Les chauffe-eau solaires deviennent obligatoires à Hawaii

Hawaï est devenu le premier État américain à exiger des chauffe-eau solaires dans les nouveaux foyers.

Le projet de loi, signé par le gouverneur républicain Linda Lingle oblige l’installation de systèmes d’économie d’énergie dans tous les nouveaux logements à partir de 2010.

Aucun permis de construire ne sera délivré pour les logements individuels/collectifs qui ne sont pas équipés de chauffe-eau solaires. En effet, selon les statistiques officielles, cette île du Pacifique située à environ 3 900 kilomètres au sud-ouest de San Francisco, utilise le combustible fossile comme source principale d’énergie, et dont 90 % est issue des seules importations.

Cependant, quelques exceptions seront autorisées, comme par exemple, les zones forestières où la quantité de soleil reste relativement faible.

C’est le vice-président de l’énergie et de l’environnement de l’Etat d’Hawaï (Gary Hooser Sen), qui a lancé pour la première fois cette initiative il y a cinq ans, lorsque le baril de pétrole ne valait encore "que 40 dollars". Une bonne intuition car depuis, le prix du du pétrole a plus que triplé.

"Il est très clair que nous devons prendre des mesures sérieuses pour protéger Hawaï, parce que nous sommes trop dépendant du pétrole", a déclaré Hooser. "Je suis très heureux que le gouverneur reconnaisse l’importance de ce projet de loi et les énormes avantages qui en découleront…"

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
4 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
fredhu

Même sous nos latitudes, même au coeur de l’hiver, une installation de chauffage solaire produira une eau chaude qui ne coute que le prix des capteurs …Certes, il faut bien sûr le compléter avec un moyen de chauffage supplétif les jours de grand gris/pluie/pas beau.Mais pourquoi se refuserait-on encore longtemps cet apport universel, gratuit (hors investissement initial, mais je parle bien “d’investissement” avec sa corolaire “retour sur …” !), et pas plus ésotérique, compliqué ou soumis à panne qu’une chaudière à fuel/gaz.Hawaii a pris une descision qui a le très grand mérite de ne pas avoir attendu aujourd’hui que le prix du baril (ça monte, ça monte !) justifie enfin la pertinence de ce choix.Tout pays industrialisé (les “en voie de développement” suivront) se doit de PREVOIR avec un peu plus de clairvoyance que les exemples mesquins d’économies d’énergie que l’on nous propose. Qu’on nous propose, alors qu’on devrait nous l’imposer !Reste alors à tous à choisir les solutions les plus sensées, qui si elle ajoute un petit peu au coùt d’une construction (à prouver …)(1), donneront à celui qui aura fait ce choix l’indépendance financière (je parle pognon, là !) vis à vis de formes d’énergie qui deviennent chaque jour plus rares, chères et qui disparaitront définitivement une fois les réserves épuisées.L’obligation hawaiienne est une très bonne solution, même si c’est une obligation.(1) très grossièrement: prennons une “maison Borloot”, 100 k€, efficacité thermique à determiner (je crains le pire …), 100m2, soit 1000€/m2.Maison “sur-isolée”, chauffage traditionnel gaz ou wood pellets, dépense annoncée 35€/mois (!) pour 150 m2, prix 1200€/m2.Maison passive, chauffage par apport solaire passif, un peu de complément (un p’tit poêle à buche) pour les jours vraiment pourris, dépense annoncé 15€/mois maxi (!!), prix 1300€/m2.Mettez les chiffres pour votre maison (prix m2, dépense de chauffage mensuelle) et faite le calcul:- prix total investi (une fois le prêt remboursé, plus de dépense)- dépense annuelle de chauffage (que vous aurez à payer TOUTE votre vie !).Pensez seulement qu’une fois à la retraite, maison payée, vous n’aurez certainement plus les moyens de vous chauffer dans une maison “passoire” si vous comptez sur une source d’énergie dont les prix ne feront qu’augmenter … Quel avantage d’avoir une maison “pas chère” quand vous vous gèlerez les fesses tous les hivers ?

Guydegif(91)

Quand les gens sont …frileux ou indécis…à prendre des décisions VITALES et SALUTAIRES, il faut qq fois leur forcer la main pour FAIRE ! C’est d’autant plus vrai dans des installations neuves décrites ici. Le // de Fredhu est une bonne amorce pour faire appliquer ailleurs …chez nous par exemple….. Dans les Dom-Tom arrosés par un max de Soleil on devrait dès à présent IMPOSER aussi…., comme Hawaî…!Que du bons sens !A+ Salutations Guydegif(91) 

Dan1

A Hawai, je ne sais ce qu’ils peuvent espérer d’un chauffage solaire, en ont-ils besoin ? L’article parle de chauffe-eau solaire ou CESI (Chauffe eau Solaire Individuel) pour faire l’eau chaude sanitaire. dans ce cas, l’apport solaire peut être très significatif (nettement plus de 50 % sur l’année).S’agissant de transposer cela au chauffage avec un système SSC (Système Solaire Combiné) et en France, il y a un pas important à franchir. Dans la plupart des cas nous aurons un apport solaire minoritaire et c’est alors le solaire qui devient le complément de la chaudière. Malgré l’excellent rendement du solaire thermique, il demeure que l’essentiel des besoins de chauffage est concentré en hiver dans la période ou le solaire fonctionne  vraiment très peu de temps par jour (6 heures au mieux en décembre). Il me semble que pour une maison normale, il est difficile de dépasser 30 % de couverture solaire pour un système complet qui reste cher (au moins 13 à 15000 Euros).Le paradoxe est que plus la maison est économe en énergie, moindre est l’économie en valeur absolue. Le SSC n’est donc pas forcément plus facile à amortir sur une maison bien isolée… mais il faut en priorité bien isoler la maison. 

fredhu

Pas de problème avec ton raisonement, Dan1.Mais même si le solaire n’assure QUE 30% des besoins de chauffage au coeur de l’hiver, que représente cet investissement ?Ok ok, de l’argent à rembourser aux banques, des vacances plus modestes et autres plaisirs réduits à la clé. Mais qu’en sera-t-il lorsque le baril aura dépasé les 200$ si l’on ne fait pas aujourd’hui le “sacrifice” de cet effort ?Cet investisement se mesure à celui de la maison toute entière: obtenir un abri confortable, sec et chaud, et ceci pour la durée de ce qu’il reste à vivre à votre famille et à vous.La difficulté est de concevoir, dans notre vie où beaucoup de choses sont à court terme, les avantages de cet effort supplémentaire. Pourtant, s’il est habituel de se poser la question du coût d’achat d’une automobile, l’entretien (surtout la conso) sont de plus en plus des critères que les gens prennent (sont forcés de prendre) en compte.Pourquoi cette démarche ne s’appliquerait-elle pas pour votre logement ?Nous n’avons pas encore l’habitude de comparer la “consomation” d’une habitation, mais ce critère va devenir très vite aussi important que pour une auto …

4
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime