L’initiative Desertec est sur la bonne voie

Il y a un an, 13 entreprises allemandes créaient l’initiative industrielle Desertec (DII), un consortium qui vise à fournir en énergies renouvelables, 15 % de l’électricité européenne d’ici à 2050.

Depuis, les gouvernements Algériens, puis Marocains, et Tunisiens les ont rejoint, alors que la Libye, l’Egypte et la Jordanie ont également exprimé leur vif intérêt. Cette année, des sociétés comme First Solar, Saint-Gobain, Nur Energie ou Concentrix solar sont aussi entrées dans la danse.

L’inauguration du premier projet pilote Desertec matérialisé par une centrale solaire thermique approche rapidement. Située dans le désert central du Maroc, la centrale solaire à concentration sera conçue pour fournir 250 mégawatts de puissance.

« Nous avons choisi le Maroc, parce que l’insolation (rayonnement solaire) est excellente et qu’il n’y a pas trop de poussières dans l’air. Le site n’est pas loin d’un réseau électrique. L’eau pour le refroidissement et pour le nettoyage des miroirs est également à portée de main », a déclaré Paul Van Son ressortissant néerlandais et directeur de DII.

Desertec prévoit au départ d’alimenter les besoins énergétiques des pays d’Afrique du Nord avec de l’énergie éolienne et solaire. Les subventions seront nécessaires au début car les coûts de production d’électricité à partir de centrales solaires à concentration, en particulier, sont encore trop élevés en comparaison avec l’électricité générée par du combustible fossile.

Dans une deuxième étape, Desertec prévoit d’acheminer une portion de l’électricité produite vers l’Europe, à travers la Méditerranée, par le biais de lignes électriques hautes tensions.

Paul Van Son qui dirige Desertec depuis son bureau à Munich, essaie de garder la tête froide malgré l’enthousiasme que le projet DII a suscité partout où il est accueilli. Il sait que le coût d’investissement estimé à 400 milliards d’euros n’est encore rien qu’un chiffre.

Dans l’ensemble, les organisations internationales de protection de l’environnement ne sont pas opposées au projet Desertec. Greenpeace en a même fait un "modèle" et espère que cela permettra d’accélérer la progression des énergies renouvelables.

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
33 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
imagreen

Je suis ravi qu’un tel projet puisse voir le jour en ayant l’adhésion d’association tel que Greenpeace. Quelle est la date du début de chantier? Car à-priori on connaît déjà la fin 2050 (avec plus ou moins quelques années de retard j’imagine…). Attention toutefois, à ne pas reproduire un schéma que l’on connaît; à savoir une dépendance énergétique de l’Europe vis-à-vis d’autres régions car 15 % d’énergie s’est beaucoup (Aujourd’hui, nous sommes dépendants du gaz russe et du pétrole du moyen-orient; il serait dommage d’être dépendant du soleil maghrébin…). Beau projet en perspective !

Mouais

Je préférerai que l’Europe cherche l’indépendance énergétique en inventant et développant des technologies basées sur les ressources européennes et les économies d’énergie. Pourquoi ne pas chercher à utiliser ces accumulateurs de chaleurs que sont nos villes, nos routes, nos eaux usées ( cf. la brève du jour)? Il y a tant à inventer en Europe.

William

15% de l’électricité européenne en 2050, ce sera au bas mot 2000 milliards de kWh par an. Pour la fabriquer avec du solaire, il en coûtera au prix actuel des panneaux photovoltaïques et des miroirs paraboliques plus de 2000 milliards d’euros. Vous y ajouter les coûts d’installation, de transport, d’entretien et de protection (ces régions incontrôlables sont fréquemment l’objet d’insurrections et de terrorisme), puis le démontage et le recyclage après 15 ou 20 ans d’utilisation, vous pouvez multiplier ce chiffre par 10 ou 20. Sans oublier qu’une tempête de sable déplace des dunes de plusieurs mètres de haut et soumettra les panneaux solaires à des dommages qui en réduiront considérablement la durée de vie. Que des grands groupes industriels participent à ce projet est évident, car ce seront les gouvernements qui le financeront sous la pression des tout puissants lobbys solaires.

Ivos

Question de droit, peut être incongrue.  Dans des pojets de ce type, et plus largement dans tout projet où un investisseur d’un pays X investit dans du solaire (ou de l’éolien) à l’étranger, à qui appartient le gisement solaire ? Au Maroc ? ou alors est-ce que ça fait partie des externalités économiques ? (externalités positives là )  a+ Ivos

Theengineer

Ce projet est d’un danger ahurissant pour l’indépendance énergétique de l’Europe, alors qu’avec diverses technologies vertes plus le nucléaire l’Europe peut sortir de la dépendance pétrolière. Notre électricité contrôlée par Kadhafi et Bouteflika, génial… Par contre que cela fournisse l’électricité des pays d’Afrique du nord, c’est une très bonne idée.

Bcb

D’accord avec Theengineer . Que cela fournisse l’électricité des pays d’Afrique du nord, c’est une très bonne idée. Mais qu’on se retrouve encore,en 2050, sous la dépendance de pays contrôlé par des ‘Kadhafi’ et ‘Bouteflika’ et autres islamo fascistes est absolument inacceptable.L’Europe peut parfaitement en effet,comme dit Theengineer, avec diverses technologies vertes plus le nucléaire être indépendante de ces pays là.Ne nous menottons pas à ces pays là.

Ivos

Toutes proportions gardées dans la comparaison … Il y a 65 ans l’Allemagne était nazi … et aujourd’hui tout le monde travaille en confiance avec l’Allemagne.

Ivos

Re … suite Titre précédent trop long. Toutes proportions gardées dans la comparaison … Il y a 65 ans l’Allemagne était nazi … et aujourd’hui tout le monde travaille en confiance avec l’Allemagne.

renewable

De quel lobby du solaire parlez vous? Pouvez-vous être plus clair à ce sujet? Pour ma part je préfère transformer une dépendance au pétrole/gaz/charbon/uranium par une dépendance au solaire… Si nos concitoyen acceptaient d’avoir à côté de chez eux l’impact induit par notre mode de vie à tous : Eoliennes, champs solaires, centres d’enfouissments de déchets nucléaire (malheureusement) et autres barrages, usines géothermiques, centrales à biomasse, on pourrait peut-être n’être un jour dépendants de personne..

Nationaliste

dire que l’Algérie a accepter le principe ce n’est pas vrai voir alloction de monsieur le ministre algerien de l’énergie le qotidien d’oran du 3 juillet devant le parlement Algérien

Nationaliste

dire que l’Algérie a accepter le principe ce n’est pas vrai voir alloction de monsieur le ministre algerien de l’énergie le qotidien d’oran du 3 juillet devant le parlement Algérien

Ourgla

Dire que l’Algérie a accepter le principe ce n’est pas vrai voir allocution de monsieur le ministre algerien de l’énergie le qotidien d’oran du 3 juillet devant le parlement Algérien

michel123

tout ce qui peut développer

Flo

L’enjeu est tout d’abord géopolitique! Pour ceux qui se sentent menacé par les russes ou autres islamistes, sachez que eux dépendent de nos achats en énergie donc de nos politiques énergétiques! Un groupe de pays qui exporterait 15% de la consommation européenne deviendrait totalement dépendant de cette source de financement. L’interdépendance, la mondialisation, les conflits d’intérêts liés, engendrent des processus de négociations et de diplomatie. Vous croyez vraiment que l’OPEP fait ce qu’il veut avec le pétrole ? Alors pourquoi ne pas faire augmenter les prix en abaissant la production dès aujourd’hui si c’était une relation de dépendance uni-sens ? Concernant la politique de chaque pays, ça me fait bien rire que l’on souligne l’instabilité court terme de pays arabes. Je suis d’autant plus ravi que certains rappellent l’instabilité moyen terme (à l’éechelle du siècle)des pays européens! Pour continuer dans cet élan : que dire du nucléaire, des déchets que nous emmagasinons dans notre monde stable ou rien ne peut nous arriver? (si un ou plusieurs excité(s) de la gachette arrivait au pouvoir d’ici 30 ans dans nos pays nucléarisés, qu’adviendrait-il ?) Ensuite, ce projet Desertec me semble être un grand plan de relance des énergies solaires. Pas un projet raisonnable et énergétiquement fiable. Enfin on verra bien.

marcob12

Vous n’avez pas assez poussé votre argumentation. Un exportateur de pétrole peut décider de laisser le pétrole dans son sous-sol pour les générations futures, le thésauriser en attendant que la ressource s’apprécie, refuser de vous en vendre pour le vendre à d’autres. Mais les centrales de Desertec consommeront un “combustible” qui ne peut pas se thésauriser, sur lequel on ne peut spéculer  et qu’on ne peut vendre à d’autres qu’en construisant de coûteuses lignes HVDC. Et oui… En coupant la ligne ils se priveraient de revenus sans bénéfice et il leur faudrait gérer une crise internationale et construire les lignes d’acheminement pour autoconsommer le jus (coûteux) produit par les centrales (ce qui leur prendrait des années, n’ayant pas la technologie). La paranoia (ci-dessus) me semble donc sans fondement.

1000 mille

si le/les pays d’accueil n’est/sont pas ècoeuré/s par ces commentaires nous aurons beaucoup de chance bravo les ……..pour faire reculer ce type de projet qui est malgré vous indiscutablement d’un interet international(en peu de retour au sens des mots)

trimtab

I can only be Win Win ! “Mais les centrales de Desertec consommeront un “combustible” qui ne peut pas se thésauriser, sur lequel on ne peut spéculer et qu’on ne peut vendre à d’autres qu’en construisant de coûteuses lignes HVDC. Et oui… ” Nous voilà enfin ‘au vrai coeur du debat’ du soliare (et de beaucoup d’autres ENR prenant leur ‘combustible gratuitement dans la nature’). C’est que la technologie de sa conversion et distribution qui ‘coûte’! Et une fois la ‘production’ en cours, et les ‘interconnexions de la distribution’ bien géré, personne (ni le producteur, ni le vendeur, ni l’acheteur) a interet à ‘coupé la ligne’ pour les raisons evoqués ici par marcob12. La notion ‘d’indépendence énergétique’ n’est plus de mise car on fera ‘du jus’ là ou il y a du ‘combustible’ gratuite, et on le distibuera là ou on a besoin, en mettant en place (ou en améliorant l’existant) le ‘réseau interconnecté’ qu’il faut. Ca va être le ‘nouveau modèle’ éléctrique de demain, fait de coopération, entre aide, en ‘échanges’ win-win. C’est une rupture de ‘pensée’ auquel il faut se faire. trimtab

Sicetaitsimple

Vos arguments sont plein de bon sens quant à la capacité à ne pas déstocker du pétrole ou du gaz, alors que le soleil d’une journée perdue ne se rattraperr pas. Sauf que, et on est bien au coeur du débat, ce seront les promoteurs de Desertec ( le Européens) qui seront les financeurs, en “laissant” (excusez-moi du terme) quelques avantages aux pays concernés( une partie de la production à un prix “compétitif” par rapport à du fossile, et c’est tout). Le risque d’une “expropriation” par un régime qui se mettrait à dériver n’est donc pas totalement à exclure…

moise44

Je trouve que la question de IVOS est a méditer. En regardant l’histoire secrète du pétrole (8 épisodes consultable sur les sites youtube et autre google vidéo et dalymotion), on peut LEGITIMEMENT se poser la question. Le fond de la question est a qui cela profitera le plus ? Aux pays producteurs (les mêmes que pour le pétrole) ou aux pays consommateurs (là aussi, les mêmes que pour le pétrole) ? Est-ce que celui qui trouve la ressource et surtout sait comment l’exploiter est le propriétaire ou est-ce le propriétaire des lieux ? Regardons l’histoire : L’anglo iranian oil company ne profitait qu’a BP (British Pétroléum) L’AramCo (Ancienne Standard Oil) ne profitait pas aux pays de la péninsule arabique Quand ces pays voulaient reprendre le controle de leurs ressources, les 7 soeurs rapatriaient les techniciens et ingénieurs, obligeant le propriétraire des ressources  a revenir a la table des négociations car les infrastructures ne pouvaient êtres remises en marche. Il est a noter que ce sont les mêmes pays qui ont les meilleurs taux d’insolation solaire. ils ne se feront certainement pas blouser une deuxième fois par les mêmes pays consomateurs. Quand au fait que les pays de L’OPEP ont tout contrôle, c’est faux. Lorsque les saoudiens ont créé l’OPEP, les 7 soeurs ont tout fait pour ne pas négocier avec cet organisme et ainsi le décédibiliser. Puis par la suite, les 7 soeurs ont décidé de payer moins (via l’initiative de la plus puissante) et finalement après une fermeture du robinet privant les saoudiens de revenus quelques temps, ils ont rouverts le robinet car les 7 Soeurs avait tenu grace aux stock (ou reserves stratégiques). Tout çà a mal tourné, car avec le temps l’OPEP a repris le pouvoir et augmentait chaque année massivement le prix du baril; ceci ayant pour effet de ralentir l’économie des pays industriels et au final moins de consommation, donc moins de revenu pour les producteurs… Bref, je vous conseille de regarder cette serie documentaire très enrichissante intéllectuellment. J’espère que l’histoire du passé servira aux bonnes décisions pour l’avenir. Et a mon avis, ces THT a trvaers la méditérrané ne sont pas le meilleur solution.

Sicetaitsimple

Qui est propriétaire? Très bonne question…en fait la question centrale. J’ai déjà exprimé il y a quelques temps ma sympathie vis-à vis d’une initiative comme Desertec, donc ne me condamnez pas sur l’autel des rétrogrades, affameurs capitalistes,profiteurs de l’afrique…..etc.. Marcob a bien posé le problème en faisant l’analogie avec un stock de pétrole ou de gaz.Il y a bien une différence fondamentale, c’est le fait que l’énergie d’un jour, si elle n’est pas récupérée, ne le sera pas le lendemain. Le vent ou le soleil sont gratuits, et c’est celui qui le transforme qui doit en récupérer les bénéfices.Pour autant, celui sur le sol duquel cette transformation s’effectue doit aussi en retirer un bénéfice. On n’est pas loin de l’affermage.. Le propriétaire du terrain touche un revenu fixe et éventuellement une participation à la récolte, mais c’est bien le fermier qui tire les bénéfices de son travail, diminué de son loyer. Les pays concernés n’ont bien sûr pas les moyens de se payer de l’electricité solaire. C’est (pour l’instant) un luxe qui est réservé aux pays riches ou soucieux de préparer un futur énergétique différent. Ce sera donc à eux de financer les investissements, en assurant par un moyen ou un autre ( location des surfaces, vente d’électricité à un coût comparable aux productions classiques,…)un retour juste vers le pays concerné.. Mais ça présente effectivement un risque important, c’est qu’une fois les centrales construites, les lignes d’évacuation ne soient coupées…. Moise44 nous parle de l’histoire du pétrole,c’est un élément à méditer.

Sicetaitsimple

désolé, dans les contributions auxquelles je répondais, il y avait bien entendu aussi la vôtre. Le win*win est bien sûr évident, faire du solaire en Afrique plutôt qu’en Allemagne a du sens, mais il ne faut pas oublier les risques géopolitiques. Cordialement.

trimtab

Pour moi DESERTEC est surtout un symbole des solutions ‘modilaisées’ qu’il faut pour faire face au grands défis que que l’homme puisse avoir un avenir sur cet planète. “Il n’y ai pas de crise d’énergie, juste une crise ignorance”: Et concernant l’Afrique c’est aussi un symbole de la ‘dette’ que ‘occident’ a envers ce continent. Car il faut jamais oublier que notre ‘bien être’ économique et ‘géopolitique’ d’aujourd’hui a probablement son fondement dans ce que Bucky apellait l’époque des ‘Grands Pirates’, quand des puissances colonisatrices RULED THE WORLD a travers leurs ‘Compagnies des Indes’ et d’autres ‘Comptoirs D’Orient. Ils ont inventer ‘la mondalisation’, et un des ‘produits’ de leur commerce mondiale n’était d’autre que ‘l’ébène noir’ des esclaves. Des projets comme DESERTEC, donnant de la lumière au continent noir peut être le début symbolique d’une ‘nouvelle façon de faire’, ou les solutions sont ‘mondialisées’, ou on ‘paye nos debts’ afin d’avoir un avenir sur ce planète. Pour répondre à votre “il ne faut pas oublier les risques géopolitique” Lorsqu’on on demandait à BUCKY ce que ‘couterait’ telle ou telle nouvelle ‘technologie’, ou ‘idée’ (ex: Global Energy Network) il répondait toujours: Qu’est ce ça couterait SI ON NE FAIT PAS ! Quels seront les ‘risque géopolitiques’ pour DESERTEC si ON NE LE FAIT PAS ! C’est tous le monde ou personne ? trimtab

fredo

Desertec ressemble fort à un gigantesque hold-up pour capter les subventions européennes au profit des entreprises du consortium au moment de l’installation, et après débrouillez-vous pour gèrer les situations geopolitiques, et les éventuelles prises d’otages (du personnel comme des installations) par des fondamentalistes islamistes. Installons plutôt quelques millions de m² de panneaux solaires thermiques à 80% de rendement dans nos pays respectifs, ça sera beaucoup plus efficace , ça coûtera infiniment moins cher et on effacera les 15% d’électricité au lieu de les produire! ça sent donc le piège à plein nez, et vu l’ampleur du sujet, ça mériterait un référendum européen, non?

marcob12

Si  j’osais mon “coming out” je dirais simplement qu’on peut construire 50 EPR en europe pour la moitié du coût de DESERTEC qui produirait le même volume d’électricité (environ 15% des 4000 Twh que l’europe consommerait). On laisse les africains profiter de leur sable et de leur soleil et on fait ça en interne. Aucun risque géopolitique, le coût du combustible est marginal et les sources multiples. Et on a alors 200 milliards d’euros pour faire de la R&D sur les renouvelables,  améliorer les rendements du solaire et subventionner leur déploiement progressif. Il n’est pas anodin que ce projet vienne d’allemagne où la névrose pro-charbonnière et anti-nucléaire primaire n’aide pas à voir quels moyens financiers nous avons pour faire quoi. S’il s’agit seulement de lutter contre les émissions de CO2, le nucléaire semble aussi bon que l’éolien ou le solaire, après tout. C’est fou ce qu’on peut faire avec l’argent qu’on n’a pas…

Ivos

La question  … quel risque géopolotique si on ne fait pas Désertec … est intéressante. Comme déjà évoqué dans certains messages, l’interdépendance en général permet de réduire le risque géopolitique.  Oui mais l’interdépendance ne garantit pas l’équité … elle n’empêche pas automatiquement d’énormes disproportions ou inégalités de dépendances qui elles restent des risques géopolotiques forts. Ainsi la notion d’interdépendance a aussi beaucoup servi et sert encore souvent … à asservir. Les tenants des énergies fossiles, du nucléaire (mas pas qu’eux évidemment) se sentent souvent à l’aise dans cette notion. Alors que, et plus fondamentalement, les énergies renouvelables sont par nature des énergies pacifiantes car tout le monde en dispose. Bien sûr à des degrés divers selon les pays … et bien sûr on est très loin, du degré de non-risque géopolitique inhérent, par exemple, à la ressource AIR que nous respirons … qui nous est tellement vitale (qques minutes sans elle et on est mort). Et Désertec, s’il est géré équitablement et dans l’esprit du développement durable, est la grande opportunité de consolider et de marquer d’une très grosse pierre blanche l’entrée dans cette nouvelle ère où l’énergie cessera  progressivement d’être un facteur de risque (que dis-je, de conflits) géopolitiques. Et donc ne pas faire Désertec, c’est déjà rater ça … ou ne pas vouloir ça !

1000 mille

c’est un peu du win win et ça ressemble à du p’tit gris des coteaux de la Moselle ? enfin de la com. apolitique , merci à tous.

fredo

un peu tôt pour l’apéro,non?

mido48

Risque géopolitique ? Pourtant tous les pays d’europe font du buziness avec les pays du maghreb (avec la benediction de KADHAFI et BOUTEFLIKA) . “On laisse les africains profiter de leur sable et de leur soleil et on fait ça en interne.”  alors faites tout en interne et pas seulement les ENR si vous etes capables ! Pour le terrorisme vous dites que c”st un probleme global  et vous cherchez l’appui des pays soi-disant generteur de cette “source”,. je dis que le probleme energetique est aussi global et necessite l’adhesion de tous. je l’ai dit à maintes reprises l’ere coloniale est revolue, tout le monde a besoin de tout le monde. les uns ont les idées , les autres ont les ressource pour exploiter ces idées.

Sicetaitsimpe

Je vous entends, mais j’ai peur que les préoccupations des membres fondateurs de Desertec ne soient compte-tenu de leur pedigree (banques et grands industriels)un peu éloignées de vos préoccupations. Et je pense d’ailleurs qu’il ne faut pas voir dans ce type de projets un coté “humanitaire” ou “repentance”, ce serait faire fausse route.Soit ça a du sens dans une logique “win-win”, comme vous le dites, soit ça n’aura pas d’avenir.

1000 mille

politique, encore un truc du club med ? me trompes-je ?

Sicetaitsimple

C’est une autre solution, en effet…Ceci dit, déployer assez massivement du CSP dans ces pays devrait permettre de faire baisser les coûts de cette technologie . Mais je suis d’accord, le faire dans le sud de l’espagne n’est pas très différent.

marcob12

Bon “Mido48” a bu la tasse car mon précédent commentaire était volontairement “sortie de rail”  pour montrer qu’il y a des alternatives bien moins riches de perspectives et pour nous et les africains. Sans leur ressource solaire, nous allons piétiner quelque peu et sans nos ressources ils n’exploiteront pas la ressource avant longtemps (à cette échelle) . Le seul profitage possible est celui de la ressource en eau (le solaire consomme de l’eau + ou -), mais on ne peut piller par définition un flux qui n’est pas un stock finis. Les comptables nous diront que c’est plus coûteux que les alternatives. Mais enfin si nous mettons des centrales sur des terres agricoles pendant que les africains essaient de faire pousser leurs céréales dans du sable (il leur faudrait bien plus d’eau que pour faire pousser des kwh solaires…) on sera passé à côté de quelque chose. Après que cette co-dépendance réfléchie et choisie soit une source d’appréhensions pour les africains comme nous est légitime.

Valou33

La roue est en marche, dommage que la France n’ai pas su saisir cette chance (a part un peu Saint-Gobain) et il faut aussi le dire cet immense marché d’avenir prometteur en emploi et en liens forts qui serviront aussi à la prospérité et au dévelloppement durable du Maghreb ! C’est un peu un comble au vu de l’histoire de notre pays dans le nord de l’Afrique, bref encore une fois le lobby politico-nucléaire détruit la bonne position de notre pays dans des projets d’avenir alors que l’Allemagne va en profiter grandement…

33
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime