Mise en service du réseau de chaleur au bois de Châteaudun

Didier Huguet, maire de Châteaudun (Eure-et-Loir), et Jean-Marie Hubert, Directeur régional de Cofely Services, Groupe GDF Suez, ont inauguré le 21 février la chaufferie biomasse du réseau de chaleur de la ville.

Après 10 mois de travaux, la chaufferie a été mise en service au mois de janvier 2014. Le réseau de chaleur dessert à présent l’équivalent de 1.600 logements : "les bâtiments communaux, les établissements scolaires, les logements collectifs publics et privés et le centre hospitalier."

A la suite des travaux d’isolation des bâtiments de la ville de Châteaudun, le recours à la biomasse permettra d’améliorer significativement l’efficacité énergétique de Châteaudun, de mieux maîtriser la facture énergétique et d’éviter l’émission de 3.000 tonnes de CO2 dans l’atmosphère par an.

Cette nouvelle étape concrétise la volonté commune de la ville de Châteaudun et de Cofely Services d’agir pour la transition énergétique dans les territoires.

Le réseau de chaleur contribuera également à la pérennisation de la filière biomasse locale : "la chaufferie nécessitera 6.150 tonnes de bois-énergie par an, dont l’approvisionnement sera réalisé dans un rayon de 50 km."

Cofely Services a porté l’investissement de près de 6 millions d’euros, subventionné via le Fonds Chaleur à hauteur de 2 millions d’euros par l’ADEME. En plus du soutien financier, l’ADEME a également fortement contribué au développement de ce projet par son expertise.

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
4 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
jpm

On n’évite pas du tout l’émission de 3000 tonnes de CO2. La combustion du bois en émet bien mais si, et seulement si on replante, la même quantité d’arbres, leur croissance absorbera ce CO2 en …30 ou 40 ans. C’est donc une énergie renouvelable mais à renouvellement lent! On produit bien du gaz à effet de serre mais sur le long terme c’est mieux que les combustibles fossile évidemment, à certaines conditions: ne pas utiliser du bois importé, c’est le cas ici, utiliser des déchets et petites branche et pas du bon bois d’oeuvre, et surtout replanter des essences variés, plutôt des feuillus pour maitenir notre forêt et refaire des bons bois d’oeuvre; les épicéas et autres conifères ont une croissance rapide mais stérilisent le sol. L’utilisation du bois pose le problème de la gestion de la forêt française. actuellement on envoie des grumes en Chine et on leur achête les parquets, on ferme nos scieries, on importe du bois canadien pour faire les pellets de chauffage, on a tout faux. Pour la balance commerciale et pour l’écologie.

1vite

” utiliser des déchets et petites branche et pas du bon bois d’oeuvre” Méfiez-vous, ces déchets/petites branches sont les fractions des plantes parmi les plus riches en minéraux. Les exporter revient à appauvrir l’écosystème forestier. Mieux vaut donc n’extraire que les fractions pauvres en minéraux. La gestion de la concurrence avec le bois d’oeuvre (qui peut effectivement se régler avec la polyculture) ne doit pas faire oublier que les sols ont besoin d’un minimum de litière riche.

Sicetaitsimple

Je parle bien entendu du commentaire de Chelya! Se chauffe-t-on à Chateaudin l’été? Pas que je sache… Est-ce qu’un chaufferie qui ne produit que de la chaleur a un plus mauvais rendement ( utilise moins bien la biomasse) qu’un cogénération? Que nenni, le rendement minimum dont parle Chelya est largement respecté par une chaufferie sinple. Est-ce qu’il est idiot de brûler de la biomasse pour produire de l’électricité en France en été? La réponse est évidemment oui, sauf si elle est fatale ( fraction des ordures ménagères,…)

Mac

La puissance de la chaufferie n’est même pas précisée…. Un petit effort svp !

4
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime