Le tarif du gaz pourrait grimper de 9,5 %

Selon une information du "Figaro" en date de mercredi, le prix du gaz pour le résidentiel augmenterait de 9,5 % à partir du 1er avril prochain.

La Commission de régulation de l’énergie (CRE), dont l’avis est désormais contraignant sur le sujet, va examiner la proposition de GDF Suez. Fin février, le journal tablait déjà sur une hausse de 9%. Cette hausse prendrait en compte à la fois l’évolution du prix de la molécule de gaz et les coûts hors approvisionnement.

"Quelques jours après les élections régionales, une hausse des prix de l’énergie se révélera impopulaire aux yeux de l’opinion, plus sensible aux augmentations qu’aux baisses", juge le quotidien.

La dernière modification tarifaire date d’il y a un an et s’était traduite par une baisse de 11,3 %.

         

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
1000 mille

Les tarifs du gaz vont augmenter de 9,7% au 1er avril : Les tarifs du gaz naturel pour les particuliers vont augmenter de 9,7% en moyenne au 1er avril, a annoncé la Commission de régulation de l’énergie (CRE) jeudi à l’AFP. Les tarifs vont augmenter de 40,3 centimes d’euro par kilowattheure (kWh) en moyenne, soit 9,7%, selon un document remis par la CRE. L’autorité de régulation a donné son aval à une demande soumise par le groupe GDF Suez, anciennement Gaz de France. Près de 90% des 10,8 millions de foyers raccordés au gaz naturel sont soumis aux tarifs réglementés, qui sont proposés essentiellement par GDF Suez. Jusqu’à présent, ces tarifs étaient fixés par les ministres de l’Economie et de l’Energie. Mais c’est désormais GDF Suez qui décide des éventuels changements de prix, sous le contrôle de la CRE. Cette hausse des tarifs est la première augmentation depuis août 2008 (+5,3%) et la plus forte depuis novembre 2005. A l’époque, les prix avaient bondi de 13,7%. Les prix du gaz naturel n’ont pas évolué depuis le 1er avril 2009, date à laquelle ils avaient été abaissés de 11,3%. L’évolution des prix au 1er avril se traduira de manière très différente selon le type d’usage des abonnés au gaz. Ainsi, la facture augmentera en moyenne de 10 euros par an (hors TVA) pour les 1,5 million de foyers qui n’utilisent le gaz que pour faire la cuisine. Pour ceux qui s’en servent aussi pour leur eau chaude (1,2 million de clients), la hausse sera un peu plus forte: 21 euros par an. Enfin, les consommateurs qui se chauffent aussi au gaz (6 millions de clients) verront leur facture gonfler de 70 euros sur l’année. La plus grosse partie de la hausse des prix n’est pas due à l’augmentation du prix de la molécule de gaz mais à celle des coûts de transport et de stockage. “Pour acheminer du gaz, il faut des infrastructures, il faut les renouveler et les entretenir et tout ça a un coût”, a expliqué à l’AFP Philippe de Ladoucette, président de la CRE. Selon l’UFC-Que Choisir, “le coût des infrastructures et de la commercialisation” a augmenté de 22,2% en un an. “Une telle explosion des coûts est injustifiable”, a dénoncé l’association de consommateurs. Le reste de la hausse des tarifs s’explique par l’augmentation des cours du pétrole brut sur les six derniers mois. GDF Suez achète en effet son gaz via des contrats à long terme auprès des pays producteurs (Norvège, Russie, Algérie, etc.) à un prix indexé sur les cours du baril de brut. La CRE devrait réviser la formule permettant de calculer les coûts d’approvisionnement de GDF Suez “d’ici à la fin de l’année”, selon M. de Ladoucette. “On verra s’il faut modifier certains paramètres après les négociations menées par GDF Suez avec ses fournisseurs pour essayer d’obtenir qu’une part du gaz soit indexé sur les prix des marchés +spot+” (au jour le jour), indique le président de la CRE. Les prix du gaz naturel sont en effet de plus en plus déconnectés des prix du pétrole brut sur les marchés de gros, du fait d’une surproduction de gaz naturel au niveau mondial. “La plupart des opérateurs gaziers en Europe essaient de renégocier avec leurs fournisseurs pour que tout leur gaz ne soit pas indexé sur le pétrole de manière à faire baisser leurs coûts”, a ajouté M. de Ladoucette. “C’est une négociation assez compliquée dont on ne connaîtra le résultat d’ici quelques mois”, a-t-il expliqué.

1
0
Laissez un commentairex