Sharp améliore le rendement de sa cellule solaire

La compagnie niponne Sharp a obtenu un rendement de conversion de 35,8% en laboratoire pour une cellule photovoltaïque d’1 cm2 qui utilise un procédé dît de "triple jonction".

La cellule solaire triple jonction est constituée d’un empilement de trois couches qui absorbent chacune des longueurs d’onde de lumière différentes. En raison de leur rendement de conversion élevé, ce type de cellule solaire est principalement employé dans les panneaux solaires des satellites spatiaux.

Généralement, le Germanium (Ge) est appliqué dans la couche inférieure, en raison notamment de sa grande facilité de fabrication. En termes de performance par contre et bien que le Germaniun génère une grande quantité de courant, le constat demeure que plus de la moitié de ce courant électrique reste inutilisée. L’astuce pour résoudre ce problème a donc été de remplacer le germanium (Ge) situé dans la couche basse par de l’arséniure de gallium indium (InGaAs).

La cellule solaire nouvellement créée est composée au final de phosphure de gallium indium pour la couche haute, d’arséniure de gallium pour la couche du milieu, et d’arséniure de gallium indium pour la couche basse.

Sharp améliore le rendement de sa cellule solaire

Le taux de rendement de conversion qui était de 31,5% précédemment (en 2003) a atteint au final les 35,8%. Un taux de 45% serait même envisageable grâce à l’association d’un concentrateur solaire x 1000.

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
11 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Guydegif(91)

Avec 45% en point de mire…. voire plus dans un futur un peu plus loin….why not…..on va y arriver ! Sharp voulant dire…(esprit) acéré…on peut leurs faire confiance….! Yes they can ! Bonne continuation ! A+ Salutations Guydegif(91)

Denlaf

Au début de l’aventure concernant les énergies vertes j’avais davantage confiance à l’éolien, je croyais que le photovoltaïque atteindrait vite ses limites d’amélioration. C’est pourquoi je suis fortement et agréablement surpris par les résultats obtenus, et il semble bien qu’il y a encore place pour de l’amélioration. Reste à savoir si les prix vont demeurer abordables…je le souhaite. C’est une très bonne nouvelle au niveau des énergies renouvelables. Rien de mieux pour stimuler l’intérêt et encourager la recherche.

alain843

 filière sont surprenants et incontestables dans le domaine des EnR, si les 45% sont possibles alors il faut vite que nos gouvernants se préoccupent sérieusement de mettre en oeuvre les programmes R&D et d’industrialisation des systèmes de stockage de cette énergie générée à partir d’un combustible gratuit et inépuisable pour encore 4,5 millliards d’années.

michel123

C’est un bel exploit technique qui ouvrira sûrement la porte vers des applications de niche telles que les voitures rechargeables , les petits appareils électroniques rechargeables (faible surface de captage disponible ) mais qui , utilisant des matériaux extrèmement rares et chers tels que l’indium , n’est pas une énergie vraiment renouvelable et  ne pourra probablement pas , sauf avancées techniques majeures (concentration d’un facteur mille , épaisseurs ultrafines des semi conducteurs ) fournir les quantités industrielles d’énergie que réclame notre civilisation . Pour l’instant la seule énergie presque rentable est l’énergie éolienne dont le côté imprévisible et intermittent nécessite des structures d’accumulation de l’énergie sous forme de réserves d’eau que l’on  remonte puis redescend au grés des besoins . Il s’ensuit un fort besoin en investissements et un renchérissement inévitable de la facture énergétique . Les sites permettant d’établir des réserves d’eau returbinables n’étant d’ailleurs pas si nombreux que ça .

Ferdoux

 “Un taux de 45% serait même envisageable grâce à l’association d’un concentrateur solaire x 1000”. Mais quel sera le prix de revient de ces installations avec association de concentrateurs solaires x 1000.Joli suspens !

Denlaf

Il n’est pas forcément nécessaire d’accumuler de l’eau dans des réservoirs afin de stocker l’énergie éolienne. À Michel 123, chez-vous, en France, vous devez agir ainsi parce que 75% de votre energie électrique est produite à partir de vos 59 réacteurs nucléaires qu’on ne peut pas arrêter et repartir à volonté. Voilà un autre des multiples inconvénients de ces réacteurs. Au Québec, l’utilisation de l’énergie éolienne (dès que produite) ne pose aucun problème. Elle est acheminée vers les centres de consommation 9par les mêmes lignes de transport) en remplacement d’une partie de l’énergie hydroélectrique. Ça ne présente aucune difficulté : on laisse passer un peu moins d’eau dans les turbines. La baisse de production d’hydroélectricité est automatiquement compensée par cet apport d’énergie électrique provenant de l’éolien. Peut-être qu’il s’agit d’une chance pour nous; mais il est également possible que pour vous, celà (à part la toxicité des déchets nucléaires) devrait vous inciter à graduellement quitter le nucléaire. À ce jour, il s’offre tellement d’options prometteuses à vous qu’il vaudrait peut-être se donner la peine de, collectivement, y réfléchir sérieusement.

Dan1

Pour Denlaf : Vos conseils sont précieux, nous allons sortir du nucléaire pour le plus grand bonheur de la planète et après on fait quoi : comme les italiens avec le gaz où les allemands (charbon + lignite + gaz). De plus vous oubliez que le canada a aussi des centrales nucléaires ! Vous leur racontez quoi aux Canadiens ? Votre raisonnement du type : “vous français vous êtes obligé de stocker les EnR intermittentes et aléatoires à cause des réacteurs nucléaires” est très spécieux. le nucléaire possède une certaine amplitude de réglage au cours de la journée et compte tenu de la puissance installée, cela fait quelques GW. Evidemment, c’est moins rapide que l’hydraulique de lac, mais c’est comparable à une grosse centrale à charbon. Ceci dit, on va collectivement y réfléchir.

Dan1

Si on met un concentrateur, on risque de n’utiliser que le rayonnement solaire direct et donc globalement sur l’année on se privera de la moitié de l’énergie disponible puisque souvent la proportion direct/diffus est de l’ordre de 50 %. D’autre part, il faut un système de pointage. Donc ce sera peut être 45 % de rendement en pointe et rien du tout quand le soleil est voilé ?

Denlaf

Précisions pour Dan 1 .Je ne condamne pas que le nucléaire français (j’adore les français) et je sais que le nucléaire est également exploité au Canada,mais pas au Québec. Evidemment, nous n’avons aucun mérite puisqu’au Québec nous avons l’hydroélectricité en abondance. Admettons cependant que la situation change. L’Ontario a abandonné son projet de construction de nouvelles centrales nucléaires. Elle se tourne vers l’éolien ainsi que l’électricité provenant des installations hydroélectriques du Québec. Malheureusement il reste , au Canada à régler le problème des gaz bitumineux en Alberta. Là, on se retrouve devant un problème politique quasi insurmontable : en ce domaine, la pression provenant des U.S.A. est énorme sur le dos des autorités politiques canadiennes. La politique étant ce qu’elle est, il ne faut pas s’attendre à de grands changements à court terme. Celà étant dit, il n’y a que très peu de réacteurs nucléaires au Canada et on ne s’attend pas à une augmentation en ce domaine.

Sandwood

” phosphure de gallium indium pour la couche haute, d’arséniure de gallium pour la couche du milieu, et d’arséniure de gallium indium pour la couche basse.” => que des produits qui m’ont l’air bien sain tout ça ! pour des applications de niches comme le spatial où on recheche un rendement maximum, ok, on peut se permettre de polluer un peu… mais imaginons que ça deviennent un truc de masse… Parce qu’aujourd’hui, comment on recycle les panneaux solaires en fin de vie ? On peut critiquer l’éolienne, mais jusqu’a preuve du contraire, c’est quand même beaucoup plus recyclable ! le mat est en acier, 100% recyclable. Le rotor, génératrice, etc, sont des éléments en métaux également recyclable. Il reste les pales qui sont en fibre de carbonne (non recyclable) et les fondations en béton armé. Les espagnols ont 15000 MW de puissance eolienne installé, nous 3000 MW ? pourquoi ? allez donc voir ce lien vous verrez que souvent la production eolienne couvre 20% ou plus de la production d’eletricite en espagne. Au passage, on nte que REE a le mérite de fournir des données sur la production/consommation en temps réelle et gratuite, ce qui n’est le cas d’ERDF. Dommage, parce que des chiffres permettent toujours de se faire une idée dans ce genre de débat. ps : dans mes rêves je vois des zeppelins avec une éolienne devant, ils volent à 1000m au dessus du sol, profitent du vent plus consistant, sont retenus au sol par un cable qui achemine l’electricité au sol. Ce cable est tenu par des kites géants disposés le long de celui ci. Lorsque le vent se fait la malle en bretagne pour une semaine, les zeppelins utilisent une propulsion classique pour aller en Languedoc-Roussillon où souffle la tramontane. Et inversement.  Ce n’est qu’un rêve, et pourtant  : poids d’une éolienne sans le mat : 100t de charge utile ! Depuis la technologie à fait quelques avancés il me semble. On dégagerait facilement 50t de charge utile en plus de par des constructions plus appropriés !  pb du bruit résolu, pb du facteur de charge quasi résolu, pb visuel résolu, pb de l’impact écologique résolu… ah si j’étais milliardaire….

Emilou

L’institut Fraunhofer a battu le record de rendement en janvier 2009: 41.1% ( ) Sharp arrive à 35% : La belle affaire! Mais toutes ces cellules sont très petites, coûte des prix fous et sont destinées exclusivement au CPV ( photovoltaique à concentration).

11
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime