technologies de réseau mais le changement de paradigme est beaucoup plus profond et touche chaque entité logicielle et matérielle des systèmes numériques depuis plus de 15 ans Lorsqu’une ville comme L.A. se met en tête de supprimer tout ce qui ressemble à un centre ville alors que des vieilles villes comme Paris n’en finissent pas de se ramifier à l’approche de leur centre, on peut se poser la question de la culture de celui qui décrit l’évolution En densité de puissance, la fusion dépasse la fission et l’anti-matière dépasse tout ce qu’on connait Mais l’hydrogène est lui aussi au top du rapport masse/puissance dans l’intéraction faible (chimie), bref l’hydrogène et l’anti-matière sont tous deux au sommet d’un modèle. Concernant l’énergie, le réseau électrique a quand même connu un concurrent historique : le gaz Pourquoi du gaz alors que le réseau électrique est tellement généralisé, pourquoi diable a-t- on ressenti le besoin de le doubler d’un réseau de combustible fossile, par nature contraint et limité ? A-t-on secondé le réseau d’égouts ? d’eau ? pas vraiment puisque le réseau routier est suffisament versatile pour sauver la situation en cas de pannes Pourtant la fée électricité n’a jamais semblé suffisante .. un peu “fragile” peut-être…

trimtab

Force de répéter, il faut arreter de tirer a boulets rouges sur les choix électrogènes de chaque pays, prise à differents moments, pour des raisons technologiques, économique, politique etc, est revenir à une réalité absolue, en regardant un peu plus loin que le bout de son jardin: Que nous mangons tous un peu dans la même marmite: Et il y 340 interconnections qui le prouve…! Et par ‘vases communicants’, On mange tous un peu de nuke tricolore, du éolien danois, espagnol ou britannique, du PV allemand ou italien, du charbon ‘made in Drax’, ou du lignite outre Rhin…….. Et il va falloir coordonné tous ça dans un genre de nouveau CEE (Consortium Electric European) dans laquelle des differents ENR, dans les bons endroits les plus propices, auront une place non négligable…… Ca ne va pas être simple….! Mais ça se fera….contrainte ou forcé…. trimtab

Guydegif(91)

Bel article ! Qss graphes exemplaires ! 42 messages de 8:00 du mat à 19:00 ce soir ! Pas mal ! Le moins qu’on puisse dire c’est que le sujet des EnR motive, sensibilise et fait bouger les réactions ! Coûts en forte décroissance sur les 7 ans passés, donc a contrario, avec le vent en poupe (et le soleil et autres ressources EnR aussi, pardi! Et Ségolène qui veut dynamiser les entreprises et les foules ! YA+KA ! A+ Salutations Guydegif(91)

Dan1

A Bachoubouzouc Bon, ben vous pouvez reprendre autant que vous voulez cette expression… gratuite car elle est libre de droits.

Tech

les pronuke fan de datas parle de ENR avec des diagrammes de 2011 en disant que rien a changé !! alors que l’article dit tout le contraire! les prix baissent régulièrement, pour le nuke c’est l’inverse! et depuis 2011 de nouvelle zones &oliennes sont couvertes, sans parler de l’éolien en mer qui va arriver. donc tout le monde peut constater les évolutions positives de ENR sauf les pronuke qui se raccrochent à leurs arguments de moins en moins crédibles! et à chaque fois ils divisent pour mieux régner en essayant de comparer indépendamment le PV au nuke, l’éolien au nuke, l’hydrolique au reste, la biomasse sans le PV ni l’éolien ni l’hydro, etc,,etc,etc il n’arrive pas à comprendre que les ENR c’est un Mix et que oui il faut une gestion du réseau différente, qui incluera de plus en plus de stockage pilotable. l’identification a une société en france c’est assez fort, EDF leur a bien lavé le cerveau

Sicetaitsimple

Je prends le train en marche àprès qu’il ait pris pas mal de vitesse aujourd’hui comme le souligne GuydeGif, aussi je m’arrête à la première phrase de la news: “Le coût de production de l’électricité générée à partir de sources d’énergie renouvelables a atteint la parité ou reste situé en dessous du coût des combustibles fossiles pour de nombreuses technologies dans beaucoup de parties du monde” Ca dépend de la technologie et de la partie du monde envisagée, et aussi du fait qu’on a besoin ou non d’élecctricité supplémentaire.Ca parait trivial, mais c’est quand même du bon sens, et ça permet de prioriser plutôt que de généraliser en disant “les ENR y’a que ça de vrai”. De toutes façons aujourd’hui il n’y en a pas pour tout le monde ( env. 50GW/an de PV et à peu près autant d’éolien), l’important c’est de les mettre prioritairement là où ils sont le plus utiles.

Guydegif(91)

Bel article ! Qss graphes exemplaires ! 42 messages de 8:00 du mat à 19:00 ce soir ! Pas mal ! Le moins qu’on puisse dire c’est que le sujet des EnR motive, sensibilise et fait bouger les réactions ! Coûts en forte décroissance sur les 7 ans passés, donc a contrario, avec le vent en poupe (et le soleil et autres ressources EnR aussi, pardi! Et Ségolène qui veut dynamiser les entreprises et les foules ! YA+KA ! A+ Salutations Guydegif(91)

128
0
Laissez un commentairex