Les technos utilisant le thorium pour la production d’énergie en débat

Le CERN de Genève vient d’annoncer la tenue prochaine de la conférence ThEC13 (Thorium Energy Conference), dont l’objectif est de passer en revue les solutions scientifiques et techniques apportées par le thorium comme technologies nucléaires alternatives pour la production d’énergie et la destruction des déchets nucléaires.

Le thorium est un métal blanc argenté présent dans la croûte terrestre et quatre fois plus abondant que l’uranium. En tant que combustible nucléaire, ce métal pourrait offrir une solution plus sure et plus ‘propre’ que l’uranium pour la production d’énergie, et permettrait en outre de réduire le volume et la durée de vie des déchets nucléaires.

Plusieurs nations ont entrepris des projets ambitieux visant à mettre au point une nouvelle génération de centrales nucléaires reposant non pas sur l’uranium, mais sur le thorium, dont le niveau de sûreté serait ‘sans précédent’. Cette technologie permettrait de réduire les déchets nucléaires actuels et futurs, et constituerait également une solution intéressante en ce qui concerne la non-prolifération et les émissions de CO2.

"L’énergie est une préoccupation majeure pour la société et je suis sûr que cette conférence montrera une nouvelle fois à quel point la recherche fondamentale peut être utile pour faire face à un défi si important", a déclaré Rolf Heuer, directeur général du CERN.

La Chine et l’Inde soutiennent activement plusieurs projets en ce sens, en y consacrant d’importantes ressources, et les États-Unis, la Russie, l’Europe, le Japon, la Corée du sud et la Norvège s’intéressent également à cette technologie. La conférence ThEC13 rassemblera des scientifiques de 32 pays, parmi lesquels les principaux acteurs, pour discuter de la situation en la matière et définir un projet commun dans un esprit de coopération internationale.

"Le thorium offre une voie vers une énergie nucléaire sure et ‘propre’, a souligné Jean-Pierre Revol, président de l’iThEC. La présence attendue de nombreux éminents scientifiques à la conférence ThEC13 montre clairement qu’une véritable coopération internationale se met en place, annonçant une nouvelle ère de l’énergie nucléaire, avec de réels effets bénéfiques pour la planète."

Au cours des années 1990, le CERN a été parmi les premiers à s’engager dans la voie de la recherche sur les technologies du thorium en mettant en place, sous l’impulsion du prix Nobel Carlo Rubbia, des expériences permettant d’évaluer la conception de base d’un réacteur au thorium commandé par un accélérateur de protons.

** La conférence ThEC13 est organisée par le Comité international pour l’énergie du thorium (iThEC, international Thorium Energy Committee), qui a son siège à Genève, et l’Organisation internationale pour l’énergie du thorium (IThEO, International Thorium Energy Organization), qui a son siège à Stockholm.

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
29 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Nature

Enerzine parle enfin du thorium. Il n’est jamais trop tard pour aborder les solutions véritablement novatrices. A suivre.

Dp

et vous comptez faire comment pour eux ? : L’expérience chimique ne vous suffit pas ?, vous voulez de l’invisible, indicible, du sournois pour des décennies et des décennies ! allez-y , c génialeeeee le nucléaire commerciale !

gaga42

Réaction scandaleuse qui n’a rien à voir avec le sujet, pourquoi pas des photos de camp de concentration tant que vous y êtes? Renseignez vous plutôt ici: , en particulier les explications sur le réacteur imaginé par Rubbia. Si toutefois vous êtes capable de comprendre des arguments scientifiques.

Dp

? il n’y a rien de scandaleux dans ma réponse, juste quelques photos qui n’ont rien à voir avec le process nucléaire actuel effectivement..: Des cancers pour juste pour quelques malheureux… qui donneront du “travail ” aux médecins et autres “chercheurs “… on ne fait pas une omelette sans casser des oeufs… Pour mes prochaines vacances j’envisage maintenant d’aller habiter Fuckchima ou chtarnobil et d’y cultiver du thon radioactif en pensant à mes bonnes pommes de terres labels rouge fucku-pijama. et bien sûr pour illustrer et vous inviter à venir me voir in situe (moi moi moi) quelques photos (entre autres) de plages magnifiques rapportées par votre reporter favori => Par contre, j’aurais une question, comment faites-vous pour éteindre le feu nucléaire que vous voulez allumer (et que vous avez allumé) alors que vous ne savez même pas quoi faire des cendres de votre cendrier à gitanes ? de l’engrais ? ) => Vous allez continuer longtemps comme ça à enfumer tout le monde et glisser la poussière sous le tapis en nous taxant de tous les maux ?

Pastilleverte

N’en déplaise à certains, dont le simple énoncé de mots tels que “nucléaire” ou “OGM” ou “Gaz de schiste” déclenche une réaction émotionnelle intense appelée “NON”. la voie thorium est une très bonne chose. La voie uranium et elle seule n’a été suivie dans le civil que parce qu’on y avait déjà travaillé dans le militaire, avec le “succès” que l’on sait. Hélas, avec le temps perdu en n’affectant pas suffisamment de moyens de recherche sur le Th, l’objectif de mise en production de centrales Th doit se chiffrer en décennies. C’est un bon pas vers la transition énergétique (intelligente), sachant que ni les moulins à vent ni les gadgets PV ne pourront fournir plus de 20% de nos besoins en énergie (et je suis sympa). Il est à rappeler par ailleurs que la seule source d’énergie “renouvelable et propre” permettant des productions de masse, c’est l’hyroélectricité, qui n’a pas grand chose d'”écologique”, les lacs de retenue noyant littéralement toute une biodiversité et modifiant définitivement des territoires avec leurs passés et leurs traditions. Et, par charité, on ne parlera pas des émissions de méthane qui se produisent souvent depuis les lacs de retenue, le CH4 étant autrement “réchauffant” que le CO2, comme chacun sait. Ce qui n’empêche pas de faire de gros efforts en termes de sobriété et d’efficacité énergétique.

Fertile

La Chine,l’Inde,les États-Unis, la Russie, l’Europe, le Japon, la Corée du sud et la Norvège qui s’intéressent tous à cette technologie devraient mettre en commun un financement pour construire rapidement un petit prototype internationnal de 50 ou 75 voir même 100 MWe(selon les possibilités techniques actuelles),car ça reviendrait moins cher ainsi à chaque nation.Et on gagnerait ainsi beaucoup de temps et d’argent,au lieu de faire bêtement chacun pour soi. Espérons que cette conférence ThEC13 qui rassemblera des scientifiques de 32 pays,aboutira à une décision prochaine de réalisation d’un tel prototype en commun.Le plus vite sera le mieux car la filière thorium a déjà perdue beaucoup de temps depuis les années soixantes,et c’est vraiment très dommage.

Dp

personne n’a répondu à ma question, mais bon c pas graves, j’ai l’habitude.. Non seulement vous êtes des pyromanes (vous allumez des feux en pleine nature au milieu de tous) Mais en plus vous ne savez pas les éteindres. Même les pompiers feraient mieux que vous messieurs les “scientifiques” … vos enfants s’ils ne sont pas diformes , s’en chargeront , ( peut-être ) PS: faudra trouver des sponsors autre que les états : nous ne sommes plus aux jeux olympiques chéres francs maçons. Bye.

Dan1

Tiens, Caliméro est de retour : “personne n’a répondu à ma question, mais bon c pas graves, j’ai l’habitude.. “

jpdebangui

A ma connaissance, les centrales à Thorium ne peuvent pas s’emballer, il leur faut une source de neutron externe pour fonctionner. Si on arrête cette source, plus de réaction… Est-ce que je me trompe ? C’est donc vraiment une solution d’avenir. Mais en lisant les réactions, j’ai l’impression qu’il y en a qui croit encore à la génération spontanée et à la description créationiste de nos religions… L’homme a toujours su s’adapter, et sa durée d’existance sous diverses adaptations partout sur terre montre que nous pouvons avoir confiance dans ce domaine… Tant qu’il restera un espace de Terre pour vivre….. Nos dernières decenies ont montré que même des crises importantes comme BHOPAL, SEVESO, TCHERNOBYL, TREE MILES HIGHLAND, Les marées noires diverses, … Ont peu à peu été réinvestit par la nature, puis par l’homme… Tout comme les grandes destructions par les volcans et les tsunamis… Alors, je garde espoir !

Dp

visiblement Mr Dan1 ne comprend pas ma question. Je la reformule donc afin d’être entendu : Connaissez-vous un moyen à ce jour pour éteindre ou stopper une réaction nucléaire en cours ou tout du moins empêcher la radio-activité d’agir sur le monde du vivant ? => c une question , quelqu’un peut-il répondre je vous prie ? Ainsi vous souhaitez nous exposer encore plus dans ce domaine expérimentale sans avoir trouvé un antidote à la radio-activité contenu dans les particules résultantes. c bien ça ? Dites moi si c’est moi qui comprends rien ? Mais j’aimerais bien savoir quelle est cette folie qui vous entraines à nous emporter tirs plus loin dans ces recherches, alors que vous êtes incapable d’en maitriser les effets en dehors d’une enceinte close et étanche. Et qu’en plus vous vous permettez d’en faire un commerce à la vue et la barbe de tout les états en prenant otage les populations sans qu’elles aient le choix de payer pour ce dictacte. Ainsi vous souhaitez alimenter le plus grand nombre possible de civils avec une énergie dont vous ne maitrisez que la combustion mais pas ses conséquences. Vous nous soumettez à vos recherches sans que vous m^mes ayez une solution fiable à nous proposer sinon nous mettre à l’abri en cas de contamination.. Autrement dit vous nous mettez sur la tête à nous et à tout nos descendants sans rien avoir demandé une menace irréversible sur le monde du vivant, sans qu’aucune conscience ou remord de votre part viennent s’excuser auprès des victimes déjà fort nombreuses de votre ignorance et de la preuve dont vous en faites. De quel droit vous vous permettez de mettre en péril la vie de milliers (de millions) d’habitants alors que vous ne savez même pas comment arrêter une radio-activité en cours ? Pouvez vous me dire enfin comment appelez-vous cette doctrine sinon un totalitarisme avéré et comment appelez-vous toutes personnes conduisant à la mise en place de cette solution sinon des meurtriers ? et pour être plus exacte, l’énergie fissile est à ce jour, un crime contre l’humanité dont vous êtes les responsables. + Pour le monsieur qui dit Oui (au Thorium) et sa réaction en chaine, et bien pourquoi n’allez vous donc pas vivre à Fuckuchima ou chtarnobil ? Auriez vous au moins le courage de vous excuser auprès de ces habitants dont vos recherches font subir à tout un peuple une calamité irréversible ?

Totoro

DP tu es un troll en fait. tu interviens sur des boards plus ou moins bien renseignés pour étaler ton inculture complète et tes arguments fallacieux ? En quoi même tchernobyl pourrait il être à l’échelle d’une catastrophe planétaire de l’ordre du réchauffement global ? En quoi même un accident nucléaire est “une menace irréversible pour le monde vivant” prenez un globe terrestre dans votre main et mesurez 50km de rayon quelque part au compas. dites vous que ça va craindre là bas pendant environ 50 ans. (oui je sais, comme tout les fanatiques, vous confondez la durée de vie du plutonium et celle du Cesium 137 ou du strontium 90). Ben oui, c’est mal, c’est un accident industriel majeur et… et c’est tout ! ça n ‘est pas à l’echelle des problème que pose l’énergie en général sur toute la planète , et dont vous semblez vous soucier comme d’une guigne car ça, ça ne vous fait pas peur (trop complexe à apréhender par un troll ? )

Dp

Totoro > Merci de me dire ce que je suis ou ne suis pas. Je constate simplement encore une fois que vous ne répondez pas à ma question. Et qu’en plus vous cherchez à me négliger comme vous méprisez le monde du vivant. Vous vous croyez au dessus de tout cela. Vous poluez sans vergogne, vous tuez sans même avoir une compassion pour ces innocents. Les nazis n’auraient pas mieux fait. Vous me dégoutez parceque vous n’avez aucune solution sinon celle de faire croire que l’on vous a demandé quelque chose. La preuve est que vous êtes incappable de stopper votre machinerie infernale et nous faites croire que c’est pour notre bien. Allez dire cela aux victimes de vos recherches et applications.

enerZ

Votre dernier commentaire est jugé excessif et non conforme à la charte que vous devez lire avant de poster. Merci à l’avenir de modérer vos propos…

Dp

et pour conclure vous êtes des censeurs. Pourquoi niez vous la vérité ? Pourquoi vous êtes incapable de répondre à la question que j’ai formulé pour vous ?

Lord predator

Premiérement, vous nous faites l’apologie d’une chose dont vous ne comprenez manifestement pas. Ensuite, arrêtez une réaction nucléaire ? Renseignez vous sur les barres de graphite Ensuite, “empêcher la radio-activité d’agir sur le monde du vivant ? ” Renseignez vous sur l’iode Enfin, arrêtez de nous prétés des intentions comme si les personnes présente ici était responsable de quoi que se soit quoi … c’est hallucinant Cordialement,

Lord predator

Pour infos, il n’y a pas de “feu” nucléaire, ni de “combustion” nucléaire, il s’agit d’une réaction … nucléaire, c’est à dire au niveau atomique, une fission ou une fusion

Dp

Oui bien sûr,vous expliquerez cela aux mongoliens et autres curiosités infantile qui vont éclores suite à votre bien faisance et autre luminosité éclairée.. si vous ne les zigouillais pas à la naissance dans le ventre de leur mére. et pour suivre sur vos conseilles avisés, je vais demander aux baleines du pacifique pour savoir ce qu’elles en pensent de la radio-activité, ça doit bien avoir un gout ? ça se mange ?

Lord predator

Ouais donc là, c’est même plus du Troll de personnes aveuglés qui confond tous et n’importe quoi, c’est quasimment de la diffamation, MERCI de cessés de prétés des intentions à tout va pour tout et n’importe quoi. La Radio-activité ? Mon pauvre amis, vous en êtes baignés malgrés vous de maniére naturelle, vous apprendrez que la chaleur de la Terre provient de la désintégration naturelle et NUCLEAIRE des composés fissile dans le manteau (sous vos pieds), le nucléaire ? il vous permet de vivre grâce aux soleil (oui oui, vilain réacteur nucléaire le soleil) bref discutés de tous et n’importe quoi sur des jugements à l’emportes piéces balancés à la hâte n’a aucun intérêt, merci de vous renseignés au moins un MINIMUM sur les sujets dont vous aimez tant débattre et revenir une fois fais. Cordialement, P.S : Oui, allez demandés aux baleines, bonne idées, restés avec elles aussi, si vous pouvez, merci

Dan1

Apparemment le spray a fait effet :

Devoirdereserve

… oui, mais lequel ? Cette conférence est pleine de bonne intentions. Mais aujourd’hui, les quelques dizaines de chercheurs travaillent sur au moins 5 voies différentes. La plus proche de l’application, c’est le combustible solide thorié. C’est une des voies indiennes. Les norvégiens s’y intéressent. On sait, en principe, faire tout le cycle fabrication-traitement du combustible. Deuxième voie, la voie “historique” des sels fondus, à la manière du MSRE d’Oak Ridge. Le réacteur est à la limite de l’isogénération, coeur graphite. C’est sur la feuille de route du SINAP (Institut de l’Energie Nucléaire de Shangai). Environ 400 chercheurs/ingénieurs/techniciens, et quelques dizaines de million de budget (beaucoup de bras, beaucoup de cash). Ca ne répond pas aux enjeux d’un déploiement rapide en Chine et en Inde. Troisième voie, la voie Russe. On fait un incinérateur, pour consommer les déchets d’un parc de REP ou de RNR sodium. L’aspect thorium est tout à fait secondaire. Les américains étudient aussi de petits MSRE sous-critiques couplés ou non à un accélérateur pour faire des “incinérateurs” de déchets. Beaucoup de cash, de la belle com., une start-up, mais peu de bras. Quatrième voie, la voie Française et européenne : un réacteur à neutrons rapides, non modéré, sous, iso ou surgénérateur. Quelques bras, peu de cash. C’est pourtant le plus prometteur, flexible, répondant aux enjeux des pays qui veulent déployer une flotte avec peu de matière fissile comme aux pays qui veulent sortir du nucléaire en se débarrassant des déchets. Ajoutez à cela une insertion sur le réseau électrique qui en fait le partenaire idéal des énergies renouvelables intermittentes… Finalement, quelques dizaines de chercheurs, pas d’ingénieurs, pour une demi-douzaine d’options… C’est pas idéal, alors qu’il y a beaucoup de travail : comment quantifier la sûreté d’un réacteur dont le coeur est déja fondu ? Comment traiter le combustible usé ? Comment inerter les déchets ultimes ? Comment gérer la puissance résiduelle ? etc.

Fertile

Quand je parlais de construire rapidement un petit prototype internationnal de 50 ou 75 voir même 100 MWe(selon les possibilités techniques actuelles),car ça reviendrait moins cher ainsi à chaque nation,je faisais justement allusion à cette: Deuxième voie, la voie “historique” des sels fondus, à la manière du MSRE d’Oak Ridge(mais très améliorée).”Qui est sur la feuille de route du SINAP (Institut de l’Energie Nucléaire de Shangai). Environ 400 chercheurs/ingénieurs/techniciens, et quelques dizaines de million de budget (beaucoup de bras, beaucoup de cash)”. Qui pour l’instant ne répond pas aux enjeux d’un déploiement rapide en Chine et en Inde.Mais si l’ensemble comprenant : La Chine,l’Inde,les États-Unis, la Russie, l’Europe, le Japon, la Corée du sud et la Norvège qui s’intéressent tous à cette technologie devaient mettre en commun un financement pour construire rapidement un petit prototype efficace ensembles,les choses pourraient avancer plus rapidement,non ? Il me semble que la technologie “sels fondus” bien que difficile n’est pas insurmontable pour une grosse alliance nucléaire internationnale,et qu’il y aurait beaucoup à gagner de se donner les moyens de maitriser enfin cette technologie à echelle industrielle mondiale. N’est ce pas votre avis ? Cordialement !

Fertile

Et tout ça, sans renier,ni pénaliser ASTRID;ni MYRRHA .Bien sur .

Fertile

Concernant la quatrième voie dont vous nous parlez : “Quatrième voie, la voie Française et européenne : un réacteur à neutrons rapides, non modéré, sous, iso ou surgénérateur. Quelques bras, peu de cash. C’est pourtant le plus prometteur, flexible, répondant aux enjeux des pays qui veulent déployer une flotte avec peu de matière fissile comme aux pays qui veulent sortir du nucléaire en se débarrassant des déchets. ” Ne serait-ce point ASTRID décliné vers l’usage du thorium ?

Devoirdereserve

Entre s’intéresser à une technologie et “mettre le paquet”, il y a une sacré marge. Or aujourd’hui, seule la Chine a vraiment les moyens. Pour ce qui est de la stratégie, se répartir le travail internationalement, ce n’est pas à la conférence IThEC que ça se joue. C’est dans le Comité de Pilotage “réacteurs à sels fondus” du forum Generation IV. Le problème, c’est que chaque nation a des objectifs différents. Donc soit on se met d’accord pour travailler sur des éléments de technologie communs (vannes, pompes, étapes de traitement, matériaux). Mais c’est souvent le bazar, parce que des puissances thermiques ou neutroniques différentes appellent des solutions optimales différentes. Soit on se met d’accord pour faire le design d’une machine unique, mais flexible. C’est ce que le MSFR permettrait. Mais tout le monde ne l’a pas encore compris, même si officiellement le MSFR est désormais le “concept de référence”. Convaincre prend du temps. Par rapport à Astrid, ça n’a rien à voir. Astrid a un combustible solide, c’est un réacteur “piscine” avec un échangeur qui plonge dans la piscine. Le MSFR a un coeur liquide, qui circule dans des échangeurs à plaques, qui sont en pourtour de la cuve. Le pilotage n’a rien à voir : le coeur CFV d’Astrid possède des classiques barres de contrôle. Le MSFR n’a pas de barres et est piloté par la puissance extraite (débit des pompes). Pour l’arrêter, on arrête de le refroidir ! Les matériaux n’ont rien à voir : on reste sur des aciers côté Astrid, on utiliserait des alliages à base nickel sur le MSFR. La sûreté n’a rien à voir : Astrid (et les RNR-Na) ont une sûreté ultime passive qui repose sur l’intertie thermique de la masse de sodium. Le MSFR a une sûreté passive qui repose sur la reconfiguration du coeur par vidange gravitaire dans des cuves sous-critiques après liquéfaction de fusibles de fond de cuve. Le cycle n’a rien à voir : avec les RNR-Na, il faut fabriquer le combustible solide, le traiter à la Hague, le transporter etc. Avec le MSFR tout serait fait sur site. Mais ce n’est pas du traitement en ligne : le traitement est découplé du fonctionnement du coeur. Le traitement en ligne serait trop contraignant. Voilà.

Fertile

Cher Devoirdereserve,Merci pour votre réponse. Je savais qu’Astrid n’avait rien à voir avec le MSFR. Mais vous ne m’avez pas préciser si la “Quatrième voie, la voie Française et européenne : un réacteur à neutrons rapides, non modéré, sous, iso ou surgénérateur. Quelques bras, peu de cash…” est un MSFR … -Ou bien au contraire un détournement d’Astrid avec un coeur plutonium239-uranium235 mais une couverture thorium232 pour produire l’uranium 233. Merci de me préciser. Cordialement.

Fertile

J’ai trouvé,ça y est : vous deviez parler du MSFR de Grenoble INP avec le projet CLEF(Combustible Liquide pour une Energie Future)qui permettra à 17 chercheurs de travailler ensemble sur les technologies de la fission liquide et en particulier sur le concept du MSFR. sur le site: Financement:Environ 200000 € sur 3 ans,seulement. loin des sommes nécessaires pour lancer un développement sérieux de cette technologie. Pour cela il faudrait que l’Etat français et l’Union européenne reconnaissent l’énorme potentiel de la fission liquide et lancent un projet de prototype,comme l’a fait la Chine.Mais le projet CLEF permettra de financer 3 post-doctorats et ainsi de former les personnes qui pourront porter ce concept dans le futur. Evidemment,on très loin d’une réalisation.Mais bon,je vois mieux de quoi vous parliez,maintenant,à propos de la Quatrième voie, la voie Française et européenne . Merci et bonsoir. Cordialement !

Fertile

Cher Devoirdereserve. Un article dans Paristechrevue sur le MSFR par Daniel Heuer ,Directeur de recherche dans le labo de physique subatomique et cosmologie de Grenoble en date du 12-mars-2013. Voici le lien,espérons qu’il marchera ; A noter,dans les dernières parties de l’article,la possibilité que le thorium soit mixé dans les REP(s) actuels et dans les EPR(s) avenir pour économiser l’uranium au point d’en arriver à rendre même l’uranium de l’eau de mer,utilisable sur le plan économicofinancier(original,non ?). Et le fait que les MSFR finiront par remplacer malgré ça,les EPR(s)et autres 3G parceque ils deviendront quand même moins chers à la longue tout en rendant beaucoup plus de services . Votre avis sur cet article sera le bienvenue .Bien à vous. Cordialement !

Devoirdereserve

Cher Fertile, Le lien marche. Que répondre ? Je souscris à presque tout. Dire qu’il n’y a pas de verrou est exagéré. On n’en voit pas pour le moment. Nuance. Même si “j’y crois”, la route est donc encore longue. Sur les possibilité d’usages de l’uranium marin, les découvertes récentes de la composition des fumeurs océaniques est intéressante, surtout si on couple ça à l’action de bactéries correctement choisies, voire OGM… On pourrait produire du “bio” uranium à coût dérisoire en quantités phénoménales (supérieures à la consommation annuelle)… Revers : cela rend la 4ème génération inutile.

Fertile

Revers : cela rend la 4ème génération inutile. Sauf si l’on se sert d’un certain nombre de réacteurs 4ème génération pour incinérer les actinides mineurs,et aussi tout isotope de plutonium que l’on souhaiterait faire disparaitre.Cela laisserait quand même de la place pour pas mal de réacteurs 4G. N’est-ce pas ? Cordialement !

29
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime